lundi 7 novembre 2016

Le Vent des Globes


Je les ai regardés aujourd'hui s'élancer comme un vol de grands oiseaux fous, à la conquête de leur rêve d'azur et de tempête. Homme libre, toujours tu chériras la mer...
-Encore Baudelaire ? Tu abuses, Célestine.
-Sans doute...Mais c'est la phrase qui m'a caressé l'âme en contemplant ce spectacle saisissant....
-Peuh ! un grand guignol publicitaire de plus, oui, une affaire de gros sous, une vitrine pour les marques...
-Peut-être. Je n'ai pas le pied marin, mais j'aurais aimé, dans une autre vie... Les bateaux me font puissamment rêver. Et je ne puis m'empêcher d'admirer ces hommes  qui partent affronter seuls les éléments, le Cap Horn, les hurlants et les rugissants...
-Seuls ? Avec liaison radio, ordinateur de bord, GPS, pilote automatique et les hélicos aux aguets...
-Oui, seuls. Avec leurs tripes et leur manque de sommeil, leurs rations de survie, leurs gros doutes, leurs avaries, et cette coque fine comme un doigt où tenir debout relève de l'exploit... Ils forcent le respect. 
Leurs visages, étonnamment, se ressemblent tous : comme si se mesurer avec la mer rendait les hommes beaux, avec ce je ne sais quoi dans le regard de fier et de combatif. De déterminé. Terriblement sexy chez certains d'entre eux.  La force de vivre côtoyant l'acceptation tranquille de la mort.
Et soudain, c'est l'histoire d'amour tumultueuse de l'homme et de la mer depuis les Phéniciens qui s'écrit en grosses lettres sur ces voiles clinquantes. 
Je trouve ça très émouvant. Et légèrement plus écologique que le Paris Dakar, de surcroît.
Seul bémol, aucune femme dans la course... 
Florence, la « petite fiancée de l'Atlantique », n'a pas de remplaçante, hélas. Elle manque beaucoup sur la ligne bleue de l'horizon.









111 commentaires:

  1. Qu'il y ait du financement publicitaire et de la technologie embarquée facilite peut-être les conditions de l'exploit, mais en augmente aussi les enjeux. Quoi qu'il en soit il reste colossal. Hors de portée du commun des mortels…

    Pssst : pourquoi l'a t-on qualifiée de "petite fiancée de l'Atlantique" ? Dirait-on des hommes qu'il sont les "petits fiancés de l'Atlantique" ? N'était-elle pas suffisamment autonome pour qu'on la pré-marie ainsi à un océan (au nom masculin cela va de soi…) ?

    Bises féministes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi ? Mais parce que ce monde dans son ensemble est résolument un monde de machos, mon cher Pierre...et je suppose que dans le milieu marin, c'est la même chose.
      Le Vendée-Globe 2016-2017 est 100% masculin. Triste constatation? Ou chose normale ? Je reste persuadée que si Florence l'a fait, d'autres pourraient, enfin pourront, le faire ...
      Ça me fait bouillir, certainement parce que je n'ai pas la vertu des femmes de marins...
      Bises de même
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Le milieu marin, pas forcément un monde de machos mais un monde de mâles souvent introvertis et fiers. Le Vendée globe n'a pas toujours été 100% masculin. Isabelle , Ellen, Anne, Catherine ont marqué cette course.La petite fiancée de l'atlantique doit son surnom à la Course du Rhum et non au Vendée Globe. Les honmmes ont des surnoms plus "forts : le Chacal, Vincent le Terrible. N'oublions pas : Les marins n'ont qu'une maîtresse : la mer
      Les grandes courses font hélas oublier quelques belles épopées moins médiatisées mais tout aussi courageuses
      http://tempsreel.nouvelobs.com/sport/20120122.OBS9454/laura-dekker-16-ans-acheve-son-tour-du-monde-a-la-voile.html
      Bises d'une femme de marin (non vertueuse)

      Supprimer
    3. Ah oui, on sent la spécialiste par rapport à la dilettante comme moi, qui n'y connais rien et me laisse juste porter par la vague du rêve...
      Peu importe que Florence n'ait pas fait le Vendée-Globe.
      Moi ce que j'aime c'est sa personnalité solaire et son courage de lionne.
      J'aimais bien aussi la chanson
      qu'elle avait enregistrée en duo avec Pierre Bachelet.
      Pierre et Flo, La pierre et le flot, la terre et la mer tout un symbole. Magnifique.
      Kisses
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Tes zèles de géant t'empêchent de marcher ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je suis albatrocement poète... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Biberonné à L'île au trésor et à Moby Dick, ayant lu très jeune les récits d'Alain Gerbaut, l'un des premiers grands solitaires, tu penses bien que j'abonde dans ton sens, et que j'embarque à ton bord, de ba ou de tri. Une chanson de Brel me vient à l'esprit, loin des quarantièmes rugissants et du pot au noir. C'est "Mon père disait"
    "Londres n'est plus que le faubourg de Bruges perdu en mer, perdu en mer"
    Bon vent à toi Miss W. au coeur des tourments tempêtueux et des tempêtes tourmentées de la nef de ta vie.
    Kisses from Picardy Man; attb.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Vieil Homme et la Mer, Trois hommes dans un bateau, l'île mystérieuse, les révoltés du Bounty...voilà des lectures qui ont bercé mon enfance.
      Et puis Marius qui regardait La Malaisie dans le port de Marseille...
      La mer me fascine, et ceux qui l'affrontent aussi.
      Avec ou sans GPS
      Kiss you and attb
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Et Monsieur Brun qui achète le Pitalugue...

