dimanche 28 septembre 2014

Fin de journée





Ce soir-là, j’ai traversé la cour. Le soleil de fin septembre éclairait d’une lumière poudrée les cheveux en broussaille des derniers élèves de la journée. Ceux que l’on vient chercher tard et qui ont toujours peur qu’on les oublie. Leurs petites culottes courtes flottaient sur leurs genoux cagneux, et leurs incisives avançaient en ordre un peu dispersé…
J’ai regardé ces petits poulbots courir après leur balle en mousse un peu élimée. Ils portaient au front toute l’innocence et l’espoir du monde.
J’ai pensé à ces sublimes photos de bébés en trois dimensions, dans la douce transparence du ventre de leur mère. J’ai pensé aux perce-neige, aux lionceaux qui jouent maladroits avec leurs frères, aux bourgeons des saules aux lueurs des aurores printanières.
Un immense soupir de bonheur m’a secouée comme un frisson. J’ai fermé les yeux. Maman s’est approchée de moi avec un gros morceau de clafoutis aux cerises. Elle a arrangé mes tresses en les nouant de rubans turquoise et mauves. J’ai sauté à la corde. Une corde qui avait la soie du temps qui passe sans abîmer les choses. Un lien puissant qui me tient vivante et joyeuse.
J’ai rouvert les yeux. J’ai franchi le portail de l’école en faisant un petit signe aux élèves. « Au revoir, maîtresse ! » ils m’ont crié en agitant leurs mains noires de poussière.
De loin, l’école brillait, comme une orange au soleil couchant. J’ai pensé que ce métier était vraiment ma fontaine de jouvence. J’ai souri.


Sunshine on My Shoulders by Dan Gibson's Solitudes on Grooveshark
Pour le défi du samedi.

62 commentaires:

  1. Je ne sais pas pourquoi, je me demande si tu n'écris pas des chansons pour un gars d'Astaffort? En tous cas, j'aime beaucoup et je me demande comment on peut mettre des mots comme ça à la suite les uns des autres?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Candide, plus que jamaisdimanche, 28 septembre, 2014

      Anonyme, je te salue, mais... tu débarques ?

      Ne sais-tu pas que notre hôtesse est une fée ?
      Mais, shhhhhhht, ne le répète pas, ça la fait rougir !...
      Et puis je crois qu'au conseil des fée , yz'aiment pas trop que ça se sache...

      Supprimer
    2. @Candide

      Non, cet anonyme-là, je le reconnais entre mille, c'est un habitué, il s'appelle Bof, et si je suis une fée, c'est seulement peut-être parce que je reconnais les commentaires de mes lecteurs à leur style, même s'ils ne signent pas.

      @Bof

      Comme j'aimerais avoir signé des chansons pour un gars d'Astaffort...C'est un des plus beaux compliments que l'on puisse me faire! merci.

      Bisous à tous deux

      Supprimer
    3. Et il est timide à ce point, le Bof ?
      Divoir, mon Bof, que ne t'annonces-tu pas tout de go ? Tu sais bien que personne ne mord ici !
      Sauf peut-être Ouannce ?
      Parce que Ouannce mord...
      Bon j'avoue, la semaine a été difficile... ;oDDD

      @ Cel : C'est vrai qu'il t'offre un vrai beau compliment, le bougre !

      Et la zik, toujours aussi bien choisie !

      Sais-tu, not' fée, que j'aimerais bien être un sunshine sur ta shoulder ? :o)))

      Supprimer
    4. J'avoue que j'ai adoré ce morceau la première fois que je l'ai écouté.
      Et le compliment de Bof, tu te rends compte...Ecrire pour Francis d'Astaffort...
      Sinon, dans la famille Ouance, il y a Ouance Euhgaine et Ouance Euhponneutaïme...

      ;-DDD

      Supprimer
    5. Oui surtout qu'il est en panne sèche le p'tit gars d'Astaffort...
      Son dernier album (Vise le ciel) c'est de la daube !! :(
      Et pourtant, que je l'aime, ce chanteur !!

      Supprimer
    6. Ah je ne l'ai pas encore écouté, je pensais me l'acheter un de ces quatre mais si tu dis que c'est de la daube...quelle déception!
      Tout fout l'camp mon brave monsieur...

      Supprimer
    7. Candide, dépité, mais c'est moins grave qu'avec un café...lundi, 29 septembre, 2014

      @Cel : Abin noooon ! Tu m'fous tout mes effets en l'air, à dévoiler mes jeux de mots laids !

