mardi 7 juillet 2015

Jubilacion

Je suis assez surprise de la diversité des réactions dans mon entourage quand j'ai annoncé que je me retirais gentiment mais sûrement de l'Eduknatt. Les plus surprenantes étant sans doute, pour moi, les mines défaites ou carrément attristées. « Tu es sûre ? » « Tu ne vas pas regretter ? » « Tu ne vas pas t’ennuyer ? »
Tssss…D’abord je ne me retire pas sur mon rocher comme un ermite. Mais seulement d’un métier prenant, usant, avant d’en être blasée.
Sans doute ne connaissent-ils pas assez bien ma fureur de vivre et mon goût de la découverte… Certes le travail est une reconnaissance sociale importante. Une manière de s’accomplir, de s’affirmer, de se positionner. Mais j’ai suffisamment travaillé, en amont, sur l’estime de soi et le développement personnel pour me sentir assez armée contre la mélancolie. Etre soi, c’est n’être ni un état-civil, ni une fonction, ni un âge.
Etre soi, c’est sentir ses globules faire leur footing permanent dans ses veines, leurs petites bulles d’oxygène sous le bras, et distribuer, tels de petits facteurs essentiels, l’énergie vitale à travers tout son corps.
C’est se sentir exister, vibrer, comme une fleur sur sa tige.
C’est s’ouvrir au vent de tous les possibles, et goûter avec frénésie et sérénité l’ivresse d’une liberté nouvelle.
C’est comprendre comme un signe la mort de mon amie. Juste ma dernière semaine. Un message si lumineux que j’en ai la gorge serrée. Elle est partie, je reste, je n’ai pas le droit de pleurer sur mon sort.
C’est une libération d’un carcan horaire, en essayant de ne pas s’enfermer dans un autre, par peur de l’  « ennui ». Me sachant contemplative et non hyperactive, j’ai envie de me faire confiance sur ce plan-là. Je ne me suis jamais ennuyée, à regarder une fourmi ou le vol des mouettes sur la mer, pourquoi commencerais-je ? J’ai envie de me câliner, me connecter à mes aspirations fondamentales, et pour ne pas me perdre, faire de ce temps qui m’est offert comme un présent, une recherche active et réfléchie de ma respiration intérieure, de ma vie profonde. En essayant de ne pas me perdre en chemin. Et surtout, j’ai envie de continuer à aller vers les autres, de goûter à l’existence comme à un fruit mûr, d’aimer à perdre la raison et tout cette sorte de choses.
Les Espagnols disent « Jubilacion » au lieu de retraite. Ils ont tout compris.


85 commentaires:

  1. Réponses
    1. Un gars plus pacifique que son frère Kill... J'espère.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Unico e magnifico
      Je te raconterai !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Aucune raison de t'inquiéter, y a que les cons qui s'ennuient :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais je ne m'inquiète pas, ce sont les gens autour de moi qui font des projections d'eux mêmes sur ma situation...
      Ton aphorisme vaut une phrase d'Audiard, en tous cas.
      Bises cher Boss

      Supprimer
  4. Rooo! Quand j'ai décidé d'arrêter de travailler, certaines personnes m'ont demandé si j'allais pas m'ennuyer!
    Ah ben, je ne m'ennuie que très rarement... J'aimerai parfois m'ennuyer un peu, svp!
    Et l'avantage, c'est que c'est moi le boss! C'est jubilatoire :D :D :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non, le boss, c'est Walrus !
      Je rigole...je te comprends, petite Émilie, mais on ne peut pas empêcher les gens de se faire du souci pour nous...et de voir le monde par leur bout de lorgnette personnel...
      Personnellement, la vie est tro passionnante pour que je m'ennuie une seule seconde à la contempler...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Liberté, liberté chérie....Profite !
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le plus joli couplet de la marseillaise...
      Oh oui, je vais profiter de chaque minute comme d'un nectar.
      Merci cher monesille
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Bonne "jubilacion"
    L'ennui, je ne connais pas.
    Trop à faire, à regarder, à partager, à découvrir, à vivre.
    Le monde extérieur est bien grand mais le monde intérieur incommensurable.
    Aucun ennui possible si on y plonge... maty

