lundi 21 novembre 2016

Le bougon











En juillet, la terrasse de la Brasserie des Alpes est noire de monde. Façon de parler, évidemment, car c'est plutôt un déferlement de couleurs qui ruisselle sur les chaises en faux osier. Les couleurs de l'été, celles de quand on n'a qu'une seule pelure sur le dos. Débardeurs fuschia, caracos jaunes, chemises blanches...

A la table voisine, un type, la soixantaine grise et suffisante, qui a déjà bougonné contre l'ardoise pourtant très drôle du tavernier, étale maintenant sa hargne à la fille qui le regarde amoureusement avec des yeux de sardine tout en sirotant son mojito...
Soudain, un mot attire mon attention...On parle de blog.
Je rapporte de mémoire (en brodant un peu, mais je respecte l'idée générale...)

-Oui, les blogs, tu comprends, c'est une mode. Le summum du regardé de nombril. Un ramassis de poncifs et de bouteilles creuses.
-Ben non, c'est chouette, moi, je trouve, réplique la fille avec une fulgurante sagacité.
-Ah tu trouves ? Mais c'est d'un ennui profond, au contraire !
 Tout le monde s'y prend pour la cuisse de Jupiter. On n'y voit que des collectionneurs et des « spécialistes » de tout et de n'importe quoi, des allumés narcissiques qui racontent les moindres faits et gestes de leur journée, comme s'il s'agissait du couronnement de la reine d'Angleterre, des parents bavasseux qui s'émerveillent sur les photos de leurs chiards, des écrivains ratés qui croient écrire, des mirlitons qui se croient poètes maudits, des photographes à la petite semaine, des conseillers de tout poil, des chroniqueurs auto-proclamés politiques, musicaux, artistiques et surtout, surtout, des apprentis critiques littéraires qui démolissent ou s'extasient sur des livres que personne ne lira...
Ne parlons pas des faux psys, des pseudo-conseillers conjugaux  et de ceux qui leur exposent leurs problèmes névrotiques...Et vas-y que je me répands...Pathétique ! le tout baigné dans une espèce de sirop de bienveillance molle, de carpe diem bobo, de petits instants blabla, de petits bonheurs gnagna, de contact avec la nature et de peace and love consensuel jusqu'à l'écoeurement... Pouah !

-Ben quoi, si ça leur plaît ? réplique la fille avec la même sagace fulgurance.

C'est vrai quoi, si ça leur plaît. 
Perso, en faisant mon auto-analyse, je dois reconnaître qu'il n'a pas tout à fait tort. J'avoue, j'utilise trop le pronom « je » ...flagrant délit de névrose narcissique !
Mais si ça nous plaît, à nous, en quoi ça le gêne...On est encore en République, non ? (enfin je crois..). Il n'a qu'à lire l'Equipe et ne pas nous casser les noix.

Bref les blogueurs, ça blogue.
Et les bougons, ça bougonne et pis c'est tout.


¸¸.•*¨*• ☆





Musique : Night and day, piano jazz

116 commentaires:

  1. Les chiens aboient, la caravane passe.
    Vivre et laisser dire.
    Je suis sûre qu'en cherchant, j'en trouve d'autres.
    Laisse bougonner et blogue heureuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien faire et laisser braire disait mon père...
      La sagesse de cet homme-là ! ;-)
      Les gens négatifs sont comme des champignons vénéneux, je préfère les fuir !
      Bisous ma belle blogueuse
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Ca c'est bien dit Madame la Fée.. Tiens je vais m'en payer une p'tite tranche de blog narcissique et compagnie..
    Non mais quand même... Si on aime ça nous !

    Bon lundi Madame la Fée..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai failli intervenir...Et puis je me suis dit que ça ne valait pas le coup.
      Il avait un air suffisant, et au final, je me demande ce que la fille en face de lui pouvait lui trouver d'intéressant...
      Bon lundi chère Suzâme
      Ce matin, le soleil est clairement sur les blogs !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Peut-être pensait-elle qu'il suffirait de presque rien...... :-)

      Supprimer
    3. Oh non ! Le type n'avait rien à voir avec le charme de Serge...
      Alors que toi, tu lui ressembles tellement !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. C'est vrai aussi que je n'ai plus la soixantaine.. :-D
      Baci Ragazza

