samedi 14 novembre 2015

Le repos du guerrier

Afficher l'image d'origine

Sous-titre :
Lettre à l’Homme avec une grande hache.
Attention billet polémique, ringard, caricatural, misanthrope, féministe, plein de gros mots, de mauvaise foi, de schématisation abusive et d’idées préconçues. Mais faut que ça sorte.

Qu’est-ce qui a changé, dites-moi, depuis la nuit des temps ? Je suis dans une colère ! Comme jamais. Je sais bien que la colère est mauvaise conseillère…Mais bon. Dites moi ce qui a changé, par exemple,  depuis le 24 août 1572 ?
L’homme est toujours aussi con, et quand je dis l’homme, pour une fois, je veux vraiment dire l’homme, parce que la femme, elle, n’a pas tellement droit à la parole depuis la nuit des temps, malgré quelques tentatives de lui donner ça et là l’illusion qu’elle a les mêmes droits que l’homme. Alors, oui, il y a de fortes femmes, et puis les Amazones, oui je sais…Madame Thatcher, Catherine de Médicis…ne dit-on pas d’elles, d'ailleurs,  qu’elles "en avaient" ?
Mais généralement, quand homme décide de partir en guerre, femme n’a plus qu’à se taire. Qu’est-ce qui a changé depuis un long dimanche de fiançailles ?
L’homme avec ses couilles, ses biscottos, sa putain de testostérone, son envie d’en découdre, et son besoin d’imposer à l’autre sa façon de penser, ses coutumes, son clocher, mais quand est-ce qu’il va s’arrêter de monter sur ses ergots, de se monter le col, de pisser sur ses frontières pour marquer son territoire, de hooliganiser la terre ? Quand est-ce qu’il va arrêter de mourir et surtout de faire mourir les autres pour ses idées à la con ? Quand sortira-t-on de ce schéma fatal, la femme donne la vie, et l’homme dispense la mort…
Alors je sais bien, vous n’êtes pas comme ça, vous, mes chouchous chéris. Vous êtes paisibles et vous revendiquez « votre part de féminité » ce qui veut déjà tout dire. Il y a parmi vous des doux, des poètes, des démocrates, des pacifistes, des humanistes, des mécènes, des bienfaiteurs de l’humanité. De gentils pères de famille, des amoureux, des musiciens. Vous, vous savez  garder en respect votre cerveau reptilien. Même si incidemment, si un connard vous fait une queue de poisson en bagnole, vous avouez qu’il peut ressortir. Parce que vous n’allez tout de même pas vous laisser péter les burnes par un abruti ! Même si, incidemment, vous retrouvez vos instincts de guerriers dans les tribunes d'un stade de foot. 
Autour de moi, il y a des hommes merveilleux. Je sais qu'ils comprendront ma colère.Il y en a qui parlent de paix, d’amour, de fleurs et de papillons. Mais depuis la nuit des temps, les prend-on au sérieux ? Non…on les attache dans un arbre avec les cordes de leur viole de gambe. On les traite de femmelettes ou pire. Ou alors, on les emprisonne. Parce qu’ils gênent. Genre Pablo Neruda. Gandhi. Mandela.
Et nous, les gonzesses, qu’est-ce qu’il nous fait faire, notre cerveau reptilien ? D’abord on essaie de dissuader les hommes de se battre. Mais ça ne marche pas souvent. Alors, on tremble pour nos pères, nos époux, nos fils, nos frères, nos amis, on pleure avec nos mères, nos soeurs, nos filles, nos amies, (de vraies pisseuses) on pleure beaucoup, tout le temps, ça vous énerve mais ça nous fait du bien,  ensuite on panse vos plaies, tout en tritouillant le feu pour ne pas qu’il s’éteigne, et en surveillant les mioches du coin de l’œil, pour qu’ils ne se blessent pas en jouant avec les sagaies de papa.
Voilà. Qu'est-ce qui a changé ?

Quand les femmes  parlent d’amour, de paix, de fleurs et de papillons, les hommes écoutent poliment, et repartent au combat. Faut reconnaître que la guerre, c’est plutôt une boisson d’hommes. C’est du brutal. On n’y comprend pas grand-chose, nous, qui sommes depuis toujours le repos du guerrier.
Quand l'amour changera-t-il le monde sans que cela paraisse une utopie?

121 commentaires:

  1. J attendais ton billet. Je partage ta colère. Mais je ne peux que constater avec dépit que parmi les "pleureuses", il y a aussi une pléthore de connes qui sniffent la testostérone et crient à mort avec les loups.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai prévenu. C'est un cri du coeur. Il est discutable. Et il n'engage que moi.
      Mais c'est ce que j'ai ressenti. Une immense colère due à un amer constat.
      Le grand Leo Ferré disait que " le bonheur, c'est du chagrin qui se repose."
      Hélas, force est de constater que la paix, ce n'est que la guerre qui fait des pauses.
      Ça ne s'arrêtera jamais.Et si les femmes s'y mettent, c'est le début de la fin.
      Bisous ma Myo.
      ¸¸.•*¨*• ☆



      Supprimer
    2. Hélas, non, ça ne s'arrêtera jamais, parce que c'est ainsi depuis toujours, je crois que c'est inscrit dans les gênes humains... Myosotis dit vrai, la guerre, ce n'est plus seulement une affaire d'homme, bien des femmes s'y rallient. Je pense que les femmes ne sont pas toutes des pleureuses qui parlent d'amour et de petits papillons, loin de là... Oui, tu as prévenu, ton texte est polémique, tout ce que tu veux, mais c'est ton ressenti du moment, et je le comprends tellement. Nous sommes avant tout humains, et la colère peut aussi engendrer de bonnes choses, crois-moi.
      Pour aujourd'hui, je ne peux que te donner un bisou. Allez, deux bisous. haha

      Supprimer
    3. Merci pour ton courage d’indignation .....L’utopique idée de l’amour qui changera le monde, hélas reste une utopie…..le massacre de la St Barthelemy ….éternel recommencement, On pourrait penser que la barbarie existait et que la civilité n’était pas toujours à l’ordre du jour, à cette époque, las, on en est au même point aujourd’hui,
      Je m’associe à ta révolte.

      Supprimer
    4. Je sais bien , c'est caricatural, les femmes ne sont pas toutes douces et les hommes pas tous belliqueux. Mais quand même, observons l'histoire de l'humanité: si les hommes ont maintenu les femmes longtemps au "foyer" au sens propre, c'est à dire à surveiller le feu, et torcher les mioches, il y a bien une raison à cela. L'homme a décrété que le travail d'homme c'était de se battre, et que la femme faisait les enfants et la bouffe et le ménage. La domination patriarcale était voulue, elle se prolonge encore, justement dans ces pays qui s'enflamment, cette guerre idéologique n'a de but que de rétablir des "valeurs ancestrales" véhiculées par les religions monothéistes, et les intégristes de tout poil, c'est cela qu'ils défendent.

      Alors, évidemment, on n'a pas vu beaucoup de femmes sur le terrain depuis les champs catalauniques.
      Elles restaient à l'arrière pour faire tourner la baraque.
      Alors, évidemment, une société plus juste et plus humaniste passe par une libération des femmes. Mais si, en se libérant, les femmes n'ont qu'une idée, c'est de faire enfin comme les hommes et d'étriper leurs voisins, eh bien, c'est vraiment très triste...

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. C'est sûr que si le monde avait été dirigé par des femmes, depuis tous ces siècles, il aurait été différent... La femme a dû la fermer, être reléguée aux tâches ménagères, rester derrière, contenue, comprimée, écrasée, étouffée... mais au fond, on ne peut pas dire avec certitude que le monde aurait été plus beau avec elle en première ligne. On peut juste dire qu'il aurait été différent.

      Supprimer
    6. Non, on ne peut pas le dire avec certitude, parce que cela ne s'est jamais fait. Quand on pense que ces prétentiards d'américains, qui donnent des leçons au monde entier, n'ont encore jamais réussi à s'élire une présidente...et ne parlons pas de nous, les champions des droits de l'homme...
      Si on commençait un peu à donner l'exemple ?
      Le monde sera plus beau quand il ne sera plus dirigé par personne en particulier.Quand chacun apportera sa lumière, homme ou femme, sans distinction de...rien.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    7. C'est clair ! Mais on est loin de ça...
      Le pouvoir n'a ni sexe, ni âge, ni origine... une fois qu'une personne la détient, homme ou femme, jeune ou moins jeune, dans quelque domaine que ce soit, etc., pourquoi faut-il toujours qu'il y ait, à un moment ou un autre, (au moins) un peu d'abus de sa part ?!

      Supprimer
    8. C'est humain, peut-être, nous dira-t-on ?
      On ne sait pas, on n'a pas le pouvoir.
      Mais celui que l'on a, le pouvoir de faire naître un sourire dans le coeur des gens, celui-là, personne ne peut nous le prendre, et il nous rend bons, et il nous fait du bien...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    9. Je resterai sur ce sourire, alors, ce pouvoir de semer aussi du bon, on en a tellement besoin ! Merci.

      Supprimer
    10. Merci pour tes participations au débat, Nhand.
      Au plaisir de te revoir, ici ou là.