      Supprimer
    3. Et wouèï ! bonne mère, celui qui était un peu jaloux ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Heureusement que tu es là pour parler de ce qui se passe chez moi !!! Hi hi ! Je devais y aller mais la grippe m'a clouée (et me cloue toujours) au lit, alors j'ai regardé sur la chaîne réservée en continu et ma foi, je voyais de près, ce qui n'aurait pas été gagné si j'avais été aux Sables... C'est "l'Everest de la mer", ils n'ont pas le droit à une assistance médicale directe ni à poser pied à terre...malgré la technologie ! ;) Et Florence Arthaud, toute fiancée à l'Atlantique qu'elle était n'y a jamais participé (Route du Rhum pour elle). En revanche Ellen Mac Arthur est arrivée 2ème dans les années 2000... On ne voit pas beaucoup de femmes dans cette épreuve qui est très très dure physiquement et moralement. Non pas que les femmes ne puissent pas, elles peuvent poser leurs candidature, il n'y en a pas ! Inutile de te dire que ton billet m'est allé droit au coeur, moi qui aime plus que tout ces bateaux qui quittent le port sans que l'on sache s'ils reviendront et quand...et pourtant moi non plus je "n'ai pas la vertu des femmes de marins" ! Bises ma céleste amie♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah c'est vrai qu'on profitait mieux du spectacle à la télévision, mais je sais par des amis que l'ambiance aux Sables d'Olonne est extraordinaire.
      J'aime ton enthousiasme. C'est vrai que l'épreuve doit être épuisante moralement et physiquement.
      Les femmes qui ont réussi ce genre d'épreuve sont un peu extraordinaires quand même. Il faut bien le reconnaître.
      Mais sur 7 milliards d'individus, il doit sûrement y avoir quelque part une remplaçante pour Ellen McArthur.
      Bises ma chère copine 💜

      Supprimer
  5. Plus de Flo à flots, ni d'Isabelle ou d'Ellen un sacré MAC cette Ellen !
    Des hélicos dis tu ? N'y pense même pas, quand ils passent dans l'océan Arctique ils sont à près de 4 000 kilomèrtres des premières terres !
    C'est vraiment une horreur, un pari insensé, respect à ces courageuses, et courageux qui depuis tant d'années ont lancé et bravé ce défi.

    Tu sais Dame Céleste, il en est de même en montagne : "la nature a horreur des cons", elle se charge de leur faire savoir si par malheur certains pensent que c'est facile. ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connaissais pas cet aphorisme qui me semble tout droit sorti d'un film dialogué par Audiard, non ?
      Oui j'ai sans doute dit une c...une bêtise pour les hélicoptères. Mais il me semble qu'ils sont filmés de temps en temps quand même, non ? Peut-être pas en Antarctique, ni au point Némo, mais dans d'autres endroits de la course plus accessibles. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Non cet aphorisme ta sœur ne sort pas de chez Audiard, mais de chez mon pote Jeannot, un ébéniste qui avait œuvré faubourg Saint Antoine, la Mecque du meuble classique !
      Lassé de fignoler pour des clopinettes il s'était fait engager à la maison de la radio, où nous disait il, on le payait grassement pour fabriquer des décors, lui qui avait tutoyé les dixièmes de millimètres, travaillait au mètre pliant !
      Ce Jeannot là est décédé il y a quelques années, nous avions le même âge... ];-D

      Supprimer
    3. Cet aphorisme ma soeur ?
      Que vient donc faire ma soeur avec ton copain Jeannot ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Une course mythique et qui fait bien sûr rêver. Je suis d'accord pour dire que les marins sont beaux, voire même sexys. Je dirai la même chose des alpinistes, que j'ai plus l'habitude de côtoyer vu ma passion pour la montagne. Ils ont la montagne dans leurs yeux et la face burinée par les éléments... Belle journée dame Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, Dédé, les alpinistes et les marins ont le même regard. J'ai un petit faible pour Alan Roura, le skipper suisse (un skipper suisse, c'est déjà un exploit...)
      C'est beau ce que tu dis, "la montagne dans leurs yeux".
      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Des skippers suisses, il en en a eu beaucoup, et pas des moindres...
      Pierre Fehlmann, Ernesto Bertarelli (deux fois vainqueur de la coupe de l'América avec Alinghi), Stève Ravussin, Laurent et Yvan Bourgnon,Bernard Stamm, Dominique Wavre, etc... Pour un pays qui n'est bordé que par de l'eau douce....
      Dolce baci

      Supprimer
    3. Ben oui, c'est cela qui est étrange...Ils vont où, pour s'entraîner ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Le Léman est un excellent terrain de jeu. La Régate du Bol d'Or est de renommée internationale.
      Le Lac de Neuchâtel offre aussi de belles possibilités pour tester la réactivité d'un marin, car par gros temps, les vagues sont courtes et tabassent plus que les longues vagues des mers. Et surtout, les vents sont terriblement rapides à changer de direction.
      "Le Trou de Bourgogne" est un véritable cimetière lacustre. Imagine que, lorsque le vent de bise déboule sur le lac, il croise les vents lacustre à 90° et il couche les voiliers qui, 100 mètres avant, naviguaient avec un joli vent arrière....
      La mer n'est pas si soudaine.

