dimanche 1 décembre 2013

Voyage en Absurdie

Avertissement: 
Photo internet
Ce billet contient une dose importante de second degré et d'ironie. C'est pourquoi, contre d'éventuels effets indésirables, vous trouverez un antidote dans la petite vidéo en bas.



Si tous les gars du mon-on-de voulaient se donner la main ...♪♫. Enfant cette chanson me faisait pleurer. Je la trouvais tellement belle, tellement poétique. Je dessinais une belle terre ronde et bleue, et une ribambelle de bonshommes de toutes les couleurs qui en faisaient tout le tour. 

Il faut bien admettre que quelques années plus tard, et en raisonnant par l'absurde, j'en arrive à la conclusion que c'est rigoureusement impossible.

Pour la bonne et simple raison que,  même si c'était plausible scientifiquement( ce qui reste à prouver), en multipliant la distance moyenne de l'envergure humaine par le nombre d'habitants, en se plaçant rigoureusement sur l'équateur, pour avoir la plus grande circonférence, en trouvant un système pour être tous prêts en même temps (malgré les fuseaux horaires et l'alternance jour-nuit), un autre pour ne pas se perdre de vue dans la jungle équatoriale, un troisième pour tenir debout droit sur l'eau (y en a qu'un qui avait le secret, mais il l'a emporté avec lui, l'égoïste), bref, en réduisant toutes les contraintes physiques et techniques, eh bien malgré tout cela,  tous les gars du monde ne voudraient pas se donner la main.

Alors pourquoi ?  me direz-vous benoîtement. Mais, si tout le monde s'aimait, si les bons sentiments régnaient,  avez-vous réfléchi à tous ces métiers qui disparaîtraient? Une véritable catastrophe économique.
L'honnêteté triompherait: 
Plus de policiers, de détectives privés, de juges, d'avocats, de notaires,  de gardiens de prison, de vigiles, de pions, plus de fabricants de clés, de verrous, de cadenas, d'antivols, de barreaux, de grilles, de clôtures, de rideaux de fer, de bombes anti-agression, d'anti-démarrage codé, de coffres-forts, de code secret, de sites sécurisés, plus de banques, d'assurances, de contrôleurs, de vérifications des fraudes, d'amendes, de pénalités, de radars, de caméras de surveillance, de vidéos témoins, de lettres de rappel, de recouvrement, d'huissiers, de saisies, d'hypothèques...

La noblesse des sentiments serait la règle:
Plus de lutte des classes, de manifs, de syndicats, de prud'hommes, de partis politiques, de ministres véreux, de politocards, plus de patrons, plus de retraites chapeaux. Plus de curés, d'imams, de rabbins censés montrer le droit chemin ou d'éducateurs ramenant les brebis égarées...Plus de films X, de prostitution, de trafic de drogue, de tripots, de bordels, de clandestins, d'esclaves, de sans-papiers, d'exploitation de l'homme par l'homme...

L'amour et la paix seraient partout:
Plus de marchands d'armes, de bombes, de chars, de généraux, de militaires, de diplomates, de médiateurs, d'espionnage, plus de meurtres, de crimes, de viols, de tortures, de génocide donc plus de films ou de livres sombres et même noirs, de films d'horreur, de thrillers, de polars, plus de violence, d'inceste, de maltraitances donc plus de psychologues, de psychanalystes, plus de prozac, de tranxéne, de lexomil, plus de stages de développement personnel, plus de cours de sophrologie ou de yoga, plus de neurologues, plus d'ulcères à l'estomac, plus de maladies psychosomatiques, plus de marchands de sparadrap.

Quand les hommes vivront d'amour, en se donnant la main, si ça se trouve, plein de gens pensent  que ce sera chiant. Et si ça se trouve, ils ont raison.






103 commentaires:

  1. et plus de PSV ? non c'est impossible !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne place pas PSV au rang des métiers qui disparaîtraient, tu peux être tranquille!

      Supprimer
    2. Vous faites quoi dans la vie ? je suis petit singe vert ! bin alors c'est pas un métier ? si et à plein temps !

      Supprimer
    3. Je veux bien te croire! Mais c'est un métier d'amour, ma petite peluche adorée!

      Supprimer
    4. bin oui c'est comme ton métier !

      Supprimer
  2. A mon sens, ce n'est même pas une question de catastrophe économique, mais plutôt une question de particularité humaine. Je crois que l'humain, assez paradoxalement, aspire à la sérénité et à la paix tout en ne la supportant pas. Pourquoi ? je ne sais pas. Un besoin inné d'affrontements perpétuels, pour se prouver quoi ? apprendre quelque chose peut-être ? tu noteras au passage que c'est essentiellement une caractéristique masculine. Et puis de toutes façons je ne parlerais même pas d'amour dans ton hypothèse. C'est pas possible d'aimer tout le monde. On est tous différents, on a des affinités particulières et c'est tant mieux. Par contre, respecter. Oui, respecter les autres, respecter la différence, c'est cela qui permettrait de pouvoir "se donner la main" .. Mais bon, c'est une belle utopie. Tu as lu "les enfants de la terre" ? déjà au Néanderthal plutôt que la main ils se donnaient des coups de massue sur la tête ! ;-)
    Bon dimanche, Célestine rêveuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas lu " les enfants de la terre" mais j'ai vu "la belle verte" ...je sais que c'est évidemment une utopie. Bien évidemment quand je parle de " noblesse des sentiments" tu as raison, c'est au respect que je fais allusion. Pour ce qui est de la caractéristique masculine, il est vrai que la testostérone (désolée, messieurs) provoque une certaine violence, on le voit dans les cours de recréation, sans doute une réminiscence de nos cerveaux reptiliens. Ce n'est pas pour rien que j'ai mis l'image d'une femme portant un enfant. Mais il ne faut évidemment pas généraliser, il y a des hommes doux et pacifiques, et des femmes qui sont de vraies furies, jalouses, cupides, et se crêpant le chignon.
      Il n'en reste pas moins vrai que si tout le monde se respectait, la plupart des métiers que je cite n'auraient plus leur raison d'être. On pourrait sortir de chez soi sans fermer a clé, et garder son argent dans un bas de laine.C'est un exemple parmi tant d'autres.

