jeudi 23 janvier 2014

J'ai encore fait mon rêve



















 J'ai encore fait mon rêve.
C'est un rêve que je fais depuis toujours, un rêve dans lequel je cours sans fin, je cours, je cours, haletante, je ne sais pas pourquoi il faut que je courre, le plus vite possible, mais mes jambes sont lourdes et molles , en bois, en coton, en latex et j'arrive au bord d'une falaise et je sens que je ne dois pas m'arrêter, et je saute dans le vide, mais je continue à courir, dans l'air, et je me dis que je vais courir comme ça jusqu'à l'autre falaise en face, je crois atteindre l'autre falaise, mais elle recule à mesure que j'avance. Et cela dure des heures, et je m'épuise à courir, et à comprendre surtout. Et je sais que je dois tenir, parce qu'en dessous, il y a une mer sombre et plate comme un noir miroir. Une mer menaçante qui veut me prendre, et je ne veux pas mourir noyée. (Mais qui voudrait mourir noyé, c'est idiot...)



Enfant, je me réveillais en sursaut, et en nage.
Maintenant je ne me réveille plus, mais c'est pire: une étrange voix me dit à l'intérieur de mon rêve que c'est un rêve et que je dois me réveiller, mais je n'y parviens pas, et c'est encore plus angoissant. Le plus terrible est quand j'essaie de me mettre à crier et que résolument aucun son ne sort de ma bouche. Je crie au secours, je ne veux pas mourir. Mais personne ne m'entend.Je ne sais jamais comment ça finit, je me réveille avant la fin. 


C'est à peu près le seul rêve récurrent  dont je me souvienne avec précision au matin.
"J'ai encore fait mon rêve."
Quand j'en parle, au petit déjeuner, comme pour me libérer des fantômes de ma nuit, je n'ai pas besoin de préciser de quel rêve je parle.
D'où viennent donc les cauchemars récurrents? Je ne sais pas ce que ça veut dire. Y a-t-il un lacanien dans la salle? Je ne suis pas forte en interprétation de rêves. J'aimerais juste qu'il s'arrête. D'ailleurs parfois il s'arrête. Et puis il revient. Pas souvent. Sans ça,  je dors comme un bébé. 


Je vais me remettre au footing. Au moins, là, quand je cours, je sais pourquoi. Quoique, sait-on jamais pourquoi l'on court?









An Skoliater by Didier Squiban on Grooveshark

125 commentaires:

  1. lui aussi il court

    http://www.youtube.com/watch?v=wIrI_MOfxG0

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, une que je ne connaissais pas.
      Je regarderai le clip plus tard, sinon je vais arriver en retard au boulot!

      Supprimer
    2. Voilà j'ai enfin eu le temps d'aller découvrir une nouvelle chanson de ton idole.
      Elle illustrerait bien mon rêve...

      Supprimer
  2. Je croirais m'entendre: aucun son ne sort de la bouche, sauf que j'ai toujours les deux pieds liés,pour et qui refusent catégoriquement d'avancer et pourtant je vois une falaise, et je plane ( je ne sais pas pourquoi, mais pour planer ça marche!) et jamais j’atteins le sol.
    On m'a toujours répondu que sont les rêves les plus cour-ants, rhôôn!, rhôôn! en tout cas ils arrivent pendant le sommeil paradoxal( il paraît qu'il est précieux, le sommeil paradoxal!!);
    Bonne nuit quand même!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les mécanismes du sommeil m'ont toujours fascinée. On n'imagine pas combien les gens sont différents par rapport a cette fonction du corps, ce besoin physiologique si important.
      Moi, par exemple, j'ai un sommeil de très bonne qualité, et je récupère quand même très vite. Mais il faut dire qu'hormis ces épisodes de cauchemar récurrent, je dors vraiment comme une souche. Alors que j'en connais qui ont beau dormir neuf heures, c'est d'un sommeil agité et pas du tout réparateur.
      Quant aux rythmes personnels, c'est extraordinairement varié. Il n'est que de regarder l'heure de publication des commentaires... :-)

      Supprimer
    2. En relisant mon texte,que j'avais écris à demi-endormi, c'était des mots balbutiés et hoquetants , il n'y a pas de quoi se réjouir avec autant de fautes! Mea culpa.

      Supprimer
    3. J'étais pas mieux réveillée, ce matin,puisque je n'ai retenu de ton texte que l'essentiel: notre nuit commune n'a duré que 3 heures 20...
      :-)))

      Supprimer
    4. hi! hi! elle est belle "notre" nuit commune, lol

      Supprimer
    5. Oui, quand même, les finesses de la langue française...

      Supprimer
  3. je crois que c'est un rêve récurrent chez beaucoup, en tout cas je fais exactement le même (la seule différence avec le mien c'est qu'en dessous il n'y a pas la mer, mais le vide, et que parfois mes jambes sont de plomb ;-))
    si quelqu'un a une bonne interprétation, je la lirai aussi avec attention :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, à lire les commentaires ce soir en rentrant, il me semble que mon ami Alain X nous donne une interprétation assez universelle. Je lui fais confiance.
      Bonne soirée.

      Supprimer
  4. Hi hi hi! si j'étais toi, j'en parlerais à mon psy :-)
    cf le superbe livre de Clarissa Pinkola Estes "Femmes qui courent avec les loups"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudrait d'abord que j'en aie un...
      Pour le livre, tu es toujours de bon conseil quand tu proposes des lectures; je note donc dans ma PAL géante (elle monte au plafond...)

