dimanche 23 août 2009

De l'eau à mon moulin (pour Delphine)





Je viens de lire les derniers billets de Delphine, sur le Paraguay, et sur les problèmes de la gestion de l'eau et de la façon dont les hommes semblent se moquer et se contre-moquer de cette situation pourtant gravissime . Je viens de me délecter des commentaires que chacun , avec sa personnalité , a apporté, le très beau poème de Mathéo, la position de FD qui réfléchit en éducatrice, en projetant l'espoir sur les générations futures, Amaury qui donne de précieux éclairages historiques avec un grand sens de la synthèse...Et je me dis que notre prise de conscience n'est pas isolée. Ce ne peut être pas le fait de quelques intellos qui se contenteraient de refaire le monde pour se distraire. Il y a des millions de gens qui pensent comme nous, qui écrivent comme autant de petites mains sur la blogosphère, qui essaient de vivre au quotidien une autre façon de partager les richesses de la planète, en se responsabilisant, et éduquant, en convaincant, un travail de fourmi, des milliers de gouttes d'eau qui feront tôt ou tard un immense océan. Il vaut mieux vivre de cet espoir, qui génère de l'énergie, plutôt que de s'enfermer derrière un "c'est trop tard, ça ne sert à rien" sclérosant et mortifère. Bien sûr qu'il n'est pas trop tard, pour lutter avec chacun ses propres armes contre l'individualisme galopant, l'inconscience ou la mauvaise conscience, l'amoralité, l'égoïsme, la peur de l'autre, toutes ces choses qui nous empêchent de progresser vers le bien de tous. Au quotidien. Par de petits gestes insignifiants peut-être mais lourds de symboles.


Un exemple?

J'étais hier soir à un mariage hors norme, présenté par le marié lui-même comme un mariage "participatif". L'une après l'autre, chaque tablée d'une vingtaine de personnes est devenue "équipe" de serveurs, une pour l'entrée, une pour le plat principal, etc... tout cela s'est fait dans la joie et la bonne humeur. En même temps, le marié commentait ce que nous mangions: chaque élément du menu provenait du village où nous étions,le sanglier qui mangeait ses carottes hier encore, les fruits, le vin, les fromages , les sorbets, les gâteaux , faits maison, que du bon, que du naturel, que de l'équitable. Un merveilleux exemple de ce que l'on peut faire en alliant les bonnes volontés de chacun, sans qu'aucun essaie de s'en mettre "plein les fouilles" selon le modèle libéral mondialiste bien connu, en réduisant les autres à la servitude. Chaque convive s'est senti, à un moment donné de la soirée, une goutte d'eau, un petit maillon dans cette grande chaîne, un élément important de la réussite de la fête. Dans le respect, la solidarité, la joie de partager au sens propre comme au sens figuré. Ce qui m'a impressionnée le plus, ce ne sont pas les assiettes en carton recyclé, le vin non frelaté, les bouquets de fleurs des champs sur les tables, le copain déguisé en clown qui a donné de son temps pour amuser les enfants, ou la chorale formée par toute la famille, un grand moment d'émotion, non, ce qui m'a frappée, c'est l'évidence de ce mode de vie comme générateur de bonheur. Pouvoir faire une noce magnifique de 180 personnes, sans avoir le budget de Rothschild, sans étalage de luxe tapageur, sans gaspillage, avec comme seul fil rouge, finalement, l'Amour .C'est bien ça le plus important. Merci à J et N de nous l'avoir rappelé.

Merci à Delphine, d'avoir apporté tant d'eau à mon moulin.Et merci à tous ceux qui se reconnaissent ou se reconnaîtront dans ce combat en acceptant de devenir à leur tour des gouttes d'eau.

4 commentaires:

  1. Justement, je viens de lire un article sur le site du Monde.fr sur une ONG brésilienne qui lance une campagne pour économiser l'eau sur le thème (simplissime mais il fallait y penser !) de "faire pipi sous la douche pour sauver la planète". Ils calculent qu'ainsi, au terme d'une année ce seront plus de 4 000 litres d'eau potable économisées PAR PERSONNE. Je trouve l'idée géniale (ils précisent quand même de faire pipi en début de douche, hein...!) Finalement, nos gamins qui adorent ça, les "jets" sous la douche, ont 100 fois raison !
    FD, qui n'a pas de baignoire. Par choix.
    Et génialissime aussi le mariage "participatif" !

    RépondreSupprimer
  2. Un très bel exemple en effet.
    Beaucoup d'entre nous somme prêts à être cette goutte d'eau.
    Les mentalités finiront pas changer mais quand?
    Math

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour l'eau du moulin, le soutien et le coup d'éclat. Oui, je suis persuadée que la solidarité peut beaucoup. Quel beau mariage ce devait être: tu as de la chance d'avoir des amis comme eux. A très bientôt! Bises

    RépondreSupprimer
  4. FD, tu imagines le nombre de douches que tu devras prendre chaque fois que tu as une envie? Et puis quoi, tu as une douche dans ta classe, dans les supermarchés etc etc. ;-) Et une douche ne consomme-t-elle pas plus qu'une chasse d'eau économique? Et puis ça me rappelle trop les pensionnats et tout le reste... M'enfin, si tu penses que s'arroser les pieds tous les matins peut aider, je vaus y réfléchir. Sans blague, je pense que les chasses économiques aident déjà beaucoup, le fait de ne pas laisse couler l'eau (quand on se brosse les dents, quand on fait la vaisselle etc) aussi. A propos, c'est pas par ras-le-bol des chasses d'eau que cette idée t'intéresse :-))))

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.