samedi 17 octobre 2015

Une vie de muse

























La Licorne
a passé le seuil de ma porte, toute esbaudie de découvrir mon univers.
Ce soir je reçois le mail d'une lectrice qui préfère rester dans l'ombre. Quelques mots positifs qui gonflent le coeur comme un gâteau. Qui aident à avancer dans la brume existentielle.
"…Sache que ton blog est un havre de bien être, de poésie, de délire culturel, de partage pas trop mielleux, d'humour, et qu'il devrait être remboursé  par la sécu… » J'ai les yeux humides...

C'est vrai que j’aime accueillir. Recevoir. Je pense que je suis née avec les bras ouverts. J’aime que l’on se sente bien chez moi.
J’ai quelque part en moi un peu de ces dames du temps jadis tenant salon, de ces salons où les mots d’esprit fusaient…de ces femmes libres avant que les femmes veuillent être libres. Des Agnès Sorel, des Marie d'Agoult…
J’aurais été peut-être, plus tard,  une égérie, une sorte de Juliette Gréco, une Gala, une Elsa Triolet. J’aurais adoré vivre à Saint Germain, fréquenter les existentialistes, les surréalistes, serrer la pogne à Vian, à Sartre, à Prévert. 
Ciel... parler à Aragon ou à Eluard ! Que dis-je ? Avoir la chance ultime de les approcher, d'effleurer de mes oreilles quelques mots de ces géants.
Fréquenter les caves de la  rue de Rennes, écouter le jazz m'écorcher le cœur de ses feulements et me donner des fourmis dans les pieds. Une époque fascinante, où tout semblait tourner autour de la peinture, la musique, et la littérature, où le cœur de Paris battait au Quartier Latin. Voir Leo Ferré déchirer l’air comme un drapeau de ses cris de rage sourde et sublime, aller boire un coup au Flore, me sentir libre…libre de penser, libre de mon corps, libre de vivre quoi...

J'en étais là de ma rêverie, délicieusement vautrée au soleil d'octobre en sirotant un capuccino. Quand le téléphone m'a ramenée brutalement sur terre.  C'était les cuisines Muchmul qui voulaient savoir si j'étais intéressée par leur tourniquette à vinaigrette. Ah! Gudule ! Je me demande ce qu'un Boris Vian leur aurait répondu.

¸¸.•*¨*•



96 commentaires:

  1. Pas la moindre idée de commentaire. Voulais juste être le premier. Ecrirai quelque chose de sensé plus tard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Amusant ! Mais même si l'on vit à une époque de jeux du cirque virtuels, il n'y a rien à gagner à être le premier...Sauf, comme je le dis toujours, à donner le la de la conversation, mais là, ce qui est génial, c'est que tu ne dévoiles rien et le ton reste neutre.
      Merci de ton premier passage l'homme.

      Supprimer
  2. Oui tu es une vraie muse qu'on aimerait gâter de fleurs, voir tout le temps s'épanouir pour humer ses airs et ses mots de bonté et de bonheur. Quiconque vient butiner dans ton pré ne risque pas ne pas y revenir. Je suis comme un papillon qui voudrait redevenir chenille pour me loger dans une des veines de ton coquelicot et pour goûter goulûment ta senteur éternelle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jolie ta dernière phrase...
      Des fleurs ? Oui j'aime en recevoir, mais j'aime aussi à penser que celui ou celle qui a envie de me balancer quelques poireaux ou tomates puisse le faire tranquillement...Du moment que c'est fait de façon respectueuse, et dans l'humour, cette politesse si réjouisante, la contradiction est une source d'enrichissement intellectuel.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Oui Célestine, j'étais aux petits soins avec toi et avec des fleurs, je tacherais d'être "aux petits oignons" à moins que tu en préfères les pelures !..

