samedi 23 janvier 2016

Mes étoiles z'au ciel...

Afficher l'image d'origine
Cliquez sur la photo pour écouter







La physiognomonie est une pseudo-science ancienne qui prétend établir le caractère de quelqu'un à travers les traits de son visage. Je ne sais pas si cela obéit à des lois rationnelles, mais ce qui est certain, c'est que le caractère influe largement sur la tronche que l'on a. Mon amie Edmée, dans un de ses éblouissants billets dont elle a le secret, a admirablement décrit combien la joie de vivre et la positivité d'esprit modèlent le visage bien mieux que toutes les chirurgies esthétiques. Un vrai bain de félicité que ce billet...

André Brahic, le découvreur des anneaux de Neptune, le septuagénaire bondissant,  fait partie de ces gens positifs dont j'aime depuis toujours l'énergie, l'enthousiasme et la joie. Son visage pétille. Ses yeux grands ouverts sur la curiosité de l'Univers sont ceux d'un gosse de dix ans. Il me fait penser à Eric Orsenna, que je rencontrai il y a quelque temps.

 Tout son corps parle de manière expressive et joyeuse. Ecoutez-le partager ses convictions avec vigueur, et un sourire confondant et mutin d'homme libre, généreux, hédoniste, conscient de sa chance et désireux de donner le meilleur de lui-même. Se qualifiant avec humour  en fin d'interview d'homo-rigolus, face à tous les homo-tristus qui nous envahissent le mental et nous figent dans la morosité. Ne reniant pas ses origines minières ardéchoises. 
Son credo: la culture est la meilleur arme contre la violence. Et nous vivons une époque formidable. 
Les homo-tristus ne manqueront pas de le descendre en flammes, avec leurs arguments habituels mais c'est jouissif de voir que cela ne le perturbe pas plus que ça. Cette force sereine est revigorante.
 Un projet personnel pour 2016 ? Aller écouter un de ses cours en amphi,  lui parler à la fin du cours, lui dire toute mon admiration et en ressortir regonflée à bloc. 

Voilà pourquoi la compagnie des étoiles m'est précieuse. L'astro-physique, plus qu'une science, est une philosophie de la vie qui donne du souffle. Ce souffle silencieux, vaste et éternel que l'on sent passer entre les corps célestes, la nuit. Le souffle vital de notre humanité. Celui que Rimbaud appelait le doux frou-frou des étoiles. 

¸¸.•*¨*• ☆




A l'émission Folie passagère, vendredi soir

96 commentaires:

  1. on retourne au 19e siècle, avec de pseudo-scientifiques qui croyaient pouvoir définir à l'aide de la physionomie (etc, j'abrège) si on était un assassin en puissance ou un honnête homme...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Euh...je crois que tu es passée à côté du sens de mon billet et t'arrêtant à l'introduction...
      J'ai dû mal m'exprimer... Quel dommage!
      Je ferai mieux la prochaine fois.
      Bisous célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Enfin quand je disais que tu étais passée à côté, ce n'était pas un jugement, je m'en voudrais que tu le prennes mal. On a parfois des enthousiasmes qui débordent et qui nous font prendre des positions trop tranchées. Ce que je voulais dire, c'est que la "physiognomonie" n'était pas le sujet numéro 1 de mon billet, mais j'entends bien qu'il ne faut pas juger les gens sur leur mine. Tout au plus a-t-on des ressentis plus ou moins positifs devant le visage de quelqu'un.
      Voilà, pardonne-moi mon commentaire un peu vif de tout à l'heure.
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Là, je ne te suis pas du tout. Bien sûr que le caractère se voit sur le visage et la gestuelle de la personne.
      Un exemple: Claude Allègre (tu connais? :-D).
      Il est tellement imbu de sa personne qu'il s'installe sur son quant à soi, poitrine en avant et le menton qui s'incruste dans la gorge pour raconter des conneries plus grosses que lui sur le climat, le nucléaire, les énergies renouvelables, les pollutions, etc. (Au fait, sa formation, c'est géologue, pas devin...).

      Un autre pour la route: Jean-François Copé.
      Il a une tête de faux-jeton, le regard qui biaise et le rictus mal assorti avec les propos. Une tête à jouer Iago.... Et bien, il n'a pas que la tête, c'est réellement un traître et un faux-cul, n'hésitant pas à piétiner père et mère pour satisfaire ses ambitions.

      Et la tête de Valls....
      J'admets qu'à voir la tête de quelqu'un on ne pourra pas savoir s'il aime la sauce bolognaise (à moins d'inventorier les restes crochés dans sa barbe), mais le caractère général de la personne y est inscrit mieux qu'un tatouage....

      A vingt ans, on a la tête que nos parents nous ont fabriquée.
      Après 40-50 ans, on a celle qu'on mérite...

