dimanche 1 juillet 2012

Le poids des mots



Les mots ont un poids. Il en est de légers et doux comme des plumes, et d'autres qui portent en eux la gravité d'un corps mort. 
Certains mots lourds m'ont un peu blessée ces temps-ci. Je vais panser mes blessures comme une louve, léchant le sang  de ce coup d'épée. Et m'abandonner à pleurer sur l'épaule d'une amie.
Certains mots ont leur poids dans l'importance qu'ils revêtent. Ainsi le mot Ami. 
Non, les contacts sur les réseaux sociaux ne devraient pas s'appeler ainsi. Ça induit en erreur les jeunes générations. Un ami, c'est précieux, c'est unique, ça se lève la nuit pour venir vous aider. Ça ne vous fait pas des coups foireux dans le dos tous les quatre matins. Ça ne se moque pas. Ça s'inquiète de vous, ça vous aide, ça vous guide. Ça ne médit pas. Ça ne trompe pas. Un ami, c'est juste là quand il faut.
Des amis, on n'en a pas huit cents, monsieur Facebook.
Les mots ont un poids et je pèse mes mots: dans ami, il y a aimer. 
A bientôt.








22 commentaires:

  1. Et il y a le mystère. Le mystère de celui qui ne sait. Qui ne sait d'où ,ou plutôt de qui, vient la peine. Qui ne connaît ni l'importance ni l'origine de la blessure. Qui n'est pas louve mais qui aimerait être le bon chien, là, aux pieds de la blessée pour adoucir la blessure. Mystère du langage d'initié. Mystère de la souffrance. Envie de la présence. Savoir que ces réseaux ne tissent des liens que s'il ont des raisons d'être. Autrement c'est juste du vent qui se perd dans la plaine.
    Tristesse de savoir mouillés ces yeux fait pour le rire, ou l'émotion......en tous cas pour aimer. Vite....retrouver la paix !
    Bonne nuit, douce Célestine ! N'oubliez pas que, de l'autre côté du blog, il y a des êtres qui vous veulent du bien.

    RépondreSupprimer
  2. Ce sont amis que vent emporte
    Et il ventait sur mon facebook...

    Bon, évidemment, ça rime moins bien comme ça, mais c'est bien ça l'idée !

    RépondreSupprimer
  3. Les mots ont un poids, ils marquent au fer rouge, changent des existences, les condamnent, les enflamment.... Je ne cesse de réflechir au pouvoir des mots.
    AMi un mot très usurpé, galvaudé en ces temps facebookiens.
    Mais Célestine, on peut travailler sur les mots, les rayer, les changer. Ils peuvent aussi nous consoler, nous relever, nous aider à appeler nos vrais amis, les seuls, les vrais.... Je t'embrasse fort, fort, fort

    RépondreSupprimer
  4. un ami...c'est important, même lorsqu'on est par la suite loin l'un de l'autre. J'en ai un depuis 77 ans et oui presque un frère et un autre depuis 53 ans. Ils habitent d'ailleurs à 1 petit kilomètre l'un de l'autre. Tous les mois, je leurs téléphone...ce sont les seuls que j'ai comme amis...

    belle journée Bises

    RépondreSupprimer
  5. Mais oui...méfions-nous des faux amis comme des faux prophètes et faux amoureux dont le net regorge.

    Des amis, on en a peu. On a beaucoup, peut-être, de "copains" ou connaissances. Des amis, ça demande trop de confiance et d'échange pour en avoir beaucoup.

    La blessure est-elle en voie de guérison?

    RépondreSupprimer
  6. chataigneraie5802 juillet, 2012 09:13

    l'Ami(e) est aussi précieux que la santé; il ne se sauve pas des qu'il entend des mots durs de maladie, mais vient en aide! une amitié, ça s'entretien; ça se conforte au detour de retrouvailles. des Ami(e)s on en a peu dans la vie...ce n'est pas un artifice de communication
    Cel, derriere le mot "ami" y amour mais aussi "ecoute, respect"...

    RépondreSupprimer
  7. Les mots peuvent en effet blesser profondément, ils ont alors un poids de pierres lourdes, si lourdes...
    mais ils peuvent aussi avoir un poids de coeur déposé dans la main, des mots qui comprennent, qui consolent, qui écoutent avec empathie
    Oui, des mots qui "écoutent", cela existe...

    RépondreSupprimer
  8. La puissance des mots font du bien mais leur utilisation galvaudée en diminue la force. Les amis de FB ne sont pas des amis ...les amis virtuels peuvent parfois devenir réels, peut-être? La recherche d'amour est tellement éperdue chez certains qu'on mélange parfois.
    J'ai perdu deux amis très chers, ma cousine et mon beau-frère. Il ne me reste que trois amies proches et fidèles

    RépondreSupprimer
  9. Les mots peuvent valoir coup de canon. Sur les réseaux qui me sont inconnus, par téléphone et bien sur de vive voix.
    Take care.
    Un bon livre, plus d'horaires ni de pression des la fin de semaine. Nous l'attendons tous.

    RépondreSupprimer
  10. Je n'ai pas d'amis, des très bons copains oui ! Je n'emploie plus le mot ami depuis longtemps, par contre j'ai un couple de fidèles copains.
    Lui je le connais depuis plus de cinquante ans, nous avons travaillé vingt cinq ans côte à côte.
    Vois-tu je préfère ce fidèle copain à un mauvais ami. Quant à fesses de bouc je n'y figure point !

    RépondreSupprimer
  11. Les vrais amis sont rares et précieux.
    Les mots des autres... ont la valeur qu'on leur donne.
    Les mots sur le net... ont un poids mais j'espère qu'ils ne t'aurons pas trop blessé.

