vendredi 10 juin 2016

Le bonheur est dans le sac





Afficher l'image d'origine


Ce mois-ci, la consigne de Filigrane était d'écrire à propos de ces petits bonheurs qui étoilent une vie. Chaque retour à la ligne devant commencer par les lettres de l'alphabet dans l'ordre, en partant de la lettre que l'on veut...



Dans mon premier texte, vous reconnaîtrez peut-être un couple médiatique célèbre en son temps...
Le second puise à mes racines.



*

Acte I.
Ici




Alors Maryse, que nous proposez-vous aujourd’hui ?
Bonjour Pierre ! Aujourd’hui nous vendons… le sac à collecter les petits bonheurs !
C’est très bien, ça, Maryse, mais qu’est-ce que c’est exactement ?
Déjà, c’est un objet, vous en conviendrez, un objet charmant !
Eh oui, Maryse, évidemment, ce n’est pas un moulin à vent !
Franchement Pierre, vous êtes trop drôle !
Généralement, c’est effectivement ce que l’on me dit ! Alors, cet objet du jour ?
Ha ha ! Moi on me dit que je suis blonde, mais je le vois bien que je suis blonde, pas la peine de me le dire !…
Il y a des gens étranges, Maryse… mais nos téléspectateurs aimeraient savoir ce qu'il en est de ce très bel objet !
J’y viens, Pierre. Le sac à petits bonheurs est donc un sac, comme tous les sacs…
Logique !
Mais à l’intérieur, vous y placez délicatement tous vos petits bonheurs du jour.
Non ? Je pensais qu’on y mettait des boulons et des clés de douze…
Oh, Pierre ! Si vous m’interrompez tout le temps !
Promis je vous laisse parler, Maryse !  Alors ce sac ?
Que voulez-vous savoir, Pierre ?
Redonnez-nous son prix, par exemple…pour nos amis téléspectateurs.
Si vous voulez, Pierre.
Totalement, Maryse, totalement !
Un article que vous acquerrez pour la modique somme de…
Vite, dites-nous, Maryse ! On n’en peut plus !
Wouais ben, voilà, vous m’avez interrompu, j’ai plus envie de le dire ! Je m’en vais ! 
Ah ben ça alors, Maryse !





Acte II.
Là-bas




Ô le sac à petits bonheurs, aubaine des jours qui filent comme des trains.
Pour le remplir de la rosée du matin, et des nuages
Qui caracolent au-dessus des monts, là-bas, à l’horizon ouest…Je veux
Rougir tomate et rosir bonbon, en caressant ta peau tiède au réveil
Saisir la note bleue du bout des doigts en écoutant un air de flûte
Trembler en regardant la pluie étoiler les landes, et le givre emprisonner dans
Une gangue translucide et glacée les fils électriques.
Voir le ciel devenir orange ou violet sous l’orage.
Alors ouvre avec moi le petit sac à bonheurs, le sac à petites joies douces, gorgé de bière sombre
Brandis ton diamant à découper les nectars de l’instant.
Cramponne-toi aux ailes du vent des falaises, la cueillette est ébouriffante,
Désirs fous, parfums, odeurs de bruyère, couleurs éclatées, rouge sang des fleurs,
Elans, soupirs, frémissements.
Flammes qui dansent devant l’âtre sur un long tapis de laine de mouton noir, un tapis volant qui
Gravite, comme un vaisseau des corps célestes enlacés
Hé, toi qui sens le souffle des choses,
Indicible, ineffable, dans ton petit sac à bonheurs
J’ajouterais baisers et caresses, un petit coin de parapluie
La langueur des vagues océanes sur une verte plage d’Irlande
Mêlées aux sons troublants des Uilleann pipes.
N’entends-tu pas le long sanglot des cerfs qui brament, et mon coeur qui ne désemplit pas ?
Oh…le petit sac à bonheur…



94 commentaires:

  1. Réponses
    1. Oui, dans la règle du jeu, on n'était pas obligé de les mettre...
      Ni le K.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. C'est de plus en plus tarabiscoté comme consigne d'écriture.
      T'impose-t-elle d'écrire le billet en marchant à cloche-pied avec une passoire à légumes verte sur la tête?
      As-tu écris ton acte un avec les pieds dans la mare?
      Ti bacio Cara


