dimanche 14 avril 2013

Mi-fugue, mi-raison...

Alors, oui, bien sûr, c'était mon anniversaire, aujourd'hui. Un jour très joyeux...Enfin, qui se devait de l'être...Mais au nom de quelle logique devrait-on être heureux d'avoir une année de moins à vivre? De voir la vie se rétrécir d'année en année, comme une peau de chagrin?
Ça me troue quand même relativement le fondement, cette histoire de tradition, de gâteaux, de bougies, de cadeaux et de fleurs...On fait la fête, certes, mais n'est-ce pas s'enivrer pour oublier que "le temps est assassin  et emporte avec lui les rires des enfants...Ah! m'asseoir sur un banc cinq minutes avec toi...Et regarder la vie tant qu'y en a..."


Saturne me rend frileuse et morfondue aux alentours de cette date fatidique. Ouais, Saturne, un vieux pote à moi, à moins que ce ne soit mon ennemi juré,  "morne et taciturne"...C'est lui qui me refile mon coup de mou saisonnier, je suis allée le signaler aux services compétents, mais il est insaisissable et coule comme du sable entre les doigts...Ils n'ont jamais réussi à le rattraper...

 "Fille d'avril, fille difficile"...je sais, je sais. Je crache dans la soupe! Mais vous ne comprenez donc pas que j'aime trop la vie? Que ça me rend chose de la voir filer comme une anguille? Que je retiens mes larmes pour ne pas gâcher la fête?  
Bien sûr, j'ai été gaie, aujourd'hui, gâtée, le temps radieux, les messages nombreux, les coups de fil des enfants, les bouquets de fleurs, les amis merveilleux, le repas délicieux, la promenade entre amis sous un soleil généreux, tout y contribuait... 
Dès potron-minet, chacun s'ingénia à y aller de sa trille, de sa ritournelle ( je parle des piafs) ils se chuchotaient "Psstt! c'est l'anniversaire de Célestine! allez-y les gars, mettez le paquet!" Il m'a semblé que les cerisiers avaient fleuri pour moi en une nuit...Le ciel s'était cousu un habit bleu-roi du plus bel effet, le soleil s'était passé au mirror...

Pourtant je n'ai pu m'empêcher de ressentir ce terrible pincement au coeur, une sorte de manque, comme une absence, un regret, une infinitésimale tristesse.
J'ai fermé les yeux pour ne pas laisser filer le temps trop vite.
J'ai laissé mon esprit vagabonder par-delà les collines riantes, par-delà les plaines et les montagnes, jusqu'à la mer d' iroise, turquoise, jusqu'à la montagne enneigée, jusqu'aux grands espaces absolus seuls capables de m'apaiser quand je perds pied. Fugue salutaire...
Oui, j'ai eu comme une absence, au milieu du repas.

"Allons, ma vieille, souris, tu es filmée! arrête donc de faire la mélancolique, tiens toi droite, souffle tes bougies, ouvre ton cadeau, apprécie ce bon moment de convivialité! C'est ton anniversaire! "
Eh Zazie, tu les entends? Tu ne dis pas "anniversaire mon cul?"

Ben non, elle ne le dira pas Zazie, parce que, malgré mon coup de calcaire, je sais reconnaître la chance que me donne la vie. Etre bien entourée, pour passer ce cap, c'est quand même mieux que d'être toute seule! 
Et puis, je vois que le grand Bébel fête ses quatre-vingts balais le même jour que moi. Finalement, je suis une vraie gamine?
-Ben oui, arrête de flipper,  c'est ce qu'on s'évertue à te dire...
-Merci mes amis. Tous mes amis. Vous aussi, amis de la toile. Désolée de vous avoir un peu plombés avec mes états d'âme.
Tous comptes faits, c'est  quand même chouette, d'avoir un an de moins que l'année prochaine...



Emprunts et crédits à Renaud, Voulzy, Brassens, Queneau, Spirou... et Thierry, un autre de mes potes.


97 commentaires:


  1. J'aime vieillir, je suis de plus en plus contente même d'année en année de passer un anniversaire supplémentaire sans famille pour se réjouir et admettre que ce jour est un jour de fête. Je passe ce jour très, très peu entourée, souvent il n'y a que Fred qui m'emmène loin de mes pensées, car lui il sait et je ne veux rabattre la joie de personne. Je suis un peu plus heureuse chaque année, un jour, je saurais même fêter la chose avec les autres.
    Je reste depuis peu toute étonnée de voir quelques mots dans ma boite aux lettres, sur mon répondeur, des marques d'affection de quelques personnes pour qui je ne suis à la base personne mais à qui j'importe, et en me demandant eux veulent de moi. C'est encore là, et ça le restera ma plus grande surprise et mon plus beau cadeau.

