lundi 2 novembre 2015

Deux enfants au soleil


Une photo retrouvée par hasard, comme souvent quand je cherche autre chose. Deux enfants blonds au soleil sur le port de Sanary. Ils sourient. Ils ont peut-être dit "ouistiti!".
Mes chéris, mes bébés…
Vous dites ? Accepter l’impermanence ?…Peut-on faire autrement ?
C’est tellement présent en moi, ce moment, que ça m'envahit, que je sens l’iode, l’odeur du café torréfié à l'hôtel de la Tour, j’entends les mouettes et les mâts qui cliquettent. J’aime cette transparence de l’air en bord de mer, le matin, quand la grève toute frémissante de la nuit n’a pas encore cédé devant la foule et l’ambre solaire…Les petits floc-floc des vaguelettes contre les coques. 
Les souvenirs affluent, je pourrais en écrire des pages, mais je vais vous épargner le plaisir de m'étendre à la Marcel. De toutes façons, il paraît que la madeleine, c’était une biscotte…
Impermanence, vous disiez ?

Ils n’ont pas changé en fait. Lui a toujours le sourire généreux du bambin qui voulait sauver les baleines. Elle, toujours son petit air décidé qui lui ouvre toutes les portes. Ils ont juste quelques années de plus. Une somme de bonheur sans nuage comme le ciel de ce jour-là.

¸¸.•*¨*• ☆

82 commentaires:

  1. Joli tableau, tu es une vraie artiste à créer des oeuvres pareilles ;)

    (J'ai déjà garé ma goélette vers Bandol, un coin à pirates...)

    Besos de la nuit ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mon pirate, c'est le chef d'oeuvre de ma vie, crois moi, j'ai pas mieux en magasin, je suis au taquet, là !
      Bandol, j'ai de bons souvenirs, les boutiques sur le front de mer, la plage, et la sortie des boîtes le dimanche matin, à l'aube, et les croissants frais à cinq heures du matin sur le port...mais ça, c'était avant l'oeuvre d'art ...
      Besos
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. "pas mieux en magasin"? En tous cas tu as depuis complété l'assortiment. Si tu oublies le 3e, il pourrait faire du ramdam et se mettre à taper sur tes casseroles...:-)
      Regarde au bout de la plage, j'y ai garé mon camping-car.
      Baci

      Supprimer
    3. Ciel , mais tu me cherches des poux...Bien sûr que je n'oublie pas mon troisième moussaillon, je voulais juste dire que je 'ai rien fait de mieux que mes enfants...
      Bon je te pardonne l'humour poisson, vu que je parle de mer...
      Mais tu mériterais un gage.
      Il est où, le camping car ?
      baci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. De petites merveilles ensOleillées, que je te comprends Célestine.. et quand ces petites merveilles à leur tour auront des "moussaillons".. tu verras ton bonheur sera tout autant immense..radieux. si l'on peut s'exprimer ainsi.... trop beau !
    une douce journée à ne rien faire, comme d'hab.. !
    bisous.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne rien faire ? Je préciserais plutôt "ne rien faire d'ennuyeux, d'obligatoire ou de fastidieux...rien que du bonheur en somme"
      J'espère bien qu'ils me donneront cette grande joie de devenir Mamitine...
      Belle journée à toi
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je voulais dire que parfois les journées sont remplies de choses qui peuvent se révéler être assommantes, contraignantes, nécessaires ou même harassantes...... mais ce n'est pas tous les jours... heureusement... à nous de savoir pratiquer le lâcher prise... hein, hein, Célestine !!
      Tes petits, bien sûr qu'ils te permettront de devenir une jolie mamy heureuse....
      Belle journée en retour.
      Den

      Supprimer
  3. oh les jolis blondinets! bravo Célestine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est ce qui m'a fait le plus drôle quand j'ai retrouvé la photo...Cette blondeur d'enfant, de soleil et d'iode...
      Je ne me souvenais plus qu'ils avaient été si blonds...
      Bises Adrienne
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Bien sûr que c'est beau... deux petits enfants "enfin, c'est surtout (très) magnifique si ce sont les nôtres..." il fait beau le cliché à été pris sur un port, au soleil... tous les symboles sont réunis, c'est beau.