      Autrement, les navigateurs suisses ont aussi des passeports qui leur permettent d'aller un peu partout dans le monde, et je crois qu'ils aiment assez bien les côtes bretonnes.

      Supprimer
    5. J'adore quand tu prends mes pitreries au premier degré...mais il est vrai qu'un suisse marin, c'est un peu comme un bobsleigher jamaïcain...
      Il faut dire que j'ai titillé ta fibre helvète !
      Cela dit, ça m'a permis d'apprendre plein de choses...
      Molto baci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. C'était sans nationalisme, juste un petit côté prof....
      La Suisse est aussi mal connue des Français que la Belgique...
      Baci

      Supprimer
    7. Tu m'apprendras encore, dis ?
      ⁀) ✫ ✫ ✫.
      `⋎´✫¸.•°*”˜˜”*°•✫

      Supprimer
  7. J'avoue tout, je ne suis pas une passionnée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c'est ton droit le plus strict, chère Heure Bleue !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. J'ai suivi moi aussi ce départ émouvant, ces beaux mecs qui quittent la terre ferme, leur famille, s'éloignent de ceux qu'ils chérissent, ne sachant pas s'ils reviendront un jour, pour des brins de rêves chimériques.... mais quels brins ! pour se mesurer aux éléments, à la mer, à eux-mêmes, à leur liberté...
    merci Célestine d'évoquer cette si belle course.
    Je t'embrasse.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les brins de rêve (jolie expression) ne forment-ils pas la trame de la vie dans ce qu'elle a de plus exaltant ?
      Se mesurer à lui-même me semble être la plus belle chose qu'un être humain puisse faire pour se prouver qu'il existe. Quel que soit le défi tenté, c'est toujours mieux d'essayer d'écraser les autres.
      Personne ne sort vaincu d'une aventure comme le Vendée-Globe. Même si la mort est parfois au tournant.
      Bises chère Den
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. je pense, que d'écraser les autres...
      merci pour ton commentaire.
      Den

      Supprimer
    3. Oui c'est toujours mieux QUE d'essayer d'écraser les autres...
      Voilà ce que c'est quand on ne relit pas... :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Finance et pub, on s’en moque pourvu qu’on ait à bord notre navigatrice favorite, à la plume légère et si bien réaliste j’♥ ton vent du globe, cette année misogyne, qui nous force à rêver de conquêtes impossibles

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne force personne, Jak, mais je te remercie de ce beau compliment.
      Mon blog n'est qu'un frêle esquif, mais je m'y sens bien et mes rencontres sont extraordinaires.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Moi aussi j'admire beaucoup ces hommes (dommage qu'il n'y ait pas de femmes cette année) qui sont partis hier pour accomplir ce tour du monde en solitaire! Chapeau à eux et bonne route ou plutôt bonne mer !
    Mais moi je préfère avoir les deux pieds sur le plancher des vaches :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Apparemment, les candidates sont les bienvenues, mais aucune ne s'est présentée. Je ne voudrais pas que l'on croie que je colporte de fausses infos sur mon blog ;-)
      Moi aussi, je me contente de rêver au bord...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Admiration partagée malgré (ou d'autant plus) un pied grec n'ayant pas, hélas, hérité des prédispositions marines chèrement acquises par les héros de l'Odyssée.
    Je déplore, tout comme toi, l'absence de participation féminine; les organisateurs de cette course, embarrassés par un questionnement légitime, ont maladroitement tenté de se justifier par un faisceau d'arguments peu convaincants (et dont ils paraissent, eux-mêmes, peu convaincus).
    PS: Baudelaire ? abuse, Célestine, abuse. Je préfère, dans ce cas, l'excès au manque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que cet article donne un éclairage sur la façon dont les candidats se sont retrouvés 29 sans une seule femme cette année.
      Pas très clair ni convaincant en effet tout ça ! Ces histoires de sponsors me dépriment.
      Je retourne lire Baudelaire !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. J'avoue, comme heure bleue, ne pas être ni passionnée ni même intéressée... cette course contre la montre, avec toute sa technique? La mer, il faut prendre le temps de la contempler, de l'admirer, de la respecter. Oui, ils sont forts, ils vont manquer de sommeil mais non, je n'arrive pas à les admirer pour ça. Pardon ma copine céleste

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas grave, juste étonnant de la part d'une bretonne...
      Bizou ma Brizou
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. C'est le côté compétition, performance que je n'aime pas... mais cela dans tous les domaines. Et puis, sais-tu que je n'ai jamais fait de bateau? Je n'en ai jamais eu l'occasion et pourtant la mer, elle, je l'aime!!

      Supprimer
    3. Mais c'est ton droit absolu. je parlais seulement de l'aura magnifique que les marins ont en général en Bretagne...où la navigation est une institution.
      Mais je ne doute pas que tu aimes la mer autant que moi.
      Bisous ma Brizou et ne t'inquiète pas: j'aime que chacun s'exprime librement.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. C'est décidé: j'achète un kayak ! :-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors ce film est pour toi. Si tu ne l'as pas vu, fonce, tu vas adorer.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Excellent !!! Me suis bien marré avec le trailer ! Tout à fait mon genre, le gars: rêveur et un rien con... ahahaha... Merciiii...