      Supprimer
  3. Mon père avait une devise, "vivre et laisser vivre" et je l'ai toujours appliquée...Encore un frustré de la vie qui a une opinion bien étriquée du monde bloguesque.
    Je trouve que les blogs donnent un magnifique opportunité pour les artistes de s'exprimer ( que ce soit en loisirs créatifs, écriture, cuisine et j'en passe) c'est une mine d'idées et d'échanges relationnels...
    Alors, laissons bougonner le bougon :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu l'as dit, c'est une mine, une richesse incontestable et surtout, une liberté que certains dans le monde nous envieraient beaucoup ! Un espace où chacun peut s'exprimer librement et échanger avec des gens de tous les coins de France, de Navarre et même du monde, ça n'a pas de prix.
      Tu as trouvé le mot: un frustré de la vie.
      Blogueurs de tous les pays, unissons-nous !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Faut qu'il aille lire certains blog, ça devrait le rassurer sur le blabla-ramollo-narcisso (yepes)-consensuel.
    Mais peut-être qu'en fait il ne lit pas.
    Va savoir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Narcisso Yepes, j'adore !
      Mais je crois que non, il ne lit pas. Les conseilleurs sont rarement les payeurs comme disait mon père. Qui rajoutait:
      « La critique est aisée mais l'art est difficile » mais je crois que cette dernière phrase n'était pas de lui...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Ou ne sait pas lire... Et si on a envie de parler de nous hein!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis toujours sidérée par les gens qui critiquent de manière non constructive, juste pour le plaisir de dire du mal...
      Nous sommes assez capables de nous les servir nous-mêmes, comme disait Cyrano, et de faire notre auto-critique.
      Mais certaines personnes ne supportent pas que d'autres soient heureuses d'une façon qui n'est pas la leur.
      Est-ce que bloguer l'empêche de ne pas bloguer ?
      Là est la question...
      Bisous belle blogueuse
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Je serais plutôt de l'avis du Goût; pas sûre qu'il lise... Sinon, il se rendrait compte que dire"je", c'est avant tout s'exposer. Une façon de mettre le cœur dans le plat. De mettre sa confiance en avant. Et parfois petit à petit le monologue devient dialogue, parole du cœur, parole tout court... Je ne lis pas des blogs, je lis des paroles d'individus. Et nous avons des émotions à partager...
    Ton monsieur, là, il n'a pas l'air heureux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je fais partie des gens qui pensent que la négativité ne peut pas rendre heureux.
      Depuis bientôt hui ans,écrire m'a permis de m'affirmer, de réfléchir sur moi, de m'améliorer, de rencontrer des gens merveilleux, de dispenser de la lumière, de partager mes idées, mes goûts, mes valeurs dans le respect des autres, et de rester en lien avec un monde positif qui fait grandir les idées de paix et de sérénité dans le monde: ce que cet individu méprise en les traitant de bienveillance molle.
      Tu es une belle rencontre, Baladine. Comme tous ces gens qui fréquentent ce lieu hautement narcissique que j'alimente avec bonheur. Et que j'apprécie à leur juste valeur: des êtres humains.
      Bisous lumineux
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Empiriquement le bougon n'a pas tort... Toutefois bougonner trahit souvent une envie inassouvie, un désir non réalisé ; une espèce de jalousie de celles et ceux qui se bougent...
    "bougon", "blogons", "blousons" (les autres) ; tout cela est "aimons"...
    :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est surtout un mode de fonctionnement: les gens qui bougonnent le font tout le temps et pour tout. C'est fatiguant.
      Exprimer son mal-être, ce n'est pas bougonner. C'est chercher les racines du mal pour pouvoir l'extirper de nous. ET Je crois que les échanges virtuels permettent cette distanciation.
      Et quel bonheur de rencontrer des gens si différents de nous, en s'appuyant sur les points de ressemblance universelle pour mieux comprendre leur monde !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. à bougon, bougon et demi , je répondrai sur mon blog de photographe à la petite semaine ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es un très chouette photographe à la petite semaine, mon Daddy, et chacun de tes clichés est un petit bonheur quotidien, espiègle, mutin et irrévérencieux à souhait !
      j'ai hâte de voir ta réponse au bougon
      Gros kiss
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. En quoi le blog pourrait-il échapper à la mode qui se mit en place au temps préhistorique..on invente rien on accomode ma Chère Célestine.Critiquer c'est attaché au changement qui suit l'évolution générale. Ton zig aux taux fielleux prononcé, qu'est-ce sinon un masturbateur du bulbe qui se le touche faute de pas trouver sa p'tite bite...Ce type de fat te remplit l'assiette à vomir, pire que du gavage de cas narre...Y risque pas de se casser les noix, il est eunuque...merde la p'tite en revanche elle te tire le plumeau zip la boum qu'y a pas de risque de saleté, si tu cherches l'araignée faudra repasser, c'est net et sans poussière dans son écrin à rossignol
    Ecries-toi, j'aime quand tu gémis dans tous les sens des thermes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle était comme tu aimes, la petite. Le sein piquant et la bouche en fraise. C'est ce jour-là qu'elle a dû le quitter.
      Enfin je l'espère pour elle, car quelqu'un d'aussi peu aimable doit être une catastrophe naturelle dans les choses de l'amour. Rien à voir avec les délices de cas poux. D'ailleurs la méchanceté le rendait moche.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Si il est autant au courant de ce qu'on trouve dans les blogs c'est qu'il en a lu beaucoup sinon il ne le saurait pas :) En fait je suis sûre qu'il est jaloux de ne pas avoir su en créer un !!!
    J'adore l'ardoise du patron du café :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah cette ardoise ! j'ai adoré.
      Et justement le type s'était posé en gros con quérant "un café !" sans autre forme de politesse.
      Quand la serveuse lui a montré du doigt l'ardoise, il a commencé à éructer son droit de client de demander un café sur le ton qui lui plaisait. Sa diatribe contre les blogs n'était que la suite logique de son immense manque d'éducation.
      Bisous belle blogueuse droite dans ton coeur comme dans tes bottes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. et on va continuer tous autant qu'on est à se regarder le nombril. Non mais !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ben oui, arrêter ? il ferait beau voir comme disait Simone !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Le bougon a raison. Enfin, pour les 99% de blogs imbuvables qui polluent la toile. Tout l'art est de dénicher les 1% de pépites qui scintillent aux firmaments virtuels. J'ai eu cette chance...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un doute m'habite: ce n'était pas toi, assis à la terrasse, en compagnie de cette belle blonde acidulée ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Oh tu sais Célestine, l'été dans le piège à guêpes, la bouteille plastique avec un peu de sirop de fraise dans le fond, dedans il y a des guêpes, qui s'agitent, qui tournent en rond, qui s'épuisent, ça brasse, ça virevolte, ça monte, ça descend, mais... La bouteille n'avance pas d'un poil , même de guêpe !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Belle métaphore guêpière, Andiamounet !
      Mais là j'aurais plutôt pensé à un cancrelat... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Tu as aussi une pensée émue pour le Cancrelat qui vient de se retrouver au chômage depuis dimanche soir...
      Tout n'est pas perdu pour lui, il pourra solder sa collection de casseroles puisque la Quincaillerie Chaudard vient de trouver un repreneur.
      https://www.youtube.com/watch?v=ecQIVGKireM
      Ti bacio

