vendredi 11 mai 2012

Oublier


DSCF1869
Des pétales de roses jonchant le sol: le défi du samedi m'inspire un texte érotico-triste. 
Pour autant, ne vous y trompez pas:tout ceci n'est qu'une fiction. 
Dans la vraie vie, mon coeur chante l'été naissant...











Il lui fallait oublier sa bouche, surtout sa bouche. Une bouche grenade qui lui explosait la langue en étincelles. Un salmigondis de papilles fruitées et agaçantes comme une limette cueillie sur l’arbre un matin d’été, un torrent de framboise et de menthe et d’anis.
Il lui fallait oublier sa peau, ses courbures de velours, un velours mat et fluide, et étourdissant et enivrant de la douceur salée dorée d’un coquillage. Oublier la suave langueur de ses bras blancs, naturellement refermés sur lui en berceau, ses mains virevoltantes qui se jouent de sa nuque, petit animal fou accroché à son cou.
Il lui fallait oublier ses cuisses ombrées de lune effarées de plaisir, son petit cul potelé,  la palpitation sauvage de ses seins de crème et de satin, sa fleur de lys immaculée aux feulements de tigresse engloutie. Sa voix passion de cascade fraîche, sa voix désir de colombe frémissante, sa voix tourment de fontaine et de soleil. Et puis ses yeux de jade intemporelle, tour à tour glace et feu, citron et miel.
Et tous les délicieux supplices de son cœur.
Elle avait ri, d’un sourire de perle vénéneux , l’éclair vert de sa prunelle laissant venir la tempête. Il lui faudrait oublier aussi son parfum flou de myrte et de cardamome, lui crevant les narines quand  l’image même de sa folie disparaissait dans un éclat de rire cruel.
 Elle lui avait balancé son bouquet à la tête en criant « c’est fini ».
Il regarda les pauvres pétales dispersés au vent gris de novembre, et y vit clairement les morceaux de son cœur égosillé de désespoir.

15 commentaires:

  1. Quel texte.... Chapeau... belle journée avec bises

    RépondreSupprimer
  2. C'est magnifiquement - et floralement - dit... Et bien triste! Mais rien que pour la beauté de ton texte on ne regrette pas qu'elle lui ait balancé son bouquet à la tête... :-)
    Bon week-end!

    RépondreSupprimer
  3. une nostalgie qui m'évoque un peu ce "je la voulais lointaine"de Gaston Paul Effa

    RépondreSupprimer
  4. Un torrent de menthe, de framboise et d'anis... Quel baiser : on en redemande" ];-D

    RépondreSupprimer
  5. Inspirée....
    Soufflé !
    Inspirée....
    Soufflé !
    Inspirée, on peut dire que ce défi t'a miraculeusement inspirée !
    Et soufflé, je le suis vraiment d:^)

    RépondreSupprimer
  6. Un amoureux délaissé qui perd les pétales... C'est magnifique et délicat, chapeau !

    RépondreSupprimer
  7. Tes écrits sont toujours aussi magnifiques, il n'y a pas d'autre qualificatif..
    Je n'écris plus depuis quelques temps.. Cela reviendra sûrement, faut pas se prendre la tête.. :) Bisous ♥

    RépondreSupprimer
  8. ELLA Je sais que , lorsque tu participes au défi, tu sais écrire des textes très forts qui me retournent bien souvent. L'écriture ne part pas, c'est comme le vélo, ça ne s'oublie pas. ♥

    RépondreSupprimer
  9. TANT BOURRIN Tu es vraiment le roi des jeux de mots! Je te décerne mon prix spécial du jury dans la catégorie commentaire spirituel.

    RépondreSupprimer
  10. SAOUL FIFRE reprends ton souffle ou je vais être obligée de te faire un bouche à bouche!

    RépondreSupprimer
  11. ANDIAMO une vraie pub de dentifrice!

    MARIE MADELEINE je note ce livre que je ne connais pas...Merci, j'aime tes références littéraires.

    EDMEE merci de ton passage. Le sujet m'a inspirée, je le reconnais. Une simple image peut déclencher une histoire complète, et même un petit drame. C'est la magie d'écrire.

    RépondreSupprimer
  12. PATRIARCH très bon dimanche à toi et à tous les tiens.

    RépondreSupprimer
  13. Cher maîtresse,
    C'est terrible d'être un enfant : On n'aime pas quand les adultes restent entre eux comme c'est le cas lorsqu'ils se prennent à parler de politique. Je ne comprenais plus trop bien vos billets. Aujourd'hui c'est peut-être pire, les images de ce texte...et je ne sais quoi de trouble en moi me font partir encore plus vers le rêve. Je sens en moi des sensations que j'ai du mal à maîtriser. J'ai du mal à me concentrer sur mon travail. ni Papa, ni Maman n'ont l'air à l'aise pour me parler de ces troubles. Peut-être que je suis en train de devenir grand ! J'ai peur.
    Alors vite, rassurez-moi en passant dans les rangs, en regardant chacun de nous comme s'il était l'être le plus précieux que la terre ait porté. Et puis ce parfum qui laisse derrière vous une si belle trace ! Et surtout ne me regardez pas ! Je crains trop de rougir lorsque mes yeux croise les vôtres.
    Je vous embrasse.
    Le petit Nouveau.

    RépondreSupprimer
  14. C'est qui cette cruelle qui laisse son amoureux ainsi ?

    RépondreSupprimer
  15. BERTHOISE une belle vache comme j'en ai connues, a moins que ce soit lui le salaud notoire, qui sait...

    LE PETIT NOUVEAU
    Merci d'être venu poser ce délicat témoignage. Tu sais que je me demandais où tu étais passé?..Les "choses des grands" te font peur ou te troublent, c'est normal.Un jour, certaines te paraîtront délicieuses.
    Mais dans la classe,tu es à l'abri, je veille à ce que chacun se sente à l'aise, à ce que personne n'éprouve de malaise. C'est la fin de l'année scolaire, tu n'es plus "le petit nouveau", car je pense que tu t'es bien intégré dans la classe, mais tu le resteras toujours un peu dans mon coeur.Me voilà rassurée, en tous cas, tu es toujours là.Je craignais un temps, que tu sois parti.

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.