dimanche 8 janvier 2017

Laisse couler











Dis-moi, poses-tu les armes parfois, cesses-tu le combat, panses-tu tes griffures de matelot, laisses-tu les épissures épuisantes de tes cordages contre les vents contraires ? 
Fais gaffe, ne te perds pas dans cette lutte constante, elle est sans répit et sans fin. Laisse un peu les autres mesurer le fond de la mer. 
Oublie un peu tout ça, les peurs, les obligations. 
Prends le temps, décroche-le de ses aiguilles d'acier, délicatement mets-le sur tes genoux, caresse-le comme un gros chat qui aurait envie de filer, mais que tu apprivoises sous tes doigts, pour le sentir doucement lâcher prise, ralentir, ronronner. 
Rien ne presse. Attrape tes priorités, regarde-les briller entre ton pouce et ton index, pierres précieuses translucides au fil de l'air. Rien n'est plus primordial que de les recompter comme on compte ses billes, enfant, en les serrant sur son coeur tel un trésor. Dis-moi ce que tu caches tout au fond de ton âme, rince-toi, lessive-toi comme un linge frais que l'on aère au vent, tu verras, c'est bon ! 
Respire. Ecoute, sens, touche, regarde, goûte. Jouis de tout. Laisse couler.


 ¸¸.•*¨*• ☆


Musique: Joshua Hyslop, Let it go

109 commentaires:

  1. Faire une pause dans la recherche de soi est parfois utile, voir salutaire.
    Sans prendre la philosophie méridionale pour une règle de vie, il est possible d'en faire des ré créations...
    https://www.youtube.com/watch?v=f317gvBq26Q

    Ti abbracio Sorellita TVB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah cette chanson me rappelle tellement mon père...
      J'en ai eu les yeux mouillés. C'était sa philosophie, « dans la vie faut pas s'en faire » et toute cette sorte de choses...
      baci della mattina
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Un texte magnifique qui tempère nos ferveurs et montre que la sagesse et la magnanimité sont des antichocs face aux fortes vibrations et secousses que la vie ne cesse de nous asséner. Je plussoie et je rêve d'un monde où l'amour est notre baume quand tout s'étiole et s'en va. Bises rêvées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rêver ce monde est une très belle chose, Bizak. S'emplir de pensées positives, j'y reviens toujours, c'est ma nature, ma respiration, après avoir fait sortir de moi les miasmes et les poussières qui m'empêchent de respirer, en toussant ma peur et mes blessures, je respire largement et le monde m'apparaît tel que je le pense, ni plus ni moins;
      Rien ne s'étiole quand on le tient dans ses bras comme un trésor, un cadeau de la vie.
      Bises apaisées
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Tu as raison, on sait comment finissent les barrages !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que ça finit toujours par se fissurer, et alors le pétage de plombs est souvent grandiose...et dévastateur.
      Trop de gens se retiennent, se retiennent jusqu'à exploser. Comme disait mon père, pète un coup, ça ira mieux.
      C'était un poète mon père.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je crois bien qu'il m'aurait plu ton poète de père !

      Supprimer
    3. Si j'osais, je dirais bien que tu lui ressembles beaucoup (la barbe en moins...)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Un mot de toi et je me rase !
      ... Et quel mal pourrait-il y avoir à ressembler à un poète ?

      Supprimer
    5. C'est juste parce que tu m'intimides...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Tu n'es pas la première qui me dit ça. Et ça m'épate toujours de l'entendre parce qu'étant moi-même un grand timide, je me demande bien ce qu'on peut me trouver d'intimidant :o)

      Supprimer
    7. On est pas mignons tous les deux ? ^^
      hihi !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. J'imagine que oui, puisque tu le dis :o)

      Supprimer
    9. Julos Beaucarne, un autre poète, que ne doit pas dédaigner Walrus, disait:
      "Un pet retenu fait un abcès au trou du cul." J'ose le dire, puisque la parole d0un poète n'est jamais vulgaire.
      Ti bacio et accolade à Walrus

      Supprimer
    10. Un vrai poète comme on n'en fait plus...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    11. Oui, Julos, l'homme du front de libération des arbres fruitiers (mais ça fait une paie)

      Supprimer
    12. Moins que Rutebeuf, quand même...^^

      Supprimer
  4. Houlâââh, c'est fou comme ce texte me prend à partie, j'ai l'impression que c'est à moi que tu t'adresses ! 8o0
    A ceci près que c'est bien parce que je commence toujours par les récréations que j'ai plus de temps pour les choses sérieuses ! :oD
    Mais tu as raison, "rien n'est plus primordial que de recompter ses priorités comme on compte ses billes, enfant, en les serrant sur son coeur tel un trésor." Rien.
    Comment tu fais pour écrire un billet qui, chez moi, tombe peut-être à pic ?
    Abin oui, c'est facile, j'oubliais que t'es une fée !