      Supprimer
  14. Je pense que globalement le "bougon" à raison tout comme "la fille à la fulgurante sagacité", je surutilise le "moi" et le "je" les "guillements" j'adore critiquer et me moquer dans le "style" qui m'appartient ensuite vient "chez moi" qui veut laissant un message ou non, ça me plaît ça fait partie de mon personnage et comprends tout à fait qu'on adhère pas du tout.
    L'ardoise du troquet j'adore j'aime l'idée du prix à la tête du client tout comme je fréquente les commerces à la tête du fournisseur, c'est un critère qui en vaut bien un autre.
    Voilà quelques années je fréquentais un petit restaurant dans la ville haute de Angoulême le patron du rade avait un putain de caractère disons qu'il avait ses têtes son affaire marchait bien il faisait ce qu'on appelle de la cuisine minute que des plats élaborés au jour le jour, bref un endroit typé dehors trônait un ardoise où il décourageait à priori l'entrée du public qu'il ne visait pas et ce n'était pas politiquement correct du style "les couples avec enfant dans une poussette, je vous préviens ma salle est exigüe et pas de menu enfant le Mac Do est sur votre gauche à moins de trois cent mètres. Les gens pressés sont invités à choisir un autre restaurant. Ici pas de musique d'ambiance vous entrez dans un lieu public facilitant le dialogue" à l'intérieur et en grand cette phrase au dessus de la porte d'entrée "Vous sortez... alors vous pouvez ré-allumer vos téléphones !"
    Le genre de truc qui me fait pousser la porte avec envie, ensuite je n'y aurais pas été avec n'importe qui... ça se mérite, j'ai passé des soirées exceptionnelles dans ce troquet.


    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon alors françois n'est absolument pour rien dans ce commentaire, françois c'est mon tout petit à moi... je me suis planté de compte, pas tant que ça, françois est très bougon et je l'aime.

      Bleck

      Supprimer
    2. Voilà ce que c'est de prêter ton ordi à ta progéniture, ils se connectent pour regarder leurs mails et ils oublient de déconnecter. En même temps, je n'aurais pas voulu rater cette déclaration d'amour touchante d'un père pour son fils, j'adore, c'est frais
      Je vais t'étonner (ou pas, d'ailleurs) mais quand j'ai commencé à lire le commentaire de ce François je me suis dit purée il écrit comme Bleck, le grand Bleck, mais c'est du plagiat ma parole.
      Alors moi j'aime beaucoup de restaurant que tu décris, ça ne me dérangerait pas de t'y retrouver un jour pour partager un repas ... ^^
      Une bise ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Et les blogueurs bougons comme moi, ils cumulent !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me rappelles un délice d'enfance, quand j'ai découvert en entrant en sixième les délirantes "maths modernes"
      dites la théorie des ensembles, bijection, relation, ensembles vides, appartenance, inclusion, intersection, projection, diagrammes sagittaux...
      Soit A l'ensemble des blogueurs et B l'ensemble des bougons, l'élément Walrus appartient à l'ensemble A inter B.
      Pfffiou....j'en transpire encore !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Un petit coup d'éventail ?