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous avons la même vision des choses Chere amie!
      Une part importante de ma vie se passe à l'intérieur de moi. C'est la leçon, la grande leçon que l'existence m'a donnée et je m'en sens remplie de gratitude.
      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Pour éviter de m'ennuyer, j'ai pris le parti d'ennuyer les autres, ça me distrait... :-D
    Baci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand est ce que tu reviens m'ennuyer un peu ?
      Hier c'est vrai que tu m'as énormément ennuyée !
      :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Du coup " J'adore mon métier " est devenu " J'adorais mon métier".
    J'ai toute confiance en toi. Tu fais une retraitée heureuse j'en suis sûre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as vu cette réactivité ? J'avais dit " sans me retourner" alors je coupe net.
      Je suis retournée hier et aujourd'hui pour finir de récupérer mes affaires, expédier les dernières affaires courantes et fermer le bateau.
      Il est sur cale. Prêt à récupérer un nouveau capitaine.
      J'écrivais cela sur mon défi Queneau :

      "
      Me voilà prête à embarquer sur un bateau individuel, une simple yole où je naviguerai à vue, oubliant mon cargo poussif et surpeuplé, me laissant simplement porter par le courant d’une onde pure. Quelle joie ineffable ! Il est temps que je torde le cou à mes peurs livides et injustifiées."

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Aaah j'admire ta belle envolée jubilatoire, enthousiaste et tout. Mais le problème de la retraite n'est pas la retraite en soi: c'est qu'on a aussi, et pour le même prix, l'âge de la retraite. Je ne m'aventurerai certainement pas à tenter de deviner ton âge - il me reste hélas encore quelques restes d'éducation, de politesse, de bienseillance etc - mais en ce qui me concerne, quand dans un an je retirerai mes billes, j'aurai été au fond de mes années de carrière. Et donc je serai officiellement vieux. Même si, dans ma tête et dans mon coeur, le temps s'est arrêté vers mes 25 ans et que mes appétits, mes folies et mes conneries sont restés intacts.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ola! Hombre... Quel commentaire désabusé.
      Alors premièrement, un petit aperçu de la " vieille " Celestine ... Lol
      J'ai dit que je prenais ma retraite, mais je n'ai pas dit que j'avais l'âige de la retraite...
      Ensuite j'ai dit que l'on ne saurait être défini(s) par un âge où une fonction.
      Enfin, il faudrait que tu demandes à mes amis blogueurs qui me connaissent "de visu"
      comment ils me trouvent...
      Bises réconfortantes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. En voilà une mission délicate à mener...
      C'est juste un scandale de voir que l'E.N. lâche son personnel à la fleur de l'âge.
      Du matériel qui pourrait encore faire de l'usage une trentaine d'année est ainsi gaspillé, avec les conséquences désastreuses que l'on sait sur le régime des retraites de la fonction publique.

      J'vous jure mon bon Monsieur que c'est un malheur de voir ça... :-D
      C'est vrai ça, Célestine est à la retraite et je ne suis même pas sûr qu'elle a déjà fait toutes ses dents.
      Ciao et baci à la Petchotte.

      Supprimer
    3. Bon globalement tu t'es plutôt bien acquitté de ta mission, Blutchy.
      Passons sur quelques expressions à l'emporte-pièce qui n'auront pas abusé sur tes intentions bénéfiques notre ami l'Homme.
      Du genre "du matériel qui pourrait encore faire trente ans..." ou bien "c'est un malheur que de voir ça"
      On peut donc déduire de ta prose alambiquée que tu n'as pas eu l'impression de boire un verre avec une vieille mamie, hier...Ce qui me convient tout à fait.
      Bisous et baci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Chère Célestine, loin de moi l'idée même commenter de quelque manière que ce soit ton âge ou ta beauté... Si c'est le message que tu as capté ben c'est sûrement dû à ma maladresse ou balourdise. Faut dire aussi qu'avec l'écriture seule, on loupe toute la communication verbale et ses possibilités de préciser le propos, avec tous les risques de malentendus y afférents...

