lundi 23 janvier 2012

Gourmande


photo internet
Aujourd'hui, le vent du soir apporte un air fou et inconstant. Un vent qui n'est pas d'hiver.
Je passe par la ville.  Mes poumons s'emplissent de frais  et chassent les miasmes de la journée.
Le marchand de délices au coin de la rue enroule nonchalamment ses barbes à papa qui distillent avec malice leur parfum de sucre chaud. Ses pommes d'amour dégoulinent dans la robe  écarlate de leur nappage brillant.  Une odeur suave de pralines et de cacahuètes grillées a envahi l'espace et mes papilles olfactives s'agitent en tous sens. Je salive, toute volonté annihilée.
Les crêpes dorées, le chocolat fondant, les fraises juteuses, les gaufres craquantes se fraient un chemin, dans un vacarme étourdissant, au fond de mes narines en émoi.
Plus loin, c'est le café fraîchement torréfié qui prend le relais: la tête me tourne légèrement. Devant la boutique du fleuriste, les lys, les tubéreuses, le jasmin amplifient sur moi cet effet dévastateur. Tout cela me met dans une sorte de transe, sous mes dehors parfaitement contrôlés!  Un état que d'aucune qualifia naguère de "proche de l'Ohio". Les molécules diaboliques investissent mon espace intérieur, descendent se loger quelque part au centre de mon ventre et me rendent captives d'un désir très fort. Je lutte, pourtant. 
Je croise le regard d'un bel inconnu qui parachève l'agitation de mes cils vibratoires. Il sourit sans se douter de la tempête qui remue mes profondeurs.
Comment lutter contre les tentations? Et surtout, pourquoi lutter?
Et pourquoi ce sentiment est-il si délicieux et si douloureux en même temps à éprouver? Sans doute en raison de la lourde chape qui plane sur l'inconscient des foules depuis deux mille ans...Raison et passion se livrent en chacun de nous un combat sans merci, et sur le film multicolore de nos fantasmes les plus libres et les plus insensés viennent se superposer en filigrane les images grises et floues du Bien et du Mal.
Il paraîtrait qu'il ne faut pas convoiter, surtout, ne pas céder aux Sirènes de la Tentation.
Posséder cinq sens, aiguisés comme des lames, des oreilles pour écouter, des yeux pour voir, un odorat pour s'enivrer , des mains pour toucher, une bouche pour croquer, une langue pour lécher, être entouré d'époustouflantes délices, de fruits magnifiques et croquants et ruisselants, de chutes vertigineuses et de cascades somptueuses, de vergers superbes.
Et voir surgir toujours, sous nos regards interdits, la méchante pancarte de notre enfance, celle qui barrait méchamment, de son aboiement muet, l'étal du confiseur: "Défense de toucher"...
Regarder la pancarte, et puis toucher quand même.
Parce que.




38 commentaires:

  1. Et voilà comment on se retrouve à tromper son mari avec une sucette à l'anis d:-D !!

    Et ton livre, il y a des nouvelles ?

    RépondreSupprimer
  2. On se doutait bien que tu étais très touchante ! :~)

    RépondreSupprimer
  3. ... tellement touchante que j'en bégaye d'émotion !

    RépondreSupprimer
  4. Chère maîtresse,
    Je n'aurais pas du lire ce texte avant cette matinée de cours ! Je crois que mon attention risque vraiment d'en pâtir et je crains que ma tête ait du mal à s'imprégner d'histoire ou de géographie. Je crois qu'entre la couleur des yeux de la maîtresse, l'odeur de son parfum quand elle circule dans la classe et ces appels du vent d'hiver qui commencent déjà à nous parler de printemps j'aurai vraiment du mal à la concentration.
    Le petit nouveau

    RépondreSupprimer
  5. Enterrée la madeleine de Proust !

    RépondreSupprimer
  6. Et tant d'autres défenses encore :
    - défense de loucher avec les yeux d'un bouillon de culture
    - de tousser pendant un concert des nations
    - de boucher un coin
    - de tourner en eau de boudin...

