jeudi 8 décembre 2016

Toujours en vertu des grands principes

Sous-titre : Aimez-vous les uns les autres, à Clochemerle comme ailleurs. Et sans poil à gratter. En vertu des grands sentiments.





Cliquez sur l'image pour écouter la chanson


A la chorale, le chef de choeur a décidé de mettre au programme du concert de Noël la (vieille) chanson des Hermanos Rigual interprétée par Los Machucambos :
« Cuando Calienta el sol »
Seulement voilà : cette chanson du diable a reçu un veto de don Padre, elle ne pourra pas entrer à l'église, parce qu'elle parle d'un homme et d'une femme qui s'embrassent sur une plage... C'est pourtant un texte bien anodin, le style slow de l'été pour adolescentes romanesques pré-pubères.
Ouh! la la ! Pensez donc, mâme Michu !... et patati et patata, voilà les bigotes chères au grand Jacques les parangons de vertu, les duègnes qui s'avancent à petits pas et confondent l'amour et l'eau bénite !

Cuando calienta el sol aqui en la playa
Siento tu cuerpo vibrar cerca de mi
Es tu palpitar, es tu cara, es tu pelo
Son tus besos, me estremezco, oh oh oh

Je traduis pour ceux qui ne sont pas en ibère nation (de rien, le Goût, de rien)

« Quand le soleil chauffe la plage
Je sens ton corps vibrer autour de moi
C'est ta respiration, c'est ton visage, et tes cheveux
Ce sont tes baisers, qui me font frémir, oh oh oh ! »

A mon avis, ce doit être les « oh oh oh » qui posent problème...les anges qui soupirent, quel son affreux ! Vive le son du canon, c'est plus clair.
Et pourtant, quelle différence avec le cantique des Cantiques ? 

« Qu’il me baise d’un baiser de sa bouche !
Tes caresses sont plus douces que le vin (livre I du Cantique des Cantiques )
Mon bien-aimé est pour moi un bouquet de
Myrrhe, il va reposer entre mes seins. » (livre 5 du Cantique des Cantiques)

Tout ce pataquès pour une chanson de trois minutes en espagnol, à laquelle personne ne va rien capter, en fait, et qui parle juste d'amour...
« Je ne comprends rien à ce monde où l'on se cache pour faire l'amour alors que la violence éclate au grand jour » comme disait le grand philosophe du XX° siècle, John Les Nonnes.

Dans le même temps, Don Padre a protesté quand Peppone a voulu enlever la crèche de la mairie...Je trouve ça beaucoup plus grave. 
Que de querelles, bisbilles, noises, chamailleries, dissensions, litiges, différends...
C'est petit, tout ça. Tout petit. 
Moi non plus, je ne comprends rien à ce monde. 



¸¸.•*¨*• ☆



137 commentaires:

  1. Moi non plus je ne comprends rien à ce monde mais je viens alors chez dame celestine et je rigole avec elle de toutes ces choses ridicules qui le composent. 😊 becs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce serait pourtant simple de trier les choses en laissant parler son coeur.
      Encore faut-il accepter de l'écouter...
      Bisous Dédé

      Supprimer
  2. Crénom d'un Padre (nuestro) ! C'était le tube de ma mère en Ibérie, qu'elle reprenait fort bien, chanté par El Duo Dinámico. Une chanson d'amour. Un carton ! Pobre padrecito !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai découverte à cette occasion. Tu es espagnol, donc.
      J'espère que le souvenir évoqué n'est pas trop triste pour toi.
      En tous cas, je confirme: c'est que de l'amour.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Aucune tristesse dans cette évocation, au contraire, je lui trouve un parfum de nostalgique beauté. Sinon, oui, espangouin, entre autres.

      Supprimer
    3. Ha moi aussi j'ai des origines multiples, un peu irlandaise, un peu italienne, un peu parisienne, un peu stéphanoise...bref, un gros mélange (d)étonnant...
      J'aime bien.
      Bises multicolores
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Chercher le mal, là où il n'y en a pas, il revient au galop chez les céno-bites et autres bigots mal léchés. Décidément, l'amour a un autre sens que je ne comprends pas. Bises non bigotes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non l'amour n'a qu'un sens, universel, celui que chantent les poètes, et si le bruit de galop de l'obscurantisme grandissant choque nos oreilles, les fanatismes, les sectarismes et touts les mots en isme qui veulent réduire l'homme au lieu de le grandir, nous devons plus que jamais défendre notre notion de l'amour universel.
      Bises lumineuses
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Moi je crois en cette trinité haïkuienne:
    L’amour est en nous
    Étincelle de nos vies
    Le cœur abreuvé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et à l'horizon
      Une étoile qui s'allume
      Le coeur ébloui
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. "Et à l'horizon, l'amour est en nous
      Une étoile qui s'allume, étincelle de nos vies
      Le coeur ébloui, le coeur abreuvé."

      Quand il y'a de l'amour, tout peut s'imbriquer, tel est l’entrelacs.

      Supprimer
    3. Oh nos deux haïku se sont unis sur le sable chaud. C'est beau !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Sous l'ombre de la croix de Georges?

      Supprimer
    5. Parfaitement, sur la plage de la Corniche, auprès de mes amis d'enfance les dauphins, le long de cette grève où le sable est si fin...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Avec l'audience qu'il fait, ton Don Padre va finir par devoir désacraliser l'église pour la vendre à un promoteur qui en fera une discothèque :o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas de chance. J'ai choisi pour mon personnage le nom d'un type qui défraie la chronique, sauf que je ne le savais pas du tout...
      Vu que je ne lis pas les tabloïds..
      Je comprends que tu trouves mon billet savoureux, du coup...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je ne connaissais pas non plus ce fournisseur de camionnettes. Je parlais de façon générale de la fréquentation des églises. Mais merci de m'avoir fait rechercher l'info sur ce joyeux drille !

