dimanche 5 juin 2016

Petits cailloux



Cliquez sur les photos pour les agrandir
Sur une plage du nord, des femmes, des hommes, des enfants attendent que l'on décide de leur sort. Comme des oiseaux migrateurs, sans ailes. Des êtres humains victimes de la guerre.
Le sculpteur syrien Nizar Ali Badr ramasse des cailloux. Et il invente des histoires qui parlent des souffrances et des joies, des  peurs et des espoirs des peuples obligés de fuir.
Avec mon amie Françoise, nous avons aimé cet art simple, profondément humain et empli de sens.
Découvrez sur son blog ses autres créations.









En racontant leur détresse, il semble nous dire :
« Chers Européens connaissez-vous vos richesses ? »


La Liberté

La Nourriture
L'Insouciance




L'Art
Les Vacances
La Santé



La Famille
Le Sport
L'Education
L'Amour
La Joie
L'Entraide




















Edit de 9:00:
Enthousiasmée par ces images, j'ai fait confiance à l'ami qui me les a transmises  sans vérifier leur source. (Oh l'erreur de débutante ! mais je crois mon ami de bonne foi, et lui aussi a été abusé) 
Il s'agit bien, en fait, de l'oeuvre d'un artiste syrien, j'ai rectifié et je m'excuse d'avoir véhiculé une information erronée. 
Le message de mon billet n'en reste pas moins le même: nous possédons des richesses matérielles et humaines inestimables dont nous ne réalisons pas toujours l'immensité.
¸¸.•*¨*• ☆



99 commentaires:

  1. Je vais taire cette fureur de ténèbres qui pousse la porte de mes lèvres... Je vais contenir cette rage glauque et violente qui tente de franchir ma psyché... Je ne vais pas déverser mes mots de feu sur ton blog...
    Sache seulement que je n'accepte pas cette interprétation d'une situation.
    Il n'y a pas de place à la manipulation affective.
    Aucune place !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je découvre ce matin que j'ai été victime, de bonne foi, d'une manipulation de l'information.
      Si tu savais que je m'étais trompée, et si c'est cela qui a provoqué ton ire, ce n'était pas la peine de te mettre dans cette fureur. ;-)
      Sinon, j'avoue que je ne comprends pas ta réaction.
      mais je suis sûre que tu vas m'expliquer... :-)
      Bises du matin
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Celestine,

      N'aies crainte, la fureur est semblable à une tornade. Elle apparait soudainement, emporte tout sur son passage puis s'éteint tout aussi soudainement...
      Je n'ai rien à ajouter que ce qui est dit dans les commentaires suivant...
      Je ne réfute pas la beauté de ces assemblages de cailloux, et ne suis nullement contre l'art dégénéré cité par Saoul Fifre.
      Passez tous un bon dimanche, et que les tracas même singuliers glissent sur vous comme l'eau sur des galets...

      Supprimer
    3. Oui je comprends. Mais la colère est toujours impressionnante pour celui qui est en face, surtout s'il est de bonne foi...
      J'aime beaucoup l'image de l'eau sur les galets, elle est...zen !
      Bises cher Gilles
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. @ kakushiken : peut-être aurait-il simplement suffit d'attirer l'attention de notre hôtesse sur son erreur ? Non ?

      ...'fin moi, Jdissa... tu vois bien...

      Supprimer
    5. Jdissa... Ce n'est pas l'erreur hypothétique de notre hôtesse qui a déclenchée une fureur soudaine. Et comme ma colère était "irrationnelle" dans le contexte du billet, je ne pouvais "réagir"...
      Laissez l'eau gambader sur les galets... Ce n'est rien finalement qu'une réaction hypodermique...