    ...'fin moi... Jdirien...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que ce texte s'adresse à tout le monde, dans le sens où le lâcher-prise est quand même une quête assez universelle. les priorités, est-ce les "récréations" ? ou simplement les choses qui nous aident à nous construire, en évitant soigneusement celles qui nous détruisent ou nous donnent un goût de fiel dans la bouche ?
      En ce sens oui, ré-création, si cela permet de nous re-créer, de repenser le monde à l'aune de notre joie profonde et vitale ...
      Est-ce être une fée que d'avoir la faculté de se connecter à cette joie ? Alors tout le monde a, au fond de lui, une baguette magique.
      (Et Andiamo, pas de remarque blogborigmienne, s'il te plaît ! hihi )
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. J'irais bien voir couler le torrent...
    Mais doit falloir penser à mettre les mitaines, l'a pas l'air d'y faire chaud !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Purée oui, j'ai entendu dire qu'en montagne ça avoisinait les moins vingt ce matin...
      Faut mettre des préservatifs en kevlar...muahaha !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Très simple. Très beau. Voici ce que m'inspire ce texte qu'on absorbe comme une gorgée de bon café :

    Au bout de quel détour
    Une larme devient ruisseau ?
    Par quel miracle
    L'onde vole comme un oiseau ?

    Combien d'étoiles
    Dans un flocon
    Que la neige cache
    Sous le manteau ?

    Puis vient ce souffle chaud
    Arrivé dans un frisson
    Se posant sur l'épaule
    Comme un vol de papillons

    Sur ce, je retourne à mon bug informatique qui a mis mon site sens dessus-dessous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les dieux de l'informatique me préservent d'un tel bug ! j'en serais catastrophée...
      Cela dit, ton cerveau et ta fibre poétique ne buggent pas, eux.
      C'est très beau, vraiment ce que tu écris.
      Les papillons sur l'épaule me parlent à l'âme et me disent que le printemps est en gestation.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. J'aimerais bien savoir jouer comme le monsieur qui chante la zik qu'on sait pas ce que c'est. Koi c'est ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais mis le nom de l'artiste en bas du billet, mais apparemment Claude a de meilleures lunettes que toi... ^^
      Il est vrai que j'ai écrit petit...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. 100% d'accord avec ce billet, auquel ma vie, ma vraie vie (c'est à dire quand je ne suis pas au boulot) ressemble de près. Musique superbe et de circonstance.

    Merci pour ce réveil :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton boulot n'est pas ta vraie vie ? Alors là tu m'étonnes Pierre !
      Moi qui ai toujours essayé de travailler dans les meilleures conditions mentales et matérielles, considérant que ma vie se trouvait là, à cet instant (enfin un instant qui a duré presque quarante ans !) et qu'il m'était nécessaire de l'enjoliver au maximum. C'est ce que je répondais quand ons'étonnait que j'aie décoré ma classe (et plus tard mon bureau de directrice) comme s'il s'était agi de ma maison. Avec des rideaux aux fenêtres, des plantes et plein de petits détails qui rendaient les lieux agréables à l'oeil, pour moi comme pour mes élèves. je n'ai jamais compris comment on pouvait passer autant de temps dans un endroit sans l'arranger à sa sauce...
      Oui mon boulot a été ma vraie vie et maintenant, ma vraie vie est ailleurs mais toujours aussi passionnante !