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien quand les gens sont sensibles aux symboles.
      Personnellement, les ports sont pour moi des lieux hautement chargés de sens, c'est le départ, c'est la mer, c'est la liberté et en même temps l'attache.
      Tu as raison, les enfants des autres sont toujours nettement moins beaux ! C'est humain.
      Merci alors de t'être un tout petit peu extasié sur les miens...lol
      Bises grand Bleck

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Absolument, tu sais j'ai passé les 25 premières années de ma vie sur un port. Les fenêtres la porte d'entrée donnaient sur un quai, sur un port authentique avec ses gueules saoules, ses chalutiers fatigués, ses filles de port, ses jeunes types de la Royale en goguette, ses coups de vent à presque ne pas tenir debout... des tonnes de souvenirs.

      Nos deux enfants partageaient la même blondeur... hier.

      Bleck

      Supprimer
    3. Bleck, tu as un talent descriptif exceptionnel. J'aime beaucoup, c'est comme du Zola mais en moins (ch...) long !
      C'était hier, en effet, tant ça file vite, le bonheur, dans le pré...
      Kiss
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Punaise, quand je pense que je dois lire Proust avant Noël...mais dans quelle galère je me suis mise !
    Bisous et bonne semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment dire ? Oui je crois que tu t'es mis dans une galère noire...
      Je fais partie des gens qui en parlent sans l'avoir lu in extenso. Juste quelques morceaux choisis, bien choisis...Mais je me suis toujours dit qu'il avait pris un risque à appeler ça "la recherche du temps perdu" si tu vois ce que je veux dire... hi hi !
      Bon courage quand même, Mindounet !
      Bisous espiègles
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Nos petites têtes blondes....des moments tellement présents, symbole pour moi d' années pleinement heureuses avant que les ombres ne surviennent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous discutions il y a quelque temps de la phrase : " j'aimerais que ça revienne comme avant"...
      Comment certaines personnes peuvent-elles vivre dans cette illusion que les choses
      peuvent revenir ?
      Nous savons bien, que rien n'est jamais, jamais, comme avant, et que la vie est cette pâte mouvante qui se déforme et change sans cesse...
      Bisous célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Ho qu'ils sont beaux ! Moi aussi je tombe souvent sur des photos quand je ne les cherche pas (ce qui prouve mon sens développé de l'ordre) mais je risque pas de tomber sur des têtes "blondes", que des pruneaux chez nous !!! :) Qu'ils soient blonds ou bruns, qu'importe ? Ils nous rappellent que le temps passe trop vite... Quoique...ça peut avoir du bon aussi qu'ils grandissent ! ;) Bises ma belle :)♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout est résumé admirablement (comme toujours)... Tu n'as peut -être pas le sens de l'ordre, mais tu as celui de la synthèse...
      Le temps passe, oui, je cède de temps en temps à ce marronnier des blogs, mais comment pourrait-il en être autrement ? La vie est un nectar qui change de goût, parfois miel, parfois fiel, mais quoi qu'il en soit, il coule toujours trop vite au fond de notre gorge, et c'est pour cela qu'elle se serre parfois...
      Bisous mon p'tit pruneau. Miam, c'est bon, les pruneaux...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Je regarde tes chères tête blondes et pense à deux êtres qui sont partis trop jeunes. Dans mon cœur, dans ma tête et mes yeux fermés il sont aujourd'hui tel qu'ils étaient . Les années n'ont aucune emprise sur eux et pourtant je leur parle comme s'ils avaient vieilli. Bon, j'arrête là ma séquence émotion et vais faire de la pâtisserie. Puisque tu aimes les madeleines , je t'attends à l'heure du thé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas de qui tu parles mais je compatis à ta peine.
      Ah...les madeleines...quand elles sont maison, c'est divin.
      Des gâteaux en forme de coquillage, tu penses...
      Allez, j'arrive. :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. On devine une maman attentive à l'harmonie des vêtements ... non, non, ce n'est pas anodin !

    Outre, la beauté de tes deux enfants, je focalise sur la main du grand frère, tenant "presque" la main de la petite soeur... Comme une guidante libre, une protection ajustée, une affection venant du coeur....