      Supprimer
    5. C'est un sujet de conversation inépuisable que cette difficulté due à la communication virtuelle...
      Je te rassure, je n'ai senti aucune maladresse ni balourdise dans tes propos, qui sont souvent très fins. Tout va bien, je n'ai aucun doute là-dessus : l'homme est un gentleman.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Comme je comprend tout ce que tu dis là et j'ai hâte, tellement hâte d'y être... encore près de deux ans pour moi. Belles grandes vacances à toi et oui, je te fais confiance pour savoir en goûter toutes les minutes!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'aie pas hâte. Profite. Les choses arrivent.
      Je n'ai pas compté les jours.
      Et c'est là, devant moi, comme un cadeau.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Ah ! Du temps libre qui s'écoule sur une partition à 4 temps
    Prendre le temps de voir passer le temps
    Calculer le temps écoulé même avec un temps de retard
    Respecter le temps imparti toujours en temps réel
    Se préserver un temps fou pour parler du bon vieux temps... Avec les "bonnes vieilles collègues" !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne plus jamais dire : " je n'ai pas le temps"
      Avoir le temps.
      Magique et merveilleux.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Je fréquente des gens "habités" par le travail (j'ai noté "habité" parce que je ne sais pas s'il s'agit de passion... d'autre chose... habités !) qu'ils soient éducationationale ou bien "zhommesETfemmesdaffaires" depuis ma toute petite lorgnette, ce sont des malades.
    Pour leur toute petite lorgnette à eux, c'est moi le malade... ça me semble assez naturel.
    Bref, enfant je m'ennuyais souvent et c'était absolument génial de s'ennuyer depuis que je suis adulte je ne sais pas ce que c'est que l''ennui.
    J'ai fait l'expérience de l'inactivité totale puis que j'ai passé plusieurs semaines (entre 3 ou 4) assis à l'extrémité de notre canapé sans lire, sans regarder la télévision, sans écouter de musique, sans ordinateur mais malade et crois-moi je m'en souviens très bien, eh bien je me suis ennuyé deux après-midi 2, pas trois ou quatre ! Bon alors évidemment c'est l'exemple extrème que je ne souhaite à personne et il y a bien pire encore mais bon je me remémore souvent cette parenthèse d'il y a trois ans.
    Mes meilleurs copains sont en retraite (je ne déteste pas ce mot, même si le terme Espagnol est... Espagnol !!) Ils ne font rien d'extravagant mais ils vivent un pied d'enfer et basta !
    Je crois fondamentalement qu'il faut avoir connu le travail et je plainds ces mecs qui à plus de trente ans n'arrivent pas à entrer dans cette fourmilliére qu'est le boulot, mais il me semble vraiment qu'au delà de 15, 20 ans on a fait le tour... après ce n'est qu'une question de rapport financier, d'ambitions de toute cette "charge sociale"...
    Plus d'horaires, du temps devant soi, une bonne santé, les crêdits remboursés, un petit deux mille Euros/mois, dire merde à un maximum de contraintes... Personnellement, je jubile et je te souhaite de partager cette émoçion !!

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne me suis jamais considérée comme une malade du travail ( d'ailleurs je ne suis jamais malade, j'ai dû faire faire des économies monstrueuses à la sécu. )
      J'ai adoré mon boulot, parce que je l'ai choisi, et que ça m'aurait fait mal au c...de bosser des dizaines d'années sans passion.
      Mais j'ai adoré être en vacances, voir d'autres gens, parler d'autre chose...
      En ce sens, je comprends ce que tu veux dire par habité.
      Moi je ne suis habitée que par la vie, et ma formidable pulsion vitale.
      Je te promets de partager ton emocion...
      Et j'ai adoré ton commentaire.
      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. A aucun moment je n'ai pu penser que toi, Célestine, tu puisses être "malade" du travail, d'abord je ne connais pas suffisamment pour pouvoir évaluer une telle chose, je sais également qu'on peut être "passionné" par une activité professionnelle. Toutefois j'ai connu sincèrement des gens profondément minés par leur travail, des gens pour lequel ce n'était pas qu'une question de virement de fin de mois non, ils couraient dans leur roue à escalier jusqu'à épuisement tel des rongeurs... c'est comme ça.

      Bon, je te laisse je vais bosser, moi !!

