dimanche 15 janvier 2017

Espace temps


Sous-titre : petit délire sans gravité.





                                                 
Pour l'agenda ironique de Janvier, organisé par Carnets paresseux
le thème est « Espèces d'espaces » et le texte devait contenir les mots imposés suivants : 
hippocampe, mimosa, n’importe, chat, manger, tentacule, épuiser, vert.





- « Le silence éternel de ces espaces infinis m’effraie… » disait Pascal.
- Pascal… le fontainier * ?
- Mais non Marcel, tu n’y es pas, Pascal, c’est le type qui prenait le frais en regardant les étoiles en bonnet de nuit et qui se tourmentait l’hippocampe à échafauder des théories compliquées aux tentacules alambiqués…
- Ah oui !
- Tu ne connais pas sa petite histoire ? Un jour, à force de cogiter son ergosum, suivant les conseils avisés de son ami René, et de prendre des paris sur tout et n’importe quoi, il a eu un éclair de génie des Carpates, et il est entré comme un seul homme dans une faille spatio-temporelle. Enfin disons plutôt qu’il s’est pris les pieds dans sa chemise de nuit, ou dans la queue du chat… bref, il est tombé dans une espèce d’espace-temps spécial et spacieux.
- Diantre ! C’est spécieux !
- Oui, il s’est retrouvé dans un grand champ de possibles. Rempli de fleurs de l’âge, d’arbres à Camantêtes et de mi-mosas. (Oui, ce sont des mosas qui n’ont pas fini leur croissance) Et dans le ciel, quelques nuages de lait qui s’amoncelaient au-dessus du Mont de Vénus.
- Sans blague ! Et ensuite ?
- Ensuite...Il s’est assis un moment à l’ombre d’un doute, histoire de réfléchir.
- Et là tu vas me dire qu’une pomme …
- Mais non, tu confonds avec Nioutonne, l’arboriculteur !
- Autant pour moi.** Et donc ?
- Ne m’interromps pas tout le temps !
Là, donc, il a bien été obligé de demander son chemin de Damas. -Vous voyez ce pont d’or, là-bas ? Lui ont répondu en chœur le passant qui passe et le chaland qui chiale. Eh bien, prenez-le, longez la rivière de diamants jusqu’à la mine de six pieds de long. Vous pourrez peut-être y arriver par un train de vie élevé, ou encore en prenant un ballon d’essai. Mais le plus sûr reste quand même l’autoroute de l’information. Marchez longtemps,  traversez la forêt de saules meunières, escaladez le plateau télé, laissez les moulins à paroles sur votre droite, avec de beaux bouquets thématiques sur votre gauche. Marchez encore, tout droit, sur la crête du succès, et si vous êtes épuisé, trouvez l’œil de la nuit, et fermez-le dans un lit de Procuste, à l’auberge du cul tourné, non sans avoir au préalable mangé une bonne assiette fiscale assaisonnée au citron vert.
- Et alors ? Et alors ?
- Et alors, surgissant de nulle part, Jean-Claude Vandamme est arrivé. Et il a eu cette phrase magnifique : « Si on enlevait l'air du ciel, tous les oiseaux tomberaient par terre » En entendant ça, pas très à l’aise Blaise a renoncé à son périple à Tétitienne, et il est remonté dare-dare dans son XVII° ciel. Il lui fallait trouver une phrase exceptionnelle, qui marquerait l’histoire et ferait oublier cet imposteur du XX° qui risquait de lui voler la vedette des garde-côtes. C’est là qu’il a pondu sa phrase, la phrase qui me permet de faire de ce texte d’eunuque décapité (c’est-à-dire sans queue ni tête, mais vous aviez compris, vous êtes sagaces) une splendide, spéciale et spatiale antépiphore :
« Le silence éternel de ces espaces infinis m’effraie… »


¸¸.•*¨*• ☆






* Réplique de Marcel Pagnol dans Jean de Florette.
** On devrait d'ailleurs écrire « au temps pour moi » mais ça fait tarte.


