vendredi 15 juillet 2016

Cassé, le petit ressort ?

Yep, that's life right there on the end of your noise... sometimes it will make you smile and sometimes it won't, but it's only life and you have so much of it yet to live... *~<3*Jo*<3~*:

Bien sûr, Antiblues, que le petit ressort a du mou dans la spirale depuis hier. 
Nissa, Nissa la Bella, dont j'ai parlé ici avec passion, la ville de mon enfance, de mes vacances insouciantes, Nice du Carnaval, des batailles de fleurs, de la socca et des petits farcis...Nice pleure ce matin et je pleure aussi.
Bien sûr, aujourd'hui, j'ai l'air un peu ridicule avec mon texte sur le petit ressort du réveil.  
Et pourtant, ce matin, comme les autres jours, nous nous sommes levés. Un peu la tête dans le seau, mais levés quand même. Certains ont découvert l'horreur, d'autres la savaient déjà depuis la veille au soir.
Nous sommes éplorés, indignés, révoltés, c'est normal. C'est l'émotion. 
C'est trop tôt. On pleure. On exprime.


Mais il faudra quand même bien un jour ( après combien de massacres encore ? ) que vienne le temps de comprendre. D'analyser. Et de tirer des leçons de vie collective, de la même façon que nous essayons de tirer des leçons de vie individuelle après les épreuves ou les accidents qui nous blessent.

Les Bouddhistes disent qu'il y a en chacun de nous  toutes les graines. Les pires comme les meilleures. Et que nous choisissons simplement celles que nous arrosons. 
Mais les choses ne sont pas binaires. 
Nous ne sommes pas « les bons » et eux, ceux d'en face,  « les méchants ». Pas plus que le contraire, d'ailleurs.
Il nous faut comprendre pourquoi notre société occidentale capitaliste outrancière précipite dans l'abîme les valeurs humaines fondamentales. Pourquoi l'on privilégie la compétition à l'excès, le chacun pour soi...où l'on va jusqu'à écraser les autres.  En oubliant d'enseigner le partage et l'entraide. Pourquoi le gaspillage, l'indécence de certaines fortunes,  la surabondance,  l'arrogance des décideurs, le profit comme maître-mot, la course éperdue à l'argent creusent les écarts dans les consciences, entre ceux qui ont trop tout, et ceux qui ont moins que rien depuis qu'ils sont nés. 
Pourquoi nos modèles médiatiques de réussite et d'argent facile égarent les esprits sur ce qu'est le bonheur, et privent certains jeunes de repères moraux en laissant la porte grande ouverte aux lobotomisations de l'âme. Jusqu'à fabriquer des « machines à tuer » en se fondant sur des croyances ahurissantes. 
Et surtout pourquoi répondre à la haine par la haine fait le lit de la haine dans un cercle vicié jusqu'à la nausée. 

Alors malgré tout, mon petit ressort n'est pas cassé. Parce que l'enjeu, lui, n'est pas mort : il nous faut continuer la lutte pacifique pour faire triompher un jour les valeurs humanistes. Et croyez-moi, c'est pour moi un boulot à temps plein. 
Chacun de nos gestes quotidiens a une infime part d'influence sur la marche du monde. Mais une part quand même.
C'est la théorie du papillon.  Et le fait que j'y croie n'enlève rien à autrui et surtout pas la vie. Et ça, c'est déjà bien.


¸¸.•*¨*• ☆




124 commentaires:

  1. Un type fou, une vie ratée, avec des comptes à régler.
    Avec le monde entier.
    Pas plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être... Ou pas.
      Quelque chose de plus complexe, à mon avis...
      Mais ce n'est que mon avis. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. De fait, les choses ne sont jamais aussi simples.
      Mais si le cheminement est complexe, la cause profonde en est souvent beaucoup plus simple.
      La blessure initiale qui amène à ça est souvent le manque d'amour ou simplement de compréhension.
      Le simplisme des raisonnement de ceux qui ont à élever les enfants où à les éduquer.

      Supprimer
    3. Là je te rejoins : le manque d'amour est évident.
      L'amour est beaucoup trop moqué comme une valeur simpliste et cuculgnangnan...
      Il ne faut pas parler d'amour ans l'entreprise, sous peine de passer pour un rêveur irresponsable...
      Eh bien moi, j'en ai toujours parlé, même (et surtout) dans le monde professionnel.
      Bisous le Goût.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Là je te rejoins : le manque d'amour est évident.
      L'amour est beaucoup trop moqué comme une valeur simpliste et cuculgnangnan...
      Il ne faut pas parler d'amour ans l'entreprise, sous peine de passer pour un rêveur irresponsable...
      Eh bien moi, j'en ai toujours parlé, même (et surtout) dans le monde professionnel.
      Bisous le Goût.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. bien triste portrait de "notre" société et malheureusement tristement réel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne tient qu'à nous de la faire évoluer lentement.
      Ce matin, tous les bénévoles, les obscurs, les sans-grade, les éducateurs, les infirmières, les médecins de l'âme et du coeur, les colibris sont repartis vaillamment faire avancer les petites graines, parce que certaines tâches n'attendent pas. Ils croient à certaines valeurs universelles.
      Ceux d'en face croient aussi que leur cause est noble, et c'est justement la gangrène de "notre" société que d'avoir généré ce genre de mal-être. Comment peut-on en arriver à penser qu'on sera plus heureux en tuant des gens ? C'est "notre" société qui engendre deux sortes de monstres: Trump, et daesh.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Ahhhh toi aussi tu te poses des questions à la con...
    Si on veut comprendre et analyser ce qui ne va pas, on peut commencer par se demander:
    - Pourquoi le Shah d'Iran a été renversé au profit d'un crétin fanatique, et dire Merci Jimmy Carter.
    - Pourquoi les USA ont armé l'Irak (Sunnite) pour aller taper sur les Iraniens (Chiites)? Merci Carter
    - Pourquoi les USA ont armés les Iraniens afin qu'il ne perdent pas cette interminable guerre en pérennisant 10 ans de trafic d'armes? Merci Reagan.
    - Pourquoi la France avait jugé indispensable de faire la même connerie que les Ricains.
    - Pourquoi en 1986 les USA avaient bombardé la résidence de Kadhafi, l'accusant d'attentat que d'autres avaient fait...? . Merci au Cow-boy de série B.
    - Pourquoi les occidentaux ont totalement déstabilisé le Maghreb en finançant les diverses factions de la rébellion, parmi lequel, il y avait l'Etat Islamique et Al Quaida. Seule la Tunisie a eu une révolution populaire. Ailleurs, c'étaient des soulèvements provoqués de l'extérieur. Merci Obama et Merci Sarko pour la Libye (Tiens, en voila un qui à la reconnaissance du ventre... Faire tuer son financier pour qu'il ne puisse pas causer...)
    - Pourquoi les pays dit "libres" tolèrent-ils quedes monarchies du Golf finance les islamistes?
    - Pourquoi la France a fait des efforts gigantesques pour NE PAS intégrer ses immigrants.
    - Pourquoi les banlieues se sont subitement embrasées. Merci le Pen d'y avoir foutu la merde (il avait pu ainsi passer de 3 à 15% des votes...
    - Pourquoi le MEDEF ne donne pas de boulot au Reube?
    - Comment les jeunes des banlieues doivent se débrouiller pour trouver un peu de blé?
    - Pourquoi l'Etat tolère le prêche des Imams radicaux, y compris dans les prisons?
    - Pourquoi la France continue de piller ses anciennes colonies? Merci à tous les gouvernements de la 5e.
    - Pourquoi l'Etat tolère-t-il les prières dans les rues Alors qu'une manif syndicale non autorisée est dispersée au canon à eau et aux gaz lacrymogènes...? Merci les sans-couilles des divers gouvernements...
    - Pourquoi Hollande avait armé la rébellion syrienne en finançant, entre autres: l'Etat Islamique? Merci Hollande.

    Quand tu as répondu à toutes ses questions, tu ne t'étonnes plus que certain ne nous aime pas au point de vouloir nous chercher querelle...
    Peut-être serait-il temps d'arrêter de déconner avec la géopolitique mondiale.
    Une campagne du Charles Dégueule financerait la turne de pas mal de familles de mal logés....
    1 million d'Euros par jour de guerre pour la France, ça ferait pas mal de CDI pour lutter contre la fanatisation des jeunes en banlieue, parce que la plus efficace des luttes antiterroristes consiste à donner du vrai boulot en CDI dans les banlieues...

    Ti bacio Cara e TVB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tes explications géopolitiques sont précieuses pour le profane.
      Et en même temps, il faudra qu'un jour, sous peine d'extinction, l'humanité arrête de se tirer une balle dans le pied...
      Baci caro
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. En effet (je me permets une incursion) pour comprendre - une partie des choses - il faut remonter le cours de l'histoire. Jusqu'au coflit entre l'Afghanistan et la Russie... Enfin, l'Urss à l'époque. Où Al Quaïda prend ses sources. A la masse d'armes qui traîne dans les pays du Golfe depuis les guerres qu'il y a eu, en 91 et 2003... Mais cela, c'est pour le Moyen-Orient et l'Asie.

      Chez nous, c'est encore différent. Et à Bruxelles, c'est encore différent de la France (il n'y a pas de banlieues, celles-ci sont riches) mais de vieux quartiers urbains qui suintent la misère, où il faudrait payer les gens pour qu'ils acceptent d'y habiter!)

      Mais comme pour d'autres crimes, il y a toujours une part d'impondérable. D'incompréhensible. Pourquoi un type, en liberté ou en liberté provisoire, a choisi, au lieu de vivre, de louer un camion pour foncer dans la foule et s'exploser? En ravageant tout sur 2 km...