      Supprimer
  5. Je ne fais pas de rêve récurrent, mais dernièrement j'en ai fait un qui m'a beaucoup perturbé car trop proche du réel. Pas le temps d'aller voir le psy, tant pis ! En ce qui me concerne j'ai trop peur du vide pour oser courir entre deux falaises même pas en rêve !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trop drôle d'utiliser au sens propre l'expression "même pas en rêve"...
      Les rêves très proches du réel sont effectivement les plus perturbants...heureusement le mien est angoissant, mais pas du tout réel, heureusement!

      Supprimer
  6. J'en ai fait, je n'en fais plus. Mais des rêves où je finis par tomber dans le vide sans que les circonstances soient identiques, j'en fais toujours.
    Aussi angoissants puissent-ils être, je n'essaie pas de donner une signification à mes rêves, d'autant que j'y tue beaucoup :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu y tue? Mais tu y tue quoi? brrr...un psychopathe en puissance se cacherait-il dans ton inconscient? ;-)

      Supprimer
    2. Je vois que tu n'as pas remonté tout mon blog :-)
      Allez, un exemple au hasard : http://presquentrenous.canalblog.com/archives/2008/03/18/8341527.html
      Les autres sont dans la catégorie "rêves"

      Supprimer
    3. Oui mais, le 18 mars 2008, je n'étais pas née... ^^

      Supprimer
    4. Tu prêches un convaincu, mon enfant...

      Supprimer
    5. Je parlais de mon blog... ^^

      Supprimer
  7. Courir, courir, nous courons tous après des chimères, les falaises, la mer qui les caresse amoureusement, là en bas...
    Falaises du vert pays, où poussent les trèfles à quatre feuilles et où coule la Stout....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces falaises-là n'ont rien à voir avec celles de mon cauchemar. Elles sont douces et sauvages et envoûtantes...Et j'aimerais tant y aller, et me retrouver en héroïne de roman emportée par des bras puissant au vent de l'océan...
      J'ai bon, m'sieur Harlequin, chuis prise?

      Supprimer
    2. Harlequin why not ? Tant que ça n'est pas polichinelle hein ?

      Supprimer
    3. Tu imagines "la collection polichinelle" ? ça parlerait des hommes politiques?

      Supprimer
  8. Je ne sais pas la signification des rêves mais elle diffère d'une personne à l'autre.
    Il y a eu des personnes qui ont choisi de mourir noyées comme Virginia Woolf... (enfin est-ce vraiment un choix? ) peut être t'appelle t-elle dans ce rêve...
    Je ne cours pas car je ne sais pas vers où aller...déjà en marchant j'ai du mal et je suis fainéant en plus.
    Belle journée Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore ton commentaire complètement psychédélique, mon Mindounet. Franchement, mourir dans les bras de Virginia Woolf, c'est une belle mort...
      Tu es mathématicien? Non parce que je dis toujours que les mathématiciens sont des gens paresseux, qui cherchent toujours la façon la plus simple et la moins fatigante de régler les problèmes (c'est pour cela que l'on a inventé la multiplication, que j'leur dis...)

      Supprimer
    2. En fait c'est paradoxal, en première et terminale, il n'y a que les maths qui ne me lassaient pas en cours . Je suis cartésien et rationnel mais aussi un grand rêveur alors je pense être plus littéraire que matheux.
      Je prends du plaisir à lire tes chroniques, on a souvent des choses à dire en les lisant et ce que j'attends d'un blog...

      Supprimer
    3. J'adore le mot "chronique" ça me donne de l'importance!
      Cartésien et rêveur...la quadrature du cercle...

      Supprimer
  9. Je vais vous dire à mon tour Madame un rêve assez étrange. Je suis entre deux cieux. Une belle femme brune court vers moi. Elle semble affolée. Elle est étrange. Lorsqu'elle arrive à ma hauteur elle me saisit la main. Nous marchons alors ensemble. C'est délicieux. Dès qu'elle lâche ma main elle semble redevenir triste et affolée. Comme s'il fallait ce contact entre nous pour que tout nous semble calme.
    Puis nous nous asseyons pour parler aux étoiles. Et tout est si doux que je m'endors.
    Et lorsque je me réveille je suis à nouveau entre deux cieux et il me faut attendre de voir à nouveau la belle femme brune qui court et qui attend pour trouver le repos.
    D'ailleurs, est ce un rêve ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais si c'est un rêve, mais tout cela a l'air très agréable...Je vois votre rêve se dérouler dans un endroit enchanteur, une pinède odorante , une colline fleurie. Il fait forcément chaud et les deux personnages effleurent de leurs doigts la douceur tremblante de l'air.

      Supprimer
  10. Je me présente, Herr Doktor Edualc Eeguab, onirothérapeute, membre du Traumcollegium de la faculté de Munich, du Sigmund Freud Institut de Vienne, de la Bettelheim Dream Foundation de l'université de Los Angeles et du Collège de Pataphysique de Saint Saturnin sur Rigoleuse, ne vois, Frau Célestine, qu'une solution, dormir côté jardin et non plus côté cour. J'ai par ailleurs l'honneur de vous faire parvenir ma note d'honoraires à verser sur le compte ci joint, domicilié Rue du Cauchemar à Zurich. J'ai bien l'honneur, Madame...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pataphysicien de mon coeur, tu m'as trop fait rire!
      (Bon la vraie citation, c'est "pataphysicien, mon cul" mais j'ai eu peur que tu me trouves un peu "zaziquement" effrontée...)
      Je m'en vais tout de suite essayer votre traitement et me tourner illico vers le jardin pour me laisser tomber dans les bras de Morphée...