    L'amour est une vertu d'enfance dans l'adulte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien de ce que tu dis n'est jamais anodin, cher Alain.
      L'harmonie des vêtements n'est qu'une composante de mon goût pour l'harmonie tout court.
      Il faudra que j'écrive un billet là-dessus...et pourquoi la dysharmonie m'arrache à la fois les oreilles et le coeur.
      Pour ce que tu dis de mon aîné tenant doucement la main de sa petite soeur, le souvenir me revient qu'il n'était pas très rassuré de la proximité des eaux noires et huileuses du port. Il tenait son rôle d'aîné avec beaucoupde sérieux et de coeur, et tu as raison, c'était de la protection bienveillante...déjà... il est comme ça, mon fils aîné, et là, ça me saute aux yeux, depuis toujours...Un grand coeur plein d'amour.
      Bon j'arrête avant de verser ma larmichette.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Pardon madame, j'avais oublié un -s- à têtes blondes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est déjà très bien de t'en être aperçue !
      Bravo mon enfant, je te mets 10/
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Si tu crois que c'est te voir citer Marcel qui va me faire commenter, tu te fourres le doigt dans l'œil (que tu as aussi joli que tes blondinets) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais citer Lamartine alors...
      Un seul être vous manque...etc...etc..gna gna gna...
      N'empêche, t'es venu.
      :-P

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Réponses
    1. Ah...Flipperine, tu es mon sourire du matin... Si tu n'existais pas, je t'inventerais tiens...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Oh ! comme ils sont mignons ! Et le grand frère semble très protecteur ! Sont-ils toujours aussi blonds?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et non, ils ont perdu cette blondeur de l'enfance qui faisait se retourner les gens dans la rue en se demandant si c'était bien moi qui avaient pu les faire, avec mes cheveux bruns...Heureusement que les yeux ne trompent pas, eux...
      Oui le grand frère était très attentif à sa petite soeur...
      Bisous mammilou, belle journée
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Hello Mother Cel. Si je travaille sur Father and son ce Mother and son and daughter a trouvé le chemin de mon coeur. Je t'embrasse and I miss you. ATTB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Father and son...excellent choix.
      kiss you too
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Il était une fois deux petits bouts de chou… dont un taurillon prenant la belle reine Margot, par la main et lui disait : on pique une tête ma reine?
    Il est vrai que, les souvenances les réminiscences reviennent garnir, embellir, notre présent car nous gardons en nos mémoires les traces indélébiles du cheminement de notre vie et particulièrement de ce qui nous avait ébloui mais aussi de ce qui nous avait fait souffrir.
    La beauté de l’impermanence est de vivre le présent, de se détacher du passé, non s’en désintéresser ou y être indifférent.
    Demain, le présent façonné par l’impermanence sera le passé et les souvenances nous raconteront tout, tout, tout….il était une fois, une petite escouade de blogueurs z’amoureux d’un loft story qui ….. !
    Bises de merveille des bouts de chou.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est mignon, une petite escouade de blogueurs...
      J'aime bien la sagesse de tes mots. Le passé est présent en moi, je n'en suis pas nostalgique, mais je le regarde avec bienveillance car il m'a constituée comme je suis devenue.
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. "C'est une chose étrange à la fin que le monde": On n'est pas encore sorti de nos doutes et de nos réflexions. Ah! Jean d'Ormesson, ce grand écrivain qui a encore écrit un autre roman pour boucler la boucle, et pour nous laisser encore plus dans le doute: "Un jour je m'en irai sans en avoir tout dit". La vie ici bas est plus qu'étrange.

      Supprimer
    3. ...tout ça pour dire que le passé, le présent , le futur , c'est le même temps conjugué à chaque moment de notre vie!!

      Supprimer
    4. J'avais beaucoup aimé ce livre, que j'avais dévoré en quelques heures.
      Une belle réflexion, profonde, d'un homme sur les mystères de la vie.
      le titre est un vers d'Aragon, tiré d'un magnifique poème.

      Que la vie en vaut la peine

      C'est une chose étrange à la fin que le monde
      Un jour je m'en irai sans en avoir tout dit
      Ces moments de bonheur ces midis d'incendie
      La nuit immense et noire aux déchirures blondes.

