vendredi 3 août 2012

La lettre U




Les Plumes de l'été continuent avec une lettre en forme de fer à cheval. Ça porte bonheur. Hue! en selle pour les mots en U, particulièrement difficiles mais on aime ça, la difficulté, chez Asphodèle.




utopique – unique – us – ubiquité – ustensile – urgent – usufruit – universel – utile – usuel – usine – usurper – ultimatum – uppercut – utérus – urbain – usé – union – utopie – uchronie.


***


Rupture


Laura s'interrogeait.Qu’était devenue leur union, au fil du temps ? Une  anecdote ? Un anachronisme ? Plutôt une uchronie, oui, ce serait  le mot parfait. Un temps nié, une histoire qui n’existait plus, si jamais elle avait existé.
 Leur amour, qu’elle croyait unique et indéfectible, s’était usé sur le métal froid des ustensiles du quotidien et des exigences de la vie urbaine. Depuis longtemps, ils ne joignaient plus que l’utile à l’utile. L’usuel et le décidé d’avance s’étaient plu à usurper la place de l’inattendu et de l’imprévu dans leur couple. Des lustres qu' il n’avait plus pour elle de ces attentions qui, en la surprenant dix fois par jour en des lieux différents, lui donnaient jadis une sorte de délicieuse ubiquité. Il ne prononçait plus ces mots connus d’eux seuls, ni ne sacrifiait plus, d’ailleurs,  à aucun des us et coutumes des amoureux, les vrais,  ceux qui s’aiment et se le susurrent à chaque minute.
Laura avait cru un temps à l’utopie d’un  « nouveau départ », cet universel espoir des amantes humiliées. Elle lui avait posé plusieurs ultimatums, utilisé toutes les ruses de séduction pour le ramener à elle. 
Encore une fois, c’était utopique.  Il fallait se rendre à l’amère évidence. Il ne la considérait plus que comme un corps dont il croyait encore avoir l’usufruit. Mais combien de temps? 
Pouvait-elle accepter d’être réduite à ses ovaires et à son utérus, son «usine à plaisir» comme il disait autrefois d’un ton badin ?
Il ne semblait pas réaliser la déliquescence de leur relation.
Laura en était sûre maintenant : il était urgent de lui faire comprendre que c’était fini, que la vie continuerait sans lui, cette dure nouvelle dût-elle flanquer à ce mufle un ultime uppercut au plexus.

19 commentaires:

  1. bref et percutant un rien désabusé

    RépondreSupprimer
  2. Une lettre U pleine d'amertume mais aussi de lucidité!

    Merci Célestine!

    RépondreSupprimer
  3. Quel réalisme Célestine...ton texte est une éloge à la passion amoureuse, qui est éphémère et destructrice...pas de solutions, l'amour n'existe pas mais c'est pas grave on s'arrange...

    RépondreSupprimer
  4. Une rupture... de si bon matin.
    Les mots en U ont percuté la vie de Laura...:-)

    Bisous ✰✯✮ Laure ✮✯✰
    http://suivre-mon-etoile.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
  5. Le quotidien.... L'implacable machine à flinguer les plus belles amours !
    Avec le temps, va, tout s'en va...

    RépondreSupprimer
  6. Je viens de lire ton article sur Paris que tu as publié durant mes vacances, et je l'ai adoré! Tu as écrit vraiment ce que je ressens quand je vais à Paris. Je suis déjà allé à Londres, mais pour moi, elle n'a pas le charme de Paris. Bon week-end Célestine!

    RépondreSupprimer
  7. Beaucoup de lucidité comme l'a écrit quelqu'un déjà.Clairvoyance et cette sensation de l'inéluctable qui saisit beaucoup d'entre nous.

    RépondreSupprimer
  8. Et si c'était la faute au temps, tout simplement. Au temps qui passe... plus.

    RépondreSupprimer
  9. Le temps qui passe est le meilleur remède pour tuer les plus belles amours mais le manque d'imagination de certain(e)s est aussi responsable ! Mieux partir avant de se gâcher a dit quelqu'un non ? Ton texte est parfait et pleinement juste !

    RépondreSupprimer
  10. Ah, quel sujet.. Je garde en mon for intérieur la blessure de mon dernier amour, lancinant..
    L'acceptation n'est parfois pas suffisante, alors, oui, j'aime en faire une uchronie, même si cela dure qu'un temps, de temps en temps..enfin, bref..
    L'amour, faut plus m'en parler :) tant pis pour moi, je t'ai lu jusqu'au bout :) bon, je vais aller faire une bonne douche froide pour me ressaisir :)
    bises

    RépondreSupprimer
  11. quel réalisme ! amour ne rime pas avec toujours on prend des habitudes, un certain confort mais l'amour passion s'étiole pour faire place à d'autres sentiments et c'est ceux là qu'il faut gérer ou pas. Très lucide ce texte§
    @ tantôt
    avec le sourire

    RépondreSupprimer
  12. Ben merde !
    C'est triste tout ça, très bien écrit soit, joliment mené, mais vachement triste.

    RépondreSupprimer
  13. Tu es tout simplement unique, je suis toujours uppercutée par ton usage des mots. J'attends avec urgence et impatience les lettres X, Y et Z.
    BisUs

    RépondreSupprimer
  14. Tout casse, tout passe, tout lasse. Une lettre U traitée avec brio !

    RépondreSupprimer
  15. Ton texte sonne très juste, j'ai presque envie de dire malheureusement.

    RépondreSupprimer
  16. ton texte est vraiment très bien écrit et si réaliste... l'amour dans toute sa splendeur ! (hum)
    tu as bien su décrire cette complexité, j'aime beaucoup
    bises bon Dimanche :)

    RépondreSupprimer
  17. Ton texte m'a fait penser à Souchon
    et à sa chanson "passer notre amour à la machine"
    Mais une fois que l'amour est usé .... qu'y faire ?
    bonne journée ;-)

    RépondreSupprimer
  18. Le ton n'est pas badin dans ton billet, Célestine... Chienne de vie... et c'est vrai que quand on en arrive là, mieux vaut se séparer, recoller les morceaux est mission impossible...
    Tous ces maux de la vie traduits avec des mots imposés, si bien touchés du doigt, me laissent sans voix (je viens de lire le billet de Marlaguette...)
    Bonne continuation pour tes vacances
    Bisous de Lyon

    RépondreSupprimer
  19. Très fort l'"usine à plaisir". :D Ton texte nous entraine malgré nous dans ton univers et je t'admire pour ça. :D J'aime beaucoup ton texte. :D

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.