      Supprimer
  14. On a regardé à la télé.
    On s'est contenté du vent des globes oculaires....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et sinon, 17h22 On voit qu'Hugo Boss n'arrive pas à tailler un costard à La Banque Populaire
      Mais les Galettes Saint Michel font leur beurre pas loin....
      Hélas "Technofirst face océan" ne fait pas face du tout !

      Supprimer
    2. Le vent des globes oculaires, joli !
      Et sinon, mon coeur bat pour la Fabrique, mais si Le souffle du Nord s'immisce, je ne ferai pas la gueule...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Moi aussi, je suis impressionné et ébloui par cette course et ces marins. Ils ne parlent pas souvent à la télé mais quand ils le font, je les trouve souvent très intéressants. Il y a beaucoup de skippers que j'aime bien, Loïck Perron bien sur, mais plein d'autres aussi.
    S'il n'y a pas de navigatrices dans cette édition, c'est sans aucun doute un problème d'argent, de sponsors parce que des navigatrices de talent il y en a.
    C'est normal de penser à Baudelaire pour tout, il a pensé à tout, non ? Lol.
    J'ai voulu être un marin virtuel et faire le Vendée Globe sur le net, mais comme il y a quatre ans, j'ai pas réussi à m'inscrire. Je serai plus fort dans quatre ans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne savais même pas que l'on pouvait s'inscrire au Vendée-Globe virtuel...
      ce doit être moins fatigant assis dans un fauteuil de suivre la course...
      D'accord avec toi pour Baudelaire, c'était un géant.
      Bises Patrick
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Isolés au coeur du système...mais seuls avec pour bouée le bout de la tripe, mode de quand j'en avais comme disait Florence...Pas de femme ? Faute à qui ? A personne comme disait mon P'tit-Frère, mon Capitaine en s'faisant l'Atlantique..
    Peut-être faut-il voir là un un milieu rendu misogyne par nécessité, forçant d'avoir une femme dans chaque port plutôt qu'à la barre ?
    Mais t'as raison Céleste, j'aimerai bien que la mer se retrouve une petite fiancée...plutôt que de se rouler les meules genre blondasse à 4x4, à te foutre la nature en l'air dans toute l'essence...
    Ah t'avoueras que brouter de l'algue c'est aut-chose que d'avoir du sable sur la langue...
    Tiens ça m'enivre que j'en ai le pied beau qui godille !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah le mythe de la femme dans chaque port...et celui des marins qui pissent dans les étoiles...
      oui, y a pas à dire, la mer donne de beaux rêves à ses enfants naturels.
      Le désert, c'est beau, mais sans les hydres au carbure, t'as raison mon zoizo.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Vois-tu ma Céleste, la pêche à pieds est, de toutes les limites du raisonnable, celle qui offre le plus grand choix d'embarquements pour s'y taire au comble de l'extase. La modestie mouille sans éclabousser et ma foi laisse la plus grande part au rêve du lisse qui gratte !

      Supprimer
  17. complètement ok avec toi. J'ai eu l'occasion de croiser certains de ces bateaux du côté de Lorient et c'est impressionnant. Je vais suivre cette course bien sûr et dommage qu'il n'y ait pas de femme en effet. Et toi Célestine, pas tentée pour le prochain Vendée Globe dans 4 ans ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais dans mes rêves alors, hein, mes bestioles...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Les océans, la montagne, le désert, les pôles... Cette époque a un besoin crucial de héros, de vrais héros, aux prises avec les éléments, loin de la bêtise humaine, des dogmes abrutissants, des luttes mesquines pour le pouvoir... Pas de femme cette année? Tant pis! Ces hommes ne sont pas moins beaux, tu l'as noté! Il faut de l'argent? Ben oui, et quand il sert des causes telles qu'Initiatives-cœur et Tanguy de Lamotte, il ne faut pas s'en priver! J'appelle tous ceux qui viennent commenter ici tes cris du cœur à soutenir le Vendée Globe, Tanguy et Mécénat chirurgie cardiaque! La mer est belle est terrible, tout comme le monde, tout comme la vie! Que j'aime comme tu te passionnes pour tout ce qui est vie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah que voilà un commentaire positif et enthousiaste.
      j'aime particulièrement le passage sur les dogmes abrutissant (on ne se refait pas)
      Oui le monde manque de souffle, et pourtant il ne demande qu'à s'épanouir au coeur des hommes comme des femmes. Oui j'aime la vie dans ce qu'elle a de plus réjouissant
      Merci Baladine, tu me plais !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. D'abord, j'adore tes bannières avec la ravissante et mystérieuse jeune femme dans un paysage rêvé. Ensuite, je pense qu'on n'abuse jamais de Baudelaire (c'est tout à fait perso o;)

    Enfin, si tu aimes les scènes de mer, et si tu vas sur youtube, tu trouveras peut-être la finale de Master and Commander, avec l'intitulé Boccherini, ou plutôt "final song", quand le voilier anglais fait demi-tour (à la poursuite du Français), et que deux de mes acteurs préférés jouent du Boccherini... Russell Crow et Paul Bettany (surtout Paul Bettany).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce fabuleux extrait d'un film que je ne connaissais pas.
      En effet, Paul Bettany, quel charme !
      Oui j'aime bien dessiner mes funambulles et mon bonheur est quand elles plaisent aux gens...
      Alors merci Pivoine
      💜

      Supprimer
  20. Ce doit être merveilleux, vivre sur un voilier... (A condition d'avoir des citrons avec soi o;) Je ne suis pas vraiment les courses (pourtant, j'aime la mer), je n'aime pas trop les films de guerre, mais vraiment "Master and commander", j'ai a-do-ré !

