dimanche 21 septembre 2014

Les liens subtils




Il m'arrive d'éprouver des sensations que certains d'entre vous trouveront peut-être saugrenues, car inexpliquées par la science dite "officielle". 
Les ondes, les fluides, le magnétisme, les atomes crochus ou non, les bonnes et les mauvaises énergies qui circulent entre les êtres, tout cela m'affecte  ou me perturbe . Bien souvent, je n'ose avouer  que je distingue nettement l' aura des gens que je rencontre, j'ai peur que l'on se moque de moi, ou que l'on me croit tout simplement un peu dingue.

 Et pourtant, comment vous décrire cette lumière qui émane de certains êtres, et le puits obscur de négativité sans fond que sont certains autres ? Comment comprendre que je me sente émerveillée et remplie au contact de l'un, et vidée, essorée comme une serpillière en face de l'autre ?
Comment dire cette intuition qui m'alerte ou me rassure sur les motivations et les ressorts profonds de ceux qui croisent ma route ? Alors bien sûr, je fais souvent taire, au nom de la raison ou de la simple humanité, mes réticences, mes appréhensions, mes pressentiments. "Mais non, ma vieille, tu te fais des idées, c'est sûrement quelqu'un de bien..." Et si j'ai eu dans ma vie plusieurs fois l'impression de m'être trompée lourdement , c'est que j'avais  simplement été sourde à mon sixième sens qui criait gare.

J'ai aussi la conviction que le corps et l'esprit sont étroitement reliés. La somatisation est un langage, que certains se refusent à écouter. Et pourtant le corps parle. Et les maux sont ses mots.
J'ai vu, de mes yeux vu, conjurer des brûlures par un guérisseur : je vous assure que ça fait un choc ! Les guérisons spontanées, les placebos qui fonctionnent, les vrais jumeaux qui restent reliés au delà des mers  et ces chats qui retrouvent leurs maîtres, même à des centaines de kilomètres...par quels invisibles fils sommes-nous donc guidés ?
J'ai découvert un jour le poème de Baudelaire sur les Correspondances*. Ah mes amis ! Les deux premières strophes m'ont bouleversée,  par leur mystérieuse et sombre luminosité.

En ouvrant ma fenêtre ce matin, j'ai regardé le ciel encore impressionné comme une pellicule, par les zébrures de la nuit. Une nuit d'orage tonitruante. Le levant rougeoyait timidement, un vent calme et frais agitait les arbres comme après la tempête.  
Je me suis sentie...comment dire ? Connectée. Reliée profondément aux choses. Une respiration primale m'a soulevée du sol, j'étais bien. Apaisée. C'est difficile à expliquer, bien sûr, mais je ressens très fortement ces liens subtils, qui me rappellent, comme le dit  ce cher vieil Hubert Reeves, que nous ne sommes que de la poussière d'étoile. "Dans une ténébreuse et profonde unité, vaste comme la nuit et comme la clarté..."
Quelques grammes de carbone, d'azote, d'oxygène, qui constituent l'essentiel de notre mystère. Telles les fleurs ou les abeilles...
Depuis toujours, je crois,  je les vis, je les sens, ces liens subtils, ces correspondances baudelairiennes.
Messieurs et mesdames les scientifiques émérites...Allez-y, mettez-vous au boulot!
Oui, il en reste tant, des choses mystérieuses à élucider...





La Nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles;
L'homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l'observent avec des regards familiers.

Comme de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent. [...]




Cauldron of Healing by Kevin Kern on Grooveshark


115 commentaires:

  1. Réponses
    1. La nuit fut douce et calme après la tempête de l'autre nuit. Un rossignol est venu chanter sous ma fenêtre, et dans le carré découpé par celle ci sur le ciel de septembre, l'ombre des arbres ne bougeait pas.
      J'ai pensé que ton message avait enrubanné mon sommeil de bienveillance, et qu'en lui-même il portait ton amitié comme de petites graines égarées au vent.
      Grazie mille e perdonami

      Supprimer
  2. Il souhaitait me photographier avec son Polaroïd. Lorsque l’image parut, une ligne rouge barrait mon cou. Je ne voulus pas que ce cliché finît en des mains étrangères. Je demandais à le garder et me tins sur mes gardes dans les jours qui suivirent. Deux semaines plus tard, la nuit du 11 octobre, un homme tenta de m’étrangler dans la rue et me laissa inanimée sur le trottoir.
    Sophie Calle, Dix histoires vraies
    (retapé ici par l'Adrienne, grande sceptique intuitive ;-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bigre, cette histoire fait froid dans le dos...surtout si, comme le précise le titre, c'est une histoire vraie...
      Sceptique intuitive, c'est pas mal du tout comme définition !
      Le doute cartésien n'empêche pas les prémonitions, il faut juste leur donner en chacun une juste place en soi.
      Bises célestes

      Supprimer
    2. Essayez ça : http://www.oracles.ch/tirages/9/

      Supprimer
    3. Bienvenue Aukazou, merci pour le lien. Je ne suis pas certaine d'avoir envie de me tester en tant que médium. Mais je vais quand même jeter un œil sur le site.
      Je vous rajoute sur mon totem.
      Bises

      Supprimer
    4. Ca ne coûte rien d'essayer, ce n'est qu'un test avec des figures géométriques.
      Bises

      Supprimer
  3. Les intuitions l'emportent parfois sur le rationnel et c'est tant mieux. Bises à toi poussière d'étoile filante...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si l'on voit cela comme un combat, on peut dire que les unes l'emportent sur l'autre. Mais je crois plutôt à une cohabitation entre le cœur et la raison, celle-ci servant bien souvent â nous rassurer quand on panique devant un phénomène inexpliqué. Écouter ses pressentiments serait pourtant, dans certains cas, bien utile pour ne pas se précipiter la tête la première au devant des problèmes, au nom de la rationalité....
      Bise de même, nous sommes de la même eau, si j'ose dire.