131 commentaires:

  1. Tu devrais arrêter de fréquenter Vegas sur sarthe, il a une mauvaise influence sur toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Misère, mon Boss, mais serais-tu jaloux ?
      Allez, je vais revenir sur ton défi, va, tu sais bien que ce n'est pas à cause de toi que j'en suis partie à regret et la mort dans l'âme...Mais pour toi je serais prête à affronter même la Tarasque.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Jaloux ? De quoi ? Je comparais ton style délirant à celui d'un autre fou du verbe. Je sais pourquoi (ou plutôt pour qui) tu as quitté les défis dont je ne suis que le metteur en page. Ne te crois pas tenue d'y revenir, tu sais, moi tant que je sais où te lire, ça suffit à mon bonheur

      Supprimer
    3. Je te taquinais ! je sais bien que ces bas sentiments envieux ne t'effleurent même pas.
      C'est cornélien en fait, cette histoire de défi...
      Mais bon ta dernière phrase me fait rosir de plaisir...
      Du coup, je te rappelle que tu peux me lire aussi sur les Impromptus où je me commets régulièrement.
      Grosse bise spéciale et spatiale
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. J'adore ta façon de jouer avec la langue française. Comme dirait Ugolin j'aime ta liberté d'écrire et quand le grand vent d' AUTAN TIQUE mes joues de ta poésie. Bises du Vermandois de mon age mûr et du Valois de mes années vertes. ATTB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah je vois que monsieur connaît ses classiques et cultive lui aussi les lotantiques !
      Jouer avec la langue française c'est comme faire un french kiss aux lecteurs...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. J'ai bien ri!
    L'ombre d'un doute : bravo!
    En revanche je ne partage pas ton avis pour Au temps pour moi! Ça fait pas tarte mais bon, autant en emporte le vent. Je ne vais pas ramener ma fraise (tarte aux...) ������
    Et puis j'ai appris ce qu'était un anti...un anté...Enfin le truc quoi!
    J'ai bien ri��

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle est belle ton antépiphore, ma luciole !
      Oui parce que c'est féminin, cette petite bête-là.
      Tu as raison, je préfère écrire « autant pour moi » comme «autant en emporte le vent »...
      Bises à la fraise
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Dans le Sud-Ouest, ils disent Autan en emporte le vent. Je veux bien que c'est phonétiquement pareil, mais là s'arrête l'âne à logie.

      Parce qu'ils ne connaissent pas le Mistral, ils disent que le vent d'Autan rend fou. C'est vrai qu'il peut être furieux, mais il a la grande supériorité d'être un vent doux, venant du Sud...

      Alphonse de utilisait encore une autre orthographe:
      » Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
      Suspendez votre cours :

      Ce qui peut te donner, à choix:
      tanto per me
      al tempo per me
      Oh tempo per me
      e baci per te

      Supprimer
    3. Ouh la la ! tu marches sur les plates-bandes de notre cher Bof, si tu parles du vent qui rend fou...
      mais pour le reste, ta démonstration est brillante.
      -Oh? tant que ça ?
      -Oui, Blutchy est un homme scintillant.
      Comment pourrait-il en être autrement, avec toute la brosse à reluire que je te passe ? ;-)
      Una montagna di baci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Je suis vert, ma petite Celle qui es si mignonne. Que ne suis je un hippocampe des puys? J'aurais pu, en me laissant porter par l'Isle puis la Dordogne, aller à Trélissac où j'étais invité à un concours de tarot. Mais le général Hiver, étendant ses tentacules sur le pays gelé, en décida autrement: la neige était là, et son cousin verglas aussi. Ah oui, on n'est pas au pays du mimosa...Tant mieux, d'ailleurs, car, quand j'en vois dans les vitrines des fleuristes, je ne résiste pas: j'en offre à Madame Bof, et ça coûte, la plaisanterie!
      Les autres joueurs m'auront sûrement, segurament pris pour un trouillard: n'importe! Ce n'est pas la peine qu'ils continuent à s'épuiser en vaines hypothèses : le batelier de la Dordogne me fera passer sur l'autre bord, bientôt, et ils verront et sentiront leur douleur...
      Mais, je n'ai pas pour autant ( hé, hé ) perdu mon temps, car, figure toi, Celle, qu'un villaud, sans doute, a abandonné quatre chats chez nous l'autre hier. Alors, on a passé une annonce pour les donner sur le bon coin et des gens ont appelé pour en adopter. Alors, Madame Bof a appâté les chats ( deux fois , d'ailleurs, appâté ), leur a donné à manger pour les attraper. Et on est débarrassé d'un d'entre eux déjà.
      J' ai gagné? J'ai placé tous les mots? Qu'est ce qu'y a à la télé, ce soir, Celle, hein?

