vendredi 6 janvier 2017

Météorite




Depuis quelques temps, il y avait une étoile singulière qui brillait, chez le voisin. Enfin, disons plutôt au-dessus du jardin du voisin. Juste là, par la fenêtre de ma chambre, entre le cèdre du Liban et le peuplier. Un éclat particulier, un scintillement fascinant. 
Pourpre. Ou bleuté. Comme irréel. 
Depuis que je la regardais chaque soir étinceler doucement, j'avais fini par m'habituer à sa présence. Elle me faisait rêver. Son étrangeté sans doute, et en même temps, une sorte de complicité familière. 
Et puis, soudain, elle a disparu. D'un coup d'un seul. J'ai scruté le ciel, un long moment, me demandant si je n'avais pas tout bonnement imaginé sa présence. Une sorte de berlue, pour parler comme au XIX° siècle.
Ainsi en est-il de certains voisins, parents ou amis,  qui descendent acheter des cigarettes, et qui, sans que rien puisse le laisser deviner, changent de vie subitement, déménagent,  divorcent, ou décident d'un coup qu'ils en ont assez de nous voir. Pour qui nous n'étions sans doute pas assez importants pour qu'ils nous informent de leurs projets de départ.
Des êtres qui brillent un temps dans notre ciel, et puis s'éloignent ou se volatilisent sans donner d'adresse, dans les confins du cosmos, comme des météorites.
On ne peut s'empêcher de se perdre en conjectures farfelues ou absurdes, on est triste ou dubitatif, bien avant de se résoudre à les oublier.
Les étonnements de l'existence ne s'arrêtent jamais.


¸¸.•*¨*• ☆

96 commentaires:

  1. Jésuis un peu interrogatif.
    As-tu été regardé s'il y avait un nouveau-né chez ton voisin?
    Ti bacio

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mort de rire !
      C'était ça alors, le boeuf et l'âne qu'il avait commandés sur internet ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Ben t'as rarement fait plus sibyllin comme billet !