      Supprimer
    3. Je laisse Blutchy te répondre, Pivoine, c'est lui le spécialiste de la géopolitique...
      Tout acte de folie est toujours incompréhensible et pourtant il peut finir par s'expliquer (ce que ne veut évidemment pas dire excuser)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Entre le comm'de Blutchy (le type a qui "on ne la fait pas") et Célestine (la fille a l'esprit angélique) la vie est sans doute un mixte des deux. J'écris ces mots sans méchanceté ni cynisme. Le ressort est encore trop mou ce matin. Je note simplement qu'il y a beaucoup de questions, beaucoup d'envies et pas vraiment de réponse(s)... Y-en a-t-il du reste ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas angélique. Mais j'ai juste appris à ne plus me formaliser quand les gens le pensent.
      je l'ai entendu tellement de fois...Maintenant que je sais que c'est une question de cerveau droit proéminent, cela ne me blesse plus. Au contraire.
      J'essaie juste d'avoir une vision optimiste à offrir aux générations futures. Parce que les enfants restent des enfants sous toutes les latitudes et à toutes les époques. Et les enfants sont le meilleur de nous. Notre espoir. Notre survie. Ils nous montrent le chemin, et ils nous ramènent à ce que nous étions avant de nous endurcir ou assécher le coeur. Et en ce sens, ils ont besoin de se construire en s'appuyant sur des valeurs. Alors c'est sûr que ces valeurs-là seront peut-être différentes selon les familles, réfléchissons simplement à ce que nous voulons leur transmettre: la haine de l'autre, ou l'amour ?
      Pour finir, je suis moi aussi, et depuis longtemps, dans le "mixt" des deux. Dans le juste milieu, dans le ni trop ni trop peu. Sur mon fil entre deux. Ni paillasson, ni hérisson.
      Vala vala...
      Maintenant, pour les réponses, comme tu vois, elles sont en chacun de nous. Suffit de creuser un peu.
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. @ Antiblues
      Il ne faut pas s'y tromper, je ne suis pas le type désabusé et revenu de tout comme il peut y paraître.
      Je suis juste lucide et certain qu'on ne peut pas construire une société viable sans avoir identifié ce qui ne va pas dans l'actuelle et pourquoi.
      La construction d'une société est assez semblable à la construction d'une maison.
      Avant d'en poser les fondations, il faut commencer par défricher le terrain, identifier les ruines anciennes, les parties mouvantes et les pollutions.
      Ensuite, savoir si les ruines sont tout ou partie réutilisables, puis assainir le terrain.

      Ne pas vouloir faire ces constats, c'est comme de mettre la poussière sous le tapis, sauf que cette poussière-là est toxique et qu'elle gangrène tout ce qu'elle touche.

      Les sources des maux de la société sont la prétention, l'égoïsme et l'avarisme.

      Mais savent-ils, ceux qui prétendent posséder la Terre entière qu'on jour on la quitte à poil, avec juste pour bagage ce qu'on a appris dans cette vie....

      Je n'adhère à aucune Eglise ou chapelle, mais il ne disait pas des conneries JC en disant qu'il est plus difficile à un riche d'entrer au paradis qu'à un chameau de passer par le trou d'une aiguille.
      Résultat des courses, les églises se sont remplies de Philistins plus préoccupés de se remplir les poches que de s'agrandir le coeur.

      Il n'y a pas de problèmes sans réponses possibles, il n'y a que des questions mal posées disait Einstein.
      J'ajouterais : Ou des réponses dont on ne veut pas prendre conscience.

      Ciao Projoie et Baci à la patronne.

      Supprimer
    3. Antiblues = Projoie ! Bien vu !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Merci à tous les deux pour vos réponses circonstanciées qui ont le mérite de mettre des points sur vos "i".
      Je me rends mieux compte désormais de ce que vous êtes...

      Supprimer
    5. Si tu me comprends un peu mieux, j'en suis très heureuse. Tu sais combien ton opinion est importante pour moi.
      Nos différences nous enrichissent mutuellement. Je mesure combien j'ai de la chance
      d'avoir des amis de qualité sur ce blog ( et qui me restent fidèles même quand le sujet
      n'est pas très joyeux. (Voire un peu prise de tête))
      Je te remercie car grâce à toi ma journée commence dans la joie.
      Bises souriantes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Je suis comme vous : j'y crois, à la petite graine qui est en chacun de nous, et qui, en germant, peut donner un arbre de paix.
    Bon week end.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Evidemment, dit comme ça, ça peut paraître angélique, et naïf, et pourtant, toutes les belles inventions de ce monde (et il y en a beaucoup) celles qui ont fait du bien et avancer l'humanité, ont été faites par des optimistes qui y croyaient et qui se faisaient traiter de naïfs.
      Alors merci.
      Bon week end
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Chez les indiens Navajo, il est mal considéré d'être riche. On pense que quelqu'un qui est riche ne peut qu'être corrompu, et on le rejette. Il est bon d'avoir "assez" et pas plus.

    Voici ce qui nous fait sortir du chemin. Nous ne savons pas ce qu'est "assez", en tout cas la plupart d'entre nous.

    On nous dit "si vous ne le faites pas pour vous, faites-le pour vos enfants, qu'ils soient à l'abri du besoin". Les enfants servent toujours d'attrape-nigauds: la bonne mère donne des céréales super vitaminées à ses enfants sinon ils seront anémiques. La bonne mère nettoie son comptoir de cuisine avec Lysol sinon ses enfants seront couverts de vers. La bonne mère commence à épargner pour l'université de sa progéniture à 3 mois de grossesse...

    Or, Jésus n'a-t-il pas dit de vivre comme les oiseaux du ciel? Entre imprévoyance et prudence légitime, entre "assez", "plus qu'assez" et "trop c'est trop"... où est la limite que nous trouvons acceptable ... vis à vis des AUTRES?

    Baci sorellita...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le simple message "Aimez-vous les uns les autres " devrait faire réfléchir. Aimer, cela ne veut pas dire tout accepter, évidemment.
      Aimer ne justifie pas tout non plus. Mais faire de son mieux en essayant de rester conscients des enjeux de chacun de nos gestes, oui, voilà un acte d'amour responsable.
      Aimer son enfant ne signifie pas le gaver comme une oie de nourriture et de bien matériel. Mais lui donner les moyens de se sentir heureux de ce qu'il aura, oui, voilà un acte d'amour responsable.
      Tu fais bien de ramener le débat aux actes éducatifs, car c'est là que réside notre seul espoir.
      Baci sorella
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. La limite du juste assez tient en quelques mots:
      savoir vivre entre l'angoisse et l'obsession.

      Je devais avoir 7-8 ans quand un grand oncle m'avait dit: rappelle toi toujours que la seule chose importante et qu'on ne peut pas te voler, c'est ce que tu mets dans ta tête.

      Bises à Edmée et ti bacio Cara

      Supprimer
    3. C'était un sage, ton grand-oncle.
      Cela a bien aidé les poètes emprisonnés, qu'on ne puisse leur prendre ce qu'ils avaient dans la tête...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Merci Célestine. De tout coeur avec toi et avec les victimes et leurs proches. Je crois moi aussi en la petit graine... Gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les jardiniers sont nombreux mais ils oeuvrent en silence.
      Et l'on n'entend dans les médias que le fracas et la fureur.
      La vie doit continuer en accédant à cette conscience et triompher un jour.
      Ou alors, elle s'arrêtera pour tous définitivement.
      Car les conséquences climatiques mettront tout le monde d'accord.
      Il n'y aura pas de demi-mesure.
      Riches ou pauvres on a tous les mêmes poumons et le même sang.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je ne sais plus qui avait dit qu'un arbre qui tombe fait plus de bruit que toute une foret qui pousse.

      Ton commentaire me fait penser au film "Le dernier rivage".
      En deux mots, la 3e guerre est nucléaire et les radiations dans l'air détruisent toute vie sur Terre.
      Ce film est parfaitement transposable dans l'actuelle guerre économique et la fin est tout aussi suicidaire.
      La dernière image du film est une banderole battue par les vents sur laquelle il est écrit:
      "There is still time… brother"
      Pour les non-anglophiles de mon genre:
      "Il est encore temps.....mon frère."
      Ti bacio

      Supprimer
    3. Ce film me fait lui-m^me penser à un billet que j'avais écrit il y a quelques années...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Tu as tout dit Célestine, sur les égoïsmes, sur la haine dans le monde, ces renfermements sur soi, ne jamais considérer l’autre. On voit un monde divisé pratiquement en deux : les puissants et les faibles. Sauf que l’être humain quand il atteint le fond, il est imprévisible. Il n’y a pas de conséquence sans cause ; La France est une puissance mondiale, elle a le droit de véto à l’ONU comme quatre autres puissances, c'est-à-dire qu’elle a un droit qui n’a rien à voir avec l’esprit démocratique ou de justice dans le monde, dont on n’arrête pas de nous jaser à longueur de journée ; la France comme les quatre autres puissances peuvent décider de ce qui arrangent leur influence et leurs intérêts dans le monde. Voyez juste l’éternelle question de la Palestine, du Sahara occidental, qui s’éternise, dont les médias ne cessent d’en parler et qui s’en inquiètent ? Quand on voit que la déstabilisation du monde est venue de ces mêmes puissances à leur tête les USA de Busch et l’Angleterre de Tony Blaire, il ne faut pas s’étonner de ce qui se passe aujourd’hui. Nous savons bien que l’homme à l’état de sous-homme développe un instinct animal, bestial qui ne fait pas la différence entre l’innocent et le coupable. Oui nous voyons les conséquences mais nous ne regardons jamais les causes.
    Et pourtant, pourtant la Céleste, nous ne pouvons décrocher, nous ne pouvons abandonner. Oui, chacun de nous peut dire quelque chose, chacun de nous peut faire un geste, nous ne pouvons abandonner notre destin aux hommes dénués de tout bon sens, dont leurs raisons d’être c’est de remplir les caisses des banques et…de leurs poches.
    Bisous à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Céleste
      Je t'assure que je n'ai pas abusé du pseudo de Bizak pour te dire tout ça....
      @ Bizak
      verra-t-on un jour une vraie différence entre nos façons de penser qui dépasse le simple choix des mots et la manière de dire les mêmes choses....
      Ti bacio Sorellita e anche per te mio amico

      Supprimer
    2. @Blutch: La différence réside dans la limite de ce qui émane de notre conscience et de ce que permettent les mots et leurs nuances.
      Accolade merci pour tes commentaires riches et sans fioriture.

      Supprimer
    3. @Bizak

      Ta voix de sagesse me fait un bien fou.
      Et c'est vrai qu'il n'y a pas de réelle différence entre Blutch et toi, au niveau de la profondeur de la réflexion...
      ¸¸.•*¨*• ☆


      @Blutchy

      Idem ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. C'est vrai qu'entre Blutch et moi, il n'y a pas de différence de pensée...

      Supprimer
    5. Ou entre Bizak et moi..

      Supprimer
    6. Comme moi c'est moi, Blutch c'est donc Bizak selon le syllogisme consacré.

      Supprimer
    7. Arrêtez on dirait les frères Bogdnov !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. Tu admireras j'espère ma retenue à ne pas avoir ajouté:
      "Moi c'est moi et toi....."
      Ce qui serait infiniment dommage s'il me prenait au mot...
      Baci Cara

      Supprimer
    9. Qui te prendrait aux mots Blutch, un des frères Bogdanov ?