      Quant à Joshua Hyslop, il fait partie de mes belles découvertes de ces derniers jours.
      Tout à fait le genre de musique qui me soigne l'âme.
      Alors heureuse de partager, comme toujours
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ma vraie vie, c'est celle que je vis en toute liberté :)
      Mon travail me plaît et j'ai pour objectif de le vivre dans les meilleures conditions mentales et émotionnelles, mais le stress y est quasi permanent. Entre les urgences immédiates, les priorités du jour, celles de la semaine, les objectifs de fin de mois, les bilans de fin d'année et prévisionnels de l'année suivante, les projets à longs terme, c'est une course permanente contre le temps. Alors enjoliver mon bureau, j'avoue que ça passe après. D'ailleurs ce n'est pas important puisque je ne lève pas le nez pour regarder ce qui m'entoure. S'il y a quelque chose que je veux "embellir" c'est la qualité relationnelle, la disponibilité, l'écoute, le bien-être de mes collaborateurs et de ceux dont ils s'occupent.

      Tu disais quoi, déjà ? « Fais gaffe, ne te perds pas dans cette lutte constante, elle est sans répit et sans fin. ». Ah oui, c'est vrai… ;)

      Ça je le fais, mais chez moi.

      Bises givrées

      Supprimer
    3. Je comprends...
      La "déco" du lieu de vie, c'était un exemple pour expliquer la façon dont j'ai vécu mon travail: comme faisant partie intégrante de ma vraie vie. Des contraintes, bien sûr, mais aussi de très bons moments où je me disais "attends, je suis payée là, pour être là, c'est formidable. "
      De purs moments de bonheur. Mais j'ai eu aussi la tête dans le guidon, à certains moments, je le reconnais, et pas qu'un peu. Cependant j'ai toujours cherché à comprendre en vertu de quel principe le travail devrait-il toujours être associé à son étymologie de tripalium ... j'ai toujours revendiqué le droit d'être humaine, faillible et à énergie renouvelable mais pas illimitée.
      Je suis sûre que tu fais pareil, toi qui réfléchis si intensément à la notion de paradigme à changer... ;-)
      Je ne cherchais pas à juger la façon dont tu travailles, je m'étonnais juste de l'antagonisme travail/vraie vie.Où le travail serait comme une privation de liberté.
      Je crois qu'au contraire, le travail m'a libérée, ne serait-ce que financièrement...
      Bises titilleuses ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Je n'ai pas perçu le moindre jugement dans ta remarque :)

      Et je comprends fort bien la qualité de vie (et de déco) que tu as eu envie de mettre dans ton travail. Le paradoxe du travail, c'est qu'en effet il libère (financièrement) et qu'il contrait (parce qu'il faut respecter des objectifs). Je ne le vois d'ailleurs pas comme son étymologie le désigne, fort heureusement ! Il fait donc vraiment partie de ma vie… mais n'est pas la "vraie vie" au sens où je l'entends : celle que je me choisis en toute liberté. Bon, tu me rétorqueras que si je travaille c'est aussi parce que je le choisis et tu n'auras pas tort ;)

      Bises convergentes

      Supprimer
    5. Ben voilà...tu me l'as ôté de la bouche. Nous sommes donc convergents !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Houlà il m'a fallu deux lectures plus la première en diagonale qui compte à peine... je suis trop primaire houlà... bon, il y a bien une phrase, quelques mots qui me parlent illico, peut-être...
    si j'avais à résumer... "... la vie ne serait-elle pas un peu comme un livre ouvert avec des pages un peu chiantes et puis des pages illustrées, de belles pages de temps en temps..." alors parfois profiter de la jolie page bien illustrée et puis laisser couler !