      Supprimer
  11. Illustration et description si proche des dessins animés de Tex Avery ou du coyote. Ce gag récurrent me fait mourir de rire, même vu des centaines de fois. On attend prochainement une sortie de votre texte de votre blog, essayez d'imaginer la scène...
    Ce texte je l'avoue m'a fait mourir de rire tant vous décrivez bien ces scènes hilarantes dont beaucoup sont victimes, paradoxalement.
    Où courez-vous? une réponse: http://nuageneuf.over-blog.com/article-devos-ou-courent-ils-121909322.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je vous ai fait rire avec un sujet pas drôle, c'est que je suis vraiment
      1. très drôle
      2. complètement à côté de la plaque
      Quoi qu'il en soit, j'adore le perpétuel combat du bip bip, oiseau pervers et du coyote le plus bête et le plus naïf du monde. J'ai toujours eu un peu pitié de lui, et de son imperturbable entêtement à attraper son volatile...

      Supprimer
  12. Si le rêve est récurent depuis l'enfance, il relève probablement de l'angoisse primale, inhérente à l'humain.
    La course effrénée est à l'image de ta sur-vitalité, moyen pour ne pas sombrer.
    Ça fonctionne, puisque tu ne "sombres pas" mais cours sur... le vide....
    Or cette course est épuisante, tant qu'on ne recherche pas la terre solide au fond de soi.
    Le "sommeil de plomb" est une variante du rêve non conscientisé. un autre mécanisme de fuite.
    Ça fonctionne aussi puisque tu dis être reposée... mais l'es-tu vraiment ? Re-posée ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Alain pour ces explications très intéressantes.
      J'avoue que le sommeil de plomb est un mécanisme qui me permet de fuir les inepties de ma supérieure hiérarchique qui commence à me les briser menu.
      L'angoisse primale...ça me rassure de faire partie du commun des mortels, quelque part!
      Reposée? on a toute la mort pour ça, non?;-)

      Supprimer
    2. la mort pour nous reposer ?
      Perso, j'ai toujours inversé les paroles de la chanson de Moustaki :
      "Nous avons toute la vie pour nous re-poser
      Nous avons toute la mort pour nous amuser"
      ...
      C'est juste une croyance dans un Ailleurs....

      Supprimer
    3. Mais moi aussi, je crois en un ailleurs.J'en ai parlé dans un billet...Moi je veux être un chat dans ma prochaine vie. Dormir vingt heures par jour sur un radiateur...Mmmmm!

      Supprimer
  13. Tu ne serais pas en train de nous raconter la course angoissante du spermatozoïde pour aller s'accrocher à l'ovule salvateur, de l'autre côté de cette mer noire, plate et terriblement spermatozophage.......
    Bonne nouvelle, tu as pu t'y accrocher.-
    Baci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que fait donc ce commentaire de blogbo égaré sur ma planète de fée ?
      Molto Baci

      Supprimer
    2. @ Blutchiamo :

      Et toc !
      Tu patauges mon pôv' Blutch : imaginer not' Fée Céleste en spermatozoïde ! T'avais donc plus que la moquette à fumer ?
      Faut te reprendre amigo !
      Pour cette fois,
      Blutch : 0
      Célestine : 1

      Jdissa Jdirien

      Supprimer
    3. Défends-toi, caro mio! ton honneur est en jeu...

      Supprimer
    4. @ Céleste:
      Je pensais un peu... candidement faire juste un petit aparté un peu décalé...
      Baci

      @ Jdirien
      C'est pô ma fôte....
      Faut suivre l'ordre chronologique des commentaires.
      AlainX parle d'angoisse primale. Je suis donc remonté à la source de toutes les angoisses et que peut-elle être si ce n'est celle du spermato, perdu parmi 150 millions de concurrents, qui vise l'ovule en évitant de se faire bouffer. Sachant qu'un seul en réchappera, tu as une vague idée du stress de la bestiole????? Un utérus, c'est pire qu'un génocide.
      Bon, à part ça, la génétique me donne raison: C'est le spermato qui est sexué, pas l'ovule. Donc notre Fée Lestine fut d'abord un fringuant têtard qui battit à la nage tous ses rivaux.
      Donc foin de moquettes ou de substances illicites (bio ou de synthèse). Pas de gêne éthique non plus à affirmer que la biologie me donne souverainement raison.
      Je te laisse à ta Désolation :-) et je mets Jdissa dans les cordes... de la guitare de Célestine, ça lui fera une tête de stella... heu, un capo d'astre...

      Supprimer
    5. Rhôô! trop fort! Qu'est ce qu'on n'est pas obligé de faire pour que tu reviennes croiser le fer avec Candide...
      mais qu'est-ce que c'est bon!
      Allez il était très bien ton commentaire primal. Ca me fait drôle d'avoir été un fringant têtard.Mais c'est que la moitié de moi qui l'a été.L'autre était un bel ovule bien rond. (et assassin par nécessité...)

      Supprimer
    6. Quant au stress de la bestiole, j'ai tendance à penser que l'humain est le seul animal à savoir qu'un jour il mourra. Je ne suis donc pas sûr que nos spermatos se sentent concernés. D'autant que c'est pas ce qu'ils ont comme neurones qui peut leur permettre de philosopher, puisqu'ils sont tout justes programmés pour cavaler comme des malades en direction de la cible, tout comme n'importe quel missile sol-sol, ou sol-itaire.