      Supprimer
    2. Ahem !... On est au bord de l'éruption, là !

      Heureusement que Célestine a tempéré, grand Merci, Cel !

      à ambreneige : C'est pas trop difficile de scinder le monde entre bons et méchants en se rangeant, bien sûr, du côté des gentils qui font jamais de mal à personne ?

      Tu veux savoir ambreneige ? Là, tout de suite, tu m'as mis dans une immense colère (qui doit te réjouir puisqu'elle alimente ta croyance), mais aussi j'ai les larmes aux yeux. Oui.
      Mais j'ai déjà perdu assez de temps...
      Et je regrette que tu m'aies passé l'envie de lire la suite.
      Et je ne souhaite ni n'attends aucune réponse.

      Supprimer
    3. Célestine, je suis désolé, mais ça m'a submergé...

      Supprimer
    4. @ Ambre
      Ce sont les hommes d'aujourd'hui qui ont supputé que Cromagnon et Néanderthal étaient des brutes. Ils l'ont fait sans l'ombre d'une preuve à l'appui pour justifier la cruauté actuelle des hommes. De la théorie des civilisations anciennes, tout n'est qu'hypothèse et romance, voir falsification d'une histoire inconnue dans les faits.
      N'as-tu pas remarqué que ce sont toujours les perdants d'une guerre et les civilisations disparues qui sont des salauds? L'Histoire est écrite par les vainqueurs pour se donner bonne conscience et occulter leurs petites saloperies. J'aurais des exemples à donner qui pourraient nous occuper quelques années.....:-(
      Tiens un seul exemple: pour la chrétienté, la femme était un animal dépourvu d'âme jusqu'en l'an 1000...
      Pour illustrer l'imbécilité des anthropologues qui brodent sur ce qu'ils voudraient voir dans une civilisation ancienne, Yvan Labéjof avait fait des sketchs où un noir découvrait l'Europe. Il avait réussi à transformer un match de foot en cérémonie rituelle pour faire tomber la pluie. Juste de quoi être circonspect en lisant les historiens, anthropologues, explorateurs et autres affabulateurs.

      La cruauté n'est pas une caractéristique masculine, mais elle est liée au pouvoir. Les femmes d'état sont aussi cruelles que les hommes. Regarde Mme Tatcher, Indira Gandhi, Bénazir Buttho, etc.
      Plus près de nous, regarde les femmes ministres du genre Michèle Alliot-Marie: Une brutalité de propos, et une façon de rouler les mécaniques.....de vrais mecs....

      @ Célestine
      Peux-tu imaginer que si ton monde merveilleux était en place, Blutch ne serait jamais né et il n'aurait pas accroché un coin de l'âme de Célestoche... :-)
      Bisous et baci

      Supprimer
    5. Tu as le droit de t'exprimer, ne t'excuse pas. Je pense qu' Ambreneige n'avait pas du tout l'intention de te mettre en colère, elle s'est exprimée, elle aussi. Je me méfie toujours des généralisations. Les hommes sont comme-ci, les femmes sont comme ça. Mais c'est humain de voir midi à sa porte. Chacun juge en fonction de son vécu, et il n'est pas rare que l'on fasse payer à un individu la mauvaise expérience que l'on a eue avec un autre, en mettant du coup tout le monde dans le même sac. Les théories racistes sont fondées sur ce travers: les Arabes sont des voleurs, les Juifs des mercantiles, les Français ont une baguette sous le bras et les Anglais un parapluie à la place du coeur. Comment peut-on être Persan?
      Je vous embrasse tous deux très fort.