      Rien n'est si précieux peut-être qu'on le croit
      D'autres viennent. Ils ont le cœur que j'ai moi-même
      Ils savent toucher l'herbe et dire je vous aime
      Et rêver dans le soir où s'éteignent des voix.

      D'autres qui referont comme moi le voyage
      D'autres qui souriront d'un enfant rencontré
      Qui se retourneront pour leur nom murmuré
      D'autres qui lèveront les yeux vers les nuages.

      II y aura toujours un couple frémissant
      Pour qui ce matin-là sera l'aube première
      II y aura toujours l'eau le vent la lumière
      Rien ne passe après tout si ce n'est le passant.

      C'est une chose au fond, que je ne puis comprendre
      Cette peur de mourir que les gens ont en eux
      Comme si ce n'était pas assez merveilleux
      Que le ciel un moment nous ait paru si tendre.

      Oui je sais cela peut sembler court un moment
      Nous sommes ainsi faits que la joie et la peine
      Fuient comme un vin menteur de la coupe trop pleine
      Et la mer à nos soifs n'est qu'un commencement.

      Mais pourtant malgré tout malgré les temps farouches
      Le sac lourd à l'échine et le cœur dévasté
      Cet impossible choix d'être et d'avoir été
      Et la douleur qui laisse une ride à la bouche.

      Malgré la guerre et l'injustice et l'insomnie
      Où l'on porte rongeant votre cœur ce renard
      L'amertume et Dieu sait si je l'ai pour ma part
      Porté comme un enfant volé toute ma vie.

      Malgré la méchanceté des gens et les rires
      Quand on trébuche et les monstrueuses raisons
      Qu'on vous oppose pour vous faire une prison
      De ce qu'on aime et de ce qu'on croit un martyre.

      Malgré les jours maudits qui sont des puits sans fond
      Malgré ces nuits sans fin à regarder la haine
      Malgré les ennemis les compagnons de chaînes
      Mon Dieu mon Dieu qui ne savent pas ce qu'ils font.

      Malgré l'âge et lorsque, soudain le cœur vous flanche
      L'entourage prêt à tout croire à donner tort
      Indifférent à cette chose qui vous mord
      Simple histoire de prendre sur vous sa revanche.

      La cruauté générale et les saloperies
      Qu'on vous jette on ne sait trop qui faisant école
      Malgré ce qu'on a pensé souffert les idées folles
      Sans pouvoir soulager d'une injure ou d'un cri.

      Cet enfer Malgré tout cauchemars et blessures
      Les séparations les deuils les camouflets
      Et tout ce qu'on voulait pourtant ce qu'on voulait
      De toute sa croyance imbécile à l'azur.

      Malgré tout je vous dis que cette vie fut telle
      Qu'à qui voudra m'entendre à qui je parle ici
      N'ayant plus sur la lèvre un seul mot que merci
      Je dirai malgré tout que cette vie fut belle.


      Bises épantelées
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. Quelle merveilleux poème, tout est là, tout est dit et qui se termine par : "Je dirai malgré tout que cette vie fut belle."Ce poème est à apprendre par coeur et le mettre à son chevet. Merci Céleste

      Supprimer
    6. C'est un hymne à la vie d'une beauté céleste.
      Baci Sorellita

      Supprimer
    7. C'est un des plus beaux poèmes que je connaisse...
      merci mes amis.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. Waooh ! Magnifique !
      Un poème dont j'ignorais l'existence, qui me laisse pantois et sans contenance.

      Merci pour cette découverte.

      Supprimer
    9. Eh bien, moi qui pensais que tout le monde le connaissait...
      J'aurais dû en faire un billet !
      Merci pour cet enthousiasme qui me touche, Pierre.
      Comme ce poème me touche, énormément.
      Tu comprends peut-être mieux d'où me vient mon goût de la vie malgré tout...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Je brasse aussi des photos en ce moment et beaucoup font surgir des moments agréables...
    Bonne journée dame de là-bas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas de Haute Savoie, mais il y a quand même des étoiles qui courent autour de mon chalet de bois...
      Bises cabreliennes