      Supprimer
    6. @ kakushiken : pfiouuu, bindidon, il est heureux que tu n'aies pu réagir ! ;o))
      Parce qu si une manipulation a pu éventuellement avoir eu lieu par ailleurs, ou en amont, ici il est bien question d'erreur. Et, j'y reviens, un pouïème de temps de pause/pose, trois expirations profondes plus tard ("Zen, soyons zen") et le ruisseau qui gambade sur les galets, ta colère s'en allait s'exprimer ailleurs, et tu trouvais le moyen de dire "Fais gaffe !" à l'hôtesse de ces lieux..
      Bon, enfin Jdissa, mais il m'arrive encore aussi de péter à côté de la plaque, hein ! :o))

      Supprimer
    7. Ne vous disputez pas les enfants !
      Ça ne vaut vraiment pas le coup...
      Une réaction "hypodermique" j'aime bien l'expression !
      Péter à côté de la plaque, j'adore...
      ¸¸.•*¨*• ☆
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. J'ai vu ça sur un blog d'écrivain il y a quelques mois mais on y disait que c'était l'oeuvre d'un artiste palestinien...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors, pas palestinien, mais syrien (il a un compte facebook)
      Comme je l'explique dans mon erratum, on devrait toujours vérifier avant de diffuser...
      Plates excuses
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Ces oeuvres si poétiques sont celles du sculpteur Nizar Ali Badr, artiste Syrien...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas à quelle Françoise j'ai affaire, mais je te remercie pour l'info qui m'a évité de subir les foudres des défenseurs de la propriété intellectuelle. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Lorsque je mets des commentaires, Célestine, tu pourras toujours voir ma bouille à côté de mon nom. (sourire)
      Sinon, j'aime beaucoup ces oeuvres de Nizar Ali Badr. :-)
      Belle fin de journée, bisous.

      Supprimer
    3. Ah oui bien sûr Françoise, comment ai-je pu oublier ta bouille !
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Land art peut être un peu plus figé que ce que nous avons l'habitude de voir au gré de nos errances. Pour le reste, je ne veux pas entrer dans la "polémique" ; nous aurons l'occasion d'en discuter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Normal pour des pierres, d'être "figées" non ? hihi !
      Alors pour moi, il n'y a pas de polémique (à moins que tu ne saches des choses que je ne sais pas, mais vu ma naïveté crasse, ce ne serait pas étonnant)
      J'y vois juste de fortes images poétiques qui racontent des choses humaines pas toujours roses, point barre.
      Mais je sais qu'on vit dans un monde de manipulation, de trafic d'influences et d'intérêts politico-commerciaux et c'est très pénible d'en faire les frais...
      Je pense que certains de mes lecteurs auront des choses à dire sur le sujet...;-)

      Au moins, je sais que tes aquarelles sont vraies, et qu'elles me font beaucoup de bien.
      Bisous ma Chinou. A +++
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Un sourire ce matin que cette découverte. Les pierres de Nizar Ali, racontent la Vie… Les gens, l’amour, les enfants, la joie… La tristesse, le malheur, la guerre, la mort, et l’exil aussi… Une leçon d’humanité …
    Je te remercie pour cette belle rencontre, pour cette poésie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La vie, l'amour la mort, avec des galets...c'est cela qui est admirable.
      Heureuse de ce partage, même s'il a démarré en trompette !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Merci à toi et à Françoise d'avoir recherché l'auteur, on me l'avait juste présenté comme "un migrant de Calais" et je trouve d'ailleurs que, s'il est bien que cet artiste ne reste pas anonyme, ses assemblages de galets si expressifs se suffisent à eux-même.

    Quand à ton premier commentateur, je vois bien qu'il aimerait censurer l'art dégénéré, comme beaucoup avant lui, au principal motif qu'on peut argumenter contre les mots ou les faits mais que contre les remous des sentiments, il n'y a rien à faire. C'est ce qui fait notre humanité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est peut-être le fait qu'il t'ait été présenté comme un migrant de Calais qui tient de la
      « manipulation affective » comme dit mon lecteur.
      Mais a-t-on besoin d'être « manipulés » pour s'émouvoir de leur sort ?
      Comme tu le dis, ces oeuvres parlent d'elles-mêmes et nous aurions pu, Françoise et moi, les publier sans autre commentaire.