      Supprimer
    6. Ma réponse était pour Candide, évidemment,et je m'apprêtais à dire un mot à Ambre, mais Blutchiamo l'a fait tellement bien, et c'est tellement exactement ce que j'allais dire...Merci Blutchiamo de cet éclairage ...éclairé.^^
      Ti bacio

      Supprimer
  3. j'ai oublié qq chose : à la fin tu dis "plus de prozac, de tranxéne, de lexomil, plus de stages de développement personnel, plus de cours de sophrologie ou de yoga, " (pour le yoga ce serait dommage !)
    et bien même pas ! car encore une fois c'est une particularité humaine, et même individuelle..
    Ya des gens qui ont vécu des choses épouvantables et qui s'en tirent personne ne sait comment mais en tout cas sans personne - on appelle ça la résilience paraît il
    et puis t'as ceux qui sont traumatisés à vie par tellement moins grave que qq'un qui aurait connu les camps de concentration par ex.... Tous les êtres sont différents. c'est pas une question de motif extérieur, c'est une question de comment l'être reçoit ce qui se passe autour de lui, l'imprime, le mémorise. On a d'ailleurs pu noter que très souvent, le souvenir "traumatisant" n'a rien à voir avec la réalité (ou si peu)
    redit autrement, ce n'est pas ce qui s'est passé qui a de l'importance, mais bien comment chaque personne l'appréhende et le garde en elle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accord, je dois tempérer mon propos: il y aurait encore des choses traumatisantes qui justifieraient un accompagnement, un travail sur soi ou une thérapie.Mais ces choses seraient naturelles et inévitables, comme un tsunami, ou une inondation ( quoique, la encore, si des promoteurs véreux ne construisaient pas en zone inondable pour se faire de la thune, on éviterait pas mal de drames) . Il y aurait aussi toujours les deuils douloureux, la perte de ses parents ou de ses enfants. Soit.
      Mais quand tu parles de choses épouvantables, elles sont bien souvent le fait d'autres êtres humains. Tu en parles, je crois, en connaissance de cause. Les camps de concentration, c'est l'horreur absolue, mais chaque enfant battu, chaque femme violée, chaque petite vieille assassinée pour de l'argent sont un génocide perpétré depuis la nuit des temps, et ce n'est pas parce que c'est a l'échelon individuel que c'est moins grave.
      Merci, Ambre, pour ton témoignage très intéressant et plein de respect!

      Supprimer
    2. Je rajouterai: celestine rêveuse, tu dis...mais heureusement qu'il y a des rêveurs, car ce sont les plus grands rêves de l'humanité qui la font avancer. Une société qui perd son idéal de vue est condamnée.

      Supprimer
    3. Seuls les utopistes ont fait avancer le monde...
      Durant le Front populaire, il y a eu de grands débats pour la semaine de 40 heures. Dans le feu de l'action, un farfelu lance: "Et on veut des congés payés".
      Etre payé à ne rien faire, drôle d'idée!! mais elle fit son chemin comme un tsunami sur les rives de Fukushima et on connait la suite dans les 700 km de bouchons d'un WE de transhumance vacancière.
      La question actuelle étant maintenant de savoir s'il faut encore travailler pour être payé.... L'idée d'un revenu par habitant est dans les tuyaux.

      C'est vrai que le malheur existerait aussi sans que l'humain se mêle d'en semer sa part, mais je crois que c'est moins dur de perdre un être cher dans un accident ou une maladie que flingué pour des questions de fric ou d'idéologie. Mourir pour des idées.........
      Baci

      Supprimer
    4. Voilà, c'est exactement ça. Tu me l'enlèves de la bouche encore une fois.

      Supprimer
    5. Merci Butchiamo... j'aime croire en l'utopie, croire que les petits ruisseaux... etc;

      Supprimer
    6. Brizou, tu connais l'histoire du colibri?

      Supprimer
  4. j'aime ton voyage en Absurdie, et je ne crois pas du tout que ce soit "chiant", comme tu dis, on aurait enfin le temps de se consacrer aux choses essentielles, lire, écrire, chanter, danser, cuisiner, bavarder et regarder les étoiles :-)
    sans compter qu'exercer mon métier serait un pur bonheur à lui tout seul :-)
    bises et bon dimanche!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sur, Adrienne, comme je le dis dans l'avertissement, c'est du second degré...
      Mais une chose est sûre: le métier d'écrivain, par exemple, serait sérieusement compromis. Car les romans les plus lus fondent quand même leur succès sur une peinture très noire de l'âme humaine...tous les travers de l'homme, ses bassesses, ses turpitudes: sans eux, point de Steinbeck, de Shakespeare, de Molière, de Scott Fitzgerald, d'Agatha Christie...heureusement, l'amour sauve.
      Qu'est ce qui pourra sauver l'amour? Comme disait mon pote Balavoine.

      Supprimer
  5. ..."Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, je vous propose d'essayer la routine... elle est mortelle"...
    Paul Coello
    Bon dimanche Célestine sur les chemins de l'Avent...
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup la citation de Paulo Coelho. Quelque part, il est inscrit dans nos gènes, ce besoin d'en découdre, de se confronter, de s'aventurer. On entend souvent dire: mais il ne se passe rien, dans ce film ou dans ce livre. Sous entendu, il n'y a pas de baston, pas de méchant, pas de vengeance, pas de jalousies, pas d'action quoi. Les contes de fées ne commencent pas a " il était une fois" mais à " un jour, ..." C'est ce que mes élèves ont bien compris. Pas d'histoire sans une rupture dans le quotidien et la banalité de la routine.
      La question serait peut être alors de se demander si ce besoin d'affrontement ne pourrait pas rester simplement virtuel. Hélas, beaucoup trop de gens le déplacent dans la vie réelle, prenant l'existence pour un western ou un polar.
      Bon dimanche chère Den

      Supprimer
  6. Et des supporters de l'OM et du PSG se roulant des patins enflammés ? Gosh ! Je ne préfère pas imaginer cela ! :~)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hi hi, rien que d'y penser, j'ai l'impression de voir une BD de Gotlieb. Ce serait trop drôle, j'en ai mal aux côtes...