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore quand tu fais semblant d'être un bourrin...
      Alors que tu as parfaitement saisi la substantifique moelle de mon billet.
      Qu'on pourrait résumer par la phrase de mon père (tu sais le poète) « laisse pisser le mérinos »
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Chacun fait comme il peut, certain se confient... D'autres pas, certains pleurent... D'autres pas.
    En tout cas joli texte empreint de sensibilité ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Andiamounet.
      Bien sûr chacun fait comme il peut, ou comme son cerveau a été habitué à penser depuis si longtemps qu'il n'a même plus l'idée qu'il pourrait penser autrement...
      Mais ceci est un autre débat !
      Baci caro amico
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Certes, ma vie est résumée dans ta dernière phrase mais, à mon (grand) âge , ma p'tit Dame, on n'a plus le temps d'attendre et j'ai encore beaucoup de choses à découvrir. Pas plus tard qu'hier un être qui m'est cher m'a dit " je ne peux plus faire de projets à long terme" J'ai regimbé en entendant ces propos et pourtant oui, il a raison, nous ne pouvons pas nous projeter dans un avenir lointain comme nous le faisions à 20 ans . Cependant ce n'est pas un problème pour moi , la vie m'a appris à savourer le moment présent et je m'en lèche les quatre doigts et le pouce.
    Bises d'une jeune fille à toi ma cadette.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu auras d'autant plus de temps que tu auras laissé de côté les choses pas importantes...
      C'est juste cela le sens de mon billet. Laisser couler, laisser glisser, ne pas s'arrêter à écuter les oiseaux de mauvais augure, les négatifs, les donneurs de leçons, les m'as-tu-vu, les psychorigides et tous ceux qui nous bouffent notre atmosphère, parce qu'il se bouffe le leur et qu'ils n'ont qu'un besoin : celui de voir sombrer les gens trop heureux qui les renvoient à leur sentiment d'échec ou de ratage. Je l'ai souvent remarqué. Comme si les idées pourries devaient forcément déteindre comme des moisissures...
      Il n'y a pas d'âge pour se gorger des fruits sains de la joie de vivre.
      Bisous grande soeur. Profite !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Tu as raison, rien ne presse et tout arrive quand le moment est mûr. Bien des batailles se seraient conduites en simples remous très abordables, alors que nous avons choisi de foncer sabre au clair. Je l'ai constaté bien souvent. Et désormais je suis devenue meilleure à ne pas échafauder des scenarii de drames à venir "bien évidemment si ceci ou cela n'est pas fait à temps, ou pas fait tout court". La réalité sort souvent du scenario toute seule, et suit son cours. Et les rochers sur lesquels nous pensions nous fracasser n'étaient que chimères...

    Le temps nous est clément : il nous apporte tant de constatations, et si nous apprenons sa leçon, en échange oui, il s'installe comme un gros chat ronronnant...

    Baci sorellita!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien à rajouter à ta sagesse, que je goûte depuis que je te connais comme un grand verre de vitamines régénérantes.
      baci sorella
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Oh qu'est-ce que c'est beau! D'abord tu m'a trouvé un folkeux complètement inconnu et formidable. D'ou vient-il? Laisse couler, let it go, bravo. Parfois ça peut être Let the good times roll. Parfois aussi Let it bleed.
    "Ecoute, sens, touche, regarde, goûte. Jouis de tout."
    J'essaie, tu sais, je te le promets. Mais je viens de recompter mes billes. Il en manque. Je t'embrasse Angel Baby. ATTB;

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas d'où vient ce Joshua Hyslop, sans doute du chapeau d'un magicien cosmique, mais c'est vraiment une très belle découverte. Je le soupçonne d'avoir des origines quelque peu irlandaises car certaines de ses sonorités ne trompent pas.
      Va sur d**zer, tu le trouveras sans problème. Il a enjolivé ma journée hier, et celle d'aujourd'hui s'annonce sous les mêmes auspices.
      Même s'il te manque des billes, je te souhaite de compter avec délices celles qui sont bien présentes dans tes mains et qui roulent avec un bruit de grelot.
      Les plus belles sont en toi.
      Bises d'un ange
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. "Joshua Hyslop is a folk singer-songwriter né à Saskatoon, Canada.
      Il a pas l'ai bien vieux, et je gage qu'il pourrait te plaire... ;o))

      Supprimer
    3. ...et il y a un joli ballet, un peu inhabituel, sur le clic, pardon, le clip...

      ...mais Jdirien...

      Supprimer
    4. Oh l'autre comment qu'il renverse la situation à son avantage ! A t'écouter, c'est toi qui me le fais découvrir Lol !
      Dis donc, tu crois que je l'aurais proposé s'il ne me plaisait pas ?
      ...Ah mais tu veut dire physiquement ? Attends je cours voir à quoi il ressemble, mais s'il a le physique de sa voix, il doit pas être dégueu... ;-)
      Enfin, bon je suis peut-être féline, mais pas version couguar...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. Moi j'aime bien qu'il soit de Sasakatoon, au beau milieu de la Saskatchewan, ça fait rêver d'aventures...
      Bon, faut absolument que j'apprenne à arpéger, pasqu'y m'énerve le gamin ! ;o))