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. L'espace d'un clic, l'espace d'un clac... Un joli fash back ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pensais que c'était fait exprès... "fâche back"... :-)
      mais pourquoi aurais-tu été fâché ?
      En même temps, un petit clic vaut mieux qu'une grande claque...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Quels beaux enfants !
    Toi aussi tu as entendu parler de la biscotte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'ai entendu parler de cette édition des manuscrits de Proust aux Editions des Saints Pères...
      Merci, ton grand et ta poulette n'ont rien à leur envier...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Oui, Quels beaux enfants et tellement blonds!! J'ai composé un album pour les 40 ans de mon grand et j'avoue avoir eu le cœur serré plusieurs fois en parcourant sa vie.... je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, les albums souvenirs me font toujours l'effet nostalgique d'unepub pour la CNP...
      Le tourbillon de la vie, quoi...
      Bizou Brizou
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. C'est étrange en effet combien une photo contient de "présent", de temps présent, bouillonnant de présence,de bruits,d'odeurs, de sensations. Ce n'est parfois pas un "souvenir" mais une réelle immersion dans le passé, ou c'est lui qui pour un instant bouffe notre présent. La photo est un merveilleux support pour cet exercice de ... voyance en arrière. J'adore.

    Quels beaux enfants. Je suis certaine qu'en effet, ils n"ont pas changé!

    Baci :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais que tu es une grande amoureuse des photos de ta vie, et que tu sais en tirer des textes étonnants, jubilatoires et très "présents". C'est tout ton talent de conteuse magnifique, Edmée. Voyance en arrière, c'est sympa comme expression !

      ***
      Non, ils n'ont pas vraiment changé, à part la taille, la pointure, la couleur des cheveux...
      Baci ragazza

      Supprimer
  21. C'est ce que je dis souvent, la plus belle chose que j'ai faite dans ma vie, ce sont mes fils ! :-)
    Bises, Célestine.

    RépondreSupprimer
  22. Tiens, là je crois entendre ma mère....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je ne peux pas le dire tout à fait comme ça.
      je dirais plutôt :
      La plus belle chose que j'ai faite, dans ma vie, ce sont mes deux fils...et ma fille !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Ce n'est pas facile de passer derrière Célestine et Aragon réunis !
    La photographie arrête le temps. Ce sont des strates indépendantes, des périodes qui s'ajoutent. Le bleu, le rose et Guernica c'est toujours Picasso. Il n'y a que les bateaux qui vieillissent, non, si on fait le bilan.

    Mais doit-on le faire ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On finit toujours par le faire...mais moi je serais assez pour mourir en bonne santé, le plus tard possible. Alors ne nous bilons pas pour le bilan...
      Bises cher oncle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. J'ai vu les p'tits , attendrissant ! Sanary ... ah j'y étais la semaine dernière ! J'ai lu le poème , très beau !
    C'est toujours intéressant de venir chez toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Daddy !
      Le poème a du succès, mais je comprends pourquoi...
      C'est un hymne à la vie.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Comme je te comprends !

      Je me suis toujours demandé, lorsque je tombe par hasard ?, sur une photo remplie de merveilleux souvenirs, pourquoi aujourd’hui ? À cet instant T.

      N’étais-je pas en dedans de moi à la recherche de ce moment, à jamais dans le lointain- et pourtant si vivace que j’en ressens encore la suavité présente. Et cette photo alors, sait si bien embaumer mon cœur et ensoleiller ma journée.
      Je t’embrasse

      Supprimer
    3. Il n'y aurait pas de hasard ?
      Quoi qu'il en soit, on peut se poser la question de "pourquoi les choses arrivent à ce moment-là"...
      Et tirer les leçons de la vie.
      Bisous ma Jak, ton commentaire est plein de sagesse. Merci.