      Supprimer
    3. Moi qui croyais que tu serais sensible à mon rêve d'Irlande...
      Bon ce soir c'est moi qui ne suis pas sensible à ton humour poisson... ;-)
      Baci

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Mais ce matin, la passoire verte me fait beaucoup rire...souvent femme varie !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. Je m'étais juste laissé bercer lascivement au son de la musique irlandaise et Monsieur Joliétang m'a fait zapper un commentaire sur ton irlandaisianité; mais je vais tenter de me faire pardonner cette omission.
      Faut dire aussi que tu étais drôle à imaginer, marchant à cloche-pied dans une mare, avec la passoire verte sur la tête pour écrire un nouveau défi littéraire...
      Ti bacio forte Cara

      Supprimer
    6. Oui je me doute que l'image a dû te faire sourire...
      Et comment comptes-tu te faire pardonner ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    7. Aïe! Rien qu'à la question, je sens que ça va faire cher... :-D
      J'y réfléchis.
      Bacione

      Supprimer
    8. Cher Blutchy...je suis celle qui donne des consignes "tarabiscotées"...
      et je me sens capable, voyez-vous, juste pour vous embêter, de donner la prochaine en rapport avec une passoire verte et la marche à cloche-pied...
      C'est Célestine qui va être contente...;-)
      Alors mesurez vos propos, cher ami ! :-))))

      Supprimer
    9. Ah mais j'adore les consignes difficiles...Que serait un atelier d'écriture sans contraintes fortes ?
      Je prépare ma passoire, alors ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    10. Ni trop forte...ni trop facile...c'est là tout l'art délicat de la consigne...

      Pour la passoire, je réfléchis encore... ;-)

      Supprimer
    11. Un art délicat que tu maîtrises chère amie !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    12. @ La Licorne
      J'espère avoir pu vous inspirer de nouvelles consignes d'écriture. Ce serait bien, toutes fois, de demander la photo souvenir prouvant que la consigne est respectée.
      Mais me voilà pris d'un doute subit et irrépressible: Peut-on humainement imposer la passoire verte aux yeux d'azur de Célestine?
      Par dérogation du Comité des Fêtes, on devrait pouvoir lui autoriser une passoire bleue.
      Chère Amie, je mesure toujours mes propos, le problème tient peut-être dans le fait que j'ai un mètre élastique... :-)))
      Bises
      Baci à la daronne

      Supprimer
    13. @Blutchy
      Dis donc, la daronne ? Tu m'appelles la mère, maintenant ? :-P mouarf !

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    14. Mais non, mais non, c'est aussi la patronne d'un clandé :-))
      Et pas même un comm. parce que je propose d'assortir la passoire à légumes à tes châsses!
      Ti bacio Cara

      Supprimer
    15. C'était trop mignon...c'est vrai que ça change tout, la couleur de la passoire...
      Remarque tu as raison, ce blog est pire qu'un clandé...on dirait un hôtel de passe insalubre. je dis ça rapport à mon nouveau billet...
      Baci caro mio
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Quand ça commence par Inish... déjà je suis partant, avec mon havresac de TVHA. Puis je frappe mon bodhran et je t'emmène danser Molly Muir. Bises et Slaint, je sais plus comment ça s'écrit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Slàinte !
      and attb, my friend !
      Kiss
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Tu me rappelles ce dessin du personnage avec un pot de confiture empli de bonheur à qui on demande " où l'as tu trouvé?" Je suis sûre que tu n'as pas oublié la réponse " c'est moi qui l'ai fabriqué"
    Bizzzz ma chère Celestine. Je file dans une école pour un pot de départ 😏