      Supprimer
    2. @ Mind
      L'intuition est une composante indispensable de l'intelligence rationnelle. Les neurosciences ont enfin établi "scientifiquement-avec-leurs-machines-à-saucissoner-le -cerveau" ces interactions fondamentales que les philosophes savent depuis des siècles ! ...
      Ah le merveilleux Progrès !!
      :-)

      Supprimer
    3. Réinventer la poudre et le fil a couper le beurre, c'est quand même une de nos manies étranges en occident. Et redécouvrir les médecines traditionnelles et la philosophie des anciens relève de ce processus.
      Mais quoi, le Progrès...ce dieu multicephale et féroce à qui on immole bien trop de victimes...
      ;-)

      Supprimer
  4. J'ai vu que tu avais publié tard cette nuit mais j'avais trop de fatigue dans le cerveau et dans les yeux pour pouvoir répondre dès l'ouverture du kiosque...
    Ce matin, malgré les filaments de brume qui enveloppent les grands arbres autour de la maison, mon esprit est bien réveillé et je te dis un grand bonjour et un grand merci pour ce billet qui me donne toute l'énergie nécessaire pour me pencher à nouveau sur mes belles piles de dossiers... Un peu comme les propos de cette scientifique-écrivain que j'ai écoutée hier et qui parlait de la motivation des arbres à pousser droit et du nombre d'or que l'on découvre dans le cœur des marguerites...
    Passe une exquise journée, belle amie !
    Grosses bises épaminées

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vois, là par exemple, tu vient à point pour corroborer mon propos. Car bien que je ne puisse absolument pas le prouver, j'ai pensé à toi très fort hier, et j'étais sûre, mais alors absolument certaine que tu viendrais poser tes mots sur ce billet. La certitude était si grande que je n'en suis nullement étonnée. Bien que je ne sache pas l'expliquer. Je suis curieuse: qui était cette scientifique qui parlait si bien de la nature?
      Toi en tous cas, tu parles très bien de la brume autour des arbres, et du bonheur que donnent certains mots, et en cela, tu sais que nous sommes reliées.
      Heureuse de voir que tu émerges enfin de ta rentrée scolaire.
      Bises éminemment étoilées.

      Supprimer
    2. J'ai écouté avec enthousiasme et admiration Catherine Lenne qui est une enseignante-chercheuse en biologie végétale, photographe et conférencière grand public, qui dit avec des mots simples des trucs magiques et compliqués... Elle parlait de son livre " Dans la peau d'une plante".
      Belle journée à toi, copine de rentrée et d'après...

      Supprimer
    3. Merci pour le renseignement, ma chère copine. Je suis allée voir le blog de cette dame, qui s'appelle " des fleurs â notre porte" elle a l'air passionnée.
      Les titres des chapitres de son livre sont déjà tout un programme..." Qu'est-ce qui se cache sous les jupes des fleurs? " ou bien " pour ou contre le mariage chez les fleurs"
      Je trouve cela génial!
      Bisous célestes

      Supprimer
  5. Et parfois, on est en accord profond avec le ciel ou un paysage et profondément heureux! Et parfois, on est en accord avec les paroles rencontrées sur la toiles et profondément émues. Oui, certaines personnes nous sont plus bénéfiques que d'autres, plus lumineuses! Beau dimanche ma belle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un des mystères les plus épais de l'univers: cette similitude de sensations, que tu décris très bien, entre un ciel splendide et certains messages positifs, certains poèmes ou tableaux, tout cela fait émerger la connivence qui existe entre les éléments. C'est un flux d'énergie fondamental qui nous relie à chaque chose. Et a chaque être. Une grande paix envahissant le corps et l'âme, que l'on contemple un bébé qui sourit, un ciel chargé de nuées ou les flèches d'une cathédrale qui s'élancent vers lui. Et quand l'énergie est mauvaise, on se sent vaciller comme au bord d'un trou noir qui semble vouloir nous aspirer. C'est là que nos petites antennes nous indiquent qu'il faut fuir en courant et retrouver la bonne énergie pour ne pas sombrer.
      Rechercher ce qui nous est bénéfique, voilà qui devrait être le projet de chaque jour qui passe.
      Bizou Brizou

      Supprimer
    2. oui... plonger de tout son coeur et son corps, dans la gratitude
      le meilleur de médicaments

      Supprimer
    3. Comme c'est bien dit, Coumarine. La gratitude est un des sentiments les plus doux qui existent pour moi.

      Supprimer
    4. Candide, une nuit d'antennes trop déployées22 septembre, 2014

      Vous n'imaginez pas combien...
      Merci, les filles !

      ;o)

      Supprimer
    5. Une nuit d'antennes trop déployées...c'est beau comme un titre de roman.

      Supprimer
  6. Et tu vois, toi et moi parlons de maux et de mots au même moment...

    Je comprends bien ce que tu ressens, cette confiance que tu accordes à ta perception inexplicable de ce qui émane de certaines personnes. Moi aussi;mais c'est vrai que souvent on est en proie à une sorte de résistance des "autres".Je pense notamment aux personnes qu'on peut ressentir comme négatives, hostiles et sournoises, mais que "les autres" insistent à définir comme quelqu'un qui "a besoin de compréhension et d'écoute, de patience etc...". On se sent mal à l'aise de penser en secret "oui mais... il/elle est un danger!".

    On est aussi, comme tu le dis, extrêmement conscient de la lumière portée par certains, et c'est un délice. Une occasion de remercier la vie de sourires et d'appétit...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous parlons de la même chose en même temps ? Serait-ce que nous serions connectées?
      La chose la plus difficile pour moi, est de ressentir des choses négatives alors que j'aimerais que la personne en face de moi ne le soit pas. C'est très difficile. J'ai envie a ce moment la de faire taire ce fichu sixième sens. Et pourtant le ver est dans le fruit, et je garde une méfiance à tout jamais.
      Pas de danger avec toi, Edmee. Ta lumière crève l'écran de mon ordinateur.

