mercredi 4 décembre 2013

Vue d'en haut



J'ai accepté ce vol en goéland, mais je ne suis pas très rassurée...Il n'y a rien pour se tenir, seulement l'odeur de son cou frais et son empennage d'un blanc opalin. Il me regarde de son œil noir et brillant.
-Monte! 
Je m'installe sur son dos, je me traite de folle intérieurement. Sa voix est étrange, c'est celle de mon moniteur de ski quand j'ai eu ma première étoile, à dix ans. Impérieuse et rassurante à la fois. J'obéis.
Je ferme les yeux. J'ai peur. Mais j'ai envie en même temps. Les deux forces contradictoires de chaque désir.
Il prend sa course d'élan, ses pattes frappant le sol avec force. Ma tête oscille en suivant les mouvements de son corps robuste et chaud.  Mon coeur se décroche et se rompt quand je n'entends soudain  plus rien, que le silence de la vie. La terre s'éloigne.
-Regarde! 
Le paysage est d'une beauté farouche, nimbé de la brume légère qui monte de la vallée. Vue d'en haut, la vie semble belle et paisible. Plus un cri. Plus un bruit de malheur. Mes soucis semblent minuscules, et disparaître dans la ouate d'un nuage.

Le vent fait claquer mon corsage comme une voile, je sens la fièvre et l'ivresse me gagner, des tressaillements me traverser. Je voudrais agrandir mes yeux pour absorber les champs roux, les arbres qui moussent de rayons, les rides sur la mer, scintillant au premier soleil, la splendeur des maisons bleues accrochées à la colline, le concert des ors gris et des nacres de la ville au-dessous de moi. 

Quand je m'éveille, je reste durant de longues minutes frissonnantes, épantelée par ce rêve. Je ne sais pas ce qu'il veut dire.   


Dear Father (Reprise) by Neil Diamond on Grooveshark

71 commentaires:

  1. Je sais maintenant ce que Bernard et Bianca ont ressenti en prenant leur envol sur air albatros :-)
    http://www.dailymotion.com/video/x31rc5_bernard-et-bianca_fun
    Tu rêves que tu voles, mais c'est magnifique...
    Baci Bella

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, B&B j'y ai pensé aussi !
      Dans le dessin animé, l'albatros n'a pas l'air bien fiable !! ;)

      Supprimer
    2. @Antiblues Oui, cet albatros a la carlingue qui se déglingue, mais quelle poésie!
      On pouvait penser aussi à Nils Holgerson, sur son oie sauvage, ou Poucette sur son hirondelle.

      Supprimer
    3. @Blutchiamo
      Tu crois que j'ai besoin de grand large?

      Supprimer
  2. S'élever ?
    Prendre de la distance ?

    En tous cas, un bien beau rêve, positif, où l'on t'accompagnerait volontier...

    Et la musique de Neil Diamond !... :o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je savais que tu aimerais le brillant Neil Diamant.
      Très beau film, tiré d'un magnifique livre que je redécouvre grâce à toi.

      Supprimer
    2. Je sais que tu savais... ;o)
      J'ai le vinyl depuis... oulààà, parlons d'autres choses !...
      Je le redécouvre grâce à toi...

      ;o))

      Supprimer
    3. Mais non, le temps ne passe pas si vite? Si? ah, oui c'est vrai...

      Supprimer
    4. Oui, mais qu'est-ce qu'on est bôôôs !

      ;o))))

      Supprimer
    5. (à lire sur un ton profondément déçu) : Oh non Cel, mes illusions . . .

      Supprimer
  3. La signification est pourtant simple: tu as envie de découvrir le vol à voile !! ;)
    Ok, je sors ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais m'inscrire aux Glénans, c'est sans limite d'âge...

      ;-)

      Supprimer
    2. A ma connaissance, les Glénans c'est la voile, moi je te parle de vol à voile c'est à dire de planeur (ben oui, je suis resté dans le sujet du billet lolll !).

      Supprimer
    3. Désolée d'avoir censuré la dernière partie de ton commentaire, mon ami, je sais que tu me pardonneras cette liberté.

      Supprimer
    4. J'ai pas vu le problème, mais c'est pas grave, tu sais que ça plane pour moi moi moi moi !

