mercredi 14 novembre 2012

Fichues suppositions

La supposition, quand elle n'est pas dans une démarche scientifique, est au cerveau humain ce que le robinet qui fuit est à l'oreille.
Un petit bruit lancinant qui finit par emplir complètement la tête. Une véritable plaie d'Egypte.
On suppose tout le temps, et à propos de n'importe quoi. On se bouffe le tempérament. On se perd en conjectures. Quelle mère ne s'est pas rongé le sang en attendant le coup de fil rassurant du fils prodigue, au bout de son voyage en train? Pourquoi n'appelle-t-il pas?  Et s'il avait loupé son train? Et si le train avait déraillé?
Quel scénario catastrophe n'échafaude-t-on pas avant même d'avoir les résultats d'une analyse médicale? 
A quoi va-t-on penser en laissant seuls pour la première fois nos ados tout un week-end?
N'interprète-t-on pas de la pire façon les tics nerveux, le moindre haussement de sourcil du banquier ou du notaire, ou celui de l'échographe en train de balader sa "scannette" sur notre gros ventre badigeonné de gel?

Les relations humaines génèrent constamment des montagnes de suppositions. Pourquoi elle m'a dit ça? Qu'est-ce qu'elle croit que je pense? Qu'est-ce qu'elle croit que je pense qu'elle pense? Et lui, pourquoi il m'a regardé de travers? Et elle, qu'est-ce qu'elle a voulu dire par là? Est-ce qu'il est au courant pour...? Que sait-elle exactement? Peut-être qu'il est fâché? Peut-être qu'elle m'en veut...Il va sûrement croire que je...Ils ont dû croire que...

Certes, on n'est pas dans la poire, ni dans le melon, on ne peut donc que supposer qu'ils vont être bons, juteux, et bien mûrs.

On n'est pas non plus dans la tête ou le coeur des gens. 
Mais la grande supériorité des êtres humains sur les poires ou les melons, c'est que l'on peut  leur parler, nom d'un caramel mou de chèvre à plume! leur demander des éclaircissements, dissiper des malentendus, reformuler ce que l'on n'a pas compris, mettre à plat, expliquer, comprendre. Et surtout, leur faire un minimum confiance. Faire confiance à la Vie, à la Providence ou au Destin, appelons ça comme il vous plaira. Le pire n'est pas toujours la seule issue envisageable.
Mais la plupart du temps, on préfère supposer, se morfondre en supputations qui nous minent et nous empoisonnent. Amplifier la difficulté de communiquer.  Et triturer jusqu'à ce qu'il saigne le petit comédon boursouflé de notre orgueil mal placé et de nos incertitudes. 

photo internet

56 commentaires:


  1. Je ne suis pas sûr de bien comprendre... Pourquoi est-ce que tu as écrit ce billet ??

    Je suppose que c'est parce que..., en fait non, peut-être pas. Je suis pas sûr d'avoir compris, si tu pouvais reformuler ça m'arrangerait, parce que là je suis pas sûr du message que tu veux faire passer.

    A cause de ton billet j'ai mille questions dans la tête. GRRRRRR

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne te bouffe pas le tempérament! Je m'en voudrais d'être la cause d'une migraine! J'ai écrit ce billet parce que pas plus tard que ce matin, je me suis effrayée toute seule avec des suppositions folles et infondées, mais ce n'était pas par rapport à toi , je te rassure! Lol

      Supprimer
    2. Cela dit , j'ai supposé que tu ne plaisantais pas. Dans le doute je te mets aussi ma réponse au cas ou tu aurais plaisanté:

      Lol!

      Supprimer
    3. Évidemment, je ne plaisantais pas !! ;-)

      Supprimer
    4. Cédric ne plaisante jamais....
      enfin, c'est une supposition....

      Supprimer
  2. On m' a toujours dit qu' il fallait pas tripoter ses boutons mais j' avoue que ...........le p' tit comédon en a vu de dures quelquefois !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a tous eu ce comportement-là a un moment de notre vie: un peu maso par certain côté.
      Anecdote qui n'a rien a voir ( quoique) mais qui ne manque pas de piquant: quand je tape "maso" mon smartphone me propose macdo...