      Là où tu m'inquiètes en revanche, Blutch, c'est quand tu écris : "...un utérus, c'est pire qu'un génocide..." Si j'avais su ça plus tôt, j'aurais sans doute été plus prudent. Voire abstinent. Moi qui me croyais à l'abri de tout dommage, ayant victorieusement balayé la crainte de l'utérus castrateur et honorais mes rencontres avec une fougue enthousiaste et la folle insouciance d'un collégien ! Je crains d'être quelque peu circonspect, voire carrément réticent lors de prochaines rencontres, pour ne pas dire...monacal...
      C'est dommage pour moi, l'activité m'était bien plaisante, et ça risque aussi de décevoir quelques dames qui semblaient y avoir goût ! Sans compter celle à venir !...
      Et on s'étonne que la population déprime !

      Ceci étant, je persiste à penser que si notre Fée trouve bien la moitié de son origine dans un spermato-zoïde, elle est désormais définitivement sexuée, puisque qu'on sait depuis peu son asymétrie, et que son petit pull en cachemire nous avait à l'époque dit tout son plaisir de "...mouler ses petits seins ronds et pointus au bout..."
      CQFD !
      Et c'est bien là mon cher Blutch, que je crains que vous n'ayez abusé de quelque substance affriolante.

      PS à Célestine : toi qu'est culturée, y'a un truc que j'ai pas bin compris : tu pourrais m'esspliquer comment un truc rond peut être pointu au bout ? J'ai du mal à imaginer le concept. Peut-être faudrait-il que je voie de visu ? Voir que je tâtasse ?

      Jdissa

      Supprimer
    7. Wouaou le sujet vous donne des ailes mon cher!
      Ce que c'est jouissif de lire ta prose de bon matin! En ce qui concerne la réponse à ta question geometrico-architecturale, si je m'appelais Nathalie, je te ferais visiter la place rouge et le Kremlin (
      ICI
      )..tu verrais que la bas, c'est plein de trucs ronds et pointus au bout...^^ je dis ça je dis rien.


      Supprimer
    8. Rôôôâââhhhhh !
      Bonk ! (là, j'essplique : c'est le bruit de ma mâchoire qui choit...)
      Alors y sont comme ça ceux qui sont dans le petit pull en cachemire ? Le veinard, je comprends qu'ils soit tout rose de plaisir !
      Je dis qu'y'en a quand même des qui sont favorisés !

      ;o))

      Supprimer
    9. Oui les Russes ne sont pas assez conscients de leur patrimoine historique...^^

      Supprimer
    10. @ Jdissa
      Mais là, Jditou
      C'est une idée judéo-chrétienne qui voudrait que seul l'homme soit conscient de la mort (et il n'y a guère que 1000 ans que la femme y est associée...).
      Les animaux le savent aussi, mais ils ne s'en préoccupe qu'au moment où c'est nécessaire. En voyant un chat en fin de vie, tu as tout compris de l'approche de la mort...

      Je ne peux rien te dire de la capacité des spermatos en philosophie, puisque je n'en ai jamais interrogé.
      Là, tu m'inquiètes un peu en faisant un parallèle entre le nombre de neurones valides et la capacité de leur détenteur à cavaler vers la gueuse.... Malgré ça, certains disent que ce sont les blondes qui sont des handicapées neuronales...

      Tu peux pallier au côté génocidaire des utérus de différentes façons:
      La capote ou l'échappement au grand air, certes, mais là, tu condamnes tes spermatos à une mort lente par asphyxie et ce n'est pas mieux. Tu peux aussi tenter le tantra....

      Je vois mon cher que la substance affriolante dont vous parlez ne vous est pas étrangère du tout. Il me semblerait même que vous fassiez preuve, à ce sujet, d'une gloutonnerie sévère.

      Hou là là, c'est chaud..... Jdissa qui caresse langoureusement un bulbe d'église orthodoxe... ça doit valoir le coup d'oeil... Note que si tu préfères plus petit, tu peux te rabattre sur les oignons de tulipe...

      Baci à Céleste

      Supprimer
    11. Muahaha! Je sens que Blutchiamo vient d'égaliser. Je remets prudemment la balle au centre...
      Tenter le tantra, joli!
      Mais arrêtez tous deux de croire que l'on doit forcément être sous l'emprise d'une substance affriolante pour avoir du talent. Vous êtes tous simplement des bretteurs épistolaires de première force.
      A moins que ce ne soit moi, la substance en question...mais là je me remets a croire a la mouche qui pète, et je ne sais pas si c'est judéo-truc, ça?

      Supprimer
    12. Mon bon Blutch, ".. j'aI TENDANCE A PENSER que l'HUMAIN (et non pas l'homme) est le seul animal à savoir qu'un jour il mourra...", je n'affirme rien. Et il me semble tout aussi osé d'affirmer le contraire. Mais j'ai tendance à penser qu'il s'agit d'une notion abstraite qui n'est peut-être pas accessible à nos chats et autres poissons rouges. Dans ce cas, quid de leur peur, notamment face aux prédateurs ? Quelle signification a-t-elle ? Savent-ils ce qu'ils risquent ? J'ai tendance à penser qu'ils n'ont pas comme nous la capacité de penser à l'avance "durée" et "fin de l'exercice". Cependant je crois aussi qu'ils comprennent fort bien ce qui approche quand leur fin survient. Mais je peux me tromper. C'est même un domaine où je me débrouille assez bien...
      Quant aux nombre de neurones, je ne parlais que de ceux des spermatozoïdes. Pour ce qui te concerne, tu fais selon qu'il te convient... ;o)))

      Pour le reste, à part le chocolat (et là, je plaide coupable) je vois pas de quoi tu veux parler...