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Juste pour que tu saches que je t'ai lue
    je t'ambr'asse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, je t''Ambrasse ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. J'ai eu Célestine à connaitre ton sentiment de révoltée quand mon pays était déchiré par ses djihadistes de malheur. J'ai vu des amis emportés lâchement par la noirceur des hommes, des extrémistes, des fous de Dieu, j'ai essuyé les larmes des filles à mes amis disparus. Je n'ai jamais abdiqué. J'ai vu des filles enlevées, violées, égorgées, disparues et j'ai vu les pleurs des pères sans parler des mères éplorées. Je n'ai pas abdiqué. Je veux juste ici, dire que seule la société, le peuple français a les moyens, le courage, la volonté de contenir ces fous. Qu'ont fait les innocents pour payer la politique des politiciens, des Buschs and co avec leurs politiques mafieuses où ils n'avaient rien épargné pas même les innocents.
    Je rêve d'un monde où la paix règne, où je peux voyager sans visa, où je ne connaîtrais pas de frontière. Oui, je suis un utopiste, mais j'y crois..je dois croire, non déplaise à ces zombis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh comme tes paroles d'espoir me font du bien...
      Je ne peux m'empêcher de laisser couler mes larmes en te lisant.
      Car moi aussi, j'y crois.
      Merci cher utopiste.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. La colère est parfois salvatrice. Eh puis un bon coup de gueule, même s'il hélas ne change rien, ne peut pas faire de mal ! De plus ça soulage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais besoin de l'exprimer.
      Merci d'être passée, ça me fait plaisir de voir que tu me lis toujours...
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Oui je suis là et te lis régulièrement !!!
      Bises.

      Supprimer
  5. J'ose espérer que parmi les hommes continueront de s'élever, génération après génération, de plus en plus nombreux, "d'autres hommes" qui n'ont qu'une envie : montrer un autre visage du masculin. Des hommes qui ne se sentent plus guerriers mais, à l'égal des femmes, des êtres avides d'amour, soucieux d'égalité et de respect, d'entraide et d'écoute. Des hommes porteurs du meilleur de l'humanité. Car les "guerriers" archaïques, fanatiques de violence et de combat, testostéronés du bulbe, blessent toute l'humanité en cherchant à maintenir des logiques d'affrontement et de puissance, que ce soit au nom d'une religion, d'un pays, d'une identité, d'un honneur familial, d'un profit maximal ou je ne sais quelle autre foutaise obscurantiste et régressive.

    Bises d'un frère en humanité

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, Pierre, c'est en pensant à des hommes comme toi, et au fait que mes propos pourraient les blesser, que j'ai voulu préciser mon propos en préambule, et tu le fais encore mieux que moi.
      J'aurais envie de publier ton texte à la suite du mien, tant il en est la conclusion apaisée qui manquait à ma colère...
      Oui, j'ai cet espoir, et je ne lâcherai pas, comme Bizak, je n'abdiquerai jamis de mon idéal de paix et d'amour. Jusqu'à ce que l'on ne me regarde plus comme une douce rêveuse illuminée, mais comme une soeur d'humanité.
      Le mouvement hippie amorcé dans les années soixante-dix a été dézingué par les testostéronés du bulbe, parce qu'il représentait une réelle menace pour les vendeurs d'armes et les marchands de mort. Tu te rends compte, si tout le monde se mettait à faire l'amour, et pas la guerre ?
      Alors on a parlé d'eux comme de joyeux lurons aux cheveux longs, aux idées courtes et aux cerveaux un peu fracassés par le cannabis. Et on a enterré leur message de paix parce qu'il dérangeait l'économie du monde.
      mzis un jour viendra...un jour couleur d'orange...

      Bisous apaisés
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Quand les hommes vivront d'amour…
      https://www.youtube.com/watch?v=cZfDRQ_kKOw

      Supprimer
    3. Oui, nous serons morts, mon frère...mais ça vaut le coup d'essayer, pour nos enfants et leur descendance...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Hier soir, j'ai laissé parler mon cerveau reptilien...mais j'étais seule et je suis une femme, alors...
    J'ai la haine (nous sommes beaucoup je pense).Tous les jours, j'eleve mes enfants dans le respect des règles, de son prochain, de leur sensibilité...mais qu'ai-je donc fait? Me serai-je tromper à ce point? Et bien depuis hier soir, j'hésite!
    Dans quel monde les ai-je parachutés? Je ne leur ai donné guère d'armes comme je publiais jeudi! Alors quoi?! Changer le fusil d'épaule? Je suis en colère, anéantie et perdue...et je n'étais pas à Paris...
    Je t'embrasse, chère fée

    RépondreSupprimer
  7. Comme tu es jeune, je suppose que l'expression "J'ai la haine" veut dire "Je suis en colère".
    car justement, c'est la haine qui fait en arriver là, la haine de l'autre, la haine de la différence, la haine de ce que l'autre a et que l'on n'a pas.
    Seul l'amour pourra sauver le monde, j'en reste convaincue.
    L'amour que tu donnes à tes enfants, c'est la meilleure arme. Il n'y en a pas d'autre.
    Continue à les élever dans le respect, l'espoir, les valeurs humaines, et l'mour du prochain.
    Il n' y a que certains malfaisants qui feront passer tous ces mots admirables pour des gros mots. Ou des utopies irréalisables.
    Mais si nous ne leur donnons pas le relais, qui le fera pour nous?

    je t'embrasse fort, ma luciole.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  8. J'ai lu. C'est un cri du coeur et de l'émotion.

    Je n'ajouterai rien d'autre, pas envie de polémique moi qui aime tant ça sur les sujets à deux balles, je retourne à la cuisine et j'ai ma salle d'eau à nettoyer...

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu as compris que je ne parlais pas des hommes comme toi, Bleck.
      Pour toi, je te recopie le message de Pierre, qui te fera comprendre en quelle estime je te tiens, toi qui es un homme d'amour pour celle qui partage ta vie, et les femmes en général.

      "J'ose espérer que parmi les hommes continueront de s'élever, génération après génération, de plus en plus nombreux, "d'autres hommes" qui n'ont qu'une envie : montrer un autre visage du masculin. Des hommes qui ne se sentent plus guerriers mais, à l'égal des femmes, des êtres avides d'amour, soucieux d'égalité et de respect, d'entraide et d'écoute. Des hommes porteurs du meilleur de l'humanité. Car les "guerriers" archaïques, fanatiques de violence et de combat, testostéronés du bulbe, blessent toute l'humanité en cherchant à maintenir des logiques d'affrontement et de puissance, que ce soit au nom d'une religion, d'un pays, d'une identité, d'un honneur familial, d'un profit maximal ou je ne sais quelle autre foutaise obscurantiste et régressive."

      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Bien évidemment que je me sens exclu de la description des "hommes" de ton billet.

      Bleck

      Supprimer
  9. Moi aussi je t'ai lue, Célestine. Tous les hommes ne sont pas des barbares, et nos visiteurs le prouvent. Il faut garder espoir en l'humain, et ce n'est pas la haine qui arrangera quelque chose. Je suis moi-même tellement abasourdie que je n'ai trouvé que le silence pour m'apaiser aujourd'hui.
    Je t'embrasse fort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je garde espoir, et je sais que les hommes qui viennent ici sont tout sauf des barbares.
      Je les aime tellement, et je crois tellement à la force de l'amour.
      Moi ce qui m'apaise, c'est de mettre des mots sur mes ressentis, et pouvoir partager ces mots.
      Chacun sa façon d'encaisser le choc.
      Ma porte est ouverte à tous ceux qui ont envie de venir déposer un petit mot.
      Moi aussi je t'embrasse très fort.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Quand on voit l'agressivité, le regard de tueuse, l'obscénité, l'abjection, et autre qualités humaines d'une Madame Marine Le Pen, et d'une Marion Maréchal Le Pen qui est encore bien pire qu'elle !!
    Quand on voit l'augmentation phénoménale de la violence féminine d'adolescentes en bandes organisées (En Europe, aux USA, au Canada),
    Quand on voit que désormais 25% des vols violents sans arme contre des femmes sur la voie publique et les lieux publics sont le fait des filles. (belle solidarité féminine !)
    Quand on voit que l'an dernier 7 000 jeunes filles furent mises en causes dans des affaires de violences dites « gratuites ». (large augmentation !...)
    et j'arrêterai là une énumération qui pourrait être plus longue...

    On peut s'interoger sur nos évolutions dites sociétales et le rôle déclinant de la femme pour un monde de paix....
    Depuis que la femme a "décidé de jouer à l'homme masculin" dans tous les secteurs (conséquence d'une conception d'un certain féminisme dégénéré, en plein essor), que les patrons de la finance considèrent que dans ce domaine les femmes sont meilleures "tueuses" que les hommes,
    je ne cesse de me demander si la Femme (collective) avance dans la bonne direction ...
    Elle sera bientôt l'égale de l'homme... dans la violence à tous les étages....
    Nous progressons dans l'égalité, c'est évident...