      Supprimer
    5. Si tu avais eu un blog, tu aurais pu participer au concours, j'aurais voté pour toi, mon petit Bof.
      Bravo pour ton placement de mots. C'est pas facile de placer des hippocampes et des tentacules dans la verte campagne de la Creuse...
      Tu as réussi d'une plume de maître.
      Et tu n'as même pas parlé du vent qui rend fou...Enfin si, mais à demi-mots ;-)
      gros bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Dis mon bon Bof, j'ai bien le droit d'en parler de ce vent d'Autan qui sévit dans tout le Sud Ouest, des bords de la Garonne au viaduc de Millau. Je peux, hein, dis oui s'teplait.

      Supprimer
    7. :-) je suis sûre qu'il dira oui...

      Supprimer
    8. Excellent texte ;-)
      Chez nous on dit autant en emporte le van....
      Sinon j'ai tout aimé , tu as sacrément du te cogiter l'ergosum pour trouver tout cela : l'assiette fiscale, le périple à Tétitienne et le XVII° ciel.

      Supprimer
    9. Oui j'ai cogité mais tu sais bien que j'adore ça !
      Merci ma chère Val pour ton passage.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    10. ...et autant en emporte le van, bien sûr, bien vu ma jument !

      Supprimer
  4. Oh! Punaise et "petit délire sans gravité" et Nioutonne! Bravo!
    Bon cette fois je t'embrasse.
    Pas que j'avais oublié mais je voulais écrire une antépiphore!
    Bisous chère fée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bin vu ! Elle n'était pas facile à repérer celle-là.
      Bravo !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. J'adore tes délires ! Encore !
    On sent ta jubilation à écrire tout cela.
    Une tendresse particulière pour ta définition des mi-mosas. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouh que j'aime ton enthousiasme !
      C'est régénérant...
      S'il est facile de faire pleurer dans les chaumières, tu sais comme il est difficile de faire rire...
      Alors un grand merci.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. On a retrouvé la fille cachée de Pierre Dac et Raymond Devos !

    (Mais bon, moi je savais où elle était)

    Bravo, maîtresse du verbe !

    P.S. Au temps pour moi, ça fait pas tarte, ça fait marche militaire ! Ou, à la limite, musicien pointilleux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je ne m'en suis jamais cachée, de mes pères putatifs. mais tu es trop bon, mon oncle.
      Dois-je en conclure que ce sont un peu tes frères d'armes ?
      Oui bien vu, pour la marche militaire...C'est exactement ça.Tu sais ce que je pense de la musique qui marche au pas...
      Un peu fille naturelle du Grand Georges, aussi...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Bof tu ne parles même pas de l'archaeoptérix, ni du serpent monétaire, et le cybrocoque étoilé il est où ?
    Je galèje, je taquine, mais tu m'as fait bien marrer, allez tant pis pour les microbes : une bise PDA ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une bise Poivre d'Arvor ?
      Ah oui, les serpents monétaires, ce sont les plus terribles !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. cobraqueur...de banque?

      Supprimer
    3. Ce serpent là est cobraqueur de pauvres, à ne pas confondre avec le cobra-coeur qui ne mord que les banquiers...
      Dans la perfide Albion, on trouve aussi des vilpairs.
      Ciao per lei et baci per te

      Supprimer
    4. Tu es en pleine forme herpétologique, mon Blutchy !
      Et pithon jeu de mots sur les anglais, il est digne d'un Robin des boas.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. Tu es aussi en pleine forme me semble-t-il?
      Vais-je en avaler de couleuvres...

      Supprimer
    6. Sauf si, comme je le crois, tu es un charmeur de serpents.