      Supprimer
    3. Incroyable ! On s'est appris un truc sans rien en savoir. On est trop forts !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Tu crois que dans son église il a assez de place pour y garer ses 20 fourgons?

      Supprimer
    5. C'est pas parce que c'est un pro qu' c'est net, son histoire...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Ici , le prêtre a toujours accepté qu'on chante n'importe quoi dans l'église : chanson à boire, d'amour, etc.
    Mais des imbéciles obtus, y'en a dans toutes les professions, y'en a même dans l'éduc' nat', c'est dire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis même laissé dire qu'il y en a une proportion non négligeable... ;-)
      En tous cas, j'ai eu droit pendant cinq ans à un spécimen gratiné en la personne de Jargonos...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Belle photo... pour un billet réussi. Il y a tant de choses qui sont étonnantes par les temps qui courent. Moi aussi je m'y perds. L'amour, maître mot de nos églises diverses et variées, semble ne pas vouloir dire la même chose. C'est bien triste.
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On s'en fout,hein, Etienne, on sait ce que c'est, nous l'amour, le vrai.
      Tant pis pour les regrattiers et les fesse-mathieu au cul pincé.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Un père qui refuse la chanson de trois frères car "Cuando calienta el sol" est l'oeuvre satanique des Hermanos Rigual comme l'illustre cette interprétation sulfureuse Cuando calienta el sol
    Peut-être eut-il fallu proposer "Like a virgin" pour accepter de se rabattre, ensuite, sur un "calienta el sol"...
    Quitte à passer pour un démon, autant emprunter ses ruses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bon, tu la trouves sulfureuse cette interprétation ? Moi je ne vois guère de différence avec les Machucambos...
      Cela dit, Like a virgin...euh...oui la Madonna, dans une église, ça peut le faire, tu as raison; :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Sulfureuse, bien sûr, as-tu remarqué cette gestuelle, ce déhanché à la Elvis ?
      C'était ironique, naturellement.
      Et j'ai désiré rendre à César ce qui appartient à César, cette chanson fut créée par Los Hermanos Rigual avant d'être reprise, entre autres, par Los Machucambos.

      Supprimer
    3. Ah oui, alors je vais rectifier dans mon billet.
      Bon sur ce coup-là, je suis d'accord, j'ai plongé sans voir l'ironie... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Mais dis-voir.... Tu ne crois pas que ça fait un peu partouzards ces 3 frangins sur une pauvre fille ?
      Encore heureux que Don Padre veille

      Supprimer
  9. Chouette plan copié du "Tant qu'il y aura des hommes".
    C'était bien, celui avec Burt Lancaster et Deborah Kerr.
    Quant à lutter avec Shera sherim, hein...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Burt Lancaster et Deborah Kerr, oui, je vois très bien.
      Tant qu'il y aura des hommes, ça va, je vois...
      Mais alors Shera Sherim, je ne vois pas du tout.
      C'est qui ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Shera Sherim, c'est "le cantique des cantiques" en VO.
      La VO est en hébreu.
      Tu ne savais pas ?
      (et il y a de ces dessins pour expliciter la chose, ça donne chaud, je t'assure... Ce serait censuré par FB dans l'instant, il y a des mosaïques très approchantes sur ces ébats dans ce qui reste des thermes à Pompéï)

      Supprimer
    3. Non je ne savais pas, merci de me l'apprendre.
      Et comme c'est introuvable sur G**gle comme sur Qw*nt ...
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Ton billet me fait également penser à une gentille blagounette, celle d'un homme coiffé d'un sombrero qui pénètre dans une église et avance vers l'autel en provoquant, lors de son passage, allée après allée, la même remarque murmurée par les paroissiens offensés "Señor, el sombrero !" puis, un peu plus appuyée, ""Señor ! El sombrero ! El sombrero !"
    Arrivé devant l'autel, l'homme se débarrasse de son couvre-chef et de son mutisme
    «Et mainténant, à la demande yénérale, yé vais vous santé "El sombrero" »

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est amusant, nous avons les mêmes valeurs !
      j'avais raconté cette blague dans un commentaire sur le blog de PSV (Petit Singe Vert)
      où celui ci avait mis un presse agrume en guise de sombrero.
      ICI
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. :-)
      J'ai raté mon effet mais j'ai bien ri (et souri) en te lisant.
      As-tu une idée de l'origine des blagues, c'est quand même fou que l'on ne connaisse jamais (à de rares exceptions) leurs auteurs, non ? (et pas plus leur parcours)

      Supprimer
    3. Non, tu n'as pas raté ton effet, parce que cette blague me fait toujours rire...pourtant je l'ai souvent racontée.
      C'est un mystère, tu as raison, on ne s'est jamais qui les invente.
      Ce qui est étonnant, c'est qu'elles naissent parfois deux jours après un événement.
      Comme si des types étaient à l'affût du moindre événement pour lancer leurs blagues.
      Ce qui est fou, c'est aussi de se dire qu'on connaît les mêmes blagues...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. oups on ne sait jamais...pfioou chuis fatiguée, moi...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Lorsque je faisais partie d'une chorale, il y a déjà pas mal d'années, notre chef de chœur avait du enlever du répertoire qui était prévu la chanson "Amsterdam" de Jacques Brel. Bon, tu me diras, les paroles sont plus crues que la chanson dont tu parles, mais quand même, il serait temps qu'ils évoluent un peu, non !
    Bisous la belle, bonne et douce nuit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben apparemment il n'y a pas trop d'évolution...
      Enfin j'ai un ami qui ne désespère pas de faire changer d'avis le don Padre en question...
      On verra bien.
      belle nuit à toi, douce amie
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Un vrai plaisir ce billet à la fois grave et léger, comme souvent chez vous. Il y a cette profondeur, toujours, même quand vous laissez parler votre fantaisie naturelle, une profondeur qui interroge l'esprit, toujours.
    Ici je vois une allusion discrète au grand principe de laïcité, si galvaudé, si mal compris...
    Oui c'est grave : la laïcité n'est pas le refus de la religion, comme on veut le laisser croire. Mais simplement la meilleure façon de protéger les croyances de chacun en les laissant dans la sphère privée. Une garantie de liberté assez unique. Mais qui ne supporte aucune compromission.
    Belle soirée, délicieuse.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis bien d'accord avec vous, cher Lorenzaccio.
      Mais je n'ai pas le coeur d'engager le débat ce soir.
      Je reviendrai demain.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Coucou Célestine,