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. il est bon parfois de feuilleter nos albums. Tes 2 "vikings" sont adorables

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et vous n'avez pas vu le troisième !
      (J'écris ça au cas où il lirait ce billet, même s'il y a à peu près autant de probabilités que d'aller me poser sur la lune)
      Bises chères bestioles
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. C'est bon de garder les beaux souvenirs en figeant une image, un visage par un appareil, mais parfois un regard furtif mais attendrissant, saisissant et angélique peut rester gravé tout le long de la vie aussi limpide qu'un visage vu dans l'instantané du moment présent.
      Je garde encore à aujourd'hui le souvenir du sourire,un soir, d'une petite sœur âgée d'un printemps, qui au matin avait rejoint le soleil éternel. Je me dis chaque fois que je la remémore, pourquoi m'avait-elle fait un sourire avant de prendre la voie du ciel, et pourquoi ce sourire était photographié d'une manière aussi indélébile. Énigmatique que ce monde.

      Supprimer
    3. Ta vie et celle de ta maman ont été frappées par deux disparitions d'êtres chers, si je comprends bien.
      Ça fait beaucoup pour un seul homme et une seule mère...Je compatis.
      Oui la vie est une énigme, heureusement elle est passionnante quand on sait en garder le meilleur.
      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. @ Céleste et Bizak
      Parce qu'un enfant de cet âge est encore directement relié au sacré (à cette part inconsciente de nos individus que certains appellent l'âme et que je ne sais pas trop comment définir pour ne pas utiliser un verbiage religieux). Cette enfant savait donc où elle allait et n'en avait pas peur. Je trouverais ça plutôt rassurant pour le dernier épisode et j'espère Bizak que tu puisses avoir la vision de ce sourire lorsqu'il faudra rendre les armes. Mais pour ça, prends ton temps, rien ne presse et comme on dit en italien:
      Che va piano va sano et che va sano va lontano.
      la raccomandazione è anche per te Céleste
      Baci

      Supprimer
    5. @Céleste: En réalité, même de perdre un seul être chéri, c’est déjà beaucoup trop.
      @ Blutchiamo: Tes mots sont éminemment justes, mon ami. Et ce que je retiens encore de ce sourire, c'était quand ma mère qui tenait l'enfant, m'avait dit en souriant, elle aussi : "tu as vu Bizak, elle t'a fait un sourire". Oui les enfants, c'est sacré, il faut les protéger et la fée Céleste sait le faire.
      Bisou à vous deux.

      Supprimer
  26. Evidemment que même un, c'est déjà trop... j'en sais quelque chose ...
    Vous avez un peu fini de m'émouvoir tous les deux ? :-)
    ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heu oui, là c'était le quart d'heure "sentiments à fleur de peau".
      Oui d'accord, tu es toujours ainsi. Tu dois alors être contagieuse, parce que les mecs, c'est bien connu..... Oui, en effet pas tous et là ça ne marche plus de rouler les mécaniques.
      Ti bacio Sorellita

      Supprimer
    2. J'aime bien quand tu mélanges les sujets de mes billets...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Le commentaire est-il vraiment pas à sa place aussi ici?
      Ti bacio

      Supprimer
    4. Bien sûr qu'il l'est...Je suis une et indivisible, et en plein marronnier existentiel...
      De la à dire que tous mes billets se ressemblent, je ne dirais pas cela, disons que je me ressemble dans chaque billet. Enfin, j'essaie...
      Ti bacio forte
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. Ben comment ne pas être toujours soi lorsqu'on est authentique...
      Ti abbracio e ti voglio bene

      Supprimer
  27. Ooooh les jolies petites bouilles toutes dorées , j'ai envie de les chatouiller et de faire une bataille de bisous. J'aime voir mon fils grandir et progresser mais parfois je voudrais arrêter le temps. Tu as écris un très joli billet tout en pudeur sur ce lien indescriptible entre une maman et ses enfants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci miss Zen, j'ai tellement aimé être une maman...
      Et j'adore, maintenant, aller visiter d'autres petites mamans, comme toi, juste pour continuer le lien, le petit fil d'or qui relie les mamans du monde...
      Bises émues
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Très jolie photo! Du passé, il ne faut garder que les bons moments et oublier les mauvais (mais dans le cas d'êtres chers disparus trop jeunes, c'est plus facile à dire qu'à faire...). Profitons des petits bonheurs du présent sans trop penser à l'avenir (même s'il est bon d'avoir des projets). Bon week-end Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Petit belge pour ta visite qui me fait toujours plaisir, même si elle se fait plus rare.
      Ta philosophie de vie me plaît bien...
      Passe un bon week-end toi aussi.
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.