      Supprimer
    8. Eh bien, moi qui pensais que tu serais ravi...oh la déception ! :-)))

      Supprimer
  2. Hum, un texte tout en douceur qui donne envie de fermer les yeux et de plonger aussi dans la nostalgie de l'enfance... Merci Maîtresse pour ces quelques minutes délicieuses...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis heureuse, ma Prudence, de t'avoir apporté un peu de douceur qui t'aidera à refermer tes fissures...lol! et puis ton repos forcé me donne le plaisir de te voir traîner par ici...

      Supprimer
  3. Comme je t'envie d'aimer si fort ton métier, d'aimer si fort tes élèves!! J'aime tellement peu le mien qu'il me faut être imaginative pour redémarrer chaque semaine... me dire qu'il y aura les paroles souriantes de collègues, un moment de paix et de lecture au déjeuner et, pourquoi pas un beau lever du jour sur la route... mais la polupart du temps, je me dis en partant: vivement ce soir que je rentre!! Bisous ma belle et joyeux dimanche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, j'ai aussi des moments difficiles dans la journée où je me dis vivement ce soir !
      Surtout depuis qu'on enchaîne non-stop les matinées.
      Les enfants sont des anges qui se transforment parfois en diablotins, et les nerfs sont mis à rude épreuve...
      Profite bien de ce beau dimanche, ici il fait un temps radieux mais demain c'est la pluie...

      Supprimer
  4. Réponses
    1. Venant de toi, je sais que ce mot a une valeur très particulière et cela me touche énormément.
      Gros baiser céleste, petite Myo

      Supprimer
  5. Ah c'est bien une jolie maîtrese, je n'ai eu que des Monsieurs pas marrants !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pauvre doudou, ça devait pas être drôle la vie d'élève pour toi, alors...
      Mais des jolies maîtresses je suis sûre que tu en as eu tout plein par la suite.
      Même si ce n'était plus à l'école.
      ;-)

      Supprimer
  6. À te lire tu me donnes envie d'écrire d'aussi belle manière...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en suis heureuse. C'est comme quand je parviens à donner à mes CM2 le goût de l'écriture, des mots, des phrases. C'est comme une petite victoire personnelle sur le renoncement, la médiocrité, la pâleur, la fadeur, l'ennui.
      C'est une des plus belles choses que tu m'aies données à lire de toi.Et je sais qu'en plus, tu en es largement capable.
      kiss

      Supprimer
  7. Quoi qu'il se passe, les sentiments sont toujours là. Que c'est bon de vivre :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et surtout, TU es toujours là ! et ça me fait un plaisir fou de te voir à chaque fois, même si tu boudes un peu ton espace perso. Trop de boulot, c'est ça?
      je t'embrasse mon étoile.

      Supprimer
    2. Oui boulot, perso, métro (ah non pas ça ^^).
      gros bisous

      Supprimer
  8. Ressentir tant de tendresse à travers tes mots... et l'amour de ton métier comme un cri au milieu d'un monde où travailler est souvent synonyme de mal être.
    Merci. Nicmo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je voudrais changer ça. Si tu savais comme j'aimerais que les gens aillent au travail sans avoir une boule au ventre.. Je sais que c'est une utopie. Et pourtant c'est possible.
      Je suis sûre que c'est possible. Je plante des graines dans le coeur de mes poulbots, des fois qu'elles se mettraient à donner plus tard des hommes et des femmes heureux d'être simplement.
      Merci de ta visite, Nicmo.

      Supprimer
    2. C'est en effet possible d'avoir une activité rémunérée sans que ce soit une contrainte. Tu en es un bel exemple :-)
      Je me suis aussi donné cette chance, allant jusqu'à zapper toute hiérarchie afin de pouvoir choisir ma clientèle. Je m'y suis bien amusé même, et surtout, parce que je devais m'occuper de tout.
      J'en conclu que l'utopie existe puisque je l'ai vécue ;-)
      Cette utopie est possible si le salarié est correctement considéré par ses supérieurs.... Mais ça semble utopique ....
      Ti bacio

      Pour le clafouti, dis à ta maman de le faire avec des griottes. Avec leur petit côté piquant, c'est sublime et ça ne devrait pas te déplaire.

      Supprimer
    3. J'avoue avoir eu la chance de passer l'essentiel de ma carrière avec un supérieur hirperarchique humain, et ça ne fait que quatre ans que je me tape Jargonos et ses manières de robot.
      Mais malgré tout, je continuerai jusqu'au bout à aller au travail le cœur léger.
      Quant à toi, il est certain que tu n'aurais pas pu supporter longtemps une hiérarchie, tel que je te connais.
      Molto bacioli
      PS: Je ne sais pas si maman fait encore du clafoutis, je lui demanderai.