      Supprimer
    3. je vois que tu as de l'humour, mon cher poète !
      les fleurs, j'adore, surtout les roses et les tulipes.
      Quelle réjouissance dominicale...
      Passe un bon dimanche étoilé
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Je suis toujours comme un papillon qui voudrait redevenir chenille pour me loger dans une des veines de ton coquelicot et pour goûter goulûment ta senteur éternelle.
      Et là, je tournois, je tournois, indéfiniment dans ton jardin qui est comblé de fleurs de toutes les senteurs, et j'ai peur de m'enfermer dans une seule veine, d'une seule fleur, même d'un coquelicot. La muse ne peut s'inspirer d'une seule senteur et d'une seule fleur, elle ne se pardonnerait pas de rendre les autres tristes.


      Supprimer
    5. C'est bien dit...
      Un pétale à chacun et chacune...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Ton blog suit la tradition des salons philosophiques de Scarron et Françoise d'Aubigné ou de Mme de Staël (pour n'en citer que deux).
    Dans les boîtes à jazz, tu n'aurais pas fait pâle figure à côté de Gréco (dont Boris Vian avait dit qu'elle n'est pas faite pour chanter... Le génies ne sont pas infaillibles :-) ) ou de Magali Noël.
    Tiens, tu pourrais peut-être chanter Fais-moi mal Johnny :-)
    Ti bacio

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois que nous Maintenon un certain niveau littéraire par ce commentaire qui cite la célèbre vaudoise... Seras-tu un brin chauvin, caro mio ?
      Fais-moi mal... même si c'est un chef d'oeuvre de second degré, j'aurais trop peur que certains margoulins me prennent au mot !
      Baci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Madame de Staël était avant tout une européenne et une intellectuelle de haut niveau. Certes ça lui a servi pour quitter la France lorsque le roi prenait ombrage de sa liberté de parole.
      Ce qu'elle fit de "suisse", c'est de faire connaître en France la littérature suisse-alémanique.
      Mille baci

      Supprimer
    3. Je te taquinais...mais c'est bien de connaître l'histoire de ses compatriotes.
      je ne connais pas assez cette femme brillante. C'est un tort.
      Baci della notte
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Muse,égérie, Greco, Elsa, pas mal. Mais parler aux cuisines Muchmul... mon rêve inaccessible... Bises un peu jalouses de tes fréquentations germanopratines, :P moi qui ne propose que des rencontres vermandovaloises. ATTB Miss W.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudra que tu m'expliques vermandovaloise, que je n'ai pas trouvé dans le dico. Vermandois, oui, je vois à peu près.
      Quant à ton rêve, inaccessible...tu ne perds rien, si les banques de données ont oublié ton numéro, heureux homme. Moi, j'ai beau bloquer les numéros, il y en a toujours de nouveaux qui trouvent le chemin et viennent me proposer des trucs faramineux...des conventions obsèques par exemple. Alors que tout le monde le sait, je n'ai aucune intention de mourir ! ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Vermandois c'est là où je vis. Nobody's perfect.
      Valois c'est là où je suis né 100 km plus au sud. L'un des berceaux de la monarchie française. Et les ombres de Rousseau et surtout Nerval. Etangs et forêts, Chantilly, Compiègne, Senlis ma ville natale qui à propos n'a pas encore inauguré ma statue équestre. Tout fout le camp. Bises isariennes (de l'Oise) et axonaises (de l'Aisne). En géographie très prochainement retour au Nevada sur mon blog. Bises à toi et bien le bonjour chez Muchmul. ATTB :D

      Supprimer
    3. J'ai tout compris: tu vis dans le berceau des rois. C'est chouette.
      Je vais courir dans les plaines du far-west quand viendra la nuit, alors...
      kiss and attb
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Mais que fait-donc le genevois Rousseau dans le berceau de la royauté française?

      Supprimer
    5. Rousseau a fréquenté ces coins-là, je crois...Ermenonville, Senlis...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. "née les bras ouverts" pfiou, ça a dû faire mal...

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'en parle pas à ma mère, je ne sais pas si elle s'en est remise... :-D
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Bravo pour la chute, existentielle.