    Ou d'autres scènes de mer, comme dans le film de David Lean "A passage to India". C'est très émouvant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Deux films que je mets dans ma liste pour les longues soirées d'hiver.
      merci du tuyau, Pivoine
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Jdissa, de quart07 novembre, 2016 22:37

    Ca fait rêver, oui !...
    Ca me rappelle que j'ai fait de la voile quand j'étais minot, et qu'au compte des bêtises à faire avant d'aller tutoyer les étoiles, il y aurait d'aller faire un stage sur le Belem ou quelqu'autre voilier-école...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une bêtise, un stage sur le Belem ?
      C'est une merveilleuse idée mais à mon avis, les places sont chères ^^
      (Pense à emporter les citrons, comme dit Pivoine)
      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Désolé,la mer,les bateaux,les marins ne m'inspirent guère.Aussi,j'aime bien le commentaire de la Baladine.Je respecte et j'admire les qualités qu'il faut pour ce genre de défit.La force de caractère,la ténacité, le courage,le moral,la volonté d'aller au bout de soi... dommage,qu'il n'y ait pas de participantes!Mais,je "n'accroche" pas.Pas plus au Paris/Dakar qui ne part plus de paris,et ne va plus à dakar!
    https://www.youtube.com/watch?v=QHFg3wamA6A
    Tabarly,Pageot,Kersauzon et Riguidel naviguent pas sur des cageots,ni sur des poubelles!(renaud).
    Cependant,j'avoue que la lecture de ton billet et les commentaires ,assortis des différents liens a été instructive.Comme quoi,on peut s'intéresser au Vendée blog!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh ben, c'est cool alors si ça t'a intéressé ...
      J'étais sûre quand même que tu nous sortirais "c'est pas l'homme qui prend la mer c'est la mer qui prend l'homme"...
      Mais des chansons qui parlent de mer et de bateaux, il y en a tellement...
      Bisous attentifs
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je ne suis pas toujours prévisible...C'était facile de savoir qu'elle chanson j'allais sortir,vu que je m'en suis déjà servi(un peu transformée).Il y avait un petit indice avec le "Paris/Dakar".Il y en a une autre dont je me souviens à peine,et je ne la trouve pas sur le net:Un bateau blanc s'en va vers les...(rime en r)
      droit devant lui en regardant la mer
      un bateau blanc a pris le vent
      droit devant lui vers le soleil levant...
      chanson du générique d'un feuilleton télévisé diffusé...il y a longtemps.

      Supprimer
    3. Tu sais quoi, je n'avais même pas vu ton super jeu de mots " Vendée blog" pardonne moi !
      En ce qui concerne la série, j'ai trouvé les aventures du capitaine Luckner
      " trois mâts pour l'aventure"
      Ça te parle ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Et comment que ça me parle! je viens juste de rajeunir de"quelques années"!je sais maintenant pourquoi je me souviens de ces quelques paroles liés à cette série: Ce feuilleton relate les aventures entre les deux guerres mondiales, du capitaine comte Félix Von Luckner et de son second le lieutenant Lieuville, qui sillonnent les mers du globe à bord de La Niobé afin de délivrer un message de paix...(selon wikipédia). dans mon souvenir aussi,mais plus flou.Ces aventures maritimes me faisait rêver...non pas au vent des globes ni au Vendée globe,mais simplement rêver!
      "Vendée blog":j'étais assez fier de moi!tu es toute pardonné.

      Comme un oiseau toutes voiles dehors
      un bateau blanc s'en va quitter le port
      adieu les filles,adieu l'amour
      si dieu le veut,nous reviendrons un jour
      un bateau blanc vogue vers les chimères
      des hommes rêvent en regardant la mer
      un bateau blanc a pris le vent
      droit devant lui vers le soleil levant

      mieux vaut faire l'amour que la guerre
      la la la la la la la la la ...

      merci du rafraichissement de mémoire! un gros"poutou"

      Supprimer
    5. je suis heureuse de t'avoir permis indirectement de retrouver ce souvenir...
      Bises et bonne nuit , cher Xoulec
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Je voudrais m'embarquer
    M'éloigner du quai
    Fuir le bassin trop petit
    Des Tuileries
    Faire par la mer
    Le tour de la terre
    Avec pour seule oriflamme
    Ton corps de femme
    Toi qui m'a fait perdre le nord
    Guide-moi pour sortir du port

    Où vont tous ces bateaux
    Où vont tous ces oiseaux
    Ont-ils peur des orages
    Comme moi
    Où s'en vont-ils si beaux
    Par la voix du ciel
    Par la voix des eaux
    Leurs voiles et leurs ailes
    Chantent en moi
    Serge lama