      Supprimer
    2. Un smartphone intelligent ??? On n' arrête pas l' progrès !

      Supprimer
    3. N'est ce pas? et qui tire dans les pattes de son compatriote, c'est trop fort!

      Supprimer
  3. toute la journée je me dis que ça ne sert à rien de se faire du souci pour des choses qu'on "n'a pas en main", et ça marche! ça marche!
    puis vient la nuit et je ne dors pas... devine pourquoi ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demande bien pourquoi...je suppose que tu gamberges...ah la la ces insomnies dont parle très justement mon ami MTG dans son dernier billet!

      Supprimer
  4. Dire qu'on ne se fait pas de souci pour ceci ou cela, est faut. Demain je passe un scanner et ne sais ce qu'il donnera ! Mais je préfère que l'on me dise la vérité....

    belle journée avec bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne Chance, cher Patriarch, je penserai à toi.

      Supprimer
  5. Il faut quand même bien admettre que certains ont plus de dispositions que d'autres pour ce genre de sport, toujours occupés qu'ils sont à chercher la face cachée de la lune...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en connais qui aiment bien découvrir la face cachée de la lune...mais bon, tout dépend du point de vue! ;)

      Supprimer
    2. suis un peu dur d'oreille....
      que voulez-vous ma bonne dame ... à 96 ans.....
      Il a dit quoi le monsieur ? :
      La fesse cachée par des plumes ?

      Supprimer
    3. 96? purée tu les fais pas!
      le monsieur , il a dit
      "La fête gâchée par les prunes"

      (Lui et ses potes s'étaient mal garés)

      Supprimer
  6. Ah la la ! La machine à échafauder des scénars catastrophes à deux balles ! Le pire c'est quand elle se met en branle (si j'ose dire) la nuit...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans ce cas, rien ne vaut un bon polar...

      Supprimer
  7. C'est toujours la même angoisse; en toutes choses on ne peut même pas être certain du pire...
    Mais les suppositions peuvent aussi être de beaux rêves...
    Eh! Suppose que tu gagnes à l'euromillion... Tu me diras que deux fois la même année chez les blogos, ça ferait beaucoup, mais suppose tout de même :-)
    Et puis y en a des tas d'autres de suppositions comme ça à faire, mais je ne vais pas faire la liste car c'est déprimant d'en être réduit à devoir supposer que de belles choses arrivent. Une fois déprimé(e), tu te mets à supposer toutes les catastrophes possible et imaginables, et là, tu n'es même pas rassuré(e) de savoir que tu n'as fait que des suppositions...
    Je crois qu'on fond de lui, l'humain à quelque chose de mcdociste** :-)
    ** Si smartphone veut bien rétablir le mot juste!
    Note de smartphone: parce que masochiste était juste?....autant pour moi!

    Il vaut mieux alimenter soi-même la machine à scénars. Ainsi on sait pourquoi on cauchemarde.
    Blutch.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, vrai! le sujet t'a inspiré!
      J'aime bien ta conclusion finalement.
      Chouette idée la machine à scénar. Chez moi, elle marche à fond la mule.

      Supprimer
  8. Oh que oui , ça je sais faire ,gamberger du cerveau à toute allure , imaginer le pire , le scénario presque improbable , mes enfants qui disparaissent dans les trappes d'un théâtre , dans les toilettes d'un aéroport , et j'en passe !
    Mon médecin avait bien compris , quand ils étaient petits , que j'arrivais pour consulter parce que l'un d'eux souffrait de mots de tête , me disait le sourire au lèvres , " je vous rassure tout de suite, c'est une tumeur au cerveau "
    ça se soigne , heureusement , ça va , ça revient , on tente de composer avec nos suppositions

    je me demande ... c'est un peu féminin non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si l'on en croit le délicieux lien que nous engage à visiter Cédric, c'est essentiellement féminin. Mais bon, on n'est pas obligé de le croire. Moi je pense que c'est humain.
      J'aime bien l'humour de ton médecin.
      (tu as vu tu as fait un lapsus délicieux ...)
      Bises ma Jeanne

      Supprimer
    2. Je crois que la machine à scénars (dixit Andiamo) n'a rien de typiquement féminin.
      C'est peut-être l'éventail de la gamberge qui est sexué.
      La dominante vénusienne étant l'angoisse pour les autres. C'est moins flagrant dans l'autre face de l'humanité
      Les mecs jalminces carburent aussi à fond la gomme lorsque leur propriété .... leur chose .... non c'est pas encore ça .... leur... femme, oui c'est ça, leur femme n'est pas sous contrôle visuel....

