jeudi 28 juin 2012

A pleins poumons

Bien. Reprenons le cours normal de l'existence après les quelques parenthèses de ces derniers jours, où je laissai mon esprit vagabonder sur les dunes mouvantes de rivages philosophico-sociologiques, entraînée par un courant contraire de force huit.
Avis de grand calme à l'horizon. Mer d'huile. 35 degrés Celsius.
Il s'agirait de ne plus perdre une miette de cet insolent bonheur qui m'éclate aux yeux et aux oreilles dès le réveil, quand les merles emplissent la chambre mi-close de leurs chants d'amour, et que le soleil dessine sur le mur ses premiers calligrammes.
Les odeurs du matin, café et  terre humide de nuit, inestimables! A cueillir d'urgence, cependant que je prépare mon Bento pour midi en agrémentant mes graines et mes légumes de quelques herbes de mon cru. Lesquelles ont triplé de volume depuis la plantation initiale, rappelez-vous.

Mon paquebot  se prépare à rentrer au port. A mouiller pour deux longs mois, à l'escale appelée "grandes vacances". Mes moussaillons commencent à larmicher à l'idée que l'on va se quitter. Moi je suis heureuse: je les ai menés à bon port, ils passent tous en sixième, et je relis avec émotion ce que j'écrivais en septembre à leur propos.
J'ose m'octroyer le droit de rêver enfin de ne plus les voir, de savourer l'espace d'un instant une vie sans horaires, sans contraintes, dans le simple appareil d'une naïade des temps modernes: crème solaire, un bon bouquin, le calme, la mer ou la montagne en fond d'écran.
Tranquille mais le palpitant aux aguets, les sens toujours en émoi, pour aspirer, boire la Vie à grandes goulées avides, dénicher les petits restos, découvrir de nouveaux lieux,  rencontrer de nouvelles gens, sous la voûte étoilée faire la fête, sans cesse en joie, en musique, en amour...et se tourner vers le soleil. Et sentir, comme mille aiguillons, l'air pénétrer ses alvéoles.
Plus que jamais "sereine, contemplative et passionnée je suis" comme dirait maître Yoda.









illustration "un jour dans la vie de Lili"

24 commentaires:

  1. Trente-cinq degrés ? Ici, il fait vingt-neuf et c'est insupportable !

    RépondreSupprimer
  2. Sereine, contemplative et passionnée...
    avec le sentiment du bon travail accompli.
    Profite bien de tes vacances, Célestine, tu les as bien méritées.

    RépondreSupprimer
  3. oui oui Célestine, c'est tout à fait ça, une (grosse) petite larme d'adieu - mais elle est aussi la preuve qu'on est content du travail réalisé ensemble - et aspirer à pleins poumons toutes ces particules heureuses qui font les grandes vacances!
    je te souhaite un bel été

    RépondreSupprimer
  4. Yep, grand écolier deviendra petit collégien ! Bonnes vacances à toi, profites-en bien ! :~)

    RépondreSupprimer
  5. bravo pour le resultat de votre année et comme vous le décrivez si bien belles vacances la vacances

    RépondreSupprimer
  6. Hummmm...
    Je m'y vois déjà aussi...Les vacances et le soleil...
    J'aime :-)
    Bisous ✰✯✮ Laure ✮✯✰
    http://suivre-mon-etoile.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
  7. Juin est un mois de passage , examens , transitions , je l'aime et je le redoute , c'est aussi le mois des séparations
    Pause nécessaire pour les travailleurs , j'aime le regard que tu portes sur tes élèves , j'imagine combien l'écriture aide à voir l'évolution du groupe et de l'individu
    Ma petite fille qui grandit va aussi passer dans la grande cour , l'imaginer avec des élèves de 15 ans , ça me fait bizarre
    mais c'est ainsi , c'est la vie
    Profite de l'ambiance du moment , encore , c'est doux ....

    RépondreSupprimer
  8. Entre autres étrangetés du monde scolaire :
    les élèves vieillissent et donc quittent l'enseignant(e)
    l'enseignant(e) ne cesse d'élever de toujours plus jeunes eu égard à son propre âge qui s'aggrave...

    RépondreSupprimer
  9. J'ai la crème solaire et les mains douces, puis-je chère Mâââme oindre votre dos ?

    RépondreSupprimer
  10. Beaucoup encore il te reste à apprendre,
    Que la Force soit avec toi !!

