mardi 3 février 2015

La promesse de l'aube

Pour  mes chers lecteurs, Soène, Adrienne, Asphodèle, Lorenzaccio, Emilie et tous ceux qui n'ont pas osé le demander, j'ai imaginé une suite à mon billet "Là-haut". Histoire de réchauffer un peu l'air frais des cimes...




***


photo du net







Elle frissonne. Mais ce n’est pas de froid qu’elle tremble. Elle le sait. Elle le sent. Ni même de la splendeur des étoiles sur ce ciel mauve inouï au-dessus des crêtes, non…
C’est de lui. Lui qui l’appelle, à l’intérieur. Elle jette un dernier regard sur le panorama offert à son regard ému. Puis pénètre dans le chalet.
Dans la pénombre, l’homme a une présence rassurante. Une force calme. Il met du bois dans le poêle avec des gestes précis. La plénitude a envahi leurs bras, leurs jambes lasses et leurs cœurs à l’unisson. Alors, soudain, elle sait. Et elle sent monter en elle un chant étonnant et sauvage.
Elle sait déjà le repas : il sera simple, mais copieux. Elle sait les impressions qu'ils auront échangées, les fou-rires subtils, le vin qui montera à la tête. Ses yeux à elle, de lune d’opale, plongés dans ses yeux à lui, de braise sombre.
Quand, palpitante,  elle s'allongera un peu brisée par la longue marche, elle sait qu’il viendra près d’elle. Elle ne sentira pas le bois dur de la couchette sommaire. Au contraire elle se croira dans le lit d'une reine. Elle sentira son parfum de coriandre et de menthe souffler dans son cou les langueurs de la nuit. Son corps nacré rendra ses mains avides. Avec des élégances de dentellière, elle lui ôtera un à un ses vêtements. Il fera de même avec délicatesse, serrant dans ses bras les tremblements  de son buste palpitant.
 De ses ongles arrondis elle suivra sur le corps de l’homme le trajet imaginaire d’une goutte d’eau qui serait partie de son cou pour descendre jusqu’à son nombril. En suivant la loi de la pesanteur qui entraîne chaque chose dans un mouvement vertical.
Mais la goutte d’eau continuera sa route plus bas, jusqu’à rencontrer un obstacle dressé sur sa route vagabonde. Une vision conquérante, une protubérance impatiente qui l’a toujours fascinée. Elle  ressentira dans le tréfonds de son ventre cette faim, cette faim…qui ne se rassasie jamais vraiment, mais que l’on fait de son mieux pour apaiser. Dans la douce clarté de la  lampe à pétrole, éclairant la table en sapin, mais laissant dans l’ombre le reste du chalet, elle lui paraîtra irréelle et sublime, telle Pénélope penchée sur ses travaux de toile, et la vision de cette lune qui tanguera sous la vraie, impavide, que l’on apercevra dans un halo narquois à travers l’étroite fenêtre, affolera sa boussole intérieure.
Alors il entrera doucement en cette citadelle si soyeuse et si accueillante depuis la nuit des temps, l’origine du monde, et le cri de sa conquérante magicienne lui dira un bonheur extatique dont il appréciera la démesure. Seuls au monde, ils oublieront le temps, dans une danse au goût d’éternité. Une danse de monts et de vallées profondes, de globes et de plaines lascives.
Mais ils n’oublieront pas combien le chant de leur plaisir aura bercé la conquête d’un infini mouvement ondulant et très doux. Il se souviendra de sa langue sucrée, de ses lèvres bonbons, et de tant d’autres endroits de son corps voluptueux. Jusqu’à ce qu’enfin, ils explosent en feu d’artifice, au terme d’un apogée fulgurant et furieux, et que lançant un éclair de ses yeux d’opale, le front étoilé de la sueur fraîche du bonheur partagé, elle lui murmure enfin la promesse de l’aube.







Brahms: Intermezzo in E Major, Op. 116 No. 4 by Glenn Gould on Grooveshark

78 commentaires:

  1. Alors là… je suis sans voix !



    Maintenant que tout le monde est parti et que le silence s'est fait, je comprends le plaisir qu'elle a eu à monter "la-haut". Quel délice. Quel supplice…

    Cette nuit je vais faire de beaux rêves :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un supplice tout relatif, tout de même, n'exagérons rien...
      Et les rêves furent-ils bons ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Il y a pire, comme supplice, je te l'accorde. La rime s'est invitée toute seule. Peut-être en pensant à l'inassouvissable rêve d'être "la-haut" ?

