mercredi 5 septembre 2012

sɹǝʌuǝ,l à ɹnǝoɔ ǝl

Cela fait neuf jours que je remets mon bateau à flot...
Ce soir j' ai la tête à l'envers. Et le corps engourdi de sommeil.
J'ai la tête pleine de tous ces menus soucis qui font la beauté d'une rentrée des classes. Les petits et les gros travaux, les erreurs de commandes, les peintures trop criardes ou trop pâles, les portes qui ne ferment plus, les cartons qui s'amoncellent...Les classes qui s'habillent pour le grand jour, qui se réveillent de la léthargie et de la poussière de l'été.
Les tableaux à préparer, les mille tâches administratives! Ô joie ineffable de retrouver  la poésie implacable des circulaires de rentrée:  délai de rigueur, décret, projets et autres joyeusetés.
Entendre son nom prononcé des dizaines de fois par jour, redevenir le dieu lare, la Pythie et la Fée du Logis...le maillon qui se doit de n'être ni faible ni manquant...
Ne pas manquer la réunion traditionnelle des directeurs, avec la lecture solennelle des dernières " impulsions gouvernementales"...et parfois un bâillement étouffé à l'heure de la sieste, quand il fait si beau dehors et que l'on doit absorber toutes ces indigestes recommandations...alors s'accorder une pause de trois minutes pour décompresser et rêver un peu.

Et puis ils sont arrivés, ce matin, joli cortège de visages rayonnants ou grimaçants, avec leurs petites tenues d'écoliers tout neufs...des larmes de joie ou d'inquiétude, la peur d'entrer dans cette grande école si impressionnante. 
Les "anciens du CM2 " roulent tranquillement les mécaniques, avec leur petite gueule "de celui à qui on ne la fait plus",  regardant avec commisération les nains du CP et du CE1...
Les listes que l'on consulte, comme pour les résultats du bac, avec un peu d'appréhension de ne pas retrouver ses meilleurs copains...les cris de joie, les déceptions, les jérémiades de certains.
Rassurer, expliquer, consoler. Faire oeuvre de pédagogie avec le sourire. En soignant aussi sa tenue de rentrée. Donner le meilleur de soi-même, jusque dans les petits détails. Les enfants aiment les jolies maîtresses bien habillées, les colliers, le parfum...

Mettre en route une classe: tout un art! Ne pas trop en dire, dévoiler un peu mais laisser planer quelque mystère, sur ce que sera cette nouvelle année scolaire. Regarder un à un les regards s'allumer comme de petites bougies, à l'écoute des paroles rassurantes de la maîtresse, que l'on croyait sévère "mais qui, en fait, est très gentille, tu sais  maman, et elle nous a joué de la guitare dès le premier jour.."

En fait, ce n'est pas la tête, c'est le coeur que j'ai à  " sɹǝʌuǝ,l   ", chavirée par l'émotion des premiers jours, bien différente de celle des derniers...Une émotion chargée de l'odeur des cahiers neufs, des  boites de feutres arc-en-ciel, des bonnes résolutions, et de l'espoir de tous les possibles. Comme un nouveau départ, une nouvelle chance que l'on donne à chacun de repartir sur du neuf.

Tout me dit que je n' ai pas encore fini d'aimer ce métier de fou!

49 commentaires:

  1. Tant-Bourriquet est revenu hier tout content de sa rentrée en CM1 : sa nouvelle maîtresse, une nouvelle qui commence son métier, est très gentille... Puisse-t-elle avoir la même passion que toi tout au long de sa carrière ! :~)