      Supprimer
    5. Pas un problème, juste un détail un peu trop précis...
      Sinon Plastic Bertrand, wouhou! ça fait une paye!

      Supprimer
  4. Et dire qu'il y en a qui pourraient croire que c'est un rêve...

    Un goéland

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A une certaine altitude, rêve et réalité se confondent, comme la mer et le ciel...

      Supprimer
  5. Fastoche ! "Goéland" peut s'entendre "Go, élans !". On peut en conclure :
    1°) que tu attends la venue du Père Noël et de son traîneau avec impatience
    2°) que tu devrais prendre des cours de zoologie pour apprendre à distinguer les rennes et les élans

    Ne me remercie pas, c'est un don chez moi ! :~)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A moins que je veuille devenir critique gastronomique...Chez Gault et Millau, car chacun sait que Millau est rapide, et Gault est lent.

      Supprimer
    2. Ho la la ça vole haut avec vous!!!

      Supprimer
    3. Ah, oui, Brizou, avec Tant-Bourrin, ça vole toujours très haut il faut que je me maintienne à son haut niveau, et ce n'est pas facile...

      Supprimer
  6. Les politiques aussi rêvent de voler....Mais eux c'est sur le dos du contribuable et c'est beaucoup moins poétique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, hélas! c'est particulièrement vrai en ce moment, parce que les élections leur donnent des ailes...

      Supprimer
  7. Ressentir chaque instant de sa vie, même lorsque l'on dort. Que c'est bon!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, c'est bon! C'est même carrément divin. Les beaux rêves paisibles sont suffisamment rares pour que l'on ait envie de les écrire.
      Bises petite étoile.

      Supprimer
  8. rêve de plénitude
    je vois que tu as adopté le lecteur Grooveshark!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un site qui s'appelle "le requin qui s'éclate" ne peut pas être foncièrement mauvais...quoique...
      Ce rêve était tellement agréable que j'ai été déçue de me réveiller...

      Supprimer
  9. Magnifique rêverie, carissima Célestina !
    La dernière fois que j'ai volé c'était à Carrefour, mais il y a prescription... Quoique !
    Joli crobard tu progresses, va falloir que je m'accroche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui n'a jamais piqué un petit truc un jour? Moi c'était à quinze ans. Je l'ai raconté dans un billet

      http://celestinetroussecotte.blogspot.fr/2011/07/sept-de-mes-secrets.html

      On ne joue pas dans la même cour question dessin!

      Supprimer
  10. ça c'est la puissance intégrale !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, l'ivresse de la liberté...tu connais ça, toi, cher petit singe?

      Supprimer
  11. Quarante ans déjà...
    N'empêche, Livingston ou pas, je n'ai jamais trouvé le regard des goélands très rassurant. Plutôt glacé, agressif même...
    Quand je rêve que je vole, je n'ai pas besoin d'animal porteur. Je lévite, c'est tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, je l'ai vite...Mais chut! Faut pas le dire!

      Supprimer
  12. Chevaucher Jonathan, mon vieil ami de vertiges et d'exils, doit effectivement provoquer des sensations. Holy, Holy, Sanctus, Sanctus "Sois", Célestine, mais je crois que tu l''es. Bises d'envergure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que les gens me disent souvent que je suis très z' holy...

      Supprimer
  13. Rââlala, pourquoi c'est un goéland, Jonathan? Pourquoi c'est pas une mouette? C'est plus zoli, les mouettes, plus fin, plus rapide, c'est proche du décollage vertical quand le goéland genre B52 demande une piste d'envol style celles de CDG. Et pis aussi, ça persiste à vouloir manger et vivre dans son habitat naturel, la mouette, quand le goéland se transforme peu à peu en fouilleur de poubelles urbaines près des cités côtières.

    Mais là, je m'éloigne un peu de la poésie de ce post, Célestine. Mille pardon ;)

    Bernard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. suis assez d'accord sur le coté pénible du goéland !
      Et son cri de cochon qu'on égorge est à fuir... surtout quand il sont des centaines au-dessusi des chaluts qui rentrent au port... Insupportable !!
      En plus ils te ch... dessus !!!
      Mais notre Célestine doit avoir un goéland.. de rêve... aphone... surement !!