      Supprimer
  9. En matière d'armes de destruction massive, je connaissais, la bombe "A", la bombe "H" l'ypérite, les défoliants, les bombes au napalm, mais un camion de 28 tonnes je ne connaissais pas...
    Nice aujourd'hui plus que jamais a méritée son surnom de :"Baie des Anges".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, C'est une arme qui n'a pas été répertorié à ce catalogue des horreurs...
      Pauvre baie des Anges...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Cette petite graine de vie est bien la chose à mon sens la plus importante que l'on puisse semer ! Car on peut refaire le monde cent fois et à la place des dirigeants de tous pays, qui n'en tiendront d'ailleurs aucun compte, il me semble que des jeunes bien aimés et ayant envie de vivre n'iraient pas se faire sauter dans un camion ou autre. Il me semble que l'instinct de survie existe, ces jeunes doivent être bien l'avoir perdu pour de tels gestes, pas que je les plaigne, hein ! Bref je m'éloigne du sujet et oui, je te suis pour semer des petites graines d'humanité. Comme dans un champ en jachère, cela empêchera les mauvaises herbes de toute sorte de proliférer. Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, Monesille,tu ne t'éloignes pas du sujet, tu es en plein dedans.
      les graines d'humanité sont plus que jamais indispensables à la survie de l'espèce...
      Bises ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Chère Céleste,

    moi je préfère aller vers l'angélisme que de me laisser enfermer dans un cycle d'accusations réciproques ; être humain c'est être responsable, disait Saint Ex ; non seulement l'action, mais la réflexion en responsabilité : se sentir partie prenante du devenir humain dans son ensemble.

    Bien sûr que l'on trouvera facilement le moyen d'incriminer tel ou tel groupe influent.
    Bien sûr qu'il est plus naturel de se sentir blessé quand ce sont nos proches qui sont atteints ; j'ai tout de suite envisagé le risque de la prochaine fête du lac dans ma ville natale.....
    Bien sûr , comme le dit Jean-Paul Delevoye, que le chemin de la solidarité commence par un travail local, au niveau de ceux que l'on côtoie .

    Mais l'évolution positive de notre espèce nécessite le respect de tous et de chacun, aussi éloigné de nous que soit l'autre; désormais les situations conflictuelles nous impactent toutes et tous où que nous soyons : les morts de Nice, d'Irak, de Turquie ou d'ailleurs seront toujours des pertes pour l'humanité.

    C'est la conscience universelle qu'il nous faudrait atteindre pour lui faire éprouver un minimum d'empathie pour notre espèce si l'on veut éviter la multplication de ces guerres d'un nouveau genre, dans notre monde en pleine métamorphose.

    L'autre est un autre moi-même voilà ce que jamais nous ne devons oublier.

    Solidaires dans l'empathie et le respect dû à tout être voilà notre chemin

    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Être ancré dans la réalité ne signifie pas accepter tout ce qui se passe, ou se détourner de notre responsabilité personnelle dans la conscience universelle.
      Et prôner l'empathie et le respect est tout aussi efficace que de prôner la hine, et non moins digne de respect.
      Bises solidaires.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Quelle magnifique enfant sur la photo illustre ton billet "empapillonnée"...
    Elle a un si joli minois, et nous on pleure sur la ville de ton enfance, Célestine. Ce drame découvert au petit mât-teint m'a, moi aussi, abasourdie, assommée.... quelle violence !
    Mais qu'y-a-t-il à comprendre ?
    Pourrons-nous un jour dire le pourquoi des choses ?
    Pourquoi le trop et le trop peu, le pas du tout !
    Et pourtant le petit ressort n'est pas cassé. On continue de croire que l'on peut changer la face du monde, par l'action lente et calme pour l'émergence, enfin, d'un vrai Humanisme ! celui qui ne se regarde pas, qui ne s'admire pas, mais se vit, bouleverse l'intérieur..."par l'étrange pouvoir des petits riens"...
    "si le battement d'ailes d'un papillon peut déclencher une tornade, il peut aussi l'empêcher" (Edward Lorenz)

    Allez, Célestine, donnons-nous le courage de continuer le chemin, même si parfois ces petits riens apparaissent comme une goutte d'eau dans la mer.
    Je t'embrasse.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Admirable ce commentaire qui va exactement dans le sens de ma pensée profonde.
      merci Den.

      Je me permets de citer un texte trouvé chez un blogami

      « D’où vient la violence, je veux dire, où prend elle naissance, dans quel cœur dévasté, dans quel champ de ruines affectif ? Ou grandit elle jusqu’à maturité, jusqu’à ce moment où elle se manifeste au monde pour laisser son ineffaçable marque, dans quel désert, dans quelle zone morte ?

      Comment un être humain, jadis un bébé ouvrant ses yeux plissés et présentant sa face ridée au monde, un petit garçon avide de jeux et de camaraderie, un adolescent assoiffé d’exister, comment une personne, à ce seul titre digne de respect, comment cette personne peut elle, un jour, une heure, un soir, une nuit, comment cette personne peut elle en venir à se muer en camion fou, en bombe ambulante, en détonation létale, comment une personne, cette personne, peut elle se trouver à ce point coupée, à ce point anesthésiée, à ce point ivre d’un vin infernal qu’elle en arrive à se précipiter vers une mort sanglante avec l’intention de décimer sur son passage femmes, bébés, enfants, jeunes gens, inconnus qui chacun ont des parents, proches, amoureux, progénitures, qui aujourd’hui vont eux aussi être fauchés par la nouvelle de leur élimination absurde …

      D’où vient la violence, où est elle, ma violence, celle que je porte dans mes soubassements, celle qui peut par un instinct primaire monter dans mes affects et mes pensées quand j’apprends semblable nouvelle au saut du lit ?


      Et mon amour, ou est il lui, mon amour, celui qui m’est inhérent parce que je suis vivant, que je suis venu à la vie ? Ou est il cet amour qui reste et demeurera la réponse essentielle, qui n’exclut aucune des autres (mesures, actions, précautions, réflexions …)

      Il n’est pas dans mes émotions lâchées comme des bêtes , pas dans cette avidité d’images impudiques, de remplissage médiatique, il n’est pas dans cette enfilade de vaines pensées qui s’entrechoquent en pure perte. Il est dans la retenue, l’ouverture au Plus Grand, quelle qu’en soit ma petite conception, il est dans la dignité, il est dans l’obstination à la démocratie, si imparfaite et frustrante, et pourtant seul rempart collectif contre la barbarie , il est dans le soin toujours renouvelé que je vais mettre ce matin à sourire à mes voisins, à ne pas m’impatienter comme un âne parce que je dois faire une demie heure la queue à la poste, il est dans cet apéritif inattendu que m’offre l’antiquaire de la place de Saint Savin chez qui je suis entré jeter un œil, alors que je le rencontre pour la première fois, il est dans la foi sur laquelle je veillerai jalousement au plus précieux de ma personne, il est dans l’écoute que je donnerai tout à l’heure aux uns et aux autre venus me consulter, il est dans mon écriture, si dérisoire et si fière, il est dans la poésie qui ne désarmera jamais, il est dans le lien, les liens, tout ce qui relie à rebours de cette affreuse séparation , de cette épouvantable solitude et de toutes les caricatures de fraternité qu’elle engendre quand celui qui s’est perdu en vient à se chercher dans une internationale de la mort ..

      Je ne veux pas qu’on recouvre d’un drap bleu la tête de l’amour qui serait mort en moi ; je ne veux pas que la foi qui m'habite et m’anime s’éparpille en autant de cadavres qui jonchent un bord de mer ; je ne veux pas que l’humanité reçue en partage et qui ne subsiste que par le partage finisse par être assourdie par le bruit des ambulances convoquées par une violence dont on se demande d'où elle vient et où elle va.



      Bisous Den

      Supprimer
    2. J'ai oublié de citer ma source : Gilles Farcet , quelques pauvres mots devant l'innommable.

      Merci La Licorne de m'avoir fait découvrir ce beau texte.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Merci à toi Célestine, merci à Gilles Farcet qui a su mettre en mots, "quelques pauvres mots debout devant l'innommable"... écrit-il, mais oh ! combien profonds qui expriment mon ressenti...
      Un très beau texte. Une grande émotion à vous lire.
      bisou.
      Den

      Supprimer
    4. Debout devant l'innommable. Voilà l'attitude que j'aimerais garder toute ma vie.
      Mais comme certaines graines sont difficiles à semer ! et ce, malgré toute notre bonne volonté...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. je te suis, Célestine, et Blutchy pose les bonnes questions (la liste peut encore en être complétée, hélas)
    Bonne soirée à tous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est de notre devoir de citoyens de se poser des questions sur notre propre humanité, et également sur la marche du monde.
      Bisous madame
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Quand cela arrive, j'ai toujours un moment de tétanisation. J'avais commencé à entendre les nouvelles, le 14 au soir, je me couchais tard, sans doute. Pour une fois (enfin, le 22 mars aussi), j'ai tout de suite pensé, attentat, alors que les choses semblent plus complexes.

    Je trouve que tout ce que tu dis est très juste - Nice, c'est bizarre, moi, j'ai vu des cases de la BD d'Astérix, "Le Tour de Gaule"... Où ils achètent de la salade niçoise. Par la suite, j'ai entendu parler un expert (je ne sais plus lequel) parlant des poches de djihadisme, il y en aurait même en Bretagne (que les Bretons ne s'affolent pas pour autant). Bref, après tous les commentaires que je puis faire, et qui sont vains, si ce n'est que je n'aime pas tout ce que les vidéos nous montrent (la mort des personnes leur appartient aussi), et qui sont les mêmes que tout le monde, la désolation, je demeure un peu bras ballants, impuissante.

    Je commence à me dire qu'au même titre que les études et des cours de dactylo (dans ma jeunesse), j'aurais dû suivre des cours de secourisme élémentaire. Savoir quoi faire dans un moment pareil...

    Mais en attendant, sur fcbk par exemple, je ne change pas trop mon monde de fonctionnement, si ce n'est que j'essaie toujours de poster des choses positives. Des images positives. Des paroles positives.

    Aussi je trouve ton papillon une très bonne idée.

