vendredi 4 novembre 2011

La lettre J

Pour les lettres d'Asphodèle, un beau collier de mots en "j"...certains assez improbables mais bon...c'est le jeu, ma pauv' Lucette!



Jusant – jaspiner juron jubiler – jacquard – joyeuse – juke-box – jade – jalousie – jokari – jour– justice – juvénile – jeudi – jouir – jalon – jamais – janotisme – jérémiade – jupe .


Ah les beaux jours ! L'été de mes seize ans, quand nous jouions au jokari le matin, sur la plage de Guétary... Ensuite, nous les filles, on jaspinait des heures en rond sur le sable, en sirotant des sodas, entre jusant et marée montante, jusqu'à ce que l'air du soir fraîchît. Les garçons se battaient dans l'eau turquoise en poussant des jurons, nous les trouvions trop juvéniles. Nous formions une troupe joyeuse, oisive et impertinente.

C'était  l'insouciance, l'âge d'or.

On parlerait, plus tard, de la parenthèse enchantée. Le maître-mot était jouir, mai 68 était passé par là, posant les jalons d'une liberté nouvelle, ce n'était que justice, pensions-nous, de nous venger de nos parents , de leur étroitesse morale et de leurs jérémiades.

Un jeudi, plus encore que d'habitude, mon cours de français m'ennuyait à mourir. 

Balançant cul par- dessus tête litotes et janotismes,  je pris la tangente et me rendis au café du Port -ce lieu de perdition pour les jeunes filles "rangées" ... 
J'avais envie de m'assumer . D'être  maîtresse de mon corps. 
En passant sur la terrasse pleine de monde, en un éclair, je compris que le jeu subtil de la séduction procurait un plaisir violent. 
La caresse ondulante de ma mini-jupe sauvage sur mes jambes brunies excitait les jalousies et les convoitises comme jamais. Mes yeux de jade lançaient des étincelles.

J'entrai. Je le vis : pull jacquard, regard de braise, mâchoires serrées. Négligemment accoudé au juke-box. Je sentis mon sang jubiler dans mes veines...
Je décidai que ce serait lui.


Photo internet 
Les autres participants se retrouvent chez Asphodèle, ici
Pour ne pas alourdir mon billet, si vous voulez lire mon texte du "défi du samedi", vous pouvez le retrouver ici, avec les autres

47 commentaires:

  1. Belle promesse que ce texte. Dommage qu'il n'ait pas fallu donner au séducteur un pronom commençant par un "J". Je crois que j'aurais aimé alors écrire une suite et rêver à mon tour.

    RépondreSupprimer
  2. Je pense que le pull jacquard va vite valser sous l'effet de la jolie jupe en juillet ! Ouah, j'ai très chaud tout d'un coup !

    Bon week-end Célestine-très-douée-pour-nous-réchauffer

    RépondreSupprimer
  3. Belle réussite... Dommage que l'on ne t'ait pas imposé en sus de placer jouir en dernière position ! :~)

    RépondreSupprimer
  4. Et L'heureux Julot fut subjugué ...en son justaucorps....Bien qu'il fut encore juvénile....

    Belle journée avec bises.

    RépondreSupprimer
  5. Et tu jaspines toujours dans ton école, ou juste ce qu'il faut pour attirer les regards de braise?

    RépondreSupprimer
  6. EH BIEN, cher "J" anonyme, lâchez-vous, et écrivez-nous la, cette suite!

    CATHY j'ai promis de rester en mode été dans ma tête, et avec le "jokari" et le "jusant" en mot imposé, c'était facile de partir à la plage...

    TANT BOURRIN je sens que nos esprits convergent...

    PATRIARCH j'avoue qu'à imaginer mon héros en justaucorps, j'ai du mal à garder mon sérieux...

    DAMIEN juste ce qu'il faut pour me sentir terriblement vivante...en cela, j'ai toujours un peu seize ans dans un coin de ma tête...

    RépondreSupprimer
  7. Je pense que le "regard de jade" te convenait à merveille ! Belle échappée dans le passé et nostalgie assurée...

    RépondreSupprimer
  8. oui , le "J " t'inspirent aussi un retour en arrière
    Beaucoup de sensualité dans ce texte , j'aime vraiment , c'est fluide , et ça fait du bien d'aller à la mer un samedi matin !
    merci Célestine
    bisous

    RépondreSupprimer
  9. Merci JEANNE, difficile pour moi d'avoir un suivi des blogs, je me bats avec une connexion défaillante depuis ce matin...