      Lorsque les petits nains se mettent à trotter dans la caboche, il faut leur baliser un itinéraire, les faire raconter une histoire, la noter, la développer, la chouchouter, l'étirer et peut-être sera-ce..... un énième roman non-publié :-)
      Mais pour vidanger la calebasse, c'est souverain...

      La gamberge démontre que l'on a pas un encéphalogramme plat. C'est positif, non?

      Supprimer
  9. Il vaut mieux se faire des suppositions en jouant avec des pions que se faire des suppositoires en jouant avec des poires !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le pire, ce sont les suppos de Satan.Ceux là, ils font très mal.

      Supprimer
  10. Moi, je ne connais qu'une seule supposition : celle du missionnaire ! :~)

    RépondreSupprimer
  11. Dans certains cas, c'est ce que ma tante appelait "la folle du logis". Celle qui nous fait dire "il n'a pas appelé et maintenant que j'y pense la façon dont il m'a dit à demain n'était pas comme les autres fois, il avait l'air un peu distant, et puis il a revu sa cousine qui s'est mariée en Australie et qui n'est pas heureuse en ménage et lui, comme par hasard, il trouve que le mari est un con... il s'intéresse un peu trop à elle et au fond, avec le décalage horaire, quelle heure est-il en Australie? Peut-être qu'ils sont en train de parler sur skype et qu'il ne pense plus à moi...."

    :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me souviens de ton billet à ce sujet. C'est très vrai. Il y a des gens qui prennent un malin plaisir à se faire souffrir eux-mêmes...

      Supprimer
  12. Je viens de lire le commentaire d'Adrienne et ben moi, c'est tout pareil. Le jour, je pavane, forte de ma confiance, la nuit je pédale à coup de suppositions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Adrienne et toi, vous avez plus d'un point commun. Cela dit, ça m'arrive aussi de pédaler, mais pas trop la nuit. (Peut-être parce que j'ai bien donné pendant la journée!) Moi, la nuit, je DORS. très peu mais bien profondément. ET je reconnais que j'ai une immense chance.

      Supprimer

  13. Je partage ici une illustration assez drôle de l'éventuelle différence entre les hommes et les femmes :

    Clic clic clic. (Pour les un minimum anglophones )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui. Normal que tu trouves ça drôle. Nous les femmes on a besoin d'une grosse dose d'autodérision et de grandeur d'âme pour trouver ça drôle...Mais on y arrive, la preuve, j'ai souri en lisant.

      Supprimer
  14. Moi j'appelle ça les pensées toxiques. Et je voulais te dire que ça se soigne aux suppositoires mais Saoul-Fifre m'a devancée :-)
    Et j'adore l'approche du médecin de Jeanne... :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les grands esprits se rencontrent ma chère Myo...
      Toxiques, certainement, en tous cas, il faut essayer de les combattre car elles pourrissent bien l'existence quand elle surviennent à l'esprit. On n'a pas toujours la possibilité d'éclaircir les doutes immédiatement, et c'est pendant ce laps de temps insupportable qu'elles nous assaillent. Juste avant que le téléphone sonne...

      Supprimer
  15. Je suis bien d'accord avec toi... hélas, je me prends bien souvent la tête inutilement... mais j'apprends à relativiser, c'est déjà pas mal :-)
    Belle journée
    Bises, Laure
    http://ptitesphotosdelolo.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la base de la sagesse...j'essaie le plus possible, mais je me fais prendre encore de temps en temps, au jeu des suppositions infondées.Je sais que c'est idiot...
      Passe une belle soirée
      PS j'adore tes photos, même si je ne prends pas toujours le temps de commenter...