    Observons que plus personne, dans la classe politique, (même pas les femmes gouvernantes) n'a encore parlé pour dire que l'on ne fera jamais la Paix avec la Guerre....
    Passe encore que les hommes aient le gout du la poudre à la bouche et la gâchette facile, mais si la femme ne répond plus présente à l'engagement en faveur de la Paix, ferme sa bouche sur ces sujets, et cautionne l'escalade de la violence, alors notre Civilisation occidentale ferait mieux de disparaitre...
    Auquel cas, La Femme n'est plus l'avenir de l'Homme....

    (moi aussi je sais polémiquer......)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as parfaitement raison. Je n'ai pas dit non plus que toutes les femmes étaient des anges de douceur.
      Mais en fait tu vas dans mon sens.
      Puisque quand les femmes imitent les hommes, elles deviennent violentes...
      Bisous de paix
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. *Quand elles imitent les hommes dans tout ce qu'ils ont de plus vil, devrais-je préciser...
      parce que, si je me mettais à t'imiter, par exemple, je ne serais qu'amour... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Non, pas "que" .... ! Puisque j'ai aussi ma part violente comme (à mon humble avis...) chacun/e de nous ...
      En quelque sorte la Paix est un combat....
      Un combat contre nos peurs viscérales de la différence ....
      Que l' "étrange-étranger" se décide à nous "ressembler" et nous ferons la paix....
      Un combat personnel en premier, collectif ensuite...
      Mais c'est si grisant la guerre..... Ça donne des héros à nos patries....

      Je serai de toi mon héroïne pacifiante... :-)

      Supprimer
    4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    5. "je ferai" pas je serai ...
      Quoique ....

      Supprimer
    6. Peut-être qu'une de mes composante (due sans doute à une part d'enfance irrésolue) c'est que je n'ai pas peur de l'étrange étranger...
      Peut-être que je crois au fond de moi qu'il y a quelque chose de bon au fond de tout être humain? Je vais vers l'autre, au-delà des préjugés, et je le prends pour ce qu'il est.
      peut-être que parler d'amour ça a son petit côté Messie bisounours hey brother, aimez-vous les uns les autres. Mais moi j'y crois.
      Peace and love, désolée, ça me grise plus que la guerre...

      Mais ta dernière phrase, avec ou sans lapsus, je l'aime.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    7. "Peut-être que je crois au fond de moi qu'il y a quelque chose de bon au fond de tout être humain?"
      J'y crois totalement. C'est tout le sens de mes engagements dans la vie active qui fut la mienne...
      mais soyons clair : il s'agit DU FOND DE LÊTRE DE L'HOMME", pas de l'intégralité de sa personne.
      C'est ce qui différencie avec les bisounours qui disent que l'homme EST bon.... Non
      LE FOND DE L'ÊTRE ...

      Il s'agit donc de rejoindre ce fond-là et de vivre à partir de lui....
      Ce qui demande une pacification personnelle lente et rugueuse, tant des couches obscures d'inconsciences et de violences exprimées ou rentrées, mais qui suintent nécessairement, recouvrent ce "fond"....

      Supprimer
    8. J'ajouterais que ce fond-là manifeste spontanément sons existence dans bien des personnes dans les circonstances actuelles (vois les nombreux témoignages à ce sujet)
      Et pour aller plus loin, je renvoie à l'excellent livre "La bonté humaine" de Jacques Lecomte (Ed. O.Jacob), Docteur en Psychologie, qui a une approche très sérieuse et scientifique de la question. (+ de 30 pages de références, notes et ouvrages à la fin).
      Je veux dire qu'il ne s'agit pas de psychologisme de bazar, de dégoulinades de lieux communs de Madame Michu, ou de propos confiturés ou conseils de sagesse à la mord moi le noeud... (ce qui n'est pas mon genre de lecture...)

      Supprimer
    9. Oui, j'ai bien parlé du fond...Ce qui est sous la croûte, la carapace, la cuirasse pachydermique...
      Parmi les plus belles choses que l'on m'ait dite, il y en a deux que je retiens : "tu me fais grandir" et "tu m'as rendu meilleur".
      Je note le livre de Jacques Lecomte.
      Peut-être suis-je tout simplement bonne ?
      (on pourrait d'ailleurs s'interroger sur le glissement sémantique qui nous a menés à ce que l'on ne puisse plus dire d'une femme qu'elle est bonne sans connotation salace...)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. ’imposer à l’autre sa façon de penser, ses coutumes, son clocher, (copié collé de ta phrase)

    Vois tu Célestine les clochers tombent en ruines, les églises se vident, un jour fleuriront les minarets, Et je me pose cette question : "avons nous le même Dieu ? Je n'en suis pas sûr.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Personnellement je n'ai pas de dieu...
      Je commence juste à en avoir assez de tous ces gens qui ne savent pas garder leurs croyances pour eux...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Tu dis, heu, qu'ils n'ont d'yeux que pour dieu ?

      Supprimer
    3. Je crois surtout qu'il faut arrêter de s'excuser de garder nos valeurs et exiger qu'elles soient respectées en France par ceux qui ne les partagent pas.
      Il y a des règles et des lois dans notre pays et n'importe qui doit les respecter. Charge aux représentants de l'ordre de les faire respecter par tous et si ça déplait aux islamistes, qu'ils dégagent.

      J'ai été choqué de voir le bordel diplomatique parce que le président iranien ne voulait pas participer à un diner à l'Elysée si du vin y était servi.
      Mais il se prend pour qui ce connard. Personne ne l'oblige à en boire. Il pourrait avoir du respect pour ses hôtes.
      Et Flamby qui, bien sûr, se perd en ronds de jambes au lieu de l'envoyer bouler en lui indiquant l'adresse du Mac Do le plus proche.

      Pourtant c'est simple:
      Un étranger qui vient dans le pays pour le déstabiliser est un ennemi à reconduire chez-lui.
      Un français qui sabote, au nom de n'importe quoi, les institutions est un traître.
      Il y a des lois pour neutraliser ces gens. Je ne suis pas certain que les assassins de daesh seraient ravis de se voir renvoyés à Damas.....

      La religion est une affaire de vie privée et personne ne doit accepter qu'elle soit brandie comme un drapeau, pas même par les intégristes cathos.
      Chaque reculade de la société française se traduira par des morts en plus.

      Je ne suis pas particulièrement joyeux parce qu'on paie l'interventionnisme et les lâchetés de nos dirigeants.
      Autrement, la vie est belle.
      Ti bacio Sorellita

      Supprimer
    4. Entièrement d'accord.
      Certains pays ne se gênent pas pour nous rappeler ce qu'on a le droit de faire et de ne pas faire chez eux, pourquoi dictent-ils aussi leurs lois quand ils viennent chez nous ?
      Qu'est-ce qu'on attend pour arrêter de leur lécher les bottes à cause de leur sous-sol ?
      Pourtant ça exite le moteur à eau...
      Baci caro
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. Blutch: Je suis entièrement d'accord avec toi sur le développement de ton raisonnement, et je trouve qu'il est d'une grande justesse et je l'approuve.Même en Islam selon Malek Chebel( anthropologue des religions et philosophe algérien) qui dit: « Tu ne peux pas imposer tes pratiques religieuses dans un pays où la majorité n’est pas musulmane ». Et comme c'est un pays laïque, la question se pose même pas.
      La démocratie a de cela comme " talon d'Achille" , c'est qu'elle permet aux mal intentionnés, de profiter de ses largesse pour faire le contraire de la démocratie et ce n'est pas le "caporal Hitler" qui me démentirait. Tout commence comme ça en fait...

      Supprimer
    6. Oh comme tu as raison pour le talon d'Achille de la démocratie. Celle-ci est basée évidemment sur le respect des convictions de l'autre, et certains gougnaffiers en profitent outrageusement...Bien évidemment.
      Oui, tout commence comme ça, et ça fait froid dans le dos quand on voit certains politiques aujourd'hui...

      Supprimer
    7. "La démocratie a de cela comme " talon d'Achille" , c'est qu'elle permet aux mal intentionnés, de profiter de ses largesses (...)" (Bizak)

      La démocratie EST un talon d'Achille par nature...
      Elle est une folie en elle-même. Fondée sur une conception Haute de l'être humain capable de se "citoyennniser" c'est à dire d'opter pour la préférence du Bien Commun à son bien particulier....

      La Démocratie se suicide lentement, à partir du moment où nous sommes entrés dans "l'ère de l'individualisme-à-tout-prix" qui ne cesse de gagner du terrain chez les humains à titre personnel, et chez les politiques qui l'érige en nouveau paradigme (individualisme = fermeture des frontières, sortie de l'Europe, refoulement des étrangers, racisme d'état, suppression de la Sécu au profit des sociétés commerciales d'Assurance-(de non)-santé, avides de profits, où, comme au USA, Canada etc... on te demande ta carte bancaire à l'hosto et on te soigne si la banque atteste qu'il y a du cash sur ton compte, etc, etc, ... Le drame c'est que ces choix iniques de tous ces politicos leur font gagner des électeurs...
      Va comprendre !! Les vieux, qui seront les premières victimes, votent très largement de ces côtés là !! Les jeunes s'en tapent !!!

      Les quelques "socialistes-humanistes" qui demeurent traitent leur leader de Flamby et autres noms d'oiseaux.... L'art du suicide collectif !!
      ils attendent joyeusement que l'extrême droite prenne le pouvoir pour enfin pourvoir "penser sans agir"...
      C'est pour demain matin la femelle Marine au pouvoir, et peut-être bien dès le premier tour....
      Va être temps de mettre des solides barreaux à nos fenêtres...