      Supprimer
  7. Je pense qu'il faut avoir certaines prédispositions pour ressentir ce genre de choses. Je crois que je me suis trompé bien des fois en me laissant aller à ma première impression et que le feeling auquel j'ai cru n'était pas le reflet de l'âme contrairement à ce que je pensais.
    Il faut sans doute une forme particulière de sensibilité peut-être aussi un amour de l'autre aiguisé pour en franchir les contours.
    Enfin je disserte et j'en sais rien... ;-)
    Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu dissertes très bien, Jean Charles. Je ne sais pas si tu as raison ou tort, tout ce que je sais c'est que je ne suis sûre de rien.
      Mon billet parle de ressenti, et il y a moins de moins solide qu'un ressenti. Ça n'a pas d'épaisseur, pas de consistance, et peut être balayé en un coup de vent, du fait d'un certain manque de confiance en moi existentiel et structurel...
      Je ne voudrais surtout pas avoir l'air de me placer au-dessus du commun des mortels. Mais je veux bien entendre que j'ai "un amour de l'autre aiguisé" car cela, je crois que c'est vrai.
      Bises émues.

      Supprimer
    2. Il y a des bises qui font du bien lorsqu'elles claquent sur les joues et d'autres plus discrètes qui atterrissent sans qu'on les attende comme une petite bulle qui explose, voire un mistral gagnant, et qui vous donnent un plaisir certain pour un grand moment. Tes bises émues me font cet effet là.

      Supprimer
  8. Pour avoir été un indécrottable cartésien, il m'a fallu bien du temps pour faire confiance à mon feeling intime. Et si je n'y gagne pas en certitudes, j'y gagne en respect/ confiance en moi. Et ça fait pas de mal !
    Je crois avoir déjà dit que la dame de mes pensées me semblait te ressembler beaucoup. Et j'ai beaucoup apprécié tout ce qui passait entre nous les (trop) rares fois où nous nous sommes rencontrés : confiance, connivence quasi immédiate, un peu l'impression de se connaître depuis longtemps...
    Jean-Charles à peut-être raison, peut-être (bis, hein, vous avez remarqué...) tout le monde n'a-t-il pas cette capacité, qui doit nécessiter beaucoup de liberté et de réceptivité.
    Et ainsi donc, tu dis voir l'aura des gens ? Là, tu me scotches ! ;o))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que le mot certitude, comme je le disais a Jean Charles, n'a rien a voir avec ce qui est du domaine des sensations.
      Liberté et réceptivité, oui sans doute sont-ce des qualités nécessaires à l'écoute de la profondeur des êtres.
      Confiance, connivence évidemment, cela aide pour ressentir les liens subtils.
      Quant à l'aura, c'est aussi difficile a expliquer que les images stéréoscopiques. Il y en a qui les voient et d'autres qui ne les voient pas. Mais on ne sait ni pourquoi, ni comment.
      Je ressens souvent physiquement les ondes négatives ou positives, et j'éprouve parfois une sensation de malaise tellement forte que j'ai soudain de véritables symptômes: envie de vomir ou mal de tête épouvantable.
      Ai-je bien répondu ? Cela faisait longtemps que je ne t'avais pas vu par ici, je craignais que tu n'aies été pris dans une tempête des quarantièmes rugissants...
      Bises célestes.

      Supprimer
  9. Candide, zeu retour21 septembre, 2014

    ...et toujours de chouettes musiques, si prenantes !... ;o))

    RépondreSupprimer
  10. Candide, ouance mord21 septembre, 2014

    ...tiens, ça aussi ça me rapproche de la Dame de mes pensées...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On aimerait bien la voir, cette Arlésienne...
      :-DDD

      Supprimer
    2. Candide, the révélation22 septembre, 2014

      Tssss...
      Elles est merveilleuse !... Mais si discrète, et insaisissable !
      Un jour que j'essayais de la photographier pour vendre la photo à Paris-Match, elle a remué le bout de son nez avec une lueur de moquerie dans le regard, et... rien ! L'appareil n'enregistrait rien !

      Mézalors ?... Bondieu mais c'est bien sûr ! Serait-ce ? Une fée ?...
      Une fée m'aurait choisi pour ami, moi si petit ?
      Comment elle dit not' Coum', plus haut ? Gratitude ?
      Ho oui !

      Supprimer
    3. C'est joli ce que tu dis. Ah j'ai compris, c'est " ma sorcière bien aimée" !
      Ben oui, elle remue son nez pour les tours de magie...

      Supprimer
  11. oh! Célestine... comme ton billet me frappe! Sans aller jusqu'à voir l'aura des gens, en leur présence je "ressens" beaucoup de choses, et je "sais" quand il est mieux pour moi de m'écarter
    Il m’arrive souvent d'avoir des pressentiments soudain, en présence des gens. Aiansi j'ai pressenti la maladie de la compagne d'un ami... et cela s'est vérifié
    Je "sais" aussi , quand qqun est malade, si ce sera grave ou pas... s'il s'en sortira... et cela se vérifie
    J'ai déjà deviné qu'un ami était malade rien q'un regardant les traits de son écriture... soudain: l'évidence!
    Mais ce sont de ces pressentiments difficiles à gérer: dire ou ne pas dire? et d'ailleurs pour qui je me prends?
    J'ai choisi de dire quand je perçois que la personne s'en sortira... mais pas dans le sens contraire..