    RépondreSupprimer
  2. Et s'il savaient comme moi je les aime. Je les vois pendant que tu ne les regardes pas. Je sais leurs joies mais aussi leurs angoisses quand ils ne savent pas, quand ils ne comprennent pas, quand le cercle des autres les empêche de dire, de parler, de répondre. D'un côté, la maîtresse, en tous cas ses jambes, son odeur, ses pieds qui parfois s'agitent, impatients ou inquiets. De l'autre ce monde qui se construit avec ses règles parfois trop dures entre celui qui sait, celui qui peut savoir, celui qui est doué, celui qui ne l'est pas. Un monde décalqué sur le monde des grands avec ses règles parfois trop dures.
    On me croit de bois mais j'ai le cœur tendre. Le soir quand le noir et le silence envahissent la classe et qu'il n'y a plus que nous les objets, nous parlons alors de vous. Nous parlons bien sur des petits, gentils ou méchants, qui ont encore leurs chances, qui ne sont pas cantonnés dans leurs rôles définitifs. Et nous parlons de la maîtresse et de son pouvoir magique.
    J'avoue avoir mes préférences : je préfère les gentils, les timides, les rêveurs. Ce ne sont pas les meilleurs élèves mais nous qui savons lire dans les cœurs nous connaissons les vrais qualités. Je préfère les doux aux forts, les faibles aux tyrans. Car nous savons bien, nous les objets, que le monde n'appartient pas aux doux. Ils appartient aux forts, aux rusés, aux accapareurs. Mais les doux possèdent ce monde merveilleux du rêve qui permet si facilement de s'échapper et d'aller musarder ailleurs. Autour de leur petit espace , ils construisent un monde par heure, qui les accueille et les rassure.
    Et ELLE, elle est là. Elle les corrige, elle les rassure, elle apaise leurs angoisses, elle accueille leurs efforts, leurs progrès. Elle pardonne leurs faiblesses.Elle est toujours douce, elle est toujours belle, elle est LA maîtresse.
    Mais l'heure de leur retour approche, vite ! utiliser les dernières heures de la nuit à préparer le jour..
    Signé : le pupitre de la maîtresse.

    RépondreSupprimer
  3. c'est excatement ça, c'est une métier d'émotions et d'amour!
    c'est drôle, vraiment, ils n'ont qu'à apparaître et hop! notre coeur est pris ;-)
    bonne année, Célestine!

    RépondreSupprimer
  4. Une nouvelle année qui commence, est-ce toujours exaltant?

    Belle journée avec bises

    RépondreSupprimer
  5. Quel enthousiasme !!!
    J'espère que Stella aura plus tard une gentille maitresse comme toi :-))
    Belle année...
    Bisous, Laure

    RépondreSupprimer
  6. Une année scolaire qui commence : c'est une nouvelle aventure, un nouveau challenge même après 34 ans!

    RépondreSupprimer
  7. Bravo Célestine !
    Bravo pour ton bel enthousiasme !
    Bravo pour ta persévérance et ta présence !
    Bravo !

    RépondreSupprimer
  8. Douce rentrée à toi Célestine, accaparante et dense comme à l'accoutumée. Comme un château de sable, tu recommences, sans te lasser, comme si chaque fois n'était qu'une première fois ... Chpaeau Bas Dame Célestine !

    RépondreSupprimer
  9. Métier de fous... oui, c'est exactement cela !
    J'aime ta manière de décrire ce moment si particulier et te souhaite une belle année scolaire !

    RépondreSupprimer
  10. Ah oui vraiment c'est un des plus beaux métiers du monde ! Une allégorie de l'espoir....

    RépondreSupprimer
  11. Je ne sais pas encore comment s'est passée la rentrée en CP mais je sais qu'elle était attendue avec impatience. Celui qui entrait en maternelle a assuré comme un chef. Vive les maîtresses !

    RépondreSupprimer
  12. Pour la première fois de sa carrière, Margotte se retrouve avec des maternelles. Elle si fière d'avoir toujours été en CP, au cœur du métier, chargée d'apprendre aux élèves à "lire, écrire et compter", là voilà toute désemparée d:^)

    RépondreSupprimer
  13. C'est vrai , chaque détail a son importance ,l'enfant visualise tout , s'attache à un petit quelque chose qui rassure
    Te voilà donc partie pour une année de partage, et c'est visiblement avec enthousiasme que tu reprends le sentier de l'école , tant mieux !
    Malgré les lourdeurs administratives , tu parviens à cibler l'essentiel : les élèves
    bon mercredi :)

    RépondreSupprimer
  14. Garder son enthousiasme comme tu le fais, au fil des années... oui chapeau bas madame Célestine!
    Bonne rentrée à toi et mille bisous

    RépondreSupprimer
  15. Mes petits enfants étaient ravis de leur rentrée... Surtout le dernier qui entre en CP.

    Papi : alors mon poussin tu es heureux de ta rentrée à la grande école ?

    Petit fillot : OUIIIIIIII !!!!!

    RépondreSupprimer
  16. Comme tout cela est joliment dit et me rappellent les souvenirs des 34 rentrées que j'ai faites durant ma carrière!
    Bonne année super maitresse!
    Comment tu as fait pour écrire à l'envers:-)?