    Et ton texte - comme d'autres textes lus - parfait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Poster des choses positives, des pensées zen, des sentiments généreux, de bonnes nouvelles. Non ce n'est pas gnangnan, ni bisounours. Voilà qui fait progresser le bien dans sa lutte perpétuelle contre le mal.
      Sourire à son voisin, offrir un peu de son aide à une voisine ou à une amie, prendre des nouvelles de l'un ou de l'autre, offrir de sontemps à une amie, laisser passer une vieille dame, comme un scout qui fait sa BA quotidienne... bref, se comporter en humains responsables, tous, tout le temps. VOilà qui fera évoluer les choses.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Et pour le cerveau droit, s'il est proéminent (voir Monsieur Proey Minans o;) tu peux être contente... Enfin, peu importe qu'il soit plus gros ou non, le tout c'est qu'on s'en serve, c'est la partie du cerveau qui se développe le plus quand on crée o;))) Et comme l'éducation, ça fait partie des choses qui ne peuvent pas nous faire de tort...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis en effet très contente et très fière d'être un cerveau droit prédominant (et non proéminent, lol, j'étais bourrée...)
      ^^

      Supprimer
  16. On est tous tristes aujourd'hui, mais si Nice est une ville chère à ton coeur, tu dois l'être encore plus que nous, Célestine...

    Je ne peux pas dire grand-chose... d'abord parce que, dans un premier temps, les mots me manquent...et puis, parce que, quand ils viennent, il y en a trop...
    Mais j'ai essayé de réagir, à ma façon...ici :
    http://lefildariane1234.blogspot.fr
    par une vidéo...

    Et j'ai repris ton idée de "petite graine"...

    Bisous-papillons...:-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je regarderai la vidéo dès que j'aurai un peu plus de temps.
      Aucun bébé ne naît terroriste le titre me parle.
      Oui le monde peut devenir moins violent, par l'éducation. J'en suis intimement convaincue.

      Merci pour l'échange Gilles Farcet / petites graines


      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. La vidéo est assez longue, mais, tu verras, elle vaut vraiment vraiment la peine d'être vue...je te la conseille, quand tu auras un moment.
      Elle est "en plein" dans le sujet qui nous occupe et répond, en plus, aux interrogations de Gilles Farcet.
      Isabelle Padovani est (entre autres) formatrice en communication non-violente (tu peux, néanmoins, passer par-dessus les deux ou trois premières minutes de présentation, sans grand intérêt)

      Je te souhaite une bonne soirée.

      Supprimer
    3. Je prendrai le temps d'écouter la vidéo.
      Après mon weekend familial...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Le petit ressort n'est pas cassé, Célestine, mais il a été fortement ébranlé. Pourtant la vie est là, demain mes deux petits-fils de Lyon viennent pour passer toute la semaine prochaine à la maison. Mais je pense à tous ces petits anges qui sont partis et qui vont laisser un vide immense dans le coeur de leurs parents, grands-parents... Malgré tout, je veux, tout comme toi, continuer à semer des graines d'amour, même si cela est difficile dans ces circonstances, mais le monde a besoin d'amour, de tellement d'amour...
    Sur mon blog principal, j'ai mis une très belle chanson de Souad Massi : Bladi. La connais-tu ? Elle est vraiment d'actualité.
    Je t'embrasse fort, ma douce.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non cela n'est pas difficile de semer des graines d'amour, ce n'est jamais difficile.
      C'est les recevoir qui est difficile, pour tous ces gens quine connaissent que la violence depuis qu'ils sont nés, violence verbale, violence intellectuelle, morale, physique, sociale.
      Mais si nous n'y croyons plus, alors qui y croira ?
      (PS la chanson est belle, comme la chanteuse)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Heureusement qu'il reste plein de petits ressorts dans le monde. Et que certains prennent le relais quand d'autres sont raplaplas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, heureusement...
      Il y a la relève permanente des bonnes volontés...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Je ne voulais pas commenter, je suis trop en colère, Célestine.
    Et puis, si, je vais te dire une toute partie de ce que je pense...
    Crois-tu que les gens en deuil puissent penser, un jour, désormais, la même chose que toi ? Eux qui ont eu un enfant, un parent, écrasé, ou égorgé ?
    Peut-on leur demander d'être "tolérants" envers ces fous ?
    T'es-tu mise une seule seconde à leur place ?
    As-tu pensé que la vie de ces petits enfants est fichue, je pense particulièrement aux deux petits garçons dont les parents policiers ont été tués.
    Voilà, c'est tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ma Soène, bien sûr que je comprends la colère, le dégoût, la révolte, l'a sidération, tous ces sentiments humains que j'éprouve moi aussi. Me crois-tu insensible ? Moi qui suis hypersensible et empathique ?
      N'ai-je pas écrit que je pleure ?
      Bien sûr que je pourrais (étant de Nice) avoir été là, avoir perdu une enfant, un parent, à ce moment-là et bien sûr que quand on est touché dans sa chair c'est horrible, affreux et innommable. D'ailleurs ce type a eu une punition bien trop douce qui l'a empêché de réfléchir à son acte. (à supposer qu'il avait un cerveau)

      Mais je dis seulement que cette violence-là, il faut essayer de comprendre d'où elle vient. Comprendre ne veut surtout pas dire excuser. Mais juste essayer de voir en quoi notre société est bien malade pour générer de telles actes de barbarie.

      Je ne dis pas d'être tolérants envers ceux qui font le mal, je dis juste de se regarder le nombril pour voir ce qui cloche.

      Là, évidemment, la violence est tangible, manifeste. Mais que dire de la violence sournoise des lobbies qui tuent des millions de gens "au nom du profit et de la rentabilité " ? Les traders, les financiers qui ont rayé d'un trait de plume (enfin, d'un clic) les usines du nord de la france, mettant sur la paille des milliers de familles. Comment vit un enfant dont le père s'est suicidé parce qu'il n'a plus de travail, ou plus les moyens de nourrir sa famille ? Ou simplement parce qu'il était cadre surbooké comme à France télécom ?
      Monsanto et son maïs transgénique, McDonalds et ses élevages intensifs de boeufs, et tous ceux qui détruisent la forêt amazonienne pour mettre du béton à la place, ceux qui font travailler des enfants de 8 ans dans des ateliers clandestins, ceux qui jouent à la guerre pour étendre leurs "empires" en se foutant complètement des populations civiles, et tous ces milliardaires qui garent leurs yachts et étalent leur luxe insolent à côté de la misère la plus noire, cette violence-là est tout aussi affreuse. Et ce n'est pas nouveau. Tu te souviens des images des Biafrais ? Cette violence des hommes contre les hommes a fait et fera encore des millions de morts.
      Je ne suis pas croyante, mais il y a quand même dans le message du Christ un message d'amour et de paix, non ?
      Par contre tendre la joue gauche, ça non, je suis bien d'accord. Faut être bon mais pas con. Faire respecter ses convictions, ses idéaux de manière assertive, oui.
      Mais qu'est-ce qu'il a fait, quand il s'est énervé, le jésus ? Il a chassé les marchands du temple.
      Et ce symbole-là, ma Soène, je le trouve très fort. Quand on remplace le coeur des hommes par des billets de banque, on perd notre humanité. Et tant que le monde sera gouverné par le fric, ce sera hélas comme ça. Alors moi je vais continuer à lire Pierre Rabhi, à ne pas gaspiller l'eau, et à sourire à l'être humain qui me vide ma poubelle tous les matins. Et à aider la vieille dame dans la rue. Et à aider un pote dans le besoin. Et à semer dans le coeur des enfants d'autres graines que celles de la haine, qui pourrissent le coeur. Et à me battre contre l'injustice au quotidien. Et l'indifférence.
      Comme tu t'occupes de tes roses, avec amour : les fleurs , c'est le langage de la beauté, de l'amour, de la vie, de l'espoir.Et un jour, un jour couleur d'orange...on le verra pas, sans doute, mais mais on aura semé de l'espoir pour nos petits enfants et ceux qui viendront après.

      Comme dit Apollinaire Il est grand temps de rallumer les étoiles.



      Bisous bisous, chère Soène
      merci de t'être exprimée, je respecte totalement ton opinion
      belle journée et caresse à Natty

      Supprimer
    2. PS: pour répondre à ta première question:
      <Crois-tu que les gens en deuil puissent penser, un jour, désormais, la même chose que toi ? Eux qui ont eu un enfant, un parent, écrasé, ou égorgé ?
      As-tu entendu parler de Roland Giraud ? L'acteur a perdu sa fille dans des circonstances effroyables et lui et sa femme ont passé leur vie à essayer de comprendre cet acte, afin de ne pas vivre dans la haine. Son histoire est magnifique d'humanité. Et fait réfléchir.
      Bisous

      Supprimer
    3. Bonjour à toi amie Céleste,

      La question de Soène est d'importance, et tes réponses tout autant....

      Comprendre, nous voudrions tous comprendre pourquoi une société, une civilisation fondées sur l'amour du prochain se soucient si peu du sort de l'autre ?
      Comment, ceux qui se vantent d'une croyance parfaite, ont pu au long des siècles massacrer et piller en son nom ?
      Comment les prétendants à une parentalité d'une normalité parfaite ont pu instiller à leurs enfants le poison du dénigrement; ce poison qui s'autorise à déchoir à volonté de la nature humaine tout ce qui n'a pas la même apparence que soi ?

      J'entends toutes les familles de victimes qui se sentiraient incapables d'accomplir leur deuil sans une seule réponse.
      Mais c'est là qu'apparaissent toutes nos contradictions :
      Comprendre implique arrestations et procès ; mais là nous ne sommes prêts vraiment ni à soutenir les ouvriers de la justice , ni leurs outils; et quand sous les verrous ont les doit surveiller , parce qu'heureusement on a aboli la peine de mort, nous souffrons de le voir trop bien traités, alors que nous refusons les dépenses permettant un accueil favorisant l'amendement du coupable reconnu.

      Alors il me semble que le chantier à entreprendre, dans le cadre d'une "formation permanente de l'être et du citoyen" (formation à laquelle nous serions tous parties prenantes : enfants, parents , enseignants, élus locaux et nationaux) ;
      il s'agirait d'apprendre à comprendre ; d'apprendre à comprendre comment en chacune et chacun d'entre nous la violence, la colère et le refus de l'autre peuvent insidieusement prendre naissance et se développer si nous n'y prenons garde ; si nous refusons de comprendre notre propre tendance à la négativité......

      La diminution de la violence concerne en responsabilité chaque être qui se croit humain et fier de l'être

      Voilà mes pensées du matin

      Bises

      Supprimer
    4. Il y a, à la louche, deux milliards de musulmans sur Terre. Combien y a-t-il de terroristes parmi eux?
      50'000, 100'000 ?....un million peut-être, ce qui représenterait 0,05%, soit une part infime des musulmans qui ne justifie en rien un ostracisme généralisé à la le Pen.