    ...fin moi, hein...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bon ? Oui sans doute, parce que toute disparition inopinée reste un mystère, quand elle n'est motivée par rien de logique, (comme la mort, enfin si tant est qu'il y ait une logique à la mort...) et là, ce n'est pas un mi-stère, c'est un stère entier d'interrogations au fond de moi-même ... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Comme des météorites ... c'est ce que nous sommes, peut-être dans le ciel que ceux que l'on aime voir étinceler.... mais les choses ne sont pas aussi simples qu'on pourrait le croire... ainsi il en va de la vie, des êtres.... quelques-uns ne pouvant pas forcément traduire leur désarroi, des soucis personnels, pourquoi dire, pourquoi .... ! et puis quelques autres qui ne peuvent qu'exprimer la difficulté d'être... seulement peut-elle vraiment être comprise par tout un chacun... n'est-on pas toujours seul à pouvoir régler ses écorchures aux genoux ou au coeur, ses cicatrices... c'est seulement un petit moment de solitude après une nuit trop courte... ma chute frontale change ses couleurs, je passe par toutes les couleurs... mais en définitive j'ai eu de la chance, j'aurais pu ne plus être là à vous parler, tant le choc a été énorme avec ces plots installés au beau milieu de l'allée commerciale...et ma distraction habituelle happée par les lumières... je ne les avais pas vus... ces plots... happée par l'allume-hier !
    allez, à très bientôt Célestine...
    Je me remets doucement.
    Je suis solide, Dieu merci !
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends, c'est pas de chance de s'être fait un beau « maquillage » juste avant le réveillon... ;-)
      j'en plaisante, parce que je sais (enfin) que ce n'était pas trop grave, même si ta peur a dû être énorme au moment où ta tête a touché le sol...
      Je t'embrasse du fond du coeur ma chère Den.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Cette histoire du gars qui file au bureau de tabac, qui disparaît dans la nature et qu’on ne revoit plus, est l’histoire d’un gars très distrait. Trouvant porte close chez le buraliste, il s’est aventuré très au-delà de la forêt d’immeubles de son quartier, oubliant, en quittant son domicile, d’emplir ses poches de petits cailloux blancs, tout comme l’avait fait avant lui le Petit Poucet, d’où la quasi-certitude qu’il s’est bel et bien égaré et qu’un jour ou l’autre il finira par réapparaître. Tout comme la lumière des étoiles. A moins que son cycle ne s’apparente à celui de la comète de Haley dont le prochain passage est prévu en 2061. Mais ceci est une autre histoire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une explication très romanesque qui me plaît bien ! Si la vie marchait comme dans les contes de fées...
      Mais je m'interrogeais vraiment hier soir sur les motivations étranges de ces gens qui disparaissent d'un coup. j'ai eu des amis, de bons amis avec qui nous étions même partis en vacances, pour dire, eh bien du jour au lendemain ils ont vendu leur maison, sont partis on ne sait où et on n'a plus jamais eu de leurs nouvelles...
      Etrange, quand même. On ne peut s'empêcher de culpabiliser, de se demander si on leur a fait quelque chose qui ne leur a pas plu... Et puis on se dit que cela fait partie des choses inexpliquées de ce monde et on arrête de se passer la rate au court bouillon...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Faut pas se formaliser avec les personnes qui « disparaissent » de nos vies, laissant des traces de culpabilité à gérer : pourquoi, comment, qu’ai-je fait ?... Cela m’est arrivé avec des gens que je pensais être des amis. Disparus soudainement de mon « domaine » sans plus de nouvelles. J’ai interrogé le cercle des connaissances et quelqu’un m’a dit qu’ils étaient partis ailleurs. En réalité, dans leur esprit, ils étaient déjà absents de ma vie bien avant que cela ne se réalise. Des années plus tard, au hasard d’un séjour à Nantes, je les croise dans la rue, les interpelle, prend de leurs nouvelles. Tout va bien pour eux. Ils ne regrettaient rien. En avaient-ils seulement conscience ? Pour le coup, j’ai refusé d’aller m’assoir en leur compagnie à la terrasse d’un bistrot au pied de la Fnac. De peur qu’ils ne partent en me laissant la note pendant que j’allais pisser un coup aux toilettes ? En vérité, j’avais d’autres chats à fouetter. Depuis, je dis souvent la même chose : ma porte est ouverte aussi bien pour celui qui vient que pour celui qui veut s’en aller sans dire au revoir. Et je vis très bien avec ma conscience.

      Supprimer
    3. J'arrive doucement à cette forme de sagesse, et je pense que rien n'arrive par hasard.
      Chaque événement est un petit signe que nous fait la vie.
      Je suis d'accord. Le mot culpabilité est décidément à rayer de mon vocabulaire, il m'a trop empoisonné la vie !
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Itou. Et repose-toi bien. Tu le mérites !