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, les contingences matérielles de notre époque, ça tape le cul par terre...
      Mais faut bien vivre, dira-t-on. Ce qui est une expression assez tragi-comique, quand on sait comment vivent ces forçats du standard...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Forcément, "Va chier" pour les cuisines muchmul ça passe mal dans ton contexte et puis l'interlocuteur téléphonique prendrait de plein fouet ce qui est destiné à son donneur d'ordre...pourtant rien d'autre ne me vient à l'esprit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est certain...mais j'ai toujours un peu de mal à les envoyer chier, comme tu dis.
      Ce sont des êtres humains au bout, je ne peux pas m'empêcher d'y penser.
      Bises et bonne journée ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Comme Elsa Triolet ? Elsa l'espionne soviétique chargée de remettre Aragon dans le droit chemin à chaque fois qu'il s'éloignait de la ligne officielle du parti ?? Une muse-lierre, oui ! d:^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Evidemment, vu comme ça, c'est beaucoup moins romantique.
      mais muse-lierre, c'est joli.
      Ma foi, la politique, c'est une chose, mais les mots qu'elle inspira restent sublimes.
      Les vents chassent en vain les chagrins de l'azur
      Tes yeux plus clairs que lui lorsqu'une larme y luit
      Tes yeux rendent jaloux le ciel d'après la pluie
      Le verre n'est jamais si bleu qu'à sa brisure

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Ne tiens-tu pas la version contemporaine du salon ? Un salon virtuel, où chacun peut se rendre et est accueilli, quel que soit le lieu où il réside, et surtout sans souci de classe (sociale)...

    J'admire ta culture : tous ces noms et l'époque à laquelle ils se rattachent t'ont l'air tellement familiers !

    Dernière chose : par déduction il semble que tu ne te sentirais pas, en notre belle époque 2.0, “libre…libre de penser, libre de [ton] corps, libre de vivre quoi…“ . Tu m'en vois étonné. Mais tu as peut-être raison, après tout…

    Bises existentialistes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans souci de classe sociale, c'est certain, bien que la forme même de l'exercice opère forcément un tri involontaire, et que par affinités l'on se porte naturellement vers les blogs qui nous parlent.
      Ma culture est bien imparfaite, mais certaines époques littéraires me plaisent davantage, et je lis beaucoup. Je suis d'une époque où la lecture était la seule façon de se cultiver, et j'ai toujours été boulimique de lecture.
      Quant à la liberté, vaste débat. Je trouve notre époque terriblement liberticide. Bien sûr que nous vivons dans une démocratie, mais a-t-on vraiment le droit de dire tout ce que l'on veut ? Et les replis frileux auxquels on assiste en ce moment prêchent plutôt pour un retour à des schémas classiques, familiaux, patriarcaux...Ma rêverie existentialiste fait plutôt état d'une certaine insouciance, que j'ai vécue dans ma jeunesse, et qui semble avoir déserté...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. La valeur d'une démocratie se mesure à l'aulne du sort qu'elle réserve à ses moins bien lotis et au respect de ses contestataires...
      Appréciation du régent concernant Mademoiselle Marianne:
      -" Doit se ressaisir sérieusement. Mademoiselle Marianne est passée du "peut mieux faire" de la 4e république à "monopolise le bonnet d'âne" de la 5e".
      Avis de l'observatoire des démocraties:
      Si Mademoiselle Marianne ne change pas radicalement d'attitude, la notation devra être étendue aux valeurs négatives.