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merveilleuse chanson, merci kangourou !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Les sports me laissent froid car je n'ai aucun esprit de compétition et que ça me semble une condition essentielle pour vouloir être le meilleur.
    Toute fois, j'ai une tendresse particulière pour le Skipper Bernard Moitessier. Un poète celui-là.
    Qui connait encore Moitessier? Le presque vainqueur du premier tour du monde à la voile, le Golden Globe Challenge, en 68.
    Presque vainqueur car il est arrivé en tête devant la ligne d'arrivée et ... il a viré de bord sans la franchir, poursuivant sa navigation jusqu'en Polynésie.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Moitessier

    Comme disait l'Autre: C'est tellement plus beau lorsque c'est inutile.
    Ti bacio Cara

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, la beauté de l'inutile...c'est une belle histoire tu as raison, mio caro.
      Les cartésiens n'ont pas dû en revenir...
      Et que tu me cites Cyrano de Bergerac de bon matin, ça illumine ma journée !
      Baci il mio fratello
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Dans mes bras, Célestine. Moi aussi je trouve ça émouvant, pour moi seul le rêve compte, et je vois qu'on est sur la même longueur d'ondes aujourd'hui question billets...
    Le matériel embarqué ? Ben c'est à dire que pour aller de mon troquet favori à la maison j'utilise un GPS alors, je ne vois pas pourquoi ils se priveraient, eux.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est chouette qu'on ait eu la même inspiration en même temps...
      Tu es un fou de GPS, je vois ^^
      N'est-ce pas plutôt en revenant du troquet qu'il s'impose ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Mais on n'abuse jamais avec Baudelaire, enfin :D :D :D
    Je ressens la même chose avec les grands alpinistes...Une admiration pour une folie en solitaire...
    Bisous chère fée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais ce n'est pas moi qui le dis, c'est mon gemini cricket...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Comme je comprends ton admiration, ces aventuriers sont extraordinaires,je les envie, j'aurais tant aimer braver ainsi les éléments, mais j'ai la trouille au ventre, malheureusement !!! Chacun a sa personnalité, chacun a son chemin, merci à eux de nous faire rêver. Belle journée céleste Célestine, merci pour tes billets si joliment troussés qui font chaud à notre cœur, ils sont précieux. Bises. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ma Plume, comme tu es indulgente et pleine de bienveillance avec moi ^^
      C'est vrai que ce sont des héros des temps modernes, ces beaux navigateurs qui stimulent nos rêves...
      Bisous Brigitte
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Bonjour Célestine, très touchant ce texte qui aborde le Vendée Globe d'une manière poétique . AH ! Baudelaire ..Homme libre, toujours tu chériras la mer... oui, celle du vieil homme cher à Hemingway et puis le regard de Florence Arthaud pour qui j'ai une pensée ..Un beau billet plein d'embrun et de vie . Bon mardi Céleste , Célestine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis pleine d'embruns et de vie, beau chanteur !
      J'aime la mer, je la chéris, et j'aime Baudelaire
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. Je suis je crois comme toi, totalement dilettante dans ce domaine, en plus la mer me fait peur et pour rien au monde je ne m'embarquerais là dedans, et pourtant ce voyage me fascine, va comprendre.

    Je me suis choisi deux favoris, juste parce qu'ils soutiennent une belle cause, Initiatives coeur et Leucémie espoir, (En plus sont plutôt mignons, mais ils le sont tous comme tu l'as bien remarqué), et de temps en temps je vais voir où ils en sont, là : http://tracking2016.vendeeglobe.org/hp5ip0/

    Tu peux toi aussi mettre une étoile sur ton suisse préféré, et le suivre. C'est beau le progrès hein ? :)

    Je dois cependant préciser qu'une femme avait candidaté, mais qu'elle n'a pas eu assez de sponsors pour pouvoir s'engager. C'est pas juste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le lien c'est chouette !
      Tes favoris courent en effet pour de nobles causes, et je les suis moi aussi.
      Le voyage est fascinant certainement parce qu'il nous renvoie à nos fantasmes littéraires d'enfance. Le tour du monde en quatre-vingts jours...ça a de la gueule, non ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. @ Pastelle
      Mais son Suisse préféré ne court pas le Vendée Globe...
      Bises e baci à Céleste