      Enfin... se fendre de seize lignes pour caser un baci à not' fée... Pfffff ! ! ! ! ! ! !

      ;oD

      Supprimer
    13. @ Cél : tiens, fais semblant de pas comprendre !
      Quelle mauvaise foi !

      Ceci étant, tenter le tantraaa...
      Qui tentera avec moi ?

      Supprimer
    14. Mauvaise foi, moi? Alors que je plussoyais benoîtement à tes remarques?

      Supprimer
    15. Benoîtement, c'est s'là, oui . . . . . .

      Supprimer
    16. Didon, toi, tu chercherais pas à tricher pour être le 300 ° commentateur ?

      Supprimer
    17. On dirait Obélix quand il se déguise pour essayer d'avoir de la potion magique...

      Supprimer
    18. Si tu savais comme je m'en ..... !.....
      Les honneurs et les distinctions, c'est pas trop mon trip.
      A la rigueur s'il y avait à la clé la visite de... oui, bon, passons, je sens que je vais déraper...

      ;o))

      Supprimer
    19. C'était juste un jeu... :-(

      Supprimer
    20. Sois pas triste, Célestinouninette, faiz-y une 'tite risette à Tonton Candide... ;o)))

      Supprimer
    21. Ch'uis complètement s'coué,moi !
      Et tout ça pour 3/4 de verre de rouge à midi : ch'uis éconmique !

      M....!, grillé ! Blutch va savoir !...

      Supprimer
    22. @ quand dite vous.
      J'ai tout au contraire tendance à penser que ce sont les humains qui n'ont, en général, aucune certitude sur la mort, enfin LEUR propre mort. Ne disent-ils pas "Si je meure"... As-tu déjà entendu un animal utiliser le conditionnel pour parler de sa mort?
      Pour ce qui est de l'angoisse du spermatozoïde et de sa course à la survie, on pourrait convoquer une table ronde avec Onfray, Finkelcrotte et BHL. Ils devraient être capables de nous pondre 2 mille pages sur le sujet...
      L'abus de chocolat peut nuire à votre discernement, tu parles!!!!
      3/4 de verre de vin, s'il s'agit d'un Yard Glass, on peut comprendre ton discours quelque peu approximatif et circonvolatoire... Et avec ça, joli coeur, tu voudrais laisser croire que tu es dans cet état en pensant à Célestine... Purée, il charge ton vin....
      Dans ton cas, la terminologie la plus adéquate serait "cuit" plutôt que grillé...
      Ciao
      et Baci à Céleste parce qu'il n'y a pas de raison de s'en priver.

      Supprimer
  14. Je suis aussi troublée par la nature de ton rêve que par le fait d'être convaincue d'avoir déjà lu les deux premiers paragraphes de ce billet sur ton blog (y compris l'illustration!)... :-o
    Oui, tu as bien compris: quand j'ai vu le titre de ton billet ce matin avant d'aller au boulot, j'ai cru que c'était un ancien billet que tu avais fait remonter et je suis bien obligée de constater ce soir que ce n’est pas le cas... Alors toi tu rêves et moi j'ai des hallucinations...

    Déjà, pour ton footing, évite d'aller te balader à Etretat... Quant à ton rêve, c'est à cause de ton sommeil de plomb que tu t'alourdis... Dors d'un sommeil léger et tu ne craindras plus la chute... Tu l-éviteras...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non je crois vraiment (malgré le nombre de billets que j'ai écrits) que je n'ai jamais parlé de mon rêve...
      Pour le sommeil de plomb,tu es d'une logique...saturnienne!

      Supprimer
    2. Je t'assure que cet effet de "déjà lu" m'intrigue au moins autant que peut t'intriguer ton rêve récurrent. Serait-ce les effets secondaires d'une trop grande "surcharge cognitive"? ;)

      Supprimer
    3. Pour te (me?) rassurer sur tes hallucinations, j'ai copié collé mon texte dans g**gle.
      Eh ben on tombe direct sur mon billet...

      Supprimer
    4. Ben oui, j'ai fait tout pareil... mais ça ne m'a pas rassurée !
      Alors je vais mettre cette étrange sensation sur le compte de la sensation du "déjà vu" parfois conséquente à une phase de grande fatigue... Et on en revient à ton histoire de sommeil et de rêve...

      Supprimer
    5. Tu vas finir par me faire flipper! :-DDD

      Supprimer
  15. Alain X , j'aime bcp ton interprétation.

    Les rêves récurrents j'en fais aussi depuis l'enfance, des rêves de tremblements de terre, terribles, puis il y a eu les rêves de tsunami, terribles, seules, puis avec mes enfants, et cette mer qui m'engloutissait et puis un jour j'ai compris que cette mer c'était la mère, le contexte expliquant cela. Un jour j'ai récemment j'ai rêvé que j'étais protégée dans une voiture insubmerssible... avec mes ptits loups. Le contexte expliquant cela. Les rêves me parlent , m'expliquent cad expliquent de façon tellement pédagogique - sans faire de raccourcis , j'ai un suivi comme on dit j'arrive au bout- qui je suis comment j'évolue. Je te livre ce rêve assez impudiquement pour dire que parfois il y a vraiment des explications sur qui on est ce que l'on traverse et qui nous donne des clefs.