    RépondreSupprimer
  7. Il est souvent difficile de résister à la tentation surtout avec de tels appâts... ;-)

    RépondreSupprimer
  8. Si on résiste à la tentation, c'est que l'appât n'est pas très convaincant, sinon : carpe diem ];-D

    RépondreSupprimer
  9. apprendre à toucher quand même.
    Un peu
    beaucoup
    à renifler,à savourer
    à enfermer très profond les interdictions plantées en nous depuis 2000ans
    Célestine, j'adore ton texte
    Je t'embrasse,fort

    RépondreSupprimer
  10. Toutes ces "défenses de" autour de nous, du "ne pas toucher" à "ne pas marcher sur la pelouse" qui est pour moi le comble du ridicule.
    Heureusement il reste la possibilité de photographier. Sauf quand parfois même cela est interdit.
    La photo de vitrine que j'ai mise hier, quand je suis entrée dans le magasin, on m'a demandé de ne pas prendre de photos... :(

    RépondreSupprimer
  11. Après tout ça, je suis allé me réfugier au Brico ce matin, là ça sent l'huile de coupe et la peinture, pas de danger...

    RépondreSupprimer
  12. Il y a des tentations auxquelles il ne faut pas résister sauf si on aime se faire mal. Si on aime se faire du bien , il faut foncer. Toujours en cosncience. Et puis, les tentations interdites, on peut toujurs les fantasmer, ce qui n'est pas interdit !

    RépondreSupprimer
  13. Oui c'est vrai ça, pourquoi lutter contre les tentations de gourmandise?
    Mais pour l’excès de sucre, le diabète, le cholestérol, les maladies cardio vasculaires, les caries et que sais-je encore !!
    Tu te rends compte, chère Célestine que c'est Antiblues le gourmand -qui raffole des nougats entre autres- qui se sent obligé d'écrire ce comm à rebrousse-poil! Suis encore dans mes bonnes résolutions: on n'est que le 24 janvier !! :)

    RépondreSupprimer
  14. J'aime ton texte, je crois que je vais aller chercher une des dernières bouchées au chocolat qui trainent encore dans la maison. La Gourmandise..........MUMMMMMMMMMM

    RépondreSupprimer
  15. Quelle délice ce texte, quelle jolie connivence sur les tentations de la chair !
    Nous sommes "bercées" par nos pensées judéo-chrétiennes, alors qu'à la base, si nous ressentons, ce n'est pas pour rien non ? ♥

    RépondreSupprimer
  16. Oh le plaisir de lécher la crème qui reste sur la cuiller! comme il est doux le péché de gourmandise!

    RépondreSupprimer
  17. J'aime beaucoup ton texte et je me retrouve tout plein dedans. Voilà quelques temps déjà que je me laisse aller à mes envies. Ce n'est pas toujours simple et évident mais à force de se prendre à ce jeu, ça devient de plus en plus réflexe. Dire oui à ses douceurs de vie, c'est extra.

    RépondreSupprimer
  18. Merci PETITS BONHEURS!Non, ce n'est pas toujours simple ni évident. le tout est de ne pas sombrer...

    CEDRIC je ne suis pas sûre que cela se situe vraiment à ce niveau-là...

    MARIE MADELEINE c'est un péché capiteux!



    ELLA tu as bien saisi la substantifique moelle de mon texte...

    RépondreSupprimer
  19. ZOE gourmande!

    ANTIBLUES Que tu es sérieux et raisonnable! D'autant que mon texte n'était pas vraiment basé uniquement sur les sucreries.Relis mon texte en te concentrant sur quelque chose de plus...sexuel ;)

    HELENE tu es une sage!

    WALRUS tu sais que tu sais parler aux femmes, toi?

    RépondreSupprimer
  20. PASTELLE Ouh! tu vas avoir de gros problèmes, toi!
    mais non,je plaisante. En tous cas elle est très réussie cette photo, et pas du tout compromettante pour ton modèle qui est de dos!
    Cela dit, les interdits se multiplient dans une société autoritaire et sécuritaire...il faut lutter pour être libre!

    PATRIARCH oui mais pourquoi résister? La question reste entière...





    ANDIAMO Carpe diem, ça me va bien!



    COUMARINE je suis touchée que tu aimes mon billet et que tu l'aies si bien compris. Difficile d'être toujours soi-même et d'assumer ses désirs avec le poids des conventions...

    RépondreSupprimer
  21. JEA Sans oublier la défense de mettre les pieds dans le plat...

    JACQUES euh...c'est exagéré cher ami! Les descendants de Marcel pourraient me faire un procès...