      Bleck

      Supprimer
    3. J'ai toujours gardé suffisamment de recul pour ne pas me laisser miner par le travail.
      Mais si les attaques de burn-out m'ont permis d'évaluer ma résistance et mon second degré, je sais aussi qu'elles finissent par laisser des traces sur l'organisme.
      Il y a tant de jeunes qui devraient bosser que ce sont ceux qui s'accrochent à leur boulot qui devraient culpabiliser...Notre société est peut-être bien la première malade à ausculter...

      Supprimer
  13. Probablement trop peu hispanophile je n'ai pas suffisamment anticipé la "situacion" pour que ça rime tout à fait avec "jubilacion". Le pire est que je l'ai toujours su. Aucun ennui là dedans, plutôt comme une "inadequacion" :D Bises et TTB chère Miss W.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je comprends, et je ne prends pas mon cas ( ou celui de Bleck) pour une généralité.
      Je respecte ta difficulté.
      En même temps, maintenant, on fait partie du même club. C'est pas une bonne nouvelle, ça ?
      Bisous et attb
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Voilà ce qui explique le "sans me retourner"..... Dieu que je t'envie ma Célestine, je ne rêve que de ça. Mais je dois attendre encore quelques années et je jubilerai alors à un âge où la jubilacion est aussi synonyme de l'âge de..... Moins rigolo. Profite profite chaque jour ma jolie Célestine. Ceci dit, je suis sûre que tant et tant de moussaillons se souviendront encore longtemps de leur capitaine....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils me l'ont dit, j'ai versé des larmichettes, et puis j'ai décidé résolument de tourner la page.
      Parce que la vie est pleine de surprises, d'inattendu, et que je compte bien en profiter.
      Ton tour viendra. Inutile de languir, comme je le disais plus haut, les choses se font naturellement.
      Je t'embrasse ma belle amie.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Mais vous n'êtes pas chère celestine, ailleurs qu'en vacances. Vous avez mille choses à faire, chanter, jouer, aimer, plaire, aimer plaire et se plaire à aimer, dorer au soleil, plonger votre corps dans l'eau, vous étendre sur le sable, et rêver, surtout rêver, sans cesser d'être une enfant. Vous êtes en vacances, un point c'est tout.
    Je vous embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rêver sans cesser d'être une enfant...jolie définition !
      Faire du pédalo sur la vague en rêvant, en somme...
      Bises d'une éternelle estivante
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Ps: pour moi aussi c'est dur.

    RépondreSupprimer
  17. Présentées comme ça tes "grandes vacances" ont l'air bien appétissant !
    Le champs de tous les possibles s'ouvre devant toi: cultive et moissonne à ton gré, c'est ça la liberté vraie!
    Il t'arrivera, certains matins, d'avoir un peu mauvaise conscience de voir les autres partir bosser, mais comme dit l'autre, un moment de honte est vite passé!!! On se dit qu'après tout, on a rien volé et on bénit la chance qui nous fait vivre dans une société qui permet un tel privilège ...

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Parler en terme de privilèges, c'est oublier ou tout du moins minimiser tout un pan de notre histoire commune, faite de combats acharnés et justes pour instaurer un pacte social, pour le mieux être des travailleurs et au finale de toute la société. La retraite, évidemment vu du côté des patrons, des phynanciers, des affameurs, des décideurs, des détenteurs des vrais honteux privilèges, parachutes dorés et autres paradis fiscaux, ça peut être considéré comme le truc à supprimer. L'empêcheur de faire du profit en rond.
      Les politocards n'ont que ce mot à la bouche : "justice sociale". Si on commençait par revoir nos fondamentaux ? Donner du travail aux jeunes et arrêter de culpabiliser les vieux ?
      Comme tu le vois, il y a du boulot dans le partage des idées pour une jeunette comme moi, en reconversion...
      Mais être payée à faire ce qui me plaît, même si ça peut être considéré comme un luxe, pour moi ce n'est qu'une continuité. Rien ne change sur ce plan-là. J'ai toujours été payée à faire ce qui me plaisait, tu as dû t'en apercevoir ! Alors non, on n'a rien volé, on a beaucoup donné, et ceux qui devraient avoir honte se pavanent rolex au bras dans leurs palaces en toc. Nous on a le monde entre les mains, la mer, la vie, et tout cette sorte de choses...
      ;-)
      Bises solidaires
      ¸¸.•*¨*• ☆