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi c'est demain que je suis invitée au départ de ma copine Irène...
      Ça doit faire drôle de revoir les collègues...
      Je te dirai.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Ah ah, le 1er acte m'a fait mourir de rire. Figure-toi qu'à cette heure-ci, si n'étais pas immobilisée par ce stupide accident, je serai là en face de... Pierre Bellemare, oui, lui-même, pour aller chercher le livre où figure mon conte qui avait obtenu le 3è prix au concours d'écriture.
    Mes collègues y sont, elles me rapporteront le bouquin.
    Bon week end Célestine. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rhôô ! alors ça c'est une sacrée coïncidence !
      Quel dommage pour le prix... j'espère que tu retrouveras rapidement ta mobilité, ma belle !
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Le premier m'a fait penser au sketch de Laurent Gerra avec Virginie Lemoine...
    Excellent le dialogue entre Pierre Bellemarre et Maryse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'arrive plus à retrouver la vidéo sur le net... dommage, c'était drôle !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Pour le premier acte, cela me rappelle Patrick S. et son Grand Cabaret mais pour le second, quelle beau poème, surtout en le suivant avec la chavirante musique traditionnelle irlandaise ( surtout la cornemuse !?).
    Qu’est-ce qu’elle m’a fait du bien en l’écoutant, pendant que je lisais le poème, surtout en suivant le rythme, et de la musique et des vers qui s’inclinent pour terminer en apothéose : « N’entends-tu pas le long sanglot des cerfs qui brament, et mon cœur qui ne désemplit pas ?
    Vraiment très beau ! tu as su trouver la musique parfaite. Bravo!
    Bisous la poétesse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette musique parle à mon coeur comme nulle autre.
      Et de la même façon que tu as lu en écoutant la musique, je l'ai écoutée pour écrire et les mots sont sortis tous seuls.
      Un jour j'irai là-bas...pour mettre en adéquation mes rêves et la réalité.
      Merci d'avoir aimé...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Que lis-je : tu ne serais jamais allée en Irlande ?

      Supprimer
    3. Ben non, c'est grave docteur ? j'ai encore plein de choses à découvrir...heureusement !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Grave ? Non bien sûr, mais j'étais persuadé que tu avais déjà parcouru les landes tourbeuses de tes ancêtres ;)

      Alors après l'Irlande et Venise au mois de janvier… oui, tu auras encore plein de choses à découvrir !

      Supprimer
    5. Eh oui, parfois on va au bout du monde, et on ne connaît pas les pays limitrophes...

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Votre blog est un grand sac de bonheurs à lui tout seul !
    Quelle belle poésie, délicieuse. J'aurais aimé découvrir l'Irlande avec vous. Ce doit être prodigieux.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces petits bonheurs qui adoucissent la vie, j'en ai plein ma besace, comme dit Jdissa un peu plus bas, y'a ka d'mander !
      Et faire la tournée des blogs le matin en est un fameux...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Jidssa ( O'Riordan )samedi, 11 juin, 2016

    Uilleann pipe ? Yaka demander : https://www.youtube.com/watch?v=Mwxga8udIio

    Hmmmmmmmm ! :o)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joli...une plainte douce amère au fond d'un vieux village de pierre, perdu dans le Connemara...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ben c'est malin, je me retrouve perdu dans le monde de Riverdance...

      Supprimer
    3. J'espère bien ! un doux souvenir...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Jdissa ( Mc Ennis )samedi, 11 juin, 2016

    ...je dirais même plus : https://www.youtube.com/watch?v=dXJ3k5YXlSs

    Pffffffffffffffffff ! :o0 ! ! !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là je vois plutôt un troupeau sous un ciel plombé, et en contrebas de la falaise, un océan furieux qui tape au coeur.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. J'ai presque ce qu'il te faut (ne manque que le ciel plombé)

      http://p9.storage.canalblog.com/90/03/62771/53924181.jpg

      ;)

      Supprimer
    3. J'aurais aimé y être... C'est magnifique ! Merci.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Jdissa (O'whistle)dimanche, 12 juin, 2016

      T'as comment qu'y sont bien tes copains ?! (sourire de béate satisfaction frôlant la suffisance coupable)
      :o))

      Supprimer
    5. Oui, ils sont bien mes copains...
      Ils ont le coeur sur la main...^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Potron minet pour un samedi je lis ton merveilleux texte en écoutant cette merveilleuse musique. Coïncidence... hier j'ai reçu une lettre (une vraie dans une enveloppe avec un joli timbre) qui me parlait de boîte à bonheur... d'une soirée de danse bretonne (et non pas irlandaise) que cette personne à mis dans sa boite à bonheur...
    Merci Madame la Fée pour cet instant de beauté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois que tu as très bien commencé ton week-end ma Suzame...
      Coïncidence ou synchronicité, on ne saura jamais...Mais je trouve la seconde plus poétique que la première...
      Danse bretonne ou irlandaise...elles sont soeurs presque jumelles par les racines...
      Passe une excellente soirée.
      je t'embrasse fort