    Bon dimanche Célestine, je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton commentaire me donne des frissons. Je me dis que ce doit être très dur pour toi de savoir sans rien pouvoir dire...Un fardeau qui explique sans doute ton extrême sensibilité, en quoi on se ressemble vraiment beaucoup toi et moi.
      La maladie, je ne risque pas de la deviner comme toi. Je n'ai pas le même rapport avec elle. Je cache ma peur en la tenant en respect depuis des dizaines d'année. C'est une façon de me protéger. Elle ne m'a pas valu que des réactions positives. J'ai souvent été incomprise, on m'a reproché de ne pas être assez en empathie. Je sais tout cela. Et je t'admire pour cela aussi, ta grande capacité à regarder les choses en face, jusqu'à la mort que tu apprivoises bien mieux que je ne sais le faire.
      Je t'embrasse fort ma Coum.

      Supprimer
  12. encore un mot
    en général je coupe très vite la musique que tu nous offres...
    Elle m'empêche en général de me concentrer
    cette fois, cet air me "soulève" et m'émeut
    C'est comme si je me sentais meilleure en écoutant
    meilleure en te lisant aujourd'hui
    Merci ma célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un très beau compliment.
      Merci simplement.
      Je mets des plombes à choisir mes musiques, alors que je sais que très peu de mes lecteurs l'écoutent.
      Mais il suffit qu'un seul le fasse, et pour celui-là, cela vaut le coup de se "déchirer"...
      Aujourd'hui, c'est toi, c'est génial.
      ^^

      Supprimer
    2. Deuzz ! :o)

      Supprimer
  13. L'Aura, l'aura, l'aura pas ?
    Bon, est ce bien nécessaire toutes ces questions, hum ???
    'Tain, faut profiter tranquille, sans état d'âme!
    Hein quoi? Ah c'est pas comme ça que ça marche???
    J'me disais aussi...
    Si nous ne sommes que de la poussière d'étoiles issue de la soupe originelle, nous ne formons alors qu'un ensemble de réactions chimiques qui se la pètent pour se sentir moins seul (e) (s)...
    Comment quoi, ça te plait pas bien, my point of view?
    Eh oui, je sais, c'est juste très chiant quand on met le doigt dessus ....
    Bises sidérales et sidérées :) (k)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton commentaire est...sidérant.
      Comment te dire ce que je ressens ? (je sais c'est pourtant une de mes spécialités, mais là je sèche...)
      Je vais faire simple: en fait, je crois que je ne comprends tout simplement pas ce que tu as voulu me dire...

      Supprimer
  14. Et en plus, mdrrrrrrrrr, je passe le temps nécessaire pour que ma voiture soit toujours prop' !!
    Hou, vingt chiens (comme on dit en Franche Comté), cette fois, ayé, c'est sûr, je sais dans quelle catégorie tu me classes lolllll ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En revanche, je ne suis pas sûre que tu n'ailles pas un peu loin en "sachant" ce qui se passe das ma tête : non je ne te classe dans aucune catégorie pré-établie. Je suis contre l'étiquetage intempestif des êtres humains.
      Je cherche juste à me rappeler où j'ai entendu parler de cette histoire de voiture propre...je perds la mémoire, pardonne-moi.

      Supprimer
    2. Pas grave ! :)

      Supprimer
    3. Je pensais que tu me rafraîchirais la mémoire...
      Mais si je suis pardonnée, tant mieux!

      Supprimer
  15. Tu as les yeux de la reliance, Célestine, ces yeux d'où se déploient l'amour et l'intuition la plus profonde, celle qui mène loin très loin, dans l'infini de soi au plus près du monde... Ne souffre pas de savoir, c'est un don du ciel, même si, quelquefois, c'est lourd à porter.... A tout bientôt....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est joli ça, Aimedjee, les yeux de la reliance.
      Tes paroles me font beaucoup de bien.
      Et tu as raison, c'est parfois lourd à porter. Merci, ma belle.

      Supprimer
  16. Bienheureuse Célestine qui "sait" voir la lumière des gens.
    C'est un merveilleux "don".

    Point d'aura pour moi mais des intuitions lors des embauches dans mon entreprise. Je "sais" quand une personne n'est pas "adaptée" pour travailler dans l'entreprise. A tel point qu'un jour l'un des mes patrons (j'en ai deux) a dit : "J'aurais du écouter A."


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh Suzame, ma fidèle silencieuse. c'est bon quand tu reviens poser un petit mot ici.
      Toujours bienveillante et douce.
      Tes patrons seraient bien inspirés d'utiliser tes facultés, au lieu de regretter de n'y avoir pas pris garde.
      Bises douces

      Supprimer
  17. petite marie21 septembre, 2014

    Ce n'est pas moi qui jugerai ton état d'âme, puisque je fais partie aussi, de cette catégorie de personnes qui ont le "don" de "voir" à l'intérieur des gens ... Non nous ne sommes pas voyantes, juste "habitées" d'une sensibilité plus profonde ...
    C'est un peu dur à gérer, surtout dans un monde parfois très cartésien, virtuel ...
    Je reste convaincue que l'amour pourrait transformer la terre entière ... Utopique ? Pourtant si simple à réaliser, non ?
    Merci Célestine, ton billet m'a fait sourire, j'aurais pu écrire certaines phrases, et je me sens moins "extra-terrestre" :-)
    Gros bisous et bonne semaine ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis simplement hypertrophiée des sens, c'est parfois difficile à vivre au niveau des sons et des odeurs, parce que ça peut aller jusqu'à m'incommoder.Mais je me dis que je saurai prévenir la catastrophe si un jour j'ai une fuite de gaz, je le sentirai avant tout le monde! lol! J'ai aussi la peau hyper réactive, les yeux fragiles et le goût exacerbé. Alors il est évident que je ressens aussi beaucoup plus fort les émotions, la joie, le chagrin, la tristesse...E que mes antennes sont également plus sensibles et plus longues que la moyenne. Je n'en tire aucune gloire. Parfois, c'est pire que d'avoir les pieds plats...
      Bienvenue au club, chere petite extra-terrestre, ma soeur!