      Supprimer
    5. Je goûte la vie ! je chante la vie... etc etc...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Hey Celestine. J'ai toujours voulu disparaître ainsi. Hélas je ne fume pas et n'ai pas trouvé d'autre prétexte. Bises Angel Baby et ATTB;
    P.S. J'ai répondu sur Géométrie (2014) et j'ai peur que tu ne l'aies pas su. Rassure-moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien non, je ne l'ai pas su, j'ai été bombardée par un nuage de neutrons qui a pulvérisé les messages des gens que j'aime et les a balancés dans les indésirables...Encore un coup de sRusses, comme disait ma grand-mère qui avait eu le crâne farci par la propagande anti-communiste des années 50...
      J'y cours, très cher, afin que de te rassurer comme j'aimerais être rassurée dans le cas inverse...
      ATTB
      ¸¸.•*¨*• ☆
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. tant de météorites traversent nos vies! justement ce matin je reçois le message d'une élève qui m'annonce qu'elle doit changer d'école et je pense tout le temps à elle, elle me manque déjà ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais au moins elle te l'annonce...Tu as le temps de te préparer à son départ et à son absence.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Certains voisins, ça fait du bien de les perdre..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça c'est vrai ! certains indélicats, on est bien content qu'ils dégagent un beau matin sans se retourner...
      Mais je parlais de gens bien sous tous rapports...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Des étoiles ont ainsi partagé ma vie, parfois l'ont elles seulement traversée mais elles ont laissé des traces indélébiles. Certaines ont crée un état de manque qui peut faire encore mal longtemps après qu'elles aient quitté mon ciel. Il y a eu aussi des étoiles filantes, qui ont bien su profiter de moi. Peu m'importe si elles m'ont égratignée car je les aimais et elles me manquent tout autant. Pour certaines d'entr'elles j'aimerais savoir pourquoi elles ne viennent plus m'éclairer, qu'ai je fait, ou pas fait pour que ces lucioles désertent ma voie lactée sans que je n'en connaisse la raison Se résoudre à les oublier ? Difficile mais peut être pourrais je accepter si seulement elles m'expliquaient.
    Dis moi que tu continueras de m'envoyer tes paillettes, ô toi, Céleste, mon étoile bergère . ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que sont mes amis devenus ? comme chantait ce pauvre Rutebeuf.
      Tu résumes bien, admirablement bien mon propos de ce jour: qu'est-ce que j'ai fait ? ou pas fait ? Est-ce à cause de nous que les gens s'en vont, disparaissent comme des lapins dans un chapeau ?
      Si je devais disparaître,ou arrêter mon blog, je crois que je n'aurais pas le coeur de faire ce coup-là à mes lecteurs. Mais je connais des blogs qui se sont arrêtés du jour au lendemain sans aucune explication.
      J'ai très mal vécu, à une époque, la disparition de Math, un blogueur de mes débuts qui aimait Chopin. Il est parti en laissant un grand trou vide dans le coeur de ses lectrices.
      mais oui, je t'enverrai toujours mes paillettes ma Chinou. Si tu n'as plus de nouvelles de moi, un jour, c'est que je serai tombée dans un puits. Déclenche le plan ORSEC ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Les étoiles seraient-elles une métaphore de la vie...sûrement !
    C'est vrai aussi pour la blogosphère d'ailleurs...
    Belle journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu connais mon goût pour la métaphore, Mindounet...
      En l'occurrence oui, je parlais de la blogosphère, mais j'ai élargi ma réflexion à toutes les disparitions inopinées, qui gardent un caractère étrange, quoi qu'on en dise...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Un zeste de mystère dans ton billet, sorellita... mais vrai, des gens ne font que passer et sortent de nos vies sans nous le signaler. Et il doit arriver que nous ne le remarquions qu'au bout de bien des années ... parce que nous ne remarquions pas vraiment leur présence. On a beau co-habiter dans cette dimension-ci, habiter la même rue ou travailler dans la même boite, on n'est pas forcément ensemble... et il n'y a rien de mal à ça.

    Baci sorellita!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand ce ne sont pas des gens importants, nous ne le remarquons même pas. Mais quand il y a un lien, fût-il virtuel...Ne serait-ce qu'un tout petit lien qui fait que le renard n'est plus n'importe quel renard...alors on se retrouve un peu démuni. Je n'imagine même pas dans quel état je serais si demain, tu supprimais ton blog à l'improviste, sans annoncer cette décision.
      J'en serais comme deux ronds de flan, réduite à me ronger les sangs.
      Baci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. La lumière d'un écran au travers d'une fenêtre a toujours quelque chose d'étrange.
    Le voisin est il parti ?
    A-t-il enfin constaté qu'il n'y a rien d'intéressant à la télé ?
    Est il mort ?
    A moins qu'il ne soit tout bêtement parti en vacances...
    Tu nous diras, hein ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu seras le premier au courant, cher Goût.
      Même si en l'occurrence, mon voisin, ce brave homme, n'a rien à voir là-dedans si ce n'est que son jardin a servi de décor à ma métaphore.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Une constellation céleste ?????

    Et c’est selon, triste constatation ou acceptation du passage éphémère de toutes choses, mais c’est là ma philosophie d’octogénaire qui ne m’empêche, mais ne m’empêche absolument pas d’en faire fi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah...la sagesse ... celle qui permet de rester sereine en tout situation !
      Merci jak, tu brilles dans ma constellation d'un éclat particulier, toi aussi. T'avise pas de disparaître !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. La disparition soudaine de cette étoile pourprée scintillante est bien énigmatique. Même une supernova ne disparaît pas en une nuit !