    Le footing, moi juste ça me défoule , avec de la musique, et ça m'aide à maintenir mon poids plume ;) de schtroumph.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureuse que tu puisses exprimer tes rêves et leur interprétation à Alain.
      Chut! je vous laisse converser...

      Supprimer
  16. Dreams are my reality
    En français : je rêve aussi
    (là, en principe, vous devez enchaîner avec 'j'ai un peu froid', 'regarde-moi', voire même, à la rigueur 'ouvre les yeux tu ne dors pas')).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et vous d'enchaîner:
      Je l'ai rêvée si fort que les draps s'en souviennent...

      Supprimer
  17. Courir = fuir.
    L'interprétation est simple , demande toi ce que tu fuis ?
    A partir de février, sur mon second blog (DBD) je vais publier un essais de spiritualité, qui voudra pourra poser des questions, et j'y répondrais en gardant une absolue confidentialité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi courir n'est pas fuir.
      C'est chercher à atteindre un but.
      Mais je te remercie de ton intervention, tu as manqué de peu la place de 300ème commentatrice...Je t'ajoute à mon totem.

      Supprimer
    2. D'accord avec Célestine: courir n'est pas fuir, mais plutôt chercher à atteindre quelque chose ;-)

      Supprimer
    3. La question est: atteindre quoi?

      Supprimer
  18. Un rêvé qui reviens souvent chez moi: Je suis dans un couloir tout noir qui monte. A environs 20 mètres, une porte vitrée, derriére la silhouette d un homme habillé d un manteau et couvert d une casquette qui me regarde. Je suis paralysé par la peur, j essaie d appeler au secours, mais aucun son ne sort de ma bouche. Je sais que cet homme veut me tuer.
    Bonne soirée Célestine
    Latil

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pauvres humains que nous sommes! en proie à d'affreux rêves, perdus dans notre univers glacé et incompréhensible...alors quand on a un petit kif à prendre, par ci par là, on n'a pas à hésiter...
      Merci Latil de nous avoir fait partager ce cauchemar terrifiant. On va tous bien dormir cette nuit!

      :-DDD

      Supprimer
  19. Comme on dit en anglais "here is my two cents worth..." voilà ma contribution insignifiante ! Tu as lu le chemin du guerrier de paix (je sais pas si c'est le titre exact en français, c'est Dan Millman)... Ca m'y a fait penser... à sa dernière initiation. Il faut que tu te laisses tomber... et après tu ne craindras plus rien. C'est la porte du salut ;-)...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Insignifiante! tu plaisantes. Alors que tu m'ouvres tout simplement le chemin du lâcher prise? Pas si facile, mais je vais essayer de laisser tomber certaines choses auxquelles je m'accroche, à m'user les ongles.
      Peut-être mon rêve s'arrêtera-t-il?

      Supprimer
  20. Célestine qui aime tant les étoiles, condamnée à courir pour ne pas tomber.
    Heureusement qu'en vrai tu as les pieds bien plantés dans la réalité.
    Des bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avoir la tête dans les étoiles n'empêche pas d'avoir les pieds bien sur terre: c'est d'autant plus facile quand on est une grande tige...
      Des bises à toi ma belle.

      Supprimer
  21. Généralement c'est le reflet de notre agitation, ne courre tu pas après quelque chose en ce moment? quelque chose qui te semble insurmontable (comme cette falaise)? des projets en cours?
    quant au rêve récurrent, c'est simplement de cette manière imagée que ton inconscient libère un peu de ses conflits internes ;-)
    rien de bizarre, même si c'est très désagréable en effet...
    Moi dans mes rêves, soit je fuis, soit je me bats...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si ce sont des projets, je comprends pourquoi je refais ce rêve depuis toujours...
      j'ai toujours des tonnes de projets dans mes petits carnets...

      Supprimer
  22. Ne compte pas sur moi pour faire l'interprétation de ton rêve , au mieux je peux te donner un conseil , tu te couches avec un parachute sur le dos ;)
    ça m'arrive aussi hurler en rêve et aucun son ne sort de ma bouche , c'est l'horreur
    Je fais toujours le même rêve
    à quelques minute de monter sur scène il me manque un morceau de tenue , ou bien je me suis égarée dans les coulisses
    On est bêtes dans nos rêves hein ?
    bah , faut pas lutter

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super idée, le parachute...
      Sinon, j'ai fait longtemps le "rêve d'école" de fin de vacances...quand on rêve qu'on oublie de s'habiller le jour de la rentrée, ou qu'on a cinquante élèves dans la classe,
      Oui, on est bête. Non, faut pas lutter.

      Supprimer
  23. Courir vers une falaise et se lancer dans le vide = lemming
    Lemming = les Ming
    Les Ming = vases précieux

    C'est sûrement la culpabilité du vase que tu as cassé, gamine, chez tata Pétronille qui te tourmente. D'où ton état vaseux au petit matin ! :~)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah comme je suis contente de te revoir, mon cher TB
      Tu vois, c'est de ça que je n'arrive pas a me priver: cet humour extraordinaire dont tu fais montre, a l'instar de quelques autres de mes lecteurs, qui me font voir la vie en rose malgré les turbulences...

      Supprimer
  24. PSSIT : la musique , on dirait un peu le roi et l'oiseau, alors forcément j'ai presque les yeux humides!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'engage à aller découvrir les autres titres de ce pianiste excellent.
      Le roi et l'oiseau, quel beau film...la bergère et le ramoneur...j'ai adoré.