      Supprimer
    2. @Bernard et Alain
      Bon les bad boys du fond de la classe, vous n'imaginez pas comme c'est dur d' amener à la poésie des zozos de votre espèce, et pourtant, c'est toute la grandeur de ma mission...:-D

      Supprimer
    3. Oui pénibles, mais utiles parce que, lorsque les éboueurs sont en grève eh bien les copains goélands, ils sont bien pratiques et moi je trouve la scène assez poétique. J'aime bien les goélands et je me demande si leur féminin c'est goélette ? l'idée me plaît !
      Bon d'accord, Jonathan comme prénom d'oiseau, c'est pas top top, alors va pour Maurice ou ... Gertrude , c'est comme on veut ! ! !
      Allez bon vol !

      Supprimer
    4. Oh, Maurice, arrête de chier sur les gens et pique donc sur ce tas de carcasses de poissons, fais gaffe de ne pas te laisser choper par les ouvriers du chalutier Findus, ils seraient cap' de te rajouter au cabillaud à la Bordelaise!

      Supprimer
    5. Ah ouais, bad boy, je revendique ^^
      A propos, moi j'en suis resté aux porte-plume, buvard et morceau de craie dans l'encrier du voisin... Dis moi, Célestine, la place stratégique du fond de la classe, c'est toujours là qu'il y a le radiateur? Parce que, sinon, ça n'a plus aucun intérêt, surtout en cette saison et surtout quand y'a poésie...^^

      Bernard

      Supprimer
    6. Oui bien sûr, la mythique place près du radiateur...

      Supprimer
  14. Tu prends ton envol ? Tu es aidée, emportée dans une nouvelle aventure qui t'élève vers les cieux et te fait voir la vie d'en haut ????
    Ah, ces rêves qui nous poursuivent au réveil !
    Attention que l'atterrissage ne soit pas chaotique hein !
    Bon voyage Célestine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis fait une règle dans la vie, vu que je n'aime pas trop les mornes plaines: pour avoir l'envol, il faut de temps et temps redescendre sur terre, pour avoir les hauts il faut accepter les bas...

      Supprimer
  15. J'ai adoré "sept de tes secrets", en suivant le lien que as indiqué, c'était agréable à lire et bien sûr on t'y reconnais avec cette magnifique innocence, de rêveuse et crois-moi , c'était plein d'émotions qui rappellent, mon innocence à moi, avec mes frasques d'enfant. Planer! il n'y a pas plus beau et meilleure évasion que planer en haute altitude, loin du bruit, loin du tohu-bohu et proche du ciel et au dessus des nuages! Mais je sais que planes déjà en pensant à quelques vers d'un poème de Victor Hugo:
    "Toute femme (ou tout homme) ouvrant un livre y trouve une aile, et peut
    Planer là-haut où l'âme en liberté se meut."
    Chère Célestine, tu nous transportes et tu nous fais planer, souvent avec tes mots charmants et réjouissant comme du baume au cœur!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ....Mais je sais que tu planes déjà en pensant....(pour préciser la fin de la quatrième ligne!)

      Supprimer
    2. Je suis touchée que tu aies pris le temps de lire ce billet.
      Je retiens surtout ce très joli mot de " magnifique innocence"
      Puisque tu aimes mes billets, et ma part d'enfance, tu peux lire " cette part de moi"
      ICI

      Supprimer
  16. Je ne sais pas non plus ce qu'il veut dire mais en tout cas il était très beau!
    Et cette musique! ah ! merci Célestine je l'adore ! J'avais le disque et je l'ai écouté en boucle des centaines de fois! Tiens tu me donnes envie de le ressortir du placard où je l'ai rangé:-)!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, oui sors le du placard, Mammilou, fais toi plaisir, c'est tellement merveilleux de se replonger dans quelque chose de doux, qui nous a fait du bien.
      Meilleur que n'importe quelle cure de vitamine non remboursée par la sécu.

      Supprimer
  17. Je ne sais pourquoi, ce texte m'a immédiatement mis en tête la chanson de Brel : "mon enfance"
    notamment la fin évidemment...

    .....Je volais je le jure
    Je jure que je volais
    Mon cœur ouvrait les bras
    Je n´étais plus barbare
    Et la guerre arriva
    Et nous voilà ce soir.

