dimanche 22 novembre 2009

Le spleen du blogueur (pour Delphine)

Je suis bouleversée par le dernier billet de Delphine. Un maelstrom de sentiments tourbillonne dans ma tête. Le "spleen du blogueur" l'a prise de plein fouet, il paraît que cela arrive à tous, d'ailleurs moi-même, il y a quelque temps, je me demande si je n'ai pas fait une petite atteinte bénigne, quand  je dissertais sur le virtuel et le réel, et le nécessaire choix entre les deux ( dimanche 13 septembre)

Il faut croire que toute activité humaine est immanquablement soumise au jugement de celui qui la pratique, et au regard inquisiteur des autres aussi. On se questionne, on se demande pourquoi on fait cela, si c'est bien, si c'est mal, si on n'en néglige pas autre chose.Quoi que l'on fasse. Parce que les journées ne font toujours que 24 heures, et que le temps n'est pas extensible, même si on le désire très  fort. Que l'on décide de sauter à l'élastique ou d'apprendre le Taï Kwen Do, dès que l'on fait quelque chose pour soi, il arrive fatalement le moment où on se met à culpabiliser, pour peu que l'on soit paramétré en mode "mère Thérésa" comme je le suis. En mode "autrui" au lieu d"égo".

Cela dit,  comme toute aventure humaine, le blog est un fleuve inconnu avec des rapides bouillonnants  et de longs et calmes méandres, et il nous emmène parfois là on on n'avait pas prévu d'aller. Je n'avais pas prévu  la tournure de mon propre blog, et ce qui , au départ,  n'était qu'une façon moderne de réagir à l'actualité par des billets d'humeur s'est transformé en un véritable journal de bord de ma vie au quotidien  (et non un journal intime, nuance)  une piste d'envol pour mes ailes d'apprentie-écrivain, une tribune, un club de rencontre, un forum, un salon où l'on cause, une chronique de mes coups de coeur, de sang, de fièvre...déclinables à l'infini puisque "tous les coups sont permis".

Oui, c'est vrai, on ne peut pas tout prévoir , mais en bon capitaine de ce bateau improbable, il faut garder le contrôle de la situation. Et s'arrêter sur la rive pour se reposer, aussi longtemps que le réclament les affaires qui nous appellent à terre, et reprendre le cours du voyage une fois qu'on l'a décidé, sans contrainte, libre comme le vent, ne pas se sentir prisonnier des autres et, au final, de soi-même.

Ne sens-tu pas, chère Delphine, avec quelle bienveillance on est toujours accueilli dans le monde doux et chaud de la blogosphère? Combien chacun s'ingénie à écrire ses commentaires avec beaucoup de respect, d'enthousiasme, de compassion parfois, d'admiration souvent, mais en tous cas toujours une énorme gentillesse. Si les collègues de travail, les voisins, les copains ou les inconnus dans la rue avaient toujours cette délicatesse, combien le monde serait-il plus beau! Qui songerait à nous en vouloir de ne pas écrire tous les jours, ou de ne pas visiter les blogs amis? Je me sens un peu responsable si tu l'as pensé, à cause de notre petit malentendu de l'autre jour, mais mon billet était plutôt guidé par l'inquiétude de t'avoir blessée.

FD fait une pause , elle aussi, elle nous manque mais c'est son choix. Comme Hutte des Bois qui prend sa pause, comme on reprend son souffle, son " hibernage" que j'ai appris à respecter, tu as le droit  de privilégier d'autres activités, et d'ailleurs, tout le monde , à l'unisson, t'a dit la même chose. On te garde ta place au chaud.

Et dans ce monde impitoyable, savoir qu'il y a , quelque part un îlot où l'on est toujours le bienvenu, même après une absence, un lieu où l'on n'a aucun compte à rendre, où les gens sont gentils, c'est peut-être fleur bleue, bisounours et compagnie, mais ce que ça peut faire du bien!


11 commentaires:

  1. Très jolie musique et qui épouse bien tes interrogations existentielles :)

    RépondreSupprimer
  2. Je pense qu'il faut prendre le blog, comme un plaisir, un dérivatif à notre quotidien, un complément d'entretien personnel. Et puis, ne viennent que les gens qui le veulent, pas d'obligation "d'achat", ils prennent ou jettent. Est ce qui est bien en plus on complète son éducation,lorsque les années de travail n'ont pas permis de s'instruire.Je pique, un savoir là, un autre ici, c'est agréable aussi !!

    allez, Ciao et bon dimanche !!!