      Autrement André Brahic dit des choses justes, mais il fait un peu d'angélisme tout de même. Difficile de se programmer homo-rigolus en étant au RSA dans une zone économiquement sinistrée. Difficile aussi de l'être dans la France-Télécom pilotée par Didier Lombard...
      Heureusement que l'humour est à étages, ça permet d'échapper à la sinistrose, mais tout le monde n'a pas cette échelle.
      Ti bacio Cara, la vita e bella

      Supprimer
    4. Trop compliqué, là, de répondre...
      Quand tu dis "je ne te suis pas" tu parles de ce que je dis dans mon billet, de ce que je dis à Adrienne dans mon premier com, ou de ce que je rectifie dans mon deuxième com. ?
      Non parce qu'en fait dans mon billet, je dis que le visage de Brahic révèle son caractère, donc je dis la même chose que toi, en gros, tu me suis ?
      Par contre Adrienne se focalise sur le premier paragraphe en en faisant une extension de mon billet qui m'a fait réagir dans un premier temps, en parlant à demi-mots du danger qu'il y a à pratiquer le "délit de faciès".Et là je réalise qu'elle a raison, et que je ne voulais pas du tout dire ça. Donc je m'excuse auprès d'elle.
      Et là je ne dis pas la même chose que toi parce que je ne m'autorise pas à dire qu'un tel ou un tel a une tête de faux-cul. C'est quoi, une tête de faux-cul ?
      En revanche, je m'autorise à dire que mes ressentis quand je vois quelqu'un et que je fais confiance à mon sixième sens, ne me trompent jamais. Et que certains visages me plaisent et d'autres me mettent mal à l'aise. mais ça ne se met pas en équation.
      Quant à l'angélisme, pour moi, ce n'est pas un gros mot, dans ce monde démoniaque. C'est juste une question d'équilibre.

      ¸¸.•*¨*• ☆


      Supprimer
    5. Que disais-tu un peu plus haut... On a parfois des enthousiasmes qui débordent... :-) Chasse l'esprit rital et il revient au galop...
      J'ai été accroché par le terme "pseudo-science", qui est utilisé par les septiques de façon péjorative pour faire taire leurs contradicteurs, et je suis dans tout ce que je fais en bute à ces septiques et des gens qui font de la désinformation en méprisant ceux qui ne pensent pas dans l'intérêt de leurs commanditaires.

      C'est vrai que je n'ai jamais imaginé que l'on puisse ne pas voir la personnalité de quelqu'un, même sans le son...

      Le délit de faciès est encore une autre dimension qui s'accroche juste à la couleur de peau et/ou le statut social.

      Pour l'angélisme de Brahic, je voulais juste dire que ce n'est pas si simple qu'il le laisse supposer de passer d'homo-tristus à homo-rigolus. Mais il a raison de le promouvoir...
      Ti bacio

      Supprimer
    6. je persiste à dire que la physiognomonie est une "pseudo-science" ce n'est pas péjoratif, c'est juste que l'on ne peut pas tirer de loi générale et que quelqu'un peut avoir une "tête d'assassin" et être un parfait et vertueux père de famille.
      Et certains asiatiques ont un visage tellement énigmatique et ne laissant passer aucune émotion qu'il est très difficile de deviner leur personnalité.
      Petit jeu: ou est l'assassin ?
      ICI ou LA ?
      Baci caro
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    7. La physiognomonie n'est, tout simplement, pas une science, comme tout ce qui s'occupe de l'humain, car il n'y a pas de règle universelle qui est applicable.
      Pour "asseoir" certaines disciplines, il a donc été décidé de créer deux sortes de sciences:
      - Les sciences exactes qui peuvent répondre à la (très contraignante) preuve scientifique
      - Les sciences humaines, qui s'appuient sur...... rien de concret.

      Les médecines naturelles sont des pseudo-sciences pour la bienpensance, la médecine allopathique est dite scientifique. Cherchez l'erreur ,car toutes font appel aux mêmes règles de mesure. L'une à un petit siècle d'existence, les autres, jusqu'à 5 millénaires...
      C'est pour ce genre de choses que je croche sur le terme "Pseudo-science".
      Pour les visages, il en va de même que pour des livres, si tu ne connais pas la langue dans laquelle il est écrit, tu ne sauras jamais rien de lui. Je n'ai pas la prétention de savoir lire le chinois, le japonais ou le viet-namien... :-)

      Pour ton petit jeu, Mesrine est le truand et son regard montre une détermination farouche (et froide).
      C'est qui l'autre qui ne parait pas très bien dans sa peau.... (au moins à l'instant de la photo :-D

      Ti bacio

      Supprimer
    8. Tu ne trouves pas qu'ils se ressemblent ?
      Lequel est Mesrine d'après toi (sans tricher bien sûr) ?