      Supprimer
    8. Je tressaille systématiquement quand je lis des sobriquets dénigrants comme "Flamby", "Le nain"… ou "femelle (?) Marine" (première fois que je lis ça). Pour moi le respect est dû à tous les niveaux, y compris envers ceux par qui l'on ne se sent pas respecté.

      Cette remarque étant faite, je partage ton point de vue sur la vulnérabilité du système démocratique au "moi d'abord". La démocratie exige une intelligence du coeur, si ce n'est une intelligence tout court.

      Supprimer
    9. Les sobriquets, à mon avis, appartiennent à une certaine tradition française de dérision et de caricature qui assortissent forcément les hommes au pouvoir. L'irrévérence de Charly Hebdo fait partie de l'exception culturelle française.
      Le sobriquet Flamby stigmatise une attitude un peu molle qui pourrait être corrigée s'il s'en donnait la peine. Il n'est pas si grave que ça. En revanche, Le nain, ou la femelle c'est s'en prendre directement au physique ou au sexe de la personne. C'est moins glorieux.
      J'ai perdu un ami parce que je lui avais dit combien cela me choquait de lancer des bananes à Christine Taubira...On peut tout reprocher à un ministre, tout sauf sa couleur de peau.

      Mais il faut reconnaître qu'ils aiment tellement ça, le pouvoir, qu'ils sont prêts à tout entendre d'eux: voilà des gens qui n'ont pas ma vulnéabilité aux mots, et qui n'ont pas besoin d'entreprendre le travail de distanciation que j'ai entrepris.
      C'est peut-être ça, le principal talon d'Achille de la démocratie: ses représentants principaux sont moins intéressés par elle que par leur nombril.

      Supprimer
    10. Le respect de la personne n'est justement pas "à tous les niveaux" de ce qu'elle montre par ses actes.
      Encore moins lorsque cette s'arroge le droit de parler "au nom du peuple français" qu'elle déteste profondément.... (voir son histoire perso...)
      Si le mot femelle peut être mal compris je peux le remplacer par "individu" (objet de pensée appartenant à l'extériorité), comme on dit dans la police, ce qui distingue de la personne...

      Supprimer
    11. Oui, j'aime autant...
      ou alors citoyenne, comme en 89.
      Citoyen Capet, à une époque, ça avait remis certaines choses en perspective.
      Mais "citoyenne Marine", je ne sais pas si ça sonne pas un peu faux... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    12. @ Célestine
      Tradition, peut-être, mais on sait ce que les traditions peuvent avoir de débile. L'humanité gagnerait beaucoup à voir disparaître nombre de traditions. Je peux comprendre ce désir "d'affaiblir" en rabaissant : c'est un exutoire qui peut faire du bien (?) sur l'instant sans faire beaucoup de mal. Quoique… par effet de multiplication, je ne suis pas certain que quiconque fait l'objet de dénigrement, aussi haut placé soit-il, soit totalement insensible. Pas sûr qu'ils et elles soient « prêts à tout entendre ». Désolé, c'est mon côté humain sensible qui me fait penser ainsi (et il se peut que je me trompe par excès de sensiblerie). Le travail de distanciation ils ont probablement dû le faire très tôt. Ceux qui n'y sont pas parvenu auront renoncé à aller plus loin, tant il faut avoir le cuir épais pour endurer l'insatisfaction permanente et les insultes qui parfois l'accompagnent. Et c'est en partie ainsi qu'on se retrouve avec des "guerriers" endurcis aux plus hautes fonctions.

      Je ne pense pas être totalement naïf en considérant que vouloir agir pour ses idées (qu'elles soient "bonnes" ou "mauvaises" n'entrant ici pas en ligne de compte) soit systématiquement une soif de pouvoir due à un nombrilisme exacerbé. Que ça existe, c'est plus que probable et on en a des exemples, mais que ce soit le principal moteur de tous ceux et celles qui accèdent à un pouvoir quelconque, j'ai du mal à le croire.

      Naïf ? Oui, peut-être, mais je préfère voir le monde ainsi ;)

      @ Alain
      D'accord pour critiquer des idées d'exclusion (et il y a de quoi, avec celles du FN), mais sans se rabaisser en devenant critiquable à son tour ;)

      Je préfère effectivement "individu" à "femelle".
      Merci

      Supprimer
    13. On ne peut pas mettre sur le même plan la tradition d'irrévérence avec certaines coutumes comme l'excision par exemple.
      Je ne demanderais qu'à croire à la bonne foi et aux idéaux républicains de nos représentants politiques. Mais nous avons eu ce débat plusieurs fois, Pierre. Je ne parle pas des élus locaux, dévoués à leur mission et intègres (ça peut arriver, je te l'accorde, mais certaines magouilles sont parfois mises à jour, même à l'échelon local, qui donnent des frissons) Je parle de ceux qui évoluent dans les hautes sphères. Les "milieux autorisés" comme disait Coluche.
      Alors oui, je persiste à dire que l'appât du pouvoir attire ce genre de personnage nombrilocentrés.
      Il existerait bien un moyen, c'est que les hommes chargés de faire appliquer les lois ne soient pas les mêmes que ceux qui les feraient. Tu imagines ? C'est la thèse soutenue par Etienne Chouard,
      *clic* qui est tenu bien soigneusement hors du champ médiatique par l'ensemble de la classe politique . Des fois que ça donnerait des idées un peu neuves à la démocratie...

      Supprimer
    14. Oui, nous avons déjà eu plusieurs fois ce débat… et nous l'aurons sans doute encore ;)

      Je ne dis pas qu'il faut rejeter toutes les traditions, mais que l'argument de la tradition ne me semble pas suffisant. Quand une tradition porte préjudice à qui que ce soit, humain ou animal, elle peut être sérieusement interrogée. Cela dit, ici, le préjudice reste modéré, j'en conviens…

      Je ne sais pas où tu poses la frontière entre élus locaux et "hautes sphères" mais pour ma part je ne vois pas de frontière nette. Certes il y a "ceux d'en haut", dont certains cumulent fonctions et mandats et ont fait de la politique leur métier. Sont-ils tous et toutes nombrilocentrés, avides de "pouvoir"… je ne le crois pas. Ce que je veux dire c'est que parmi nos dirigeants il y a aussi tous ceux qui ne passent pas leur temps à se balancer des petites phrases et montrer leur binette dans les médias. Il y a ceux qui bossent vraiment, discrètement, qui croient en leurs idées, qui agissent pour leur pays, leur région, leur département. C'est un travail souvent ingrat (quoiqu'il ait des avantages discutables) et je trouve toujours regrettable qu'on assimile l'ensemble de ceux qui se consacrent ainsi à la cause commune à des assoiffés de pouvoir. Tu vas me dire que tu ne généralises pas… mais parfois ça y ressemble un peu. Tu auras compris que j'ai une sensibilité épidermique avec les généralisations, quelles qu'elles soient ;)

      Cela dit notre système démocratique est tout à fait perfectible et notre ami Blutch nous le rappelle régulièrement, avec raison. Je ne connais encore pas suffisamment les idées d'Etienne Chouard, il faut que j'approfondisse.

      Merci pour l'info… et le débat ;)
      Bises des basses sphères

      Supprimer
    15. @ Pierre, Alain X, Céleste.

      Les sobriquets et le manque de respect:
      J'avais vingt ans, un effroyable con me dit alors: "Tu pourrais avoir le respect de mes cheveux blancs." Je lui ai répondu que le respect est un don qui se mérite et qu'il est loin du compte.
      J'ai maintenant passé l'âge du "vieux" en question, mais j'ai n'ai en rien changé ma formulation du respect.
      Je fais mentir la Fontaine, car je ne fais aucune différence entre un puissant et un misérable...
      Bref, pour être respecté, il faut être respectable.
      La classe politique de "haut vol" montre un souverain mépris de la populace:
      De Gaulle: Tous des veaux.
      Chirac: les promesses n'engagent que ceux qui les croient.
      Sarko: Casse toi pauv'con
      Hollande: les sans dents (à propos des pauvres)
      Etc.Etc.
      Alors non, ces gens ne sont pas respectables car une fois élus, ils se foutent de nous.
      Je suis de ceux qui usent des sobriquets à leur encontre pour illustrer leur principal trait de caractère.

      La démocratie:
      La France a une vision fausse de la démocratie, il est dès lors normal qu'elle ne fonctionne pas.
      La démocratie est un partage du pouvoir, des droits et des devoirs de citoyens. On est loin du compte avec le clientélisme affiché par ceux qui ont volé son pouvoir au peuple. Quant au partage des droits et devoirs, le choix est vite fait: C'est les droits pour soi et les devoirs pour les autres; alors quant on a le pouvoir de décider......
      Le talon d'Achille de la démocratie française, c'est d'avoir confié le pouvoir à une ou quelques personnes, sans contrôle. Cela devient une royauté élective.
      Je ne vais pas refaire ici les 4 articles que j'ai posé chez Blogborygmes intitulés: "Blutch, s'il te plait, dessine-moi une démocratie."
      Un tel système n'a de talon d'Achille que le désengagement des votants, mais sur ce point, c'est le citoyen qui est en faute.