    Une fois encore tes mots ne font pas échos chez moi, c'est comme ça, je me suis demandé si je me mordais les doigts ou si j'écrivais un simple bon anniversaire parce que peut-être ça te laisserait l'impression que je t'apprivoise, mais ça n'aurait pas été mon vrai ressenti. S'il faut que je mente, faut-il que je commente ?

    Je suis triste un peu, pour toi et toutes les personnes qui t'entouraient de tant d'affection, c'est bien dommage de ne pas être tout le cœur à la fête quand on est si bien entourée et ne pas profiter pleinement d'un moment qui ne reviendra jamais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que c'est ici que nos chemins se séparent, Sandrine.
      Ce fut une jolie aventure pour moi de te découvrir, pas pour toi apparemment...Tu aimes vieillir, tant mieux pour toi, moi non. Ce que je n'aime pas, dans l'idée de vieillir, ce ne sont pas les rides, non, c'est l'idée d'avoir moins de temps à vivre.
      Je ne culpabilise pas du tout d'avoir ressenti ce que j'ai ressenti. J'ai juste voulu l'exprimer, en ne froissant personne.
      Tu dis "S'il faut que je mente, faut-il que je commente ? "
      Et moi, pour ne pas faire de peine à mon entourage, faut-il que je mente, et que je taise mes états d'âme? ce petit pincement que j'ai éprouvé?
      Maintenant, je respecte tout à fait ton point de vue.Bien sûr que tu as bien fait d'écrire ce commentaire qui m'a permis de m'ouvrir les yeux. Bien mieux fait que de te mordre les doigts, je m'en serais voulu que tu te fasses mal!Je trouve que tu as plein de qualités, j'aime souvent te lire, pas toujours, mais très souvent.Mais je n'ai pas envie de forcer quiconque à m'aimer. Ou à m'apprivoiser.
      Et je n'ai pas besoin de ta dernière phrase, qui semble me donner une "leçon".Ben oui, c'est un peu dommage de n'avoir pas éprouvé un bonheur sans aucune fausse note, mais c'est ainsi. Je sais ce que je dois aux gens que j'aime.Je les aime et ils me comprennent, ils m'ont déjà pardonné ce qui n'a été qu'une imperceptible absence de quelques minutes. J'ai d'ailleurs terminé mon billet comme souvent sur une note optimiste.Parce qu'en moi, il y a ces deux pôles. Voilà. Je te souhaite tout le bonheur du monde.Bon voyage dans la vie.
      Amicalement.
      Célestine

      Supprimer
    2. J'aime les portes qui claquent! Faut juste faire gaffe à ne pas laisser traîner les doigts.
      Le 19 de ce mois je vais en prendre un de plus et, même si je suis heureux d'en être arrivé là le sphincter intact et le prépuce propre, je ne suis pas de très bonne humeur.
      Alors, cette porte qui claque à le mérite de la saine franchise et du double talent des "échangeuses".
      Bravo les filles pour ce grain de sable à ma droite et de ce "grain de sel dans tes cheveux" à ma gauche

      Supprimer
    3. Je n'ai pas claqué la porte. Je l'ai juste refermé délicatement pour éviter les courants d'air.(C'est à cause de mes trous d'air dans le cigare)
      j'aime bien ta façon de faire le bilan de ta vie, cela dit.
      (Je veux dire ta façon euh... "anatomique")

      Supprimer
    4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    5. Tant que l'on peut compter sur des érections fiables il n'y a pas de quoi trembler devant le final coutdown!
      Que la nuit te soit douce!

      Supprimer
    6. Absolument. Voilà une philosophie saine et objective.

      Supprimer
    7. Moi, je te comprends..... j'aimerais tant connaître l'amoureux de ma petite fille, mes arrières petits enfants, continuer de jardiner, jouer, rire, voir le soleil briller, etc...

      Supprimer
    8. Oui, c'est ça que j'ai éprouvé: le sentiment que cela allait disparaître, mais que je ne voulais pas! Ridicule, n'est-ce pas, de se battre contre l'implacable réalité...