      Pour la médecine, je suis d'accord : la science est un peu pervertie par l'argent...
      Les "sciences humaines" c'est un glissement du sens du mot science.
      La science, c'est l'autre sens du mot "savoir".
      Mais si toute science est un savoir,
      tout savoir n'est pas de la science au sens exact.
      Mais un savoir empirique peut être intéressant, et je rêve d'un monde qui verrait la réconciliation des deux. les savoirs ancestraux et les connaissances scientifiques de pointe.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    9. Sans tricher, Mesrine est le premier. Mais tu ne me dis toujours pas qui est l'autre...

      Un peu pervertie..... J'ai cru que c'était moi le spécialiste de la litote, je vois que tu te défends pas mal...
      Pour tout ce qui n'est pas des sciences exactes, le mot "Savoir" me convient bien. Il a le mérite de ne pas faire d'apriori en fonction du politiquement correct du moment.
      La science de pointe me fait toujours un peu peur par l'usage qui en est fait.
      "Science sans conscience n'est que ruine de l'âme" disait ce cher Rabelais. C'est de plus en plus vrai, hélas.
      Baci Cara

      Supprimer
    10. Je pensais que tu avais reconnu Gerard Klein...
      Sur une photo c'est très difficile de distinguer le caractère d'une personne rien qu'en regardant son visage.Mais dès qu'elle s'anime, qu'elle parle, qu'elle bouge, des milliers de petits signes la trahissent...
      L'astronomie est sans doute une science un peu à part, on n'est pas QUE astronome, quand on l'est, on est aussi poète, philosophe...
      Mais ma fille est une vraie scientifique, et cela ne l'empêche pas d'avoir un coeur.
      baci et buona giornata
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Mouais... ceux qui étalent le plus leur joie de vivre en public sont souvent les plus invivables en privé...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le contraire est-il vrai ?
      En ce cas, j'envie les femmes de certains politicards...quels joyeux drilles ils doivent être en privé !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Hum… je ne sais pas trop quelle est la validité statistique de l'assertion : « ceux qui étalent le plus leur joie de vivre en public sont souvent les plus invivables en privé ». Ce n'est pas parce que ça *peut* arriver que ça arrive souvent...

      Supprimer
    3. Tu as raison ! Ce sont des choses que l'on dit "comme ça".
      L'homme aime bien me titiller...
      Du style "ce sont ceux qui en parlent le plus qui le font le moins"...aucune validité statistique. Mais chacun est libre. Et en l'absence de preuves mathématiques...je m'abstiens de raisonner.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Petit accès de ronchonnite chez l'homme... m'escuse... :--)

      Supprimer
    5. Mais non, ne t'excuse pas.
      Il ferait beau voir, comme dit Simone.
      Si on peut plus ronchonner avec les amis...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. J'ai écouté avec beaucoup d'intérêt cet homme et son discours positif est réjouissant, c'est vrai.
    J'aime notamment son anecdote sur ce cours d'astronomie qu'il est allé donner dans une banlieue difficile.
    Je comprends mieux combien votre amour des étoiles a dû faire miracle auprès de vos chères têtes blondes.
    Merci pour ce billet
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Personne ne peut résister à une leçon d'astronomie bien menée, je vous le dis...
      Même les plus sceptiques en ressortent souvent enchantés.
      Il suffit de mettre un peu de feu dans ses paroles.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Oui, mais ça, c'est le talent de l'orateur. Il y a des gens qui pourraient réciter le bottin téléphonique.... D'ailleurs, je crois que Guy Bedos l'avait fait.

      Supprimer
    3. La prochaine fois, au lieu de te parler de Cassiopée et de Vega, je te récite le bottin.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Mieux que ça, tu me le chantes.

      Supprimer
    5. Tsss...
      Tu mériterais que je te prenne au mot ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. N'exagérons pas, tu as déjà "Bella ciao" au bout de tes arpèges...

      Supprimer
    7. Tu veux mon avis ? je préfère quand même Bella Ciao.
      Mais tu l'as échappée belle. Tu ne sais pas ce que c'est de titiller une italo-irlandaise...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. Si si, les réactions sont... impériales ;-)

      Supprimer
  4. Contre la violence et le désespoir qui sévissent actuellement...on a la parole, la culture, la curiosité...la poésie, les étoiles...enfin, tout ce qui nous élève et qui nous montre que nous ne sommes pas de "pauvres tas de chair" perdus dans l'univers, mais de "petites merveilles" habillés en humains...et dont la créativité peut tout changer...