      Les remous des sentiments, c'est très beau...Ça ferait un titre de roman.
      Bisous mon Saoulf!
      prends soin de toi
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Ce qui compte à la fin c'est que ses images t'ont touché et que moi aussi elles m'ont touché. Donc merci à toi de ce partage. La poésie des choses simples. Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr Patrick.
      Pacifier le coeur de l'homme, ces mots d'Alain X me trottent dans la tête...
      Et ceux de Whitman, et ceux d'Apollinaire de mon précédent billet.
      Les hommes iront mieux quand ils regarderont la beauté et oublierons de se quereller comme des pies.
      Belle journée cher poète
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Et si on évitait de se prendre la tête, qu'on considèrait juste ces quelques galets disposés avec talent.
    Le propre d'une oeuvre d'art c'est que personne ne maîtrise son destin. Chacun y voit ce qu'il veut, ou ce qu'il peut, y voir. Sans mépriser le moins du monde le droit de l'auteur à être identifié et à être reconnu ne négligeons pas non plus cette chose délicieuse qu'on appelle la présomption d'innocence.
    Merci donc à vous, chère Celestine, de nous faire connaitre ces œuvres là.
    Bon dimanche !

    Ps : que dirait Stendhal s'il savait qu'un blogueur insignifiant se dissimulait sous le nom d'un personnage d'un de ces romans. Je préfère ne pas y penser.;-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Se prendre la tête...trop penser, oui sans doute.
      Et oublier les choses essentielles et simples. Tout ce que nous possédons dans nos mains, et qui ne s'achète pas...
      Stendhal serait sans doute fier de cet hommage posthume. Faire vivre un personnage de roman, une oeuvre d'art, une chanson, car leur auteur a disparu, n'est-ce pas continuer son oeuvre en la transmettant ?
      Moi j'aime ces petits cailloux pleins d'humanité. Je n'oublie pas que le mot humain, a la même racine que humus, la terre, et humilité. De quoi méditer sans se prendre la tête...
      Bien à vous cher Julien.
      Vous n'avez pas choisi le plus dégueu, question pseudonyme, sauf votre respect. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Réponses
    1. Par l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'ours...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Qu’il est beau, l'homme quand dans son infini désespoir et dans ses derniers retranchements, et par une espèce de force inconnue, jusqu’alors, il dégage cet ultime ressource du fond de lui-même, pour briser et se débarrasser de ses chaines infernales et donner sens à sa vie. Comme une racine d’un grand arbre, enfoui profondément sous terre, il tente de repousser les frontières pour étancher sa soif et reprendre le chemin de la lumière. L’art est une de ces ultimes ressources pour revenir à la vie !
    Bisous fascinés La Céleste

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On pense à tous ces homo habilis au fond de leurs grottes sombres, qui transcendaient leur terreur en dessinant sur les parois...
      Tu dis très bien la force cathartique de l'Art, je n'ai rien à ajouter...
      L'Arbre...L'artiste en a fait un, magnifique. Très symbolique comme tu en parles.
      Merci pour ce beau commentaire
      Kiss you
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Très beau !
    Tout à fait le genre d'œuvre "naïve" et fraîche qui fait du bien...
    (bien que je trouve les scénettes un peu trop "thématiques"...)

    J'aime beaucoup le Land Art et l'art qui "joue" avec les éléments naturels...rien n'est plus beau que ce que Dame Nature nous offre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est normal que la thématique soit la même, puisque les images sont les vignettes d'une "BD" qui raconte une seule et même histoire. Mon amie Françoise et moi, nous nous les sommes partagées pour les besoins du billet. Tu peux voir les autres sur son blog.
      Bisous, ensoleillés aujourd'hui
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Merci pour le lien...

      Il se trouve que je connais depuis longtemps l'art d'assembler des galets...j'ai une "copine de blog", qui s'appelle Florence et qui fait ça très très bien...
      http://www.florence-arrighi.com/#!galets-bruts/c164h

      Son blog de photos est également magnifique, je te le recommande...
      http://les-galets-de-nonza.blogspot.fr/

      Bisous.