      Supprimer
    2. petite marie21 septembre, 2014

      "Ma soeur" ouahh ... Je n'en attendais pas tant de toi ...
      Cela me touche sincèrement :-)
      Bisous et dodo !!

      Supprimer
    3. Il me semble que dans un billet sur la reliance, cela va de soi: c'est une relation de fraternité universelle qui s'installe entre chaque grain d'étoile.
      Douce nuit.

      Supprimer
  18. Je suis tombée sur ton blog ce matin un peu par hasard comme souvent quand je me promène sur les divers blogs que nous fréquentons ; j'aime beaucoup ton billet qui me parle énormément car je fonctionne un peu comme toi mais si je suis plus "vieille " que toi ; je m'aperçois que les personnes hypersensibles, je ne sais pas si c'est la bonne définition, sont nombreuses quand même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue par ici, Agnès. Peut-être que les personnes hypersensibles se retrouvent plus facilement sur les blogs ? Je ne sais pas, je n'ai aucune statistique.
      Mais je te remercie de ton passage et bien évidemment, je te rajoute à mon totem.

      Supprimer
  19. MAG

    Sentir, ressentir, le négatif comme le positif, des lieux et des personnes ; le nocif et le bénéfique
    il me semble que c'est cela la communion avec l'univers
    richesse qui a son revers, le poids du jugement a priori et le poids de la responsabilité lorsque je ressens brutalement un avertissement concernant une personne : dire, pas dire, et comment ?
    aurai je pu sauver ce prof que j'ai tenté vainement de convaincre de ne plus rester seule dans sa salle (elle y a été assassinée quelques jours après) ?
    aurai je pu aider un collaborateur que je voyais pour la première fois qu'il avait une tumeur au cerveau ou la collègue que son mari que je ne connaissais pas la laisserait veuve quelques mois plus tard (cancer foudroyant dans les deux mois) ?
    et tant d'autres choses
    prémonitions stupéfiantes concernant des évènements qui me sont propres et ne relèvent pas du vécu ordinaire... et leurs corolaires, somatisations à outrance
    nombreux sont les jours où je me demande si l'insensibilité rend plus heureux, et puis,... un chant d'oiseau, une fleur sauvage, un bourdon... et j'opte pour le maintien de ma sensibilité

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'insensibilité, la vraie, c'est à dire le manque d'affect absolu ne peut pas se penser en terme de "est-ce que ça rend heureux?" puisque si'l'on n'a pas d'affect, on ne ressent ni le malheur ni le bonheur...
      Alors oui, optons pour ressentir des choses humaines, qu'il fait jour à midi, qu'un ciel peut être bleu, que le bonheur n'est pas un quinquet de taverne...comme dit un de mes poètes préférés.
      Merci Mag pour ce témoignage énorme. Tu nous contes là de terrifiantes confidences sur ton don de double vue. Je n'en suis pas aussi loin.
      Bises étoilées

      Supprimer
  20. Mon chat a retrouvé sa route alors que je l'avais laissé chez une amie à quinze kilomètres.
    je n'ai jamais compris comment il a fait, mais je gage que vous auriez su le comprendre, vous, chère mystérieuse fée.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que c'est assez mystérieux, mais pas plus que les saumons qui retrouvent la mer des sargasses, ou les pigeons voyageurs...

      Supprimer
    2. Ce sont les anguilles qui quittent leurs marais d'eau douce pour aller procréer dans la mer des Sargasses, avant de s'en retourner d'où elles viennent.
      Les saumons font le processus inverse pour retrouver la source où ils sont nés.
      Ce qui est tout autant admirable et inexpliqué, autant pour les anguilles que pour les saumons.
      Ti bacio Sorellita.

      Supprimer
    3. Ah oui les anguilles, c'est vrai.... Merci de cette précision zoologique mio caro.

      Supprimer
  21. Toutes ces choses si compliquées et si mystérieuses deviennent d'une clarté aveuglante si on se donne la peine de déplacer ses références.
    Il est communément admis que l'humain est double (ne dit-on pas "corps et âme?)
    Si on accorde à cette âme toute la place qui lui revient, tout s'explique.
    l'âme, l'inconscient, les énergies subtiles, quelque soit le nom qu'on lui donne est une réalité immatérielle. Elle n'est donc régie par aucune loi ou contrainte physique. Le temps, la distance n'existe pas pour elle. Elle vit sur un autre plan que nous (dans notre réalité physique). Elle voit l'âme des gens que nous côtoyons, dans leur beauté ou leur laideur, avec la même aisance que nos yeux voient la couleur des yeux de notre interlocutrice.
    Notre âme doit faire ses classes, apprendre et ses ressentis seront en rapport avec l'expérience qu'elle a accumulé au cours de ses vies.
    La communication de l'âme (ou inconscient) est généralement complexe (à travers le symbolisme dans les rêves) ,mais parfois elle nous fait la grâce d'être plus directe avec ce fameux 6e sens ou des ressentis, faussement classés comme intuitifs.
    Notre âme peut être séduite par la beauté d'une autre et nous faire la grâce de nous le dire...
    Mais il ne faut pas chercher une constante valable pour tous; L'âme n'est pas le nombre Pi. Ca ne reste que la synthèse de son vécu. Il faut donc apprendre à communiquer avec elle. Une fois la communication établie, ça devient une amie fidèle qui, d'expérience faite, peut vous sauver la vie.