    Merci, Célestine, de me faire découvrir cet "amoureux des étoiles" et de la vie, que je ne connaissais pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La culture et le savoir contre la violence. J'aime bien ce qu'il dit des gens "à bout d'arguments" qui n'ont plus que leurs poings pour s'exprimer...
      Il rejoint ainsi Victor Hugo, toutes proportions gardées, et sa phrase sur les écoles et les prisons...
      Bises chère Licorne. A quand le prochain défi d'écriture ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Excellent ! J'adore déjà cette vidéo et cet homme enthousiaste ! Qu'est-ce que ça fait du bien de voir/entendre ça. C'est effectivement revigorant !

    Merci pour ce partage, Célestine :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout est question de focale...
      Regarder le monde, pour tout un chacun, ça ne se fait qu'avec les yeux.
      C'est donc le point de vue qui change tout.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Exercice : s'inspirer de la bannière, monter sur une colline, attendre l'obscurité, regarder le ciel, apprendre à le lire, comme on lit dans les rues de son village les hommes et femmes ses habitants. Les étoiles, les êtres, deux merveilleux centres d'intérêt.
    Joli billet

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le meilleur, c'est d'apprendre à lire le ciel aux gens...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Tiens, j'ai rencontré moi aussi Eric Orsenna....•*¨*• ☆

    Je comprends cette histoire de physiognomonie, j'appelle ça moi morphopsychologie mais leurs concepts ont l'air proches.
    C'est l'astrologie qui m'a rendu curieux de ces choses...

    Mais n'oublie pas que tous les malfaisants connaissent ces arts de l'apparence et peuvent en jouer pour se donner un genre.
    Et je préfère Daniel Picouly, de toutes façons ^^
    Besos vous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas grand chose, mais je sais me fier à mon sixième sens, et celui-ci me dit que André Brahic n'est pas malfaisant. Il a quelque chose d'intact en lui, quelque chose de la pureté, de la candeur de l'enfance.
      J'adore Daniel Picouly. Et je dirais un peu la même chose en ce qui le concerne. Voilà quelqu'un qui a gardé son âme d'enfant.
      Besos captain
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je fais confiance à ton sixième sens pour cet André Brahic alors ;)

      Orsenna m'a rappelé Picouly car je les avais rencontré le même week-end. Voilà...Bonne nuit chère Célestine ♥

      Supprimer
    3. Et quand tu parlais des malfaisants, tu pensais à quelqu'un en particulier ? ;-)
      Bonne nuit à toi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Non, des gens de la vie, manipulateurs et cupides comme on en rencontre souvent ^^
      Bises ♥

      Supprimer
    5. Ah ok oui, là c'est vrai que la vie est une jungle...
      Et je n'ai que mes piquants comme dit la rose du petit prince...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

  8. c'est vrai que le visage d'Erik Orsenna respire la joie.
    J'ai adoré son livre la grammaire est une chanson douce...
    La vidéo est intéressante, l'enthousiasme du scientifique est communicatif...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Ellinda.
      Ce livre est un de mes préférés.
      J'aime les hommes enthousiastes, et leur vision du monde qui me permet d'avancer comme guidée par un phare.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Il n'y a pas lieu de "descendre en flamme" un avis différent.
    Je ne connais pas cet homme, et je respecte la passion des idées ; même si elles divergent.
    Le caractère influerait sur la tronche qu'on a... Étrange. Cela ferait de nous des livres ouverts, non ?...
    Je vais méditer là-dessus... Qui sait ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme j'ai essayé maladroitement de le dire plus haut, je ne pense pas que l'on puisse mettre en équation les traits du visage et les traits de caractère.
      Néanmoins, il y a les ressentis, et là, j'avoue que je "sens" les gens bien avant de les connaître, et ma première impression est rarement fausse.
      Il y a des gens qui ont un visage ouvert, des lèvres sensuelles et un regard droit, et d'autres qui ont le front bas, le menton fuyant et des lèvres minces.
      La forme des rides montre aussi si la personne aime rire ou est plutôt quelqu'un de triste... etc etc.
      mais ce ne sont, à mon avis, que des éléments subjectifs.
      Ta première phrase t'honore, mais hélas, bien des gens s'autorisent à lyncher les gens qui n'ont pas les mêmes idées qu'eux (même si ce lynchage n'est que virtuel, ou médiatique )
      Bonne méditation, Gilles
      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. ..."Ce qui reste c'est la culture"... ok ! mais tout le monde peut-il y accéder ?
    d'accord avec André Brahic, pour ce qui transparaît de ses passions, son enthousiasme, "le feu de ses paroles", sa positivité.. mais avec le temps, j'ai appris à me méfier de l'apparence.. ce qui est beau n'est pas forcément bon, et vice-versa, ce qui n'est pas beau (voir les canons de la beauté !, et il s'agit de subjectivité ....) n'est pas forcément mauvais... il en va de cette appréciation pour les hommes comme pour les fruits, les légumes (hein !)... à présent je préfère me fier à mon 6e sens, plutôt à l'être qu'au paraître, au ressenti.. qui ne me trompe pas énormément.. et ceux qui apparaissent comme des extra-positifs en public (ou derrière leur écran) ne le sont pas forcément dans la vraie vie, au quotidien, je veux dire... et cachent bien leurs failles...
    alors tu sais.... on peut se tromper sur le faciès, et la façon de mener sa vie.. voir les manipulateurs, les pervers narcissiques.. ils peuvent avoir des visages d'ange... et tromper leur monde ....
    donc, et je te rejoins Célestine.. "regarder le monde pour tout un chacun" se fait avec le coeur plutôt qu'avec les yeux... et découvrir les "petites merveilles" que nous pouvons être....
    Quant à Erik Orsenna, je l'adore pour ce qu'il EST,ce que je crois deviner de lui ....pour ses écrits.. mais je peux me tromper !
    Bon dimanche, comme tu aimeras...
    Je t'embrasse.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connais bien les PNM, j'ai appris à m'en méfier comme de la peste, à en reconnaître les signes et mon sixième sens ne me trompe pas. Mais je continue à avoir des coups de coeur pour les actions et les paroles positives de certains personnages publics et certains êtres humains , parce que tout simplement ça me fait du bien. Alors oui, sans doute, André Brahic a-t-il, comme tout le monde, des failles. Peut-être est-il exécrable dans la vie privée (quoique je me permette d'en douter)