      Pour ceux de ma nuit je ne sais pas, mais l'endormissement fut heureux, oui ;)

      Supprimer
  2. L'amour s'entend bien avec la fatigue, le voilà le secret de la montagne ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et tu sembles parler en connaisseur... Il est vrai que cela aide à se détendre.
      Mais il n'y a que dans mes fantaisies littéraires que l'on a un refuge pour soi tout seul...En temps normal, l'été, c'est plutôt l'ambiance heure de pointe...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. L'heure de pointe ! d:-D Je n'aurais jamais osé m'exprimer ainsi...

      Supprimer
    3. hé hé...on reste dans le thème !

      Supprimer
  3. Et même rendus là-haut, sur les cimes, l'escalade continue...

    Sinon, je ne sais pas pourquoi, j'aurais bien vu le mot "aube" au pluriel dans le titre ! ;~)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mort de rire !!! tu es vraiment excellent, mon TB, il n'y a que toi pour passer ainsi au deuxième degré sans crier gare.
      Bises hilares
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. le monde des hommes se divise en deux : ceux aux yeux clairs qui partent avec tristesses et ceux aux yeux de braise sombre qui espèrent en rêvant des lendemains possibles....
    A moins que....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un guide bien mélancolique...pour aller jusqu'à mettre le mot tristesse au pluriel.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. on avait deviné la suite, mais tu la dis si bien ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oserai-je me risquer à penser que tu as aimé cette fantaisie coquine ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. très très chaud à lire en ce matin glacé!!!
    Bonne journée ardente maitresse!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La journée fut, hélas un peu moins romantique et ardente...
      Les sbires de météo france ayant annoncé la venue de chutes de neige sur la région, les chères têtes blondes étaient comme on dit dans un état proche de l'Ohio, et leur enseigner les quadrilatères et les règles d'accord des participes tint à peu près de la mission impossible...
      Mais je n'en reste pas moins une ardente maîtresse ...d'école !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. J'en frissonne encore.. Mazette, tes mots sont si bien posés... si délicieuse promesse de l'aube....j'ai adoré le parcours de la goutte d'eau..
    Belle journée Célestine... en Provence, probablement sous la neige cet après-midi...
    Bisous.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas encore, chère Den, pas encore...mais comme je le dis plus haut à mon amie Croukougnouche, attendre la venue des flocons est déjà un exploit.
      Ah...le parcours de la goutte d'eau du bout du doigt...c'est quelque chose, et je me réjouis que tu aies adoré.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Emouvant, bouleversant. Merci Homère, merci Courbet, et surtout merci Celestine. Unique. Bises, Miss Williams et ATTB;

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudrait aussi dire un grand merci à Romain Gary, auquel j'ai effrontément emprunté le titre de mon billet, sans citer mes sources, oh la vilaine...
      ATTB
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Ce texte me renvoie loin, très loin en arrière, ces phrases si semblables me rappellent... Me rappellent quoi ?

    La cloche a teintée dans le crépuscule naissant, les gentilles Dames vont venir me chercher, il fait froid tout à coup dans ce foyer nommé soleil, et pourtant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas tout compris à ton histoire de dames et de foyer...
      Tu m'expliques ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Waouh!! C'est chaud chez toi ce matin! Remarque avec le froid qu'il fait dehors ça fait du bien:-)!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mammilou, je suis contente d'avoir contribué à te faire faire quelques économies de chauffage, et ainsi d'avoir un peu préservé la planète avec mon petit texte innocent...
      :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Réponses
    1. Certes, il ne faut pas sous-estimer l'altitude de cette jolie petite montagne appelée poétiquement Mont de Vénus...
      ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Waouh waouh waouh! Il réchauffe plus qu'un feu de bois, ton texte, Célestine!
    Tres beau texte. Un moment de vraie intensité.
    Une bonne douche et on grimpe jusqu'au prochain refuge!������
    Comme tu le disais précédemment, je ne ferai pas lire cette suite à mes enfants par peur de questions trop précises, hein?!
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils sont sans doute un peu petits, pour l'instant, tu as raison.
      Mais dès qu'ils comprendront, leur montrer la beauté que cela peut revêtir quand c'est exprimé de façon délicate, me semble indispensable (cf. mon billet "présent décomposé")
      Comme John Lennon, je n'ai jamais compris "pourquoi on devait cacher les choses de l'amour, alors que la violence éclate au grand jour..."
      Bises celestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Vous nous comblez chère délicieuse.
    Evocatrice mais jamais provocatrice.
    Merci
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très gentil cette rime riche.
      Merci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. L'affolement de ma boussole intérieure m'a tout à coup fait perdre le Nord…
    Pour une fois que je viens tardivement je n'ai pas regretté…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour une fois que tu viens tard, je te loupé parce que je me suis couchée tôt...
      La vie est mal faite...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Le continuateur04 février, 2015