      80%, au moins, de la faisabilité de ces actes de terrorisme sont de la responsabilité des occidentaux en général et des Français en particulier.
      A la série de questions que j'ai déjà posé plus haut, je rajouterais:
      - Au nom de quoi la France s'autorise-t-elle à gérer la politique de ses anciennes colonies?
      - Au nom de quel droit continue-t-elle à piller les richesses de ces pays sans payer le juste prix de ce qu'elle prend?
      Vaincre le terrorisme, c'est déjà commencer par éradiquer chez-soi les raisons qu'il peut avoir d'exister.

      Pourquoi les femmes portent-elles de plus en plus le voile?
      Parce qu'il y a des ratonnades contre celles qui ne le font pas et lorsque, par inadvertance, un de ces salauds qui tabassent les femmes non voilées se fait prendre, la justice est d'une clémence inadmissible.
      Pour ceux qui veulent l'instauration de la charia en occident, il y a encore des pays où elle est appliquée et des avions pour les y mener. Bon vent et bon débarras.
      Ciao et baci

      Supprimer
  20. BONJOUR Célestine ,

    Oui tu as raison la France pleure , mais elle en a marre de pleurer , trop c' est trop , il faut vraiment trouver des solutions , mais lesquelles ? Car cela ne sert à rien de se lamenter si on ne trouve pas le moyen d' éradiquer le mal ? .

    Ayons encore confiance malgré tout en espérant que cela ne se renouvelle pas , mais bon il ne faut pas trop rêver non plus et d' autres personnes pleurerons leurs morts , où et quand ? telle est maintenant la question .

    Courage et pas de sinistrose , la vie est là et elle continue quoi qu' il arrive .

    Gros bisous marseillais du dimanche ensoleillé . A bientôt ?
    Renée (mamiekéké).

    http://i.skyrock.net/2930/5692930/pics/2647069048_1.gif

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jolie ta petite fée toute scintillante, Renée !
      Pour ce qui est des solutions, certains en imaginent des radicales, des violentes, mais sont-elles réellement applicables, sans risque de déclencher une guerre civile ?


      En attendant, des solutions, pacifiques et justes, il y en a.
      Ils sont tous là, les politocards, à nous envoyer à tous vents "les valeurs de la République" . Ils s'en gargarisent même à longueur de campagne, de meetings, de discours...

      Mais que serait une République exemplaire ?

      Une république exemplaire commencerait par arrêter tous les passe-droits insupportables, les immunités parlementaires qui permettent à ceux qui font les lois de la détourner à leur profit. Les députés et les ministres rouleraient en train et en métro comme tout le monde. Ils paieraient leurs amendes d'excès de vitesse. Ils n'auraient pas leurs entrées dans tous les spectacles. Ils n’auraient pas tous ces avantages exorbitants qui laissent à ceux qui galèrent un goût amer dans la bouche.

      Une république exemplaire ferait en sorte de fonctionner correctement justement, et donc se doterait d'un nombre important et suffisant de fonctionnaires, policiers, gardiens de prison, juges, mais aussi enseignants, infirmiers, médecins, psychologues, et tous ces précieux rouages de la société ne seraient pas constamment traités de faineants, mais aimés et admirés pour leur courage, leur dévouement…

      Une république exemplaire arrêterait ses compromissions avec la Phynance, ses trafics louches, ses pots de vin, ses paradis fiscaux, ses détournements d'argent, ces plans foireux de soi-disant relance qui ne sont là que pour favoriser le copinage et le népotisme.

      Une république exemplaire arrêterait de supprimer hypocritement et démagogiquement les impôts directs, au profit de taxes indirectes extrêmement injustes.

      Une république exemplaire mettrait le paquet sur la prévention, éradiquerait les ghettos urbains par une vraie politique urbaine de mixité, en supprimant les dérogations aux cartes scolaires, par exemple, en insérant les logements sociaux au milieu des « quartiers chics » , en offrant de vraies structures sportives, musicales, artistiques, à la jeunesse. En rétablissant le lien social.


      Une république exemplaire valoriserait le tissu des associations de bénévoles au lieu de leur supprimer drastiquement les subventions, ou alors, arrêterait de déléguer honteusement son rôle aux dites associations et consacrerait à l’entraide et à la solidarité des budgets substantiels.

      Une république exemplaire vanterait par des campagnes publicitaires percutantes, plutôt que de nous rabâcher ce que nous devons manger ou boire, les véritables bienfaits de la laïcité, ce joyau du vivre en semble que le monde entier soit nous envie, soit regarde incrédule (tant et si bien que le mot n'est traduisible que dans une ou deux langues seulement)

      Une république exemplaire accorderait la proportionnelle afin que les représentants du peuple soient vraiment représentatifs du peuple.

      Bref, je pourrais continuer sur des pages et des pages les solutions pour que chaque citoyen de ce pays ne se sente pas forcément obligé de se replier sur ses identités communautaires. un pays où l'on ne verrait plus que des hommes et des femmes oeuvrant pour le bien commun, sans dictinction de etc etc....

      Une république exemplaire n'aurait pas laissé se vider de leur sens les trois mots qui forment sa devise.

      Alors messieurs et mesdames les candidats aux élections, qui est prêt à relever vraiment le pari de la République ?

      Bisous Chère Renée.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Et une République exemplaire imposerait à tous ses élus de mettre leurs enfants dans les écoles de la République. Même la Sinistre de l'E.N. n'y met pas ses gniards....
      Je ne te dis pas à quel point ils arrêteraient de saborder l'instruction publique...

      Supprimer
    3. Bien sûr ...
      Les "faites ce que je dis mais pas ce que je fais" , les "je suis au-dessus des lois", les "plaît-il maître" n'auraient plus cours... "
      Notre temps de dupe serait révolu
      Personne ne se paierait plus
      Sur la bête
      Plus jamais on n'aurait à courber la tête" (ah on ça c'est du Brassens)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. @Céleste: Un véritable programme de réhabilitation du civisme et du respect de la déontologie des politiques et de la république.

      Supprimer
  21. Lorenzaccio17 juillet, 2016

    Chère délicieuse
    J'ai transmis ces valeurs là à ma progéniture et je vous trouve courageuse et admirable de continuer à être positive. Je mourrai sans doute sans avoir vu fleurir les graines, mais mon âme de jardinier partira en paix d'avoir contribué à leur épanouissement futur.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si c'est être courageuse et admirable le fait de rester positif, alors c'est que le curseur du courage et de l'admiration n'est pas à sa place.
      Je suis juste une petite citoyenne de la terre sans autre prétention que d'observer le monde dans lequel nous vivons et de réfléchir à ce que nous allons transmettre à nos descendants.
      Mais merci quand même car votre commentaire m'y encourage.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Je suis niçois, j'ai lu les commentaires et les analyses, les causes, les remèdes et solutions. J'avais prévu d'y être sur ma prom. Tous les 14 juillet, date anniversaire de la mort de Léo Ferré, la commune de Peille lui rend hommage. Cette année on notait la présence de la veuve de Léo. J'ai donc fait un choix. Je suis rentré trop tard. La dernière tragédie niçoise, avant ce jour maudit a eu lieu le 23 mars 1881, 63 victimes dans l'incendie de l'opéra de Nice. Trois membres de ma famille en font partie. Depuis l'origine des temps, les hommes se sont combattus, pourquoi cela changerait-il aujourd'hui ou demain? Je suis pessimiste, mais il nous faudra vivre avec. Avec le temps va....on aime plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue chez moi cher(e) ami(e) niçois(e).
      A l'occasion de cette terrible tragédie, mon coeur de fille de Niçoise a tremblé et frémi devant cette horreur sans nom.
      Mais la question que je me suis posée c'est pourquoi en est-on arrivés là ?
      Bien sûr que l'on est toujours beaucoup plus touché quand cela se passe sous nos fenêtres.
      mais la même horreur tragique se passe chaque jour dans un coin de notre planète. Y aurait-t-il des êtres humains dont la vie serait plus précieuse que d'autres ?

      En décembre 2012, après le massacre de l'école de Sandy Hook, j'étais restée dans l'émotion brute, et le commentaire de certains de mes lecteurs m'a subitement fait prendre conscience, qu'effectivement, après le nécessaire recueillement et l'expression de l'émotion, il y avait une véritable réflexion philosophique et humanitaire à mener par rapport à ces événements extrêmement douloureux et violents.

      Par exemple:

      "Je ne trouve pas normal d'être plus choqué par la mort de ces enfants américains que celle des enfants du tiers-monde qui meurent de faim parce que des salauds de nantis spéculent sur la bouffe que les pauvres ne peuvent plus se payer.
      On tue de façon plus cynique en retirant la bouffe aux affamés qu'avec un fusil mitrailleur.
      Je compte les morts lorsque je vois que le prix de la tonne de blé monte à la bourse de Paris.
      Je ne veux pas dire que ce n'est pas choquant qu'un fou puisse tuer pareillement, mais les autres façons de tuer le sont tout autant, même (et surtout) si elles sont plus habituelles."
      Blutch

      Ou bien :

      ". Il y a un temps pour l'émotionnel. Le temps de la douleur à exprimer.
      . Il y a un temps pour le silence. Le temps du recueillement en soi-même.
      . Il y a un temps pour la réflexion. Le temps de se laisser interroger par « le mal dans l'Homme et dans L'Humanité »
      . il y a un temps pour l'action. Le temps de l'engagement, si minime soit-il.

      À défaut du respect de ces temps-là… Rien ne changera… tout recommencera… D'autres tueries… D'autres choses comme celles que souligne Blutch ...

      ----------
      J' ajouterai que tout aussi affreux et signe d'une effroyable décadence : la manière dont les télés américaines ont transformé cette tragédie en show télévisuel, avec mise en scène, musique de fond larmoyante, voyeurisme indécent, éditions spéciales annoncées comme des séries bien trash, Et même des publicités ayant déjà intégré l'événement pour plus de profits, Etc.
      signe manifeste de la décadence occidentale.
      AlainX


      Pour ce qui est de l'indécence, certaines TV françaises se sont posées là, ces jours derniers...

      Alors je crois qu'avec le temps, il faudrait aimer PLUS. Aimer davantage
      Je t'accueille très volontiers chez moi, Begui.
      Reviens quand tu voudras.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Céleste, je ne veux et ne peux rajouter de mots. Mon cœur saigne pour tous ceux qui sont dans la peine. Que mon silence les accompagne et si demain, c'est ma famille qui est touchée, qu'on fasse de même pour moi car les mots, les phrases ne sont que des effets de manches .