      Ti bacio

      Supprimer
    3. Bien vu, le bulletin de notes de Marianne. Elle aurait besoin d'une bonne session de soutien personnalisé, je crois.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Mais libre, tu l'es déjà Célestine. "Il y en a même qui t'ont vue voler" ! Tu as eu la chance de naître libre, dans un pays libre où la femme l'est parfois un peu moins que l'homme...mais quand même. Libre de prendre du plaisir avec qui et quand tu le veux et libre de choisir ta façon de vivre. Voici pour toi, tel un vent de liberté, quelques bises dominicales.Chinou (presque libre)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, bien sûr, Chinou, une institutrice en France en 2015 est quand même très libre, loin de moi l'idée de me plaindre. Je parlais simplement d'un état d'esprit particulier. Voir ci-dessus ma réponse à Pierre. Mais la liberté est chose fragile, et aucun acquis ne mérite ce mot. Rien n'est jamais acquis à l'homme...
      Merci pour tes mots, Chinou, tu sais quelle portée et quel écho ils ont en moi. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. L'existentialisme n'était pas une philosophie mais une mode. C'est bien la raison pour laquelle il n'en reste rien aujourd'hui. Gréco, Ferré, Vian sonnent creux et faux. Le seul vrai, et le seul à avoir survécu cette époque sans la moindre égratignure, est Camus, dont la pensėe reste plus moderne et actuelle que jamais. Hugh, j'ai dit :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hugh ! Quand homme blanc parle, idées fusent !
      Ah oui, Camus, bien sûr...Loin de moi l'idée de ne pas lui donner la lumineuse place qu'il mérite...
      Peut-être, malgré tout, que l'existentialisme a été maintenu au rang de "mode" parce qu'il dérangeait plus que de raison...Une philosophie qui prône le rejet des doctrines religieuses, et qui affirme que l'homme "forme lui-même l'essence de sa vie", c'est dangereux...N'oublions pas que certains ont été officiellement excommuniés, à l'époque c'était quand même l'opprobre suprême...
      Mais si les zazous sonnent creux, on ne peut pas dire ça de Ferré.
      Ce sont des enragés qui dérangent l'histoire
      Et qui mettent du sang sur les chiffres parfois
      Comme si l'on devait toucher du doigt pour croire
      Qu'un peuple heureux rotant tout seul dans sa mangeoire
      Vaut bien une tête de roi

      Madame la misère écoutez le silence
      Qui entoure le lit défait des magistrats
      Le code de la peur se rime avec potence
      Il suffit de trouver quelques pendus d'avance
      Et mon Dieu ça ne manque pas


      C'est pas un peu criant d'actualité, ça ?
      Bises étoilées

      Supprimer
  12. ... Ce n'est plus la même époque ma chère Dame ! mais les cercles littéraires... encore plus avant, ceux du XVIIème siècle par exemple.. avec une conversation raffinée,, leurs salons musicaux, de poésie (galante !), d'Art, j'y pensais aussi.... J'aurais aimé m'y amuser.. telle la Marquise de Rambouillet qui recevait avec bon goût et bienséance dans sa célèbre "chambre bleue".. où l'on jouait aussi .. "au coeur volé", "la chance à l'amour", "le corbillon".. où l'on débatait philosophiquement... avec une certaine préciosité, une certaine élégance.. à ce que l'on disait...
    et plus tard, parler à Aragon, Eluard.. fréquenter St-Germain-des-Prés.. ses quartiers, les intellectuels que l'on pouvait rencontrer... ah ! ça oui aussi.... on aurait pu se croiser, n'est-ce pas Célestine ! ... ton billet me laisse toute chose... merci ....
    bon dimanche....
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est bien d'accord, Den. Aucune nostalgie d'une époque révolue dans cette rêverie, qui me fait un peu penser au film de Woody Allen, Midnight in Paris, dans lequel le héros se retrouve plongé à cette grande époque, et rencontre Dali, Hemingway, Cole Porter et bien d'autres figures emblématiques...
      Une simple rêverie célestinienne.
      Bisous, bon dimanche chère Den
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Contrairement à ce qu'on essaie de nous faire croire, l'abonnement à une ligne téléphonique n'est pas obligatoire :o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pourtant bien pratique pour joindre les gens...
      Ne me dis pas que tu n'as pas de téléphone, Boss ? Non ? Tu utilises un pigeon voyageur ? Ou deux pots de yaourts reliés par un fil ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ce n'est pas parce que je suis con que tout le monde est obligé de l'être et puis, ce n'est pas moi qui me plains d'être dérangé par le bigophone :-)

      Supprimer
  14. C'était aussi la mode "zazou" mais qui s'en souvient ? Vestes aux épaules démesurément larges, pantalons à revers un poil trop courts style "feu de plancher" alors on récupérait tout pour se faire des fringues, des bâches en ciré noir provenant des surplus américains, Gréco avait lancé la mode des impers noirs cirés !
    Joli billet, mais je ne pense qu'il était permis à tout le monde de croiser ces gens là !
    Il est toujours joli le temps passé )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faiut lire "je ne pense pas " sorry !