      Supprimer
    3. Blutchy dit ça parce qu'il est suisse, Pastelle.
      Qu'est-ce que je peux rajouter à ca... :-)
      Sinon qu'il n'a pas tort...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. Tant de défis que l’homme rêve de relever : escalader le mont Everest pour atteindre son sommet son plus culminant, prendre la mer, lever les voiles et partir au loin, aux extrêmes, quelque soit le temps, affronter les vagues, nuit et jour, n’avoir que l’espoir en provision, ou bien encore longer le désert, affronter ses chaleurs torrides, en espérant voir apparaître de belles oasis ou points d’eau pour se désaltérer et qu’il ne rencontre que mirage dans l’extrême désespoir. C’est la preuve que l’homme ou la femme bravent les difficultés pour se sentir exister, pour se sentir vivre, atteindre le summum pour cueillir un peu de bonheur, ce bonheur pur et propre, qui est la quintessence dans le sublime, un homme devenu Dieu en un instant furtif.
    Ces moments où l’homme étale toutes ses capacités et fulgurances pour se dépasser et affronter l’inconnu sont des moments où l’humain se mesure à Dieu, c'est-à-dire que tout est possible dans la vie quand la volonté, la motivation y sont et qu’on croit aux rêves.
    C'est la lecture que je fais de ton joli texte, j'ai juste saisi la symbolique du marin affrontant son destin, mais un destin qu'il s'est choisi.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup ton analyse symbolique de mon petit billet admiratif.
      C'est vrai, en se mesurant à eux-mêmes (et en repoussant leurs propres limites) les êtres humains atteignent des contrées mystérieuses et même mystiques ( je ne parle pas de dieu, je suis un peu en froid avec lui surtout en ce moment)
      Tu sais que le Vendée-Globe est appelé l'Everest de la Mer ?
      Je t'embrasse beau poète
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Qu'attends-tu pour t'y mettre ?
    Ah, un sponsor !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, sept cent mille euros ça ne se trouve pas sous le sabot d'une vache...
      Contente de te revoir boss !
      Gros kiss
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Ho, Florence Arthaud aussi ressemblait un peu à un mec quand même.
    C'est dingue, passer 3 mois seul sur l'océan...même avec tous les moyens modernes et l'assistance à distance, certains soirs, faut avoir le moral et la force. C'est autre chose qu'un match de foot...
    Bisous et j'espère que tu étais aux Sables pour les voir :D :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non je n'étais pas aux Sables, et notre amie commune la grande prêtresse n'y était pas non plus et pourtant elle n'est pas loin, elle, contrairement à moi...
      Florence Arthaud ressemblait à un mec ? Tu veux des lunettes ? ;-)
      Tu confonds pas avec Mauresmo ?
      Bisous Mindounet

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. Ah bé ça va mieux. Figure toi, Celle, que j'avais suivi à la lettre le conseil que tu donnais dans ton billet précédent. Le gars va mieux, d'accord, mais de la à prendre la mer, il craint un peu le mal du même nom...
    Au fait, je t'ai laissé une petite addition au marché de dimanche dernier, comme j'explique ma virée dominicale du côté obscur. Tu passeras quand tu voudras, hein, c'est pas trop pressé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça c'est gentil mon Bof.
      Mais heureusement que ce n'est pas pressé parce que c'est pas demain que je vais pouvoir passer...
      Remets toi bien, je ne voudrais pas être responsable d'un malaise quel qu'il soit...
      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. Il y a tout de même un truc qui me gêne aux entournures avec les sports extrêmes.
    Lorsque le sportif se plante, des hommes doivent risquer leurs peaux et les deniers publics pour les sauver.
    Lorsque ces sports servent à améliorer la sécurité dans la vie quotidienne (l'automobile par exemple), je comprends, mais pour la mer, je ne vois pas le bénéfice commun.
    Ces bateaux pourraient pourtant servir à améliorer les bateaux de pêche et libérer les marins-pêcheurs du poids du gasoil, mais que nenni.
    C'est vrai que je dépoétise l'exploit, mais je ne crois pas que les secours en mers (ou ailleurs) goutent toujours le côté transcendantal de la chose...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben c'est pas toi qui disait que quand c'est inutile c'est encore plus beau ?
      C'est un exploit pour la beauté de la chose...
      Quant aux bagnoles, tu crois vraiment que le Paris Dakar améliore la sécurité à Issy Les Moulineaux ?
      Nan mais en ce moment je suis un peu bouchée, je comprends rien...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Lorsque la beauté de la chose met en péril la vie d'autres personnes, je ne peux pas cautionner.
      Un exemple: il y a quelques années, un gars s'est trouvé en perdition dans les 40e ou 50e, bateau retourné.
      Pour le sauver, il avait fallu mobiliser un bateau de guerre avec un hélico à bord pour l'hélitreuiller. Outre que le type qui est descendu au bout du câble avait du prendre des risques insensés parce que la mer qui n'avait pas voulu se calmer le temps de l'opération, les contribuables propriétaires du bateau en question avaient du assumer une facture bien salée. Tu me diras que pour une fois que ce bateau pouvait être utile..... Mais si le mec avait un tant soit peu levé le pied, son rafiot restait sur sa quille et il pouvait terminer sa course sans emm... le monde.

      Pour les bagnoles, c'est la course automobile qui a fait développer:
      - la tenue de route de bagnoles.
      - Les freins à disques (Jaguar aux 24 heures du Mans)
      - le double circuit hydraulique de frein, avec compensation de charge
      - Les systèmes ABS et consort.
      - les aides à la conduite.
      - le turbo.
      - La boîte séquentielle.
      et j'en passe.
      Bref, tout ce que tu peux maintenant trouver jusque sur les voitures bas de gamme et qui sans conteste améliore la sécurité de tous. Il faut avoir roulé avec les chars à pont des années 50-60 pour apprécier la différence... :-)
      En 1972: 18'000 morts sur les routes, 386'000 blessés pour env. 14 millions de véhicules.
      en 2012: 4'000 morts, 81'000 blessés pour 38 millions de véhicules.
      Une grande partie de l'économie de vies faite est à mettre sur l'amélioration des bagnoles.
      Mais il est vrai que maintenant, nos bagnoles ont atteint un niveau de sécurité plus élevé que celui des conducteurs et on pourrait aisément se passer de compétitions automobiles...
      Ben voilà, il suffisait de le demander :-D
      Ti bacio Carrissima

      Supprimer
    3. Bon pour les bagnoles, je suis d'accord. Tes arguments sont massus. Et je ne te remercierai jamais assez d'avoir pris tout ce temps pour m'expliquer les choses, j'espère juste que tu ne me rediras pas que c'est du gâchis...hihi !