      Supprimer
  16. Supposons que les étoiles se groupaient et fusionnaient brusquement pour rivaliser avec la taille de la lune : deux lunes ?
    tout ça par ce qu'il parait que chez Murakami il est question d'un univers à deux lunes...
    Bon, mais à supposer qu'on en fasse fi , ce qui est mon cas,
    Est ce que le thé du matin aurait la même saveur,
    bien compliqué pour ma p'tite tête tout ça !
    en général j'attends de voir venir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Murakami! passionnant...ça me donne bien envie de le lire...Deux lunes, ça me plaît bien!

      Supprimer
    2. Trop trop bien la dernière trilogie de Murakami !

      Supprimer
  17. hé m'dam'

    Comment ça "suppositions" c'est un mot qu' t' as inventé ça ?

    C'est quoi c' délire : leur parler !!
    aux nazes qui m'rodament dans l'métro avec leur chetron d'gogols ?

    Parler ? tu veux dire lui éclater la tronche ? lui sécher l'tarin ? le fumer à la sortie ?
    c'est ça que moi j'comprends comme genre de tchatche !
    Tu frappes, tu discutes après…
    Sauf s'il a le blaze trop défoncé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. -Mawie-Théwèse! Qui c'est qui a oublié de donner ses gouttes au monsieur?
      -Hé, psssitt, ya pewsonne dans le sewvice? Y a le patient de la 12 qui
      a besoin de son petit compwimé de twanxène...
      -Voilà, voilà, j'awwive!

      Supprimer
  18. CEL, je suis de retour...je me suis assez morfondue meme si dans ma p'tite tete tout n'est pas regle! ton texte est trop vrai!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ma Châtaigne! ça me fait plaisir de te voir par ici! Merci pour tes mots.

      Supprimer
  19. Mawi Thewese - et tout le reste -!J'adore !
    Bon supposons que Monsieur Vincent P et Monsieur François H fassent passer comme prévu the réforme of the school.
    Je pose 1800 km voire 2000 en plus, je retiens 36 * 2 heures de garde de mes rej'tons chéris et je retranche mon augmentation ... Je me morfonds dans des suppositions ?
    - ps, je sais faut pas regarder ses considérations perso ,mais bon -

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes, ce ne sont que suppositions.Soit l'hypothèse de ladite réforme engagée: tu retranches quinze jours de vacances, donc moins de dépenses d'hôtel, autoroute, train, camping, eurodisney, sandwiches,restos, musées, expos, visites de châteaux, plage, ski, pêche à la ligne, rafting, canyonning, visite de grottes et de Mont Saint Michel et tu t'y retrouves. (c'est vrai qu'on fait tourner l'économie, nous les instits, quand on est en vacances...mais bon, qui le sait?)
      -Par contwe la sécu va se wuiner en twanxène...-
      -Laisse tomber Mawi Théwèse,c'est que des suppositions!

      Supprimer
  20. Je souris, c'est tellement vrai !
    Je suppose d'ailleurs que ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...mon dieu, mais que supposes-tu? Mais qu'a-t-elle voulu dire? Je suppute à donf: elle sourit, mais pourquoi? elle se moque, ou elle apprécie? et puis, pourquoi 8h 20 l'heure du commentaire? pfff...je suppose qu'elle ne me répondra même pas...

      Supprimer
    2. Ah ah ... pourtant, j'étais là, et après je sciais ... oui j'ai apprécié ! sourire
      Suppose que je sois ta soeur et que tu ne le saches pas !!! ah, je te laisserai fléchir !!!

      Un plaisir de dialoguer avec vous Ma d'âme

      Supprimer
    3. Ma soeur! ça se pourrait bien!
      J'adore tes jeux de mots, en tous cas?

      je te laisserai fléchir: heureusement que je n'ai pas dit ça à mon zado qui est en train de transpirer sur sa dissert de philo...

      Supprimer
  21. Alors ça, je connais... je crois même que je suis très très douée dans le genre. Je me demande même comment il est possible que je n'aie pas encore de cheveux blancs.
    Des bises du samedi soir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca se travaille! c'est un des quatre accords toltèques, pour moi le plus difficile...mais je progresse.

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.