      Supprimer
    7. Tu m'inquiètes Céleste...
      Un peu plus haut tu dis être une cireuse de pompes...de mes pompes.
      Maintenant je serais charmeur de serpents et qu'il semblerait bien que tu puisses être quelque peu charmée par mon style latin-lover :-) (si je fais une synthèse réaliste de l'ensemble de tes dithyrambes à mon endroit.).
      Ma question est donc:
      "Y a-t-il un corrélation entre ton commentaire et cette synthèse?
      Molto grande baci Cara

      Supprimer
    8. J'essaie juste d'être sincère et gentille, et parfois, ça me retombe sur le coin de la pomme...
      Non pas de corrélation, je te rassure.
      Je serais davantage un petit lapin qu'un serpent, je crois...
      Baci e tvb
      ¸¸.•*¨*• ☆
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    9. Un petit lapin.... blanc, bien sûr.

      Bon, ce Sidi, je dois, parfois, avoir mauvais esprit :-P
      Mais c'est pour le plaisir de faire un bon mot.
      Ti bacio forte Cara

      Supprimer
    10. Ce n'est que comme cela que je le comprends, caro mio.
      Baci

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Réponses
    1. Nan mais la question c'est « KANT est-ce qu'on Blaise, Pascal ? »
      Pas «On Blaise, Pascal ?»
      En gros c'est une question ouverte.Tu ne peux donc pas répondre « d'accord »... muahaha !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Je ne me suis jamais donné à ce type d’exercice hyper brillant et amusant et sur lequel je bloque. Pourquoi ? Ma Doué, j’en sais rien ! Ici je m’en réjouis. Cela valait la peine d’attendre le nouveau Célestine. Je m’en amuse. J’ai adoré les « nuages de lait qui s’amoncelaient au-dessus du Mont de Vénus ».
    Quelque chose à redire ?
    Moi, rien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il suffit d'essayer en fait.
      Mais moi ça fait longtemps que je me livre à l'exercice...
      Les exercices de style ont toujours été de mon fait.
      Comme i ICI par exemple, directement inspiré de Raymond Queneau, le grand maître en la matière.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ouep ! moi aussi j'aime bien les nuages de lait sur le mont de Vénus
      Vraiment érotique !
      Hugh !

      Supprimer
    3. Il est vrai que l'image a quelque chose de suggestif... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. C'est comme un dessert!un vrai régal!Jeux de mots, humour, clins d’œil ,références cinématographiques,mécaniques,et j'en passe...Celle-ci: jean claude vandamesque me plaît bien!
    Je ne peux pas les reprendre toutes,tant je suis ébahi!
    une petite référence pour l'ami-mosa:https://www.youtube.com/watch?v=s1FrD-pV_LA
    j'espère que tu n'est pas comme mam'zelle Lamar?d'moi en a marre!qu'a lamar!
    https://www.youtube.com/watch?v=lowuIou_B8Y

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi en avoir pas marre de toi Moi pas être mamzelle Lamar.
      Merci pour le gag de Ticky qui est court mais excellent ! Je l'aimais bien moi, ce type !
      Quant à Vandamme, il est aware, c'est bien connu. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. je voulais une référence par rapport à l'ami-mosa,et donc je "pars" sur l'ami-caouette.Pourquoi je parle de mam'zelle lamar?Je ne sais pas! moi avoir déjà posé question à toi,et avoir obtenu réponse.
      On sent que tu t'es régalé...J'ai lu plusieurs fois pour bien en apprécier toute la subtilité.Merci, tu as illuminé ma fin de journée neigeuse.

      Supprimer
    3. C'est un plaisir de servir de lumignon aux pauvres âmes enneigées ^^
      Tu as bien lu, mignon ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Si je te le fais en mode express, c'est aussi tout bon?

    l’Hippo (lyte Taize) campe pendant que le mime osa faire n’importe quoi de son chat.
    Sa tante accule Hippo pour trouver à manger et il devint dépuis sévère.