      Supprimer
    6. Très joli le ballet en effet. Il y a donc du rêve pour tout le monde, voilà le secret du succès...un chanteur charmant et de belles danseuses...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    7. Saskatchewan...rien que le nom et hop je m'envole vers des contrées lointaines ! Mais ça doit cailler grave là-bas, en ce moment non ?...
      Ce nom, je l'ai appris dans une chanson que l'ami Eeguab m'avait proposé de (massacrer) chanter...
      Tumble in the wind, de Jackson C.Frank


      i seem to tumble in the wind
      i wait for it to begin
      when i look at you
      i ain't too proud to say
      i once loved a girl this way

      i bring trouble on my lonesome self
      i see danger in each offered help
      times are hard
      the money just won't come through
      i would be alone if not for you

      they brought me in on a flatcar
      down from old hong kong
      tried to tell me what i was doing
      was absolutely wrong
      tried to make me over
      into a man of steel
      but i knew i would have to kneel

      from the plains of alberta
      with its wheat so wild and strong
      i rolled over the Northlands
      till i came to saskatchewan
      from a hardback in my satchel
      i read the words quite clear
      hurry home to your loved ones now
      wintertime is near

      i seem to tumble in the wind
      i wait for it to begin
      when i look at you
      i ain't too proud to say
      i once loved a girl this way

      Supprimer
    8. Tsssssss !
      Veux-tu retirer tout-de-suite ce "massacrer" ! Pour ma part, et sans fayotage aucun (ou presque !) de ma part, j'aime autant ta version que celle de l'auteur qui est furieusement insipide !
      Quant à la Saskatoon, Wikipédia dit que "Les températures extrêmes dans la ville varient de -50 °C l’hiver à 40 °C l’été." Tu supposes donc juste et il semble bien qu'il vaille mieux pas oublier les mitaines et le foin dans les bottes !

      ...'fin moi... Jdirien...

      Supprimer
    9. Saskatoon, c'est pas pire, en ce moment : -17°

      Supprimer
    10. Moins dix-sept chez toi ?
      Ah woué, quand même !
      ;-)

      Supprimer
    11. @jdissa
      Tu es sûr que tu la connais ma version ? Tu ne confonds pas avec d'autres ?
      Je ne pensais pas l'avoir publiée... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    12. Naaaan : -17 à Saskatoon !! (-4 chez moi)

      Supprimer
    13. J'ai un copain au K.G.B. ...

      Supprimer
    14. L'espion qui venait du froid, c'est ça ?

      Supprimer
    15. Non ? Tu le connais ? Mézalors il est grillé !
      Ca va le réchauffer ! ;oDD

      ...'fin moi, hein...

      Supprimer
  14. que voilà une belle exhortation à faire la pause :-)
    je vais suivre ton conseil ce dimanche et ne faire que ce qui me plaît :-)
    bises Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très bonne décision, Adrienne.
      l'idée, c'est de suivre cette résolution chaque jour, en fait...
      Parce que rien ne nous en empêche. Même le travail douze heures par jour ne nous empêche pas de trouver la vie formidable. Et de cueillir chaque instant passé à construire, échanger avec des clients ou voir briller les yeux des élèves comme des cadeaux de la vie.
      Bises Adrienne
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. C'est un luxe de prendre le temps, un luxe que peut s'offrir une retraitée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est souvent ce que j'entends ça et là...parce que les gens courent après le temps comme asphyxiés, en oubliant de faire des pauses vitales sur leur vie. Mais je connais des gens qui avaient une vie de dingue (un ami à moi, petit chef de micro-entreprise constamment au bord du burn-out, grosse dépression et hop: changement radical de vie, du jour au lendemain, il est devenu chauffeur de car et il revit, je ne l'ai jamais vu si épanoui)
      Et donc, ma chère Heure Bleue, au risque de te contredire, (ou de te contrarier, shame on me) je ne crois pas que ce soit un luxe. Plutôt une faculté à cultiver.
      Le temps, c'est comme l'argent. Il y a ceux qui n'en ont pas beaucoup, et qui pourtant parviennent à faire des choses admirables avec trois bouts de ficelle, et puis certains qui pètent dans le fric et sont éternellement insatisfaits et tournent en rond dans une vie vide et vaine.
      Prendre le temps de souffler, de méditer, ça se saurait s'il n'y avait que les retraités qui le faisaient. Ça s'apprend dès le plus jeune âge.
      Cela dit, on est toujours le luxe de quelqu'un en ce monde...les retraités pour les actifs, la jeunesse pour les vieux, la beauté pour les moches, la grandeur pour les petits, les fonctionnaires pour ceux du privé...
      Et si chacun cultivait les fleurs de son jardin actuel, comme vous le faites si bien, le Goût et toi, sans se culpabiliser ?