    RépondreSupprimer
  10. Comme toujours avec toi ça coule tout seul, ça a l'air facile, on est embarqué et on attend une suite...

    RépondreSupprimer
  11. Depuis le coup de foudre c'est plus la même chose, il râle tout le temps, il a pris trente kilos, il regarde les matches de rugby pendant que bobonne fait le ménage.
    La vrai vie.

    RépondreSupprimer
  12. n'écoute pas wens, c'est un coeur sensible au fond...(wharfff) Ton texte est très joli, ton écriture est tellement fluide ! Avec toi aussi, on retourne en arrière, dans l'adolescence cette fois ! Mais quelle audace, cette jeune fille !!! (euh, un pull jacquard séduisant ?!!!) à plus tard

    RépondreSupprimer
  13. Oh! oh!
    c'est l'été torride de retour sous notre pluie battante!!
    quel soleil!!
    Merci!

    RépondreSupprimer
  14. Très très chouette! Ca pourrait presque être un texte normale! Je suis admirative ! Bravo miss Célestine!

    RépondreSupprimer
  15. Normal...
    Je voulais dire que ça ne sent pas l'exercice...
    Bises

    RépondreSupprimer
  16. C'est vraiment très beau, très bien écrit et je me suis régalée... Merci !

    RépondreSupprimer
  17. Bonjour Célestine
    le jeu de la séduction est en route :-)

    je réponds ici à ton commentaire sur mon texte car plus moyen d' accéder à mon blog pour le moment :-(

    Ton comm m a fait pensé à une affiche de Geluck vue il y a peu de temps dans le métro : c est une parodie de Roméo et juliette et la pseudo Juliette dit au chat de Geluck , (qui lui chante un serenade et qui est grimpé sur une échelle :) oh Roméo , comme vous êtes bien monté ? Est ce un janotisme ??

    RépondreSupprimer
  18. D'excellents souvenirs retracés avec émotion. On s'imagine bien le scène, celle du jokari bien sûr ou celle encore des jeunes filles moqueuses. :P mais il était temps d'affronter le grand méchant loup

    RépondreSupprimer
  19. Il n'y a pas que la parenthèse qui est enchantée, ton texte aussi. :-)

    RépondreSupprimer
  20. Quel beau texte !!! Merci pour ces jolies images !

    RépondreSupprimer
  21. Excellent! J'ai vraiment beaucoup aimé!

    RépondreSupprimer
  22. ASPHODELE merci pour ton compliment et pardon d'avoir zappé ton commentaire...J'aime ce jeu, décidément...

    RépondreSupprimer
  23. TOUS merci beaucoup de votre passage chez moi. Les "lettres" sont vraiment sympas,n'est-ce pas?

    bises
    *******************Célestine********

    RépondreSupprimer
  24. Désolé de l'anonymat. Trop peu de temps et trop peu d'inspiration ce matin mais une belle histoire que je finirai "chez moi" tant j'aime que les blogs se fassent écho. Une belle écriture "notre" Célestine, un vrai talent.
    Bon dimanche

    RépondreSupprimer
  25. JACQUES je vous avais reconnu...

    32 OCTOBRE Oui, et pourtant je ne suis pas de nature très nostalgique...mais certains mots imposés appartenaient décidément à un autre temps.Espérons que certains autres seront toujours là dans le futur (par exemple justice)
    Bonne journée, je fonce lire ton texte que je n'ai pas eu le temps de lire hier.

    RépondreSupprimer
  26. AH FLUTE! si je l'avais déjà lu avec celui de Christine! Il y en a eu tellement hier, je perds la mémoire!

    RépondreSupprimer
  27. Est-ce le J de Jacquard qui nous fait nostalgique ? J'ai aimé les lieux de perditions pour jeunes filles qui oubliaient très vite le rangement !

    RépondreSupprimer
  28. Merci de m'avoir appris le mot "janotisme" ! Ça mérite une récompense, mais quoi ?!

    RépondreSupprimer
  29. Très rafraichissant, un monde de lumières comme j'aime ! Bisous

    RépondreSupprimer
  30. CEDRIC une récompense? en réalité, il faudrait récompenser jeneen (http://eden6804.blogspot.com/)car c'est elle qui a proposé ce mot aux autres. Mais si tu tiens vraiment à me remercier, écris moi une citation spéciale rien que pour moi...cela me fera grand plaisir!

    ZOE, oui le jacquard (quoi qu'il revienne à la mode, il paraît) mais aussi le jokari et le juke-box...

