jeudi 29 octobre 2015

Fertile

Afficher l'image d'origine



Jamais encore vous n’avez ressenti cela avec une telle intensité. Et c'est là. Une force colossale vous envahit dont vous allez apprendre à vous faire une alliée. L’énergie formidable d’un levier. Tout s’éclaire soudain. Il vous semble que votre respiration s’amplifie, que vos globules transportent l’oxygène avec davantage de zèle vers votre cerveau.
 Vous avez lâché prise. Des digues ont cédé à l’intérieur de vous, inondant vos champs assoiffés par tant de luttes intestines. L'empathie et la gratitude y fleurissent.
Vous vous sentez intellectuellement fertile, votre plaine du Nil émotionnelle s’ouvre à une pluie bienfaisante. Il vous semble que la lumière n’a jamais autant scintillé sur votre rivière. Tout vous paraît soudain beau et possible.

 Je me suis assise au bord de ce paysage calme, j'ai écouté battre mon cœur. Il m'a dit de ne plus me laisser définir, et d'arrêter les mots avant qu'ils ne prennent le pouvoir sur mes émotions. J'ai entendu la petite musique de la paix intérieure. Après les batailles des derniers jours, c'était tellement inattendu. Comme une averse fraîche. Comme un cadeau.

¸¸.•*¨*• 


A toi, qui m'aimes et me comprends.

101 commentaires:

  1. Amoureuse, Célestine ? Ou bien j'ai rien pigé... La finesse n'est pas mon fort... et tu es tellement fine...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, une grande amoureuse de la vie, je suis pétrie d'amour.
      Mais ne te dévalorise pas. Pas fin, toi ? Tu écris pourtant des choses bien remarquables qui ne sont pas le fait d'un lourdaud, laisse-moi te le dire.
      Et ce n'est pas du passage de pommade. Juste une expression sincère.
      kiss
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Y a de ça, ma belle ! S'affranchir commence par se libérer l'esprit.
      Bisous célestissimes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Tu as aussi trouvé le trottoir d'à côté...
    Hein qu'on est bien le cul posé parterre dans un paysage qui n'est pas frelaté par la civilisation...
    Trois jours que je suis en ville et déjà elle m'insupporte. Cette énergie me manque déjà.
    Ti bacio Ragazza

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais justement, je parle de m'asseoir dans mon paysage intérieur...
      Essaie tu verras, même en pleine ville ça le fait...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Au fait, j'ai quand même repéré la chanson de Souchon...
      ^^

      Supprimer
    3. Ben mon paysage intérieur est vachement perturbé par les pollutions civilisationnelles et ça me déstructure la zenitude. C'est que lorsqu'on a la chance de vivre au fond de la jungle bourguignonne ou aveyronnaise, on fini par être exigeant sur la qualité environnementale...
      Baci

      Supprimer
    4. Tu feras quand même une halte dans l'air horriblement pollué de la petite fabrique de délices?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. Bien sûr, puisque tu es, par ta présence, un catalyseur de ions négatifs (ce sont les bons) qui purifie l'air ambiant.
      Baci e a presto Carrissima

      Supprimer
    6. Alors celle-là on ne me l'avait jamais faite...
      "Catalyseur de ions négatifs"...sei romantico, lo sai ?
      mille baci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    7. Il fallait donc bien que quelqu’un s'y colle, voilà qui est fait.
      Baci Sorellita

      Supprimer
    8. Commme quoi les choses négatives ne sont pas toujours négatives...

      Supprimer
  4. Quoi ? Tu as trouvé une autre potion magique que mon chocolat ? ;)

    Besos belle aventurière ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah...cher pirate, mon voyage aujourd'hui était plus ésotérique...mais ton chocolat reste un souvenir inoubliable pour moi ^^
      besos
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Merci à toi aussi, pour ton texte et celui que tu m'as inspiré...
      Tu es une vraie muse pour moi ^^

      Besos chocolatés ♥

      Supprimer
    3. J'aime l'idée d'être une muse, comme tu le sais depuis mon billet "Une vie de muse"...
      C'est un plaisir de t'inspirer.
      besos captain
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. ah! voilà! cette Célestine-là je l'aime vraiment beaucoup: elle est ELLE!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Ne pas se laisser définir, tenir les mots qui font mal à distance, et ne pas les laisser prendre le contrôle de ses émotions..."