    RépondreSupprimer
  17. C'est toujours la même emotion .
    Mes deux petis fils entrent (deja!!!) à l'ecole. Je regrette de ne pas avoir pu partager ces moments avec eux et mes enfants ...
    Alors c'est certain, ton billet me parle :-)

    RépondreSupprimer
  18. Ho lala, l'odeur des cahiers neufs, de la trousse et des crayons. Cela me manque un peu, plus d'enfants à la maison, finie la fébrilité de septembre. Bonne rentrée et belle année qui commence sous le soleil

    RépondreSupprimer
  19. Mais c'est magnifique ce texte (à l'instar des autres, bien sûr). Nous avions eu il y a peu "Comme le bon pain", brillant, si émouvant. Le texte d'aujourd'hui est de la même trempe, de haute volée.

    Je vous visite fidèlement et silencieusement mais aujourd'hui je m'ose à ce petit mot pour vous dire toute mon admiration et vous prier de croire à mes chaleureuses félicitations.

    RépondreSupprimer
  20. PETIT BELGE merci,j'espère qu'elle s'est bien passée pour toi aussi....

    NUAGENEUF Je suis très touchée de ce commentaire élogieux. Merci beaucoup. Tu reviens quand tu veux, il faut oser!

    BRIZOU Oui, la fébrilité de septembre, il faut être instit pour la vivre encore a bout de tant d'années!

    RépondreSupprimer
  21. ANTIBLUES Oui je comprends: les papis sont souvent très émus le jour de la rentrée, je les vois essuyer furtivement une larmichette...

    MaMMILOU Wouaouh belle carrière!Mais je suppose que tu n'as aucun regret, comme tous les (heureux) retraités que je connais...
    Pour l'écriture à l'envers, je t'ai répondu par mail.



    RépondreSupprimer
  22. ANDIAMO j'ai toujours du mal à t'imaginer en papi: ton image du commissaire Chauguise qui me poursuit...

    COUMARINE oui, je vais finir par m'étonner moi-même...
    Bises

    JEANNE Bien résumé. L'enfant est au centre de mon système...



    RépondreSupprimer
  23. SAOUL-FIFRE Mais c'est moins difficile dans ce sens que dans l'autre! Avoir été en maternelle, et d'un coup passer au CP, pas facile!
    Elle s'en sortira, j'en suis sûre!
    Et puis, on commence un peu la lecture, en grande section...

    CATHERINE Vive les mamans!Ce sont elles qui nous procurent notre gagne pain, finalement!

    RépondreSupprimer
  24. MYOSOTIS L'espoir, oui, je n'ai jamais trouvé meilleur observatoire que les yeux des enfants pour apercevoir l'espoir ...

    CHAB INSTIT merci, oserai-je dire "toi aussi". je tente une nouvelle fois de te demander comment on fait pour commenter chez toi, mais je pense que c'est sans espoir, là, par contre!

    ZENONDELLE merci beaucoup, bonne rentrée, toi aussi?

    RépondreSupprimer
  25. BERTHOISE
    Merci Berthoise
    Merci pour tes éloges
    Merci pour ta présence
    Bonne rentrée à toi.

    CATHNOUNOURSE 34 ans, comme Mammilou? pourtant, j'ai l'impression que tu es une jeune maîtresse des écoles!

    LAURE C'est tout le mal que je lui souhaite, à ta petite étoile soleil! Une maîtresse passionnée...

    RépondreSupprimer
  26. PATRIARCH Oui, enfin, ça dépend de quel côté on se place...

    ADRIENNE hop! Bonne année scolaire à toi aussi!

    ANONYME un bureau au coeur tendre...J'aime quand les objets inanimés prennent vie sous ta plume, cher Anonyme. Cela me rappelle un livre que j'étudie avec mes CM2 et qui s'appelle "la maison qui s'envole" de Claude Roy...On y voit les objets tenir nuitamment des conciliabules...

    RépondreSupprimer
  27. et moi, je fais le tour de tous ces endroits qui redémarrent ...retrouver les vieux de la vieille ,avec qui les liens durent depuis 97, et puis les nouvelles nommées , toutes jeunes pleines de sève neuve, un peu effarouchées mais avec tellement d'envie! On roule ensemble sur le fil qui chante , perché quelque part entre les les matières nobles car fondamentales.. et ça me plait de réussir à embarquer tout ce beau monde pas loin, mais juste "à côté" , là où les notes ne servent qu'à fredonner.
    J'essaie moi-même de continuer à gazouiller avec bonne humeur!