    Pour ceux dont la lumière nous a éclairé un temps, peut-être peut-on se dire qu'ils ne le savaient pas ? Qu'ils ignoraient avoir de l'importance pour nous ? Peut-être parce qu'ils n'en avaient pas assez à leurs propres yeux…

    Je ne suis pas sûr [euphémisme] d'avoir signalé à chacune de mes connaissances que je "disparaissais", n'ayant moi-même pas conscience que le silence prenait ses aises entre nous et distendait le fil. Et lorsque je m'en rends compte, je n'imagine pas nécessairement avoir pu avoir une telle importance puisque l'autre non plus ne m'a rien signalé. D'ailleurs, l'éloignement naturel peut-il être considéré comme une disparition ?

    Quant à l'oubli, pour ma part c'est jamais :)
    Mon ciel est constellé d'étoiles et un fil me relie encore à chacune d'elles.

    Bises stellaires

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est drôlement joli ce que tu dis...Je n'ai jamais oublié aucune des étoiles qui ont traversé ma vie, moi non plus. Mon étoile mystérieuse se promène sans doute dans la quatrième dimension, celle où les mystères restent inexpliqués.
      la vie est impermanente, et beaucoup de gens qui faisaient notre quotidien,il y a trente ans, collègues, amis, ont suivi leur propre route. Les liens se distendent naturellement avec l'éloignement, et l'évolution de chacun qui fait qu'on n'est plus compatibles, on n'a plus les mêmes opinions, ni les mêmes centres d'intérêt. Mais cette distension- distanciation, quand elle suit le mouvement naturel, ne se fait pas en un jour.
      Or si tu as bien compris, ce qui m'interpelle ici, c'est la cassure nette, la déchirure intempestive et que rien ne laissait prévoir. A moins évidemment que la grande faucheuse soit passée sans rien dire...
      Bises cosmiques et non pas comiques aujourd'hui, quoique. :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Jolie métaphore, tu as sans doute pris un ver luisant pour une étoile, et au premier coup de mistral la petite lanterne qu'il tient au bout de sa queue (te marre pas) aura été soufflée comme une bougie d'anniversaire ... ];-D
    Mais il faut aussi savoir entretenir les petites flammes des étoiles, afin qu'elles brillent le plus longtemps possible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une lanterne au bout de la queue ...c'est pas dangereux ça ? mouarf !
      Bon, ver luisant, étoile, oui peut-être ...
      mais quand même...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. C'est vrai qu'il y a des gens qui sont très importants pour nous. Mais nous, nous ne sommes pas importants pour eux/elles.
    Ainsi, à titre d'exemple, pour ma part, Une étoile m'a déçu.
    Kim Kardashian, Star parmi les tares, est une personne très importante, parce que c'est une femme généreuse. Enfin, je veux dire, côté poitrine elle est très généreuse.
    Eh bien, tout un temps elle a disparu, sans me donner aucune nouvelle d'elle.
    Et ça, c'est pas bien.
    J'ai alors réalisé que mon admiration sans borne pour le côté festif de son fessier n'était pas payée en retour.
    Et ça, c'est vraiment décevant.
    :-(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hihihi ! Quelle ingrate. Elle ne t'a même pas donné de nouvelles ?
      Bon je ne joue pas dans la même cour (question compte en banque évidemment) mais au moins ma générosité même modeste est entièrement naturelle et absolument pas siliconée.
      Et surtout, je ne laisse jamais un ami dans l'oubli, sans donner de nouvelles. C'est déjà ça
      Je dis ça je dis rien. (oh la Célestoche, comment elle se la pète ....)
      :-DD

      Supprimer
  16. Il arrive souvent qu’on ne prête pas attention à ceux qui nous entourent, même si au hasard ou au détour d’un chemin, on s’était croisés en échangeant quelques amabilités. Leur présence est comme un tableau accroché à un mur, mais qu’on oublie à la longue, tellement il faisait partie du décor. Et voilà qu’un jour, nous remarquions que quelque chose manquait au mur qui venait d’être repeint. C’est notre jolie voisine comme ton ancienne tante qui remarquait tout, qui nous avait fait cette interjection : Mais où est passé votre charmant tableau, accroché au mur?
    Bises météorites

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui, elle est sympa ta métaphore du tableau.
      En revanche ta phrase: Il arrive souvent qu’on ne prête pas attention à ceux qui nous entourent ...j'essaie de lutter contre, et, pour ma part, de prêter attention à ceux qui m'entourent, surtout s'ils sont gentils avec moi.
      D'où mon dépit s'ils disparaissent.
      Bises métaphoriques

      Supprimer
    2. Il arrive parfois, paraîtrait mieux, je pense, qu'on ne prête pas attention à ceux qui nous entourent! Merci Céleste, pour l'observation, elle était justifiée.