      Je ne te cacherai pas, Coumarine, que nos dernières conversations ont contribué à l'écriture de ce billet. J'ai eu une sorte d'électro-choc en réalisant à quel point certains mots me bouleversaient au point de déclencher chez moi des syptômes physiques. Des tremblements, des sanglots.
      Il s'est ensuivi une prise de conscience violente de la pente où risquait de m'entraîner cette hypersensibilité aux mots.
      C'est pourquoi j'entends, bien sûr, que tu préfères cette facette de moi. Cette Célestine-là. Mais je ne peux te convaincre, sans doute, que toutes les autres Célestine sont également moi, et que je les accepte toutes. Je les accepte avec bienveillance. Je ne me laisserai plus enfermer dans une seule case. Je n'essaierai plus de me conformer à ce qu'un tel ou une telle attend de moi, parce que ce n'est pas tenable, sans me nier profondément.

      Je te remercie de m'avoir aidée, indirectement, à cette prise de conscience-là.
      Accepter d'être moi-même au risque d'être moins aimée. Je comprends désormais le concept "on ne peut pas plaire à tout le monde". C'est un leurre en effet, que de croire le contraire.
      Je me sens désormais capable de ne plus être consensuelle à tout prix.
      Je cesse d'être gentille pour devenir vraie.


      Je t'embrasse fort ♥︎
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Tu as raison Célestine sur le « vouloir plaire à tout le monde ». C’est un chemin de perdition, où, plus on s’y enfonce, plus on souffre…
      Plus on est « soi-même » dans une vérité vécue et montrée, plus on plait et plus on déplait tout à la fois, quelles que soient les facettes que l'on donne à voir....
      C’est amplement supportable (ce qui ne veut pas dire subir) lorsqu’on navigue sur les terres fertiles du Nil !

      Supprimer
    3. Tu m'as montré le chemin, et je t'en remercie.
      Il me reste le reste de ma vie pour essayer de plaire à moi-même, ce qui est déjà une occupation à plein temps.
      Cela ne m'empêchera pas de répondre de façon courtoise mais ferme.
      C'est une grande et belle leçon que la vie vient de me donner.
      Aujourd'hui est le premier jour du reste de ma vie.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Joli, "aujourd'hui est le premier jour du reste de ma vie" ! comme une renaissance où les sombres idées restent derrière nous.

      Supprimer
    5. Ce n'est pas de moi, mais j'aime bien l'expression.
      Je crois même qu'il y a un film qui s'appelle comme ça, mais je ne l'ai pas vu.
      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. C'est peut être pas de toi l'expression, il faut encore lui trouver où l'incruster pour lui donner la force et vitalité qu'elle mérite. Mille bises et bisous diaprés!!!

      Supprimer
    7. J'ai un ami qui sait trouver les mots et les incruster au bon moment dans ma vie:
      "Nul ne peut atteindre l'aube sans passer par le chemin de la nuit"
      Il m'apprend à accepter mes zones d'ombre.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. Ça c'est du Khalil Djibran, le poète et peintre libanais. Il a dit aussi "« Vos souffrances permettent à la compréhension de germer. Elles sont ce remède amer par lequel le médecin qui est en vous soigne le malade en vous. Aussi accordez la confiance à ce médecin et buvez ce remède en toute quiétude, et sans vous plaindre. »

      Supprimer
    9. Volia un poète que j'ai bien envie de découvrir !
      Les mots qu'il dit me font beaucoup de bien. Ceux-là je les accueille à l'intérieur sans aucun problème.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    10. M'enfin !?? Tu n'as pas lu "Le prophète", de Khalil Gibran ? Alors toi, vraiment, si ce n'est pas dans la bibliothèque verte ? ;-)

      Tiens, c'est là :

      http://www.fichier-pdf.fr/2012/08/13/prophete-khalil-gibran/

      Supprimer
    11. "Quand l'amour vous fait signe, suivez-le", c'est de Gibran ! Quel voleur, ce Perret d:^)

      https://www.youtube.com/watch?v=10mMk6JQ0Io

      Supprimer
    12. Voilà, j'ai commandé le livre et j'ai écouté la chanson...Pierre Perret a-t-il donné ses sources sur le CD ?Rien n'est moins sûr...C'est pô bien !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    13. Je suis persuadé que tu vas apprécier Khalil Gibran, il est dans tes courants de pensée...
      Et puis comment résister à un auteur qui écrit: "Quand l'amour vous fait signe, suivez-le"...
      :o))
      D'ailleurs, ne serait-ce pas une idée à creuser ?