      Le suicide de la démocratie:
      C'est la peur, les compromissions, les intérêts particuliers de ceux à qui ont a commis l'erreur de leur confier les clefs du coffre.

      Il y a deux aphorismes que les Suisses ont su intégrer dans leur système politique:
      - Donne du pouvoir à un homme et il en abusera (avec une femme, ça marche aussi)
      - Le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument.
      On peut encore en rajouter un troisième:
      - L'exception à la règle commune est un abus de pouvoir.
      Partant de là, les Suisses gardent la dernière main sur toutes les lois avec le système de référendum qui peut exiger qu'une loi passe en votation populaire.

      La première lâcheté gouvernementale vis-à-vis des islamistes a été de ne pas réprimer les prières dans les rues de la même façon qu'une manifestation syndicale interdite.
      Partant de cette lâcheté originelle, tous les abus deviennent possibles.

      J'ajouterai que les islamistes sont une très petite minorité dans le monde musulman et c'est bien heureux ainsi car je nous verrais mal barrés avec 2,5 milliards de terroristes...

      Bon, ceci dit, Marine le Pen n'est pas pire que les autres, elle fait peur parce qu'elle est moins hypocrite. Elle annonce clairement les choses merdiques qu'elle veut mettre en place, les autres le fond en catimini.
      En finalité on arrive dans le même merdier. Mais le Pen à l'Elysée, c'est une cohabitation assurée qui l'empêchera de prendre les décisions que ne voudront pas les députés.
      On n'a pas cet avantage avec Hollande et Sarko... :-(


      Supprimer
    16. Oui je crois que tu as bien défini les hautes sphères: ceux qui ont fait de la politique un métier.
      la politique ne devrait pas être un métier, la politique n'est pas un métier. Encore moins une science.
      Nous le faire croire, c'est nous exclure déjà, nous déposséder de la res publica, la chose publique.
      La vie de la Cité concerne tous les citoyens.
      Je suis un tout petit peu peinée (mais juste un petit peu) malgré ma distanciation aux mots, que tu puisses parler de généralisation, à mon égard, avec les précautions que je prends à chaque fois que j'émets une opinion.Même dans mon billet " polémique, ringard, caricatural, misanthrope, féministe, plein de gros mots, de mauvaise foi, de schématisation abusive et d’idées préconçues" je pense que je ne suis pas tombée dans la générailsation. Et j'ai bien fait le distingo parmi les hommes.
      Je souhaite tout comme toi que les représentants du peuple soient des gens attachés au bien de leur pays. j'ai aussi une hyper sensibilité et une naïveté assumées. Je rêves d'utopies. J'ai juste quelques doutes sur certains politocards comme dit Blutch...
      Bises utopistes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    17. Ma réponse ci-dessus était pour Pierre.
      ^^

      Supprimer
    18. @Blutch: Tu as bien parlé, c'est ton coeur qui a parlé et je te rejoins une seconde fois dans le développement de ton analyse, elle est pertinente, elle est juste, elle sincère. Oui le pouvoir corrompt , à plus forte raison quand il n'est pas vraiment contrôlé.
      @ Céleste: Avec tous ces commentaires,que tu prends à bras le corps, tu t'en sors à merveille, même si les mots parfois ne précisent pas fortement ta pensée, le coeur y est. Avec ta fougue et ton coeur, tes mots sont justes. Je suis ravi de tous ces débats riches.

      Supprimer
    19. C'est gentil, Bizak. Je fais ce que je peux pour laisser chacun s'exprimer. J'avoue que je ne ferais pas ça tous les jours...
      Mais dans une période troublée comme celle que nous traversons, les gens ont besoin de parler et c'est toujours intéressant.
      Pour ce qui concerne la précision de ma pensée, je ne peux parler qu'avec mon coeur, je ne sais pas parler autrement. cela ne m'empêche pas d'avoir des convictions, et si les gens ne me comprennent pas bien, c'est sans doute que j'ai mal choisi mes mots, dans le souci de ne pas agresser l'autre, de ne pas paraître trop péremptoire, trop tranchée...ça, je ne sais pas faire...
      Le débat contradictoire est quand même une des forces de la Liberté: les valeurs universelles ont besoin d'être défendues, et la liberté de penser en est une.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    20. @ Blutch
      Je suis d'accord avec toi : aucun respect n'est "dû" à titre particulier. C'est dans ma conception personnelle des rapports humains que j'estime que chaque personne a droit à un minimum de respect et de courtoisie plutôt que de se toiser de haut réciproquement. Ensuite je peux venir sur le terrain des idées, ou des formulations, si je trouve qu'elles manquent de respect, par exemple.

      Mais bon, chacun fait comme il le sent, hein ;)

      @ Célestine
      La vie de la cité concerne tous les citoyens, bien sûr. Même si tous ne se sentent pas concernés… Il est plus facile de dire que ça ne va pas que de s'y coller (constat général et simplificateur…)


      Pour le qualificatif de "généralisation", ma chère Célestine, il ne s'appliquait qu'au cas particulier que j'ai mentionné. Je n'aurais pas l'outrecuidance de généraliser ce terme à ton propos, parce que ça ne te correspondrait nullement. J'espère que tu n'en doutes pas un instant. D'ailleurs cela fait partie de ce que j'apprécie chez toi :)

      Mais tu sais, moi-même je ne suis nullement à l'abri des généralisations et si jamais tu en perçois chez moi je te serais reconnaissant de m'en faire part :)

      Bises générales !

      Supprimer
    21. Pas de souci, juste un petit coup de blues en fin de journée...
      Mais je sais que tu n'as pas pensé à mal.
      Bises nocturnes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    22. @ Pierre
      Il y a une idée erronée qui voudrait que l'absentéiste ne vote pas. C'est rigoureusement inexacte car celui qui ne vote pas plébiscite celui qui sera élu. C'est un vote par défaut, mais un vote tout de même. C'est en allant voter blanc qu'on ne cautionne personne.
      Pour moi, celui qui ne va pas voter a juste gagné le droit de se taire si par la suite la politique menée ne lui convient pas.

      @ Bizak
      C'est pour ça qu'il existe deux garde-fous dans le système suisse:
      1° aucun parlementaire n'est professionnel. C'est, sur le plan national, un travail à mi-temps. Pour le reste, il sont dans la vie active de leurs compatriotes.
      2° C'est toujours le peuple qui a le dernier mot et très souvent le gouvernement et le parlement sont désavoués par le vote populaire.

      @ Céleste
      une petite pensée du soir... espoir.
      giro generale di abbraccio

      Supprimer
    23. Grazie, je prends la tournée générale de baisers
      je laisse l'argumentaire, j'ai les neurones qui fatiguent au terme de cette journée ...
      Baci caro
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    24. D'accord avec toi, Blutch, sur l'abstentionnisme (qui va de pair avec l'absentéisme, hé hé…).

      Bon, quand c'est qu'on installe une démocratie "à la Suisse" ?

      Supprimer
  12. Il y a 2000 ans un monumental con décréta que "CIVIS PACEM PARA BELLUM".
    Et depuis 2000 ans que d'autres cons "para bellum", Civis toujours pas pacem. Et personne pour y voir une erreur de jugement...

    Faut dire aussi que les armes rapportent plus de fric que les roses... :-(

    N'était-ce pas à Athènes que les femmes avaient fait la grève du sexe pour obliger les hommes à faire la paix?
    C'est peut-être une voie à creuser.....

    Ti bacio

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les bonobos auraient bien des choses à nous apprendre à cet égard...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Je trouve votre message un tantinet naïf. Il ne faut pas oublier que des femmes avec contentement élèvent leur fils comme des barbares.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'où la nécessité d'instruire et d'éduquer toujours et encore...
      Lorsqu'on ouvre une école on ferme une prison disait Victor Hugo.

      Supprimer
    2. Je suis un tantinet naïve cher anonyme.
      Sûrement parce que, comme les bardes que j'évoque, je chante l'amour et les fleurs...
      Des femmes peut-être conditionnées depuis leur plus tendre enfance, par une morale inflexible, élèvent leurs fils comme des barbares...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. A Blutch : Si seulement cette citation était encore d'actualité... L'Ecole n'est aujourd'hui qu'un moyen d' "instruction", parmi d'autres bien plus puissants.
      A Célestine : Je vous invite à écouter/lire JP Filiu histoire de dépasser un peu cette simpliste (bien plus que naïve) dichotomie.

      Supprimer
    4. J'aime bien savoir à qui j'ai à faire, Anonyme.
      Je déduis quand même de vos propos que vous n'avez pas lu mon préambule qui disait effectivement que mon billet était volontairement dichotomique simpliste et caricatural. Je ne fais pas de procès d'intention aux hommes dont vous êtes, certainement, mais je me place davantage dans une perspective globale : hommes ou femmes, nous sommes évidemment conditionnés par des faits hstoriques, des traditions, des idées reçues, des politiques, des religions.
      Force est de constater quand même, que les femmes ont été cantonnées à des rôles subalternes durant des millénaires.Et asservies. Et privées de droits. Si vous soutenez que la misogynie et le machisme ne sont que vues de l'esprit, de par le monde, c'est vous qui êtes naïf.
      Que dois-je lire/écouter de JP Filiu ? Que vient faire un spécialiste du monde arabe dans mes propos ?