      Supprimer
    2. Bien sûr je souscris à tout ce que tu écris (sauf pour la Rolex que l'on peut posseder sans fréquenter des palaces... ;) )
      Je voulais juste souligner la chance que nous avons eu d'être nés dans ce pays où nos anciens se sont tant battus pour nous...
      La protection sociale ce n'est pas la loi du genre sur notre planète...

      Supprimer
    3. Ah bon, tu as une rolex ? ;-) oh pardon ! je ne savais pas...
      Bien sûr, je sais que nous sommes d'accord autrement, c'était juste le terme de "privilège" qui m'a fait un peu grincer des dents...
      Oui, je considère que j'ai beaucoup de chance. Et surtout celle d'en avoir conscience.
      Kiss you
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Le vent se lève, il faut tenter de vivre ... Paul Valéry & Hayao Miyazaki

      Supprimer
    5. Quel beau film ! J'en garde un souvenir ébloui !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Je vous connais, vous avez la silhouette d'une jeune fille et c'est un euphémisme de dire que vous n'avez pas l'air d'une retraitée...les fées (pas si) maladroites (que ça) ont fait tomber leur pot d'élixir de jouvence dans votre berceau.
    Et votre liberté nouvelle va vous rendre encore plus délicieuse...
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les fées, oui, ont été bienveillantes à mon égard...à moins qu'elle eussent peut-être abusé du Château-Margaux ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Je suis vaguement jalouse ! parce que bien qu'en burn-out régulièrement, je suis bien obligée de continuer d'aller tourner comme un hamster dans une roue qui me semble inusable par rapport à moi pour pouvoir continuer de grignoter quelques graines tous les jours. Et j'ai bien peur que le jour arrivé de la dite "vacance plenière" je sois suffisamment cassée physiquement pour ne pas guère en profiter. Bon d'accord, ce n'est pas vaguement jalouse que je suis, c'est entièrement, complètement, furieusement.
    Profite pour tout ceux qui ne peuvent pas...encore !
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, Monesille, je n'aime pas être l'objet d'une jalousie, même vague, mais surtout entière, complète et furieuse. Je souhaite de tout coeur que tu parviennes à échapper au burn-out comme je l'ai fait ICI , en gardant ton sens de l'humour jusqu'à la "vacance plénière".
      Je n'aurai pas de surcote ni de bonus, mais tant pis. La vie pour moi est plus importante.
      je t'embrasse
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Vais pas tarder d'en faire autant puisque l'EN me vire en octobre prochain ! plein de projets que je vais pouvoir réaliser ! et puis si on s'ennuie même un tout petit peu, on pourra toujours se faire une balade commune toutes les deux.... Grenoble ou ailleurs !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une balade commune ? Et pourquoi pas plusieurs ?
      Bisous ma belle blonde
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. J’aurais bien aimé lire ton joli texte Célestine, quand j’avais à prendre ma décision pour ma retraite anticipée. J’aurais foncé droit, tête baissée comme un taureau déchaîné et débarrassé de son carcan (pas seulement d’horaire !), sans plus attendre une seconde de plus . Généralement ceux qui prennent leur retraite professionnelle à l’âge très avancé, 67 ans par ex. comme la Grèce l’a décrété récemment, ce n’est pas pour jouir de leur temps avec leur santé, mais pour déposer les armes comme ce guerrier éreinté et essoré et à bout de souffle . Comme me le crie, souvent, mon ami Marc qui n’a pas hésité une seconde à prendre sa retraite anticipée, (il disait « déguerpir !) : « vive la quille » et jusqu’à ce jour, il aime se le répéter !!(sacré Marc!). Vivement la Nouvelle Célestine requinquée et pleine d'entrain et place à la vie comme on l'aime.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ..Requinquer !? mais pardi il n'y a rien à requinquer, t'es toujours époustouflante, l'étoile filante.

