vendredi 5 mars 2010

La Maternité suisse d'Elne

 












En février 1939, chassés par les troupes du Général Franco, cinq cent mille réfugiés espagnols passent la frontière française. Ils sont internés dans des camps, en particulier à Rivesaltes, Argelès, Saint-Cyprien et Gurs.
A partir de l'instauration du régime de Vichy en 1940, ces camps servent aussi à l'internement des Tziganes et des Juifs d'Europe du nord, qui cherchaient refuge en France et qui seront déportés à Auschwitz et Maïdanek.
En novembre 1939, à Elne, à côté de Perpignan, Elisabeth Eidenbenz, une jeune institutrice du Secours suisse aux enfants victimes de la guerre, aménage une maternité de fortune dans un château à l'abandon. La maternité suisse d'Elne permettra à plus de six cents enfants de naître et de survivre à l'écart des camps, jusqu'à sa fermeture par les Allemands en avril 1944.
 Comment ne pas être ému par la beauté de cette histoire, d'autant plus qu'elle est vraie? Merci à Flo, une jeune et belle étudiante chère à mon cœur,  de m'avoir fait connaître ce lieu mythique chargé d'Histoire dans lequel elle va travailler durant son stage de master.

L'image de cette institutrice sauvant des centaines d'enfants m'enchante l'âme. Quel beau sujet de thèse que cette profonde humanité.

images wikipedia

9 commentaires:

  1. Merci pour cette poignate histoire. Le camp de Gurs dans les Pyrénées-Atlantique a également connu la solidarité d'une autre Suissesse, dont le nom m'échappe ici, qui travaillait pour la Croix-Rouge suisse. J'habitais non loin de ce lieu maudit, resté anonyme pour la plupart des habitants du coin, jusqu'à ce jour. Bisous d'Australie.

    RépondreSupprimer
  2. Heureusement qu'il existe des êtres comme ça pour nous réconcilier avec l'humanité.

    RépondreSupprimer
  3. Ce sont ces personnes qui nous font croire, encore, en l'humanité.
    Bisous
    Math

    RépondreSupprimer
  4. J'aime beaucoup cette évocation.
    Ces important de faire mémoire de ces figures d'Humanité, qui raniment nos espérances.

    RépondreSupprimer
  5. Quelle belle histoire! Merci de nous la faire connaître et de nous rappeler que la générosité existe et peut aller jusqu'aux frontière du danger.

    RépondreSupprimer
  6. Merci Célestine pour évoquer cette simple histoire de dévotion, une des milliers de simples histoires semblables et qui, oui, clament bien fort que le courage et l'amour sont parmi nous, moins visibles que leurs bruyants opposés, mais là.

    Tous ces enfants qui doivent leur naissance et leurs premiers mois à cette discrète institutrice qui, sans doute, dira n'avoir fait que son devoir ...

    Ah, le ciel est bleu, tout à coup!

    RépondreSupprimer
  7. Quelle belle histoire de sauvetage! ça me donne envie d'y aller comme pour respirer cette belle énergie généreuse...

    RépondreSupprimer
  8. Merci de parler de cette histoire, déjà chère à mon coeur et qui va prendre de l'ampleur dans ma vie dans les mois à venir. J'espère que mon travail contribuera à vous faciliter la découverte de ce lieu empli d'humanité. Pour ceux qui sont déjà intéressés, la Maternité se visite et, croyez-moi, l'émotion qui en émane toujours ne peut laisser personne indifférent !
    Flo

    RépondreSupprimer
  9. Merci beaucoup. Je trouve cette histoire bien pour rappeler l'humanité qui existe, car il ne faut pas l'oublié aussi vous avez fait preuve d'un grand courage !

    *

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.