jeudi 10 septembre 2015

Bing ! Bang !

photo du net


C’était une petite planète bizarre, un petit grain bleu perdu dans le fin fond des fins fonds.
Un frêle esquif face aux énormes bâtiments battant pavillon cosmique.
En bas, à gauche, en haut, à droite, nul n’aurait pu le dire, rien de tout cela n’existait dans cet univers déployé comme la corolle d’une gigantesque matrice.
Dans leur jeune aise, les pétales s’en écartaient en rougissant, sous les ondes orgasmiques du premier cri primal : bing ! bang !
Partout ce n’était que fusion, fission et explosion de matière.
Un déploiement minéral et superbe de feu, de glace et de roc.
Le soleil, fringant comme une étoile neuve, pourtant, à vrai dire, s’ennuyait un peu à se faire reluire le nombril, ou les turgescences gelées des plissements hercyniens drapées dans de vaporeuses mousselines de nuages.

Mais soudain, sur le petit grain, émergèrent les coquelicots…


¸¸.•*¨*• ☆





Clin d'oeil aux jeudis en poésie chers à certains de mes amis blogueurs. Dont Soène.

44 commentaires:

  1. Et pourquoi pas Bang bang ? :)

    https://www.youtube.com/watch?v=uDsw6xIPZNw

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais ça viendra plus tard !
      Pour l'instant, je n'en suis qu'à l'épisode Un de ma jeune aise...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. J'ai été écouter. Je connaissais pas :-( . Pour ma part, je pensais plutôt à chelle là https://www.youtube.com/watch?v=Chh3Gohm2tM ;-)

      Supprimer
    3. Chelle-là ! hé hé ! joli...
      Bon tu sais quoi, depuis le temps qu'on se commente, tu n'étais pas encore sur mon totem.
      Voilà, c'est fait ! Bienvenue à toi !
      En haut à gauche sous l'image, ici ça veut dire quelque chose)
      ^^

      Supprimer
  2. Oh! poème comme je t'aime! tu es d'une magnificence comme les poèmes d 'Apollinaire qui dansent dans mes yeux ! Il est parfumé de mots déhiscents qui détalent dans leurs embrasements pour nous illuminer les chemins obscurs et voir naître la vie et voir émerger les coquelicots!
    Je comprends mieux le grand philosophe et peintre indien Rabindranath Tagore qui dit: "Ne pleurez jamais d’avoir perdu le soleil, les larmes vous empêcheront de voir les étoiles".
    Heureux pour tes mots sublimes ma fée papillon Céleste !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'apprends le mot déhiscent, dont je n'avais qu'une vague idée...
      Apollinaire...rha la la ! tu connais mes points faibles ^^
      Quant à Rabindranath, je connais surtout son frère, Rabindranath Duval... ;-)
      Bisous cher prince
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Et dieu sait s'ils sont éphémères, les coquelicots...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une fleur qui me va bien, en ce moment, moi qui suis en plein dans "l'effet mère"...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Euh non...je parlais de ma mère à moi, qui entre dans la dépendance. Pas facile !
      ¸¸.•*¨*•


      Supprimer
  4. Je te répondrai en une chanson, en plus je sais que tu aimes l'interprète ];-D

    http://dai.ly/x758h5

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette piqure de rappel ;-) !

      Supprimer
    2. Ah ce Marcel...quel poète !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Beaucoup de références culturelles, hein, cher Passion !
      ^^

      Supprimer
  5. Le petit grain aurait du savoir en rester là et continuer de vivre dans le calme et la sérénité.....
    Ti bacio

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais on ne se serait pas connus alors ... :-(
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Mais si, nous aurions été deux coquelicots dans le même champ à échanger nos impressions en les faisant porter par le vent.

      Supprimer
    3. C'est trop mignon...
      ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Réponses
    1. C'est un peu comme ça que je comprends le big bang...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Coquelicots éphémères ? Oui mais douceur intense ... je dirais même sensuelle ...
    Rouge secret ... Ma fleur préférée, ... On ne peut la cueillir ... Elle est si belle au milieu du blé ...
    Ta photo est superbe ... Merci Célestine ...
    Bisous lumineux ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai trouvé cette photo sublime, en effet. Et la fragilité des coquelicots m'émeut.
      Quant au rouge sensuel...oui, je plussoie.
      Bises célestes ma petite marie
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

  8. Le myosotis, et puis la rose,
    Ce sont des fleurs qui dis'nt quèqu' chose !
    Mais pour aimer les coqu'licots
    Et n'aimer qu'ça... faut être idiot !