      Supprimer
    5. Je suis Anonyme car je n'ai pas de blog. Ni aucun compte dans ce monde virtuel. Quasiment autant anonyme que vous puisque j'imagine que que vous ne signez pas ici sous votre nom "réel".

      Que vient faire Filiu ?!? Les bras m'en tombent ! Votre billet n'est-il pas écrit en réaction aux événements de vendredi soir à Paris !?!
      Je ne soutiens pas que la mysogynie et le machisme ne sont que vues de l'esprit ; vous interprétez mes propos. Cependant je refuse de lire sans réaction aucune que les femmes, dont je fais partie, seraient de blanches colombes se teintant de noir lorsqu'elles chercheraient à imiter les vilains hommes.
      Vous citez les cours de récréation et l' "agressivité" bien visible des petits garçons. N'avez-vous jamais eu affaire, en tant qu'enseignante, à des actes "agressifs" bien plus subtils, pensés et (étonnement ?) orchestrés par de petites filles au visage angélique ?!? Ah oui, c'est vrai que c'est moins visible.
      Enfin agressivité et violence ne sont pas synonymes et ne renvoient pas du tout aux mêmes registres.

      Supprimer
    6. Je n'ai jamais dit qu'il n'y avait pas d'agressivité chez les femmes. Oh non... bien au contraire. Et d'ailleurs une certaine agressivité est très saine, et je ne la confonds pas avec la violence. Les êtres humains sont nantis des mêmes défauts et des mêmes qualités. Il y a des êtres raffinés et des gros cons dans les deux sexes.Mais justement, pourquoi alors avoir supporté (et supporter encore) la suprématie d'un sexe sur l'autre? Vous trouvez normal, par exemple, qu'on n'ait pas encore élu une femme présidente de la république, vous ?
      J'ai juste souligné que depuis la nuit des temps, on ne voit pas beaucoup de femmes sur les champs de bataille, ni aux affaires de l' état, qu'on a sans doute cantonné les femmes à leur rôle de "repos du guerrier " (ce n'est quand même pas moi qui ai inventé cette expression) que quand une femme essaie de se sortir de cette stigmatisation, on dit qu'elle a des "couilles".
      Alors je ne fais que m'interroger sur un monde dans lequel la plupart des religions, dont les trois "principales monothéistes" rabaissent la femme: écoutez parler les fondamentalistes et vous verrez.
      J'ai également dit que je ne mets pas tous les hommes dans le même panier, et d'ailleurs aucun parmi mes lecteurs n'est dupe.
      C'était un cri du coeur. Le coeur est la chose au monde la moins écoutée dans les milieux politiques. Pour réussir dans ce milieu-là, il n'est pas très conseillé d'être un poète ou une rêveuse. Il faut être un vautour, sans états d'âme. Ok. Moi je continuerai à faire le barde, je préfère ça.
      Bien à vous

      Supprimer
    7. Je me permets de m'immiscer…

      Anonyme, en "important" Filiu dans un échange centré sur les différences comportementales les plus visibles entre hommes et femmes, cela crée forcément de la confusion (en tout cas ce fut le cas pour moi…). Chacun des sujets étant déjà extrêmement complexes, fortement marqués des représentations les plus contradictoires, il eût été préférable d'éviter l'apparent amalgame.

      Cela dit, sur le fond, votre développement éclaire votre première intervention, un peu trop lapidaire pour être bien comprise.

      Supprimer
    8. A Pierre : Je vous en prie.
      Vous faites erreur. Je n'ai fait aucun amalgame ; j'ai plutôt souligné celui que j'étais en train de lire au travers de ce billet et de certains commentaires (billet écrit en réaction aux récents attentats et commentés plusieurs fois dans ce sens). C'est pouquoi je me suis autorisée à citer Filiu.

      Supprimer
    9. Je suis entièrement d'accord avec ce que dit Filiu, cela dit. J'ai pris la peine d'aller l'écouter.
      Il faudra surveiller effectivement ce qui va se passer pour les musulmans français.
      Et peut-être se poser la question importante que personne ne pose jamais: qui a intérêt à ce que l'on déteste les Musulmans ?
      Je vous rassure, je n'ai rien à priori contre les Musulmans, ni aucune des autres religions. Chaque lecteur est responsable de ce qu'il dit. Et personnellement je ne fais pas d'amalgame.

      Mais encore une fois, mon billet parlait des hommes et des femmes et de la guerre depuis la nuit des temps. Pas du conflit israelo-palestinien, ou de ses extensions éventuelles.

      Supprimer
  14. Je ne crois pas que le masculin est mauvais et le féminin bon, le blanc ou le gris mauvais et le noir bon, etc. Les femmes se soumettent ou cautionnent des barbares, et ce n'est que la part congrue du monde, ces barbares...que les autres, les plus nombreux, subissent en pleine gueule.
    La cupidité aussi, chacun se cache derrière son argent et ses privilèges et veut être protégé dans sa tour d'ivoire de bourgeois comme il faut. Et les peuples les moins évoluent à travers le satellite veulent faire chier ceux-là. Bref...
    Au dessus, je lis un comm' sur l'éducation, que ce sont des femmes qui ont élevé ces barbares. Mais c'est trop simpliste aussi. Je crois que le monde est complexe, que c'est dur de vivre en société, entre peuples différents, mais je crois aussi que ça va s'améliorer au fil du temps, la paix finira par l'emporter ♥

    Voilà Célestine, c'étaient quelques pensées après t'avoir lue...Besos ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi non plus je ne crois pas que le masculin soit mauvais et le féminin bon.
      J'ai juste dit que les comportements agressifs sont dus à la testostérone, et que dans une cour d'école ça se voit. Mais après il y a l'éducation, et la façon dont chacun compose avec son "cerveau reptilien"...Le monde est complexe, mais quand même, c'est une constante chez l'être humain d'emmerder son semblable...

      Voilà, ma colère est retombée ce soir, je me demande toujours pourquoi on se fait la guerre, mais je sais qu'il ne sert à rien de s'enerver...
      Merci pour tes pensées du jour.
      Besos
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Il faut pouvoir exprimer ses colères et ses indignations, ça préserve sa propre santé. Une colère rentrée se retourne contre soi et nous bouffe le corps et l'esprit.
      Molto baci

      Supprimer
    3. Oh oui, la colère est un tison brûlant qu'il ne faut pas garder dans les mains.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. A Rackham : Non, je n'ai pas écrit que ce sont des femmes qui ont élevé ces barbares. J'ai écrit que des femmes élèvent avec contentement leurs fils comme des barbares.

      Supprimer
    5. De toutes façons, un enfant c'est élevé aussi par son père. Enfin, normalement...

      Supprimer
    6. Ah bon ?!? Le père n'est pas en train de faire la guerre pendant que la mère l'élève ... !?!

      Plus sérieusement, merci. Je vous prie de m'excuser pour ma tentative de réflexion ici ; on ne m'y reprendra plus, promis.
      Bonne continuation.

      Un dernier truc avant de m'en aller sur la pointe des pieds : "Le mouvement hippie amorcé dans les années soixante-dix a été dézingué par les testostéronés du bulbe, parce qu'il représentait une réelle menace pour les vendeurs d'armes et les marchands de mort." Ça non plus, ça ne passe pas. Ce mouvement hippie est en partie responsable ("en partie", hein !) de ce qui se passe aujourd'hui, directement en lien avec l'individualisme dont parle AlainX. A ce sujet, l'éclairant livre "L'Art de réduire les têtes" de DR Dufour.
      Et enfin, pour ce qui est des politiciens vautours... Ma foi, n'en sommes-nous pas bien tristement les électeurs, confortablement, passivement et "individualismement" assis dans nos fauteuils ?

      Supprimer
    7. Dommage (si je puis me permettre), la controverse était intéressante. J'aime bien les blogs où on peut échanger des idées sans être d'accord, mais en toute courtoisie.

      Supprimer
    8. Pourquoi dommage ?
      Vous vous retirez de votre plein gré, je ne vous fais pas partir.

      Je n'ai rien dit qui puisse vous faire penser que je n'appréciais pas votre contradiction.
      Je vous ai dit que j'étais d'accord avec vous sur certains points.
      Je suis moins d'accord avec d'autres. Ça ne veut pas dire que je ne trouve pas le débat intéressant.

      Quand je dis que les pères élèvent leurs enfants, même en étant à la guerre, c'est qu'ils s'appuient sur des textes qui n'appellent, eux, aucune contradiction. Des textes qu'on leur rabâche depuis l'enfance à l'église, la mosquée ou la synagogue. Un vrai bourrage de crâne.

      Pour les hippies, allez vous avez sûrement raison. De toutes façons, c'était un idéal, peace and love. Mais le rassemblement de Woodstock, n'était sûrement qu'une somme d'individualités.

      Quant aux politiques, ça c'est vous qui le dites, que vous avez voté pour eux. Moi je ne dis rien. la démocratie, c'est aussi accepter que des gens pour qui on ne vote pas ait le pouvoir. Par l'application d'une simple règle mathématique, donc censée être juste.