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. L'exercice, comme ça, m'aurait paru difficile. Tu t'en sors comme d'habitude super bien, on a l'impression que l'écriture te coule entre les doigts, je suis jalouse ;-) (je te taquine, hein!)
    Bravo!! Je te fais des bisous, Célestine (surprise par ta nouvelle bannière, je crois que c'est la première fois que tu nous offres une belle à la chevelure rose sur fond de nuit!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui,la première fois, mais pas la dernière, j'entre dans ma période flashy, j'ai envie de me réveiller un peu le cocotier (mais tu comprends ça, toi cette envie de changement, je sais...je suis sûre que tu changes les meubles de place chez toi de temps en temps...)
      Merci pour tes compliments, ça me touche beaucoup, écrire c'est à peu près la seule chose que je sache bien faire...pour les autres, je suis trop dilettante pour atteindre à l'excellence...
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ah non, la bougeuse de la famille (bougeuse, hein pas bouseuse!) C'est ma soeur!!! Moi, ya que dans ma tête que ça bouge (un peu trop!! et trop dans tous les sens pour mon goût !!! ;-))
      Beau dimanche... et j'attends la prochaine bannière avec impatience :-)

      Supprimer
    3. Moi je suis une bougeuse de meubles, mais ça bouge aussi pas mal dans ma tête...Une synthèse de vous deux en quelque sorte... ;-)
      Bon dimanche !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. la main dans le sac Célestine! rigolo ces histoires de sac d'un blog à l'autre! bon samedi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore des coïncidences, n'est-ce pas ?...
      Belle journée à toi !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. C'est un joli sac à musique... Un sac à DO en quelque sorte. };-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Doté d'un solide sens de l'humour
      Réponse à tout,tu as toujours
      Mignon comme tout et
      Fabuleux d'inventivité
      Solide tu retombes toujours sur tes pattes
      Lasse, moi ? jamais de tes facéties
      Si tu veux bien, continue à m'enchanter, toi le Picasso du jeu de mots, l'
      Utrillo du calembour.
      ;-)


      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. On Dit A Mots...comme Picasso: "Il y a des êtres qui font d'un soleil une simple tache jaune mais il y en a aussi qui font d'une simple tache jaune, un véritable soleil...."

      Supprimer
    3. Quelle belle citation !
      Picasso était un génie universel...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Bizak : je dis souvent : certains t'emmènent piqueniquer au bord du canal de l'Ourcq et tu te retrouves sur le Bosphore face à la mosquée bleue, d'autres t'emmènent sur le Bosphore et tu te retrouves sur le canal de l'Ourcq ! ];-D

      Supprimer
    5. Qu'importe le lieu pourvu qu'il y'ait l'ivresse! quoique ces deux lieux de merveille, m'enchantent mais l'ivresse est possible sur le canal de l'Ourcq à mon humble avis, enfin pour moi.

      Supprimer
    6. Dis donc, Celle, beaucoup de petits bonheurs ou bien de grands bonheurs nécessitent-ils l'emploi d'un bissac?
      J'espère qu'on me pardonnera et sinon, tant pis: j'en bois un autre et je vais voir ce qu'elle a préparé, maintenant qu'elle raccroche d'avec Madame Souf.

      Supprimer
    7. @Andiamo

      Tu as remarqué quand même l'ingéniosité de mon petit poème rien que pour toi ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. @Bizak

      Je connais un pont sur un canal, à Sète qui ressemble au pont des Soupirs...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    9. @Bof

      Je te pardonne toujours tout, mon petit Bof.
      Et puis un bissac c'est toujours deux fois mieux qu'un sac !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    10. Pourvu qu'il soit rempli de deux fois plus de bonheur !