      ...'fin moi... Jdirien...

      Supprimer
    14. Quel doit être le bonheur de celui qui t'aime et qui te comprend, qui sait trouver les mots et les chemins de ton coeur pour savoir t'apprendre à accepter tes zone d'ombres ? C'est un bien beau et bien doux pouvoir qu'il possède là, même s'il n'estr sans doute qu'un accompagnateur sur un chemin de vie qui n'appartient qu'à toi.
      La Dame de mes pensées joue un peu ce rôle auprès de moi. C'est un cadeau du ciel que ces rencontres d'une exceptionnelle rareté, sachons les goûter !...

      ...'fin moi... tu vois bien !...

      Supprimer
    15. A la lecture des commentaires, comme toujours riches et pleins d'enseignements, je me rends compte que ce "toi qui m'aimes et me comprends" pourrait s'adresser à chacun d'entre vous, tant je sens dans vos mots un désir de m'accompagner et de me comprendre. Comme une chaîne d'amitié précieuse. Sans jugement. Mais dans l'acceptation de la différence.
      Et c'est cela qui est très doux pour moi. Comme le goût d'une victoire pacifiste.
      Bises émues
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. J'aime "votre plaine du Nil émotionnelle s’ouvre à une pluie bienfaisante", cela me fait penser à une délivrance précédant une éclosion telle la jolie fleur de la photo voire une renaissance. Comme c'est bien exprimé!
    Fais de jolis rêves !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Mart.
      Pour bien exprimer les choses, il suffit de les ressentir profondément.
      mes rêves seront doux je n'en doute pas.
      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Heureux celui qui t'aime et qui sait que tu le sais ! Quelle est belle la vie, mais saurons-nous un jour l'heureux élu de ton coeur si vaste. Mais on dit qu'il y'a loin de la coupe aux lèvres. Ton texte Célestine est merveilleux, tendre, émouvant, beau.Quel bonheur de venir ici voir partager tous ces mots d'enchantement, de rire, de magnificence; C'est tout simplement superbe !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon coeur est vaste, et j'aime sans discontinuer, complètement et intensément les êtres qui traversent ma voie comme des étoiles filantes. Je leur apporte des filaments de rêve, des gouttes d'espoir comme un elixir dans les moments difficiles, et je les garde en mon coeur s'ils m'aiment et me comprennent. Si tu es de ceux-là alors ce message s'adresse aussi à toi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Les effets secondaires du yoga de la narine associé à la position du Lotus bleu (dans la jarre !) semblent redoutables !
    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et tu oublies les champignons hallucinogènes dont j'ai parlé là-bas ...
      Kiss céleste
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Et bat ton coeur...E la tua nave va...Et mieux je vais d'avoir lu ça. Kisses from nearly North und ATTB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si toi mieux aller, moi être contente
      Kiss
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. c'est le bienfait du lâcher prise.... accueil de l'impermanence

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un énorme bienfait. La sensation que les pièces d'un puzzle se mettent en place.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Serait-ce ces nouvelles amitiés automnales qui me font palpiter , vibrer,? Serait ce la nature que je parcours et croque qui me fait trouver la vie plus belle ? Je ne sais écouter que les battements de cœur de l'amour et de l'amitié de mes amis; ils me réchauffent, me font vivre et avancer. , Ma bulle est ouverte à tous : entrez, je distribue, je donne, je partage, je joue au "marchand de bonheur". Jusqu'à quand ???? Toi seule Céleste le sais car tu connais bien mon potentiel émotionnel et nous fonctionnons de la même façon, à la différence près que toi................tu sais t'exprimer. Reçois toute mon amitié.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu l'exprimes d'une autre manière, mais tes dessins sont beaucoup de toi.
      Ce que tu dis de la nature est très vrai. Elle fait trouver la vie plus belle, mais c'est parce qu'elle EST la vie...J'y puise mon énergie et ma joie.
      C'est cela l'important.
      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Tu as le talent poétique de mettre en mots ton intériorité.
    Le pourvoir évocateur et transformant des mots venus du fond de soi lorsqu’on les laisse se répandre, est l’antidote intérieur aux mots à maux venus d’ailleurs.