      Supprimer
  2. Ben dis donc, un grand beau soleil comme ça rien que pour ton anniversaire, et le cerisier qui fleurit, et les oiseaux qui chantent et les tcétéras que j'oublie, et toi tu ronchonnes encore (un peu) !
    pffff, bon z'anniversaire tout de même :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je sais, j'ai écrit ce billet pour m'auto-flageller, je crois bien.
      Mais oui, tout était parfait dans cette journée. Tout sauf cette crise d'angoisse qui m'a saisie au milieu du repas, et qui était tout sauf du ronchonnement...

      Supprimer
    2. Oui bon, c'était tout de même à prendre sur le ton de la rigolade, ma remarque ;-)
      J'espère que t'avais compris.
      Accessoirement je vuex bien te comprendre un ti peu hein, c'est vrai que ça fait un pti quelque chose de se choper une bougie de plus chaque année, ou une bougie de moins suivant dans quel sens tu comptes.

      Ceci dit je crois qu'au bout d'un certains nombre d'années on commence à trouver le temps long. Je dis "je crois" parce que je n'ai pas encore passé ce cap :-)

      Supprimer
    3. Oui cher Djoe, ton commentaire n'était pas méchant, simplement mal placé après celui de MarieOchka qui m'avait un peu plombée par son jugement moralisateur.
      Désolée que tu en aies fait les frais. J'ai retrouvé depuis mon sens de l'humour.
      Cela dit, je ne suis pas vieille au point de trouver le temps long!Au contraire. Je pense que c'est vers les 90 ans que l'on s'essouffle... Ça me laisse une vie.
      Biz

      Supprimer
    4. Son post n'était pas paru quand j'ai commencé à écrire le mien. J'ai même crû être le premier à répondre, mais j'ai trainé :-)
      Mais je n'étais pas vexé hein, ne soit pas désolée. Je voulais juste m'assurer que tu ne l'avais pas lue de travers, ma boutade.
      et oupsss, je ne sous-entendais pas que tu étais si vieille que ça !

      Les 90 ans, c'est à peu près à ça que je pensais. Un peu moins, un peu plus, ça dépend des gens... et de la chance d'y arriver, aussi. C'est ma voisine qui a 93 et qui m'a dit qu'elle commençait un peu à fatiguer (surtout de voir les gens "partir") qui m'a fait penser à ça.

      Bonne fin de semaine mam'zelle
      Bises

      Supprimer
    5. J'ai juste trente-cinq ans à l'envers...ou en hexadécimales

      Supprimer
    6. Je ne te connais pas en chair et en z'os, mais en lettres et en mots tu ne les fais pas !
      Et je sûr qu'en chair et os non plus :-)

      Supprimer
    7. Ben, que le moins qu'on puisse dire, c'est que j'avais raison de le croire !
      Voici une fort jolie jeune fille. C'est tes élèves qui te donnent un ti bout de jeunesse en quittant ta classe ? :-)

      Supprimer
    8. Je ne pensais pas que tu reviendrais trouver mon lien... C'est ce que l'on appelle un lecteur fidèle! Bon voilà tu sais tout de moi! J'ai un peu moins de 90 ans, comme tu vois. C'est vrai que travailler avec des cm2 ça fait rester jeune! Mais j'ai aussi pas mal de chance...bonne fin de soirée cher djoe

      Supprimer
  3. bon anniversaire, Célestine!
    tu n'as pas un an de plus aujourd'hui, tu as tous les jours un jour de plus...
    et une fois l'an, on te fête :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tout le monde, en somme...
      Merci Adrienne, tout simplement. D'être là, de me lire et de me comprendre un tout petit peu.
      Même si ce que j'ai éprouvé est incompréhensible...