      Supprimer
    2. J'aime bien la philosophie de ton ami Marc.
      Mais je reconnais qu'il y a des métiers où l'on peut travailler très longtemps, et d'autres où l'on doit s'arrêter plus vite. Pourquoi fixer le même âge de départ à tout le monde ?
      Quant aux raisons qui m'ont fait prendre ma décision, il y a celles que je chante dans mon joli texte, et d'autres qui ne regardent que moi...
      Merci pour tes encouragements, mon cher Prince du désert.
      Bises célestissimes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Quel hymne à la Vie !

    Vous vous emparez d’un arsenal de mots judicieusement assemblés pour nous faire partager des sensations et des enthousiasmes souvent malaisés à exprimer et nous donnez-là une vibrante poésie en prose qui nous emporte en un vivifiant tourbillon vibrionnant ; on rêve se laisser emporter à votre suite, soutenant les pans de votre traîne princière comme des petits lutins tout ébahis de tant de faveurs. On se prendrait même pour un poète – n’avez-vous pas « volé » tous les mots disponibles, nous empêchant pratiquement de vous faire compliment - et on appellera alors quelques vers de Théodore de Banville, comme nous le mal-aimé, qui dans son recueil au titre évocateur et délicieux « Les Cariatides » ! (1842) écrit :

    Conseil

    Eh bien ! mêle ta vie à la verte forêt !
    Escalade la roche aux nobles altitudes.
    Respire, et libre enfin des vieilles servitudes,
    Fuis les regrets amers que ton cœur savourait.
    Dès l’heure éblouissante où le matin paraît,
    Marche au hasard ; gravis les sentiers les plus rudes.
    Va devant toi, baisé par l’air des solitudes,
    Comme une biche en pleurs qu’on effaroucherait.
    Cueille la fleur agreste au bord du précipice.
    Regarde l’antre affreux que le lierre tapisse
    Et le vol des oiseaux dans les chênes touffus.
    Marche et prête l’oreille en tes sauvages courses ;
    Car tout le bois frémit, plein de rythmes confus,
    Et la Muse aux beaux yeux chante dans l’eau des sources.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment pouvait-il être mal aimé en écrivant de si belles choses?
      Quel beau poème vous nous offrez ce matin, ma prose a la clarté diffuse des étoiles lointaines, mais ce texte brille comme un soleil.
      Maintenant, souffrez que je raccroche ma traine princière pour aller faire mon footing vespéral (ben oui...). Je craindrais de me prendre les pieds dans mon altesse. ;-)

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. "Il est temps de vivre la vie que tu t'es imaginée"...
    Henry James

    *****

    Bisous réfléchis.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très belle citation d'Henry James.
      D'une simplicité et d'une clarté terribles.
      Y a plu ka.
      Bises en retour
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. J'avais bien compris alors...mais c'est définitif (démission) ou tu t'es mise en dispo...c'est le fonctionnaire qui fait son curieux....
    Ben moi je trouve ça génial si tu as un projet professionnel ou tout simplement de vie autre que tu puisses essayer de le vivre. Il faut arrêter d'avoir peur...j'espère y parvenir aussi un jour, des indices me disent que j'en prends le chemin....
    Gros bisous !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Euh...la retraite anticipée, c'est une démission ou une mise en dispo définitive ?
      J'ai un beau projet de vie, en fait. Un très beau projet de vie.
      Gros bisous, va au bout de tes rêves, Mindounet; on n'a qu'une vie.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Retraite anticipée?? Cela existe ça dans la fonction publique d'Etat?? Punaise je me suis trompé de fonction publique...dans la mienne ça n'existe pas sauf quand tu es devenu inapte à toutes fonctions...
      Belle fin de semaine et génial pour ton projet de vie. Bises !