    Je rentre tout juste du théâtre où j'avoue avoir plus pleuré que ri (c'était magnifique mais intense) et, en te lisant, je passe des larmes au rire. Merci pour ça ! ;-)

    Pour autant, sans que cela ne me choque, je ne trouve tout simplement pas opportun de mettre cette chanson (que je connais bien, et que j'ai beaucoup chanté ;-)) au répertoire d'une chorale de noël. Il ne s'agit pas de bienséance mais de cohérence. A ce compte-là pourquoi pas "Aline" ou "quand vient la fin de l'été sur la plage" ... Une chorale de noël, c'est pas non plus le "camping paradis".

    Par ailleurs, il me semble que tu pousses un peu loin le bouchon en comparant ce texte "gnangnan" au "Cantique des cantiques", bien que je comprenne l'intention.

    Je ne suis pas du tout contre le "gnangnan", ni le profane, mais tant qu'à rester dans la thématique des chants de noël pourquoi pas "All I want for christmas is you". C'est concon, mais c'est frais, dynamique, a little rock'n'roll et j'ADORE !! ;-)

    https://youtu.be/yXQViqx6GMY

    Gros bisous !;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon ami m'a demandé de l'aider à argumenter, j'ai donc aidé comme j'ai pu mon ami à trouver des arguments.
      Le cantique des cantiques, j'avoue, c'était la dernière cartouche. lol !
      Je pense que le chef de choeur n'a pas vu le mal. Il présente son programme, essentiellement tourné vers la performance vocale ( et je suppose, car je ne l'ai pas entendue, que la chanson à trois ou quatre voix doit bien donner)
      le sens du texte passant au second plan. D'autant que le texte est en espagnol...
      Mariah Carey excellent choix, en effet. Ça a un petit goût de Noël romantique à New-York... ;-)

      Mais dis-moi, qu'es-tu allée voir au théâtre qui t'ait fait pleurer ?
      J'irais tellement voir une bonne pièce en ce moment !
      Bisous envieux !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Pour réconcilier tout le monde, et s'il faisait chanter Petit papa noël.
      En rap et en canon, ça doit bien arracher, non!

      Supprimer
    3. Oui, et ouis surtout, c'est inédit, comme chant de Noêl.
      Connais pas...ça vient de sortir, non ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Eh bien figure-toi que je suis allée voir « Le personnage désincarné » d’Arnaud Denis, au théâtre de la Huchette. J’ai été bluffée autant par le texte que par le jeu des comédiens. C’est brillant, profond, sensible, violent parfois. C’est un peu l’histoire de « l’arroseur arrosé » transposée sur le plan métaphysique. Marcel Philippot est prodigieux dans le rôle de l’auteur, au point qu’il m’a rappelé, parfois, Michel Bouquet. C’est dire à quel point les comédiens sont touchés par la grâce. Il faut absolument courir voir cette pièce, d’autant qu’elle s’arrête le 17 décembre, me semble t’il.

      Je te renvoie à une critique qui en dit l’essentiel :

      https://theatrelle.com/2016/10/24/double-jeu-et-jeu-de-mort-a-la-huchette/

      Sur ce, je file à Beaubourg voir l’expo Magritte Depuis le temps que j’en rêve !
      Bises et bon week-end !

      Supprimer
    5. Ce que tu me donnes envie ! Je suis allée lire la critique, superbement écrite. ce n'est pas toi, Vero Beno ? En tous cas, elle a un peu ton style.
      Si elle venait faire un tour dans ma misérable province, ça m'arrangerait, car je suis un peu coincée pour l'instant.
      Marcel Philippot a fait une sacré carrière, il n'avait pas commencé chez Bouvard ?
      Oui tout cela fait bien envie, la vie parisienne a quand même des avantages même si elle a pas mal d'inconvénients...
      Magritte aussi, ça me dirait bien. j'aurais peut-être une chance de la voir en janvier, quand j'y verrai plus clair avec ma mère...
      Bisous merci de m'avoir fait rêver un peu...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Bonjour Célestine,

      Non, je ne suis pas Vero Beno. Sa critique, que j’aime beaucoup, est proposée sur le site du théâtre de la Huchette, via le lien que je t’ai fait parvenir.

      En ce qui concerne Magritte, n’aie aucun regret. Je n’ai jamais été aussi déçue par une exposition. Les installations étaient médiocres, la mise en perspective quasi inexistante. La circulation autour des œuvres tout bonnement impossible : couloirs étroits ; surpopulation ; locaux surchauffés. Chaque toile, ou presque, était proposée derrière une plaque de verre. Quant aux œuvres en elles-mêmes, je n’ai jamais rien vu d’aussi terne. La couleur prédominante est celle du carton-pâte ou du papier mâché, avec toute une déclinaison de gris et de marron, sans éclat. Même les « ciels » de traîne , avec leurs nuages dodus et leurs personnages qui flottent dans l’espace, ne nous transportent pas. Il n’y a pas non plus de grandes compositions, les tableaux sont en général assez petits, ou de taille moyenne. Finalement, Magritte sur papier glacé me donnait plus de joie. Evidemment, d’aucuns me diront que Magritte est un concepteur, une machine à idées. L’objet de ses compositions est la dénonciation du réel : d’où le choix de l’artefact, du trompe-l’œil, du contrepied et de la parodie. Il faut que ses personnages aient l’air morts, parce qu’ils n’existent pas. Il faut qu’ils aient l’air peints, assemblés, découpés. L’utilisation du symbole : le grelot récurrent, par exemple, qui nous renvoie à la psychanalyse mai aussi à la figure du fou de carnaval. L’usage du langage au sens foucaldien du terme (les mots et les choses) : « ceci n’est pas une pipe/pomme ». Tout ceci est fondamental dans l’histoire de l’art et de la représentation en général. Certes ! Il n’en demeure pas moins que, si j’ai réfléchi, je n’ai pas rêvé. Et là, je sens que je vais me faire lyncher par la population. Mais j’assume ! ;-).