    Baci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brillant, je t'ai dit. Eblouissant.
      C'est simple, j'ai dû mettre des lunettes de soleil...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Que tu serves de lumignon aux âmes enneigées^^!Le mot est un peu faible,comme une petite lumière éclairant faiblement(définition larousse),mais suffisamment puissante comme une lueur dans la nuit,une céleste lumière...n'ayons pas peur des mots:un soleil!
    c'est si mignon d'être lu...mignon? mais bien sûr!
    Avec des yeux plus grands que le ventre,
    Avec des mots plus grands que le cœur,
    Ils entrent dans notre existence
    Côté tendresse, côté cœur.
    Ils nous racontent leur enfance
    En se cachant sur nos genoux
    Et je ne crois pas qu'ils plaisantent
    Quand ils disent : " J'ai peur de vous. "
    Ils nous découvrent, ils nous adorent.
    Ils nous bercent avec des chansons.
    Ils font bien d'autres choses encore.
    Moi, je les trouve assez mignons.
    https://www.youtube.com/watch?v=3Dlf0AaPxlY

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle est délicieuse cette chanson de Barbara, je ne la connaissais absolument pas.
      Merci pour la découverte, mon mignon ! ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je plussoye, excepté pour les deux derniers mots :-)

      Supprimer
    3. Hihi ! J'imagine que Xoulec sera d'accord !

      Supprimer
    4. les deux derniers mots... Ne serait-ce pas plutôt ce petit adjectif possessif?
      Pourtant,ces deux mots sont trognons!

      Ma mignonne mignonnette,
      Promène moi dans ta maison.
      Cache moi dans ta cachette,
      Je te dirai des chansons.
      Je me ferai tout gentil,
      Je te promets d'être sage,
      Et quand tu liras la nuit,
      Je te tournerai les pages... Hugues Aufray

      Supprimer
    5. Non, je crois vraiment que Blutchy ne dirait jamais "mon mignon" à un homme...
      Disons que ce n'est pas son style...
      Merci pour la mignonnette de Hugues
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Moi non plus,ce n'est pas mon style...mi-gnons? pas de demi mot!quand c'est gnon, c'est gnon.

      Supprimer
    7. Hé hé ! bien vu !
      C'est contagieux, hein, les jeux de mots...
      ^^

      Supprimer
    8. Très! belle nuit à toi...magicienne des mots.

      Supprimer
    9. Merci passant de la nuit...
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    10. Ah mon Dieu!
      Pouvoir chanter cette chanson d'Hugues à Céleste une nuit sans lune bercée par des faisceaux d'étoiles et de galaxies (J'ai pas dit "de gars laxistes").........
      Ti bacio Cara

      Supprimer
  13. Quel délice quand vous renouez avec la tradition oulipienne, chère délicieuse.
    Vous avez un réel talent, vous savez.
    Je me suis vautré avec plaisir dans votre aventure pascalienne et vos jeux de mots jubilatoires.
    Merci merci merci
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est moi qui vous remercie monsieur le professeur.
      Vos éloges me font rougir.
      Et puis l'oulipo...je n'arrive pas à la cheville de ces grands maîtres...
      mais bon, je prends le compliment.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Des arbres à Camantêtes... génial!
    Il fallait la trouver celle-là !
    Bravo, j'ai bien ri !
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que j'ai poussé le bouchon...
      mais il est vrai que quand j'entendais parler de ça, dans ma jeunesse, je le voyais écrit comme ça. Et je me demandais comment pouvaient être ces fruits bizarres... ! On est bête parfois, quand on est jeune...
      Bises amusées
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. C'est tenté, puis fort, ce plein tombereau ouvert de traits De génie (De génie, grand D, of course). N'en déplaise à ta modestie, il est évident que bien sûr Pierre Dac, Alphonse allais, Frédéric Dard et un quatrain d'oulipien, pléiade de fantômes rigolarde et savante, se sont penchés sur ton berceau à peine avais tu mis le nez dehors : sept hantés, pif hors.