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Arrête de toujours faire fonctionner ton mental, arrête un peu le flux des pensées. Pendant que tu pense tu ne vois pas la vie défiler devant tes yeux. Et surtout connecte toi à tes sens, une autre façon de percevoir, plus sensitive et moins rationnelle. Le mental est là pour comparer, trier, juger, séparer.....C'est pas très bon....Voilà ce que je me dis souvent !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu te dis de bonnes choses, Daniel. Mais je ne suis pas surprise de la part d'un prof de yoga. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. On me dit assez : " toi, tu ne t'en fais jamais, t'as de la chance ! " " Tout à l'air de te passer au-dessus !" " rien ne te touche, pour toi tout est facile ... ! " etc .... J'aurais bien aimé rencontrer ton Père et si péter rend la vie plus facile, je plussoie ce qu'il dit, mon grand-père le disait aussi ..... Apprendre aux enfants à lâcher prise très tôt rendrait leur vie d'adulte certainement plus agréable. Tout s'apprend et surtout à ne jamais se prendre au sérieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu entres en résonance avec ce que je dis à Heure-Bleue un peu plus haut: les "recettes" du bonheur en tout genre font vendre, alors qu'il suffit d'interroger son coeur, sans se prendre au sérieux, pour réorienter sa vie en douceur. C'est pourquoi, effectivement, cela devrait s'apprendre dès le plus jeune âge. Cela me semble la priorité des priorités, si on veut que les choses évoluent...
      Bisous joyeux
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. "Respire. Ecoute, sens, touche, regarde, goûte. Jouis de tout. Laisse couler."

    Et surtout écoute regarde les gens (pour le reste faut un peu leur demander leur avis...), c'est passionnant.
    Souvent drôle, parfois tragique mais même là il y a si souvent de quoi en sourire que ce serait péché de rater ça.
    (et je remarque que tes commentaires sont datés du 1er août 2017, tu es pressée à ce point ? ;-) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hihi ! très drôle. Bien sûr que j'ai moi aussi le goût des autres, de leurs petit travers, de leurs pathétisme, de leurs secrets demi-révélés...Oui, une source de joie simple, comme se mettre à une terrasse de café et observer...
      Pour les comms, c'est vrai ça paraît bizarre, c'est le format anglo-saxon, ils sont fous ces grands bretons, ils mettent le mois avant le jour...Pour le reste, oui, je demande toujours la permission. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Ah, la, la que tout cela semble facilement couler de source et pourtant que c'est difficile à faire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le plus difficile est sans doute d'inverser les choses en ce disant: "c'est facile, je vais y arriver"...
      Ça vaut vraiment le coup, j'en suis persuadée. Notre corps réagit en fonction de nos pensées, et une pensée positive produit des substances bénéfiques dans nos cellules, qui nous permettent de nous sentir plus fort.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Je suis désormais totalement persuadée que tu es ma bonne fée. Si souvent, ton billet, tes mots font échos à mes pensées et m.apaisent, répondent à mes tourments . Ça.est un petit texte que je relirai souvent avant ma petite méditation du matin.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'en vois ravie, ma luciole, complètement ravie.
      Tant de gens ont écrit pour moi des choses d'anges, c'est bien mon tour...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Tout à fait, ma douce, il faut laisser couler. C'est ce que j'essaie de faire le plus souvent possible. Pour mon bien, et celui de l'autre aussi.
    Très jolie cette chanson, j'aime beaucoup.
    Bel après-midi, sous la neige pour moi. Gros bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Belle après-midi floconneuse, alors, chère douce Françoise, j'espère que ton rouge-gorge ne va pas mourir de froid !
      Laisse tomber la neige comme on laisse couler l'eau; sans chercher à retenir le flot ou le courant.
      Tant d'étoiles se nichent dans un flocon, comme dit le poète...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Le monde est malade et souffre si fort qu'il n'est pas toujours facile de ne pas se laisser rattraper. Mais, oui, tu as raison, il est primordial de rester soi. Rester limpide. Ne pas se diluer. Garder son rythme, ses couleurs. Garder sa tendresse. Se sentir bien. Etre bien. Aimer des êtres qui nous aiment, sourire aux autres sans les craindre, s'ouvrir aux autres sans les craindre. Se sentir beau, belle.
    Beau, belle de l'intérieur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'est-ce que c'est bien dit ! C'est exactement ça. Comme un mantra, une rengaine, répéter, se répéter cette beauté, parce qu'elle fait du bien, à soi, aux autres, au monde.
      Et la beauté intérieure rejaillit à l'extérieur comme ces fontaines dont l'âme rebondit sur la pierre en éclaboussures.
      Bisous ma Baladine
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Ho oui, ho oui.... laisser couler, parfois, comme je l'ai fais cette semaine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et tu as parfaitement bien fait...ma Brizou.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Merci, un grand merci Célestine pour tes mots. Que c'est beau.
    Il est bon de se prendre du temps pour soi, de se dire, je vais faire ceci ou cela sans se poser de question. C'est ainsi que je conçois la vie. Merci aussi pour cette douce chanson.
    J'ai vraiment aimé ton billet.
    Bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est drôle quand même, les méandres humains.
      J'écris un petit billet juste comme ça, en dix minutes, et mes lecteurs me remercient.
      Tu es formidable Denise.
      Un grand merci du coeur.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Beau texte, belles images, belle image, belle musique !

