dimanche 3 janvier 2016

Je ne sais pas dire non à ces mots-là...




« Fais glisser tes bas...

Là, dans ton coeur, dans tes bras
Là, je n' sais pas dire non
Non à ces mots-là »










Merci à Jdissa pour la séquence émotion.

69 commentaires:

  1. Être un ignare en musique et découvrir ce beau morceau. Aller chercher quelques informations. Être touché par cet homme, sa douleur, son chemin, sa fin.
    Parfois quelques mots quelques lignes suffisent à sauver un dimanche soir de la morosité. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ignare..Comme vous y allez ! Je suis sûre que vous connaissez des tas de choses que j'ignore.
      En tous cas merci pour ce premier commentaire. Je sens en vous une émotion très palpable.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Ce lundi-là en 2005, ce vendredi-là en 2015.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien vu, Myo !
      Tu y étais en 2005, au Bataclan ?
      J'aimais beaucoup la chanson Ce Lundi Là...
      Bises émues
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Wouais, ben je trouve que la Camarde commence à draguer un peu trop près de moi.
    Fallait pas qu'il se delpech autant que ça de passer l'arme à gauche.
    Ti bacio

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta ta ta...tu manges bio, tu vis loin des hydrocarbures et tu ne fumes que du chocolat suisse...
      A mon avis, si elle te prend, là, y a gourance.
      Non, tu veux que je te dise le plus étrange dans cette affaire ? C'est qu'hier matin on jouait au billard avec mes potes de bombance, et j'avais mis la playlist "Nostalgie" sur Spotify.
      Et là, passe une chanson de Michel Delpech, et un de mes copains dit: "il est toujours vivant, Michel Delpech ?"
      Nan mais c'est dingue, y a de ces coïncidences...Je suis sûre qu'il est mort à la minute où on a parlé de lui.
      baci

      Supprimer
  4. Je savais qu'il était gravement malade et cette chanson remonte à quelques mois et il savait qu'il allait passé. Je retiens de lui que c'était un grand chanteur aimé et jouant dans la cour des grands.Je suis attristé.Paix à son âme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non cette chanson date de 1988...Tu dois confondre avec "la fin du chemin" qu'a publié Suzame.
      Moi aussi je suis triste...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Tu as raison, quelques chaines de télé n'arrêtent pas de la passer en boucle, aujourd'hui; Un clip dans lequel, en voiture, il paraissait très affaibli mais il chantait avec tellement de courage.
      Merci poétesse

      Supprimer
    3. Tu l'as écoutée au moins, la mienne ? C'est un très joli slow sensuel et tendre...comme on n'en fait plus !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Je viens de me la rappeler en m’en y imprégnant et m’y plongeant dedans et c’est ma mémoire auditive qui me la fait remonter en surface quand elle était partout diffusée à une certaine époque. Je ne l’avais pas réécoutée tout à l’heure, j’étais concentré sur la tristesse de son décès, et je pensais même que c’était son dernier tube. Elle est vraiment belle et ce n'est pas étonnant maintenant que j'y pense que Jdissa y était pour quelque chose
      Merci de m’y avoir orienté...sur la chanson, pas sur Jdissa!!

      Supprimer
    5. J'espère que mes lecteurs vont écouter au moins quelques notes...
      je l'aime tellement cette chanson. Sans doute parce qu'elle me rappelle un bon souvenir.
      Notre vie est comme cela jalonnée par les chansons populaires, je me souviens...J'en ferai sans doute un billet, un jour...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Eh, c'est qu'il a bon goût le Jdissa !
      Ben tiens !

      @ Cel: Tiens, Cel, je la joue déjà à la gratte... je te prête mon synthé dont on peut scinder le clavier, synthé main gauche et piano main droite. Et on fait un tabac !
      @ Bizak: euh oui, si tu pouvais éviter de te laisser orienter vers moi, ça me dérangerait pas. Non que je te batte froid car tu me semble quelque'un de tout-à-fait fréquentable et au demeurant fort charmant me senble-t-il, mais mes goûts auraient plutôt tendance à s'orienter dans d'autre direction...

      ...'fin moi... Jdirien...

      Supprimer
    7. Il faut que je m'entraîne à la jouer alors...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Moi je ne suis pas triste... Cet homme est toujours là, sous une forme d'immortalité : au travers de ses chansons... Au travers de la mémoire collective...
    Tout à une fin, et la fin n'est pas forcément rédhibitoire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La mort n'est pas forcément une chose triste, lorsqu'elle est attendue, voir souhaitée par la lassitude de vivre. Avec Delpech, la Camarde n'a pas été tendre en le prenant par la voix, en plusieurs étapes, l'arrachant à la vie sans ménagements. La tristesse tient dans les conditions de sa mort.

      Pour ceux qui aiment ses chansons, le seul changement c'est qu'il n'en fera plus de nouvelles, les autres resteront dans leur fraicheur et leur jeunesse.
      J'espère qu'il a pu faire le plein de vie pour lui et autour de lui. Finalement, le reste n'est que littérature...

      Bon vent Michel, au paradis des chanteurs, tu vas retrouver du beau monde...