    RépondreSupprimer
  31. ELLA rafraichissant et chaud à la fois...plein de contrastes, comme la vie!

    RépondreSupprimer
  32. C'est aujourd'hui que je le perds ...
    Très joli, bravo Célestine.

    RépondreSupprimer
  33. As tu gardé un petit film de l'époque...si oui il faut le diffuser...la nostalgie du bord de mer de sa jeunesse...joli moment!

    RépondreSupprimer
  34. Que lis-je chez toi, Célestine ?
    L'âge d'or à 16 ans, mais que non, l'âge d'or c'est pour les Seniors !
    Et c'est un peu olé-olé, show-bouillant... lol !
    Ca va plaire à la bande de Bloguinets, ça c'est sûr et certain.
    T'as vraiment fait tout ça comme ça ?... Mais, au fait, 68, t'as pas connu !
    Bonne semaine

    RépondreSupprimer
  35. Un cap parfois difficile, la premiére fois, j y ai révé souvent , parfois avec angoisse, et puis un jour il faut se jetter à l eau, on verra bien.
    Bonne soirée Célestine
    Latil

    RépondreSupprimer
  36. Mind the gap hélas, non, pas de film, à peine quelques photos un peu floues...

    BERTHOISE vous l'aviez deviné j'espère...

    RépondreSupprimer
  37. SOENE Oh! que de questions dans ce commentaire!
    Pour ce qui est de l'âge d'or, je parlais sur un plan général, bien sûr: la parenthèse enchantée, que les jeunes d'aujourd'hui ne connaîtront peut-être jamais, c'est le moment magique où il y avait déjà la pilule et pas encore le Sida. Avoir 16 ans à ce moment -là permettait une insouciance qui s'est bien évaporée depuis.
    Cela dit, comme je le disais à Latil, je dois écrire d'une façon tellement naturelle que tout le monde me croit quoique je raconte!(lol)Si mon texte a plu aux "bloguinets" tant mieux, mais je pense, j'espère qu'il a plu aussi aux bloguinettes...
    Enfin, pour mémoire, en mai 68 j'étais en CE2...mais je ne dis pas non plus que mon histoire se passe en 68...

    6 novembre 2011 20:49

    RépondreSupprimer
  38. Peut-être...
    Peut-être demain...

    RépondreSupprimer
  39. Je n'ai pas connu cette insouciance mais cela ne m'a pas empêchée de me régaler de ce texte ! Je ne viens pas assez souvent vous lire. jE reviendrai très vite !

    RépondreSupprimer
  40. Retrouvez l'été torride en ce début de novembre "grisouillant"....
    ça fait du bien…

    C'est bien écrit… Alors on regrette d'autant plus de ne pas lire la suite…
    Qui serait délectable
    Et ne pas la dire est bien regrettable…
    :-)

    RépondreSupprimer
  41. Juju jubile elle aura son sirop de jujube.
    La parenthèse enchantée a commencé avant 68, avant même "la pilule" !
    Je m'en souviens, dans mon jargon j'avais appelé ces années : les années baise à l'aise !

    RépondreSupprimer
  42. une nouvelle parenthèse enchantée a repris depuis presqu'un an...et c'est toujours Jubilatoire et Joyeux pour ne pas dire Jouissif de provoquer dans des yeux peu Juvéniles un regard sur les Jambes ou de dégainer un sourire Judicieux, comme ça Juste pour Jouer....pas vrai?

    RépondreSupprimer
  43. Je jubile!

    Mais tu jongles avec les J, dis-donc!!! Bravo pour ce tour de force...

    RépondreSupprimer
  44. Edmée je me demande si je jubilerai autant avec la lettre k!

    Bravo Marie Madeleine, tu aurais pu participer au défi d'Asphodèle!

    ANDIAMO, ah bon, on arrivait à être à l'aise sans la pilule?

    ALAINX ça nous aurait faire rire un peu...
    HELENE tu es toujours la bienvenue ici!

    Cédric je vais voir de ce pas.

    RépondreSupprimer
  45. C' est chaud sur la plage de Guétary ...(le seul Guétary que je connaisse s' appelait Georges et ne déclenchait pas chez moi un torrent hormonal débridé ..............!!!)

    RépondreSupprimer
  46. Georges Guétary s'appelait comme ça justement parce qu'il était de Guéthary...un petit port de pêche basque que j'aime beaucoup.J'ai enlevé le "h" car c'était un texte de "fiction"...

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.