      Avec ça, je suis repartie sur le marché de noël des Champs Elysées. Là encore, le rêve est absent : état d’urgence oblige. J’ai fini par réintégrer mon home sweet home, en remontant les quais de Seine (bourrés de rats et de détritus). L’Hôtel de Ville ne propose aucune illumination, ni patinoire. Les jets d’eaux sont taris. Le parvis de Notre Dame nous prive du sapin géant des autres années (Merci Daech). Paris n’est plus une fête (avec ça, le taux de pollution attaque les yeux).

      Au secours ! ;-)

      Supprimer
    7. Je confirme ce que je disais: tu as un vrai talent de critique, c'est indubitable. ;-)
      J'ai été déçue par la dernière expo que j'ai vue à Beaubourg, sur Paul Klee, fin mai. Même pas eu envie d'en faire un billet...Je me suis engueulée avec le vigile qui nous obligeait à porter les sacs devant le ventre et qui m'a poursuivie de son zèle harcelant tout le long de l'expo. Pareil : surchauffé, queue de cent personnes, débit rapide pas le temps de s'attarder devant les oeuvres mal mises en valeur.
      Pour Paris, oui, je plussoie, mon fils vient d'en partir sans regrets.
      Il ne te reste plus qu'à te replonger dans le livre d'Hemingway... ;-)
      Bises beau week-end quand même .
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Guy Beart,Jacques Brel,John Lennon...belles références!Cette "chanson du diable",si elle rentre dans l'église risque de faire un "boucan d'enfer"!en plus,si les vétos de Don Padre s'en mêlent,j'y perds mon latin.
    le monde tourne mal
    y a quelque chose de bancal
    dans son tempo...Axel red
    quand on ne peut arrêter une charrette,on finit de la pousser...
    je propose donc un nouvelle chanson:je t'aime,moi non plus de serge Gainbourg
    https://www.youtube.com/watch?v=GlpDf6XX_j0
    Bon ok,c'est peut-être un peu "osé" pour Don Padre!Quitte à avoir un chanson qui plaise aux bigotes,autant que ce soit un "vrai cantique"
    Depuis qu'mon père est maire
    Ma mère s'est fait la paire
    Elle est sœur au couvent des Saints-Pères
    Amen

    Mais ce n'est qu'éphémère
    Malgré ce qu'ait fait père
    Elle espère qu'après sœur elle sera mère
    Amen

    'Reusement pour moi j'ai un parent qui est marin
    C'est mon parrain il est marrant
    On ne se voit qu'une fois par an

    Et pendant qu'elle espère
    Ma sœur Ise vit au pair
    Chez mon frère qu'est masseur à Mamers
    Amen

    Et mon frère Pierre se terre dans les sapeurs de Pierres


    Il est fier d'être sans peur
    Car ça s'perd
    Amen

    'Reusement pour moi j'ai un parent qui est marin
    C'est mon parrain il est marrant
    On ne se voit qu'une fois par an

    C'est mon père qu'est amer
    Car mon frère étameur
    Et ma sœur celle qu'est tailleur
    A Hyères, à Hyères
    Amen

    Sont partis pour Cythère
    En emportant l setter
    Et l'hamster qui sautait sur l'setter
    Amen

    'Reusement pour moi j'ai un parent qui est marin
    C'est mon parrain il est marrant
    On ne se voit qu'une fois par an

    Ce jour-là, ma belle-mère
    A perdu sa belle paire de lunettes
    Avec de gros verres verts
    Amen

    Et quand elle persévère
    Elle perd son air sévère
    Il s'avère qu'elle est malade en mer
    Amen

    'Reusement pour moi j'ai un parrain qui est marrant
    C'est mon parent il est marin
    On ne se voit qu'une fois par an

    Comme disait ma grand-mère
    En sifflant son grand verre
    Quelle famille !
    Ce sera mon dernier vers
    Amen

    Y a rien de meilleur sur terre
    Que d'manger des éclairs
    Je m'en vais, je pars à Tonnerre
    Amen

    'Reusement pour moi j'ai un parrain qui est marrant
    C'est mon parent il est marin
    On ne se voit qu'une fois par an
    Olé ! Pierre vassiliu
    https://www.youtube.com/watch?v=5f3PPuXOaOE

    bises de la nuit...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore Pierre Vassiliu !
      C'était un temps où tout était possible..
      il y a du Boby Lapointe dans cette chanson-là.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Oui c'est vrai!jeux de mots,contrepèteries et autres calembours...un petit régal!

      Supprimer
    3. tout à fait ! Et ça fait plaisir n'est-ce pas ? ;-)

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. absolument...depuis ce matin, je me suis écouté le cd en boucle,et en chantant, dans la voiture.Ce "bonheur" du matin m'a mis en joie.
      douce nuit à toi...

      Supprimer
    5. Tu écouteras "nuits françaises"...très jolie ambiance, caliente !
      Belle nuit !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Muy caliente...Muy ardiente,torrido!!!
      parfois la détresse nous rend fort...ainsi que la nuit!!!