      Ciao et Baci à la patronne

      Supprimer
    2. @Le Mort Vivant
      Ce sont les départs qui me rendent triste. Et la mort est un départ comme un autre : on regarde partir les gens en n'étant jamais sûr qu'on les reverra un jour...

      @Blutchy
      Tu as raison. Pour un chanteur, mourir de la voix, c'est dur.
      Les gens se foutent de moi quand je dis ça , et pourtant c'est vrai: j'aimerais bien mourir en bonne santé plutôt qu'à petit feu des suites d'une longue maladie.

      Bisous et baci

      Supprimer
  6. Je ne connaissais pas cette chanson... très belle, très douce... Merci.

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La mort d'un chanteur permet souvent de le redécouvrir, c'est comme ça...
      Je n'étais pas une fan absolue mais je me rends compte que je connais pratiquement toutes ses chansons...
      Bisous nostalgiques
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. C'est très troublant. Je permets de conseiller trois chansons très peu connues, J'étais un ange, Le roi de rien, Bombay. Je t'embrasse ma Cel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ces poèmes (car c'en est) Je suis particulièrement sensible à ton choix.
      ces chansons parlent à mon âme.
      Je t'embrasse aussi

      En vérité je vous le dis
      Je vais profiter de la vie
      Malgré la météo
      Qui nous promet quelques nuages
      Poser mes valises quelque part
      Marcher devant moi au hasard
      Chanter incognito
      Au coeur d'un opéra sauvage

      Moi qui cassais tout
      Avec l'égoïsme fou
      D'un hippopotame
      Qui cherchais surtout
      Derrière les claques et les coups
      Un supplément d'âme

      Libre aujourd'hui, je suis enfin
      Le roi de rien
      N'importe qui, tellement quelqu'un
      Le roi de rien

      Je ne sais pas si vous savez

      Mais rien ne vaut la liberté
      Cessons tous ces soucis
      Car il faut voyager léger
      Comme un cerf aux abois
      Qui profite des sous-bois
      Avant la vraie vie
      Je vais chaque nuit
      Goûter les gouttes de pluie
      L'eau de l'au-delà

      Libre aujourd'hui, je suis enfin
      Le roi de rien
      N'importe qui, tellement quelqu'un
      Le roi de rien

      Libre aujourd'hui, je suis enfin
      Le roi de rien
      N'importe qui mais tellement quelqu'un
      Le roi de rien

      N'importe qui mais tellement quelqu'un
      Le roi de rien
      Le roi de rien


      ¸¸.•*¨*• ☆


      Supprimer
  8. A l'entrée dû cimetières de Penta du Casinca, il est écrit Oghje a me » à la sortie « Dumane a te », ce qui nous ramène à notre réalité. Et c'est d'autant plus vrai pour moi qui suis née exactement 1 jour avant lui la même année.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trop vite envoyé!! Peux tu lire sans les fautes de l'IPhone sur "du cimetière" svp?

      Supprimer
    2. Oups ! c'est vrai qu'il ne faut pas être superstitieux, ça porte malheur...
      Heureusement, la Camarde n'a pas de logique mathématique.
      Bisous et ne t'inquiète pas pour les fautes. Je connais les caprices de l'aïe faune
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Je te verrais bien en Marianne dans les rues de Paris, moi ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait moi
      quand je pars chercher mon soutif que le vent a emporté chez le voisin...
      Hihi
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Exactement ça, comme dans la Liberté guidant le peuple de Delacroix

      Supprimer
    3. Tu as cliqué sur le lien, ou tu as un génie naturel ?
      ^^

      Supprimer
    4. Savais pas que c'était un lien, je croyais que c'était un titre ! J'suis con parfois. Mais c'est tout de suite à ça et à toi que j'ai pensé quand j'ai entendu la chanson à la télé hier

      Supprimer
    5. Boss, je ne t'autorise pas à te dévaloriser de la sorte...Surtout après ce que tu dis de moi :-)
      Merci. Ça me touche célestement
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Où l'on voit que Delpech incarnait parfaitement le crooner à la française. Mal adaptée à la syncope rock, notre langue glisse parfaitement sur l'harmonie « tendre canaille » du swingue crooner. Un regret cependant : l'exhorte à « faire glisser ses bas ». Qu'elle les garde, au contraire ! rien n'est plus troublant que la frontière entre la soie et la chair…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est drôle, je le prends plutôt comme une exhortation à les faire glisser l'un contre l'autre dans un délicieux bruit de soie froissée...
      Molto baci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Votre quant « à soie » et des plus plaisants, mais je persiste : il faut dans ces choses des bas et du haut !

      Supprimer
    3. Ai-je dit le contraire ? j'aime que le haut soit à la hauteur des bas...

      Supprimer
    4. Des bas si hauts perchés : il n'est que vos mailles qui m'aillent…

      Supprimer
    5. Quel beau subjonctif...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Un grand chanteur à la carrière exemplaire...
    Vous lui rendez un hommage qui vous ressemble : touchant et juste.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est quand il disparaît que l'on s'aperçoit souvent que l'on aimait un chanteur...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. J'ai passé mon dimanche à regarder des hommages.
    Il a ponctué diverses périodes de ma vie.
    Merci de ton hommage.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il fallait être sourd, hier, pour ne pas tomber sur un hommage... ;-)
      Il a ponctué la vie de beaucoup d'entre nous...
      Bisettes ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Hasta luego hombre, ten cuidado.!