      Supprimer
    3. Oui c'est mieux comme ça. Comme quoi, un simple petit adverbe peut changer notre vision des choses. Et réciproquement. :-)

      Supprimer
  17. J'arrive à un âge ou la disparition subite est intégrée dans mon esprit, et j'ai réfléchi à la façon de vous prévenir si jamais cela m'arrivait. Je comprends donc le désappointement dont vous parlez, quand cette disparition se fait sans ménagement.
    J'espère simplement que vos beaux yeux ne verseront pas trop de larmes à cause de ma dernière mauvaise blague.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est émouvant ce que vous dites là, cher ami.
      j'espère que vous viendrez encore longtemps poser vos petits éclats de pierre précieuse sur mes billets;
      Merci de votre délicatesse en tous cas.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Bonjour Célestine, et tout d'abord lumineuse et chouette année 2017 à toi ! Il est vrai que les caprices de l'existence font que , parfois, il peut arriver à quelqu'un de tout plaquer sur un coup de tête en prétextant qu'il va (ou qu'elle va) chercher des cigarettes et suivre une étoile autre que celle prévue..ainsi va la vie ..Je te souhaite de multiples bonheurs en cette nouvelle année.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais toi tu es toujours là, mais en apparence seulement car qui peut savoir, avec internet ? Tu es peut-être parti au bout du monde amener tes belles chansons du côté sud de l'autre hémisphère...?
      Quoi qu'il en soit, je te souhaite tout le meilleur pour toi et ceux que tu aimes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. N'emploie quand même pas le remède d'Annie Cordy :o)
    https://youtu.be/cCgN8bH3HKQ

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oups ! Encore une chanson de ta délicieuse compatriote que je ne connaissais pas ...
      je vais essayer de ne pas sombrer dans une addiction pire que la précédente ! lol
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. La discothèque de notre oncle est fara-lu-mineuse ! (Et je ne dis pas ça à cause du bec de gaz !). Moi non plus je ne la connaissais pas, celle-là !

      Supprimer
    3. C'est que je l'ai entendue dans ma jeunesse, elle date quand même de 1953, à la même époque (ses débuts donc) je me souviens des trois bandits de Napoli et de quand c'est aux autos de passer.

      Supprimer
    4. @Joe

      Faralumineuse...quel beau mot valise !

      Supprimer
    5. @Walrus

      1953...tu me laisses rêveuse...

      Supprimer
    6. En 53, je venais de terminer ma dernière année de primaire (celle où j'avais aidé l'instit à apprendre l'écriture et la lecture aux mecs de première, vu que j'avais passé l'examen cantonal en cinquième et que je n'avais plus rien à faire en attendant l'entrée en secondaire). Je crains fort qu'une génération nous sépare mon enfant !

      Supprimer
    7. Une génération mais pas le conflit qui va avec...elle est pas belle la vie ?
      Gros bisous étoilés mon boss !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. On les appelle des étoiles filantes !