      Supprimer
    2. alors, moi à la maison j'ai quatre garnements fans de foot !!!!!!!!! du coup ça m'arrive de regarder parfois quelques images à la télé, ben je le dis : des fois c'est émouvant! Farpaitement !
      ça me rappelle encore un truc ..

      Gendre est un fana de foot, comme mon fils d'ailleurs. La dernière fois qu'ils sont allés voir un match ensemble, le lendemain, l'aîné de ses fils lui a demandé :

      (petits-fils 7 ans) c'était le PSG contre qui, samedi ?
      (Gendre) Caen.
      (petit-fils 7 ans) samedi ?
      (Gendre) ben, Caen.
      (petit-fils 7 ans) bah samedi. C'était contre qui ??
      (Gendre) ben c'était contre Caen.
      (petit-fils 7 ans, pas content) pfffff mais je le sais c'était quand ! ce que je veux savoir c'est contre qui !!!
      (Gendre) ben contre Caen !!!
      (mon petit-fils) :-)

      Supprimer
    3. Et tu ne leur dis pas: " Raymond Devos, sors de ces corps!" ?

      Supprimer
  7. Bon, ben, on commence ?
    Donnez-moi la main Mam'zelle... ♫♪♫

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...et ne dites rien..."
      Ok je me tais et je monte dans votre canot. Mmmm! Délicieux pour une balade dominicale.

      Supprimer
  8. ça y est Amélie Poulain m'a plombé la journée ! Quelle horreur tout ce bonheur ! Heureusement ici il fait tout gris, un temps pendre un canal ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, t'as raison, heureusement, avec ce froid, le SDF du coin va pouvoir casser sa pipe tranquillement, ça fera des trucs a raconter au bistrot du coin.

      Supprimer
    2. A propos de SDF, as tu lu ce livre ? (ou vu le film, puisque paraît il on en a fait un film)
      http://zenpourlesnull.canalblog.com/archives/2010/11/14/19601470.html

      Supprimer
    3. Non je ne l'ai pas lu.
      Ca me rappelle les paroles d'une célèbre chanson:

      Autrefois on gardait toujours une place à table
      Une soupe, une chaise, un coin sans l'étable
      Aujourd'hui nos paupières et nos portes sont closes
      Les autres sont toujours, toujours en overdose

      Supprimer
  9. À partir du moment où l'être humain reste un être de passion, ça me semble difficile en effet.
    Pourtant j'aimerais bien faire un petit tour en absurdie pour prendre un bon bol d'air zen :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plus le débat avance, plus je me dis que nous avons besoin des bas pour apprécier les hauts.
      Et qu'un bonheur parfait, sans nuage, est terrifiant. Comme un éternel été, sans alternance de saisons.
      Le paradis n'est pas forcement fascinant, à ce titre. Peut-être parce qu'il exclut l'aventure et l'inattendu.
      La théorie de la relativité marche à fond, là. L'absolu doit rester une quête.
      Mais un petit bol d'air zen, de temps en temps, ah oui!

      Supprimer
  10. Je dis tout comme toi mais en plus, j'appuie là :"Plus de curés, d'imams, de rabbins censés montrer le droit chemin ou d'éducateurs ramenant les brebis égarées...

    En effet, si on pense à touteS les religionS qui prônent l'amour du prochain mais que l'on surligne sur les frises historiques de nos classes tous les évènements abominables, les actes de barbarie et les injustices éhontées que les croyances ont engendrés, on peut se poser des questions...
    Notre monde ne serait-il pas plus humain (ou moins inhumain - tout dépend de l'hémisphère dans lequel on se trouve!) si l'homme croyait juste en l'Homme ?

    Par contre, si tu commences la chaîne, je veux bien te donner la main, même si on n'est pas des gars...

    Bon dimanche à tous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben voui...
      A titre individuel, privé, la religion peut être un secours, un espoir, une façon de vivre. Et je respecte les croyances de chacun, tant qu'elles n'interfèrent pas sur ma liberté.
      Mais ses représentants officiels, quelle que soit la croyance, nous roulent tellement dans la farine obscurantiste, que je ne leur trouve aucune circonstance atténuante. L'humanisme éclairé est à mon sens la seule chance de survie de l'espèce. C'est dire qu'on est mal barré...

      Supprimer
    2. Mon Dieu, préservez-moi des religions et de leurs roitelets....
      J'en sais trop sur leurs magouilles pour pouvoir en respecter une seule.
      Ce qu'elles nomment Dieu n'a pas besoin de ces pique-assiettes, bien au contraire....
      Baci

      Supprimer
  11. Tu m'as l'air en pleine forme. La plume affûtée et le stylo créatif. Ton inspecteur a l'air d'un bon gars, de ceux qui auraient pu se tenir la main. Cité de l'espace en juin? En ce premier jour de l'Avent je t'envoie des baisers.Douce journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que je puise mon énergie de survie dans l'écriture...
      Non, pas de cité de l'Espace, mais une classe transplantée dans un petit village sous un ciel très clair, avec un planétarium et des astrophysiciens diplômés d'état.
      Plein de bonheur à toi!. Je me souviens quand les trois calendriers de l'Avent étaient accrochés dans la cuisine...une délicieuse tradition de gourmandise.