      Mais ce qu'il dit, ce qu'il fait, les livres qu'il écrit, sa façon d'appréhender le monde me plaît.
      Il a un charisme, tout comme Pierre Rabhi, Hubert Reeves, Alexandre Jollien, Mathieu Ricard, Christophe André, Alexandre jardin, Eric Emmanuel Schmitt, et feu Stephane Hessel ce sont ceux dont on parle aujourd'hui, mais il y en a bien d'autres. Des gens qui parlent d'espoir et de solidarité, et qui voient le verre plein.
      Je distingue leur aura positive, lumineuse. Et après qu'ils ont parlé, je me sens bien.
      Alors je comprends que la vie nous apprenne à nous méfier, mais franchement, il y a bien d'autres êtres malfaisants dont il faudrait se méfier des belles paroles, avant cet astronome un peu lunaire aux enthousiasmes d'enfant.

      Enfin, pour ce qui est de l'accès à la culture, la réponse est oui, tout le monde y a potentiellement accès. Tout le monde ou presque a des yeux et des oreilles, un cerveau, et un smartphone, ou un ordinateur ou un poste de tv. Mais le rôle de l'éducation est d'ouvrir les âmes, et de leur donner les clés de la lecture d'oeuvres. Je fais partie de ceux qui militent pour que la culture ne reste pas le fait d'une élite. Ce n'est qu'une question de volonté et de choix politique, comme tu le sais. Alors la tâche est rude. Mais j'y crois. Et quand Brahic va faire des conférences dans les quartiers difficiles, il y croit aussi.
      Je te remercie pour ta participation, Den.
      Beau dimanche lumineux à toi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Tu parles de charisme, Célestine, et j'ajouterai volontiers "positif". Un charisme positif, ou optimiste. Parce qu'il y a aussi des charismes négatifs, défaitistes, qui séduisent les foules en convoquant la peur et le rejet du différent de soi, hélas.

      Comme toi je suis perméable aux personnalités optimistes et enthousiastes, souriantes, joviales, parce que, comme tu le dis « elles me font du bien ». Elles réveillent en moi quelque chose qui provient de l'enfance mais que le monde "adulte" étouffe sans cesse : énergie, enthousiasme, joie, candeur…

      Malheureusement il y toujours quelqu'un pour pointer sur tel ou tel aspect d'un "charismatique positif" qui, peut-être, ne le serait pas autant qu'on pourrait le croire. Un peu comme s'il y avait de la manipulation derrière chaque personne un peu trop séduisante et que non, définitivement, il ne fallait pas trop attendre de voir du bon chez l'humain.

      C'est déprimant. Je me demande ce que ce pessimisme de fond indique…

      Supprimer
    3. ...Je ne parlais pas d'André Brahic quand je disais "j'ai appris à me méfier de l'apparence...." "des failles".. je ne le connais pas suffisamment pour émettre une telle opinion... je parlais en général.... bien loin de moi cette pensée négative en ce qui concerne cet homme au charisme indéniable.... j'étais bien à l'extérieur du cas qui nous occupe... tu vois ce que je veux dire... quand une lecture vous transporte loin de ce que vous lisez... mes mots ont peut-être dépassés ma pensée.. excuse-moi si nous nous sommes mal comprises... merci dans tous les cas de permettre la réflexion, pas très bien exprimée de ma part... beau dimanche en retour vers toi.
      Den