    Je vois partir des gens que j'aimais et je me dis : quand te verra t-on partir ? (je parle de moi bien sûr) ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le plus tard possible, caro mio.
      C'est ce que je te souhaite ardemment.
      Ti bacio forte
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Merci à Jdissa et Célestine...♥

    Je poste mon prochain Rackham cet aprème, un hommage à double face si l'on peut dire ^^
    Besos ♫♪♪♪

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai hâte de le lire.
      besos
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Je l'aimais bien. Il est parti trop tôt !Ma chanson préférée: Quand j'étais chanteur. Il y avait de la dérision dans cette chanson !
    L'impermanence de la vie. J'en ai de plus en plus conscience ;

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'impermanence est un joli mot, léger et voletant. Même s'il cache une réalité bien pesante...
      Bisous Daniel
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. A l’écoute de l’hommage télévisé, j’ai réentendu tant de chansons, un beau leg qu'il nous a fait là! elles resteront à jamais dans nos cœurs.
    B♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certaines gagnent à être lues comme des poèmes? D'autres sont de jolies balades.
      mais il avait du talent c'est certain...
      Bisous Jak, courage pour la suite, mes pensées t'accompagnent chère amie.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Un rien trop mielleux, trop moëlleux à mon goût, Michel Delpech. Mais un grand monsieur tout de même...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon c'est pas les Sex Pistols, c'est sûr...
      Mais il a bercé mes premiers émois d'adolescente...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. une vedette nous quitte nous garderons en mémoire ses chansons

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait...c'est exactement ça. ^^

      Supprimer
    2. Ben tiens !
      La vie est simple avec flipperine, elle est fulgurante d'évidence(s) !

      ;oDDD

      Supprimer
  19. On est tristes, il était chouette notre Michel!!
    Celestine je ne sais pas où trouver la liste des 100 mots pour cette année,!
    Bise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mart, clique ICI pour les sujets...
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Ce n'est pas un chanteur que j'ai aimé de suite (hormis "Chez Laurette" que j'ai adoré bien plus tard), son "Pour un flirt" a bercé mes 14 ans (et mes premiers flirts), j'ai été Marianne dans les manifs, finalement je me rends compte qu'il m'a accompagnée sur les ondes tout au long de ma (folle) jeunesse) et bien plus... J'étais très triste quand j'ai appris qu'il était perdu cet été et encore plus hier... C'est toujours un peu de nous qui s'en va avec ces chanteurs générationnels ! Bises tristouilles ma céleste amie♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il était craquant quand il était jeune, avec son petit Q serré dans ses pantalons pattes d'eph et sa chemise ouverte sur un médaillon. Et pis il avait un beau sourire...
      Bisous ma belle copine.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Merci Celestine, merci Jdissa. C'est une superbe chanson. Il y a beaucoup de chansons à découvrir de lui autres que ses six grands succès. Le roi de rien par exemple. Sur le même album, j'aime beaucoup la chanson sur Cartier-Bresson. Elle lui va bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait, Patrick. Des textes à redécouvrir...ou à découvrir !
      Je t'embrasse
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Bonsoir Célestine , un bel hommage au grand Michel Delpech . J'avais un peu oublié cette chanson "Adieu Paris, Adieu la France" je l'avais entendu dans les années 80 je crois . J'aimais bien ses chansons et il est vrai qu'on le savait bien malade . je n'étais pas surpris d'apprendre qu'il s'était éteint il fallait , hélas s'y attendre ..il ne souffre plus et il nous enchante à jamais .
    Oh !! tu as bien fait de mettre le texte de la chanson "le roi de rien" un joli titre qui n'a pas eu le succès qui l'aurait mérité d'avoir .
    Bonne nuit !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Jerry.
      J'aime beaucoup ses chansons peu connues.
      A ce propos, je n'oublie pas que je dois te parler de ton disque. je tiens toujours mes promesses, tôt ou tard, cher Jerry.
      Bises étoilées

      Supprimer
  23. J'ai mis mon casque et ... Là, dans ton coeur, dans tes bras ... c'était très agréable , merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en doute pas, cher ami...
      On est toujours bien dans les bras d'une personne du sexe qu'on n'a pas ( ou qu'on a aussi, d'ailleurs) ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Alors... Alors je vais peut être écrire une grosse connerie mais je verrais bien étienne Daho interpréter cette "Je ne sais pas dire non, à ces mots là"... c'est peut être une grosse connerie mais je le verrais bien...

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh non, je trouve que c'est pas du tout une connerie, tu as raison, c'est bien l'atmosphère d'une chanson à la Daho...En plus tu as l'oreille musicale ^^pffff ! que de qualités...
      ^^
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  26. Moi aussi, je l'aimais bien : http://cathnounourse.blogspot.fr/2016/01/michel-delpech-decede-le-02012016.html
    Bises

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.