    RépondreSupprimer
  21. Sur les blogs, il y a ceux qui racontent des histoires inventées, il y a ceux qui racontent ce qu’ils font et ceux qui racontent ce qu’ils sont. Ces derniers sont les plus vulnérables car ils s’exposent. A une majorité d’inconnus, à de moins inconnus mais aussi à quelques connus. Et donc, à des degrés divers, le virtuel peut devenir très vite beaucoup moins virtuel qu’il ne l’était au départ et finir par provoquer des émotions et des ressentis, bien réels ceux-là. Alors, quand on se sent fragilisé, fatigué, il faut faire des choix. Investir son restant d’énergie dans le sauvetage de sa vraie vie ou se disperser dans la constellation digitalisée et incertaine qui scintille sur la blogosphère. Et comme ce choix peut être douloureux, autant le faire d’un coup sec, sans tergiversations inutiles ou palabres improductifs. Quitte par après à regretter, non pas sa décision, mais la rudesse du geste. Quant à la météorite, ce n’est pas parce qu’on ne la voit pas qu’elle n’existe pas. Elle peut très bien veiller dans l’ombre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien ta première phrase, qui ressemble un peu à celle du blondin dans le Bon la brute et le truand...
      En réalité, les catégories ne sont pas aussi tranchées...il existe aussi des gens qui inventent des histoires, racontent leur vie et exposent leur être profond. Tout cela à la fois. C'est sans doute ceux-là les plus intéressants, puisqu'ils tiennent compte de la prodigieuse diversité de l'être humain.
      Cela dit, sauver sa vraie vie est une entreprise hautement respectable, et de fait je la respecte, faisant la même chose sauf que moi, j'ai besoin d'écrire, et de m'évader mentalement pour que ma vie ne parte pas en perdition.
      Je m'interroge simplement sur la technique de l'herbe brûlée...sans espoir de retour. Je ne suis pas sûre que cela soit si efficace...Autant brûler les livres parce qu'ils génèrent des émotions et contiennent des idées subversives, non ?
      Bises perplexes mais respectueuses
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. J'ai toujours un métro de retard avec tes billets mis tous les 2 jours. Il est vrai qu'en ce moment je fais un peu moins d'ordi. Je peux dire que tu es une étoile filante laissant derrière elle le plus beau des sillages qu'il est difficile d'oublier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'espère bien ne jamais être une étoile filante comme celles dont je parle aujourd'hui, et qui disparaissent corps et bien comme les personnages de fins de contes de fées "il disparut et personne n'entendit plus jamais parler de lui"...
      Cela dit, aucun retard, Lauriza. J'ai juste prévenu mes lecteurs que je risquais de publier de manière plus fréquente cette année...Mais je n'en suis pas encore à un billet par jour !
      Merci en tous cas je te renvoie le compliment. Ce que tu écris me parle souvent et ton sillage est agréable.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. la preuve, devenir très vite dépendant de ce ou ceux qui nous entourent...
    geste rassurant ! on s'accroche ou se raccroche à ce ou ceux qu'on peut !
    s'en faire de petits ou grands bonheurs pour la vie, pour un instant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La dépendance est quelque chose que j'ai trop vécue pour ne pas chercher à l'éradiquer le plus possible de ma vie.
      Cela n'a rien à voir avec l'inter-dépendance, qui est, à mon sens, l'essence même des relations humaines. Un équilibre entre ce que l'on apporte et ce que l'on reçoit...
      Bien sûr que les êtres qu'on aime et qui nous aiment contribuent à notre équilibre.
      Mais ne perdons pas de vue que même ceux-là, un jour, joueront fatalement les étoiles filantes.
      Merci de ton passage
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. je passe de temps en temps mais ne dis mot...

      Supprimer
  24. J'ai rencontré des météorites, des étoiles filantes, qui, après m'avoir éblouie de leur lumière, ont disparu, du jour au lendemain. Il arrive aussi qu'elles reviennent, sans crier gare. Je pense qu'il ne faut pas trop réfléchir, il suffit d'attendre parfois. Ou bien l'étoile filante revient, ou bien elle disparaît, et il faut faire avec, il faut s'habituer à son absence, même si elle nous manque terriblement.
    Et puis je me dis que je suis parfois moi aussi une étoile filante pour quelques-uns, rarement, mais cela m'arrive, alors...
    J'aime bien ce billet, Célestine, sans doute parce qu'il me parle.
    Belle fin de journée, gros bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Françoise, je suis contente que mon billet te parle.
      L'essentiel est d'être une étoile heureuse.
      Gros bisous belle amie
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. J'essaye de m’immiscer dans l’échange Célestine/Bizak ....sans succès.
    Je ne sais pas ne pas prêter attention à mon entourage. L’intérêt que je porte aux gens peut varier suivant les circonstances mais personne ne me laisse indifférente à tel point que si un visage une allure, ont changé, je reconnaîtrai la personne à sa voix. Célestine, nous sommes du même bois sensible dont on fait des gens qui souffrent !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien quand tu te mimisces.... ;-)
      Oui sensible, hypersensible mais bien décidée à ne plus donner aux autres le pouvoir de me faire souffrir.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. @Céleste et Chinou: Mie j'ai rien compris à vos conciliabules ésotériques.^^