    RépondreSupprimer
  11. Chère maîtresse,

    cette fois c'est sur : la fin d'année qui menaçait est bien là. Bien sûr, il y aura le bonheur des vacances, des lieux et des amis retrouvés ou nouveaux.....mais vous allez terriblement me manquer.
    Papa semble triste de vous quitter aussi. Maman le moque et lui dit que' à défaut de la maîtresse qu'il entrevoyait de temps en temps, il y celle qu'il retrouve tous les soirs et qui dure plus qu'une année scolaire.
    Moi, ma tristesse est compensée par tous les petits et grands bonheurs que vous m'avez appris à découvrir et à aimer.
    Je vous embrasse très fort.. Je regretterai vos yeux qui me regardaient. Vos mains qui m'aimaient dans les activites de tous les jours. Et votre odeurs, si douce que je ressens en vous écrivant ce mot.
    Papa et moi, on se comprend mieux car on partage quelque chose de plus ' la tristesse vous quitter. Quant à maman, à qui j'ai semblé donner un mauvais rôle, elle vous aimait aussi à sa manière, en "copine" avec qui elle partageait ce sens inné qu'ont les femmes à savoir nous aimer.
    Je vous embrasse une dernière fois. Je reviendrai parfois sous d'autres noms sur ce bel endroit déposer un hommage anonyme. Je souhaite à tous les élèves que vous aurez encore le bonheur très fort que vous m'avez donné.
    Signé : le petit nouveau qui part chez les " grands"

    RépondreSupprimer
  12. Belles vacances maître Yodalestine ! Et félicitations pour cette traversée

    RépondreSupprimer
  13. Célestine
    J'ai reçu ton roman !!
    Il sera dans ma valise pour mes vacances au soleil :-))

    Bisous ✰✯✮ Laure ✮✯✰
    http://suivre-mon-etoile.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
  14. Bonnes vacances Célestine!!! Gros bisous de Belgique et à bientôt.

    RépondreSupprimer
  15. Mmmmmh, voilà un programme qui me plait infiniment.... :-) Bonnes vacances Célestine !

    RépondreSupprimer
  16. Quoi, les moussaillons regrettent de te quitter ? Sans doute es-tu une enseignante gâteau. Bonnes vacances, tu retrouvera tes mômes à la rentrée. Et le temps passe si vite : carpe diem. Amicalement. dinosaure80.

    RépondreSupprimer
  17. HENRI venant de toi, ce conseil n'en a que plus de valeur. Je saurai le suivre...

    MYO je te souhaite le même programme, sous le beau ciel de Grèce, peut-être?

    PETIT BELGE Merci, mais il reste encore 4 jours avant les vacances.Notre ministre tient à ce que nous écrivions "juillet" sur le tableau noir!

    RépondreSupprimer
  18. LAURE je suis émue chaque fois qu'un de mes "aminautes" me dit qu'il a acheté mon livre. Je te souhaite bonne lecture au soleil...J'espère avoir un jour le plaisir de t'écrire une petite dédicace..

    MISS ZEN une traversée de plus, je ne les compte plus (ça me vieillit!)
    Je préfère me tourner vers l'avenir...

    RépondreSupprimer
  19. VERONIQUE je me laisserais bien tenter par "la patience des buffles sous la pluie"de David Thomas.
    En tous cas je suis fière et confuse de figurer dans ta pile à lire aux côtés de ces grands noms de la littérature!Moi qui ne suis qu'une amatrice.Merci de tout coeur.

    MON PETIT NOUVEAU C'est aussi avec mélancolie que je te regarde partir vers le collège, toi qui as ensoleillé mon année au-delà de ce que tu peux imaginer. Par ta constance, ta sagesse et ton admiration muette.Par tes remarques toujours douces et un peu mutines. Ton papa aussi me manquera, et ta maman, que je ne connais pas, a bien de la chance d'avoir un petit garçon aussi merveilleux que toi.
    Très bonne année scolaire, petit nouveau et bonne chance pour la suite.

    RépondreSupprimer
  20. ANTIBLUES le respect je te dois, ô grand maître de l'APN!

    ANDIAMO ce serait avec un plaisir sans mélange que j'accepterais que vous m'oindriez,m'oigniez, m'oigneriez, bref me passeriez de la crème sur le dos...

    RépondreSupprimer
  21. JEA au début, on a des élèves dont on pourrait être la soeur, puis la mère. Ensuite, on a les enfants de nos premiers élèves. J'ai toujours dit que je partirais en courant le jour où j'aurai le premier des "petits-enfants" de mes anciens élèves...!Cela voudra dire que l'heure de la retraite aura sonné.

    RépondreSupprimer
  22. JEANNE toi que j'imagine toujours (à te lire) comme une jeune femme passionnée et pleine d'allant, j'ai peine à imaginer que tu aies une petite fille de onze ans.

    FRANKIE PAIN bienvenue à toi sur mon blog.

    RépondreSupprimer
  23. TANT BOURRIN ou comment, en redevenant le petit quand on a été le grand, on apprend l'humilité.Une vertu rare et précieuse.

    ADRIENNE on se comprend à demi-mots...

    SKLABEZ je vais essayer de m'oxygéner le cerveau, j'en ai besoin...

    WALRUS l'an dernier, pour mon "baptême de Belgique", j'ai eu droit à 15 petits degrés entre le douze et le dix-neuf juillet...alors 29, je comprends que ça te soit insupportable!

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.