      Supprimer
  12. Je regretterais seulement les stages de développement personnel ... Même 100 % assertif, il y a toujours quelque chose à apprendre pour faire mieux !! :)
    Second degré, ironie, écris-tu ? Peut-être pas complétement, une Célestine reste une Célestine, on ne change pas facilement les rayures de la zébresse !!! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon je garde les stages, mais uniquement si c'est avec toi.
      Si si, je t'assure, je suis sérieuse. Je crois que je me place en première ligne parmi les gens qui ont une sainte horreur de la platitude. Et qui trouveraient donc un monde parfait, parfaitement chiant.(je résume hâtivement tout ce que j'ai développé plus haut dans les commentaires)
      Sous la zébresse, une tigresse, n'oublie pas.
      Kiss

      Supprimer
    2. pppfffffffff !
      Dans ta version, je serais chomeur.....
      ké malheur !
      :-(

      Supprimer
    3. rha la la! bon je vais garder les psys aussi...mais j'ai peur qu'un serrurier vienne me dire : "Ben et moi? Je sens le pâté?"

      :-DDD

      Supprimer
    4. Bon, d'un autre côté on peut aussi envisager le recyclage des psys en GO de camps de vacances et les serruriers en fabricants de barbecues...
      Baci Céleste

      Supprimer
    5. Hi hi ce serait trop rigolo!

      Supprimer
  13. De toutes façons tu te trompes sur une chose, ce n'est pas l'envergure mais justement le manque d'envergure des humains qui les empêche de réaliser le projet ou plutôt le rêve que tu décris.
    C'est l'économie du chaos et l'horreur du business roi dont tu parles finalement.
    Le jour où l'on trouve un vaccin général pour prévenir tous les cancers (ce qui scientifiquement n'est sûrement pas possible), c'est une catastrophé économique...les cancéreux font vivre beaucoup de monde, c'est super rentable économiquement. Par contre pour les maladies orphelines, pas de business à faire donc pas de recherche et pas de médecins pour aller vers cette spécialité là. Tu penses, pourquoi chercher des traitements pour 2000 personnes , ça coûterait un bras pour rien...seulement 2000 être humains. Et en plus, la majorité de ses maladies ne sont pas vendeuses, elles ne se voient pas...il n'y a guère que le les myopathies qui soient vendeurs.
    Quant à la faim dans le monde, je crois qu'il suffit de 20 milliards de dollars par an pour nourrir quasiment tout le monde...
    Allez je m'arrête là avant d'être beaucoup trop politiquement incorrect...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te trouve très correct quant à moi...tu dis là des choses très vraies, malheureusement. même si elles mettent en lumière des choses un peu contradictoires: Pour quoi faire des recherches contre une maladie qui rapporte tellement d'argent, au risque de tuer la poule aux œufs d'or?Ne vaudrait-il pas mieux sponsoriser la recherche sur des maladies "peu rentables" économiquement?
      Puisque tu en parles, je me suis toujours dit que le tout puissant lobbye des labos n'avait aucun intérêt, contrairement aux apparences, à ce que l'on soit en bonne santé. C'est lui qui a fait changer les taux légaux pour le cholestérol, de façon a "créer mathématiquement" des milliers de nouveaux malades...Avant, à 2,20 g tu étais "normal", maintenant tu es malade.
      Quel labo a intérêt à ce que les gens sachent qqu'un mal de tête banal n'a pas besoin de paracétamol ou d'acide acétyl salicilique? Un peu d'huiles essentielles sur les temps et hop.
      Même chose pour les médicaments anti-rhume, qui se sont avérés de vrais poisons, alors qu'un simple lavage de nez est quasi miraculeux...
      Je vois ce que tu veux dire par politiquement incorrect...

      Supprimer
    2. Euh...quand je parlais d'envergure, c'état au sens propre: la distance d'une main à l'autre en passant par les bras...

      Supprimer
  14. N'est ce pas que tout est peut être parti du "fruit interdit" dans le jardin d'Eden! Sinon on serait encore des anges.
    Mais on peut toujours méditer ces paroles d'Isabelle Eberhard:
    "Tout le grand charme poignant de la vie vient peut être de la certitude absolue de la mort. Si les choses devaient durer, elles nous sembleraient indignes d'attachement."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es la sagesse, mon ami!
      Mais nous qui pouvons nous payer le luxe de trouver que parfois la vie manque de sel, nous ne devons pas perdre de vue qu'il en est qui aimeraient bien seulement lui trouver un goût quelconque.
      Comme disait Bigard dans un de ses sketchs du temps où il me faisait rire, "pendant qu'un cinquième de la planète cherche par tous les moyens à ne pas grossir, les quatre cinquième aimeraient simplement manger, si c'était possible. M'est avis que du lait entier, ils le boiraient.!"
      Le bonjour te va, comme dit un autre de mes amis.