      Supprimer
  4. Si tu veux, on échange, pas de problème.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais je relis mon billet depuis tout à l'heure, je n'arrête pas de me désoler.Et de culpabiliser.
      Si je t'ai peinée, si je t'ai paru égoïste ou capricieuse, ou même monstrueuse, j'en suis sincèrement désolée.
      Je n'échange ma vie contre aucune autre.Je ne suis pas sûre que tu aimerais forcément ma vie.
      Moi, je l'adore comme elle est, parce que c'est ma vie. Celle que je me suis construite. Tout ne m'est pas tombé du ciel. Je suis très entourée, c'est vrai, et je demande pardon aussi à mon entourage d'avoir éprouvé cette tristesse passagère, que j'ai tenté tant bien que mal de ne pas montrer.J'ai juste mis en mots ce qui avait besoin de sortir. Merci Pastelle, de me permettre par ton commentaire un peu "brut de décoffrage" si je puis me permettre cette expression qui, là encore, exprime un ressenti et n'est pas forcément très bien choisie, de m'expliquer un peu mieux.
      Bises

      Supprimer
  5. J'ai déjà vécu ça... une angoisse incoercible au plus fort d'un moment de bonheur... Merci de nous parler de QUI tu es... à la fois avide de bonheur, amoureuse de la vie, mais capable aussi de paniquer soudain en prenant conscience que le temps s'écoule, inexorablement
    Et ce moment d'angoisse n'a rien à voir avec l'amour que tu portes aux tiens... je comprends ça aussi...
    Je t'embrasse ma Célestine... merci pour cette vie qui palpite en toi, si fort si fort

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que tes mots sont comme une bouée...je me sens couler depuis tout à l'heure. Déjà que ce n'était pas facile d'éprouver cela, cette angoisse existentielle de la fuite du temps, plus la culpabilité du "mais tu n'as pas honte, un jour comme celui-là!" alors en plus, lire des commentaires moralisateurs, pas évident. Je ne cherche absolument pas le consensus mou cher à certain poil qui se hérisse,mais de là à essuyer une fronde,il y a loin de la coupe aux lèvres!
      Merci de ton passage Coumarine, il m'est infiniment précieux dans ce moment de fragilité.

      Supprimer
  6. chataigneraie5814 avril, 2013 21:38

    j'étais de celles qui ont téléphoné! non tu plombes rien avec tes états d'âmes! oui tu as raison un an de moins a vivre mais toute une année qui s'ouvre a toi pour profiter de la vie! pour donner du ponch a ceux qui n'en n'ont pas, pas calmé les excites..vivre, simplement! après on a l'âge de nos "artères", de notre corps...puis y a ce qu'il y a dans la tête...apres faut savoir metriser son corps qui lui n'a plus vingt ans mais là c'est dans longtemps tres longtemps! ne changes pas Cel on t'aime nature....! bon anniversaire de la part de nous tous! et viens donc boire un café car un petit paquet t'attends!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma châtaigne, c'est trop chou. Tu as vu la citation de Thierry en fin de billet? Si ça c'est pas de l'optimisme!
      Je viendrai dès que je peux boire ce petit café...

      Supprimer
  7. Il s'échange souvent de belles choses dans le monde des blogs : une sorte de connivence, de compréhension, de partage...

    Et puis de temps en temps il y à ces "leçons de morale" que certains s'autorisent à asséner, oubliant que ce qu'ils lisent est l'expression d'une sensibilité individuelle. Que l'on pense différemment est une chose, que l'on juge en est une autre.

    Ce que tu as ressenti, Céléstine, n'a pas à être jugé : cela a été. Tu ne fais que le raconter...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est drôle, parce que je discutais avec une amie sur ces réactions de jugement, et elle me disait exactement la même chose que toi. On ne saurait juger les sentiments, étant donné qu'il n'y a aucune volonté agissante derrière ce que l'on éprouve.Merci de l'avoir exprimé si finement, comme toujours.
      Cela m'ôte le pénible sentiment de culpabilité que j'ai éprouvé à la lecture de certains commentaires, et qui a rajouté à mon malaise.
      Oui, merci, Pierre, pour tes mots apaisants.

      Supprimer
  8. Je n'aime pas mon anniversaire. Enfin, je ne sais pas trop. Je ne sais pas vraiment mettre des mots là-dessus. Je ne sais pas ce qui me peine dans tout ça. Si c'est "juste" la fuite du temps, si c'est "juste" que je ressens qu'on ne fête pas la bonne date, qu'on devrait, à tout prendre, plutôt fêter celle du coup de dés du hasard ou d'un dieu hypothétique qui a fait qu'un jour, mon père a relevé la tête et a évité la mort pour plus tard me donner la vie... Si c'est juste la peur que j'ai du jour où je verrai cette lueur fugace dans le regard de ma fille, réalisant que son père a bien vieilli, qu'il était sans doute mieux sans ces rides autour des yeux, sans ces poils blancs dans cette barbe qu'il s'obstine à négliger... Si c'est la peur du jour où je devrai la laisser seule... Faudrait tenir à personne, comme disait Cavanna... Putain de temps... Enfin, c'est peut-être trop tard pour te le souhaiter, alors je te souhaite un bon demain... Le jour se lève, toujours...