      Supprimer
    3. Merci beaucoup pour ces découvertes ! le site des sculptures est somptueux ! Et les photos, wouaou .
      Belle journée !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. J'ai corrigé mon texte et rendu à Nizar Ali Badr la paternité de son oeuvre, ce qui n'enlève rien à l'histoire qu'il illustre, celle de milliers d'exilés anonymes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr. Il était pourtant facile de vérifier...mais voilà. On ne pense pas toujours à se méfier.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Dans la réalité virtuelle de l'internet, le faux est souvent la seule chose de vrai... :-)))) Hein !? C'est con !? Ben ouais...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les cailloux, eux, ont l'air bien vrai quand même. Et la réalité qu'ils évoquent aussi, à moins de se méfier absolument de tout...
      Ben ouais, le pire et le meilleur se côtoient toujours, on le sait mais on oublie, c'est ça qui est con, surtout
      ¸¸.•*¨*• ☆.

      Supprimer
  14. Ce sont de jolies réalisations qui me font penser à certaines illustrations des années 70.
    Que celui qui ne s'est jamais laissé prendre aux infox de la toile etc...etc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es gentille, ma Berthoise.
      C'est vrai que j'ai eu un réveil en fanfare, je me suis demandé si le ciel ne me tombait pas sur la tête...Il faut dire que ces petits tableaux m'ont tellement plu que je me suis dit que ça collait bien avec la version « migrant anonyme » comme si cela donnait une note d'espoir à cette situation terriblement embrouillée où l'on ne sait plus qui croire...
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Ma première réaction, spontanée, à été de trouver dans cette simplicité quelque chose de touchant : évoquer des idées avec des galets, il fallait y penser. Voilà un art brut et poétique, ai-je pensé, qui se contente d'assembler des éléments quasi inépuisables : des cailloux.

    Je lis ensuite qu'il y aurait un autre sens, peut-être des polémiques obscures, et j'avoue que tout cela me dépasse. J'en reste donc à ma première impression :)

    Merci pour ce partage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai fait comme toi : j'ai relayé quelque chose qui me semblait apporter de l'espoir et de la poésie à ce monde qui en a bien besoin. Et puis on m'a dit que ce n'était pas du tout des migrants anonyme qui avaient composé ces tableaux sur la plage de Calais, mais un sculpteur syrien qui raconte leur histoire. Bref, j'ai rendu à César...
      Mais rien de grave.
      merci à toi
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Touchant, beau, émouvant et quelque part rassurant.
    J'aime cette poésie qui va à l'essentiel: un message d'espoir.
    On peut tout faire avec rien, et c'est ça qui est formidable.
    C'est une brèche ouverte dans ce monde d'intellectuels qui ne pensent qu'en valeur monétaire de l'art. Ici, tout est brut.
    merci pour le partage.
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut tout faire avec rien, et c'est ça qui est formidable.
      Je retiens cette phrase qui est à elle seule porteuse de tous les espoirs.
      merci, bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Beaux petits cailloux qui racontent si bien l'histoire, en art brut, naïf .... mais l'histoire, l'histoire "des oiseaux sans ailes", ceux qui souffrent.... leur histoire (en vrai), n'est sûrement pas aussi idyllique... dans tous les cas merci Célestine pour ce beau partage, cette découverte... j'apprécie ces réunions, ces assemblages si joliment réussis !
    Je t'embrasse.
    j'ai été grippée toute la semaine.
    Aujourd'hui je vais mieux.
    Bonne semaine à toi.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, ça c'est sûr, leur histoire n'est ni idyllique, ni pastel, ni propre...
      J'espère que tu te remettras rapidement de ta mauvaise grippe.
      je t'embrasse fort
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Bonsoir,j'ai découvert votre blog chez mon amie Chaourcinette,quel beau blog, c'est très beau ce que vous avez publié cette note et puis qu'est-ce que vous écrivez bien ! Bises Daisy

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue sur mon totem, chère Daisy !
      Merci beaucoup pour vos compliments.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Comme tu as pu le voir, je ne suis pas très disponible ces jours....
    Gros boulot concentré sur 3 jours, et demain, le retour dans mes pénates.
    J'arrive donc comme un soleil, qui me fut bien présent depuis vendredi, après un orage foudroyant.