    Que tu entres dans la « Spiritualité du Nil » n’est pas anodin, au delà des métaphores que tu cultives subtilement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas anodin ? ça m'interesserait de savoir en quoi ...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. oh, ce n'est pas bien compliqué....
      Je pensais à l’Egypte ancienne et la spiritualité de ce temps-là entre fertilité et désert…. (ne l’évoquais-tu pas avec tes marmousets ? Mais sans doute pas l’aspect divin et spirituel, si ce n’est le folklore des pyramides….)
      Les violents contrastes entre la « vallée fertile », domaine du dieu et de la vie, et le désert hostile de la malfaisance des démons et des dangers de la nature….
      Et l’important constat du désert qui peut être fertilisé…. comme un promesse de fécondité….

      Affrontement des forces bénéfiques et maléfiques caractérisent cette civilisation, à l’image peut-être de nos affrontements personnels avec nous-mêmes….

      Mais le vainqueur est le fleuve nourricier… le Nil !
      Comme la Source qui jaillit du fond de nous ?

      Supprimer
    3. En te lisant, je me dis qu'en choisissant cette métaphore, j'ai été géniale sans le faire exprès...
      Ce qui, en fait, est tout à fait extraordinaire !
      Blague à part, je suis assez fascinée par la Vallée du Nil, depuis toujours. Maintenant je sais pourquoi.
      Bises egyptiennes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. En relisant ton texte,,Célestine j'ai réalisé que je n'ai fait que le survoler, et je découvre la profondeur de tes pensées d'une luminosité éclatante, telle que :"Des digues ont cédé à l’intérieur de vous, inondant vos champs assoiffés...! ou bien : "vos globules transportent l’oxygène avec davantage de zèle vers votre cerveau". Des mots simples, des métaphores sublimes et fortes!! Quel besoin d'aller chercher Gibran, quand ta source est déjà profonde.Il est vrai qu'il a dit :
      Alain X m'éblouit par ses observations, il nous révèle juste notre propre profondeur , alors qu'à nos yeux , on ne voit rien.« Tous peuvent entendre mais seuls les être sensibles comprennent »Et Alain X par ses mots sensibles...! c'est en lisant justement ses commentaires, que j'ai eu un tilt de relire ton texte. Et se confirme ainsi ce que disait François Mauriac: " «Dis-moi ce que tu lis, je te dirai qui tu es», il est vrai, mais je te connaîtrai mieux si tu me dis ce que tu relis. Ton billet Célestine est peut être court, mais il est vaste et long comme le fleuve du monde....et c'est le Nil ! Alain X ne s'y était pas trompé, ni trempé!!!Lol

      Supprimer
    5. ...il est vrai qu'il avait dit(Gibran):« La perplexité est le début de la connaissance. »

      Supprimer
    6. Merci pour ce complément d'analyse, qui me réjouit autant qu'il réjouira Alain.
      Mon billet a suscité des interactions exceptionnelles, et j'en remercie tous mes lecteurs.
      J'aime décidément beaucoup ce cher Khalil.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Tu veux dire que pendant que je ressentais la cosmo-tellurie de ma colline dans le Saintois, ta plaine du Nil perso récupérait des tonnes d’alluvions positives à des kilomètres de là ! Non, c'est une blague! Mais une si belle blague !
    Des bises pentacrinées
    Ep' oustouflée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ça...exactement ça.
      la synchronicité...
      Bises Ep'antelées
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. C'est bien.
    Prendre des décisions et s'y tenir. Oui c'est bien. mais ce n'est pas facile.
    Enfin, moi j'ai du mal. Mais j'admire ceux et celles qui y parviennent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne dis pas que je vais y parvenir à tous les coups.
      Mais je vais au moins essayer de toutes mes forces de ne plus me laisser engloutir par certains mots. Quand on sait pourquoi ils font mal, c'est plus facile.
      Je nous souhaite d'y parvenir
      ¸¸.•*¨*• ☆