      Supprimer
  15. Dans un monde de rêve comme celui que tu décris, avec tous ces "plus de... plus de...", il n'y aurait je crois plus de vie. La vie, c'est le mouvement, l’alternance de soleil et de pluie, la vie c'est un chemin, pas un état, un chemin où l'on avance, recule, hésite, où l'on progresse, un chemin fait de défis réussis ou ratés. Un chemin où l'on apprend à aimer
    Aimer est un apprentissage, pas un état acquis...
    Alrs ce rêve que tu fais, il est bon sans doute de s'y laisser aller, le temps de reprendre son souffle, de rassembler son courage...
    Puis on s'ébroue, on sort de ce rêve et on retrousse ses manches...
    On affronte le monde des vivants, pleinement VIVANT soi-même...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais tout à fait, chère Coumarine, ce n'était pas "mon" rêve, c'était une extrapolation métaphysique autour de la phrase "si tous les gars du monde"...Et d'ailleurs, je me mets avec ceux qui pensent qu'un monde "de rêve" à la bisounours serait bien chiant. Mais il faut bien distinguer deux choses: le niveau individuel, et le niveau général.
      Or, il me semble que tu mélanges un peu les deux dans ce que tu me dis. Je perçois dans tes mots comme une sorte de leçon de vie que tu m'adresses inconsciemment sans doute.

      Personnellement, je ne rêve pas, à mon petit niveau, de changer quoi que ce soit dans ma vie. Je la trouve belle, merveilleuse même, avec ses hauts, ses bas, ses alternances de pluie et de soleil, ses succès et ses échecs, ses joies et ses peines. Et ce n'est pas à toi que je rappellerai combien j'aime vivre et me sentir vivante au plus profond de mes fibres. J'ai conscience de ma chance, j'en ai parlé dans de nombreux billets.
      Mais au niveau général, je rêve d'un monde apaisé, ça oui. Je me mets simplement à la place de ceux qui n'ont que de la merde à manger (au sens propre comme au sens figuré), une survie en forme de lutte perpétuelle, pour l'eau, pour l'hygiène, pour la nourriture, la peur au ventre, des jours gris qui succèdent aux jours gris, ceux dont la vie est un enfer.De ces femmes prisonnières des talibans, de ces enfants des favelas, de ces hommes humiliés, torturés, par la folie d'autres hommes. Et souvent au nom d'un dieu qui, si j'ose dire,n'en a rien à battre que l'on s'entre tue pour lui... Et je me dis que si dans notre monde aseptisé, "civilisé", qui regorge de richesses (certes très mal réparties) on commençait par ne pas se bouffer le nez entre nous, ce serait pas mal...et ça dégagerait des sous pour aider les plus pauvres.

      Et pour tous ceux-là, vois-tu, je continuerai à rêver d'un monde meilleur, plus juste et plus fraternel.
      Je t'embrasse.

      Supprimer
  16. Et moi je pense que quand on se donne l'âme hein, comme on le fais sur nos espaces, on est un peu plus frères et heureux ...

    RépondreSupprimer
  17. L'auteur de cette chanson particulièrement nunuche et cucul la praline, faut bien le dire, n'a pas jugé bon de rajouter " et les filles du monde " Ouf ! nous avons donc échappé au ridicule ! C'est bien la première fois que le sexisme nous sert à quelque chose ! ! !
    ok je sors !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ben non, ne sors pas! je la trouve très con, moi aussi cette chanson.
      je la trouvais belle quand j'avais huit ans, mais j'ai "un peu" évolué depuis,malgré les apparences.

      Supprimer

    2. Ben les gars du monde se donne la main
      les filles du monde sont devant eux et font aussi des trucs avec la main
      ok je sors aussi....

      Supprimer
    3. Putain mais qu'est-ce que vous avez tous à sortir ? C'est pas la BNF ici, on a le droit d'être polisson!

      Supprimer
    4. .... et pour rentrer les polies sonnent ! ! !
      ok je ... non finalement, je reste !

      Supprimer
    5. Hé hé! Les polies sonnent...excellent.Je te garde!

      Supprimer
  18. On peut toujours essayer à petite envergure, ne serait-ce qu'avec ses voisins, déjà ce serait pas mal. La musique aussi est fédératrice. A grande échelle je reste sceptique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es la première qui me parle de musique: zéro commentaire sur cette extraordinaire vidéo. Moi elle me donne la patate!
      Les voisins, les amis, et même la famille: il y a du boulot pour que le monde tourne un peu mieux...

      Supprimer
  19. Ah la musique de KOHAR !
    Me demande si ça va fonctionner dans ton Utopie...
    parce que même cette musique elle est "frelatée" ....
    Derrière ce truc, il y a un homme d'affaire libanais qui finance le tout ;
    Sauf qu'il est poursuivi et a été inculpé d'escroquerie, faux en écriture, blanchiment et association de malfaiteurs. ..
    Pas de bol !
    tu vois le meilleur des mondes est pas pour demain !!
    OUF !! Je préfère celui dans lequel je suis LIBRE... et qui me donne le droit de faire ch... mes voisins !!!
    :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ben vrai, toi, pour casser l'ambiance!
      Bon ben ok. Le monde est pourri. Bouhou...
      Même Babar...: :-( pourtant je suis pas ta voisine... :-P

      Supprimer
    2. Ma Céleste, pour toi je ferai toutes les escroqueries les plus coquines, et t'offrirai une association de bienfaiteurs !