    RépondreSupprimer
  3. Tu as raison nous avons tous connu un moment d’hésitation voir de culpabilité face à notre blog, c’est une aventure enrichissante mais dévorant de temps.
    J’ai souvent pensé à arrêter un peu comme on envisage de cesser de fumer. (sourire).
    Delphine a besoin d’un petit répit, le plus important est qu’elle sache que si elle décide, un jour, de nous revenir nous serons là pour l’entourer.
    Je t’embrasse.
    Math

    RépondreSupprimer
  4. Comme je l'ai écrit sur le blog de Delphine, un blog ne doit pas devenir une contrainte ou une obligation, mais rester un plaisir. On n'a pas de comptes à donner à nos lecteurs et on ne doit pas faire quotidiennenment le tour de ses liens. Personnellement, je n'ai jamais connu ce spleen et mes blogs ne m'ont apporté que des satisfactions depuis trois ans. D'abord, le plaisir d'écrire et de faire des recherches (et comme j'ai longtemps hésité entre le journalisme et l'enseignement, je suis ravi de désormais "combiner" les deux). Ensuite, mon blog n'ayant rien de personnel, je suis ravi quand je fais découvrir des artistes et écrivains belges dont les médias ne parlent pas. Enfin, ce à quoi je ne m'attendais pas, j'ai été très surpris par la solidarité et la gentillesse de la blogosphère (ton billet en est la meilleure preuve). Et ce qui est intéressant, c'est quand on passe du virtuel au réel, car j'ai rencontré des fidèles de mes blogs qui sont devenus des amis sur lesquels je peux compter.

    RépondreSupprimer
  5. Célestine, j'ai eu un coup au coeur en entendant la musique sur ton blog
    Ce que tu nous donnes à entendre de A beautifull mind (qui est le CD que je mets en boucle dans mon PC tout en travaillant)est bien plus beau que l'extrait que j'en ai donné, limité au piano
    Malgré mes cinq années de blog, je n'ai jamais pris la peine de m'informer concernant la musique
    J'aimerais bien pouvoir charger les morceaux comme tu l'a fait ici... cette musique me pénètre de partout;-))
    Concernant le sujet de ton commentaire, le questionnement qui t'agite (ainsi que Delphine) est récurrent, et survient à chaque blogueur "responsable"
    Tu as pu voir je crois que j'ai écrit tout un livre sur le blogging, le pourquoi du comment, les richesses et les pièges...Les gens disent se retrouver bcp dans tout ce que je mets sur le tapis. Désolée je voulais pas faire ma pub, mais ce sujet me tient très fort à cœur... et je l'ai pas mal approfondi
    Tes remarques sont très pertinentes en tout cas... et portent à réfléchir
    C'est exact aussi que sans le vouloir, parfois on blesse un ami blogueur par des mots maladroits
    Il n'y a pas les yeux ni le sourire pour "corriger" le propos
    Finalement le monde virtuel n'est pas si différent que le réel
    Bon dimanche à toi

    RépondreSupprimer
  6. Je lis ce coup de blues sur plusieurs blogs aussi. Sans doute un jour viendra-t-il me balayer l'âme comme aux autres.

    Mais tu as raison. C'est un monde douillet que celui de la blogosphère, où on partage volontiers. Nos anecdotes de vie, et nos impressions sur celles des autres. C'est un salon aux lumières feutrées, avec du thé chaud et des scones. Une terrasse au soleil avec vue sur la mer.

    Et oui, il faut parfois s'en mettre en vacance, reprendre son quotidien, son train-train, et revenir quand cette compagnie nous manque. Ne pas y venir en traînant des pieds, avec le remords de délaisser d'autres choses urgentes.

    Je comprends Delphine, et les autres. Mais j'espère que sa vacance ne sera pas trop longue, ses billets étant pleins d'elle, d'une partie d'elle, celle qu'elle veut bien nous offrir.

    RépondreSupprimer
  7. Quel joooli billet, si bien écrit (encore une fois) ! J'adore particulièrement l"image du bateau et du temps passé à terre, autant que nécessaire.

    RépondreSupprimer
  8. merci à tous pour vos commentaires, merci pour Delphine.
    Coumarin je te dirai prochainement comment mettre de la musique sur ton blog.
    bonne semaine
    célestine

    RépondreSupprimer
  9. Un très beau billet! Je partage complêtement ce que tu dis mais jamais je n'aurai pu si bien le dire!

    RépondreSupprimer
  10. comme toi, je ne savais pas ce que j'en ferai, de ce carnet de bord pas trop intime! mais je comprends que parfois on puissent blueser..par contre quand j'ai du vague à l'âme, ça me fait du bien de venir vous voir!

    RépondreSupprimer
  11. Merci ma chère Célestine! Tu vois, je ne suis jamais bien loin, même si je me manifeste moins!
    Plein d'affection et excellente soirée!

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.