      Supprimer
    9. Ben dis donc, je pars cinq minutes me dégourdir les jambes sur le pont, le temps de me retourner et c'est le merdier !
      Bref, j'ai pas envie de faire du point par point, de toutes façons certains ont toujours raison avec la parole à géométrie variable (et qui se comprennent) ^^
      Tu as bien fait de lancer le débat Célestine, certains ne veulent pas discuter mais simplement avoir raison. On va bientôt voter et on fera les comptes, et si le résultat n'arrange pas les bien pensants, on va voir leur niveau de démocratie...♥

      Supprimer
  15. Colère oui! Mais attention de ne pas céder à la haine....j'aime ces mots de l'an Pierre déjà écrit sur fb "Je continuerai à croire, même si tout le monde perd espoir.
    Je continuerai à aimer, même si les autres distillent la haine.
    Je continuerai à construire, même si les autres détruisent.
    Je continuerai à parler de paix, même au milieu d’une guerre.
    Je continuerai à illuminer, même au milieu de l’obscurité.
    Je continuerai à semer, même si les autres piétinent la récolte.
    Et je continuerai à crier, même si les autres se taisent.
    Et je dessinerai des sourires sur des visages en larmes.
    Et j’apporterai le soulagement, quand on verra la douleur.
    Et j’offrirai des motifs de joie là où il n’y a que tristesse.
    J’inviterai à marcher celui qui a décidé de s’arrêter…
    Et je tendrai les bras à ceux qui se sentent épuisés. »
    (Abbé Pierre)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai écit un peu la même chose dans mes cent mots d'hier.
      Sans avoir lu ce beau texte au préalable, j'y vois beaucoup de ressemblances.
      Merci Marie Madeleine

      Le sujet était: Engagement


      A ne pas baisser les bras, à ne pas flancher, à continuer de vivre dans mes valeurs, à disperser autour de moi comme une bruine les papillons tremblants de l’amour, de la joie, de l’espoir, de l’humour et de la délicatesse.
      A ne pas arrêter de rêver à un monde meilleur, à diffuser mes mots de paix et de petits bonheurs quotidiens, à ne pas tomber sous l’accablement sourd du découragement et de la déprime, à montrer le chemin aux enfants, aux jeunes hommes et aux jeunes femmes qui me suivront, comme un fanal au bord de leur route semée de questions.

      A aimer jusqu’à mon dernier souffle.


      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Bonjour Célestine
    je partage tes sentiments. Merci de t'être exprimé, et si bien
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  17. je ne sais quoi te dire ma belle et ce 13 Novembre me laisse désorientée... devant la violence et la mort de tant d'innocents mais aussi devant la violence de certains propos en retour. Tes mots expriment ma colère et ma désolation. Pourquoi? Pourquoi? Pourquoi ces jeunes se laissent-ils berner par Daech jusqu'à se faire exploser en tuant à leur tour? Pourquoi brandit-on notre drapeau bleu blanc rouge en retour? et ces paroles sanglantes de la Marseillaise... Je pleure ces morts là mais je m'en fiche qu'ils soient Français, je pleure leur innocence et leur jeunesse et je pleure pour le Liban et pour la Syrie aussi et puis pour la Palestine martyrisée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que peut-on faire d'autre que pleurer ?
      Bien sûr que je pleure parce que le constat est déplorable.
      Rien ne change. Les Vazys et les Vatens se battent depuis toujours pour une dragée rose, et les marchands d'arme en profitent (cf Tistou les Pouces Verts de Maurice Druon.)
      Pleurer pour la Palestine devrait être le premier de nos devoirs de défenseurs des droits de l'Homme.
      Mais ça, c'est un peu oublié en haut lieu...
      Bisous ma belle et courage
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Peut-être aussi ré-écouter 'Les loups sont entrés dans Paris' de Serge Reggiani...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment oublier que l'homme est un loup pour l'homme ?
      (je ne parle pas de toi, hein, l'homme) ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Réponses
    1. Oui je crois qu'on n'a pas fini de pleurer...
      mais montrer ses larmes est une force, et non une faiblesse comme on nous l'a inculqué à coup de culpabilisations en tous genres....
      Bises

      Supprimer
  20. pour le moment on ne peut qu'avoir une pensée pour toutes les victimes et leur famille et penser à ceux qui recherchent tous les hommes qui ont semé la terreur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai. Mais cette pensée n'empêche pas de réfléchir aux causes et aux conséquences de ce désordre.
      Bises

      Supprimer
  21. Dans ton long réquisitoire, tu oublies hélas que le garçon est, comme la fille, élevé par sa mère...
    En fait, ce n'est pas l'homme qui est con.
    C'est l'Homme.
    C'est à dire l'homme et la femme...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes. Mais il est aussi élevé par son père.
      Il suffit que la pression religieuse ou morale soit assez forte pour que la femme n'ait plus vraiment son mot à dire dans l'éducation des enfants, surtout des garçons...et ainsi, le schéma peut se reproduire ad vitam aeternam...
      Mais oui, globalement, allez, certains êtres humains sont cons, je te l'accorde.
      Mais il y en a aussi qui sont vraiment bien.
      Alors si les premiers voulaient foutre la paix aux seconds, ce serait merveilleux...
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. de MAG, abonnée à la newsletter Mais sans blog.
    Tu as raison Célestine de hurler de colère. La mienne m'habite depuis mon enfance, quand des gamins de l'école maternelle brandissaient de fausses épées et/ou faux pistolets en déclamant "je te tue".
    Le seul pèlerinage que j'ai fait dans ma vie, et plusieurs fois, c'est celui de Gentioux.
    Les tailleurs de pierre de la Creuse partageaient leur vie entre Paris l'hiver et leur ferme au village l'été et l'automne. Peut-être est-ce cette double vie, fort dure, qui leur avait donné le sens du partage et de la responsabilité partagée. Leurs enfants, filles et garçons, ne pouvaient que recevoir une autre éducation.
    Ces creusois ont été des meneurs, les gros bras de la Commune.
    L'Etat s'est vengé plus tard en les envoyant en tête de ligne lors de la guerre de 14. Des tailleurs de granit bretons ont connu le même sort,, mais je connais peu la Bretagne.
    Le pourcentage de retour de ces hommes au pays fut ridiculement petit à côté de la moyenne française.
    Les enfants, élevés dans le courage et le partage, ont laissé éclater leur colère : le monument aux morts présente un gamin, casquette à la main, le poings levé, désigne l'épitaphe "QUE MAUDITE SOIT LA GUERRE". Aucune larme, un infini respect pour leurs pères assassinés et une immense colère.
    Un des villages bretons à un monument similaire. Les deux "n'existent pas", non inaugurés, ils ne reçoivent fleurs et hommage que de ceux qui partagent... La photo du monument de Gentioux n'a pas quitté mon bureau depuis 23 ans. La colère non plus.
    Saint Barthélémy, guerres de religion, de Vendée, de frontière, de symboles...
    Colère, ne me quitte point.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton témoignage, Mag.
      Les monuments aux morts "pacifistes" ne sont pas légion en France, apparemment.
      Peut-être qu'en symbole fort d'une volonté de paix, il faudrait aller inaugurer ces monuments. Mais qui le fera ? Surtout pas en ce moment où le mot guerre est sur toutes les lèvres...
      Ce que tu dis des Creusois et de leur histoire est très émouvant. Je ne connaissais pas cet épisode.Mais c'est logique s' il n'est pas dans les livres d'histoire.
      Je t'embrasse.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Quand tu viendras lire les étoiles, comme promis, ( si tu viens après ce que je vais dire ), on pourra aller à Gentioux - Pigerolles, c'est tout proche.
      Nous, on était au Zénith vendredi soir: peut-être bien 5000 personnes, autant au palais des sports pour un tournoi de tennis professionnel. On avait laissé la télé allumée pour que le chien s'ennuie pas et quand on est rentré, le chien, ( remarque, il n'a que six mois, il ne parle pas encore très bien, il est un peu jeune, hein ) n'a rien dit, mais quand j'ai vu notre président à l'écran avec la célèbre mention " en direct " je me suis douté de quelque chose de grave. J'ai vu, écouté et la colère et même la haine m'ont pris. Et me tiennent encore.
      Alors je voulais dire que le monument de Gentioux - Pigerolles, comme pratiquement tout le monde en Limousin, j'en ai parlé, rêvé, je l'ai vu et revu, j'ai même connu un descendant d'un de ses bâtisseurs, mais c'était un autre temps, le temps de sa construction...
      Quand on me parle d'éducation pour lutter contre le fléau du terrorisme, je doute: ces voyous embrigadés ont dû recevoir leur part d'instruction laïque et obligatoire, leur part d'éducation parentale, leur part de soutien de leurs " Grands Frères ", et pourtant, voilà ce qu'ils sont capables de faire...
      Je ne connais évidemment pas la solution pour y arriver, mais que cela cesse, filh de garça, que 'quò 'chabe!
      Sinon, je me demande pourquoi personne n'a rien dit au Zénith ( ah, c'était la tournée des années 80, au fait ): peut-être pour pas créer de panique? T'en penses quoi, Celle?