      Supprimer
    4. Ce pessimisme de fond est celui de la nature humaine.
      Il est inhérent à notre nature. Imagine un peu à quoi rime notre existence ? Condamnés à mort dès notre premier souffle, quoi que l'on fasse, on se dirige vers la fin, et entre le premier et le dernier soupir, une longue suite de choses qui nous agitent, des choses bien auxquelles on s'attache et qui nous sont arrachées, et des choses moins bien qui nous font souffrir. Et le tout, sans aucune explication raisonnable du pourquoi et du comment.
      Je pense que je l'ai aussi, par moment, ce pessimisme structurel et métaphysique. Mais le plus souvent, j'essaie de le mettre en veilleuse. Parce qu'il empêche d'avancer, de se lever le matin.
      Et que tant qu'à être catapultés dans ce monde, autant trouver un sens positif à tout ça.
      Mais trouver un sens à ce qui n'en a pas, c'est pas facile tous les jours.
      D'où l'avantage de s'entourer d'êtres positifs pour le voyage. En tous cas, c'est ce que j'aurais fait en choisissant mon équipage si j'avais été Christophe Colomb. Parce que franchement, supporter des matelots grincheux toute une traversée, c'est rude.
      Bises joyeuses
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. Tu as parfaitement raison Célestine, restons positif... c'est mieux... mais chacun à une histoire -qui n'est pas toujours facile à vivre- ; "matelots grinceux" pas vraiment, je ne crois pas... matelot qui coupe les cheveux en quatre... peut-être... c'est un jour sans..
      Joyeuse, je vais essayer de l'être !
      Sourire.
      Den

      Supprimer
    6. J'ai traversé comme tout le monde je crois, des choses pas faciles à vivre, et cela m'a donné une grande indulgence pour les autres, dans la mesure où ils expriment sincèrement et simplement leurs malaises et leurs failles.
      je comprends donc que cela puisse être un jour sans, et loin de moi l'idée de minimiser ta peine. Je l'accueille sans la déformer: ni la minimiser, ni l'amplifier, c'est difficile, mais c'est ce que l'on attend d'un ami.
      De même quand je parlais de matelots grincheux, je ne pensais absolument pas à toi, et je te prie de m'excuser si tu as pu le penser.
      On ne peut pas être joyeux sur commande. Et personne ne te le demande.Il faut juste accueillir sa peine, et la laisser s'estomper tout doucement, sans forcer les choses.
      Le temps est le meilleur des baumes.
      De tout coeur avec toi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    7. Merci pour tes mots Célestine.
      Je t'embrasse bien amicalement.
      Den

      Supprimer
  11. Avoir de gros bras : c'est du culturisme
    Avoir une grosse tête : c'est la culture ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Wouaou !
      Je reste confondue devant tes assertions hautement philosophiques.
      Mais être cultivé signifie-t-il forcément avoir la grosse tête ?
      Baci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. @ Céleste et Andiamo
      Ca a ses limites car on cultive aussi les navets et les courges...
      Baci et serrage de paluche

      Supprimer
    3. En parlant de légumes, le premier qui voit Bof lui dira que je me suis démonté la citrouille à lui écrire des petits quatrains de légumes...et qu'il n'est même pas allé les voir...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Et comment je le sais, moi, si on me met pas un petit mot ?
      Il croit que j'ai la science infuse, celui-là ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. Té, ça me fait penser, Celle: tu bois des infusions des fois? Hein?
      Et puis, t'énerve pas comme ça. Depuis ton billet de début janvier " Slam ", pense aux charnières et autres pauvres gonds.