      Supprimer
    7. Oui, tu as tout à fait raison chez Xoulec.
      Et les nuits de détresse alors... n'en parlons pas !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Le Cantique des Cantiques et ses images érotiques, si ma mémoire ne me fait pas défaut, est d'inspiration hébraïque et a toujours un peu embarrassé la chrétienté... IL faut dire que ça ne cadre pas trop bien avec l'immaculée conception (déjà enfant, je trouvais que ça n'avait pas de bon sens)!
    En vérité, la religion n'y est pour rien... C'est l'attitude religieuse des hommes qui gâche tout... Tartuffe continue à faire des petits...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr, la religion en elle-même n'y est pour rien. Le message du Christ ou celui de Bouddha, par exemple, sont des messages d'amour. mais il y a les hommes et ce qu'ils en ont fait: des sujets de querelles, en perdant de vue les vraies valeurs. Pour moi, l'humanisme est une vraie valeur, parce qu'il ne cultive pas les différences, il les accepte simplement en allant vers l'universalité de l'homme. Il dépasse les clivages, les querelles de chapelles, et il essaie de grandir l'homme au lieu de le réduire sans cesse.
      Mais ce sont mes convictions et je n'essaie pas de dire que j'ai raison, ou de convertir qui que ce soit...
      Bisous ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Et puis il y a le fait que le roi Salomon à qui on a prêté 1000 femmes, avait le feu au cul.
      Mais il le disait si bien qu'il était très convaincant...

      Supprimer
    3. Là tu en sais plus que moi, une fois de plus... ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. N'y aurait-il pas un tant soit peu un air de gourance dans les termes.
      La croyance (ou la certitude) en un autre plan de vie plus mystérieux, éthéré, inconscient, c'est la spiritualité.
      Des hommes en ont fait des religions, avec rites, falbalas, décorum et maîtres à penser pour rendre les individus dépendants et (surtout) obéissants aux désirs de puissance et de domination de certains.
      L'association du sabre et du goupillon s'est toujours bien portée...
      C'est donc bien les religions qui sont en cause et leurs structures foncièrement autocratiques (excepté chez les Réformés où ce sont les conseils synodaux (sorte de conseil municipal religieux) qui gèrent leurs paroisses.)
      Etait-il impuissant ou homo le pape qui décida que l'évangile de Thomas (sauf erreur, le plus vieux connu.) devait être classé apocryphe ? Oui, cet évangile qui dit que Marie-Madeleine était la femme de Jésus...
      Ti bacio mia Cara

      AS*: Juste pour le plaisir...
      https://www.youtube.com/watch?v=724Hgb3ej7o
      * Après signature, parce que PS, ça ne le fait plus tellement depuis quelques temps....

      Supprimer
    5. Ma spiritualité ne regarde que moi, je suis bien d'accord avec toi.
      C'est quelque chose d'intime et de mystérieux dont je ne cherche à convaincre personne.
      Je ne me gourre pas sur les termes: c'est bien la religion dans ce que les hommes en ont fait qui me pose problème, parce qu'elle crée un hiatus insupportable entre les "dires" et les "faires", entre les paroles et les actes.
      L'amour, ça ne se prône pas, ça se vit au quotidien.

      baci caro
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Quelquefois je me demande si Le Goût et moi ne nous sommes pas croisés dans une vie antérieure... :-) (sur un plan purement spirituel, s'entend, je ne tiens pas à m'attirer les foudres d'Heure Bleue ou du Paladin) ;-)
      Tu sais que certains affirment que le Cantique des Cantiques ne peut avoir été écrit que par une femme?
      Je ne suis pas fan des religions quelles qu'elles soient, encore moins des religieux. Mais je conçois que les premières puissent aider les faibles humains que nous sommes à vivre, j'entends par là vivre avec l'idée que nous allons TOUS mourir... Je constate que la plupart des seconds amènent les hommes à se regarder de travers; surtout si le vis-à-vis est une femme. :-(

      Supprimer
    7. Hihi ! il y a beaucoup de correspondances un peu karmiques sur ce blog...
      Et je crois que tu as très bien saisi cette synchronicité.
      Tu analyses très bien les tenants et les aboutissants du fait religieux...
      Tu es douée, y a pas !
      gros bisous et le bonjour au paladin ^^hihi

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. Il me vient des interrogations hic aux noclastes:
      - Salomon a-t-il bien rendu les 1000 femmes en bon état?
      - Est-il l'ancêtre biologique des Bourbons, connus pour leur priapisme jusqu'à Juan-Carambolos d'Espagne ?
      Tiens, je le vois d'ici:
      "Viens mon Esther que je te montre mon estemple de Jérusalem" (ben oui, il ne connaissait pas encore le Japon le pauvre...)Et paf, la voilà qui fonde une nouvelle branche royale... Et depuis on s'étonne que tous les Juifs sont cousins :-)*
      *Avis à la LUCRA: Cousin n'est pas une injure.

      Ti bacio Cara

      Supprimer
    9. Eh ben, je sais pas le traitre début d'un commencement de réponse à un dixième de tes questions...
      1000 femmes ça fait quand même beaucoup...
      Ça va pas t'empêcher de dormir quand même toutes ces interrogations existentielles ?
      Molto baci per te e buona notte
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    10. J'imagine qu'il y a des épouses et des maîtresses dans les 1000 en question... De Salomon, hormis le fameux jugement, je ne connais guère que la naissance... Quand on a pour parents David et Bethsabée, ça donne l'occasion à Marek Halter de nous régaler d'un splendide "Eloge de l'adultère" :-)

      Supprimer
    11. 1000 femmes, c'est déjà un bon accessit en regard de Simenon qui était réputé pour avoir bibliquement connu 10'000 femmes. Je suppose que pour la plupart, seule la plastique de la dame lui importait car s'il avait du inventorier en détail la psyché de toutes ses dames, il n'aurait pu faire autant travailler Maigret...
      Ti bacio