      Supprimer
  26. la magie du ciel, je ne m'en lasserai jamais... contrairement à la compagnie de certaines personnes. Bien entendu tu n'en fais pas partie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous me rassurez mes bestioles !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Quel joli billet !
    Je regardais un vieux carnet de téléphone...combien d'étoiles filantes ont disparu de mon carnet d'adresse !
    C'est instructif pour apprendre que rien ne reste ...et que tout passe
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, c'est une expérience intéressante...
      C'est un peu comme relire mes anciens billets et m'apercevoir que beaucoup de mes anciens lecteurs ont disparu...
      Heureusement il reste quelques fidèles...mais assez peu finalement.
      le tourbillon de la vie.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Bien sûr.
    C'est fini mais c'est pas triste. Cette étoile t'a éclairée un moment, et c'est bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Absolument. J'ai arrêté d'être triste pour ce genre de choses, mais c'est le résultat d'un long travail...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. Les étoiles ne viennent même plus chanter "Je suis venue te dire que je m'en vais" ? Mais c'est un scandale !

    En même temps, les adieux déchirants...

    J'ai retrouvé ce matin un poème de trois lignes que j'avais écrit en 1987 ou 1988 (si, si, j'ai vécu à cette époque-là !).

    Ca disait :

    Ni fleurs
    Ni couronnes
    Nitroglycérine

    ;-)

    RépondreSupprimer
  30. J'ai bien connu une étoile filante...Eh bien,elle a filé!
    Et comme les étoiles,sa lumière me brulait,alors qu'elle avait disparue de ma voie éclactée!
    A la vitesse de la lumière,une idée m'a traversé l'esprit,une sorte d'illumination céleste!
    j'aurais bien "disparu" avec elle...J'étais prêt, aucune logique là dedans,de la pure folie!
    Chacun a repris sa trajectoire,telle des comètes leurs courses folles.Leurs noyaux ayant fusionnés un instant,se refroidissaient en s'éloignant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as vécu là une expérience spatio-temporelle extraordinaire !
      En même temps, pas si extraordinaire, car c'est un petit peu l'histoire de toutes les relations humaines...l'histoire de la vie et de l'amour. ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Xoulec, en lisant « étoile filante »… « une sorte d'illumination céleste! », je pense irrésistiblement à ceci :
      https://www.youtube.com/watch?v=u1hygZCSkH0

      Supprimer
    3. Je ne dis rien, je laisse Xoulec répondre...

      Supprimer
    4. L'histoire de la vie et de l'amour!Les rites de la vie,les rites de l'amour sont changeant comme le temps!!!comme des méteo-rites...

      Supprimer
    5. @pierre:je ne connaissais pas du tout!P... c'est beau!avec plus d'inspiration,j'aurai bien aimé écrire ces paroles! Une illumination qui tombe soudain du ciel,plus qu'une étincelle,de la lave en fusion!

      Supprimer
    6. Moi non plus je ne connaissais pas cette chanson. Splendide, Pierre! Merci pour cette découverte.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Dis donc, ma petite Celle qui es si mignonne, Est-ce-que je t'ai souhaité la bonne année?
    En tous cas, pareil que toi, ce soir pour moi: une bonne étoile m'a permis d'arriver dans la nuit glaciale jusqu'à la baraque pour la soupe, certes avec un peu de retard, mais entier et sans avoir croisé la maréchaussée: ma bonne étoile, comme chantait Joe Dassin, comme il chantait la luzerne, hein, Celle, hein?
    Bon, ben, je vais demander avec un tact infini ce qu'il y a à bouffer. Aïe, aïe, aïe...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non mon petit Bof, tu ne m'avais pas souhaité ma bonne année.
      Voilà qui est fait, de toutes façons tu avais tout le mois de janvier.
      Moi aussi je te la souhaite bonne, belle et vigoureuse.
      Tu me diras ? ce qu'il y avait à manger, je veux dire.. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. "Où s'en vont ? Où s'en vont
    Tous ces potes qu'on aime, ces certaines affections?
    Qu'on est long, qu'on est long
    à dire les je t'aime qu'on pense quand ils s'en vont."
    Dire aux étoiles qui traversent nos vies qu'on les aime, et les laisser partir, parce qu'on les aime. Et ne pas oublier que pour d'autres, c'est nous qui sommes les étoiles...