    Je ne te raconte pas combien de chouettes billes j'ai récupérées dans mon grenier hier ! Je suis en train de les lustrer pour les partager sur le ouèbe cette semaine. J'espère que tu me concéderas que c'est une belle priorité !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une magnifique priorité j'ai hâte de voir ça !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Poser les armes,laisser couler, oui mais qui me soignera après, quand j'aurai posé mon bouclier,façonné depuis tant d'années...heureusement il y a des étoiles qui brillent sur la mer !
    et Célestine toujours à notre écoute

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'essaie de rester à l'écoute de mes ressentis, et parfois, ça parle aux gens.
      Merci chère poétesse.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. bon, j'ai envie de te faire rire alors, pour laisser couler, il y a aussi "laisser pisser le mérinos" que j'affectionne de temps en temps....multiples bises salées

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ma belle, c'est la version Célestoche de laisse couler...
      Et tu es gentille de vouloir me faire rire.
      Très gentille. :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Mais c'est qu'elle va commencer à " banturler " celle-ci?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Banturler ? ce qui veut dire ?
      Toujours des mots nouveaux hein, mon Bof...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Mais c'est pas un verbe nouveau. Va voir si tu veux sur Google. Peut- être ça te plaira?

      Supprimer
    3. Pas trouvé... :-(
      Ça irait plus vite que tu me le dises...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Si tu tapes " banturle " ou " banturler " tu devrais avoir plusieurs articles qui expliquent. Cependant, en tant qu'infirme, je suis absolument incapable de mettre un lien...

      Supprimer
    5. banturle : « personne qui se comporte bêtement, qui fait preuve de manque de sérieux. Le banturle, c'est le glandeur, celui qui n'en fout pas lourd, trainasse, glandouille. »
      Ah ouais, d'accord...je me suis grillé la réputaion, en fait... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Non, là t'as trouvé une définition de Parisien. Faut aller plus loin en chercher une vraie, genre " jouir à prendre son temps ". Oublie cette mauvaise définition, ma petite Celle qui es si mignonne. òc es?

      Supprimer
    7. Ah d'accord, alors là je banturle tant que tu veux, mon petit Bof qui es si gentil d'être venu me rassurer...
      ^^

      Supprimer
    8. Ah, tu vois bien. Bon, bé pour changer, et pour illustrer ce formidable verbe banturler, je vais t'annoncer que je vais voir ce qu'il reste pour le repas car figure toi que j'ai un peu banturlé ce matin, mais rien de bien méchant, hein!