      Supprimer
  14. Ah quel étrange sac que vous nous proposez, belle dame !
    Bourré de larmes de tendresse
    Chargé de sentiments
    Défoncé par les coups de cœur
    Empli d'amours, de souffles, d'odeurs et de rires d'enfants
    Faut-il l'ouvrir, l'emporter avec soi ou consommer sur place ?
    Gorgé de tant de délices il faut du temps à l'
    Homme pour pouvoir à son tour avancer de quelques pas.
    Il faut lui laisser un peu de temps, pour absorber tant de douceurs
    Jusque peut-être à ces cents ans.
    Képi enfoncé jusqu'aux oreilles, le garde champêtre suit des yeux
    Le délinquant, ivre de cette consommation abusive de plaisirs
    Manquant à chaque instant de perdre l'équilibre
    Niant cependant toute consommation de substance illicite
    Oubliant pourtant jusqu'à son nom.
    Peut-il, lui, le garde imaginer un instant
    Qu'un tel sac existe....en tous cas dans son quotidien.
    Radouci d'avoir ainsi réfléchi, le garde apaisé
    Se souvient d'un temps pas si lointain que ca.
    Tout était frais et tendre. Le temps de l'enfance peut-être
    Un bonheur pouvait en cacher un autre
    Vous ne pouvez faire un mètre sans tomber sur l'un d'eux.
    Whiskey d'Irlande, tu m'as bien eu. Vieilli dans ton vieux fut aux couleurs de
    Xérès. Tu m'as fait délirer à la seule évocation de ce pays béni.
    Yacks,
    Zèbres vous êtes tout à coup devenus roses et vous dansez sur le mur du salon...

    Délire alphabétique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Waouh ! bel arrangement de mots, et aucune lettre ne manque, même les « difficiles »...
      j'aime cette évocation du devoir et du plaisir qui s'entrechoquent.
      Sans doute une façon de conjurer les questions existentielles qui nous agitent tous à un moment donné.
      Bravo pour l'exploit littéraire, au-delà du sens.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Je vois que tu t'amuses bien. :)

    RépondreSupprimer
  16. Je vois, Célestine, que tu ne sors plus que par les nuits de pleine Lune, chevelure fluo, comme en attente de la survenue d'un Loup-Garou, auquel tu t'abandonnes déjà ! Cette fabuleuse rencontre, j'espère que tu l'enfermeras dans ton précieux sac à grands bonheurs, puis que tu reviendras sur terre, comme si de rien n'était, hormis cet étrange sourire qui flottera désormais sur tes lèvres....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jolie interprétation de ma bannière ! Même si les loups garous ne sont pas précisément les êtres que je rêve de rencontrer par une nuit de pleine lune...
      Ça me fait un plaisir fou de te voir par ici, chère Anne étoile!
      Bisous célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. ....Me suis laissée bercée par la beauté douce des images en chant-et en choeur des flûtes cristallines, argentées.... et là j'ai imaginé ton sac de petits bonheurs tout en haut des falaises irlandaises, subjuguées qu'elles étaient par les notes soulevées, les traversières dansantes et virevoltantes sur la page radieuse en ce dimanche étincelant de brume légère, quand le temps finit par oublier l'anse-tant et ne s'imprégner que de l'éternel gaélique sur les îles d'Aran...
    Merci Célestine pour cet instant de réel bonheur !
    bon après-midi.
    Bisou.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le poésie appelle la poésie, et les images répondent aux images...
      Ce que tu écris est magnifique, den, et le souffle du vent sur les falaises arrive jusque chez moi par tes mots.
      merci pour cet instant de grâce.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. La poésie appelle la poésie et il faut en avoir plein la besace pour les souffler sur toutes les collines du monde.

      Supprimer
    3. Tel Éole, le poète souffle les mots par-dessus les mers et fait tourner les moulins de nos coeurs...

      Supprimer
    4. Qu'elle est belle cette expression: Tourner les moulins de nos cœurs..

      Supprimer
    5. Un peu inspirée de Michel Legrand, quand même... ;-)

      Supprimer
    6. Mais ici ta phrase vaut son pesant d'or! quand les moulins tournent avec le souffle du poète, c'est plus romantique.

      Supprimer
    7. C'est vrai...la poésie fait tout pardonner !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. Christian Bobin a dit quelque chose d'autre: "La poésie, c'est si fin, qu'elle glisse entre la fleur et l'éclat de la fleur".