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah belle chanson de Michel Fugain que je joue parfois à la guitare (même si certains accords sont "coton")
      C'est joli ce que tu dis Baladine.
      Moi je laisse partir les étoiles où elles veulent...chacun est libre...
      je regrettais juste que certaines partent en claquant la porte de nos coeurs. Sans prévenir.

      Gros bisous étoilés
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. Elle a l'art, Célestine...
    De nous embarquer dans ses observations célestes avant un retour dans ses réflexions terrestres

    Pour permettre des cogitations personnelles et à des visages de ressurgir.
    "longtemps après que les poètes aient disparu,
    leurs chansons courent encore dans les rues".

    Le ciel est pur, va y avoir des étoiles ce soir !
    Belle journée

    Nicmo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a même des endroits où il gèle à pierre fendre aujourd'hui ! pas trop froid chez toi ?
      Le ciel d'hiver est une splendeur avec Orion et sa ménagerie...J'adore ! Lièvre, taureau, Grand Chien, Petit Chien...
      Merci Nicmo !
      Bises sidérales
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Oui, très froid ici mais la lumière est si belle ! et puis, on n'a pas le trottoir pour matelas ni des cartons pour couverture !
      BON SOIR

      Supprimer
    3. La soirée fut bonne je te remercie.
      Mais la lune m'a empêchée de voir les étoiles...
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. Ah! mes étoiles disparues, je les espère surtout bien vivantes,auréolées de joie,même si leurs images me titillent parfois le coeur. Avoir parcouru un bout de chemin,à rire ou pleurer,à partager le jour,la nuit,et soudain ce grand trou noir...Où sont donc mes petites lumières, sur terre évidemment,vers un autre voyage, vers un autre destin mais je sais que les petites ou grandes cicatrices restent indélébiles.
    Tu as raison, Célestine, ce soir je vais bien regarder le ciel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On leur souhaite le meilleur. Le temps estompe tout. Même les cicatrices.
      On leur pardonne même de nous avoir laissés sans rien dire, du jour au lendemain...
      Le ciel est superbe en ce moment, si on n'a pas peur de geler sur place.
      Bises étoilées
      ¸¸.•*¨*• ☆
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  35. Oui, on se demande parfois si on a été assez attentifs, si on ne les a pas parfois négligés, ces étoiles qui filent vers d'autres cieux... Mais non, c'est la vie, c'est leur vie. Et puis, un beau jour (ou plutôt soir) une nouvelle étoile vient illuminer notre ciel, parfois même c'est toute une constellation. Beau dimanche et bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, c'est la vie. Admettre cela est parfois difficile, surtout quand on aimerait que les choses durent...
      Bisous ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  36. Combien d’étoile jaillissent du silence de nos nuits pour éclairer notre chemin, lui donner un sens, un but, dans une lumière offerte ?
    Combien d’étoiles meurent sans nous prévenir de son abandon pendant que nos cœurs cherchent un peu de sommeil ?
    Nous parlons sans vraiment réaliser que nos nuits sont belles grâce aux étoiles, présentes avec la discrétion des sages.
    C’est très douloureux de s’habituer à l’une d’entre-elle, et un soir s’apercevoir qu’elle est absente.
    Nous pleurons tous une étoile, un jour ou l’autre.
    Moi, la mienne s’est éteinte il y a longtemps. Elle s’obstine à ne pas vouloir se rallumer…
    Bises étoilées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la métaphore des étoiles inspire toujours les poètes. ta dernière phrase est bien triste, cher Etienne...
      j'espère néanmoins que d'autres étoiles brillent à ton horizon.
      je t'embrasse
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  37. J'aime ton texte et notamment la toute dernière phrase.
    Bisous Célestine. Merci pour tes beaux textes.

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.