    (bref, j'ai adoré (peu de le dire)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hey ! Merci grand maître des cérémonies de cet agenda ironique januarien (mais à rien du tout alors)
      Sept hantés pif hors, c'est très fort !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. pascal, Pascal, tu parles de jean Claude Pascal ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellentissime, chère Heure-Bleue !
      Mais oui bien sûr, le fils spirituel de Jean-Claude Vandamme et de Blaise Pascal, c'est Jean-Claude Pascal !
      Lol, mdr et toute cette sorte de choses
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Une fois, j'ai vu Van Damme dans un film.
    Un truc d'espionnage avec plein de gnons, de "boum" et de flammes.
    Un moment, on eût dit qu'il pensait.
    Ben on voyait qu'il n'avait pas l'habitude, ça l'"avait mis dans un état...
    (Bien vu "antépiphore", fallait le placer, belle performance.)
    Bi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hi hi ! pauvre Van Damme, j'ai une tendresse pour lui, quand même...
      C'est pas facile tous les jours d'être con et émouvant à la fois.
      Quant à l'antépiphore, j'avoue que j'ai toujours adoré les noms poétiques des figures de style...
      Bisou entier
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Van Damme est un personnage sympathique qui ne dit pas plus de conneries que les politocards et nous n'avons pas à en payer les conséquences...
      Les Amerlocks vont vite voir qu'ils auraient mieux fait de l'élire plutôt que Trump son monde... Comparativement au canard, Van Damme peut prétendre au Nobel.

      Supprimer
    3. Belle réhabilitation, merci pour lui.
      C'est un poète, à sa façon. Un extra-terrestre.
      C'est clair qu'il n'est vraiment pas méchant.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé hé ! je comprends que j'aie pu malmener ta cervelle de poète, peu habituée sans doute à mes circonvolutions surréalistes.
      Selon la définition de l'OuLiPo, il s'agit d'écrire un texte en obéissant à des contraintes. Tous les ateliers d'écriture appliquent le même principe: s'amuser avec les mots !
      Si tu as ri, c'est que tu as compris mieux que Médor !
      Bisous joyeux

      ¸¸.•*¨*• ☆

      PS: Les conditions d'entrée à l'OuLiPo, qui existe toujours, sont déjà très ... poétiques !

      On devient membre de l'Oulipo par cooptation. Un nouveau membre doit être élu à l'unanimité, à la condition de ne jamais avoir demandé à faire partie de l'Oulipo. Chaque « coopté » est évidemment libre de refuser d'y entrer (son refus est dès lors définitif), mais une fois élu, il ne peut en démissionner qu'en se suicidant devant huissier.
      Les membres restent oulipiens même après leur décès : ils sont alors, selon la formule consacrée, « excusés pour cause de décès ».

      Supprimer
    2. Je suis désolé la taulière , une mauvaise manipulation a fait disparaître mon com;Bisous

      Supprimer
    3. Ce n'est pas grave mon cher Bizak. Cela arrive à tout le monde...
      Moi-même, il y a peu de temps, j'ai vu disparaître des commentaires inopinément...
      Une force maléfique sans doute... ;-)
      Je t'embrasse cher poète
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. merci pour la découverte d'eeguab. J'adore les blogs justement pour le partage et l'ouverture ! Là c'est direct dans mes liens chouchous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais de rien, avec grand plaisir.
      Je lui ai indiqué aussi ton blog.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Ce matin , par un froid crépuce cul’aire, j’ai sorti mon Hyppocampe à énergie alter native de l’image in air.

    Non , par ce temps d’Yves vert , je n’imaginais pas me rendre jusqu’à Borme le mimosa, certes non.
    Note que je serais bien allé n’importe où tu voulais, même à me fourrer entre les tentacules d’une pie œuvre du bon maître…..

    M’enfin , faut pas épuiser la bête , qu’il s’agisse de mon chat connecté ou de toute autre mam’ y faire.

    Résultat : en sortant de l’ école pour m’aller promener , en chantant , je suis halé manger une seringue optigec pour mon futur scanne air ; dans la rue tout t’êtait calme .

    La belle farm à Sienne me souris toujours quand je suis avec mon chat ; le doc t’heure m’accorda , non pas cette dernière danse, mais un beau « rendez vous ! » pour jeudi.

    Bref, dans l’improvisation Total je réussis à garder l’essence , ciel !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas un homme, mais je gage quand même, compte tenu de ce que tout le monde en dit, que ça doit faire une drôle d'impression, un froid prépuce cul'air ! Quel idée aussi de se balader en petite tenue par l'étang qui court...
      Bel exercice, cher ami.
      Tu t'es lâché, là. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆


      Supprimer
  21. Ah la phrase de Van Damme, j'adore !! Ton texte aussi! Quelle imagination.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Daniel !
      Exercer son imagination est aussi excellent pour le moral !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. le passant qui passelundi, 16 janvier, 2017

    On parle de moi ?
    J'arrive !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le passant qui passe ne fait que passer, c'est bien connu... ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Holà ! Qui me chipe mon pseudo ?