      Supprimer
    9. Très beau !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. J'aime beaucoup , Célestine, cette idée d'un sac pour y placer tous les petits bonheurs qui croisent notre route et qui nous soulèvent, l'espace d'un instant, le cœur...
    Mais...
    Le propre du bonheur n'est-il pas, justement, de ne pouvoir être enfermé ?
    Le bonheur "qu'on conserve", ce n'est plus du bonheur...

    ...les boîtes à conserves, faut, à mon avis, les garder pour les haricots verts!
    (ça, c'est un clin d'œil à Blutchy et à sa verte passoire à légumes...;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai moi aussi beaucoup aimé cette image que j'ai trouvée en surfant (parce que ça existe vraiment, sur le net...et c'est en vente !) j'ai trouvé que ça s'adaptait bien à ta consigne.
      Cela dit, tu as raison, on ne met pas le bonheur en conserve. Mais on peut tenter de saisir la substantifique moelle des instants ineffables dont on connaît la fugacité.Chacun essaie à sa manière de retenir le temps qui coule entre nos doigts comme du mercure. Les poètes et les peintres tentent depuis toujours de capter cette lumière et je trouve qu'ils y parviennent assez bien... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Le bonheur est dans le voyage à ce que je vois : spatial et temporel !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Judicieusement remarqué, mon oncle !
      Tout le monde n'est pas HG Wells ou Barjavel pour conjuguer les deux ...;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. A Copenhague tout semble simple et tranquille, autant
    Batifoler dans les rues aux édifices harmonieux et
    Couleur brique paraît relever d’un plaisir des yeux
    Dont nul ne songe à s’éloigner sans nostalgie
    Et grande envie d’en renouveler le spectacle, autant
    Faire usage des divers modes de transport
    Garantit des moments de pur bonheur mais loin de toute
    Hystérie comme celles des prétendus supporters de l’Euro
    Il est même très plaisant d’utiliser des escaliers roulants
    pour
    Joyeusement atteindre le hall d’accès aux rames de métro
    kaléidoscopiques, rames dont l’arrivée est annoncée par
    Le doux chuintement des roues glissant sur les rails
    Même par tous temps l’accès à ce métro est agréable
    Non, pas d’odeur contrariante, une douce ambiance
    Où chacun peut trouver place pour atteindre
    Place de l’hôtel de ville, Christiansavhn, Tivoli et
    Quantité d’autres lieux plaisants de découvertes,
    Rencontres, dégustations en tous genres
    Sans jamais craindre le contact avec une population
    Très affable , dont le langage est accessible en
    Utilisant l’écrit plus qu’à l’écoute du simple
    Vocable en raison de syllabes légèrement mangées
    Ah, quel bonheur , quels plaisirs ainsi partagés !

    Bises kaléidoscopiques

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah cher Petrus, ton texte est superbement construit, et il raconte en plus une histoire vécue, je crois... Ça donne envie de visiter Copenhague !
      Merci beaucoup pour ce double petit bonheur, celui que tu as eu à écrire, et celui que nous avons à te lire !
      Bises ravies
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je vois, Célestine, que tes lecteurs sont bien inspirés par ton petit sac à bonheurs et par la consigne alphabétique...et qu'ils en tirent des merveilles...:-)

      Est-ce que Petrus (et même Julien Sorel) accepterait, par hasard, de nous prêter son texte pour une publication sur Filigrane ?

      Supprimer
    3. Ils nous donneront la réponse s'ils repassent par ici...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Effectivement j'ai pris plaisir à suivre cette consigne et je t'en remercie , comme je remercie l'initiative de Filigrane ; alors il m'apparaît légitime de partager mon texte avec qui l'apprécie ....

      Bises poétiques

      Supprimer
    5. Merci Petrus !
      C'est très gentil à toi...
      Je vais publier ton texte sur Filigrane dans les tout prochains temps ! :-)

      Supprimer
    6. Je m'en réjouis pour lui !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Un sac plein de bonheurs juste avec l humour et la poésie de Celestine. J'adore. Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un juste mix des deux, c'est vrai, toujours ma double face qui me colle à la peau...
      Bisous cher Patrick
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. J'adorrrrrrrrrrrrre!!! Un grand sourire par ce temps gris c'est inestimable. Merci ma belle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Temps gris ? Ici c'est très beau la journée et orage tout noir le soir...Un temps cyclothymique !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.