    Une petite précision sur l'ambiguïté du terme "cartésien" :
    La vox populi confond "cartésien" avec "rationaliste". Descartes n'ayant jamais mis en doute l'existence de Dieu, il ne peut être classifié dans l'acceptation actuelle du terme "cartésien".
    De cette remarque va naître l'interrogation fondamentale: Si tout le monde fait faux, cela devient-il la vérité? Si tout le monde se trompe de route, devient-elle la bonne route à suivre.... Demandons à Panurge ce qu'il en pense... :-)

    Je ne sais pas si c'est clair comme explication, tant il est difficile de résumer en quelques mots les trente ans passés à épier mon âme et celle des autres...
    Ti bacio Sorellita

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'as bluffée, là , caro Blutchiamo, qu'est-ce que tu veux que je réponde a une telle démonstration...
      Toi seul peut comprendre ma confusion.
      Et le bonheur que j'ai à te lire est proportionnel à la qualité de ton commentaire.
      Molto baci

      Supprimer
    2. J'aurais du ajouter que tu es de ces personnes dotées d'une âme de belle texture. D'une âme qui sait aussi te communiquer les choses essentielles. Tu peux lui faire confiance car elle ne te ment pas.

      On vit dans une civilisation schizophrénique. Une civilisation judéo-chrétienne qui renie la spiritualité, les énergies subtiles et ce qui est faussement appelé le "paranormal", alors que c'est sur ces valeurs que les hommes ont fabriqué les religions.
      "Faussement paranormal" parce que la "normalité" a été déplacée sur un point de morale où elle n'a rien à faire.
      Tout le contenu de ton message est la normalité d'un être encore pourvu de ses instincts, donc entier, normal. La civilisation s'évertue à gommer cette capacité de ressenti, Elle la marginalise et la fait passer, avec la complicité de nombreux faiseurs de fric, pour quelque chose d'anormal (charlatanisme ou dons particuliers selon qui les qualifie.)
      Encore une fois, chacun a un niveau de ressenti individualisé, selon l'expérience de son âme, mais je n'ai pas encore rencontré une personne totalement débranchée de ces facultés.
      Ti bacio forte

      Supprimer
    3. A part peut-être madame Thatcher...et Jargonos. ^^
      Oui je crois que tu fais bien de parler d'instinct, car rationnellement, les scientifiques, et notamment les éthologues, ne sont pas étonnés que les animaux "sentent" certaines choses avant qu'elles arrivent, l'orage, le cyclone, l'éclipse de soleil, le danger... Alors pourquoi tant de difficulté à l'admettre pour les êtres humains ?
      Pour nous, pourquoi ne serait-ce pas pareil?

      Supprimer
    4. Tiens, pour une fois j'mets rien23 septembre, 2014

      Parce l'irrationnel fait peur.
      Non ?

      Supprimer
    5. Sans doute, tu as raison et dans une certaine mesure, c'est bien que l'on ait arrêté de croire que le ciel allait nous tomber sur la tête comme nos ancêtres les gaulois...
      Que la science nous éclaire, oui, mais parfois elle nous aveugle.

      Supprimer
    6. Ce n'est pas l'irrationnel qui fait peur, c'est l'inconnu.
      L'inconnu, au sens matériel, relationnel, humain, tout autant que ce qu'il est convenu d'appeler l'irrationnel.
      Pour ma part, l'irrationnel, c'est:
      - de mettre toute son énergie dans l'acquisition de biens matériels
      - de se focaliser sur ce qui va de travers plutôt que sur ce qui va (à peu près) bien
      - c'est d'être d'une humeur massacrante parce que les millionnaires du PSG ont joué comme des pieds (au lieu de jouer avec...)
      - c'est agonir sa femme parce que la bière n'est pas fraiche
      ETC. ETC.

      Supprimer
    7. Il y a comme cela des gens qui passent à côté de l'essentiel toute leur vie.
      En avoir conscience est une grande chance.
      Tu as raison de mettre des etc. Car la liste est longue des folies humaines.

      Supprimer
  22. C'est toujours un plaisir de te lire, mon Blutch !
    Avec toi, j'apprends que je suis rationaliste et non pas cartésien.
    Parce que moi, j'ai un doute à propos de Dieu. Lui aussi d'ailleurs, à mon propos...

    Ti bacio pas pasque tu piques, mais le coeur y est ! ;o))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je plussoie.
      Enfin, pour la première phrase surtout...

      Supprimer
    2. @ Candisceptique
      C'est par le rationalisme que j'ai acquis la certitude que les humains (mais peut-être pas que) vivent sur deux plans et dans deux types d'énergies différentes.
      - Le plan physique, conscient, lourd et lent.
      - Le plan des énergies subtiles, inconscient, léger et intemporel.
      Depuis, j'ai appris à tester les énergies subtiles (enfin, certaines gammes).

      J'ai beaucoup de mal avec le mot Dieu, tellement les hommes l'ont sali en voulant prendre possession de l'esprit des gens.
      Dans les religions, on te dit que Dieu est fait de telle ou telle façon, et que c'est normal que tu en doutes (ben tiens, des fois que tu sois sceptique, faudrait pas pour autant être tenté de les prendre pour des cons....)
      Pour ma part, je ne sais pas de quoi il est fait, ni où il se tient, mais je sais qu'il existe. Je le sais parce que je suis (au moins) deux fois miraculé. C'est trop long à expliquer, mais rationnellement parlant, par deux fois j'aurais du être mort dans des accidents inévitables et imprévisibles.
      Une accolade amicale te convient-elle?

      Supprimer
    3. Candisceptique23 septembre, 2014

      C'est dommage que t'esspliques pas tes miracles, mon Blutchy. C'aurait pu être intéressant !

      J'ai du mal avec l'idée d'une entité supérieure qui tiendrait nos vies entre ses mains. D'abord je l'ai jamais vue. Et je crois pas qu'elle me connaisse. Et puis c'est trop pratique pour les manipulateurs avides de pouvoir. Et puis c'est un peu trop pratique pour se décharger de toute responsabilité : "C'est pas moi, c'est lui !"
      J'ai beau n'être qu'un tout petit bonhomme de rien du tout, je la revendique, ma responsabilité. Même quand je patauge, comme en ce moment, où j'arrive pas à prendre une décision importante. Parce que si je m'en remets à "là-haut", quel pouvoir ai-je sur ma vie ?
      Pour ma part, j'aurais plutôt une certaine tendresse pour les modes de pensée orientaux, ceux où on est face à soi-même, responsable. Je cite pas de marque, parce que je connais pas assez...