      Supprimer
    3. Allons allons les enfants qu'est-ce que c'est que cette pagaille ?
      Faut-il que je me transforme en petite poule rousse pour mettre tout le monde d'accord ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. un feu d'artifice !
    Fatigué ce soir, je ne suis pas sûr d'avoir tout compris, ou du moins tout vu !
    Mais j'ai bien fait de venir, j'ai au moins appris que je maniais volontier l'antépiphore sans même le savoir. Comme quoi faut toujours se méfier de ce qu'on ne sait pas !

    ;o))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est comme la prose de monsieur Jourdain, en somme...
      Merci pour le feu d'artifice. C'est gentil.
      :-)))


      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Je suis admirative, ma chère Célestine, de la faculté que tu as de jongler et de jouer avec les mots, et ceci pour notre plus grand plaisir. Bravo, la belle ! :-)
    Gros bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un plaisir qui ne se partage qu'avec les connaisseurs, et je sais que tu es de ceux-là...
      Alors je t'embrasse, belle nuit belle amie.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Quel talent encore une fois céleste Célestine, quelle belle écriture, moi qui pensait simplement que n'importe quel chat vert épuiserait un mimosa en chatouillant sans cesse les tentacules d'un bel hippocampe de passage dans les lieux... BRAVO, des bises. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hé hé ! judicieux commentaire chère Plume !
      merci pour ce clin d'oeil
      Gros bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Bravo Célestine pour ton beau texte avec des mots imposés. Ce n'est pas évident mais toi tu as su les placer merveilleusement bien :-) C'est normal, toi Célestine, la fée des mots et des jeux de mots.
    Bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trop gentille, Denise.
      Je te fais de gros bisous enrubannés de guirlandes magiques...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  28. " au temps pour moi", ça fait peut-être tarte mais ça m'a rappelé que les macarons (dont mon mari m'a confié la cuisson), sont dans le four ! Il va être temps de les en sortir ou alors gare ! "au temps pour moi " !

    Merci pour ce moment de rigolade. Quand je pense que tu oses mettre côte à côte Blaise et jean-claude ! Il n'y a que toi qui pouvais en avoir l'idée ! Bisous
    PS : J'ai été OBLIGÉE de goûter un de ces macarons, il fallait bien que je sache s'ils étaient cuits !
    Hop, une autre fournée est en train de cuire ! 12minutes ! Faut pas que je traîne ici !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tes macarons ont tenu leur promesse !
      Je suis contente de t'avoir fait sourire avec mon petit délire de Jean-Claude Pascal...hihi !
      Gros bisous mariejo
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. Vous cherchez une histoire coquine,
    Allez donc au rayon libertine,
    Et demandez Célestine.

    Un espace en régalades,
    Plein de galéjades,
    Et une tranche de rigolades.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Jacou pour ces deux tercets très spirituels.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. Et bien ! C'est une excellente espèce de question que tu soulèves en cet espace !
    J'ai lu, je relirai, et me demandais, à propos de René, si ce n'était pas celui de la belote.
    Et puis je me disais aussi qu'on rentre en Blaisoisie comme on rentre en Téléologie.
    Ce qui directement revoie à la question du Kant.
    Célestine fée du ré, à la mi-piphore et à la baguette de mie-pain magique, je me suis régalée de tes mots. Tu joues diablement bien avec eux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah enfin, te voilà Jo !
      Ravie que tu aies fini par trouver un stratagème pour braver la « machine à robots »
      Oui René est évidemment celui de la belote.
      Bisous revient quand tu veux tu connais le chemin, maintenant.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ah ben ça alors ! ça a marché !
      Signé : Le robot démasqué.
      :D

      Supprimer
  31. Absolument magnifique! Comment peut t on écrire de telles merveilles! Plein de délicieuses inventions que j'ai mis du temps à pleinement goûter. Il faut que je m'initie à cet exercice, mais je sens que l'arène est trop haut pour moi, car le français n'est pas la langue de ma maman, hu hu !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu as des questions sur la langue française, je te répondrai toujours avec plaisir. français, il n' y a pas de souci.
      Je suis là !