      Supprimer
    6. Oui, ça m'arrive de boire des infusions, même si je n'ai pas la science infuse...hihi
      je m'énerve pas, Madeleine, j'explique aux gens.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. J'aime, j'aime, j'aime ton billet, les vrais homo-rigolus, André Brahic et toi!
    Bises d'Ep'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve que le mot "rigolus" a quand même quelque chose d'un peu "clown" qui ne me me plaît pas trop. A tristus j'opposerais plutôt "joyus"tu vois ? Tout est dans la formulation adéquate.
      La joie, ce n'est pas forcément être "rigolo", même si on peut aimer rigoler à certains moments. je ne suis pas forcément un "boute-en-train, mais j'aime apporter de la joie et de la bonne humeur.
      Mais ce mot lui est venu comme ça, dans le cadre d'une interview spontanée.
      Cela dit, j'espère que tu te places toi aussi dans cette catégorie, Ep, malgré les épreuves que tu traverses. Et ta visite me fait grandement plaisir.
      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Voilà un texte plein d'optimisme. D'ailleurs tout est optimiste: la vidéo, André Brahic. Moi j'aime bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La vidéo, André brahic...et ton commentaire !
      Bon dimanche
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Ce qui est super avec cet homme, comme avec Erik Orsenna et les autres personnes que tu cites dans un commentaire, c'est qu'ils font passer leur enthousiasme avec des mots simples.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La simplicité est en effet un de leurs points communs : la preuve que la culture, ce n'est pas forcément chiant, et surtout que le savoir ne donne pas forcément la grosse tête.
      Les plus grand sont d'une grande humilité...Mais l'astronomie est une école d'humilité...Comment ne pas se sentir petit à l'échelle de l'univers...
      Bises cher Patrick
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Oui mais alors si on a le visage de Woody Allen et qu'on a l'âme d'un homo-rigolus comment on l'explique scientifiquement ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un cas d'étude pour une bizarrerie de la nature : les scientifiques adorent les énigmes...
      Et le compte en banque, il suit celui de Woody Allen aussi ?
      Non c'est juste pour financer les recherches, je me renseigne... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. C'est vrai qu'il est réjouissant, cet homme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un zebulon, comme dit un ami à moi. Mais son énergie est réjouissante, c'est vrai.
      Quand on l'a écouté, on n'a plus envie de se plaindre...et on se dit que la vie est quand même pas mal de par chez nous...
      Bisous et bon courage pour ta semaine
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. A propos d'étoiles et de galaxies, tu as entendu qu'il y aurait peut être une neuvième (je crois) planète dans notre système ??
    Bon en même temps on ne connaît même pas notre propre planète mais bon...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'en ai entendu parler, mais pour l'instant il n'y a rien de certain...on en est encore qu'aux suppositions...
      On commence à bien connaître notre planète, quand même et puis la soif de savoir ne s'éteint jamais.C'est ce qui allume cette flamme d'enthousiasme dans les yeux de cet homme de soixante treize ans...
      Bisous Mindounet
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. L’homme vit sous le coup de l’urgence, il ne prend plus le temps d’observer ce qu’il y’a devant lui, autour de lui. Il est constamment pressé, sans prendre le temps de regarder ses enfants, de prendre tout simplement le temps de vivre. On confond la progression de la technologie avec le niveau de la culture qui, elle, a stagné peut être même, a reculé. Il fut un temps où l’homme artisan, s’auto suffisait. Son niveau culturel était proportionnel au niveau technologique de son époque. Aujourd’hui, l’homme ne maîtrise rien, en parlant de la progression technologique, il fait appel à des spécialistes dan tous les domaines, dans sa nourriture, son habitat, ses soins, son éducation. Une simple panne d’électricité, et il se retrouve perdu, ne parlant pas de la suite, internet, chauffage, ascenseur, four électrique et j’en passe. L’homme a perdu son autonomie et vu la complexité de se retrouver dans cette machine économique compliquée et bureaucratique, il a perdu tout simplement son âme, car son monde est gouverné par des lois complexes. Disons que le monde d'aujourd’hui est une jungle moderne. L’homme finalement ne peut retrouver ses racines que dans la nature, la simplicité des choses. La technologie a outrepassé ses objectifs, elle nous a rendu dépendant...de tout. On le sait pour rendre le sourire aux hommes, il faut voir des psychanalyses. Je me demande si la voie de l'homme n'est pas autre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Réquisitoire implacable contre la société moderne déshumanisée. Mais il y a toujours des électrons libres pour ne pas se laisser piéger...
      Bien en pensée avec toi, mon ami.

      Supprimer
    2. Oui il ne faut pas se laisser piéger et croire au miroir aux alouettes; Le monde d'aujourd'hui est un monde d'argent, fait pour l'argent, le reste c'est de la littérature, quoique j'aime bien la littérature, mais pas la leur.
      Merci Blutch pour tes belles pensées! je les accepte d'autant plus que je les lis dans tes yeux.

      Supprimer
    3. @Célestine: Dis-toi Célestine que ton billet est parfait que le sourire doit être de rigueur, j'ai juste frôlé le côté impur des saltimbanques qui nous mènent en bateau sans voile, ni foi ni loi.