      Supprimer
    3. Ah volontiers...et un petit coup de pisse-dru, c'est la saison...
      Ptin quel cauchemar c'était ! ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Tu aurais dû lui montrer ton blog, il aurait changer d'avis dans la seconde. Chouette ardoise, j'adore. Bises Celestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être...mais quelque chose de terriblement présomptueux chez moi a dû me faire penser que c'eût été donner de la confiture à un cochon... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Sourire en lisant ton billet et sa conclusion.
    Ciel, je suis démasqué (Terreur et désir (enchevêtrés) de mon enfance, quand sera donc arraché le masque de Zorro ?)
    J'avoue, tout ! (et mer.. à Guy Mardel, j'ignore comment il a fait pour remonter à la surface de ma mémoire celui-là) et même beaucoup plus (j'imaginerais assez bien une tirade, à la Rostand, en délicieuse auto-flagellation)
    Les blogs, c'est le Mal...
    Tant pis, j'irai plus souvent à confesse :-)
    Grazie mille, Celestina.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. You're welcome dear friend.
      ça fait deux fois que j'entends parler de masques, ce matin...
      Un mal qui nous fait du bien ?
      Grazie a te

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. De tout temps, l'être humain a toujours eu cette tendance à rejeter ou à nier ce qui est nouveau. Il faut dire que ça lui chamboule ses habitudes ancrées dans sa cervelle. D'ailleurs cela explique pourquoi existe le conflit des générations. Ce qui est nouveau nous oblige à revoir nos habitudes sclérosées, figées. Si le monde fonctionnait comme le veulent ces bougons bougonards, on serait encore à envoyer des SMS avec des pigeons voyageurs; Remarque, ce serait tellement poétique, le bougon aurait raison au moins une fois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Poétique mais pas très pratique pour le pauvre pigeon qui devrait amener nos messages par-dessus la méditerranée, bravant mille tourments dans ses petites plumes tremblantes !
      Aujourd'hui, par exemple, il n'aurait qu'à se laisser porter par ce vent fou qui vient du désert, tout rempli de sable marron qui se dépose sur ma voiture blanche. Mais je gage qu'il aurait bien du mal à lutter contre, pour te rapporter ma réponse.
      Vivent les blogs et tous les moyens modernes de communication ^^
      Bises en tempête
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Il prendrait bien une pause, ce gentil pigeon, pendant la tempête. Ce qui forcément, provoquerait une autre tempête en moi si je ne reçois pas ton message. Finalement ces bougons, ne savent pas ce qu'ils perdent. Bisous sauvés et sans tempête.

      Supprimer
    3. Oh l'angoisse de me sentir responsable d'une tempête en toi !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Mais c'est moi la tempête a dit le poète !

      Supprimer
    5. Oh alors...je cours me mettre à l'abri ! :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. As-tu trouvé un abri céleste ou je te couvre de mes ailes de géant ?

      Supprimer
    7. Je préfèrerais qu'elles m'emportent, tel Nils Holgerson sur son jars, pour un fabuleux voyage au-delà du temps...dans un pays de soleil doux.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. Je comprends que tu n'aimes pas te confiner dans un lieu, serait-il le plus fastueux, s'il ne te permet de t'élancer vers les hauts cieux où l'on peut respirer tout son soûl et brasser l'air comme une feuille portée par le vent. Si tu voyais une oasis, laisse-toi guider sous l'ombre d'un palmier qui rend docile le soleil.

      Supprimer
    9. Quelle belle image que ce palmier domptant le soleil...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Drôle à souhait ton billet
    Ce vieux bougon se souvient-il du temps ou il bourgeonnait, il aurait fait de même.
    Son seul regret je pense c’est de ne pas oser s’éclater sur un blog……
    Ou tout simplement de ne pas pouvoir.
    Si il est vrai que nous parlons souvent à la première personne c’est un exutoire pour notre énergie qui déborde….
    Enfin bref, la liberté existe…
    il est certainement du genre à dire péremptoirement :
    un café !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement cela. Il a commencé à me titiller l'oreille quand il a demandé sur le ton péremptoire du colon face à l'Indien " Un café ! " Le style "je paie, j'ai le droit d'être impoli"...Comme si l'argent dispensait des bonnes manières...
      Bref, tu as raison. La serveuse ne s'est pas démontée, elle lui a montré l'ardoise.
      C'est là qu'il a commencé à râler.
      Après comment la conversation est allée sur les blogs...Peut-être que la fille lui a dit qu'elle allait mettre ce petit événement sur son blog à elle, et ça l'a énervé.
      Bisous Jak !
      y viva la libertad !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Les bougons me font sourire, ils m'attendrissent parfois. Sauf peut-être celui de ton histoire, et encore...