    Résilience : il y a eu cette symphonie de rire, de vie et puis...comme une perte de conscience, un grand vide, une souffrance,le silence : presque une douleur. Pourquoi l'homme transformé ne peut-il retrouver son état initial après cette parenthèse enchantée ?
    Dehors l'aube levée donne au paysage des couleurs d'aquarelle. Il faut qu'il pose son fardeau, qu'il prenne son envol : déchirer l'ordinaire sans regrets, sans états d'âme.
    Malgré le lit un peu bancal il veut à son tour suivre sur son corps le parcours sinueux de la goutte d'eau : rejouer cette scène et voir la belle à nouveau scintiller.
    Le doigt part du front, écarte une frange rebelle, suit le nez, embrasse deux lèvres au passage. Et puis c'est le menton, la courbe blanc d'un cou gracile. Le doigt descend et au passage du coeur dépose un baiser sur deux doux gardiens qui le protègent.
    Attendre un instant. Prendre le temps. Continuer avec ténacité à lire ce corps offert...et désiré.
    Descendre le long du ventre, et puis un peu plus bas, sentir cette douceur qui l'attira dans cet océan de douceur et de plaisir partagés.
    Elle se réveille, lui sourit et l'attire.
    Sidération ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Variations très réussie sur le thème...
      Bien vu, participant clandestin au jeu d'Asphodele...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. oups, réussieS ...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Le continuateur05 février, 2015

      ;-))

      Supprimer
  16. Réponses
    1. Mais je n'en doute pas...
      ^_^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Ben ils ont la santé tous les deux!
    Ça me rappelle les italiens du refuge dans "les bronzes" !
    Scusi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais ne t'excuse pas (enfin je sais que c'est une réplique culte du film hein)...
      C'est ta lecture de mon texte, et ce sont tes références culturelles ^^ je respecte. :-)))

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Finalement je comprends pourquoi tu aimes la randonnée jusqu'à l'escalade. :D
    On sent que tu n'as eu aucun mal à écrire cette suite joliment hot.
    bises troublées. :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joliment hot, j'aime bien ce mélange franglais very gentil.
      Bises mutines
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Après cette escalade vertigineuse au plus haut ciel, on peut dire qu'on a atteint Dieu , les anges et et le Nirvana.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hola hola : le 7ième ciel tout au plus et quelques soupirs des anges, intermittents du spectacle pour la plupart d:-D (Brassens, 95 fois sur cent)

      Supprimer
    2. C'est pas faux !

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. très beau texte qui se termine en apothéose

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci chères petites bébêtes...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Ton texte est très beau mais je bloque totalement car je n'aime pas lire l'intimité des corps et des couples. (je sais pourquoi hein.. ! )
    Désolée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand tu dis que tu bloques, j'espère que cela ne veux pas dire que tu es choquée. je n'aime pas mettre mes lecteurs mal à l'aise...
      Si c'est juste pour faire un commentaire, je te rassure, il n'y a pas d'obligation...
      Bisous compréhensifs
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Que c'est beau!
    J'entends les souffles mélangés... et le pas de l'aube mauve qui vient border les amants... et la chaleur devient tendrement envahissante.
    Bises!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si un poète apprécie alors...je suis comblée.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Poétiquement chaud dirais-je ! Un feu d'artifice, une flamme sous la glace ! :) Merci Célestine d'avoir comblé de si éblouissante façon notre attente... Bises ! ^-^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis heureuse que tu sois venue prendre livraison de ta commande, ma copine !
      Il ne manque plus que la belle Soène.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Salut, Celle.

    L'homme de la pampa n'est certes pas insensible à la poésie, mais quand il est éleveur sur la terre maigre des puys, il est soucieux du rendement. Alors, est ce qu'ils ont eu beaucoup d'enfants?