      Supprimer
    4. "On le sait pour rendre le sourire aux hommes, il faut voir des psychanalyses."
      Peut-être...
      Ou alors tout simplement fréquenter quelques électrons libres comme moi, ou Blutchy....
      C'est bien noir tous ces constats sur "l'homme moderne" ! Mais il y a aussi de belles choses ( et de belles causes, ce qui signifie étymologiquement la même chose) à notre époque !
      Et comme je n'en vivrai pas une autre, j'aimerais bien pourvoir la vivre sereinement, sans me dire que c'était mieux avant et que tout est à jeter.
      Je rentre d'un petit voyage éclair dans les montagnes et je suis heureuse de te revoir parmi nous, Bizak.
      Kiss céleste
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Je suis bien d'accord ! Il est amusant de voir des vieillards qui paraissent tout desséchés et qui ont le caractère qui va avec !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et d'autres, pétulants et heureux, et dont les rides autour des yeux font comme un soleil !
      Merci de ton passage, Louisianne, ça faisait longtemps !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. et puis tu as pensé à la lune, quand je regarde ton bandeau
    elle était si belle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La pleine lune me fascinera toujours...mon côté fée celtique. ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. En effet, la physiognomonie ne doit pas être écartée d'un coup de talon (haut, bien sûr, et même aiguille) méprisant et supérieur. Il y eut d'abord l'étude comparée de la physionomie humaine et des traits singuliers des animaux. Elle a d'abord permis à Charles Le Brun de nous laisser des dessins remarquables, une galerie d'« animalhumanité », qui se trouve au Louvre. Elle accompagnait un traité - disparu-, qui s'inspirait, je crois, de travaux italiens antérieurs. Mais vous devez connaître tout cela, comme vous savez sans doute que Balzac trouva dans la physiognomonie de Lavater (homme des Lumières), une belle source d'inspiration (il le nomme à plusieurs reprises). Je crois bien que Lavater différencie la physiognomonie zoologique de la physiognomonie ethnique. Rien de cela ne tient devant la science « dure », mais l'imagination s'en nourrit goulument. Je ne sais de quel féerie animalière vous eut fait surgir Lavater, mais je vois bien l'aimable et redoutable licorne parmi vos ancêtres. Cela dit, je vous rends à Balzac, l'un de vos hommes de chevet…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Accessoirement, La Licorne est une de mes amies qui organise un charmant jeu d'écriture...et sur le blog de qui je me commets parfois.
      Il est vrai que j'aurais pu être une licorne dans une autre vie. J'hésite avec l'indolente et lascive panthère.
      Dans la série des hommanimaux, le dessinateur Morchoisne est assez excellent (si j'ose cette figure de style)

      Pour ce qui est d'écarter les choses d'un coup de talon, ce n'est pas vraiment ma façon de procéder...
      Bien à vous cher ami
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. « Pour ce qui est d'écarter les choses d'un coup de talon, ce n'est pas vraiment ma façon de procéder... »
      Dommage ! Mais le talon ne suffit pas ; encore faut-il qu'il soit haut, voire aiguille.

      Supprimer
    3. Dommage ? Ne me dites pas que vous aimez ça...
      tsss ...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Disons que c'est une image, maîtresse ; et je préfère les images de talon(s) aiguille à celles de talon(s) plat(s). Je suis si terre à terre que seuls les talons hauts me font lever les yeux vers les « étoiles z'au ciel »…

      Supprimer
    5. Vous me rassurez...
      C'était juste sur l'utilisation agressive desdits talons que je tiquais...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Cela dit, l'usage sinon agressif tout au moins méprisant de son talon haut par une femme n'est pas pour me déplaire. L'exercice peut être acrobatique. Et puis, le talon haut ne va pas sans une certaine majesté, sans une attitude altière voire hautaine : voyez le Portrait de Louis XIV en costume de sacre par Hyacinthe Rigaud.

      Supprimer
    7. Vous n'obtiendrez jamais cela de ma part. Je garde mon mépris pour les gens méprisables, et je ne sache pas que vous en fassiez partie. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. Croyez bien, Célestine, que je ne vous priai nullement de me faire le coup du talon méprisant. C'est une chose bien trop intime pour en exposer la demande en public. Non, le mépris que j'évoque est l'une des figures de la séduction. Elle est une forme de la parade que se donnent volontiers deux individus normalement constitués quoique plus compliqués, peut-être, que la moyenne amoureuse. Autant dire que cela n'a rien à voir avec le mépris, que votre président de la République manifesterait à l'égard des « sans-dents », si l'on en croit son ancienne maîtresse. Je vous salue et vous adresse un sourire de toutes mes dents, et claquant des talons, qui ne sont pas aiguilles.
      Merci pour ce moment…

      Supprimer
  22. Oh je vois...Nous n'étions pas (et c'est assez rare) dans les mêmes sphères de réflexion.
    Ce qui est amusant, c'est que notre conversation ferait peut-être rougir ce bon André Brahic, ayant légèrement dévié de son enthousiasme stellaire...
    Mais finalement, pas tant que ça, notre échange est en quelque sorte "épistellaire".
    "Votre" président de la République ? Ce soir j'apprends que vous n'êtes pas français...ça ne se voit pas au premier abord !
    Bien à vous
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "épistellaire".et la suite : révérence, Begli Occhi ! Je vous pardonne vos talons plats.

      Supprimer
    2. Vous m'en voyez ravie...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Tes billets aussi me regonflent à bloc ! Et merci pour la découverte !

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.