mardi 8 mai 2012

Le roi est nu


Le dernier billet de Zénondelle m'a inspiré encore quelques réflexions à l'aube de ce nouveau quinquennat, croisant les doigts pour qu'il soit moins désastreux que le précédent.
Oui je sais, encore un billet politique, mais après , promis, je me calme.



Les cartes politiques sont brouillées depuis des années. Quelques exemples? 
Les valeurs républicaines sont galvaudées et chahutées de tous côtés, tout le monde s'arrache maintenant le drapeau tricolore, la laïcité, l'hymne et la devise.
La gauche est amollie, édulcorée par les médias qui la présentent comme une alternative à peine différente de la droite, le front de gauche est ridiculisé, le centre s'est dégonflé comme une baudruche, les écologistes passent pour de doux dingues et le parti bleu foncé banalise ses propos xénophobes sans vergogne en se faisant  passer pour un honnête parti démocratique.
Les marionnettes des Guignols deviennent les doubles de leurs modèles, contribuant à jeter le trouble dans les consciences mal aiguisées à l'utilisation du second degré.
Notre hypocrite omni-président jure ses grands dieux qu'il n'est pas le président des riches, mais il est élu à 82 pour cent sur l'île de "Saint Barth".  Et pas un journaliste pour relever cette étrange coïncidence. Pour secouer le cocotier des paradis fiscaux. 
Il fait hier l'appel du pied à un parti aux fondements et aux théories néo-nazis, et aujourd'hui il s'incline mielleusement sur la tombe du soldat qui a combattu les mêmes pendant la guerre au péril de sa vie. 
Le jour du débat, il traite son adversaire de menteur et de calomniateur, et aujourd'hui ils déposent ensemble la gerbe, en se faisant des courbettes. Le jeu politique est constamment faussé par les intérêts, les compromissions, les alliances triangulaires ou octogonales. 
Que comprendre? N'y a-t-il plus un seul enfant pour crier que le roi est nu? Et que tout cela n'est qu'une immense mascarade? 
 Chacun se réclame de Jaurès qui, le pauvre, doit faire la toupie dans sa tombe à force de se retourner. 
Devant ce paysage flou, les citoyens lambda, qui n'ont pas suffisamment reçu de leçons d'éducation civique, à cause d'une errance pédagogiste vieille de quarante ans, selon laquelle il ne fallait plus apprendre la Marseillaise aux enfants de peur de les traumatiser, ces citoyens donc, ont pour la plupart, hélas, la conscience politique d'une huître. Les riches ont celle de leur porte-feuille, ce qui revient au même.Beaucoup ne savent plus où donner du bulletin, dégoûtés pour longtemps des politicards qu'ils mettent tous dans le même sac fangeux. Pour ceux-ci, aucun ne vaut la corde pour le pendre.  
 Quant à la dernière catégorie, ceux qui réfléchissent, encore en majorité, il faut l'espérer,  et parmi eux quelques anciens, bobos, intellos de gauche, penseurs,  profs de philo (catégories bien méprisées aussi par le pouvoir en place, et définitivement classés dans la catégorie dangereux gauchistes) il est sans doute temps de se lever pour dire que l' en a légèrement marre d'être pris pour des cons. 
Car oui, on peut le dire, on nous prend vraiment trop pour des cons: ce phénomène  a commencé à s'amplifier en mai 2005, lorsque le non du peuple à la constitution ultra-libérale européenne a été gentiment mis à la poubelle, suivi de celui des Irlandais, sans autre forme de procès. 
Oui, il est temps d'exiger que l'on remette un peu d'ordre à cette chienlit du vingt-et-unième siècle, de rassembler les indignés et les citoyens du monde mais patience!  cela s'appelle une révolution, et les Lumières ne l'ont pas faite en un jour...

24 commentaires:

  1. hmm Célestine, les Lumières, oui, mais la révolution, ses excès de toutes sortes et ses victimes, non, tout de même?

    RépondreSupprimer
  2. Je souscris à 100%. Espérons que "le changement, c'est maintenant" sera autre chose qu'un simple slogan de campagne... Même si je pressens qu'il y aura forcément quelques déceptions : le changement devra aller au-delà d'une simple alternance politique !