    De très belles oeuvres, touchantes et explicites.
    Elles racontent l'histoire des migrants syriens (et autres) qui fuient la mort et une guerre dont l'Europe a une grosse part de responsabilité, mais ça, c'est une autre histoire :-(.
    Que l'artiste les fasse sur les plages de Calais où n'importe où ailleurs, Il n'y a pas de quoi se mettre un pet en travers de la gorge et dépaver le blog à Célestine pour ça... Il y a bien d'autres sujets beaucoup plus dignes de colère.

    Ti bacio forte Cara mia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demandais où tu étais passé, caro, mais je me doutais bien que tu devais être encore au fond d'un trou..
      Bon dans l'ensemble, mes petits cailloux ont bien plu, et les pavés ont été remis en place sans problème.
      Là c'est moi qui pars trois jours faire le plein de soleil (enfin j'espère...)
      Ti bacio anche etvb
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Profitez bien de cette pause. Puisse le soleil vous faire oublier toute cette agitation autour de quelques cailloux joliment arrangés. Je reste admiratifs de ces arrangements de galets. Qu'importe qui les a ainsi disposés.
      En posant votre dos sur les galets de la plage, et en regardant le ciel, vous mesurerez mieux que quiconque que les bonheur est bien au-delà de cela.
      Et si, vous passez par mon sud à moi, faites un petit signe, ayez une petite pensée.
      S'il vous plaît.
      Bonnes vacances

      Supprimer
    3. Les vacances me font du bien.
      Je laisse la mer déferler sur moi et me reconstituer.
      Et c'est délicieux.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Ca va ? J'ai bien déferlé ? C'était bon ?

      Supprimer
  20. J'aime beaucoup ... j'adore les galets déjà et je trouve ça beau et naïf!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime que tu aimes...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. De très belles et très parlantes créations.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parlantes et qui font parler !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Cela devient compliqué de partager ses coups de coeur !

    Sinon, à défaut de nos richesses, nous connaissons notre chance... de pouvoir avoir des coups de coeur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es la sagesse, mon oncle !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Quel talent et quelle poésie ! C'est un travail très émouvant, un petit Poucet des temps modernes ? Bises et lumineuse journée dame céleste. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans doute, oui, l'image du petit Poucet est bonne...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Joli, j'en ai vu quelques-unes sur son compte facebook, en effet...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, moi aussi, Pivoine, quand j'ai réalisé que l'info que j'avais reçue avait été tronquée.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Peu importe qui a réalisé ces tableaux ils sont tout simplement magnifiques et émouvants !

    RépondreSupprimer
  26. Alors donc … cette arnaque circule encore partout…!
    moi aussi on me l'a vendu comme entièrement fabriqué huit jours avant qu'on me les envoie, par des migrants dans les camps de la Jungle de Calais !
    cerise sur le gâteau : ç'avait été photographié par un médecin de médecins du monde qui était sur place, était un grand ami de la personne qui m'envoyait ça par mail ! ( L'expéditeur était en effet une amie, dont on avait piraté la boîte mail…)

    J'avais failli en faire un billet…
    avant qu'un de mes amis ne m'explique que c'était une totale arnaque magnifiquement dégueulasse…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dois avoir un train de retard, car je ne vois pas où est l'arnaque, totale, magnifique et dégueulasse.
      On parle ici des petits cailloux de Nizar Ali Badr, pas des barbouillis de Soulages à 2 millions d'Euros le m2.
      Si des gens se sont emparés de ces scènes pour en faire du pathos, ça ne regarde ni l'auteur, ni le contemplateur.
      Si s'emparer des idées des autres pour en faire du fric ou sa propre renommée tient de l'arnaque, nos politocards sont quelques échelons au dessus de ce qui a pu se faire sur le dos de ces petits cailloux...