    A une époque, j'allais sur un forum. Un copain, Alain, copain virtuel (enfin pas que puisque nous avons eu l'occasion de boire l'apéritif ensemble en Bretagne il y a deux ans, nous nous sommes croisés une bonne heure et demie environ) était toujours en colère contre le monde entier, il râlait toujours, il voyait tout en noir, rien n'allait jamais. Mais il suffisait de ne pas rentrer dans son jeu, de lui démontrer calmement que tout n'était pas si noir que cela, que les gens n'étaient pas si mauvais que cela, etc., pour qu'il se calme, qu'il l'admette, et qu'il s'excuse parfois de s'être laissé emporter. Je l'aime bien, Alain. Malgré son caractère bougon. Mais il y a bougon et bougon. Alain est un gentil bougon. Et je suis sûre qu'il y a d'autres gentils bougons. :-)

    Bel après-midi à toi, Célestine. Gros bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il y a gentil bougon, et triple crétin. Mais je ne pouvais pas décemment donner ce titre à mon billet...
      Peut-être qu'il n'est pas si bête, juste aigri, un genre de misanthrope des temps modernes.
      En grattant derrière ses paroles, on trouverait sans doute des fêlures, des blessures d'ego, des insatisfactions.
      je crois que ce genre de personne est plus à plaindre qu'à blâmer. Mais peut être la fréquentation de blogs zen, qui sont dans la fameuse bienveillance qu'il qualifiait de molle" et le pardon universel nous donne une sacrée ouverture d'esprit, non ?
      Bisous belle amie.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Bon alors récapitulons
    Tout le monde s'y prend pour la cuisse de Jupiter
    Pour moi c'est vrai c'est mon tonton Poséidon qui me l'a dit, c'est celui qui est marin.
    des écrivains ratés qui croient écrire
    Vrai aussi pour la première moitié et un peu vrai pour la seconde mais j'crois pas trop écrire quand même. Cela dit certains trouvent que j'écris trop.
    qui racontent les moindres faits et gestes de leur journée
    Pas vrai, archifaux. Je vous écris ça en buvant mon Earl Grey, parfumé à la bergamote, et en remontant ma chaussette gauche.
    des photographes à la petite semaine
    Pas vrai pour moi, mais vrai pour beaucoup d'autres. En règle générale quand c'est pas bien c'est surtout chez les autres, en enfer comme disait l'autre casse-pieds du Flore.
    En conclusion deux mots, ou deux phrases adressées aux blogueurs
    1)Parlez-moi de moi, y a que ça qui m'intéresse
    2)Pour les conseils en vie conjugale épanouie, me contacter par couriel.
    3)Vive les blogs qui me permettent de t'embrasser Celestine au moins trois fois par semaine. Je sais ça fait trois phrases mais je n'accepte pas ce diktat qui me limite à deux.
    ATTB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Kangourou Agile21 novembre, 2016

      ha! le commentaire de Eeguab est un délice ! serre moi la pince vieux frère !
      moi j'ai pas de blog je suis pas assez doué, je viens juste chez celestine apprendre comment on fait
      hugh !

      Supprimer
    2. @Eeguab

      Oui jouissive ta diatribe cher ami.
      Je résume.
      Tu es donc le neveu de Poséidon, tu écris des chroniques superbes et souvent inspirées, tu as de belles chaussettes et j'aime t'imaginer buvant ton thé.
      Tu as fréquenté Sartre, Boulevard Saint Germain wouaou, même casse-pied ça force le respect...
      Quant au diktat, je suis entièrement d'accord : trois fois par semaine c'est pas assez... ;-)
      Kisses ans attb
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Pardon Celestine mais c'est pour dire à Kangourou Agile que je lui serre volontiers la pince bien que les marsupiaux soient plus réputés pour leurs aptitudes à la boxe contrairement aux homards pince sans rire. Et je dis ça sérieusement.Bref récapitulons
      1/ Une franche poignée de mains au mammifère antipodal.
      2/ Une bise en rab à l'hôtesse de cet aparté anatomozoologicogéographique.
      ATTB.