      Supprimer
  25. Bon, sérieusement.
    Lorsque tu fais ce rêve, qu'es-tu en train de vivre dans la vraie vie? C'est probablement là que réside la clef de ce rêve.
    Pour les autres fois, je ne sais pas, mais il me semble qu'il y a maintenant matière à voir la chose ainsi:
    Courir, c'est être pressé
    Quitter un lieu ou un état, ça ressemble à un saut dans le vide.
    Dans cette mer noire, plate et mystérieuse...
    Que peut-il y avoir de plus difficile à atteindre que ses désirs....
    Baci Céleste

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais il était sérieux en fait ton premier commentaire...oh la la j'espère que je ne t'ai pas vexé...
      Ça pour les désirs, tu peux le dire...c'est difficile, et il faut bien des renoncements.
      Mon inconscient exprimé sans doute cette impossibilité par ce rêve incongru.

      Supprimer
  26. Pourquoi vouloir à tout prix interpréter les rêves, issus du grand bazar de l'inconscient?
    Si encore ça pouvait servir à quelque chose ... Mais non.
    Serais-tu plus heureuse (= sereine, contemplative, passionnée) si on te donnais l’hypothétique clé?
    C'est du jus de crâne, tout ça !!! ;)
    Mais je ne me classe pas à part, j'ai ma dose aussi de rêves récurrents. So what?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, ça ne sert pas a grand chose de connaître l'explication des choses...et pourtant ça résulte quand même d'un phénomène quasi général dans l'humanité : on aime bien savoir, et comprendre.( enfin, heureusement, sinon mon métier deviendrait un casse-tête! Déjà que...)
      On passe sa vie a chercher a apprendre le nom de telle ou telle plante, de telle ou telle étoile, à regarder des émissions scientifiques et a étudier des phénomènes, à jouer à questions pour un champion ou au Scrabble pour enrichir sa culture générale, et a lire pour essayer de mieux se connaître soi même. t au final, ça sert a quoi, tout ça, comme disait Maxime le Fox Terrier?
      Et tu vois, je suis tellement curieuse que j'aimerais bien connaître un de tes rêves récurrents... :-)

      Supprimer
    2. Un de mes rêves récurrents??
      Rhôôô, non, j'ose pas ... ;)

      Supprimer
    3. Et voilà, maintenant que ça devenait intéressant... Pffffff!!!

      Supprimer
  27. Il est très particulier ton rêve insistant... J'en ai eu un aussi pendant des années et une conseillère conjugale consultée n'a pas su "sauver mon mariage" (qui était au delà des massages cardiaques) mais par contre elle a tué ce rêve en me disant de me forcer à affronter l'être mystérieux qui, dissimulé derrière une porte au dernier étage d'une maison que je gravissais en silence, voulait me tuer (méchant!). Je lui échappais toujours en descendant élégamment sur la rampe et en faisant des bons d'impala, mais je ne savais pas qui c'était.

    Je t'avoue que consciemment je ne l'ai pas su. Mais j'ai cessé de faire le rêve. Peut-être un jour ai-je affronté l'ennemi, ou compris. Je ne sais pas. Mais plus jamais je n'ai rêvé ça...

    La question de ton rêve est peut-être: pourquoi tombes-tu au lieu d'essayer de franchir l'espace d'un bond tout de suite, ne perdant pas ton élan dans la chute? Ou pourquoi veux-tu aller aussi vite quitte à t'écraser dans le fond alors qu'il y a peut-être un moyen plus long mais plus sûr d'arriver en face?

    Ciel, tu as du pain sur la planche!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonnes questions Edmee! En même temps, je ne vais pas me passer la rate au court bouillon pour un cauchemar que je ne fais que très épisodiquement, et surtout dans les moments de changements ( une façon d'exprimer la fameuse mue dont je parlais il y a peu) des que j'aurai retrouvé ma nouvelle peau, ça ira mieux. Et j'y travaille. Merci de ton témoignage.

      Supprimer
    2. Mais qui dit que si elle se laisse tomber elle ne volera pas ? ou bien elle fera un plongeon magnifique dans la mer parmi les poissons ??? nous sommes tous bien pessimistes...

      Supprimer
    3. Oh oui, Anne, de l'optimisme à pleines lampées! J'en ai besoin...

      Supprimer
  28. "Enfant, je me réveillais en sursaut, et "en nage".
    Pourquoi, au lieu de courir Chère Célestine, n'essayez vous pas de rejoindre l'autre falaise en "nageant" dans l'air, très au-dessus de la mer, et puisqu'il y a du céleste en vous ?
    C'est ce que je fais moi-même dans mon propre rêve récurrent, une large brasse puissante avec un ciseau qui me propulse bien en avant, il suffit de prendre une bonne impulsion sur le bord de la première falaise pour faire la traversée, à l'aise. Et de bien s'appuyer sur l'air. Ça "marche", vous verrez, enfin, ça "nage".
    Bien à vous, et merci à Cédric de m'avoir incitée à m'aventurer sur votre blog, où je me sens un peu comme chez moi, et comme dans mes rêves.
    Catherine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue Catherine, si je pouvais commander a mon inconscient, il y a longtemps que je nagerais dans l'air... ^^
      Il est mignon ce Cédric de me faire ma pub. Je m'en vais le remercier de ce pas...
      Nb je vous ajoute a mon totem. En cliquant sur " nom/URL" vous pouvez écrire votre pseudo c'est mieux que d'écrire anonyme. Vous n'êtes pas obligée de donner d'autres renseignements.