      Supprimer
    3. Ça va disparaître, c'est ce que l'on m'a bien fait comprendre. Avoir eu trois enfants, les avoir élevés sans jamais prendre un seul congé, ne justifiera plus que l'on s'arrête un peu avant l'âge légal...C'est comme ça, on n'aurait jamais dû appeler cela des "acquis" sociaux.
      Rien n'est jamais acquis à l'homme, etc etc...
      Bises Mind
      Courage pour la suite.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Jubile et fais nous jubiler avec tes jolis mots et dessins , humm la belle nana de ta bannière !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Daddy, je jubile déjà de vous faire jubiler.
      la nana c'est tout moi (mais en blonde ^^)
      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. il faut parfois savoir prendre les bonnes décisions avant d'être totalement bouffé ! Plein de bonnes choses pour la suite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mes décisions sont en général très réfléchies (je veux dire longtemps) et je ne les regrette que rarement.
      J'espère qu'il en sera de même cette fois, je préfère gagner un peu moins et rester en bonne santé mentale et physique...
      Bisous les Caphys
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Illustration éloquente, l'ère de la jubilacion a commencé!!!
    "C’est une libération d’un carcan horaire, en essayant de ne pas s’enfermer dans un autre, par peur de
    l’ « ennui ». Me sachant contemplative et non hyperactive, j’ai envie de me faire confiance sur ce plan-là. "
    Voilà des mots qui me parlent! Ne pas s'enfermer dans une multitude de tâches, juste laisser venir, apprécier, se faire confiance. Pas la voie la plus simple mais sans aucun doute la plus saine! Bonne route Célestine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Laisser venir, apprécier,se faire confiance...
      joli programme, on se comprends cinq sur cinq. :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Je suis contente pour toi, je suis aux anges de te savoir heureuse ! Un peu chiffonnée par la disparition de ton amie qui a dû te remuer et en même temps te conforter dans cette belle décision. Je pense sincèrement que nous avons plusieurs vies (compte, tu verras les cycles) et qu'il en faut une (de vie) qui nous serve à nous remettre des précédentes, à les écrire, les chanter, leur donner un sens même si on n'y parvient pas toujours, l'essentiel est de "participer", dans ce cas "d'essayer"... Je te fais confiance pour le "beau projet" qui accompagne ta décision et je suis certaine que tu trouveras ta respiration juste. Certains sont faits pour mourir sur scène comme l'ami Aznavour et bosser jusqu'à leur dernier souffle pour se sentir être, d'autres sont...tout simplement ! Bises et à bientôt, dès que j'ai la tête un peu moins sous l'eau ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien l'idée d'avoir plusieurs vies...
      Et j'espère bien profiter de celle-ci comme j'ai profité des autres...
      J'espère que tu vas mieux. Les plumes me manquent beaucoup, vivement que tu reviennes!
      Je t'embrasse fort!
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. P.S. : j'espère que tu profiteras de cette nouvelle vie pour changer de plate-forme parce que vraiment, faut t'aimer pour venir ici !!! :D Dixième fois que je me ré-ré-ré-abonne à ta News (t'es sûre qu'elle est activée ?), je ne reçois rien depuis ... en fait je n'ai reçu que 2 fois et depuis c'est le néant !!! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas du tout comment marche cette newsletter.
      Tu sais moi la technique...
      Je sais juste que quand j'ai envie de savoir ce que tu deviens, je vais sur ton blog. Je clique sur ton pseudo dans la blogroll, et hop, c'est fait en deux deux...
      Il me semble que de toutes façons, aucune plateforme ne présente que des avantages, et qu'une fois que l'on est embarqués sur l'une d'elle depuis six ans, c'est dur d'en changer...
      Bisous ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. Coucou Célestine
    Oui, bien sûr, tu as raison... mais le passage est délicat et difficile. Après l'euphorie des premiers mois, l'ennui s'installe vite si on ne garde pas un certain rythme.
    Pourtant, faire ce que l'on aime ou ce que l'on a envie, c'est un vrai plaisir, une chance extraordinaire.
    Ce qui me plaît le plus, c'est être débordée d'un rien, perdre mon temps, ne rien faire ou en faire trop même, certains jours !
    Je te fais confiance, tu as dû préparer ce nouveau chemin !
    Bel été et gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout changement est délicat, de toutes façons.
      Quand on aime le changement, on a déjà un avantage par rapport aux partisans de l'immobilisme, qui se noient des qu'il faut changer un truc dans leur vie.
      Garder un rythme eh bien, c'est évident. Structurer son temps, avoir un agenda, prendre des rendez-vous, très important, c'est certain. Mais m'ennuyer, non, je ne crois pas.
      Il me faut juste essayer de faire comprendre aux autres combien le formatage est lourd dans notre société, où le travail prend une place énorme dans la reconnaissance de soi, si bien que lorsque l'on est chômeur ou retraité, on a l'impression que l'on ne sert plus à rien.
      Mais chaque individu, quel qu'il soit, â une valeur intrinsèque.
      Et c'est important de le savoir.
      Bisous célestes Chere soene
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Un champ de marguerites fleurit devant toi . Tu vas pouvoir effeuiller amour, lecture, peinture, photo, amitiés, voyage, farniente, vie sociale, bénévolat, papotage etc.........QUE DU BONHEUR. Merci de ta visite et des marques de ton passage que tu as gentiment déposées. A bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un champ de marguerites, jolie image!
      Pour effeuiller la vie un peu, beaucoup, passionnément, â la folie...
      Je vais m'y employé de tout la force de mon petit coeur!
      Beau dimanche !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. chère Célestine, tes paroles me font du bien.
    je suis à l'aube de m'arrêter et en y pensant, c'est un peu la panique. en fait, j'ai oublié que j'ai adoré m'ennuyer.....si, si..... et finalement, il y a tant de belles choses à réaliser, mais en prenant son temps.
    le champ de marguerite, quelle belle image .......Margot