      Supprimer
    2. andiamo le re retour !
      Pour les nostalgiques de cette époque un film de Jacques Becker (le papa de Jean) "rendez vous de Juillet" avec : Daniel Gélin, Nicole Courcel, et non cité au générique Francis Mazières qui visita l'île de Paques après l'avoir atteinte à bord d'un voilier (point d'aéroport à l'époque) il avait écrit un bouquin à l'époque fin années soixante : "fantastique île de Pâques"

      Pour les nostalgiques de l'époque Saint Germain des prés,le lien vers le film : https://youtu.be/4ORER0VyEZ4

      Supprimer
    3. La mode zazou était comme toutes les modes. Ephémère et futile.
      Je n'en suis pas nostalgique. Je me disais juste que dans une autre vie, j'aurais bien aimé naviguer un peu dans ces milieux interlopes...mais après tout, c'étaient des êtres humains comme les autres, et comme disait Leo Ferré dans une interview, il n'y a pas d'idole.Il n'y a rien d'autre que la vie, et au bout, la mort.
      Merci pour le lien : l'extrait choisi montre bien que le début des années 50 a été marqué par un désir d'oublier l'horreur, et donc une insouciance un peu affectée, parfois. le jazz, puis le rock, sont tombés à pic.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. ah les Zazous !
      L'excellente Brigitte Fontaine ne les a pas oubliées.....

      http://www.dailymotion.com/video/x1umyf_matthieu-chedid-brigitte-fontaine_music

      Supprimer
    5. Ce que j'avais oublié, moi, c'est qu'elle était accompagnée du moins excellent "M"
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Andiamo tu as oublié le parapluie dans ta description .. Je ne peux pas m'en souvenir mais j'ai des photos d'une petite-cousine dans sa période "zazou":-)

      Supprimer
    7. J'aimerais bien la voir, cette photo moi... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. Comment on fait pour mettre une image dans un comm, ici? J'ai déjà bien du mal à en mettre sur mon blog ;-)
      (Bonne nuit...)

      Supprimer
    9. Il faut que tu la publies chez toi, quelque part, dans un vieux billet par exemple, et ensuite tu me donnes le lien URL de la photo. C'est tout simple...
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    10. Tu peux aussi me l'envoyer par mail... ^^

      Supprimer
    11. Eh Ti Sucre, déjà levée?
      On est encore à aujourd'hui et tu en est déjà à demain....
      Bonne journée et bisous

      Supprimer
    12. On assiste en direct à la jonction de deux espaces-temps...c'est pas si courant.
      Depuis la chanson de jacques Dutronc, qui allait se coucher à l'heure ou paris s'éveille, on n'avait plus vu ça...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    13. Celle qui aime aussi le mimosa23 octobre, 2015 11:14

      En même temps, je regrette un peu l'époque où je faisais autre chose de mes nuits que roupiller.... ou pas :-)

      Supprimer
    14. Ah bon ? je croyais que tu avais une vie trépidante au contraire... :-)

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. des appels téléphoniques tjs dérangeants

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, en pleine rêverie, ça fait mal...si au moins c'était pour m'annoncer que j'avais gagné le yoyo en bois du Japon...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Vian est incontournable!!
    Tout en un: ingénieur, musicien trompettiste chanteur et écrivain poète!!
    cette chanson loufoque est une de mes préférées, j'en ai encore le vinyle.contenant d'autres perles toutes aussi savoureuses!!
    bon dimanche Célestine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah Gudule ! Viens dans mes bras...
      Belle journée ! (pour les escargots)
      Merci pour m'avoir fait découvrir la Licorne...Après Rackham le Rouge, c'était preque logique...
      Kiss
      ¸¸.•*¨*• ☆