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Si je m'écoutais, moi, l'hyperesthésique ultra connectée, mon coeur saignerait jour et nuit pour toutes les misères endurées par ceux qui sont dans la peine, partout et depuis toujours.
      Bien sûr,Chinou. Mon but n'était pas de minimiser ce qui s'est passé à Nice. Ou à Orlando, ou à Bruxelles ou...etc
      C'est horrible et il est bien évident que si j'avais perdu un enfant ou un parent dans ce drame absolu, j'aurais certainement hurlé de douleur et voulu arracher les yeux à "ceux qui ont fait ça"
      Disons que j'ai peut-être écrit trop vite sur ce qui nous attend après l'émotion, quand il faut prendre la mesure de ce que nous devons laisser à nos descendants.
      Les effets de manche, laissons ça aux professionnels des belles paroles toutes faites et des promesses non tenues.
      Ici, il n'est question que de confronter humblement nos points de vue dans le respect et la dignité, afin que de répandre cette lumière, cet amour et ces petites graines dont le monde manque si cruellement.
      Bisous ma Chinou
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. LE CREDO DE L'OPTIMISME.

    « Je suis optimiste parce que je trouve le monde féroce, injuste, indifférent.
    Je suis optimiste parce que j'estime la vie trop courte, limitée, douloureuse.
    Je suis optimiste parce que j'ai accompli le deuil de la connaissance et que je sais désormais que je ne saurai jamais.
    Je suis optimiste parce que je remarque que tout équilibre est fragile, provisoire.
    Je suis optimiste parce que je ne crois pas au progrès, plus exactement, je ne crois pas qu'il y ait un progrès automatique, nécessaire, inéluctable,un progrès sans moi, sans nous, sans notre
    volonté et notre sueur.
    Je suis optimiste parce que je crains que le pire n'arrive et que je ferai tout pour l'éviter.
    Je suis optimiste parce que c'est la seule proposition intelligente que l'absurde m'inspire.
    Je suis optimiste parce que c'est l’unique action cohérente que le désespoir me souffle.
    Oui, je suis optimiste parce que c'est un pari avantageux : si le destin me prouve que j'ai eu raison d'avoir confiance, j'aurai gagné ; et si le destin révèle mon erreur, je n'aurai rien perdu mais j'aurai eu une meilleure vie, plus utile, plus généreuse. »

    Eric-Emmanuel SCHMITT

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a rien à rajouter à ce texte qui représente pour moi exactement ce vers quoi j'essaie de tendre: un optimisme lucide, dépourvu de ce désespoir qui englue et fige dans l'immobilisme.
      Je trouve qu'il te correspond aussi très bien, Pierre.
      Alors merci pour cette citation, qui me récompense de toutes les crampes que j'ai prises ce soir à essayer de répondre à chacun.

      Bises optimistes et résolument positives
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Dans la foule de commentaires, d'analyses qui pleuvent après chaque attaque , ton billet est le plus juste, le plus intelligent, le plus visionnaire, le plus sincère. Si un seul de nos dirigeants pouvait exprimer une analyse aussi percutante, aussi visionnaire , je me sentirais un peu mieux ( je crois).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'essaie de concilier les milliers de pensées qui m'agitent et les soubresauts de mon coeur.
      Et sans doute est-ce la façon de faire qui correspond le plus à mon tempérament.
      Merci pour tes paroles qui me touchent véritablement beaucoup, moi qui suis dans le doute en permanence. Se pourrait-il que mes idées fassent mouche, dans quelques coeurs, comme la germination infime d'une de mes petites graines...
      Bisous miss !
      Raconte à ton koala que c'est en aimant beaucoup la vie et ses semblables que le monde lui paraîtra vivable. Et surtout pas en répondant à la violence par la violence.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Nous ne maîtrisons pas l'horreur, elle nous dépasse et nous surprendra toujours. Par contre, nous avons le pouvoir d'agir en donnant le meilleur de nous-même, oui simplement en faisant ce que nous savons faire de mieux... Même avec l'énergie du désespoir ! Et si nous donnons en partage, ne serait-ce qu'une petite goutte de ce mélange délicat de bon, de beau, de bien et de juste, alors il se pourrait que la paix soit plus intense et plus durable. Oui, l'effet papillon... Etre créatif, c'est éviter de se noyer dans la haine exacerbée par l'impuissance. Nous n'empêcherons pas la colère des uns, la tristesse des autres, le désespoir de tous. Mais nous avons le pouvoir d'agir sur nous-même en surfant sur la vague de nos émotions.
    Croire en soi pour croire en la vie, malgré le pire et pour le meilleur.
    Je t'embrasse de tout coeur Célestine et, comme toi, je choisis de soutenir mon pouvoir d'être joyeuse, au plus fort de l'adversité. Par amour pour le vivant, encore et toujours. A tout bientôt.

    PS : Je suis reviendue !... Mon ressort a repris du poil de la bête... La brave bête, hein, pas l'autre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tellement contente de te revoir, étoile filante !
      Et de te revoir pleine de cette belle énergie qui fait que nous croyons plus que jamais à la force de l'amour contre celles du mal.
      Oui je sais, lu comme ça, ça fait un peu épisode de star wars, mais on s'en fout.
      Bisous et champagne pour ton retour !
      je n'ai jamais douté que tu reviendrais...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Tenir la société en état de réaction épidermique permet à tout pouvoir de dresser le paravent qui cache l'inaction en faisant semblant de tout faire pour empêcher que ça se reproduise. Nous vivons dans un monde virtuel à tous les niveaux. Faire du vent sert aussi bien les meneurs que les victimes. Le faux-sentiment a remplacé depuis longtemps la réaction réelle de compassion silencieuse qui va relever naturellement ses manches. Que sont devenues les manifestations contre la peine de mort, la guerre au Viet-Nam...Je ne pense pas que des "je suis Charlie" aient servis démontrer autre chose qu'une pitoyable escroquerie. Le mal est bien en place, structuré et favorisé par un concours total de nos directives. Il s'agit et là personne en parle d'une conquête mondiale de l'Islam qui veut étendre sa religion à l'ensemble de la planète. Nous en même temps qu'on dit entrer en guerre on accueille l'immigration et on construit des mosquées...Sidérant. Mais ô combien juteux pour des prédicateurs de la paix qui sont au rang des premiers fabricants d'armes...
    A quand la première manif pour demander au pouvoir d'arrêter son cinéma ?
    N-L

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr que la peur est un excellent moyen de coercition.
      la peur résulte de l'ignorance.
      Et l'ignorance résulte d'une mise en berne des valeurs humanistes et émancipatrices de l'éducation.
      C'est pourquoi il n' aura pas de changement réel sans éducation différente.
      Mais refonder l'éducation implique de renoncer au pouvoir
      Et ça les grands de ce monde n'y sont évidemment pas prêts.
      merci Alain pour ton commentaire pertinent
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Il y a longtemps, les Grecs s'y étaient collés, Mais un tort héros, home de confiance entra dans la reine comme un jeu olympique où on se dope pour gagner...
      Moralité, si nous sommes en mesure de faire, nous n'avons aucun des ingrédients pour y accéder. L'Homme sera toujours un animal que l'évolution ne sortira jamais de son besoin viscéral d'être domestiqué. On ne peut refaire un monde que, peut-être, pourquoi pas, des dieux ont raté.
      En revanche je suis convaincu que nous avons le pouvoir de nôtre absolu. J'en parle sans rien avoir à vendre, tout à donner.
      Je t'embrasse Célestine.

      Supprimer
  28. Sur le fond tu as raison et je dirais que l'utopie fait heureusement partie de la vie. Mais mon optimisme naturel me pousse à dire que pour moi, on a franchis le point de non retour...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu te vois dire ça à tes enfants ?
      Ce n'est juste pas possible de mettre au monde des enfants en leur disant, on a atteint le point de non-retour, démerdez-vous !
      Et quand on voit combien mettre un enfant ou plusieurs au monde est primordial pour un couple, je me dis que c'est parce que l'espoir de l'humanité réside en eux. C'est eux, le terreau le meilleur pour y semer les graines de la paix.
      Bisous et belle journée Mindounet. Hurry up ! ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. Oui, laissons couler nos larmes, prenons notre part et semons des graines de paix, comme Le colibri

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait ! Même si on nous dit que c'est ridicule et naïf.
      Ce n'est pas plus ridicule que d'armer tout le monde et de construire des murs hérissés de piquants...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. je suis comme Soène; je tourne autour de ce billet depuis 2 jours, énervée,
    je n'ai plus envie de faire d'effort de compréhension Célestine, c'est beaucoup trop facile de chercher des explications qui vont justifier leurs actes car , au final, c'est nous qui cherchons du sens à tout cela et finissons en plus, par culpabiliser, qu'ils fichent leur nez dans leurs problèmes eux aussi au lieu de rendre les autres responsables!
    il va falloir accepter un moment de voir leur haine, telle qu'elle est, brute, sale et mesquine.
    bonne journée,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est certainement pas à chaud que l'on dit des choses raisonnables ou que l'on trouve des solutions. Perso, ce sont les réactions épidermiques qui m'énervent, parce que l'évènement se passe près de nous, parce qu'on a l'impression que le coupable est évident ou qu'on a la sensation de faire partie des "gentils"... Il faut une dose d'autisme carabinée pour ne pas prendre un peu de hauteur et reconnaitre la responsabilité des occidentaux derrière tout le malheur du monde. Les victimes de Nice sont innocentes, certes, mais, membres d'un pays riche et vendeur d'armes, moins que la famille hindoue qui meurt de faim, moins que le gosse africain qui mourra par manque de soins médicaux ou du bon médicament, moins que les habitants d'un pays VRAIMENT en guerre qui doivent vivre sous les bombes quotidiennes (fournies par les fleurons de notre économie nationale, EADS, MBDA, THALES, SAGEM...). Les occidentaux fomentent les guerres pour écouler leur production mais se débrouillent pour que le théâtre des hostilités ne soit pas sur leur sol.
      Alors non, personne ici n'excuse la folie meurtrière et haineuse mais certains ne la confondent pas avec le cynisme sadique et égoïste de financiers en pleine possession de leurs moyens intellectuels.