      Merci pour ces éloges toujours agréables.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Alors là ! j'arrive un peu tard pour déguster mais quel régal ! J'adore ton grand champ de possibles, plein de soleil sur les mosas.
    Belle journée Célestine, tu nous redonnes un sourire dans l'hiver.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est gentil, Balaline.
      Un sourire dans l'hiver...c'est joli on dirait un titre de roman.
      Un grand sourire pour toi :-D
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. Je me demande si JCVD est aussi "aware" qu'il en a (qu'il s'en donne)l'air... Quand je pense à son compte en banque...
    Sinon bravo, même si ma cervelle en marmelade s'est un peu perdue en route...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'est certainement pas aussi à l'aise que certains exilés fiscaux (comme Depardieu, Delon, Aznavour, nombre de sportifs français, etc...) qui exultent leur avarisme avec leurs feuilles d'impôts... (forme de redevance envers ceux qui ont fait leur fortune)

      Supprimer
    2. J'ai quand même une tendresse pour son côté barré mais pas méchant...
      même si c'est une posture.
      En revanche, avec le même compte en banque, Bernard Arnaud ne me fait pas triper des masses...
      Bisous à Baladine e baci per te
      ¸¸.•*¨*• ☆
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. "Au temps pour moi" non, ça ne fait pas tarte !
    Cette forme d'usage serait un hommage à notre belle langue française.
    Et puis, ça enrichirait la culture gé des pauvres comme moi qui ne l'ont appris que depuis fort peu !
    A mon sens, il vieux vaut viser le ciel et son azur que de raser les pâquerettes !
    Votre blog, comme l'annonce l'ami Daniel, me paraît remarquable.
    Merci de ce partage.
    PLV

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup PLV.
      Je vous rajoute à mon totem entre Plumes d'Ange et Praline.
      Pour le « au temps pour moi » évidemment ça ne fait pas tarte. C'était ironique, quoi de plus normal quand on participe à l'agenda ironique...
      Mais je suis comme vous une ardente défenderesse de la belle langue et de la culture générale..

      Revenez quand vous voudrez.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Pour la tarte, c'est surtout le "tant pour tant"...

      Supprimer
    3. Hihi ! Une histoire de proportions en somme...(rire)
      Bon, je vais faire une galette des rois, tiens.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  35. Tu as fait fort, Célestine.... à déguster par petites gorgées, tes mots, les mots, les jeux de mots... faudra relire, se régaler encor' et jubiler !
    Merci pour cette double lecture....
    bisou.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Den !
      Grand plaisir pour moi que cette double ration de bienveillance.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  36. Eh bien, Célestine...

    Je n'ai jamais vu autant de jeux de mots et d'expressions imagées au décimètre de texte linéaire... D'ailleurs, ai-je tout bien perçu? J'y retourne.

    En tout cas, je note que tu es la seule à avoir pris "hippocampe" dans l'acception d'une zone du cerveau.

    Je vais revenir te voir et je m'abonne.

    Bonne journée,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Mo !
      J'ai toujours trouvé ça très drôle d'avoir un hippocampe dans la coloquinte.
      A très bientôt alors le plaisir de te revoir.
      En attendant te voilà sur mon totem entre Mme Chapeau et Momo.
      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  37. Hou là je me retrouve dans la cour des grands ! Je suis sûre d'avoir ratée quelques jeux de mots et autres subtilités narratives mais ce que j'ai pu desceller est très bon ! Bravo pour la performance Célestine, je suis épatée ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'essentiel était bien sûr de participer, chère Laurence !
      merci de ton avis
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  38. Excellent! J'en ai l'hyppocampe tout retourné et mes tentacules rigolent encore!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te fais un effet boeuf, Anna Coquelicot !
      En tous cas sois la bienvenue je te rajoute à mon totem entre Anilouve et Anne**
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  39. hi, j'aurai appris un mot aujourd'hui, et puis peut etre aussi à mettre un com sur to n blog, ça devient compliqué de prouver qu'on n'est pas un robot !
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'avoir bravé les éléments, monesille !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  40. Réponses
    1. Merci beaucoup, Mo.
      Du fond du coeur.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.