      Supprimer
    4. Tu es tout pardonné, cher Claude.
      Et Kangourou me pardonnera aussi d'avoir omis de lui répondre un petit mot.
      Bises à tous deux
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Et je me demande pourquoi Bon Dieu, ça vous dérange
    qu'on m'aime un peu......

    L'essentiel est dans la beauté de l'échange,
    un peu comme dans une auberge Espagnole (ou ce qu'on en dit)

    J'apporte, tu apportes , et partage d'un 'repas tiré des sacs'.

    Tu nous apporte ta Lumière
    Nous te renvoyons son éclat, avec en plus notre petite lumière
    et tout le monde est content


    Bises chère Céleste

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la citation de Brassens est judicieusement choisie.
      Le monde est plein de gens qui passent leur temps à critiquer ce que font les autres, sans avoir la sagesse de pensée que personne ne marche sur leurs plates-bandes.
      Confer, aller manifester pour enlever à des êtres humains le droit de se marier...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. HEUREUSEMENT IL Y A FINDUS ! FIN...DUS ... !
    ------------

    Et sinon, dans un atelier d'écriture, il fallait écrire un texte où l'on parlerait de soi…
    mais sans utiliser « je »… exercice très intéressant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Me plaît bien cette consigne.
      je vais essayer...
      Quant à ton private joke, muahaha ! heureusement que tu m'as dit que c'en était un... j'aurais pas deviné.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. J'adore les prix du café en terrasse, ce panneau est tout simplement savoureux !
    Ceci étant, la muflerie n'est pas à sens unique. Ca me rappelle ce patron de restaurant qui a insisté avec tellement de lourdeur (je ne passe pas ma vie dans les restaurants mais je n'avais jamais rencontré aussi lourd !) pour que je lui commande de l'eau minérale que j'ai fini par céder. Il m'a remercié en me retournant une assiette de frites sur l'épaule d'une veste en Goretex !
    J'vais vous dire : quand on voit c'qu'on voit et qu'on entend c'qu'on entend, eh bin on fait bin d'penser c'qu'on pense pis de rien dire !
    Ouais, j'vous l'dis !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh le mufle !
      et ça s'est fini comment cette histoire ? Il t'a remboursé, j'espère ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. J'aime beaucoup cette pancarte et je suis persuadée que j'aimerais l'esprit de ce lieu.
    Oui c'est notre droit, de sortir de la cuisse de Jupiter, ou pas, de nous auto proclamer ou pas, de nous prendre pour qui nous sommes ou pas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui et qu'est-ce que ça fait du bien de proclamer cette liberté haut et fort !
      C'est comme un pied de nez à tous les bougons, les bonnets de nuit, les tristus comme disait mon grand ami André Brahic.
      Bisous chère Cloudy
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Le type avait totalement tort, suffit de vous lire pour le réaliser.

    Grand-Langue

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que je me disais...
      mais je suis ravie que vous le fassiez à ma place ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Ben quoi ? Il n'est pas beau mon nombril en forme de 5 ?

    https://www.youtube.com/watch?v=Z9QTKBt8mPs

    Le monsieur préfère peut-être celui d'une femme d'agent de police ?

    Allez, fesse que doigt !
    Ou plutôt fais ce que tu penses devoir faire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est magnifique ce nombril et ceux des femmes d'agent tout autant.
      Voilà de saines références musicales mon oncle.
      je fais surtout ce que bon me semble...en gros ce que je veux quoi ^^
      Et les gendarmes et la maréchaussée, hein... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. En plus, on n' oblige personne à nous lire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais absolument chère Heure Bleue. Il en va de cet homme comme de tous les gens qui ne supportent pas ce que font leurs congénères alors que rien ne les oblige à le supporter...
      Le plaisir devrait être la seule chose qui nous guide sur les blogs...
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. Le bougon n'a pas forcément bon gout!
    Et puis personne n'oblige personne à aller sur un blog,ni de "blogger"
    bon,blog à part,j'ai eu de la chance de trouver ton blog,vu que c'est le tout premier,et que je m'y trouve bien.
    un "bougon" plutôt sympathique(au cinéma):Jean Pierre Bacri

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé hé ! beaucoup de bon jeux de mots, tu es en forme xoulec.
      Tu sais que je perds la mémoire, je ne me souviens plus comment tu es tombé sur ce blog...même si je me rappelle ton premier commentaire sur tes maîtresses d'école.
      Bacri, j'adore !
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. tu te mélange juste un peu les "pinceaux"!je suis tombé sur ton blog complétement par hasard,en cherchant sur la(e)toile l’étymologie du prénom d'un bébé à naitre,(je précisais pas le mien)la curiosité et l’intérêt ont fait le reste!Ce sont les "cents mots"qui m'ont séduit,j'ajoutais,belle performance!C'est un peu normal que tu mélange,tu as beaucoup de commentateurs.Mes maitresses d'école:c'est un souvenir de mes années d'écolier ,et quel souvenir...
      je t'embrasse,douce nuit à toi.