      Supprimer
  29. Bon y' a plus grand'chose à dire. En matière de rêves j'ai des périodes plus actives que d'autres, et je ne m'en souviens pas souvent, sauf dans certaines périodes plus fécondes.
    Cependant, je ne suis pas d'accord avec Antiblues. Depuis quelques années qu'avec l'aide de professionnels je remue les poussières de ma carte-mère à moi qu'elle est dans ma tête, j'ai appris que je suis seul à en avoir la clé (des rêves, pas des professionnels, hein). Mais que j'ai besoin d'eux (les professionnels, pas les rêves, hein) pour m'accompagner, m'accoucher dans l'interprétation.
    Et ça m'a bien aidé à comprendre qui je suis, comment je fonctionne, et surtout ça me permet d'avancer.
    Et l'important, c'est le chemin. Non ?...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment ça, y a plus grand chose a dire? Ne décourage pas mes commentateurs, mon sujet est vaste et tout n'a pas été dit!
      Cela t'étonnera si je suis a la fois d'accord avec Antiblues et avec toi? Non que je n'aie pas plus d'idée qu'une girouette. C'est juste que j'essaie de comprendre le point de vue de chacun, et à trouver ce qui résonne en moi dans chacun.
      Du coup je me trouve plutôt bien sur la voie du milieu. Oui, c'est mon chemin, et il est important pour moi.
      Merci mon Candidounet de tes réflexions intéressantes qui contribuent à élargir le débat.

      Supprimer
    2. Candi doux, net25 janvier, 2014 13:59

      "...Ne décourage pas mes commentateurs..."
      s'cuzez-moi, M'dame.

      :o)

      Supprimer
    3. Y a pas de mal...mais je préfère le Miss habituel, parce que m'dame ça fait un peu prof.

      Supprimer
    4. So do I, Miss, pour vous servir...

      Supprimer
    5. Eh éh éh , j'aime bien quand on est pas d'accord avec moi! (Tu sais, le syndrome genre "je suis seul contre tous mais je suis sûr d'avoir raison" !!)
      N’empêche, c'est du jus de crâne tout ça !!! ;)

      Supprimer
    6. Ah Antiblues...Je sais que tu aimes...et tu sais bien que moi j'aime ça, les grains de sable. Ça évite le consensus. Parce que le con sans suce c'est pas top.
      Ok je sors... Ah mais non je suis chez moi!

      Supprimer
  30. Je ne me souviens pas trop de mes rêves et je ne crois pas en avoir de récurrent. Par contre, j'ai parfois l'impression d'avoir déjà vécu certains événements ou situations de ma vie ; cela fait bizarre. Bon week-end Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La sensation de déjà-vu est extraordinairement commune a tous les êtres humains.
      La aussi, les explications sont diverses et variées. Et toutes sont les bienvenues. J'aime bien, pour ma part, l'idée de vies antérieures et de karma. Mais tout n'est peut être qu'une histoire de phéromones.

      Supprimer
  31. Je ne fais plus de rêve récurent mais j'en ai fait un souvent lorsque j'étais ado : j'étais dans une situation délicate et pour m'en sortir il fallait que j'enlève le masque que j'avais sur le visage ! Le problème c'est qu'en dessous du premier masque il y en avait un autre, puis un autre et que je ne retrouvais jamais mon vrai visage ! Recherche de personnalité m'a t'on dit !
    Je crois n'avoir jamais rêvé que je courais dans le vide par contre je suis sûre que je cours sans arrêt après le temps:-)!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je commence a connaître l'emploi du temps des retraités...jamais une minute a vous! Mais c'est pas une vie...
      Ton rêve d'ados était assez horrible. Mais c'est fascinant en même temps, cette force créatrice du cerveau...

      Supprimer
  32. C'est que peut-être il est temps que tu ouvres tes ailes ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un bon conseil, normal pour un zosio...

      Supprimer
  33. Rêve récurrent qui me panique jusqu'au réveil et quelques instants après : je conduis dans l'obscurité, et j'oublie d'allumer les phares de ma voiture ... et c'est l'angoisse totale ! ! !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je veux bien te croire! La seule chose rassurante, c'est finalement que tout le monde a des rêves récurrents...Piètre consolation au coeur de la nuit!
      Bises

      Supprimer
  34. Pas de rêve récurent pour moi... mais peut-être te dit-il de ralentir, un peu. Ou bien de prendre de la hauteur. N'empêche, je peux comprendre ton malaise au réveil. Bon dimanche à toi... prend le temps de compter les oiseaux de ton jardin (c'est le WE choisi par la LPO) et "contemple"... bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne savais pas que c'était la journée internationale des oiseaux...
      J'ai bien choisi mon jour pour rêver que je vole!

      Supprimer
  35. Ohhh angoissant ce rêve… je n'en connais pas la signification… mais courir me semble signifier que tu dois avoir beaucoup de choses à faire et des obstacles à franchir !!!!
    J'en faisais un avant d'apprendre la maladie de ma maman qui s'est arrêté net après l'annonce… donc je pense qu'il faut toujours être attentif aux rêves. J'en fais toujours un avant de jouer une pièce de théâtre : je suis en scène et je n'ai aucune idée de ce que je dois jouer… ni du texte… l'horreur :-) Mais bon, là c'est juste le stress….
    Gros bisous Laure

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que mon rêve n'est pas prémonitoire...
      Je t'embrasse petite Laure.

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.