      Et avec toi, une franche et amicale accolade me convient tout-à -fait !

      Supprimer
    4. Pierre, en observation23 septembre, 2014

      Je lis discrètement cet intéressant échange, moi aussi partagé (divisé ?) entre un rationalisme solidement inculqué et un étonnement, face à "ce qui ne s'explique pas", qui pourrait être qualifié de scepticisme curieux. Ni totalement fermé, ni vraiment ouvert. Entrebâillé, entre les deux...

      Supprimer
    5. Tu es peut-être, comme moi, un être complexe, ni complètement ceci, ni complètement cela.
      Tu ne te demandes pas comment, en écrivant ce genre de billet, je peux être crédible en directrice d'école ?
      Et pourtant, c'est bien moi, carrée, rationnelle, les pieds sur terre dans la gestion de mon gros bateau, et pourtant lunaire, solaire, intuitive et la tête dans les étoiles le reste du temps. Entrebâillée, moi aussi, en équilibre comme une funambule sur le fil de ma vie...

      Supprimer
    6. J'aime assez la complexité, que je trouve plus riche que la simplicité (mais évidemment, parce que je suis un être complexe et contradictoire, j'aime *aussi* la simplicité). La notion d'ambivalence m'attire et les attitudes paradoxales me fascinent.
      Aussi je ne suis pas du tout étonné que la directrice d'école que tu es puisse écrire un tel billet car pour moi tu es plus crédible en ayant une part de doute que si tu étais pétrie de certitudes :) Ce qui est bien c'est de pouvoir être l'un et l'autre : bien carrée ET souple, rationnelle ET intuitive. Tu vois, moi je suis méthodique ET rêveur, rationnel ET contemplatif, organisé ET bordélique. Ça dépend seulement du contexte :)

      J'aime beaucoup les funambul(l)es : ils sont toujours attentifs à garder leur équilibre !

      Supprimer
    7. @ Candisceptique
      Si le hasard** nous y pousse, j'aurais plaisir à deviser de visu avec toi. Il y a des choses que j'ai mis 20 ans à comprendre, comment veux-tu que je l'explique dans un commentaire...

      Avant de vouloir aborder la spiritualité (qui vient de l'esprit), il faut s'affranchir des poncifs de toutes les religions et des caricatures qui prétendent que les pauvres humaines brebis égarées ne sont que des jouets dans les mains d'un dieu tout puissant, aimant, mais redoutable punisseur. Ca, c'est la propagande des VRP des religions pour assoir leur pouvoir dans l'esprit du public.

      L'humain est toujours maître de son destin, il est et reste libre de ses décisions. Entendre son "6e sens", tenir compte de ses impressions à la vue d'une personne, d'un lieu ou d'une situation ne fait qu'augmenter l'argumentaire pour prendre la meilleure décision possible.
      Dans la vie, il y a deux façons de se vautrer: Ne croire à rien ou croire à tout par dogmatisme.

      Le "scepticisme curieux" de Pierre est la base de toute réflexion, que ce soit dans le réalisme d'une étude sur la fécondation des oeufs de grenouilles les nuits de pleine lune, ou dans la poésie d'un livre de comptabilité.
      C'est un peu comme disent les Vaudois (qui sur ce plan sont aussi un peu Normands) : Ni pour ni contre, bien au contraire... En quelque sorte avancer dans la vie avec l'esprit critique toujours dégainé.
      Franche accolade aux mecs et baci à la taulière.

      Supprimer
    8. Post Scriptum:
      Note de renvoi:
      ** Selon la définition d'Albert Einstein: Le hasard, c'est lorsque dieu veut rester anonyme.

      Supprimer
    9. J'aime beaucoup cette définition, qui prouve que l'on peut être un grand savant et avoir de la poésie...

      Supprimer
    10. @ Pierre

      "Méthodique ET rêveur, rationnel ET contemplatif, organisé ET bordélique : Célestine sors de ce corps!
      Merci pour le clin d’œil à un certain site de dessins où je développe d'autres qualités que celles requises par l'Eduknatt pour être directrice...

      Supprimer
  23. En hommage aux ritaux qui traînent par ici, j'ai débusqué une version italienne de ce somptueux poème ! :~)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma che magnifica cosa!
      Grazie mille il mio amico

      Supprimer
    2. Là, c'est moi qui plussoie. :-)

      Supprimer
    3. Vrai, Tee-Bee a toujours d'excellentes références!

      Supprimer
  24. Oh oui j'aime ces moments de grâce où tout semble relié et en harmonie…
    Bisous Celestine
    Laure

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ma douce Laure...je sais bien que chaque fois que je vais sur ton blog, je ressens cette harmonie et cette grâce.
      Peut être a cause de cette formidable énergie d'amour qui y circule.

      Supprimer
    2. on peut avoir le lien du blog de Laure... vous me donnez envie...

      Supprimer
  25. Le petit fil qui relie certains êtres bien sûr il existe ];-D
    Et l'aura qui émane de tous les êtres s'appelle : "l'effet Kirlian"
    Bises salées du Tréport ))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'effet Kirlian que les rationalistes ramènent à un simple phénomène électrique.
      Et pourtant, le petit fil existe bel et bien...
      Bisous, veinard!

      Supprimer
  26. Chère princesse des dunes et des lacs, ton ombre plane sur nous pour nous rappeler que la vie n'a pas fini de nous livrer ses secrets. Que c'est bon et agréable de venir s'oxygéner comme on peut, dans ton jardin d'Eden. Tes mots sont toujours sublimes. Et de me rappeler ces quelques doux mots d'une autre sublime créature: "c’est la brûlure délicieuse et torturante d’aimer qui fait chanter l’oiseau au printemps! (Isabelle Eberhardt);
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je la rapprocherais de Christiane Singer, qui dit
      " Oui. Il faut aller marcher dans les forêts, courir, reprendre contact avec la vie dans toutes ses dimensions ; sentir que ces arbres sont des forces, que ce ruisseau qui passe là est comme le sang qui coule dans nos veines, et par cette expérience se sentir relié à l’univers. Relié."
      J'ai de grandes joies simples, et lire un de tes commentaires en est une.
      Bises etincelées.