      Supprimer
    12. Dix mille femmes ! Quelle surenchère !
      Enfn chacun son trip, hein, comme on dit à Katmandou...
      Baci a tutii
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Et alors , le mariage gay...haaaa la France...ce cher pays de notre enfance...bla bla bla

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La question que l'on peut se poser c'est : pourquoi dieu a-t-il créé les homosexuels ?
      Voilà une question intéressante...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Dieu à créé?? Non sans déconner?? :D

      Supprimer
    3. Ben oui, dans la logique où il a tout créé...
      Il faut savoir entrer dans la logique des autres, même si c'est pas facile ...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Je voudrais me faire l'avocat de Mame Michu...Bises publiques Angel Baby et ATTB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dis-moi, mon doux ami.
      Je suis prête à entendre la contradiction. Je n'imaginais pas qu'elle viendrait de toi, mais cela prouve qu'on a encore des choses à s'apprendre.
      Je voudrais simplement rajouter qu'un débat d'idées ne s'attaque pas à l'homme. Ce qui manque sérieusement à notre monde, c'est la distance raisonnable entre les hommes et leurs idées ou leurs croyances.
      Cette prise de distance qui fait que l'on peut avoir des amis qui n'ont pas les mêmes idées, ou les mêmes croyances que soi, et les aimer quand même. Parce que nous ne sommes pas nos idées.
      Nous sommes avant tout des êtres humains avec des coeurs.
      Cela s'appelle l'ouverture d'esprit et la bienveillance, et il me semble que l'on peut me reprocher des tas de choses, mais pas de manquer de ces deux qualités fondamentales.
      Kisses and attb
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Quand une flèche rate son coup, quand un trait manque sa cible, on est un peu penaud. C'est mon cas quand je crois comprendre que tu as pris au sérieux cette affirmation qui se voulait humoristique en défendant ce patronyme si souvent mis en exergue.
      C'est pas vrai? T'as pas cru ça? C'est pas possible? Du coup, bises deux fois publiques. Non, tu me fais marcher là?

      Supprimer
    3. heureusement que Cupidon vise mieux que toi, parce qu'effectivement, ta flèche a raté sa cible.
      Je me suis vue confuse d'avoir peut-être heurté ta sensibilité, tes convictions, et je me sentais prête à expliquer combien je suis loin de cela : je n'aime pas blesser, ni vexer, ni faire accroire des choses fausses sur ma façon d'être.
      Alors oui, je suis désolée, j'ai pris très au sérieux ta remarque.
      Pourquoi aurais-je mis ta parole en doute ?
      Bisous bouleversés
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Alright Baby! Tant qu'il y aura des hommes (effectivement on pense tout de suite au film) ils se prendront les pieds dans le tapis. Sauf Cupidon maître dard et maître d'armes. Kisses Miss Angel Baby W. and so on... ATTB.

      Supprimer
    5. L'image était une sorte de clin d'oeil, ces deux là sont mariés, ils ne font donc rien de répréhensible au yeux de la morale...Mais madame Michu n'y a même pas pensé.
      Maître dard comme Frédéric ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Los Machucambos !! Que n'ai je dansé sur cette musique, Cuando calienta el sol.. les jolies fiancées de l'été, que j'ai tenu serrées...
    Tu as ravivé bien des souvenirs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en suis bien contente, m'sieur Andiamounet.
      Ça met un peu de chaleur douce dans le froid piquant de l'hiver...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Le plus beau slow de l'été, un été de 1962... Merci Monsieur Camillio Felden ! Voilà de la belle roucoule, propre à chanstiquer les plus rébarbatives !!
      Ah ! Les petits dancings de l'été au bord de la Siagne à La Napoule..

      https://youtu.be/kjsfaYv_3TQ

      Supprimer
    3. Ah...Warum...ma mère devait écouter ça en me donnant le biberon... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. En fait si Céleste, tu as tout compris à ce monde puisque les hommes ont réussi à le rendre incompréhensible. Au départ tout était normal, tu pouvais baiser comme tu voulais, qui tu voulais et où tu voulais, puis vint un putain de reptile en soutane pour ôter le bord d'elle en délimitant les zones ha bitables et celles du ban qu'est totalement différent de la raie publique de Platon....Faut qu'on se reconstruise notre Palais des Glaces pour se revoir nu au sens le plus élevé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce que je comprends, c'est que les hommes se sont arrangés pour que ce soit Eve, comme par hasard, qui fasse la boulette de croquer la pomme...Tout était écrit d'avance, en fait. Pas facile de porter le péché originel sur nos épaules.
      Cachez ce sein que je ne saurais voir etc etc...bouh...pourquoi, c'est pas joli, un sein ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. " C'est que DES hommes..." Oui, mais quels hommes ? Des travestis certainement pour se déguiser en femmes...
      Pourquoi la soutane, d'abord?
      Des mauvaises langues disent qu'on court bien plus vite la soutane relevée que le pantalon baissé...
      Ton histoire de pomme est intéressante.
      Ce pommier de misère était présenté comme l'arbre de la connaissance auquel les humains ne devaient pas toucher.
      Autrement dit, ceux qui ont écrit la Genèse voulaient délibérément laisser les humains incultes (pour mieux leur en donner un autre, de culte.)
      Pourquoi la femme? Parce que c'est elle qui donne la vie, pas l'homme. Lui n'a aucune certitude sur sa paternité (il a même ignoré longtemps qu'il était impliqué dans la gestation), c'est aussi pour ça que l'adultère au féminin est si férocement réprimé.
      Molto baci

      Supprimer
    3. Il y a sans doute un peu de tout cela dans cette vaste incompréhension entre les hommes et les femmes, et toute la souffrance dégagée de part et d'autre...Le maître mot, c'est le pouvoir.
      Le jour où plus personne n'aura envie d'utiliser son ascendant pour asservir les autres en les maintenant dans l'ignorance, et pour servir son ego, les hommes vivrons d'amour et nous, nous serons mort mon frère...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. On peut toujours ne pas céder aux préceptes toujours un peu plus cul-cul la praline que certains voudraient nous imposer.
      Ton niqab est prêt pour la prochaine reculade gouvernementale?