    PETIT NOUVEAU cher petit nouveau...il me semblait bien qu'un de mes élèves ce matin avait le regard absent et rêveur...

    TANT BOURRIN serais-tu troublé?

    SAOUL FIFRE Oui mais je ne m'appelle pas Annie...

    RépondreSupprimer
  22. Moi, j'en suis sûr. Tout se passe dans la conscience que l'on a des gestes, du monde, de l'univers.

    RépondreSupprimer
  23. CEDRIC si tu le dis...je te crois, malgré ton injonction à faire le contraire...

    RépondreSupprimer
  24. La raison l'emporte sur la passion que si elle est unilatérale parce qu'on a l'instinct de survie...sinon...
    Quant aux cup cakes sur la photo, pourquoi y résister....ça doit être trop bon!

    RépondreSupprimer
  25. MIND THE GAP Il faut peut-être trouver un juste milieu, finalement, pour ne tomber ni d'un côté ni de l'autre...

    RépondreSupprimer
  26. BERTHOISE de temps en temps, ne pas se contenter seulement d'en rêver...

    RépondreSupprimer
  27. Il est interdit d'interdire
    sous les pavés la plage
    Jouissez sans entraves, vivez sans temps morts, baisez sans carotte
    Je prends mes désirs pour la réalité car je crois en la réalité de mes désirs
    Mes désirs sont la réalité
    On achète ton bonheur, vole-le !


    Finalement, on savait vivre en 68 !

    RépondreSupprimer
  28. ALAINX Le cinquième slogan m'interpelle...je manque de recul, j'étais en CE2!

    RépondreSupprimer
  29. Oui j'ai bien compris désormais le sens de ton texte, mais je suis avant tout un gourmand, goinfre même à mes heures! :(

    RépondreSupprimer
  30. Petit âne gris25 janvier, 2012 23:13

    Chère Princesse vous ne me parlez pas, à moi, votre fidèle Chevalier servant du plaisir de l’attente !
    De cet état où toutes les voluptés, qui nous ont peu à peu pénétrées et se sont blotties en chat couché, enroulées là au creux de nos entrailles ne restent que prémices !!
    Prémices d’un vertigineux saut dans les plaisirs où les subtils parfums des corps, fragrance de délits, concurrencent la vision des pleins et des déliés aliénés, où l’effleurement épidermique de la bretelle soyeuse enlevée épouse la perception auditive d’un souffle léger proche du lobe !!!
    La danse des sens n’est-il pas le sixième enfant de sa famille ?
    Que ne succombais-je point à ma sensualité exacerbée si ce n’était le profond respect que je vous porte chère Princesse quand le battement des cils à vos yeux couvre et découvre en jeu rythmé la profondeur azuréenne de la mer ?
    Que ne puis-je maudire les cieux qu’à votre sourire je ne trépasse et qu’outrepassant mes devoirs de bienséance d’un pas je ne vous saisisse ?
    L’attente se vit préliminaire, le fantasme ne vit que par l’imaginaire et toi ma belle Princesse tu vis et moi humblement je te vis !!!

    RépondreSupprimer
  31. Absolument : se faire plaisir, d'abord ressentir l'envie, la laisser monter, la savourer et puis l'écouter. Le plaisir est encore plus grand que si on avait cèdé tout de suite sans réfléchir !

    RépondreSupprimer
  32. Pour être honnête, ma douce amie, je dirais que la tentation est encore meilleure lorsqu'on n'y succombe pas ... car sinon c'est le début des problèmes ... Après avoir failli jadis... j'ai mesuré la profondeur de l'abîme, la souffrance et la dualité qui en résultent, et j'ai choisi en toute liberté, pour la vie qui me reste, la confiance et la fidélité.
    je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  33. A la lecture, on se sent "libre" grâce à nos émotions qui peuvent encore prendre la direction des opérations. Tu m'as "régalé" de tes sensations, de tes émotions et de tes envies !

    Coincoins "touchés"

    RépondreSupprimer
  34. Ce texte est d'une beauté enivrante, mais je ne cède pas à la tentation! Mais comment fais-tu pour nous faire aimer les mots? Et bien c'est très simple,je crois, tu leur donnes une âme!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant c'est si bon de céder de temps en temps a une tentation sucrée ou salée...
      Je vois que le cadeau de Zoé t'a bien plu...

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.