      Supprimer
    3. Ah oui je me souviens maintenant...
      C'est vrai, je me mélange, la rançon du succès sans doute...Ou un début d'Alzheimer ? ;-)
      Meuh non, j' rigole !
      bonne nuit à toi
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Alzheimer? c'est quoi?heu, c'est qui? mince alors! je vois pas...?
      Mais non,moi aussi je rigole!

      Supprimer
  30. J'en ai connu, des bougons, des nerveux, des râleurs, des emportés.
    Ils avaient tous un point commun : ils n'aimaient pas les gens, ni la vie. Ils cachaient peut-être des blessures sous leur grands airs.
    Ici, s'il y a des blessures cachées, elles n'apparaissent que sous la forme d'une grande sensibilité.
    Et l'on n'a pas envie de bougonner en vous lisant, délicieuse.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne vous imagine pas en train de bougonner, en effet...
      Et surtout pas sur mon blog.
      mais vous n'allez pas ailleurs n'est-ce pas ?
      Merci pour vos mots cher Lorenzaccio
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. ...ben, laissons les bougons bougonner... et les blogueurs, bloguer...
    c'est pas si grave !
    douce journée à toi...Célestine...
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien de grave, au contraire, je voulais surtout faire sourire ^^
      Un peu d'humour et d'auto-dérision sont les bienvenus et font le teint frais.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Tu as eu raison Célestine, rien de grave.... et j'ai bien souri aussi....
      pour le teint frais, il est le bienvenu....
      bel après-midi à toi ...
      Je t'embrasse... avec un vent léger ce qui ne gâte rien, et dégage notre ciel.
      Den

      Supprimer
    3. Oui et quelle température délicieuse pour une fin novembre...
      Belle journée chère fée de la poésie.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. C'est amusant, il y a des gens qui ont un avis sur tout et qui passe leur temps à l’asséner... Un peu de bienveillance dans ce monde de brutes, cela ne ferait pas de mal, non ? Bises céleste Célestine, à bientôt. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que j'apprécie beaucoup sur les blogs: la bienveillance...
      Comme disait Coluche, il y a des gens qui ont des avis surtout, ils ont surtout des avis... ;-)

      Bisous ma Plume
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. Bonjour Célestine, j'aime beaucoup ton affiche sur le prix des cafés, j'ai bien ri!
    Quant aux bougons, il y a bougon et bougon... et certains bougons sont des gens timides qui cachent un coeur d'or... ou qui ont des soucis.
    Un jour, lorsque j'étais au bord du lac, je photographiais une cane et ses petits sur un gros caillou. Un monsieur passe et me dit, que regardez-vous sur un ton sec. Je l'avais vu venir de loin sur la jetée, il marchait tout en regardant le sol ou ses chaussures. Donc, après sa question, je lui souris en souhaitant que ma réponse lui apporte aussi un sourire... et je lui dis... oh! regardez les petits, ils sont mignons mais je me demande pourquoi les pères ne sont jamais là. Sa réponse, toujours sèche... c'est le dernier de ses soucis et il est reparti tout en regardant ses pieds. Je pense que c'était un monsieur bougon qui n'était pas attendri par la nature.
    Belle journée Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a effectivement des gens qui se sont déconnectés (est-ce leur faute ou celle de la société ?) des joies simples de la nature.
      Tu me rappelles une fois où j'arrive chez une copine, l'été, à 7 heures du matin (on avait prévu une longue journée) je m'extasie devant le lever du soleil qui était mirifique, et je lui demande pourquoi elle ne regarde pas..
      Et là, elle me répond: « Si tu crois que j'ai du temps à perdre à regarder le lever du soleil»
      Ce jour -là, elle m'a donné (sans le vouloir) une grande leçon de vie.
      Je l'ai perdue de vue assez rapidement ...
      Bisous Denise
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. Ce monsieur était peut-être mal heureux, mal aimé, et (qu'on me pardonne) mal baisant? Quoi qu'il en soit, ce qui est certain, c'est qu'il confondait contenu et contenant (y compris pour le café). Les blogs sont des moyens (comme tant d'autres) d'apprendre, de s'informer, de se relier, de se dire, de s'exprimer. Ils sont porteurs du pire comme du meilleur (en passant par toutes les nuances intermédiaires). Pour ma part, je suis souvent émerveillée de voir tout ce que les gens y apportent d'eux-mêmes, toute cette générosité, ces offrandes livrées par la voie électronique. J'y puise beaucoup d'idées, de suggestions, de stimulations. Ce ne sont pas les blogs qu'il faut juger, ce sont nos manières de les lire et de les écrire ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue chez moi, Dad, sur mon totem , tu seras entre DaCosta et Daddyrogers.
      Tu as tout à fait raison, ce monsieur fait plutôt pitié quand on y pense.
      Moi aussi, je suis souvent émerveillée par l'inventivité et la diversité des blogs.
      Je suis une admireuse .
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  35. Eh bien, ce monsieur n'est pas obligé de nous lire,encore moins de nous juger! qu'il passe son chemin et aille se balader,ou qu'il écrive son livre puisqu'il a le secret !
    Belle journée Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh que oui !
      J'ai serré mes poings dans mes poches et je l'ai aussi envoyé balader mentalement. Il est vrai que je n'aurais pas dû écouter sa conversation (enfin plutôt son monologue d'Alceste...) donc je n'avais pas à réagir...Je n'en ai pas pensé moins...
      Belle journée à toi Balaline
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  36. Les blogs c'est comme la vie....Il y a du bon et du moins bon !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chez toi rien n'est à jeter, mon cher sage bouddhiste !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  37. Tout à fait d'accord: ça ne sert à rien ni à personne, mais ça fait du bien!
    Et ça permet de te lire, entre autre. Oui, c'est ça: ça fait du bien.
    Bises reconnaissantes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et comme dirait l'autre,, y a pas d'mal à s'faire du bien...