      Supprimer
    4. Hiérarchique : mais qu'est-ce qu'elle me fait cette tablette ce matin?

      Supprimer
    5. Candide, rugueux de naissancelundi, 29 septembre, 2014

      @ Blutchy : 'tain, qu'est-ce que j'aurais aimé travailler dans ta boîte !
      Et au rythme d'un vaudois en plus : le paradis ! ;oDDD
      Mais c'est pas donné à tout le monde de gérer intelligemment une boîte !
      En même temps on a bien fait de pas se rencontrer, j'ai un caractère de sanglier hypocondriaque et psychopathe !

      Supprimer
    6. @ Céleste
      J'avais supporté mon dernier patron tant et aussi longtemps qu'il me demandait poliment de faire tel ou tel travail. Je lui ai même généreusement offert plus de mille heures de boulot. Mais le jour où il a viré pisse-vinaigre à vouloir donner de la voix, ça n'a plus marché du tout et je suis parti. Eh, il a pu voir qui c'est Raoul, non mais!
      Ti bacio

      @ Candide
      M'enfout, j'ai un fusil à éléphant :-D
      Mais faut pas trop regarder les clichés, en prenant en congé mes heures sup, j'ai arrêté 6 ans avant la retraite..... Et encore, je n'ai pas tout pris.
      Une généreuse accolade, santé et conservation.

      Supprimer
    7. Mais j'y pense, Blutchy, ta boîte, c'était pas à Meaux ?

      Supprimer
    8. @ Candide
      Téfou, ma boîte n'a jamais pris l'eau Yahvé donc pas besoin d'E-Copé.
      Mais ta plaisanterie risque de me monter au nez.
      Tout à fait sérieusement, j'étais en Suisse. Jamais je n'aurais monté une boîte en France avec cette administration de dingues même pas doux...
      En Suisse, tu te mets à ton compte avec une lettre:
      - à la caisse qui perçoit les cotisations de retraite.
      En fin d'année civile, tu informes les impôts en remplissant ta déclaration.
      Lorsque tu dépasses un chiffre d'affaires, tu t'annonces à la TVA et tu t'inscris au registre du commerce.
      En tout, 4 lettres à faire sur un an. Pas de taxe professionnelle, pas d'autorisations préfectorales, rien.
      Les plus grosses formalités à faire, c'est la pub.
      Si tu imagines le merdier pour les artisans français, tu pleures...

      Supprimer
    9. Blutchy à Meaux ça sonnait bien pourtant...

      :-)

      Supprimer
    10. L'art de l'esquive consiste à répondre à côté. Sur ce plan (mais seulement celui-là) j'aurais fait un bon fonctionnaire, voir un politichien remarqué :-D
      Ti bacio Sorellita

      Supprimer
    11. Oui mais pourquoi esquiver ? La question de Candide était...sans arrière pensée, candide, quoi!
      Baci

      Supprimer
  9. Un billet saisissant de simplicité qui donne envie de vous prendre dans ses bras.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors je vais me laisser bercer par la musique et faire de beaux rêves...
      merci.

      Supprimer
  10. C'est qui ce lorenzaccio ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ?
      Disparition ?
      Censure ?

      Supprimer
    2. "Tant pis " dit le lapin jaloux.

      Supprimer
    3. C'est qui cet anonyme ?

      Supprimer
    4. "je suis le ténébreux, le veuf, l'inconsolé..."

      Supprimer
  11. Faut vraiment être une mère pour trouver ces mots là ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, sans doute...et pourtant je ne suis pas à l'école Maternelle !
      Lol !

      Supprimer
  12. Quel joli texte, magnifié par la nostalgie et la mélancolie des jours enfuis...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nostalgie vite envolée dans le bonheur de vivre l'instant...
      Merci jean-mi

      Supprimer
  13. Régalez vous ! Vous allez retrouvez tous ces schtroumpfs pour une bonne semaine.
    Profitez-en bien.

    RépondreSupprimer
  14. J'ai souri"
    Moi aussi j'ai souri ce matin à la lecture de ce billet où "tout" passe, de ton amour pour ces "débutants" qu'ils soient perce-neige, lionceaux , bourgeons, ou ces drôles de créatures, les enfants, de matines au soleil couchant, de septembre à la Saint Jean. C'est magnifique, notamment quand les mots glissent vers une petite fille d'avant, en tresses et en clafoutis. Je t'embrasse, conquis.Ca rime bien avec clafoutis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai failli écrire j'ai Soury, en référence à un certain remède miracle...
      Le clafoutis de ma maman, c'est ma madeleine. Enfin, une de mes madeleines...
      Très joli ton commentaire ce matin mon cher Claude.
      Tout en émotion et en poésie.