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas qui tu es, mais tu portes un prénom que je connais très bien, puisque c'est celui de ma fille.
      Tu peux m'écrire si tu le souhaites, tu trouveras mon adresse dans l'onglet " contact".
      Je serais heureuse de discuter de tout cela en privé.
      Â bientôt
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. Aaaaaaaaaaah voilà, je n'avais pas compris, juste soupçonné, mais tu sais que je ne lis pas tous tes billets, aussi voilà... j'avais un "tit doute. Un doutenet.

    Bravo bravo, non non tu ne vas pas t'ennuyer, tu vas enfin avoir la place pour devenir vraiment toi. Pour moi ça m'a pris deux ou trois ans d'ajustements, on est un peu fébrile au début, on veut tout faire, ne rien rater, on dit oui à trop de choses, mais tant pis, il est toujours temps de prendre ses mesures par la suite...

    Non non non tu ne t'ennuieras pas, que diantre! A toi la Vie, yeaaaaaaaaaaaaaah!

    Baci baci, sorellina!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh merci merci! Edmée, avec un blanc-seing comme le tien, je ne peux que goûter la vie, parrainée de la sorte. J'adore ton enthousiasme.
      Baci sorella !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. Je te souhaite plein de moments de douce contemplation!

    Je t'embrasse bien fort

    RépondreSupprimer
  35. je sens que je vais imprimer ton texte!il y a un an j'arrêtais pour d'autres raisons, 34 années de travail non stop, j'ai senti la jubilation tous les jours, ce qui n'exclut pas, n'est ce pas les questions diverses et variées mais jubiler qd même.
    j'ai repris une formation que j'avais à coeur depuis longtemps et en 2016, j'aurais à me poser la question "comment continuer (car je ne suis pas tt à fait à l'âge de la retraite) tout en gardant la jubilation qui est la joie de vivre"
    car vivre au sens large ce n'est pas que le cadre du "travail" au sens étroit
    plein de belles choses pour toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Régulièrement, la vie nous met devant des choix.
      la seule question à envisager est, mais ça n'engage que moi:
      "est-ce bon pour moi ou pas ?"
      Parce que c'est notre vie.
      Et que personne ne peut la vivre à notre place...
      Bises chère Sylvie
      Enjoy !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  36. Jubilacion, quel beau mot, pour un billet qui ne l'est pas moins, sur un sujet pas si facile, verre vide ou verre plein, et j'ai apprécié aussi les coms de tes visiteurs, appris que tu as une silhouette de jeune fille, es en bonne santé et que tu chantes, alors c'est beau, la vie !!!!
    autre mot que j'aime bien, anglais cette fois, qui appellent les nature mortes "still life", le français serait il austere ?
    PS . à part l'enfance, la retraite serait un âge d'or, s'il n'y avait pas ...l'âge -

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.