    RépondreSupprimer
  3. Je crois que cela commence à bouger dans d'autres pays aussi.. je disais dans un article qu'il fallait qu'un pays bouge, et comme la France en avait l'habitude, pourquoi pas elle ? Et bien je crois que le cas s'en vient, encore pas tout à fait, mais c'est un début... Bises

    RépondreSupprimer
  4. C'est expressif, ça, "la conscience politique d'une huître" ... Quant à l'idée de te calmer sur les billets politiques, n'en fais rien, c'est ce que je préfère dans tes écrits ... D'ailleurs j'ai transmis le lien de ton billet du 6 mai à des amies instits. Certains réclament "moins de politique ? "Mais comment peut-on vivre aujourd'hui sans politique, quand qu'il en est question à tout moment, dans la vie de la cité (et pas seulement dans le choix de la sphère du pouvoir confié), de choix entre le partage, la solidarité et l'individualisme, entre l'intérêt général et l'intérêt particulier. cela me paraît être de "l'irresponsabilité" que de vouloir fermer les yeux là-dessus ... à une heure où au contraire il nous faut développer la prudence, la réflexion, et l'action cohérente.
    Douce journée à toi

    RépondreSupprimer
  5. La meilleure entendue ce matin sur RTL : après sondage plus de 50% des Français regrettent que Sarkosy se retire complètement de la politique. Alors qu'ils ne sont que 43% à ne pas le regretter, les autres ne savent pas.
    Décidément pour moi qui suis un extra-terrestre, je vous trouve bien étranges les Français... Bien étranges.

    RépondreSupprimer
  6. On nous a promis certaines réformes à ce sujet..... on verra si elles sont tenues.

    RépondreSupprimer
  7. Oh non! n'arrête pas de partager tes réflexions sur ce sujet, pour faire suite à mon commentaire sur ton billet précédent.
    Ce texte est brillant! Merci!

    RépondreSupprimer
  8. Difficile de parler de "dîner de cons" tant règnent les famines dans le ventre des plus démunis, au coeur des idéalistes, dans la tête des libertaires...

    RépondreSupprimer
  9. Dangereuse gauchiste ? non. Furieuse révolutionnaire !
    La dangereuse gauchiste, c'est Poulette !
    Moi aussi, j'en viendrai à vouloir donner des coups de pied dans la fourmilière.

    RépondreSupprimer
  10. Ce genre de billet me semble très important en ce moment.
    Les enfants et les jeunes… Et la conscience politique d'une huître…
    Tout à coup je me suis dit : mais c'est quand même un choix délibéré de nos gouvernants, cette absence totale d'éducation civique. au final c'est un grand mépris des enseignants, comme si ce style d'éducation citoyenne était synonyme d'endoctrinement par les profs, pour en faire des affreux gauchistes... ( ou des les affreux Chépakoi)

    RépondreSupprimer
  11. Continue Célestine, cela fait du bien de trouver encore des politiquement incorrect se sont eux qui font bouger les lignes et enrichissent le débat !
    Merci

    RépondreSupprimer
  12. Je suis tout à fait d'accord avec ton billet, mon sentiment est qu'on a remplacé la peste par le choléra, il fallait à tout prix virer la peste, d'ailleurs la campagne publicitaire n'a été qu'une longue suite de dénigrement de l'un et de l'autre. Affligeant. Déroutant. Mais logique quand on sait qu'au bout de l'élection se profile le pouvoir : il n'y a qu'à regarder les manœuvres des écolos pour rentrer dans le futur gouvernement. Risible. Triste. Que nous reste-t-il ? Pas grand chose, j'en ai peur...

    RépondreSupprimer
  13. Je suis en train de lire "abus de pouvoir" de Vincent Quevy, c'est effrayant, effarant.. Enfin bon, je crois qu'il faut s'atteler au programme, aux lois discutées et passées à l'assemblée nationale et à leurs applications plutôt qu'à tout çà.. Ce serait sans fin et épuisant.. Il y a des riches monstrueux d'égoisme, il y en a qui œuvrent dans le caritatif avec coeur, il y a des pauvres monstrueux d'égoisme, et d'autres si pleins d'humanité..
    Conclusion : ne jouons pas au con, agissons et soyons vigilant ! :)) Bisous ♥

    RépondreSupprimer
  14. TOUS


    Je ne suis pas une révolutionnaire au sens "sanglant" du terme. Je crois à la révolution des consciences. C'est plus long, mais moins expéditif.
    Je suis une non-violente congénitale, et je crois à l'éducation des masses. Pour résumer, je suis une utopiste, mais les plus beaux progrès humains n'ont-ils pas été fondés au départ sur une utopie...