      Supprimer
    2. J'ajoute que la France fait partie des pays prédateurs dans le monde. Certes, les Français n'ont que la responsabilité d'avoir élu des salopards à la tête du pays, mais c'en est déjà une bien plus grande que celle des habitants du Mali, de Ouagadougou, de Tunisie, d'Irak et d'ailleurs qui subissent des attentats encore beaucoup plus meurtriers. Leurs morts ne sont pas moins dommages que les nôtres.
      Ce qui n'est en rien une quelconque excuse à la lâcheté de nos gouvernements successifs de ne pas réagir aux provocations islamistes. J'ai la triste impression que toute la haine que le peuple développe contre les musulmans arrange bien les politocards.
      Imagine une seconde si le peuple savait qui il doit réellement haïr, de qui il doit se débarrasser, imagine le carnage dans la classe politique française et dans le CACA-rente...
      En spéculant sur les denrées alimentaires, la bourse de Paris est infiniment plus meurtrière que ces fous de Dieu, mais ça ne dérange pas grand monde....

      Mes colères vont aux sources du mal, pas contre les symptômes.
      Tous les terroristes ayant sévi en France se sont radicalisés en France et en Belgique. Or même sans l'état d'urgence destiné à faire taire la contestation dans le pays, la police a tous les moyens nécessaires pour éradiquer la mouvance islamiste. La Justice a tout ce qu'il faut dans ses tiroirs pour neutraliser, puis expulser ceux qui attentent à la sureté intérieure du pays, et les peines encourues sont très lourdes, encore faudrait-il les appliquer.
      Sarkozy a délibérément abandonné la police de proximité, laissant les banlieues dans des zones de non-droit. Il est vrai qu'on ne peut pas mettre un flic tous les 4 mètres à Neuilly sans désertifier le reste du pays.....

      Pourquoi y a-t-il des syndicalistes, des écolos, des anti-nucléaires dans le célèbre fichier "S", censé répertorier les terroristes ?...
      Voilà, chère Sylvie, quelles sont mes colères, mais ce sont des colères froides, permanentes et mûrement réfléchies.
      Mais je comprends tes réactions à chaud, elle sont normales pour qui n'a pas un sens aigu de la géopolitique et de la duplicité des politocards.
      En relecture, je vois que mon tempérament rital est bien présent. Je ne voudrais pas que tu puisses le prendre pour des attaques personnelles. Ce sont bien avec les politichiens que je suis fâché...:-)
      Bises

      Supprimer
    3. Très percutant et juste ton commentaire Saoul-Fifre qui rejoint en particulier ceux développés par Blutch et Célestine. Oui, connaître la genèse du mal et non se morfondre à chercher à ne voir que les conséquences. Tel Ponce Pilat, Les puissants se lavent les mains.

      Supprimer
    4. je viens de lire Blutch qui en ajoute une louche pesante! Accolade à vous deux

      Supprimer
    5. @Saoul Fifre, Blutchiamo, Bizak

      Merci de rappeler avec sagacité les tenants et les aboutissants qui me manquent.
      C'est vrai, je n'excuse aucune folie meurtrière. Ni celle des djihadistes, ni celle des spéculateurs en bourse... je n'ai que mes mots et mon regard à offrir.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. @ ma chère Sylvie

    Le fait même que tu"tournes autour de ce billet depuis deux jours " est positif pour moi. Cela signifie que tu t'es accordé un délai de réflexion, parce que j'ose penser que ce que je dis t'interpelle un peu.
    Je ne suis pas dans la culpabilité. je ne me sens pas coupable des exactions de nos ancêtres.
    Mais je suis dans la responsabilité. Je pense réellement que chaque être humain sur cette terre a une responsabilité (c'est le principe du colibri de Pierre Rabhi) Certains, appelons-les les "puissants" ont plus de responsabilités que d'autre.
    Je ne cherche pas à te convaincre de quoi que ce soit, mais simplement je voudrais te dire que non, ce n'est pas facile du tout. C'est très difficile d'avoir une position d'analyse, de réflexion, plutôt que de tomber dans l'épiderme hérissé et la violence.
    Le pire avatar de la décadence de notre monde occidental archi responsable, c'est Trump. Voilà une caricature de tout ce que l'humanité peut produire de vil, d'immonde quand elle perd ses ancrages à la terre et au cosmos. Quand elle oublie simplement que les hommes sont tous frères.
    Non, c'est difficile d'être soeur Emmanuelle, ou Nelson Mandela. C'est beaucoup plus facile de désigner des coupables et de lancer la machine de guerre, en surfant sur le cerveau reptilien des gens.
    Parce qu'au final, on va faire quoi ? un nouvel Hiroshima ? On va les exterminer tous jusqu'au dernier ? ce serait comme balancer une bombe sur un stade de 80.000 personnes pour éradiquer une poignée de hooligans. Un crime aussi odieux que ceux que l'on déplore.



    Voilà, je te remercie Sylvie, d'exprimer ta colère. J'admire ton courage et je comprends ta réaction.
    mais peut-être que ce débat aura semé dans ta tête la petite graine, l'infime possibilité que rien n'est inéluctable, que nous avons tous un nouvel humanisme à trouver au fond de nous.

    Bisous plus que jamais célestes
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tu l'écris toi même nous sommes tous responsables
      Eux aussi ce ne sont pas des victimes du système
      C'était le sens de mon commentaire
      Bises

      Supprimer
    2. Mais bien évidemment, Sylvie. C'est pourquoi j'ai dit que les choses étaient complexes.
      Le système capitaliste rend les gens qui le révèrent cupides, hargneux et inconscients.
      Ceux qui fomentent ces attaques rêvent aussi de domination du monde, d'argent et de puissance. Les occidentaux prennent comme prétexte le "Progrès", les islamistes "le Coran"
      Au final, pour sortir de cet engrenage infernal, ne doit on pas se poser des questions sur ce système ? Le problème est que si on est manipulés, on n'a plus les moyens de se poser aucune question. Ici comme ailleurs.
      Bisous et sois tranquille. Je te comprends.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Pierre RABHI me dit ce matin, quand au hasard son livre je saisis :
    "Le pouvoir implique une déontologie profonde, si l'on veut échapper à la banalité de la volonté de puissance.
    Mais il y a ceux qui servent les valeurs, et ceux qui s'en servent.

    Ni la nature, ni les extraterrestres ne sont responsables de l'ordre ou du désordre que nous avons instauré.

    Cessons d'incriminer le système comme s'il était indépendant de nous et que nous en étions les impuissantes victimes.
    Ce système, c'est nous qui l'alimentons tous les jours.

    Notre malheureuse société n'est pas une fatalité, mais l'image pétrifiée de notre conscience."

    (moi je complèterais en ajoutant, l'image de notre conscience pétrifiée , à chacun d'entre nous de lui redonner vie)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, Pierre, c'est exactement ça.
      «l'image pétrifiée de notre conscience» , notre perte d'ancrage dans l'ordre des choses. Notre vanité.
      Merci pour la citation.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. Je pense aussi qu'il est largement temps de vivre en paix. De combattre l'obscurantisme par le bien et l'éducation. Il est temps que nos dirigeants combattent le terrorisme autrement qu'avec du terrorisme, des canons et des raphales. Il est temps d'arrêter de vendre des armes et de déplorer qu'on s'en serve.Il est temps que chacun fasse la paix, écoute son voisin, écoute la révolte et les causes de la révoltes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te remercie aussi, Brizou, d'exprimer ta position pacifique.
      Rien n'est facile, tout est complexe mais une seule chose doit rester un phare. L'amour.
      Et ça commence effectivement par notre ouverture de coeur.
      Bizou Brizou
      ¸¸.•*¨*• ☆
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. Oui, oui, oui...ce mec est un cinglé et un violent...oui, la société ne nous aide pas...oui, les politiciens ont leur part de responsabilité...oui, la France vend des armes à qui mieux mieux...un peu partout...tout ça est archi-vrai...
    Mais quand on a dit ça, on n'a pas avancé...
    C'est toujours les autres, les autres, les autres...

    Je te suis, Célestine, quand tu dis "Il n'y a pas les bons et en face, les méchants..."
    Rien ne changera , je crois - et même j'en suis sûre, avec l'âge qui vient tout doucement effriter les plus belles certitudes sur moi-même - rien ne changera donc, tant que nous ne regarderons pas le fond du fond de notre coeur (là où c'est pas toujours joli, joli...là, où tout n'est pas réglé...là où nous avons AUSSI des blessures, de la révolte et...de la violence...)

    Il n'y a que là qu'on peut vraiment agir, que là qu'on peut faire avancer les choses...
    Il n'y a que soi-même qu'on peut changer...

    https://youtu.be/wYY9Oio6_yA?t=5m10s

    Allez...je vous souhaite à tous une soirée très pacifique...ce sera toujours ça de pris.... :-)
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime la façon dont cette femme s'exprime.
      Je remets un lien cliquable vers la vidéo ICI .
      J'aime ce qu'elle dit de façon claire, car j'ai l'impression qu'elle résume bien ce que je veux dire.
      Accueillir le choc, la colère, la douleur, la souffrance, être dans l'empathie, c'est notre premier devoir.Notre premier élan d'être humain.
      Pleurer pour tous les gens qui ont mal. Mais ensuite, pleurer aussi sur le monde qui ne fonctionne pas correctement, et pleurer sur ces enfants qui sont devenus des terroristes parce que ceux qui pose des actes violents ont perdu leur reliance au "tronc commun de l'humanité". Et trouver des stratégies pour que chaque être humain puisse avoir ses besoins nourris sans être obligé de passer par la violence.
      A écouter, juste comme une graine à semer dans notre conscience.
      Aucun bébé ne naît terroriste.
      Merci pour ce partage, la Licorne.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je m'associe à toi, Célestine, pour remercie la Licorne, qui exprime parfaitement ce que je ne sais comment formuler. Et la vidéo va exactement dans le même sens…

      Ce n'est pas facile de prôner cette ouverture, et de s'interroger sur notre part de responsabilité au moment même où tant de personnes voient leur esprit embrouillé par la colère et l'indignation. Mais, comme le dit la Licorne, ce n'est pas en accusant toujours "les autres" que l'on prendra conscience de notre contribution au monde tel qu'il est.

      Merci d'aborder ces sujets complexes :)

      Supprimer
    3. Que peut faire un petit colibri dans ce gigantesque imbroglio qu'est la violence des uns contre celle des autres ?
      Déjà ne pas se taire.
      Einstein avait dit : Le Monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.