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Il reste que savoir dire les choses sans blesser est un art, que certains ne connaissent pas.
    Pour ma part, je serais bien marri de voir s'assombrir vos jolis yeux.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le problème est de ne pas s'arrêter à la forme, et d'aller dénicher le sentiment qui se cache sous le mot. Des coeurs d'or peuvent se dissimuler sous des paroles rudes, et mon hypersensibilité m'empêchait bien souvent de le déceler.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Ton texte est tellement beau et authentique que tout commentaire semble superflu... peut-être une photo pour résumer ce ressenti, je vais chercher dans mes archives ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, volontiers, Daddy. Toi qui excelles dans l'art de l'oeil photographique.
      Tu sais je suis très touchée que tu trouves mon texte beau. Et je vais te dire pourquoi.
      Je suis toujours sidérée de la propension des gens à mettre les autres (et à se mettre eux-mêmes) dans une case. Ainsi, il paraît bien peu probable que certains blogueurs ou lecteurs se rencontrent, car ils pensent leurs "spécialités" incompatibles.
      Or, si je regarde ma propre liste de blogs, je trouve qu'elle est le reflet de ce que je suis: plurielle et multifacette.
      On y trouve des amateurs photographes, des artistes, des gens qui aiment écrire, ou peindre, des mères de famille, des célibataires, des mamies, des petites enseignantes débutantes pleines d'enthousiasme, des profs plus chevronnés, des croyants, des incroyants, des hédonistes, des mystiques, des amateurs de coquineries et libertinages, des gens de tous âges et de tous horizons.

      Le point commun entre tous ces êtres si différents ? Ce sont tous des passionnés. Des amateurs de vie. Et ils m'apportent tous quelque chose de précieux.
      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Oui oui j'suis d'accord ;-)

      Supprimer
    3. Ça m'aurait bien étonné que tu ne sois pas d'accord ! ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

  17. il est apaisant ton texte, et sans hésitation, en silence je viens m'asseoir à coté de toi pour écouter cette paix intérieure.

    je suis très sensible à la poésie, et je trouve que tes textes sont toujours emplis de poésie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un très beau compliment, merci beaucoup.
      La poésie partout quand elle est dans les coeurs.
      Viens, il y a de la place dans le mien.
      Bisous étoilés
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. C'est vrai, il est beau et apaisant ce texte… et pourtant on peut lire ceci : « j'ai écouté battre mon cœur. Il m'a dit de ne plus me laisser définir, et d'arrêter les mots avant qu'ils ne prennent le pouvoir sur mes émotions. ». Et là, éclairé par les commentaires, on comprend bien que la prise de conscience s'est faite en réaction à un épisode qui a été éprouvant.
    Je ne sais pas pourquoi mais ça me touche.

    Bises du soir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh...Pierre, j'ai failli oublier ton commentaire. Comment est-ce possible ?
      Oui la prise de conscience a été subite, mais je pense qu'elle a été le résultat d'un long mûrissement thérapique. Je n'entrerai pas dans les détails, mais disons qu'elle a un rapport avec ma façon de recevoir les mots d'autrui, façon qui avait besoin d'un nouveau réajustement. Tu n'es certes pas concerné, sauf peut-être dans la mesure où tu fonctionnes un peu comme moi, accordant beaucoup d'importance au choix de tes mots pour parvenir à t'exprimer sans blesser tes interlocuteurs, ce qui n'est pas toujours le cas en retour chez tout le monde. Bref, sans vouloir à tout prix plaire à tous, on n'est pas obligé de parler en étant désagréable, surtout quand la personne en face te le fait remarquer mais que tu continues sur ta lancée de plus belle.
      D'autre part, en admettant que cela arrive, tout consiste alors à mettre de la distance entre les mots et soi, afin de ne pas sentir laminé par des paroles. Et de ne pas se positionner dans un rôle de victime. Cette posture qui amène forcément les autres à se replier sur eux mêmes, ou utiliser à notre endroit des mots comme "tu es susceptible" ou "tu prends tout mal". Voilà l'enjeu de cette prise de conscience, qui s'est faite chez moi par paliers depuis quelques années, sans doute grâce à ce blog et aux interactions avec les lecteurs (c'est long, mais pas facile de se débarrasser de fonctionnements remontant à l'enfance).La leçon à retenir est que l'on peut se sentir touché, (comme toi aujourd'hui) sans forcément se sentir atteint. La nuance est de taille.
      Bises nocturnes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Tout cela est parfaitement exprimé et la seule chose que j'ai à ajouter c'est que je suis entièrement d'accord :)

      Mais bon, je note quand même que tu as failli oublier mon commentaire. On a frisé l'incident diplomatique ! ^^

      Bises sans défaillances

      Supprimer
    3. j'ai été un peu débordée par les coms qui ont fusé de tous les côtés...
      La rançon du succès ?
      Bises qui se la pètent
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. quelle belle fleur et il faut savoir prendre du tps pour soi

