mercredi 13 juin 2012

Au fil des phrases

J'aime beaucoup  le blog de Cédric que je fréquente régulièrementSes petites phrases sur un fond noir d'encre, numérotées comme des pièces de collection précieuses,  m'interpellent toujours, m'amusent souvent ou m'agacent parfois (rarement à vrai dire). Je trouve que les quelques lignes qui suivent sont pleines d'une lumineuse évidence. Mais, comme il le dit lui même en exergue à ses écrits, vous n'êtes pas obligés de le croire.

Essayez d'être autre chose que ce que vous êtes. Essayez de toutes vos forces et volontés. Essayez toute votre vie si vous voulez. Vous verrez que c'est impossible. Personne n'est jamais parvenu et ne parviendra jamais à être autre chose que ce qu'il est.
Après avoir compris et intégré cela profondément, tous les « il faut être ceci » « il faut être cela » « il faut que je sois davantage ceci » « il faut que je sois davantage cela » brûlent, explosent, disparaissent, et tous les jugements des autres sur soi et de soi sur soi n'ont plus aucun poids.
Le « Je Suis » s'élève alors tel un doigt d'honneur destiné au « Ce qu'il faudrait que je sois ».

18 commentaires:

  1. Je ne raffole pas de cette sclérose refusant l'évolution et la remise en questions...

    Au fait Célestine, c'est qui, ce "pestacle" ? Un ancien élève que tu as fait redoubler et qui t'en veux ? d:^)

    Un troll, ce n'est pas drôle et ça dégage !

    RépondreSupprimer
  2. Tout le monde évolue, mais le fond du caractère reste le même..Ma femme n'a jamais essayé de changer le mien qui est assez entier. Mais il a tout de même des évolutions dues à la vie que nous avons..

    Personne n'y échappe....Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  3. C'est amusant, j'ai mis de côté cette même phrase chez Cédric, pour l'utiliser à l'occasion. :)

    RépondreSupprimer
  4. je ne sais pas quel âge il a, ton Cédric, pour être si péremptoire il est sans doute fort jeune ;-)
    tout ça pour dire que je ne suis pas d'accord avec cette idée de l'immobilisme du caractère: on change, on évolue, la vie nous rend un peu plus comme ceci et un peu moins comme cela...
    et même parfois ce n'est pas la vie mais notre volonté propre :-)

    RépondreSupprimer
  5. Etre ce que l'on est vraiment peut parfois être un sacré défis :-))

    Bonne journée
    Bisous ✰✯✮ Laure ✮✯✰
    http://suivre-mon-etoile.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
  6. La question c'est: "pourquoi cherche-t-on à être qui l'on est pas, quelle blessure, quelle fêlure sont à l'origine de cela?"
    Il faut peut-être apprendre à aimer ses fêlures,ses blessures ou du moins à les accepter...
    Mais l'on vit dans une société ou la bienveillance et l'acceptation sont tellement malmenées!

    Doux mercredi, Celest'in la martienne ;-)
    Véronique

    RépondreSupprimer
  7. Malheureusement, on passe souvent beaucoup de temps à fuir et à se fuir...mais ces mots sont simples et vrais enfin je le crois.

    RépondreSupprimer
  8. Lisant les commentaires, je précise qu'il n'y a dans les mots que j'ai exprimé, aucun refus d'évolution. Nous sommes des êtres qui se déploient sans cesse, qui évoluent sans cesse, ce que j'exprime c'est que cette évolution n'a pas à être dictée par ce que les autres ou soi-même pensons qu'on devrait devenir.

    Être ce qu'on est, sans se soucier de plaire ou pas, devenir ce qu'on devient, sans être attaché à cette image conflictuelle de ce "qu'il faudrait que je devienne ou que je sois."

    Mais je n'encombrerai pas davantage l'espace ici, qui veut m'écrire sait où me trouver ! ;-)

    Bien à tous.

    RépondreSupprimer
  9. L'autre a beaucoup à nous apprendre sur nous même. Il est très rare que l'on ait un regard objectif sur soi et il est bon d'être attentif à l'opinion des autres, ne serait-ce qu'en analysant l'effet que notre vie peut avoir sur celle des autres.

    Evidemment que le compromis est nécessaire à la vie en communauté et qu'il faut évoluer pour se rapprocher des positions de ses amis, de son conjoint, de ses enfants, et eux de la notre, bien sûr...

    Je dirais plutôt, car moi aussi j'aime les formules : "Deviens ce que tu es". Car une fois adulte, conscient, plus lucide, il convient de trier parmi ses influences et ne conserver que les bonnes, en pleine liberté de choix.

    Car nous ne sommes quasiment qu'influences diverses mais que notre richesse vient aussi de la relation aux autres.

    RépondreSupprimer
  10. Moi aussi, j'aime beaucoup les petites phrases de Cedric, parfois énigmatiques, parfois très poétiques, parfois interpellantes, parfois sans appel, parfois rassurantes. Je n'y commente jamais mais je les lis comme ces petites phrases de calendrier de jolies pensées. Pas toujours transcendantes mais qui font du bien malgré tout.

    RépondreSupprimer
  11. VIVECA " La question c'est: "pourquoi cherche-t-on à être qui l'on est pas, quelle blessure, quelle fêlure sont à l'origine de cela?"
    Peut être cherche-t-on à se conformer, pendant des années, à l'image de nous-même que notre éducation a voulu nous renvoyer ou induire. Et puis un jour, on fait sauter le carcan des convenances, du formatage éducatif et l'on devient enfin soi-même, celui qu'on n'a pas cessé d'être au fond de soi.

    RépondreSupprimer
  12. LAURE oui, le pari le plus risqué de l'existence...

    ADRIENNE D'abord ce n'est pas "mon" Cédric, et ensuite je crois qu'en relisant ce qu'il a écrit, tu verras que sa phrase ne veut pas dire que l'on ne change pas: elle veut dire que si l'on change, en apparence, ce n'est au fond que pour devenir soi-même, malgré toutes les choses qui nous en ont empêché au cours de notre vie.Enfin c'est ainsi que je l'ai comprise. Si je l'avais comprise dans ton sens, je pense que je n'en aurais même pas parlé ici...
    bises

    RépondreSupprimer
  13. On dit aussi plus prosaïquement qu'on ne change pas un âne en cheval de course ...
    Tout de même, il y a une espèce de fatalité dans ces propos qui auraient tendance à faire croire que l'on a pas de prise sur sa condition ("je suis").
    C'est nier tout le travail que l'on peut faire sur soi -tu le sais bien, Célestine- pour infléchir cette condition, et je ne parle pas bien sûr des formules incantatoires du style "ce qu'il faudrait que je sois".

    RépondreSupprimer
  14. Moi je suis assez d'accord avec ce que dit Cedric paarce que je pense qu'on ne doit pas essayer d'être autre chose que ce que la vie nous a donné d'être, même si ce que l'on est peut évoluer tout au long de notre vie. Pour moi il faut savoir rester soi même sans vouloir à tout prix devenir quelqu'un d'autre!

    RépondreSupprimer
  15. On a plusieurs "je suis " , je suis femme, je suis mère, je suis maitresse, je suis -un peu- artiste, je suis épouse, et je suis moi . Et ce moi il me semble toute sa vie on le polit, on l'améliore, on fait avec, on le murit, on le réfléchit. La rencontre avec soi est il me semble un logn chemin. Alors restons zen!

    RépondreSupprimer
  16. Trop mignon. C'est pas parce que tu dis "ne me croyez pas" que tu n'as pas le droit de me croire... ;)

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.