      Supprimer
    2. Cherche à qui le crime profite ...
      Moi ce que je me demande, c'est qui a un intérêt quelconque à faire croire que les migrants de Calais auraient pu être des êtres humains capables de produire de l'art...
      Ça m'interpelle un peu...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Je précise que ce que je dis est du deuxième degré...

      Supprimer
    4. à Blutch :
      No comment sur ces propos purement écrits pour ton plaisir personnel.
      Quant à Soulages : j'adore ! Visiter une de ses expos laisse des souvenirs marquants...

      Supprimer
    5. Tous les goûts sont dans la nature humaine, mon Babar.
      Et l'émotion est quelque chose de tellement intime et personnel...
      Bisous à tous les deux, mes Amis
      ¸¸.•*¨*• ☆¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. @ AlainX
      J'en déduit que nous n'avons pas les mêmes valeurs esthétiques...
      Je pense que j'aurais aussi des souvenirs marquants de voir une expo de Soulages, mais ce ne seront pas les mêmes...
      4 coups de balai d'essuie-glace imbibé d'encre de chine sur une toile blanche me laisse totalement froid. Quant au discours intelectuello-mystique qu'il tient pour se vendre, ça me fait penser à la pièce de Jasmina Reza: "Art" et au tableau du peintre Boronali : "Le soleil se couche sur l'Adriatique".
      https://www.youtube.com/watch?v=bNa8tuYy4fA

      Il y a des formes d'art qui ressemblent terriblement à des circulaires de l'Education Nationale.
      Pour apprécier la remarque qui, je te le concède, tient du plaisir personnel ( comme finalement tout ce qui se dit sur les blogs...)
      http://blogborygmes.free.fr/blog/index.php/2014/07/04/1693-l-art-cul-tue-reel
      http://blogborygmes.free.fr/blog/index.php/?q=circulaire+E.N.

      Mais avec ça, je ne sais toujours pas où est la totale arnaque magnifiquement dégueulasse...

      Supprimer
    7. J'espère que tu vas bien mio caro.
      C'est rare quand je n'ai pas de nouvelles...
      ¸¸.•*¨*• ☆
      Ti bacio

      Supprimer
    8. Messie Carrissima, tutto va bene.
      Je suis encore la tête dans le guidon. De retour du Sud, j'en suis à réparer mon tracteur qui est pour moi un outil très précieux, puisqu'il me permet:
      De tailler les haies.
      de broyer les branchages pour le compostage
      de fendre le bois de chauffage
      de terrasser
      de l'utiliser avec une grue de camion.

      Et je ne vais pas chômer ces prochains jours, car je dois tailler les haies, fendre du bois, faire du compost, remblayer le terrassement de l'épuration et continuer de poser une barrière en béton...
      Ce qui fait que je ne me connecte plus qu'une fois par 24 heures.
      Ti bacio forte

      Supprimer
    9. Prends soin de toi, mio amico
      j'attendrai ton unique fois avec la vertu des femmes de marins...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    10. Si pendant ce temps-là, un prince ne t'enlève une nuit sans étoiles!

      Supprimer
    11. Hé hé ...oui c'est pas faux ...
      ^^

      Supprimer
    12. Et puis comme le quidam ne se connecte qu'une fois sur 24 heures, le prince aurait tout le temps de rallumer les étoiles, de dresser une chandelle ainsi que la table de mets pour les éventuels convives et hop! de s'envoler dans le ciel avec sa dulcinée!!

      Supprimer
  27. Chercher en soi plutôt que d'aller voir ailleurs !