    RépondreSupprimer
  20. se sentir aimée et comprise , entourée à la juste mesure , c'est ce qui contribue pour chacun à tenir debout , et même , de se sentir puissante , dans le bon sens du terme
    "fertile " , voilà , c'est bien trouvé
    je me retrouve bien dans tes mots
    c'est tellement bien écrit
    bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as trouvé le mot juste. Se sentir puissante, pas dans le sens d'écraser les autres, mais dans le sens énergétique.
      J'ai franchi un palier important dans ma connaissance de moi-même.
      Beaucoup de choses de ce billet ont échappé à mon contrôle : le choix de la photo, de la métaphore égyptienne, ce qui prouve qu'en se connectant profondément à son moi, on trouve les chemins inexplorés de l'évidence d'être. Et je comprends que ça te parle, cette sorte d'écriture un peu automatique des émotions...
      Bises Jeanne.
      Quand est-ce qu'on rouille ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Le ressent-aimant A-paix-ans accepte ses limites.
    Silence-yeux les mots tissent et disent beaucoup en écoutant l'intériorité sage du lâcher-prise qui abandonne, soulage, délivre, décroche de la souffrance.
    Devenu "soi" séparé, ici et main-tenant avec ce qui est, accepté, accepte l'autre, tout l'autre, quel qu'il soit dans sa différence..
    Merci beaucoup Célestine pour ton texte poétique .... que tu épands si bien sur l'Etoile Âmie, en mots qui soignent les maux.... comme le Nil fertilise sa vallée la rendant autant féconde...
    ta fleur de lotus est la fleur sacrée ....de la réalisation de l'être, ......son épanouissement... elle est belle !
    Je t'embrasse..... en cette soirée de douce-heure.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Décrocher de la souffrance, oui c'est ça.
      j'aime bien ta façon d'égencer les mots en jouant sur leurs sonorités, cela me rappelle Veronica, une blogueuse qui venait étoiler mes billets de ses feux d'artifices poétiques.
      Je ne sais pas trop le faire, mais j'admire beaucoup ceux qui savent...j'aime beaucoup "douce heure" par exemple, et aussi "a-paix-ans" qui dit si bien ce qu'il veut dire...
      Bises et très beau dimanche, Den.

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. ...C'est en venant sur le blog de Veronica que j'ai appris son langage.. à jouer avec les mots.. j'ai travaillé, et y suis arrivée.... c'est un langage que j'abandonne de temps en temps car il demande des efforts... enfin, pour moi... mais j'aime ....décortiquer les mots... mélanger les lettres... inventer d'autres mots... donner un autre sens au sens... c'est amusant.. étonnant !
      mais d'autres blogueuses pratiquent cela bien mieux que moi...
      Bisous rendus et un très beau dimanche ensOleillé, je crois.
      Den

      Supprimer
    3. Je ne sais pas pourquoi on s'est perdues de vue, avec Véronica. J'aimais bien cette fille. Mais je crois qu'elle faisait de longs breaks dans l'écriture de son blog, et que je ne pensais pas toujours à aller voir si elle était revenue.
      Et puis, je comprends que les lecteurs puissent se lasser un beau jour de ce que j'écris. C'est humain. Mes lecteurs d'aujourd'hui ne sont plus tout à fait les mêmes qu'au début...
      Peut-être ai-je changé, et interessé-je d'autres gens...
      Bisous¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Douce et apaisante lecture, je suis contente d'être passée par là. Tout est à nouveau possible, la sérénité en Soi. Bravo pour le talent mélodique, j'aime le rythme des mots choisis. Merci. Tendres câlins californiens, Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mélodie et rythme, tu ne saurais me faire davantage plaisir en parlant de mon écriture.
      La musique est si importante pour moi.
      Bises chère amie.
      J'espère que tu repasseras par là aussi souvent que ce que tu le désireras.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Chouette moment, et chouette écriture pour le dire ..... cela arrive, je pense avoir écrit un post reflétant un moment de ce genre, faudrait que je le retrouve ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui j'aimerais bien le lire...
      Il suffit que tu installes un petit moteur de recherche sur ton blog, comme je l'ai fait en bas du mien.
      Bon dimanche Mel.
      Bisous ensoleillées
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. J'aime la musique de tes mots mais je ne sais pas trop quoi penser... il me semble y avoir de l'apaisement après de la souffrance et si je me réjouit de l'un, je m'inquiète de l'autre. Je te souhaite des émerveillements à n'en plus finir au bord des petit bonheurs quotidiens... bises ma belle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une souffrance c'est peut-être un bien grand mot...quoi que, oui, on peut dire que certains mots prononcés à mon encontre m'ont fait terriblement souffrir. Je parlais seulement de mon hypersensiblité aux stimuli, mon hyperesthésie, et les mots sont des stimuli extrêmement importants. Je travaille donc dans le sens d'une sorte de désensibilisation un peu comme pour les allergies, afin de réagir de façon moins violente.
      Mais je conçois que l'on puisse ne pas comprendre tout à fait,mes méandres intérieurs...
      Bisous ma Brizou
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Je ferai bien d'en prendre de la graine et d'être zen, ce qui me permettrait de faire baisser ma tension.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un petit massage, mon choupinou ?
      Oui, les mots peuvent faire mal, sauf si on les tient à distance. Et je viens d'en faire l'expérience il y a seulement cinq minutes. Ne pas s'énerver, laisser à l'autre la responsabilité de ses propos, ne pas chercher à le faire changer d'avis...et ne pas se mettre dans un état de nerfs et de tremblement...Je suis fière d'y être arrivée.
      Gros bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Sûr ma Celest'in ... j'enlève le haut ?
      Je ne gère pas forcément ce genre de situation. Bravo et bisou maitresse.