      Tu m'as donné envie de voir s'il existe une autre version que celle de Leclerc-Charlebois-Vigneault.
      J'ai trouvé par Raymond Levesque, son auteur:
      https://www.youtube.com/watch?v=Wb_4tQ90Muk
      ou alors par Luce Dufault
      https://www.youtube.com/watch?v=y0OnnRoOhuQ
      Un très beau texte, passablement raccourci par le trio.

      Ti bacio mia Sorellita

      Supprimer
    5. Ne parle pas de malheur s'il te plaît, avec cet objet que je préfère mourir plutôt que d'être obligée de le mettre...
      Merci pour tes recherches, je me coucherai plus cultivée ce soir.
      j'aime bien la version de Raymond. celle de Luce est trop longue en fait...
      Baci mio fratello

      ✫ ✫* *
      ✫ ✫ ✫.★**
      `⋎´✫¸.•°*”˜˜”*°•✫


      Supprimer
  20. Bon sang de cuillère en bois ! Los Machucambos !! que de souvenirs adolescents !
    Mais il est vrai que le choix n'est pas judicieux.
    Déjà que d'autres ont osé cette horrible chanson : « c'est l'amour à la plage… ah !-mmmm !-- cha-cha-cha !"
    Trop c'est trop !
    Vous auriez dû prendre une autre de leurs chansons "Non Monsieur", qui au moins ne heurte pas la bonne morale traditionnelle et la dignité de la femme qui se refuse aux avances graveleuses… de plusieurs hommes en plus ... enfin… à condition, évidemment, de supprimer le dernier couplet…
    Car sinon… la messe est dite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Juste une précision : l'histoire se passe ailleurs, je ne fais pas partie de cette chorale, je raconte juste l'histoire d'un ami. Je crois que si je faisais partie d'une chorale, je l'aurais chanté sur les toits de mon blog depuis longtemps. D'ailleurs je n'ai pas renoncé à cette idée. Sauf que j'essaierai d'éviter mademoiselle Lelongbec et les joyeux pinsonnets du dimanche...
      Sympa la chanson...qui met en relief la terrible inconséquence des filles qui disent non et qui pensent oui.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Les Justine Putet ont encore de longues années devant elles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben voui...Mais elles-mêmes sont-elles à blâmer ? Elles ne sont que le résultat de leur chemin de vie...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. D'accord, les raisons invoquées sont plutôt tartes - c'est tout de même pas "Je t'aime, moi non plus" hein - mais faut dire aussi que ce slow pur guimauve pour fin de banquet de noce ou de bal populaire à la salle communale est plutôt à côté de la plaque niveau ambiance de Noël... Ceci dit, doit être plutôt cool, t'entendre chanter dans une chorale... Pas vraiment ma tasse de thé mais cool tout de même...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voir ma réponse à AlainX au-dessus. (j'ai la flemme de réécrire)
      Je préfèrerais que tu m'entendes chanter toute seule « attraper des papiers mâchés dans mon filet de voix, pauvre pêcheur. » ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Juste un truc: l'ambiance de noël c'est forcément les sapins, les grelots et les petits anges (dans nos campagnes) ?
      Ça pourrait pas être la joie de chanter et de partager un moment musical sans juger l'autre, juste dans l'échange et le pardon universel ? oui je sais, ce sont des idées d'un autre monde...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Euh... ben ouais... pourquoi pas... pourrait être sympa... sortons des chemins battus, rabattus et débattus, et poussons la chansonnette en choeur ou en solo, avec ou sans filet (de voix ou autre)... Je propose de commencer par "Comme je l'imagine"... ahahahah...

      Supprimer
    4. Excellent choix, Veronique Sanson, j'aime !
      Je ne lui arrive pas à la malléole externe question voix, mais je plussoie à sa poésie ardente.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Dépêchons-nous de rire de ce qui n'est peut-être qu'un avant-signe !

    http://argentiquites.canalblog.com/archives/2016/12/09/34665325.html

    Et merci à Xoulec pour le rappel de Vassiliu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connaissais pas ton cahier de brouillon, mon oncle.
      Il est bien tenu pour un brouillon, pas une rature !
      Vassiliu, ah oui...tout en pudeur et en délicatesse, poil au nez.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. @Joe Krapov:Ce fut un plaisir.

      Supprimer
  24. la prochaine fois, tu prends un texte brûlant du feu de dieu, mais en swahili ou en flamand, bref dans une langue que personne de son entourage ne comprend... et allez-y gaiement :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En flamand...ah oui c'est une très bonne idée !
      Tu pourrais faire faire la traduction par tes élèves ... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ah ah ! Ca, je trouve trop drôle. j'apprécie en connaisseuse. Note, il y a de la musique traditionnelle flamande absolument magnifique ! Même sur youtube...