    Bises ! Bon vent à ton grand navire et son équipage!
    Je vous souhaite une belle traversée 2012-13!

    RépondreSupprimer
  28. TANT BOURRIN je le lui souhaite, en tous cas, ce métier ne peut se faire correctement sans passion...

    RépondreSupprimer
  29. Ouf !
    ^ ^
    _

    signé : le bureau

    RépondreSupprimer
  30. Ça c'est du Célestine! Du Celestine comme j'aime, du vrai, du profond. Tu écris avec le cœur et là, ma belle, je me sens ta soeur, ta jumelle plutôt, bref tu me touches. En plus tu dis tout de ce superbe métier que j'ai adoré pendant 35 ans et ce beau moment qu'est la rentrée. Bon week-end bien mérité

    RépondreSupprimer
  31. MARIE MADELEINE Oui , mon premier vrai weekend depuis le 27 août...merci ma soeurette pour ce beau commentaire!

    RépondreSupprimer
  32. J'aurais peut-être aimé l'école avec une maitresse comme ça.
    Tu donnes des cours de rattrapage?
    Beaucoup de plaisir avec tes petiots.
    Blutch.

    RépondreSupprimer
  33. Mes petits enfants sont rentrés, ravis de retrouver les copains et de de couvrir leur classe! http://blog.mariemadeleine.info/post/2012/09/04/La-rentrée

    RépondreSupprimer
  34. Dans la douceur chaude d'un après midi d'été indien se laisser gagner par la force du silence et être bien. Rêver de bleu, d'orange, de citron, de douceur, de paix.
    ^__^

    RépondreSupprimer
  35. Joli billet qui donnerait presqu'envie de retourner à l'école.
    J'ai des souvenirs moi aussi d'enseignants qui pratiquaient cet art de croire en tous les possibles. Souvent ils ne savent pas combien ils ont sauvés de vies, en amenant la petite étincelle qui fera plus tard se déployer les grands feux d'un homme ou d'une femme.
    Merci pour ce billet d'amour du métier.

    RépondreSupprimer
  36. Aimer ce métier de fou - et être aimée en retour.
    Merci et bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  37. BONHEUR DU JOUR je sens à travers tous vos messages cet amour qui me donne la force de continuer toujours avec le même enthousiasme...

    SURUNFILDENCRE c'est vraiment magnifique ce que tu dis là. je le prends pour mon prochain roman. Tu permets?

    ANONYME rêver d'Orange...etc

    RépondreSupprimer
  38. MARIE MADELEINE qu'ils ont grandi, qu'ils sont beaux. je n'en reviens pas que Zian soit déjà comme ça, il vient de naître!

    BLUTCH
    Bien sûr, tu t'inscris quand tu veux aux cours du soir de Célestine!

    RépondreSupprimer
  39. Le fameux collier pour la rentrée !
    Hier j'ai eu mon premier "maitresse je t'aime" de l'année, ces mots doux des petits élèves qui donnent des ailes pour travailler !

    RépondreSupprimer
  40. Oui ça me donne des ailes!
    La preuve:
    Célllllestine

    RépondreSupprimer
  41. Comme j'aimerais que mon koala tombe sur une maîtresse comme toi . Magnifique billet, c'est tellement rare de lire des délcarations d'amour à son boulot !

    RépondreSupprimer
  42. Je l'aime depuis toujours ce métier, qui m'a tant donné, même s'il me bouffe pas mal d'énergie...oui,je l'aime.

    RépondreSupprimer
  43. j'entend encore mes enfants me dire :
    elle est jolie, elle a de beaux habits et elle sent bon!
    c'est fou comme nos petits sont sensibles à ces, choses là. Et cela continue même après le primaire, au collège et au lycée mais là ........ ce n'est plus la même histoire!
    geneviève

    RépondreSupprimer
  44. Oui les enfants sont très sensibles à cela. J'y veille toujours avec soin.

    RépondreSupprimer
  45. Avant de lire ta conclusion, je me suis dit exactement la même chose en lisant ton billet...
    Si tous les Profs avaient ton raisonnement, ce cheminement, comme ils seraient heureux de transmettre le Savoir, leur savoir, leurs valeurs, leurs émotions, leurs joies, aux enfants qui ne demandent pas mieux.
    Il faudra que je vienne te lire plus souvent, j'aime beaucoup ta façon de réfléchir et de le dire.
    Bises d'O.

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.