      Supprimer
    9. Ah oui, quelle bonne idée !
      Penser à manger quand même, hein...faudrait pas tomber d'inanition !
      Bon app cher petit Bof
      Et moi, j'ai appris un mot, je suis contente depuis hier ...
      bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

  29. Je partage +++,
    Le pire est d'enfouir, ça fait le nid de toutes sortes de maladies.
    Bises joie de vivre.





    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je prends tes bises joie de vivre avec plaisir, Nicmo.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. Holà Célestine! Attraper ses priorités!Comment faire?
    Il m'est arrivé d'en "griller" une au guidon de ma moto!Je n'avais pas la priorité,voila ce qui arrive quand on rêve!
    J'ai eu très peur,j'ai respiré un grand coup.Après le crissement des pneus de l'autre véhicule,j'ai pris le temps d'écouter le silence.Je savais que j'avais fait une bêtise.
    Je sentais mon cœur battre à toute vitesse.Je me suis arrêté sur le bord de la route,j'ai regardé autour de moi,il n'y avait personne.Ouf!
    J'avais les jambes flageolantes,j'ai marché un peu,le temps de gouter un plaisir proche de la jouissance...J'allais continuer à profiter de la vie,et c'était cool!

    Bon, plus sérieusement,Quand j'étais enfant,je l'ai décroché des aiguilles d'acier...
    Mais quoi donc? le temps?
    Ben non! Justement,ce n'était pas du temps que ma maman tricotait,mais bien du fil(de laine).
    J'ai bien compris ou était ma priorité!
    Laisser aux autres le soin d'affronter... la Mère!

    Tient!Une priorité au hasard,se régaler d'écrire...Et les bonnes choses de la vie.
    C'est vrai que je n'est jamais vraiment eu de priorité,et je ne crois pas en avoir encore!
    Profiter du temps qui passe,et si possible quand cela vaut la peine,arrêter le temps parce qu'on est heureux... Anissa Karat(c'est comme de l'or!)
    https://www.youtube.com/watch?v=jmjrN6VDDIY



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton premier paragraphe est tellement émouvant...
      Dis donc, tu es passé à deux doigts de la mort à ce que j'ai compris...
      Oui bon attention aux priorités...à droite, quand même !
      Surtout à moto, ça pardonne pas ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Oui bon,j'ai un peu exagéré,et enjolivé les choses!Mais ce n'était pas un commentaire type "constat amiable"!Je ne me suis rendu compte de la fragilité de la vie quand j'ai vu que l'autre conducteur a eu plus peur que moi! En moto,il faut être plus attentif à tout.Depuis,je choisis mes priorités...
      Bon,tu as vu...j'ai réussi à "caser" tous tes mots!

      Supprimer
    3. C'est vrai, tout y est..mais j'avais été un peu subjuguée par ton histoire, alors je n'avais pas vu les autres mots...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Je te rassure! Histoire à peine exagéré,mais vrai.Je suis très prudent,aucune chute depuis plus de trente ans.bon, du coup,je n'est pas vraiment commenté ton billet!
      Pas au sens stricte ,je veux dire!Un billet tendre,une invitation à la déconnexion,
      à la paresse aussi,à se laisser vivre tout simplement sans s’embarrasser de ce que l'on ne veut pas. Superbement écrit ,comme tu sais le faire.

      Supprimer
    5. Merci Xoulec.
      je prends en plein coeur !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Ton texte me parle singulièrement ! Je suis depuis aujourd'hui en arrêt pour vraiment soigner une dépression qui me pourrit la vie. L'espoir revient...
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te serre dans mes bras, Eva. Prends soin de toi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Ta force, Célestine, c'est de parler les yeux dans les yeux, avec chacun(e) d'entre nous... c'est l'impression que l'on a en te lisant, te découvrant...laisse couler, laisse couler, tu as bien raison ! "respire, écoute, sens, touche, regarde, goûte, jouis de tout"..... et arrête le temps, respire le silence, ses beautés et ses couleurs. Merci Célestine.
    Bonne soirée à toi.
    Bisou.
    Den

    RépondreSupprimer
  33. J'aurais dû lire ton billet du dimanche... Le samedi. Cela m'aurait bien aidée. Mais les choses viennent quand elles doivent venir o;) Dimanche, mon fils me "coachait", une fois de plus o;) Et aujourd'hui, je le lis encore mieux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci les filles pour vos mots encourageants.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. Excellent conseil, merci Célestine!

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.