      Supprimer
    3. Bien sûr que je viendrai lire les étoiles. Puisque je l'ai promis. Et puis voir ce monument aux morts, oui, c'est certain, ça me fait quelque chose.
      Je ne sais pas pouruoi le spectacle n'a pas été interrompu au Zenith...peut-être qu'ils n'ont pas voulu gâcher la soirée des gens...peut-être que c'est un problème de gros sous. Ou qu'ils ont eu peur que les gens soient en panique. J'en sais trop rien...
      Ce que je sais, c'est que mes enfants étaient à Menilmontant ce soir là, enfin deux de mes enfants avec leurs conjoints c'est à dire quatre des personnes que j'aime le plus au monde. Et qu'ils étaient tranquilles assis à une terrasse dehors, parce que le mois de novembre est exceptionnellement doux cette année, et que j'ai eu la peur de ma vie en apprenant les infos.
      Pour l'éducation, oui c'est vrai, l'école ne fait pas tout...elle apprend à lire, mais pas assez à penser, et une fois qu'on sait lire, mais pas suffisamment penser, on peut aller sur internet se faire bourrer le mou par des idées à la con et se faire embrigader ... Oui, c'est sûr...``
      Bisous mon Bof
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. @ Bof
      "Pourquoi n'ont-ils rien dit au Zénith" dis-tu?
      Cela aurait-il changé quelque chose?
      Ca me rappelle un cas authentique. Un midi, en rentrant de l'école sur sa mobylette, un ado se fait faucher et meurt sur le coup.
      A l'époque, la police se déplaçait encore pour apporter ce genre de nouvelle et devant les regard de coin pour savoir qui va se coller la mission, un policier se dévoue. Il arrive derrière la porte de l'appartement de la famille et il entend des rires et des exclamations joyeuses.
      Il fait alors demi-tour et va au troquet du coin prendre le temps de boire un café en disant qu'il leur accorde encore un quart-d'heure de bonheur...

      Supprimer
    5. Très jolie histoire, Blutchy...
      J'en ai des frissons
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. je suis venue rencontrer ta colère Célestine.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle est passée... reste une grande tristesse.
      Et en même temps, l'espoir reste présent en moi, comme chevillé à mon corps. Je suis comme ça.
      C'es ma façon de survivre.
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Je crois que la guerre globale actuelle et à venir ne sera pas par le passé qu'une affaire d'homme. Tu as raison pour l'essentiel je suis bien d'accord avec toi. Ta dernière question, on connait la réponse, mais on ne la dira pas. Bisous .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bon, tu connais la réponse Mind ?
      Tu veux sans doute dire "quand les moules auront des gants" ?
      Quand les paroles des poètes seront prononcées sans langue de bois dans les hémicycles...
      Quand parler d'aimer ne déclenchera plus les sourires moqueurs amusés ou compassés

      Tu trouveras le soleil
      Dans le coeur des enfants
      Sans nulle autre joie pareille
      Ni sentiment plus grand
      Un mot d'amour à l'oreille
      Peut en chacun réveiller un volcan pour qui l'entend...
      yalla !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Petite Marie15 novembre, 2015

    Je suis tellement d'accord avec Brizou, si on ne sait pas que c'est la France qui a été touché, c'est qu'on est bête pas besoin de drapeau, de Marseillaise, signes obstentatoires inutiles ...
    Je suis comme toi Célestine, en colère mais avec un espoir infaillible au fond de moi, j'ai écrit hier dans mon cahier, et la dernière phrase ressemble étrangement à la tienne ... "Faites l'amour mais pas la guerre"
    ... Yallah ... L'amour est l'huile essentielle de la vie"
    Beijinhos <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah...l'huile essentielle de la vie, j'adore, tu me l 'avais déjà dit, je me souviens, tu m'avais parlé de ton ami j'ai oublié son prénom mais je me souviens être allé sur son site.
      Bisous plein d'amour ma petite Marie
      Yalla !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Petite Marie16 novembre, 2015

      Frank Bruno ... Sur sa page Facebook, il a écrit un texte qui me touche vraiment, sur les événements de vendredi ...
      Bisous et bonne soirée belle étoile de la vie ;)

      Supprimer
    3. Il y a trop de Franck Bruno sur FB...je ne peuxpas lire ton beau texte... ;-(
      Merci c'est très beau ce que tu dis de moi. Ça me touche.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Juste un dessin : https://drive.google.com/file/d/0B-_4CFN-gL2PWDJ1UmxfRl9MRzQ/view?usp=sharing
    Mais tu dis très bien, et Michel Onfray aussi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connaissais pas cette réponse à l'origine du monde de Courbet...
      Merci.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Deux ou trois choses :
    Brizou,15 novembre 2015 10:45 « […] devant la violence et la mort de tant d'innocents mais aussi devant la violence de certains propos en retour. […] Pourquoi ces jeunes se laissent-ils berner par Daech jusqu'à se faire exploser en tuant à leur tour? Pourquoi brandit-on notre drapeau bleu blanc rouge en retour? et ces paroles sanglantes de la Marseillaise... Je pleure ces morts là mais je m'en fiche qu'ils soient Français, je pleure leur innocence et leur jeunesse et je pleure pour le Liban et pour la Syrie aussi et puis pour la Palestine martyrisée... »
    “Faut pas pleurer comm'ça“, disait une chanson, et il faut veiller à ne mêler ni les morts ni les jeunesses. Les assassins, principalement arabo-musulmans, ont commis un crime de masse sur le sol de la France, au milieu de sa capitale. Vous vous « fichez » que les morts soient français, il reste que les criminels de masse ont désigné les français, et tous ceux, français ou non, arabo-musulmans et autres, qui se trouvaient dans leurs lignes de tir. Et, faisant cela, ils ont blessé la France dans ce qui la fonde : une manière de vivre et de se comporter à nulle autre pareil. Ils sont venus lui dire : « Je hais ce que tu es, je hais ton génie singulier, les terrasses de tes cafés, la petite musique du plaisir d'être au monde que tu as composée depuis le Moyen Age, je hais ton esprit compliqué et tes caprices d'enfant, ton goût pour les mathématiques qui ne semble pas contrarié par celui que tu manifestes pour les sciences aussi inexactes que l'amour. Je hais ta langue si parfaitement destinée à la description de la convoitise, si accordée à l'éblouissement que suscite le plaisir, si exercée dans l'art de l'illusion sentimentale. ».
    Vous évoquez les « paroles sanglantes de la Marseillaise » : espérez-vous qu'un jour on leur substituera de ces niaises considérations sur le « vivre ensemble », distillées par des les communicants de la Cour ? La France, c'est une jolie femme, un beau gosse, qui couchent volontiers mais pas avec n'importe qui. La France, c'est une silhouette élégante, qui vous rend votre salut (même quand il paraît aussi maussade que le vôtre) et s'éloigne en sifflant la Marseillaise.
    La France est un cadeau, un don que les français partagent volontiers. Vous pourriez le reconnaître et, surtout, en profiter : la coalition des crétins individuels et des assassins de masse pourrait bien vous en priver définitivement.
    Ciao Celestina,ciao begli occhi, ciao bella ragazza in piedi con occhiali da sole

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je partage avec vous cher Patrick, cette certaine idée de la France. N'accablez pas trop mon amie Brizou. Je pense que sa réaction est justement due à cet esprit de partage qui nous fait parfois un peu oublier, par souci d'humanisme, ce qui a fondé notre exception. A force d'ouvrir les bras, nous ne savons plus nous défendre des agressions caractérisées. Vivre ensemble, oui, quel bonheur, nous avons le coeur infini, de Cesaria Evora à Stromae, de Musset à Lucchini, nous accueillons le monde et le monde est en nous.
      Mais il est clair que nous devons protéger cette liberté exceptionnelle que nous avons de goûter la vie et de pouvoir la chanter dans une langue qui fut longtemps un phare pour les pays opprimés.
      En un mot, bien des gens ne connaissent pas leur bonheur d'être français, parce qu'être fier d'être français, on dirait que c'est devenu presque obscène...
      Oh oui, les terrasses de café, la musique, et les jupes qui tourbillonnent légères, l'éternel parisien, l'esprit frondeur et l'humour, quel cadeau...
      Mais la France, c'est aussi d'insupportables erreurs politiques faites par des dirigeants égarés qui ont perdu le sens commun. Chaque fois qu'ils ont cherché à singer le "grand frère d'outre atlantique", ils ont bradé un peu de notre aura.
      Merci cher Patrick pour votre cri, qui est pour moi un cri d'amour.
      la ragazza con occhiali da sole per nascondere le lacrime
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Bella ragazza, si j'ai pu blesser la sensibilité de votre amie Brizou, je la prie, et je vous prie, de m'en excuser,
      Je vous salue, polposa statua di carne con occhiali de sole

      Supprimer
    3. N'ayez pas d'inquitéude, cher ami, vous êtes bien trop raffiné et prévenant pour blesser intentionnellement qui que ce fût.
      C'est de bonne guerre (si j'ose dire) d'exprimer ses opinions, surtout quand elles viennent du coeur, et j'ai bien dû, parfois, blesser quelque sensibilité en maniant avec truculence la langue de Rabelais.
      baci della statua di carne
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.