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. je suis "presque" réveillée...
      ^^

      Supprimer
  17. Vous y auriez été dans votre élément...comme vous l'êtes ici.
    Brillante mais jamais pimbêche.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'avais jamais remarqué que votre ~L~ représentait un visage à la Cocteau...
      C'est très joli
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Joli billet ... je me dis que tu es déjà libre, puisque tu es une petite étoile terrestre qui apporte de la lumière tout autour d'elle ...
    Bisous poétiques à une muse céleste <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tut mignon ce que tu dis. tant pis si je suis un peu guimauve ce soir mais voilà. Ça me fait du bien.
      Gros kiss
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Elle a raison ta lectrice anonyme , lire tes billets fait du bien ! et tu fais une très jolie muse, le petite (peut-être grande d'ailleurs) fée de la blogo ... bravo continue à nous faire rêver !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cent septante trois centimètres...
      mais j'aime bien que tu m'appelles "petite fée"...
      Bises du soir Daddy
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Le tourniquette à vinaigrette, alors c'est non. Mais pour le bel asporatuer à bouffer les odeurs, tu te laisseras peut-être tenter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et que fais-tu de l'écorche-poulet et de l'efface-poussière ?
      Délicieux, non ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Ah non Célestine !
    Qui tu veux mais PAS Juliette Gréco !
    Un peu de dignité que diable !
    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Seulement si tu me dis pourquoi...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Attention, Célestine, c'est une femme qui te dit ça ! D'habitude, chez toi, on y voit plutôt une liste de pseudos masculins qui te complimentent (lol)
    Mais ça fait du bien, hein.
    Et tout est juste dans ces propos.
    Ce temps "des salons où l'on cause" est un peu révolu mais j'aime bien l'idée, et les grands Hommes ont tous une égérie cachée ou non, même au XXIe siècle !
    Pour ce qui est des comparaisons, je te laisse seule juge (lol)
    Bonne semaine et gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Détrompe-toi ma chère Soène, il y a autant de pseudos féminins...
      mais certains cachent leur jeu (Brin de Broc, Boulgom, Jak, etc...ce sont des filles !)
      Même si je n'ai pas tout à fait compris ce que tu voulais dire, je retiens que c'est positif pour moi.Et je t'en remercie, du fond du coeur.
      Bises swapounette
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. J'aurais bien aimé être ta voisine, rue de Rennes.......belle semaine Célestine

      Supprimer
    3. Oui, il y a comme ça des rêves "littéraires" qui sont agréables pour des filles romanesques...
      Belle semaine à toi,petite Miss, belles vacances avec ton petit koala.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Entre les cuisines muchmul et les salons kiprenenmainnotdos, on a beau les mettre en indésirables, les bloquer,
    ils y en a toujours qui résistent.
    Je me demande vraiment si cela donne un réel résultat tant on est exaspérés.
    Et de surcroit troubler les rêveries de notre Célestine , c’est de l’abus de pouvoir !
    Bref on n’est plus libre ….
    « libre de penser, libre de mon corps, libre de vivre quoi... »

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me dis souvent que les pauvres au bout du fil ne méritent pas qu'on leur parle mal ou qu'on leur raccroche au nez...Mais il est vrai qu'ils tombent souvent comme un cheveu dans la soupe...
      Bises du matin,Jak, merci pour tes mots
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Dire que vous ratez les marchands de vins italiens qui veulent vous vendre du Valpolicella ordinaire au prix du Bourgogne millésimé.