    Tu vois, tu n'es pas la première.
    Bises


    Bon d'autres y ont fait référence avant moi, moi non plus je ne suis pas la première. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui, je sais c'est un peu idiot, mais moi, cette photo elle m'a bottée, et inspirée aussi...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Magnifique photo….

    Plaisirs exquis,
    Retrouvailles avec l'être aimé,
    Toucher, frémir, jouir
    Libération des sens
    Mon corps a lui pense

    Muse bleue

    RépondreSupprimer
  10. C'est un très beau texte ma belle!! Le rouge du coquelicot se prête à merveille à ton interprétation... j'aime cette fleur à l'aspect délicat et fragile qui a pourtant une force et une ténacité lui permettant de pousser au milieu de gravats, sur les bord des chantiers et de réjouir les champs de blé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Réjouir les champs de blé ! c'est magnifique ce que tu dis.
      La poésie, c'est tout ce que permet de raccrocher le rêve au réel et le réel au rêve.
      Une impérieuse nécessité et une belle évidence.
      Bisous Brizou
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Suis sûrement beaucoup trop lourd par rapport à toute cette légèreté, cette finesse et cette délicatesse qui sont tiennes et qui te vont tellement bien, mais j'ai pas trop capté le message. Alors je me suis bêtement laissé bercer par tes mots quelque peu cryptiques pour moi, simplement au gré de leur beauté...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un peu ça la poésie...
      Quelque chose qui se ressent plus que cela s'explique.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Le vocabulaire érotique qui sous-tend ce poème-BD de SF évoque irrésistiblement pour moi, avec ses "bing" et ses "bang", le" Fais-moi mal Johnny, Johnny !" de Boris Vian.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tes bing et tes bang évoquent pour moi la chanson de Gainsbourg "Boomerang" chantée par Etienne Daho. On reste dans le même thème, quelque chose de sulfureusement érotique...
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Y a de la passion, dans ce (très joli, très inspiré, très poétique) texte, de l'érotisme... Enfin, moi, je l'ai lu comme ça. La passion, c'est rouge (comme le coquelicot), ça explose (comme le big bang), c'est éphémère (comme un orgasme)...
    Bises terrestres (bah oui, on fait ce qu'on peut hein ! haha !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, cher Nhand ! Il y a toujours de la passion dans mes textes, et "du feu dans chacun de mes gestes", comme dit Cabrel.
      Mes pensées sont souvent rouge coquelicot, rouge passion.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Certes, à ceci près que tu n'es pas éphémère (ce qui fait toute la différence)... (à moins qu'il n'y ait mille & une Célestine en toi et que tu es une addition "d'éphémérités" - oui, tu auras remarqué que j'aime inventer des mots quand ça m'arrange haha !)

      Supprimer
    3. oops... Après "à moins que", subjonctif, of course ;-)

      Supprimer
    4. Ne suis-je pas eéphémère ? Voilà une question à laquelle il m'est bien impossible de répondre...
      En revanche, même s'il n'y a pas mille et une Célestine, j'ai quand même plusieurs facettes, et plusieurs cordes à mon arc...hi hi !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Ma fleur préférée....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est beau, un myosotis qui aime un coquelicot...
      tendres pensées
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. "Le sage de l'anflée se moque
    Quand ce qu'il dit tout vient à gogue..."

    Divertis'aimant !!

    Le coque lit en écho attiré par l'aile en fusion révélée par ce soleil ennuagé, mais fort de feu, puisque nouveau, fringue-hi-han des mousses-élines, pin-pon de singalette ou de tarlatane... qui piquent aux yeux....
    Le Ra souffle et enveloppe la jupe de l'effet-mère, effleure, rouge passion, sous l'ondée de vie, l'explose et l'épanouit en corolle qui s'ouvre et se mature...
    Bon après-midi Célestine !
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joli rebondissement de ton poème sur mon texte...Qui t'a inspiré, à ce que je vois !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Éclosion, floraison, épanouissement....c'est beau la vie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne s'en lasse pas, chère Marie Madeleine.
      Bisous célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.