    RépondreSupprimer
  15. J'ajouterai qu'il ne sert à rien, à mon sens, de se lamenter et d'être pessimistes, parce que cela n'empoisonne que nous-mêmes. Au contraire, voir le positif est une énergie renouvelable. J'ose donc en abuser.

    RépondreSupprimer
  16. Il est trop tard pour être pessimiste.
    J'ai tout de même une crainte, C'est que l'esprit de citoyenneté des Français soit déjà épuisé après deux votes consécutifs...
    Non, ce n'est pas un aboutissement d'avoir viré le Nain, mais un point de départ. C'est maintenant que le boulot commence pour reconstruire le pays, qui durant 5 ans a été vendu à la découpe.
    On va y arriver, puisqu'il n'y a pas d'alternative :-)
    Bises. C'est un plaisir de venir ici prendre un bol d'air pur.
    Blutch.

    RépondreSupprimer
  17. Je reste optimisme , refuse les " ce sera encore bien pire "
    C'est curieux , je me demande quel doit être le ressenti du président sortant
    Au final , il est peut être soulagé ?

    RépondreSupprimer
  18. La problématique des partis réputés anti-démocratiques m'interpelle toujours.
    S'ils le sont réellement, pourquoi subsistent-ils puisque : "En France, peuvent être dissous les partis qui provoquent à la discrimination, à la haine ou à la violence envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, ou propagent des idées ou théories tendant à justifier ou à encourager cette discrimination, cette haine ou cette violence."
    ( http://cejg.be/spip.php?article11 )
    S'ils ne sont pas dissous, c'est qu'ils sont démocratiques... ou que les instances censées veiller au respect de la loi manquent de courage politique.
    Enfin, moi, ce que j'en dis, je suis belge... (chez nous, la loi et surtout la constitution sont différentes mais il est déjà arrivé qu'on supprime leurs allocations de fonctionnement à de tels partis, exceptionnellement hélas, lorsque leurs publications étaient trop manifestement racistes).

    RépondreSupprimer
  19. C'est drôle, JEANNE je ne parviens pas à m'apitoyer ou même à m'interroger sur ce triste sire. Avec sa retraite de président et ses émoluments de membre du conseil constitutionnel, je ferais vivre largement une famille de douze enfants...

    RépondreSupprimer
  20. Cher WALRUS les Belges me semblent plus sages que nous! tu as raison, c'est mystérieux: le FN est un ramassis de racistes xénophobes, mais on les laisse sévir "démocratiquement". Il y a des jours où cela me dépasse, d'autres où cela me dégoûte. Cela fait partie de cette chienlit que je dénonce...

    RépondreSupprimer
  21. Depuis le début de cette campagne, j'ai eu des discussions stériles avec des personnes que je croyais connaitre en France ... cela se finissait toujours par 'tu ne peux pas comprendre, tu vis dans un monde doré, on est envahis ...'. Ici je suis l'étrangère et je ressens de plus en plus aussi le rejet de l'autre ! Alors, même si cela fait 17 ans que je ne vis plus en France, même si je ne devrais plus me sentir aussi concernée, je le suis tout de même. Et j'ai eu honte ... et j'appréhende les législatives et je veux croire de toutes mes forces que le changement arrive. Ce ne sera pas miraculeux mais ... Continue tes billets ! Ils me redonnent espoir.

    RépondreSupprimer
  22. Je suis d'accord avec tout. Et j'applaudis des 2 mains l'expression "conscience politique d'une huitre". Peut être que mon sentiment est biaisé parle fait que j'ai grandi dans une dictature et si ça ça ne te file pas une sacrée conscience politique...! Parce que tout dans notre quotidien est "politique", du prix du pain au film qu'on va voir le samedi soir, il serait bon que chacun en prenne conscience afin d'être capable de faire un véritable choix. Mais ça, c'est pas gagné...

    RépondreSupprimer
  23. J'aime l'indignation, moi qui fus rebello-anarchisante pendant fort longtemps! J'ai dû fuir après les années 80 où je tentai de rentrer dans le rang de ce parti qui nous apporteun nouveau président: trop indignée, trop idéaliste, trop...pas assez dans la norme. Alors je suis rentrée dans ma caverne!

    RépondreSupprimer
  24. TOUS

    Ah mes chers amis!merci de votre soutien, de vos commentaires riches et variés, et de votre flamme.Je vous reste
    Votre Célestine

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.