      Supprimer
    3. Hé hé !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Bonjour Célestine, tout comme Dédé, je ne comprends plus grand chose à ce monde... de tout temps, l'amour a toujours existé et faire tant d'histoires pour quatre petites phrases :-)Nous avons un coeur alors laissons-le parler :-)
    Bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Laisser parler notre coeur...un beau rêve que je caresse souvent.
      Accueillir l'autre sans le juger, en se mettant juste à sa place cinq minutes, et en mesurant à l'aune du bonheur allumé dans les coeurs, plutôt que la rancoeur et l'étroitesse...
      Un beau rêve, oui...comme ceux d'Eugénie.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. On ne rigole pas avec l'église. C'est pour cela qu'elle est en train de se consumer à petit feu.
    A quand les majorettes sous la nef ? A quand une représentation du Crazy horse à Notre Dame ?
    Le dogmatisme est le terreau de l'intolérance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu donnes des exemples extrêmes, non, Daniel ?
      Un peu trop extrêmes sans doute...cela risquerait de provoquer une levée de boucliers supplémentaires.
      Cela dit, lors des mariages princiers, il 'est pas rare de voir des militaires en uniforme dans une église, est-ce moins choquant que des majorettes toutes mignonnes et joyeuses ?...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. kangourou agile09 décembre, 2016

    Cette année au programme de la chorale à l'église du village, on chanteras fais comme l'oiseau de Michel Fugain et chanter de Florent Pagny.
    Ce qui compte c'est la beauté de la musique et le bonheur de la partager au moment de noël.
    Je ne comprends donc pas non plus ce qui motive ce refus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La façon d'apprécier les choses est sans doute très différente d'une paroisse à l'autre, et d'un individu à l'autre...
      merci pour ce témoignage, Kangourou.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Complètement con ton curé ! il ferait mieux de s'occuper des problèmes de ses collègues si tu vois ce que je veux dire ... Pour la chanson honnie par ce don Padre, qu'il ne la salisse pas car ça me rappelle mon adolescence et mes premiers émois ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais que j'ai du repêcher ton commentaire dans les spams...
      je me demande ce qui a pu faire penser l'hébergeur que tu en étais un...
      peut être à cause du gros mot? :-)
      Bah, il changera peut-être d'avis d'ici le concert il ne faut pas désespérer ...
      Bises en gelée blanche ce matin
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. Moi, je reste loin des hommes, dans ma grotte... J'entends les "bouzoukis" se manger le foi parce qu'ils s’ennuient... Le cantique des uns, la braise des autres, sans oublier le Noël du reste... Franchement, le monde n'en a rien à faire... Les gosses se chamaillent pendant que les adultes triment...
    Rire.
    Bon week-end la grande...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Se manger le foi ... délicieux et génial lapsus orthographique.
      Oui et puis de toutes façons, tu as du boulot dans ta grotte... avec tes haïkus ... ;-)
      Bises taquines
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. pas de quoi fouetter un chat, mais un cureton, oui !...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais tâcher de ne pas en arriver là quand même...
      Bises Jeanmi, ça faisait longtemps !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Rhooo cette chanson me rappelle ma première "belle-mère" d'origine espagnole et nous chantions cette chanson en voiture en partant en vacances ! Les querelles clocher ? Pfff, pas mieux que celles des minarets, c'est sûr...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entièrement d'accord toutes ces querelles sont stériles et affligeantes...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Gros bisous ma Céleste et entre nous (j'ai lu ton précédent billet ) (je les lis tous mais je n'ai pas toujours le temps de commenter :( ), tu as bien fait de te sauver, il faut écouter son instinct parfois et je suis certaine qu'il ne t'a pas trompé... ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais bien que tu me lis, ma copine, et je ne t'en voudrai jamais de ne pas avoir le temps. Je sais trop comme c'est difficile parfois de se dégager du temps quand la vie nous enserre dans son étau.
      Pour l'instinct, oh oui, je l'écoute et il ne me trompe quasiment jamais.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. P.S. : dis donc tu n'as pas peur qu'elle chope une broncho-pneumonie la jolie Eve de ta bannière ???! A moins qu'elle ne soit aux Maldives ? ^-^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chut ! ne le répète pas, mais elle est là où j'aimerais tellement me retrouver en ce moment. Dans un endroit calme, doux et chaud, avec la mer, le ciel, où rien n'est grave et où l'on se sent libre de rêver...et puis elle milite pour la beauté de la nudité.
      Bisous et merci de ton triple passage, miss !
      ¸¸.•*¨*• ☆
      ¸¸.•*¨*• ☆
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. Ah ! je regrette que tu n'aies pas une rubrique avec toutes tes bannières. Je suis tout à fait fan de tes dessins. Est-ce que tu te rends compte qu'ils sont vraiment très beaux? Est-ce que tu fais tes croquis à la main, que tu scannes ensuite? Ou est-ce que tu dessines directement à l'ordinateur? Tu as vraiment du talent ! Et pas que littéraire... Voilà qui est consolant, dans ce monde-là, justement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime ta ligne "claire". J'aime la juxtaposition des couleurs. J'aime les plans et la composition - ça, c'est pour la technique. Et c'est extrêmement poétique. Vraiment, un petit récapitulatif de tes bannières serait superbe... (Mais c'est peut-être difficile avec blogspot!) Et avec tout ça, je ne dis rien de l'article, mais tout le monde a tellement bien commenté, que dire de plus !

      Supprimer
    2. Merci Pivoine pour tous ces compliments. Venant de toi, bien évidemment ça me touche terriblement.

      Il est là, mon récapitulatif.
      Juste là, à portée de clic ...
      Suffisait de demander...
      Et je te dédie ma prochaine bannière.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Pour ce qui est de ma technique, je ne vais pas révéler en public mes secrets de fabrication. Sache simplement que c'est sans pour cent numérique. Tablette Ipad et retouches sur Gimp, le logiciel de Mac Pro.
      j'ai lu ton com chez Walrus, moi c'est tout le contraire, je suis devenue une dingue de la tablette...
      Bisous ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  35. Je suis d'accord avec Pivoine : tu as un talent fou !
    Et de l'or dans les doigts...
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es trop gentille, Angela.
      Merci beaucoup pour ton indulgence
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  36. Et oui, même les curés peuvent oublier que Dieu est amour...������
    Désolée pour cette belle chanson (que je ne connaissais pas). C'est niais...c'est con. Tout simplement.
    Bisous chère fée et bonnes répétitions tout de même !

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.