    ( Je me demande si je ne suis pas de plus en plus méprisable )

    Et ces vacances, ça se présente bien?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Bof, les vacances se présentent très bien. Il paraît même que je vais voir ton chou la semaine prochaine...
      Méprisable ? Non pourquoi...juste d'une pudeur virginale.

      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. petite marie06 février, 2015

    Chut ... Vivre l'instant présent ...
    Bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celui là était particulièrement beau, c'est vrai.
      A l'instant, je vis un rhume carabiné qui m'empeche de respirer...
      Bisous ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je profite d'une connexion de passage pour poser un commentaire, le smartphone étant définitivement fâché avec blogspot.

      C'est malin de faire des galipettes dans une cabane de montagne.... Après on s'étonne d'être enrhumée....
      Baci Sorellita

      Supprimer
    3. La semaine prochaine, je regarderai ton smartphone et je lui jetterai un sort.
      Sinon je trouve ton commentaire ...tu veux que je te dise ? Petit, voilà, c'est petit... :-D
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Que veux-tu, je suis claustrophobe, alors j'imagine la même scène sur une plage par une douce soirée d'été. Elle alanguie sur le sable, devant la cabane de pêcheur, lui qui rajoute quelques branches sur le feu de camp avant de s'occuper de la goutte d'eau de mer qui tombe de ses cheveux..... et je trouve ça.... Grandiose.
      Ti bacio en technicolor et sur l'immensité d'un horizon maritime.

      Supprimer
    5. Je ne savais pas que tu étais claustrophobe...
      Mais tu me fais rêver, là...
      sourire céleste
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Claustrophobe est à prendre dans un sens plus relatif.
      Je supporte un local fermé (surtout si bien accompagné), mais ce n'est pas un choix prioritaire. Par contre, j'ai toujours bossé de préférence au grand air et il ne faudrait pas me parler de spéléo avec des passages en boyaux. Déjà que lorsque j'ai du descendre dans mes citernes d'eau pour les laver, je l'ai fait avec une personne en surveillance à l'extérieur...
      Molto baci

      Supprimer
    7. J'avoue que les images de speleos coincés sous terre me font froid dans le dos...
      Et je n'aime pas trop les ascenseurs non plus.
      Un peu claustro, mais pas trop...
      Baci

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Aucune anaphrodisie ne peut résister à ces mots somptueux, onctueux et voluptueux que tu as si joliment et si lascivement couchés sur ton blog... Euh... ce chalet, il est où, au juste... ahahahah...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, si j'ai contribué au traitement, tant mieux...
      sourire céleste
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Célestine, la vieille So'N arrive suant, soufflant ! Par hasard, car mon emploi du temps ne me laisse guère le loisir de lire régulièrement mes aminautes...
    Et bien, je l'avais aussi prévu cette suite & fin, et dans ma tête, rien n'était aussi poétique que tes mots !
    Merci d'avoir accédé à nos désirs (sourire)
    Gros bisous ensoleillés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette suite, ma Soene, tu étais la première a me la demander et je me disais : viendra-t-elle un jour ? Et tu es venue.
      Comment fais tu pour avoir moins de temps a la retraite qu'en activité ? C'est un mystère ...
      Gros bisous ma belle
      sourire céleste
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. En reprenant mes pérégrinations sur ton vaste tapis persan semé de fleurs , je découvre et je relis tes textes qui sont comme des pépites d'or , comme ce présent texte qui est d'une magnificence et d'une plénitude qui me réjouit mon âme enivrée.Tu as une plume majestueuse.Je vais garder ce trésor sous mon gilet pare-balle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que j'ai pris plaisir moi-même à relire mon texte...
      Et j'adore ta dernière phrase...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je suis parfois plein de verve, quand mes mots trépignent à vouloir sortir coûte que coûte, pour l'oreille qui m'écoute et qui me le rend bien.

      Supprimer
    3. Ah...les mots qui trépignent...les meilleurs !

      Supprimer
    4. ...et qu'on me le rende bien, je préfère ! Couic, lol.

      Supprimer
    5. Ben dis-donc, on tire en même temps et on ne voit pas siffler le train. Bise matinale.

      Supprimer
    6. Ben oui...
      J'essaie de suivre la course, mais tu es rapide !

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.