      Supprimer
    3. C'est un long apprentissage...Il faut passer par bien des hauts et des bas...
      Mais c'est payant en terme de sérénité, et donc de tension artérielle...
      Hé hé un petit massage relaxant des trapèzes...tu verras c'est royal !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. J'suis déjà dans le tgv , j'arrive.

      Supprimer
    5. Je prépare une petite tarte gourmande aux poireaux et je sors le Crozes.
      ^^

      Supprimer
    6. En voilà une bonne idée ... Le Crozes tu l'achètes par caisse ?
      J'suis à Vlence là !

      Supprimer
    7. Et pourquoi je n'ai pas eu de tarte aux poireaux? :-)

      Supprimer
    8. On rigolait, caro mio. C'était un jeu...
      Mais je note our la prochaine fois que tu aimes la tarte aux poireaux....
      Bises confuses
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    9. Pas de quoi être confuse.
      Tout l'art de se mettre un jour à table consiste à faire semblant de ne pas saisir la plaisanterie...
      Mais pour l'instant, j'atteste devant l'humanité toute entière que ta purée de marrons est excellente :-)
      Lorsque l'idée te viendra de me visiter, je pourrais te faire connaître le papet vaudois qui n'a rien à voir avec Yves Montand, mais beaucoup avec le poireau.
      Plein de gros becs

      Supprimer
    10. Je note surtout pour la prochaine fois, d'écouter mon coeur
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Quand on aime quelqu'un on doit respecter sa personne toute entière avec ses défauts et ses qualités, non ?
    Je rentre de ma semaine familiale au Portugal, que d'émotions, mais de de réalités dures à voir et à entendre ...
    Beijinhos (bisous en portugais)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour répondre à ta question oui bien sûr, aimer c'est aimer toute la personne. mais ce n'était pas vraiment le sujet de mon billet, qui parlait plutôt de ma difficulté à prendre du recul par rapport aux mots. Et j'entends dans ta deuxsième phrase que cela t'est difficile aussi.
      C'est mignon, beijinhos. très mignon, j'aime beaucoup.
      Beijinhos, petite Marie
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je me suis mal exprimée, la fatigue je pense :( en fait il faut toujours prendre du recul pour ne pas se laisser envahir par de mauvaises pensées, garder confiance en soi et se dire que la vie vaut la peine d'être vécue quoiqu'il en soit ;) et se libérer des mauvaises ondes ...
      Beijinhos queridos (bisous tendres)

      Supprimer
    3. Voilà, c'est exactement ça.
      Et ne pas se laisser submerger surtout.
      Bisous tendres
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Les sentiments ou ressentiments que t'envoient les autres leurs appartiennent. Tu peux refuser de te laisser envahir par eux, dire que tu refuses ce négatif et qu'il retourne là d'où il vient. C'est souverain comme remède...
      Ti bacio forte

      Supprimer
    5. Tu as tout compris à mon billet caro mio.
      Je m'y emploie tous les jours désormais.
      ¸¸.•*¨*• ☆
      Ti bacio anche.

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.