    Célestine restera toujours la tête et le coeur dans le ciel et les étoiles.
    Ce n'est pas à 17 ans qu'elle n'est pas sérieuse (Rimbaud), c'est de toujours à toujours.

    (je capte pas les musiques chez toi depuis que tu as changé de machin... Pas grave puisque je coupe toujours le son de mon ordi... Là, pour une fois j'aurais bien écouté ce que tu avais mis)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beaucoup de choses...ça mériterait une réponse un peu fouillée.
      Tout a fait d'accord pour Brel.
      Et pour Rimbaud évidemment.
      Tu sais parler aux femmes toi!

      Supprimer
  18. et toi, Célestine.... quel sens donnes-tu à ton rêve? tu dois bien avoir une petite idée...?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me garderai bien de donner un sens psychanalytique a ce rêve...
      Mais ce qui est sur, c'est que j'ai beaucoup parlé de ce livre ces temps-ci. Je suis allée le chercher a la bibliothèque, une envie de le lire ou de le relire, puisqu'il me semble l'avoir lu quand j'étais jeune mais je ne m'en souviens pas vraiment. Il doit faire partie de ces livres que l'on lit plusieurs fois aux différents âges de la vie.
      Mais aussi, je crois que je passe une période un peu " terre à terre " au boulot, et que j'ai un énorme besoin de prendre de la hauteur, du recul, et d'apercevoir le soleil, qui me manque toujours beaucoup en hiver. Certains problèmes dont certains se font des montagnes me semblent tellement insignifiants quand on ne se prend pas au sérieux, et que l'on respire a fond.

      Il y a tout cela dans mon rêve , et un énorme besoin de liberté.
      Mais je ne suis sûre de rien...

      Je t'embrasse fort.

      Supprimer
  19. Très beau ce texte... Le rêve, envie de liberté, de jeter par dessus bord les contraintes ? Mais je ne suis pas psy et me garderai bien de l'être. J'ai immédiatement pensé au livre Jonathan le Goéland que j'ai lu il y a...............oups je ne sais plus. Plein de poésie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ter les contraintes? ou les surpasser?
      Pour ma part, le rêve est un excellent moyen d'évasion.
      Très beau ivre, je confirme...

      Supprimer
    2. Lapsus de clavier que je trouve très joli...

      Supprimer
    3. Hips !

      Buuuuurp ! . . . . . .

      Supprimer
  20. J'aime beaucoup ton avant dernier paragraphe, tes mots sont gracieux comme le vol des mouettes ou des goélands.
    Ce rêve veut dire qu'Icare avait raison...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Mind, j'aime jouer avec les mots et les polir comme des pierres précieuses.
      Icare avait raison, au risque de se brûler les ailes...

      Supprimer
  21. Quelle chance tu as eu de t'envoler bien haut, de planer et d'entendre le chant du vent et le froissement des ailes... c'est un bien beau rêve!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui un bien beau rêve, qui m'a laissé dans une plénitude merveilleuse.

      Supprimer
  22. Bien souvent, rêver qu’on vole traduit le besoin de se déconnecter du "fardeau du quotidien", de se sentir dans un état différent de la réalité dans laquelle on est incarné (ce n’est pas dans la nature humaine de pouvoir voler, or quand on vole on a perdu sa pesanteur.. ). Ça peut être aussi le signe qu'on a envie de "survoler" quelque chose, ou encore qu'on veut aller plus vite .. le tout c’est de comprendre, aller plus vite, où ??? ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'opterai plutôt pour le fardeau du quotidien...une petite école de deux cent quatre vingt cinq élèves et onze classes...Une certaine pesanteur administrative sans doute...

      Supprimer
  23. Oui, un besoin de regarder les choses de haut, et aussi ce désir de confiance/peur que tu as eue avec ton moniteur de ski. Tu avais peur de ce qu'il te faisait faire mais tu savais que s'il t'en jugeait capable, tu l'étais. Tu aurais besoin qu'on te dire "mais si, tu peux le faire! De quoi as-tu peur? Fais-le et tu verras que ça ne fait pas peur du tout"... :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah, ça ne fait pas peur? Bon je t'écoute, grande soeur!
      Et je vais me lancer...

      Supprimer
  24. J'adore! Bon voyage....
    Evidemment ça m'évoque Le merveilleux voyage de Nils Holgersson

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.