    Il y a tellement, tellement plus de jolis mots... tellement plus d'espoir au bout du compte :-)

    Bisous ✰✯✮ Laure ✮✯✰
    http://suivre-mon-etoile.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
  12. L'écriture tue, l'écriture suicide disait Marguerite Duras.
    Mais d'après le livre "l'amie" de Michèle Manceaux, elle était aussi une tueuse de mots à l'oral ! :)
    Pire que les mots balancés comme une pierre à la mer sont la rancoeur, la haine, la trahison, la vengeance. Parfois, derrière les mots, y'a rien que du vent de colère. Et parfois, derrière le silence, il y a un frein rongé de haine. De savoir que tous ces mois, on m'a lue rongé(s) m'a dégoutée à vie des blogs. Le virtuel est un moyen de communication, certes, il m'a permis de rencontrer des gens comme toi. Mais la vie m'a appris à m'en satisfaire et ne pas essayer d'être aimée du monde, encore et encore.
    Je connais la blessure, la honte, la culpabilité, crois moi. Mais je connais aussi mon être vibrant d'authenticité.
    Et dis toi, qu'à travers les mots, tu as trouvé de vraies amies, dont moi. Ces choses là ne se mentent pas.
    Bisous ♥

    C.

    RépondreSupprimer
  13. Coïncidence, tu utilises la même image que moi : un ami, c'est quelqu'un qui habite à cent kilomètres de chez toi, que tu appelles au milieu de la nuit en disant "Viens !" et qui ne te demande pas pourquoi parce qu'il court déjà vers sa voiture...
    Je le sais, j'en ai un, un seul.

    RépondreSupprimer
  14. ♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥
    BISOURS
    il faut panser tes plaies et positiver : tu es "aimable". Celui ou celle qui l'ignore est un sot ♥

    RépondreSupprimer
  15. Puisse ce temps de pause à l'abri des autruis néfastes te permettre de reconstituer ta force vitale. Des amis, ceux qui nous aiment pour ce que nous sommes, avec des mots comme des caresses et le regard chargé de câlins ; du soleil, du temps pour se dorer au soleil... C'est ce que je te souhaite pour les mois à venir. Et oui, moi j'aime tes mots et je veux lire ceux que tu as posé sur papier. Dédicacés :-)
    Chaudoudoux, ma Célestine

    RépondreSupprimer
  16. Moi, je crois aussi à l'ami(e) d'un jour. L'ami(e) que l'on rencontre sur le quai d'une gare, à qui on se confie, avec qui c'est l'harmonie la plus totale...et puis qu'on ne revoit jamais. Je crois en l'ami(e) infidèle, en l'ami qui se trompe, en l'ami qui s'égare et même en l'ami qui blesse et à qui l'on pardonne. Car, au-delà de l'habileté humaine, des talents et d'un échange réciproque et équilibré, l'amitié c'est juste de l'amour en plus sage : l'union des cœurs et des esprits sans l'union des corps. Et comme l'amour l'amitié pardonne tout, même l'oubli, même l'affront, même la déchirure.
    Alors chère Célestine, reprenez vite des forces, et nous revenez sans tarder. Il faut maintenant panser vos blessures, marcher encore plus haut...et écrire.
    Je vous embrasse, aujourd'hui, car il me semble que c'est bien nécessaire que vous sentiez aussi autour de vous la chaleur de nos corps. C'est la manière des hommes de copier les loups. En tous cas, celle que je préfère (j'aime moins quand ils s'entredéchirent).

    RépondreSupprimer
  17. Quand les mots font mal, est-ce aussi parce qu'on attache trop d'importance au regard des autres et à l'image que l'on veut donner ?
    Tu pourrais tout aussi bien t'en foutre !! Mettre à distance et brandir ton estime de toi comme l'écu d'un preux chevalier !!
    Allons, réécoute maitre Yoda et ne te laisse pas influencer par le coté sombre de la Force !! :)

    RépondreSupprimer
  18. Dans une vie, je crois que les cinq doigts d'une main sont suffisants pour compter le nombre des es vrais amis.

    RépondreSupprimer
  19. Nul besoin d'avoir beaucoup d'amis: un seul suffit à condition que ce soit un vrai!
    Et mieux vaut, à mon avis, ne pas en avoir du tout que d'en avoir des faux! En ce moment je n'ai pas une vraie amie à qui je puisse tout confier! C'est comme ça et je ne suis pas malheureuse pour autant!

    RépondreSupprimer
  20. Ho comme tes mots sonnent juste ! Les "amis" virtuels peuvent devenir de vrais amis mais on ne peut tisser une réelle amitié avec tous. Certains ne resteront que des copains pour des échanges ponctuels ! Un blog ou FB sont des lieux de partage mais on doit garder une certaine distance par rapport à ça... Ne pas prendre son blog pour ce qu'il ne sera jamais : une vraie rencontre ! Quand on en attend pas des tonnes, on ne peut pas être déçu...

    RépondreSupprimer
  21. puisse tous les "jeunes" qui découvrent la vraie vie lire ton message....

    RépondreSupprimer
  22. C'est ce que je me tue à expliquer à certaines personnes : les mots ont un poids. Un poids qui peut dévaster la personne qui les reçoit.
    Mais j'ai l'impression que beaucoup de gens ignorent cette notion fondamentale !
    Se prétendre "Ami" est facile, mais l'être vraiment est beaucoup plus compliqué et dur à mettre en oeuvre.

    Je découvre ton blog et j'aime beaucoup !
    Pour sûr, je reviendrai.

    Des bises chaleureuse

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.