      En revanche, pour ce qui est de supprimer tout ce qui est "pour la beauté de la chose" sous prétexte de mettre en péril la vie d'autrui, je ne ne peux pas cautionner.
      Il faudrait alors supprimer toutes les courses d'escalade, les randonnées en haute montagne ou sur des lacs, sous prétexte que l'on risque de déranger les secours et de les mettre en danger alors que l'on pourrait très bien se passer de ce genre de loisirs.
      En revanche, ceux qui prennent eux-mêmes des risques en faisant des choses interdites (comme le hors-piste) devraient être sanctionnés s'ils mobilisent les secours. (mais souvent la sanction leur tombe dessus par la main du destin...)
      Baci caro
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Je crois en effet que la Vie nous donne assez d'occasions d'avoir des accidents sans aller les chercher par inconscience.
      Certains sports demandent une couverture accident particulière. On pourrait aussi demander aux adeptes de sports extrêmes de se couvrir en assurances RC, sauvetage et rapatriement. Sachant que les assureurs peuvent se retourner contre leurs assurés en cas de témérité, on ferait un grand pas vers plus de sécurité, sans diminuer pour autant le plaisir du sport.
      Mais il est vrai que depuis tout petit j'ai été amputé de l'esprit de compétition, alors je peine à comprendre la volonté d'être le meilleur, le plus fort, le plus rapide ou le plus c..
      Ti bacio

      Supprimer
    5. Si un jour j'allais me promener en montagne et que je me laissais surprendre par l'orage, tu ne viendrais pas me chercher, au péril de ta vie ?
      ;-)

      Supprimer
    6. Ohhhh que c'est petit comme argument!
      La montagne que tu aimes ne nous mettrait en péril, ni l'un, ni l'autre; mais pour autant que je sache dans quel coin tu t'es paumée, j'arriverais avec un parapluie.
      Un conseil toute fois, ne prends pas Thierry Lhermitte comme guide de montagne.....

      Supprimer
    7. L'orage en montagne est très dangereux, je te ferai dire.
      Les montagnards savent sue la foudre ne pardonne pas. C'est donc potentiellement très dangereux, et pourtant tu viendras: tu ne me dirais pas que je n'avais pas nécessité d'y aller.
      C'est pareil pour le Vendée Globe. On sauve les gens en toutes circonstances, et pas seulement quand il font quelque chose de nécessaire.
      c'était là toute la prétention de mon petit argument.
      Ti bacio forte senza rancore
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  35. "Le vent des globes" ne me fait pas vraiment rêver, je ne sais donc pas trop quoi dire à ce sujet. Alors je te fais juste de gros bisous, chère Célestine, et te souhaite une belle semaine. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de souci, chere Francoise, belle semaine à toi
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  36. Je comprends l’émerveillement de tous pour ces aventuriers du Vendée-Globe ; je fus admiratif comme d’autres de toutes ces femmes qui , comme Florence, se lancèrent dans l’aventure.
    L’essentiel effectivement est le dépassement de soi-même dans un défi face à la nature, face à la mer toujours imprévisible…..
    Mais ce qui m’émeut le plus , c’est quand un navigateur sort de la compétition pour venir au secours d’un candidat en détresse : la solidarité avant tout, voilà l’un des plus beaux témoignages
    de l’aventure humaine.

    En ma qualité plurale d’annécien , d’isérois d’adoption ensuite, je ne peux que me sentir proche du souvenir de Florence……

    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Florence ne fit pas le Vendée Globe, mais elle aurait pu le faire, c'est vrai.
      La solidarité, oui, qui vient contrebalancer harmonieusement l'esprit de compétition.
      Et puis le dépassement de soi: voilà des valeurs auxquelles j'attache tout comme toi de l'importance.
      Bises étoilées d'embruns
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  37. Juste pour faire cent.
    Buona notte Cara

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un cent qui en vaut mille...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  38. "Tiens bon la vague et tiens bon le vent.
    Hissez haut Santiano !
    Si Dieu veut toujours droit devant..." H.A.
    Je ne suis pas très intéressé non plus par les courses en bateaux mais je suis baba devant l'exploit.
    Et puis sans dec... n'avoir que sa main comme compagne pendant 78 jours ça laisse à réfléchir.
    Bon je sais je ne change pas.
    Je te baise sur les deux joues. ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi tu changerais ?
      C'est comme ça qu'on t'aime ...
      Bisous célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  39. Ecoutant la radio ce matin, j'ai pensé : "Le Vent se lève, il faut tenter de Vivre" .....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut surtout tenter de ne pas sombrer et prendre la juste mesure de l'événement, parce que cet événement signifie quelque chose de très profond, un rejet.
      Bisous Anne
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.