      Supprimer
    3. Oui, il mérite bien d'être inculpé aussi pour escroquerie musicale (je viens d'écouter un bout, juste par curiosité après le comm d'AlainX ). Faut dire que je sors de deux heures du dernier concert "Crossroad" 2013 d'Eric Clapton au Madison Square Garden. Ce n'est pas le même monde, ni même la même galaxie!
      Bon, tu viens de perdre 3 étoiles d'un coup dans tes sélections musicales, c'est c on, hein ??? ;)

      Supprimer
    4. Tout dépend de combien j'avais d'étoiles au départ...dans ma galaxie, il y a cent milliards d'étoiles, alors trois de plus ou de moins...
      Bon je fais ma bêcheuse pour donner le change mais je suis mortifiée, en fait. J'ai vraiment pas vu midi a quatorze heures avec ce petit happening. Dégringoler dans ton estime en rentrant d'une journée de boulot harassante, c'est con, oui. Je sais pas comment je pourrai remonter ça.^^

      Supprimer
    5. T'inquiète, t'as de la marge !! ;)

      Supprimer
  20. Pas sûr que ça marche pas cette histoire, Célestine, exception faite des contraintes physiques liées à la portance de l'eau...

    Si je ne me trompe pas, on pourrait faire pas loin de 200 fois le tour de la terre si tous les humains se donnaient la main. Bon, disons qu'on garde 10 % de "gentils tout pleins d'amour du prochain" qui voudraient bien se donner la main, ça laisse encore 20 rangées de personnes tout autour de la terre. On peut même réduire à 0,5% et on le fait le tour, les doigts dans le nez !

    Mais d'accord avec toi pour dire qu'un monde idyllique, un paradis à l'image de celui que promettent les témoins de Jéhovah, ça serait vite chiant.

    Quoique, temporairement...

    Et puisque tu sembles aimer la joie et la musique qui donne la pêche :
    http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=eJWlavnM6b0

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand même, si on fait le tour les doigts dans le nez, comment on fait pour se tenir la main hum??? ;)

      Supprimer
    2. Les doigts dans le nez, c'est parce qu'on a de la marge. C'est pas si compliqué : on donne le bras à sa voisine et on se fourre les doigts dans le nez. Bon, c'est vrai que du coup on se donne pas la main...

      Supprimer
    3. Dans la phrase " on donne le bras à la voisine et on se fourre les doigts dans le nez" l'essentiel est de ne pas s'emmêler les pinceaux! Sinon ça risque de devenir compliqué!

      Supprimer
  21. Sans déc! Nan mais t'imagines? Barbieland pour de vrai? Wow! Heureusement que je ne crois plus au père Noël, j'ai failli avoir peur... Pis, en parlant d'envergure, de toutes façons j'ai pas le bras assez long, à la différence de ceux qui l'ont, ou croient l'avoir, et qui le clament haut et fort au lieu de s'asseoir dessus, si j'ose dire... Mouais... Tiens, pour en revenir au sujet de ton post, en voilà une autre que j'aime bien, dans le genre de "si tous les gars" etc... Enjoy

    http://www.youtube.com/watch?v=9ksn1W8IfVQ


    Bernard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, je préfère ne pas imaginer Barbieland...une overdose de rose, beurk!
      Merci pour le lien.

      Supprimer
  22. Moi, je l'aime ta vidéo et j'aime penser que si seulement... je n'aimerais pas tellement me retrouver en pleine forêt amazonienne et dans le noir en plus mais comme je n'y serai pas seule et qu'un gars me donneras la main, OK... Il faut bien un début, et de l'optimisme et surtout de l'espoir pour voir plus loin que demain. Merci Célestine de lancer le débat et la réflexion...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette vidéo est sujette à controverses apparemment. Moi j'ai vu simplement des musiciens heureux de jouer ensemble.
      En tous cas j'adore le débat et la réflexion!
      Merci Brizou.

      Supprimer
  23. L'utopie est bonne à avoir si on est conscient que c'est de l'utopie. Le monde d'amour n'est pas dans le réel futur de l'humain. IL est toujours au programme de son futur utopiste mais quand on voit déjà combien nos voisins qui claquent la porte de l'ascenseur et laissent brailler leurs gosses jusqu'au milieu de la nuit nous ennuient... pas besoin de terminer ma phrase :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien vu, Edmee. Je me faisais la même remarque en surveillant la cour de recréation. On voudrait la paix dans le monde, alors que les mioches de dix ans s'etripent pour une bille...

      Supprimer
    2. Si tu ne crois pas que tu peux gagner à la loterie, tu ne prends pas de billet.... l'utopie, c'est pareil!
      "Tout le monde savait que telle chose était impossible à réaliser, sauf un imbécile..... alors il l'a faite."
      Toutes les avancées sociales sont le fruit d'une utopie postée par des gens qui y croyaient dur comme fer...
      Baci

      Supprimer
    3. Je vais continuer a poster tout plein d'utopies, alors...
      Molto baci

      Supprimer
    4. Il y a eu un lapsus de mon index, je voulais dire portée, mais le sens est tout de même resté. Il t'a juste permis de reprendre la formule à ton compte... :-)

      J’approuve ta remarque, et poste plutôt deux fois qu'une....
      Ti bacio.