      Et les courtiers en bourses ... J'étais informé en avant première de toutes les baisses d'actions et de cours de toutes les monnaies. A chaque fois qu'un courtier me téléphonait pour me vendre un truc, il se cassait la gueule dans les 72 heures. Comme ce sont des gens qui ont été cloné avec un pot de glu, je t'explique pas la sinécure pour s'en dépatouiller élégamment.
      Un jour j'avais pris le temps d'expliquer pourquoi il fait un métier qui mériterait 10 ans de prison, les fluctuations spéculatives sur le cours de la bouffe qui affame le Tiers-monde, les sans-grades d'Europe qui perdent leur boulot au nom du profit, tout.
      Je lui avais fait découvrir une face du monde qu'il ne connaissait pas. Il m'a écouté, posé des questions et au son de sa voix en bout d'entretien, je suis certain que ce gars s'est cherché un autre job.
      Comme ils sont surveillés et enregistrer, son boss a du savoir pourquoi il tenait un client depuis 3/4 heure et je n'ai plus jamais eu ce genre de raseur.

      Mais j'attends encore un téléphone de Monsieur Macheprot m'expliquant qu'il est en panne avec son ouvre-boite.
      Baci

      Supprimer
    3. Ah si tu vas chercher les valeurs sûres...
      S'amuser au téléphone ça peut être bien. Les gens sont trop sérieux de nos jours...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Un blog que je découvre, intéressant et très personnel comme je les aime.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue Daniel, je te rajoute à mon totem.^^
      A très bientôt
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Ha ma bonne dame, les cuisines, les assurances et à présent les appels anonymes... une bien jolie rêverie que tu as eu et je confirme que ton blog est accueillant et que c'est un plaisir de venir s'y promener... bisous bretons

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui les appels anonymes sont désagréables...
      mais tes commentaires eux, sont toujours appréciés !
      Bizou Brizou
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Bon ben c'est un peu raté tout ça, tu as Mind The Gap comme interlocuteur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais tu as fini de te dévaloriser comme ça, vilain garçon ?
      Toi qui es plein de qualités intrinsèques ...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Ce blog est très agréable, varié et mutin.
    Un must de la piraterie...^^
    Besos ♥
    Jack

    PS: Ah ces pub téléphoniques, toujours au moment des bons repas ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, je prenais le frais sur le pont, "la jambe légère et l'oeil polisson"*, me laissant aller à quelque rêverie, quand un malotru m'a malencontreusement réveillée...Si encore il m'avait proposé quelque promenade sur une goélette, ou quelque tasse de chocolat...Mais que nenni. Un grossier personnage, voilà tout.
      Bises marines
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. * Brassens, hein, je cite mes sources sinon Andiamo va dire que je plagie...^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Il y a déjà bien longtemps, je te disais dans un commentaire que je venais chez toi comme dans un ces salons du temps jadis et je t'ai surprise parce que je lisais tous les commentaires qui sont drôles, riches, émouvants, pleins de malice ou de tendresse. Un salon où il fait décidément bon vivre.....

    RépondreSupprimer
  29. Il y a déjà bien longtemps, je te disais dans un commentaire que je venais chez toi comme dans un ces salons du temps jadis et je t'ai surprise parce que je lisais tous les commentaires qui sont drôles, riches, émouvants, pleins de malice ou de tendresse. Un salon où il fait décidément bon vivre.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je me souviens. Peut-être que lorsque j'ai écrit mon billet, incosciemment, j'ai repensé à ce que tu disais ce jour là...
      En tous les cas, oui, il fait bon vivre dans ce salon-là. Et ta petite fleur bleue me manque quand je ne la vois pas à l'horizon. mais soudain tu es là et tout s'illumine.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. De quoi devenir téléphonophobe.

    Pourquoi ne pas demander l'assistance de Gary Cooper en allant au cinématographe ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une bonne idée, Oncle Joe !
      Pourquoi j'y ai pas pensé ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Mais attention à Allan Lad
      Tu n'es pas un crouton de pain d'accord, mais lui, le sait-il?
      Ti bacio

      Supprimer
    3. Il n'est pas miro, quand même ...
      Moi je suis en sûreté dans mon fauteuil, puisque tu es assis à côté de moi...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Quand je perds quelque chose, je commence par m'énerver, puis j'invoque Saint Antoine de Padoue, le saint qui aide à retrouver les objets. Parfois ça marche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es sûr qu'il est au bon endroit ce com, Daniel ? ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.