    RépondreSupprimer
  28. Voilà, je viens de perdre mon commentaire. Je recommence. 1. Je ne réponds pas souvent à tes envois. Tes lecteurs sont si nombreux qu'après 50 commentaires, tu te passeras bien d'un supplémentaire. 2. Je lis cet envoi et les commentaires et je m'interroge. Si un blog se crée, c'est pour partager, ses émotions, ses écrits, son univers. Si les gens lisent, c'est parce qu'ils veulent te découvrir, créer des liens. En aucun cas, la mauvaise humeur, qu'elle soit virtuelle ou réelle, ne peut s'imposer sans être taxée d'impolitesse, tout simplement, et cela s'apparente souvent à une prise de pouvoir. Pourquoi ne pas rester civique, gentil, et expliquer les choses de manière respectueuse. Ca m'interpelle vraiment... En tout cas, merci pour ce joli partage de cailloux dont la douceur naïve et simple offre un monde calme et sans agressivité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tes lecteurs sont si nombreux qu'après 50 commentaires, tu te passeras bien d'un supplémentaire.
      Eh bien non, chère Anne.
      Mes lecteurs sont tous aussi importants les uns que les autres.

      J'ai un profond respect pour chacun, et je ne suis jamais blasée, même après cent cinquante commentaires. je respecte leurs opinions, leurs coups de coeur, leurs coups de gueule, leurs différences et leurs points communs.
      Et je reste convaincue que c'est une bonne chose que chacun puisse s'exprimer dans le respect mutuel.
      Je t'embrasse, chère Anne.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. En tout cas en deux mots c'est magnifique quelle que soit l'origine de l'artiste !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que je suis assez instinctive, affective et sensible aux impressions qui se dégagent d'une oeuvre d'art.
      J'ai souri. J'ai aimé. J'ai partagé.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. y a eu du sport par ici! chère Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un peu...mais c'est à la loyale...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Et bien, je profite d une insomnie, recurrence de fin d année pour te dire que je trouve cela très touchant.Cela me rappelle la douceur de papivole sur antenne 2 (divertissement enfant descannees 80!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense souvent à toi, et à tous mes collègues qui attaquent le mois le plus chaud de l'année scolaire...A l'épuisement qu'il apporte, quand il faut gérer toutes les réjouissances de fin d'année, plus l'énervement des gosses et la chaleur...
      Courage ma bulle !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. tout simplement magnifique ! Merci pour le lien Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureuse pour vous les bestioles.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. Impressionnant d'arriver à mettre tant de vie dans de petits cailloux
    Merci pour ce billet Célestine
    Bisessss

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le premier tableau me touche particulièrement.
      J'y trouve tellement de tendresse.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. Une amie avait mis ces images sur Facebook il y a quelques semaines et j'avais été éme. Cette fois encore elles me touchent un peu comme les pages de Charlotte Delbo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne la connaissais pas.

      Je vous en supplie
      Faites quelque chose
      Apprenez un pas
      Une danse
      Quelque chose qui vous justifie
      Qui vous donne le droit
      D’être habillés de votre peau de votre poil
      Apprenez à marcher et à rire
      Parce que ce serait trop bête
      A la fin
      Que tant soient morts
      Et que vous viviez
      Sans rien faire de votre vie.


      C'est super beau

      Supprimer
  35. Une amie m'avait envoyé des photos de ces oeuvres, c'est fabuleux et ça nous fait surtout réfléchir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui...pour faire réfléchir, ça fait réfléchir !
      c'est tout simple, mais fabuleux d'inventivité...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

  36. Splendide!
    Il y'avait longtemps que je n'avais pas vu quelque chose d'aussi beau!
    Quelle belle idée de partage.
    Bises aux cailloux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bisou caillou ?
      Oh oui ! ton enthousiasme me plait El Linda !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  37. En gros, ça a plu, non ? Sur son facebook, il y a beaucoup de fleurs superbes, des choses purement esthétiques, mais dans cette série, le message est clairement politique et émouvant, on ne quitte pas son pays avec ses enfants, une main devant, une main derrière (comme on a pu dire dans une toute autre situation) sans de graves raisons où la survie est en jeu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, Saoulf, ça a plu, bien sûr ça a plu !
      Nous ne nous y sommes pas trompés: le message est trop fort, trop vrai pour ne pas bouleverser les consciences, mêmes celles qui tentent de s'oublier derrière des arguments fallacieux. Il s'agit de notre profondeur d'êtres humains soudain mise à la surface par de simples cailloux. Ç a ne peut pas laisser indifférent.
      merci de m'avoir permis ce billet !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.