      Supprimer
    2. Candide, complice22 septembre, 2014


      8o)))

      Supprimer
    3. Merci de rappeler cette dame d'une grande humanité et générosité!

      Supprimer
    4. Je n'oublie pas que c'est toi, mon Candidounet, qui m'a fait connaître cette belle dame.
      Et je suis heureuse qu'elle te plaise, mon ami Bizak.

      Kisses pleins d'étoiles à tous les deux.

      Supprimer
    5. Ah! que j'aime mon "Candidounet".

      Supprimer
    6. Lol
      Ça va lui faire plaisir!
      Bonne nuit mon petit Bizak

      Supprimer
    7. Candide, ron ron ron ron........23 septembre, 2014

      Certes !

      Supprimer
  27. J'aimerais retrouver ces sensations d'unisson avec la nature, avec les éléments , cette connections avec le présent .....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis certaine que tu les retrouveras très vite, miss. D'ailleurs, tu les as à l'intérieur...
      Je te renvoie au très beau livre de Christiane Singer
      " Où cours tu? Ne sais -tu pas que le ciel est en toi? "
      Je t'embrasse fort.

      Supprimer
  28. Mais non, ma vieille, tu ne te fais pas d'idée! Bien sûr qu'on sent les énergies des êtres! Bien sur qu'on voit la lumière des uns ou l'ombre des autres! Ne t'inquiète pas ma vieille, t'es pas toute seule dans ce cas. Je te bise petite sœur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je savais que tu étais comme moi Marie Madeleine.
      Ça se sent, ces choses-là... C'est justement la que mon sixième sens prend tout son sens.
      Ton aura est si lumineuse que la première fois que je t'ai vue, de loin dans ton petit manteau rouge, j'en ai été éblouie.
      Bises en retour, grande sœur.

      Supprimer
  29. En temps que sorcières nous comprenons ce que tu veux dire. Il y a des choses qui ne peuvent s'expliquer. Est ce un sixième sens, le feeling, l'instinct primal, un quelconque pouvoir, de l'énergie universelle... nous pouvons l'appeler comme bon nous semble. Le fait est qu'il doit exister un lien... Le tout est de savoir s'écouter et écouter les autres, je pense.
    Merci pour ce partage. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gentilles petites sorcières, quand même! Un jour on découvrira pour de bon ce qui n'est que pressenti pour l'instant par les gens comme nous.... Et l'humanité ira sans doute beaucoup mieux.
      Gros bisous et merci d'être passées.

      Supprimer
  30. J'espère que le jour où on se rencontrera pour de vrai tu ne te sentiras pas vidée et essorée comme une vieille serpillière en face de moi:-)!
    Je suis sûre qu'en ce qui me concerne, ce ne sera pas le cas en te voyant:-)!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mammilou, j'ai vu tes photos...Tu es belle et lumineuse à l'intérieur comme à l'extérieur.
      Et ta joie de vivre transparaît dans tout ton blog.
      J'ai hâte de boire un petit coup avec toi à une terrasse...
      Bises célestes

      Supprimer
  31. Je ne suis pas surprise de ce que tu décris si bien , ta sensibilité est telle, que même à travers les échanges virtuels ont ressent ton âme…
    Je pense que ceux que tu approches doivent être apaisés par ta simple présence, les veinards.
    Oui mystère de l’aura, et les poussières d’étoiles s’y perdent…
    Amitiés
    J♥k

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est beau ce que tu dis jak. Il faudrait demander à ceux qui m'ont déjà rencontrée ce qu'ils en pensent.
      mais il est vrai que j'essaie toujours d'apaiser mes interlocuteurs, que ce soient les élèves, les collègues, les amis, les parents...tout le monde en fait.
      Plein de bonnes choses pour toi chère J♥k !

      Supprimer
  32. A vous lire, j'ai le visage baigné de larmes. Je ressens si fort tout ce que vous écrivez que la vie était devenue trop dure à vivre pour moi au milieu des autres. Alors je me suis retirée doucement au fond de ma maison, de mon jardin, au fond de l'amour des miens uniquement. Mais rien n'a vraiment changé et ma fragilité demeure. Alors vous dire merci simplement et penser que je vais vous lire à présent me réchauffe le coeur. Connaissez vous le passage du Patient anglais lorsque Juliette Binoche éclaire la voûte d un vieille chapelle avec des flambeaux aidée par son amoureux?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère anonyme,
      C'est très émouvant ce que vous dites. J'espère que je ne louperai pas un seul de vos commentaires, il faudra que je m'astreigne à vérifier dans mes messages indésirables car mon hébergeur de blog fait la chasse aux anonymes. J'ai vu le film il y a longtemps et je ne me souviens plus de cette scène. Vous me donnez envie de la revoir, pour comprendre.
      Bien à vous
      Celestine

      Supprimer
    2. Merci beaucoup, je suis encore entrain de parcourir votre blog qui me donne envie de thé bouillant et de miel. J'aime tant votre écriture, les mots employés pour décrire tout de qui compose nos vie. Je m 'aventure sur internet sur la pointe des pieds et mon nom sera Ariane, j'aurais aimé le porter "pour de vrai"...

      Supprimer
    3. Chère Ariane, je vous ajoute sur mon totem officiellement aujourd'hui. Et je suis ravie que vous ayez choisi ce magnifique pseudo, grâce auquel je ne perdrai jamais le fil de vos commentaires... ;-)
      Bises célestes

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.