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  38. J'avoue, je suis hautement narcissique. J'écris des textes pourris et je fais des photos piteuses. Mais je les partage parce que je trouve qu'il faut bien se moquer de moi de temps en temps. :-)))))))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des photos piteuses...
      Mes autres lecteurs apprécieront ...
      Et plus narcissique que moi, y a pas ! hihi !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  39. Belle conclusion, tu as tout dit Célestine. C'est un mauvais coucheur ce papy bougon mais sur le fond, il a pas tout à fait tort quand même...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un papy ? J'en suis même pas sûre. C'était plutôt le genre « les gosses, quelle horreur ! ça fait du bruit et ça pose des questions ! » D'ailleurs, il larguera sa conquête si jamais elle avait l'idée saugrenue d'avoir envie d'un enfant...
      Sur le fond...oui, sans doute, on a tous nos névroses, mais du moment qu'on les assume !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  40. Très drôle, et ta pirouette en fin de texte, extra ! Comme ta danseuse, tu as un vrai coup de crayon ! Moi qui ne sait que refaire! bLOGUEUSE BOUGOnne,-mais en pleine forme- ça existe aussi ;) ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout existe, ma bulle...même les blogueuses bougonnes...
      Merci pour le coup de crayon, mais qui te dit que je ne paie pas un modèle qui pose pour moi ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  41. Oui, tu as raison, si ça nous plaît... il m'arrive pourtant, parfois de me dire: à quoi bon? Pour qui, pourquoi? alors, je laisse passer quelque temps et puis, un jour, le besoin de partager ce que je trouve beau, ou intéressant, ou passionnant, ou; ou, ou... me reprend

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cet aquoibonisme ne dure jamais bien longtemps, n'est-ce pas, Brizou...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  42. Laissons les bougons bougonner...et les bloggeurs blogger...
    Et puis choisissons ce qui nous fait du bien : y'a de bons blogs sur ce globe !
    j'en connais au moins UN... ;-)

    Bises.

    P-S : J'ai adoré la photo de l'ardoise !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, et lequel parmi tes six blogs, la Licorne ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  43. C'est vrai, quoi ! Qu'on nous laisse blougonner en paix :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Blougonner ! ! !
      Voilà une excellent conclusion à ce billet !
      merci Sister
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  44. Hélas, alors qu'on peut remédier à l'ignorance, il n'existe aucun remède contre la connerie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, missfujii, et c'est une maladie tellement répandue universellement...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  45. bonjour Célestine , les bougons n'ont qu'à aller voir ailleurs si on n'y est pas :D j’adhère à ton texte : je blogue depuis + de 10 ans
    j'arrive de chez Mr le gentil cafard et j'ai bien aimé la zic : Sorensen - Bildad de ton fiston et ses potes ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Juliette
      Les gentils cafards m'ont fait un double cadeau: parler de mon rejeton et attirer chez moi de gentils lecteurs.
      Qu'ils en soient remerciés.
      Je t'ajoute à mon totem.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  46. Sur l'ardoise suis amusée à compter le prix du bonjour, ça fait 2.85. Ca en vaut la peine. Et même quand ça ne coûte rien !
    Moi je bougonne contre les bougons qui n'y connaissent rien, na ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, je n'y avais pas pensé !
      Il faut avouer que je distribue mes sourires, et mes mots magiques s'il vous plaît, bonjour, merci, aurevoir, sans compter depuis mon enfance...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.