      L'élection d'un député dépend parfois de quelques voix. Ils sont donc très sensible à leur électorat.
      Pour le 49.3 sur la loi Khonnerie, j'avais écrit à ma députée pour lui dire combien l'idéal de Jaurès est bafoué par le libéralisme économique et l'autoritarisme de ce gouvernement. Je ne sais pas si je l'ai convaincue ou seulement confortée dans son choix, mais elle a signé la motion de censure. Il ne manquait que deux voix pour qu'elle doive être votée, dommage.
      On peut aussi écrire à Hollande... Lors de l'affaire Coupat, Sarkozy avait été envahi de courriers lui réclamant la libération de Coupat, une semaine après, il était libre.
      On peut écrire au PS pour lui dire que si Hollande est candidat on ne votera plus pour eux et que si la peste brune l'emporte, ils en auront l'entière responsabilité.
      Oui, on peut user de notre droit de vote en anticipation.

      Sais-tu pourquoi Hollande a un coiffeur privé?
      Parce que pour se coiffer soi-même il faut se regarder dans une glace...

      Ti bacio Cara mia

      Supprimer
    4. Merci mes amis.
      Je clos le débat aujourd'hui sur des pensées positives, et je vous en remercie.
      Il y a vraiment du boulot mais ce boulot est passionnant.
      Belle journée à tous.

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. Bonsoir à tous ; avec cette conférence je ne pensais pas recevoir autant.....
      Bonsoir Céleste

      Supprimer
  35. Dans son documentaire “Entre toi et moi, l’empathie”, diffusé sur France 5, Valeria Lumbroso observe cette aptitude à se mettre à la place de l'autre, dès les premières années de la vie. Pour cette spécialiste de la petite enfance, l’époque exige de penser l'empathie à l’échelle mondiale.
    « Un funambule marche sur un fil, on est suspendu à chacun de ses gestes, éprouvant en miroir les mêmes émotions », dit Valeria Lumbroso en ouverture de son dernier documentaire, Entre toi et moi, l’empathie. Après un précédent film, Les Premiers Pas vers l’autre, en 2011, la réalisatrice, par ailleurs formatrice, a voulu explorer les ressorts propres à l’empathie, cette capacité d'éprouver ce que l’autre ressent tout en restant soi-même. Non pas en déroulant l’histoire d’un concept inventé en philosophie, passé à l’esthétique, à la psychologie, aux neurosciences et enfin à la biologie, mais en croisant les disciplines pour mieux comprendre ce qui se joue dès la petite enfance.

    A l’heure où des intellectuels comme le neuropsychiatre et psychanalyste Boris Cyrulnik alertent sur un phénomène global de dégradation de l'empathie, Valeria Lumbroso se demande comment renforcer ce « fil qui nous relie au sein d’une même humanité »pour trouver des solutions collectives aux défis du XXIe siècle.
    Quel a été le sens de votre démarche pour ce film ?
    J’ai fait plusieurs films sur l’enfance, en particulier Les Premiers Pas vers l’autre, où j’avais observé pendant un an les comportements sociaux des enfants à la maternelle avec la chercheuse en psychologie du développement Marie-Hélène Plumet. On avait pu vérifier qu’il y a bien une phase charnière, vers 4 ans et demi, lorsque l’enfant prend conscience de son propre point de vue et de celui de l’autre. A partir de là, il est capable d’empathie cognitive, capable de se mettre à la place de l’autre, d’imaginer quelles peuvent être ses connaissances, ses intentions ou ses désirs. Cela lui permet de collaborer avec l’autre ou bien de le manipuler. Après ce film, j’ai voulu voir comment l’empathie émerge dès la naissance et progresse au fil de l’éducation et du développement du cerveau, et tenter de situer la frontière entre l’homme et l’animal.

    “En élevant des enfants différents ensemble, on les habitue à faire partie d’une même humanité.”
    En élevant des enfants différents ensemble – dans le respect des similitudes et des différences culturelles –, on les habitue à faire partie d’une même humanité. A la fin du film, j’ai voulu donner une image d’espoir en filmant les visages de collégiens parisiens d’origines très diverses. Ils m’ont dit que le fait d’avoir grandi ensemble entre musulmans, juifs, chrétiens, personnes d’origine africaine ou asiatique leur a rendu insupportable le moindre acte ou propos raciste.
    Par ailleurs, le professeur de psychopathologie du développement Simon Baron-Cohen a montré que les femmes ont globalement plus d’empathie que les hommes. En développant l’éducation des filles, on pourrait donc créer plus d’empathie à l’échelle de la planète. La plupart des scientifiques interrogés dans le film pensent même que travailler collectivement et individuellement à développer l’empathie pourrait être un bon antidote à la violence.

    La vidéo ICI
    Bises

    RépondreSupprimer
  36. Merci Petrus...ça m'intéresse !

    RépondreSupprimer
  37. Je t'embrasse fort, chère fée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, je t'embrasse, ma luciole.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  38. Petite visite apaisante sur le blog de Celestine. Et si c'était l'été ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sans doute l'été, en effet...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  39. Même si nous sommes dans une "sorte de guerre" permanente depuis 2015, profitons de tous ces petits moments de bonheur que nous offre malgré tout la Vie... Je te souhaite un bel été Célestine. Gros bisous de Belgique et à bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, des moments de bonheur comme seule la vie simple et naturelle peut nous en offrir...
      merci petit Belge
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  40. Chère Célestine,
    Je te remercie infiniment pour cet article et ces mots.
    J'ai pris le temps de lire tous les commentaires qui ont suivi. Je comprends les différentes réactions, la colère, les analyses sociologiques ou politiques, la douleur, mais c'est de ta vision et de ton état d'esprit dont je me sens la plus proche.
    Je fais aussi partie des personnes taxées d'angélisme parce que je refuse la haine. J'ai en moi, comme tous les humains je pense, des sentiments d'amour et de la violence. Mais c'est les premiers que je m'efforce de nourrir au détriment de l'autre.
    " c'est difficile d'être soeur Emmanuelle, ou Nelson Mandela. C'est beaucoup plus facile de désigner des coupables et de lancer la machine de guerre, en surfant sur le cerveau reptilien des gens"
    C'est exactement ce que je pense.
    Il y a du travail pour faire entendre les voix pacifistes et humanistes.
    Comme dit plus haut, aucun bébé ne naît terroriste.
    Et là aussi il y a le long et beau travail de l'éducation pour qu'ils puissent faire un autre choix que celui de la haine et de la violence.
    Chacun de nous peut y prendre part et apporter sa petite pierre à l'édifice.
    Avec toutes mes amitiés,
    Loulou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sois la bienvenue Loulou, sur ce totem que j'entretiens fidèlement avec les petits cailloux que chacun apporte à mon édifice.
      je suis heureuse ce soir. mas petites graines fragiles donnent des pouces, tendres et frêles, mais ce sont des promesses de floraison.
      Je t'accueille avec joie dans mon espace. Reviens quand tu veux.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  41. C'est vraiment bizarre. Tu as écrit exactement ce que je sens alors que tu n'es pas moi et que je ne suis pas toi. Si ceux qui te connaissent te taxent parfois d'angélisme, cela ne risque pas de m'arriver, je suis une râleuse. Qui dit tout haut que cette société a de mauvais côtés, parfois si insupportables, qu'il me semble que le ressort est cassé. Mais je me lève chaque matin et à te lire, et réfléchir, à lire les commentaires, je crois que fondamentalement même si je n'en ai pas toujours conscience et loin de là, je dois être une optimiste qui parfois s'ignore, mais me pousse chaque fois que l'horreur montre son sale museau à me sentir plus "passeuse de vie". Voir l'horreur, les atrocités que le monde subit, se demander ce qu'on fait aux gens pour qu'ils perdent leur humanité ou ne la trouvent jamais, le dire, refuser d'entendre que cela ne sert à rien et continuer à voir ce qui va bien, les gens heureux, les jours heureux, saisir à pleines mains et plein esprit les beaux moments, le ressort plus remonté que jamais.
    Merci Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi, Florence, pour ce beau texte qui prouve que chacun de nous, même râleur, même aigri, peut se mettre à réfléchir au sens du monde et à changer progressivement en apaisant son coeur.
      Tu vois cet après midi, on m'a volé mon portable, à l'arraché, sur une terrasse de restaurant.
      Un bel Iphone tout neuf que m'avaient offert mes enfants.
      Je suis naïve, je ne vois pas le mal, c'est bien fait pour moi ! Voilà ce que j'ai entendu, et pourtant, je continuerai à être naïve. Je refuse de me barricader dans une méfiance frileuse et grognonne, et de voir en l'autre l'ennemi, le cambrioleur, l'agresseur.
      Je sais, ça va paraître idiot. Mais le jeune malotru qui m'a piqué mon téléphone, que doit-on en faire si on l'attrape ? J'étais déçue, ennuyée,contrariée, en colère contre moi-même d'avoir été inattentive, mais je refuse d'avoir de la haine dans mon coeur. Je crois que ça fait trop mal.

      Bisous

      Supprimer
    2. Il ne faut pas laisser les indélicats nous abimer...La confiance est un bien précieux, il faut la garder la plus intacte possible.
      Une histoire de téléphone ? Ma fille s'était fait voler le sien. Deux ans après la gendarmerie nous a contacté pour nous le restituer ! Bon week-end. Bises

      Supprimer
  42. Une fois la nausée maîtrisée, il n'y a place que pour le silence!
    Comment penser dans ce vacarme que nous servent médias et élus? Ces derniers n'ont-ils pas pour mission de prendre de la hauteur, de la distance et de proposer une vraie pensée politique? Les questions doivent être posées(celles de Blutch, les tiennes céleste Célestine) et les réponses trouvées. Il semblerait qu'à chaque drame, on reparte à zéro, comme si philosophes, psychiatres, psychanalystes, économistes ne s'étaient pas déjà exprimés sur cette terrible problématique, proposant de vraies pistes de réflexion. (dernièrement, l'article de R.Gori dans Politis :
    http://www.politis.fr/articles/2016/07/daesh-nous-empeche-de-voir-que-la-question-majeure-est-politique-35183/)
    A tout cela, j'ajouterais quelques questions concernant la gestion de la maladie mentale en France qui rend les passages à l'acte possibles et une sérieuse réflexion sur le système éducatif (privé de ses structures d'aide et de soutien aux élèves en grande difficulté, la plupart du temps affective ou sociale) qui cherche un appui auprès de CMP surchargés (8 mois d'attente au minimum dans les grandes villes = une année scolaire perdue à un âge où tout est encore possible).
    Silence donc, dit la bavarde! Mais Nice, c'est aussi mon pays, celui de mon adolescence et de mes rêves d'un monde meilleur, alors...

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.