      Supprimer
  15. Un billet doux comme un regard tendre qui emballe délicatement l'enfance d'hier et d'aujourd'hui dans un papier de soi... Quelle maîtresse femme tu fais Célestine...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le papier de soi...très très très joli ça !
      Merci

      Supprimer
  16. Doux texte qui peut nous rappeler tant de souvenirs ... mais j'essaye de pas trop repartir dans l'enfance ... pas si douce que ça au final :'(
    Pas d'inquiétude Célestine ... Je vais bien :-) ... mais je préfère vivre au présent !!
    Bisous et bonne nuit

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vivre au présent, ça, ça me connaît... Et d'ailleurs, mon moment de nostalgie ne dure qu'un instant si tu lis bien. Le temps d'un clignement d'yeux.
      Le temps qui passe ne m'est plus ennemi depuis quelques temps. J'aime trop la vie.
      Merci de ta fidélité petite Marie. Il y a vraiment des gens sympas sur ce blog.

      Supprimer
    2. Bonne journée Célestine ... Si ciel gris mais j'ai le coeur "en fête" ... Alors je t'envoie pleins de bisous remplis de lumière ;-)

      Supprimer
    3. Tu me donnes du courage pour aller travailler, sortir de mon cocon bien chaud.
      Ici les grosses alertes sont passées.
      Bisou tout doux

      Supprimer
    4. Mais tu habites où ?
      Bisous et bonne nuit ;-)

      Supprimer
  17. Magnifique… quel doux moment de pur bonheur ;-)
    Bisous Laure

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureuse de t'avoir apporté cette douceur, Laure...
      Dans ce monde de brutes j'en suis friande.

      Supprimer
  18. "Je-main-sur-je"
    Journal pas très catholique
    mais qui dit LA Vérité
    ————

    On apprend que du côté d'une école du Midi-moins-l'quart, une maîtresse rêveuse en qui des parents aveugles faisaient confiance vient de passer aux aveux.
    Alors que les derniers élèves angoissés attendent encore leurs parents en retard, Cette maîtresse, non seulement ferme les yeux et révasse, au lieu de les surveiller, mais en plus et selon ses dires :

    "J’ai franchi le portail de l’école en faisant un petit signe aux élèves. « Au revoir, maîtresse ! » ils m’ont crié en agitant leurs mains noires de poussière."

    Cet incroyable abandon de ses responsabilités dépasse l'entendement.
    Une pétition circule sur Internet.
    Les parents qui ne sont d'ailleurs jamais revenus chercher leur progéniture, faisant confiance à cette institutrice dont chacun vantant les mérites et le dévouement, ont légitiment cru qu'elle les hébergerait pour la nuit, comme il est normal que cela se fasse. On les paye pour pourquoi sinon !
    Si le Corps enseignement ne prend pas en charge, de jour comme de nuit, les enfants des parents qui ont autre chose à faire que les éduquer, alors à quoi cela sert-il que l'on se fasse tirer autant d'impôts en France…

    On attend désormais de cette maîtresse qu'elle répare ses errances, et qu'elle promette en fin d'année à chaque enfant qu'elle aura délaissé
    Un baiser pour de bon, un baiser libertin,
    Un baiser sur la bouche, enfin bref, un patin.

    Et que le Recteur d'Académie aille se faire voir chez Plumeau.

    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien oui, j'avoue, j'ai lâchement abandonné le navire à 18h17, l'autre soir, alors que je ne suis payée que jusqu'à 15h45...
      J'avoue, monsieur le président, j'ai laissé ces pauvres enfants aux mains des animateurs du " péril scolaire" comme ils disent.
      Je plaide coupable. Coupable de rêverie, de poésie, de subversion et d'un sens complètement atrophié des responsabilités...
      J'accepte la sentence, et je m'engage à respecter à la lettre le protocole que le grand Georges avait très bien décrit dans sa chanson.
      J'espère seulement que le recteur d'académie ne me taxera pas d'attentat à la pudeur.


      En tous cas, plus sérieusement, grand merci Alain pour ce bon moment de lecture qui m'a enthousiasmée.

      Supprimer
    2. Je me suis amusé à l'écrire... pensant que tu pendrais plaisir complice à le lire !
      J'espère évidemment, d'ici la fin de l'année, retomber en enfance, pour bénéficier du patin salvateur et réparateur des mes années d'école douloureuses....

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.