      Supprimer
    5. Que c'est mignon, un lapsus de l'index...

      Supprimer
  24. l'utopie, ThOMAS mORE , tout ça , tout ça, on en est reviendu , hein, en fait on n'y jamais allé , alors peut être bien qu'on trouverait ça super ? Moi qui suis une râleuse de première et parfois trop langue de vipère, mea culpa, je ne m'y retrouverai pas ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Personne ne s'y retrouverait. En fait. Il faut de tout pour faire un monde.
      C'est drôle, quand même, je ne t'imagines pas " langue de vipère" ;-)

      Supprimer
    2. Oh si ça m'arrive, ça ferait presque du bien! Après y a vipère et vipère ...!
      C'est marrant ta photo , parce que je dessine des femmes nues enceintes en ce moment !

      Supprimer
    3. Ah, je vais aller voir ça...

      Supprimer
  25. Moi aussi j'aimais beaucoup cette chanson et je rêvais que tous les gars du monde arrivent à se donner la main:-)!
    Mais moi je dis que ça vaudrait le coup d'essayer un monde où tout le monde s'aimerait ! Après tout qu'est ce qu'on risque:-)?
    J'adore la vidéo et cette musique qui donne la pêche:-)!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On risque juste de s'ennuyer, en fait...tu imagines?

      Supprimer
  26. Quand j'entends "se donner la main", je pense d'abord au dernier couplet de "Au suivant", celui où Brel s'énerve et se met à hurler :

    "Tous les suivants du monde devraient s'donner la main
    Voici ce que la nuit je crie, dans mon délire.... "

    Une chanson d'ailleurs bien dans la thématique actuelle et qui, perso, m'a bien découragé à l'époque, mieux que toutes les taxations du monde.
    Au suivant ... Au suivant ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais, une chanson assez terrible et réaliste, la voix qui grimace " au suivant" est celle de la Camarde, à n'en point douter...a qui le tour?
      Alors, vivre, vivre, VIVRE! Avant d'y passer.

      Supprimer
  27. Il me semble qu'il y a deux mots derrière ce billet et les commentaires, qui n'ont pas été écrits:
    cynisme et condescendance. Ils manquent à l'appel mais sont omniprésents.
    Deux postures qui ont pris le pas sur tout le reste, enfin, c'est ce qu'on veut nous faire croire!
    Mais quand même, des gamins qui s'étripent pour une bille ...
    Bon je te laisse, faut que j'aille faire mon chèque aux restos du coeur !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que je ne comprends pas tout a fait ce commentaire un peu énigmatique...
      C'est qui ce " on" qui voudrait nous faire avaler des couleuvres?
      Derrière mon billet, il y a juste...moi.

      Supprimer
    2. J'ai été abscons, c'est c on !!! ;)
      Je voulais simplement dire que ce qui empêche ce monde idéal, c'est le cynisme et la condescendance ambiants!
      En faisant mon chèque aux Restos, je lutte à ma façon ...
      C'est plus clair ou je m'enfonce un peu plus ???? ;)

      Supprimer
    3. C'est clair et assertif. J'avais peur que tu me trouves condescendante et cynique, en fait.Enfin, moi, ou mes lecteurs.
      J'achète le dvd des enfoirés, et le chèque je le fais au téléthon, parce que ma nièce a une maladie orpheline...la solidarité existe quand même encore, tout n'est pas foutu complètement.
      Me voilà rassurée, merci ^^

      Supprimer
  28. "j'ai rêvé d'un autre monde "
    " j'ai rêvé qu'on pouvait s'aimer .."
    "Ce rêve bleu ..."

    j''irai au bout de mes rêves ....
    J'en ai chanté des idéaux , j'en chante encore mais pas avec la même naiveté je crois
    ton billet est juste et savamment dosé
    Que deviendrai le charity business aussi ?
    Comme dirait mon père " faut bien que tout le monde vive "
    Nous allons donner de la voix pour le traditionnel téléthon , et c'est bien de pouvoir faire ça
    mais quand même , quand même , la barbarie de l'homme restera le plus grand mystère de ma vie ..

    Est ce que j'ai posté le 100 ème commentaire ?
    On gagne quoi ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Le centième commentaire!
      Tu gagnes...ma reconnaissance éternelle comme dans "Le Prénom"...Mais peut-être n'as-tu pas vu cet excellent film.
      Oh ma Jeanne, ton commentaire est un bonheur. Et il clôt de façon bienheureuse ce débat comme toujours très intéressant et plein de vie.
      Les belles chansons que tu cites sont des petites gouttes d'espoir dans un monde où la barbarie règne sans que l'on s'explique effectivement pourquoi.
      Et toi, tu es mon amie.

      Supprimer
  29. Voler le rêve de toute l'humanité ! C'est ainsi que le rêve alimente la recherche et qu'au bout on finit dans un airbus...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est une façon poétique de résumer mon propos...je suppose cher Jean-Mi que ce commentaire fait plutôt référence au billet " vue d' en haut" quoique dans ce billet ci, j'essaie de m'arracher a la basse fatalité de la condition humaine, ce qui peut s'exprimer aussi par une sorte d'envol.
      Merci de ton passage.

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.