    Bernard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non , ce n'est pas trop tard, puisque ça vient du coeur...
      j'aime beaucoup ce que tu dis quand tu parles de ton père.
      Et aussi de ta fille.
      Oui, parce que c'est tout ça qui m'a traversé fugacement l'esprit quand au plus fort de la fête j'ai vraiment vacillé en me disant que tout cela allait inexorablement s'arrêter, que je ne verrais plus ni mes enfants, ni mes amis, ni mes parents...Je me suis accrochée à des images de mer ou de montagne, et la vie a repris son cours. Demain, il fera jour, tu as raison.
      Merci pour ce témoignage extraordinaire.

      Supprimer
  9. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  10. Today is the first day of the rest of my life ...
    Mince, à quelques minutes près, j'ai raté ton anniversaire ! Je te le souhaite quand même, ça compte, dis ?
    Que l'on aime ou pas les anniversaires, le temps passe inéluctablement, pour chacun d'entre nous. C'est quand il n'y a plus personne pour nous les souhaiter que ça devient craignos ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sur que ça compte! Et c'est même très gentil de ta part.
      Et c'est vrai ce que tu dis: notre voisine a 99 ans et elle dit souvent: le bon dieu m'a oubliée, je ne veux plus vivre puisque plus personne ne me fête mon anniversaire...
      C'est vrai que c'est craignos...et triste aussi.
      Merci d'être passé

      Supprimer
  11. Comme je comprends ce voile qui t'es tombé dessus... Ce moment fugace où l'on prend conscience que rien n'est éternel, pas même nous. C'est forcément toujours dans des moments de bonheur que ça vient, mais lorsque le voile se déchire, on prend ce bonheur avec plus de fougue parce qu'il devient un vrai cadeau de la vie.
    Rien n'est jamais acquis à l'homme...
    On a toujours tort de vouloir l'oublier.
    Vivre est un cadeau de tous les jours, qu'importe alors de vouloir les réunir par paquets de 365.....
    Toute la grâce que je te souhaite est de pouvoir vivre jusqu'au bout de ton enthousiasme, de ta force de vie.
    Molto baci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, simplement merci de me comprendre aussi bien.
      C'est tout a fait ça: un voile qui a obscurci mon ciel l'espace d'un instant.
      Baci

      Supprimer
    2. Tu ne peux pas empêcher ce voile d'arriver, pas toi qui a tellement conscience de la vie. Il reviendra te rappeler que vivre est tous les jours un cadeau.
      C'est vrai que le nombre de jours restant diminue, mais il diminue par rapport à quoi?
      Personne ne connait sa date de péremption....
      On enterre tous les jours des trentenaires, et a contrario il y a des gens comme Stéphane Hessel, Théodore Monod (qui fit sa dernière expédition dans le désert yéménite à 95 ans), Benoîte Groult, etc.
      Curieuse de la vie, tu es de cette race-là.
      Qu'importe le nombre lorsqu'il y a la qualité. Tu verras que passé un cap, les jours rallongent, les heures disponibles doublent en nombre et en intensité.
      Un jour, il n'y a plus de raseurs, d'empêcheurs de rêver en rond, de troubles-fêtes qui pourrissent la vie, ni de chef qui se font une petite crise d'autorité de temps à autre....
      Il vient un temps de liberté, un deuxième souffle, un agenda vierge de toutes contraintes.
      Tu n'en es pas encore là... La retraite est une catastrophe pour certains, elle fera éclater ta fougue et ta créativité.
      Baci éternelle Ragazza

      PS: Si TB touche sa retraite en années hexadécimales, il ne plombera pas les comptes de la Sécu...

      Supprimer
    3. T'est trop fort toi alors, en remonteur de moral tardif!
      Tu es une arme de persuasion massive.
      Merki. Je kiffe grave.
      baci

      Supprimer
    4. PS. Pauv' TB il voulait me remonter le moral, lui aussi!
      Tant qu'on ne nous paye pas en euros hexagésimaux...

      Supprimer
  12. Un bon truc que j'applique pour que ça fasse moins mal : je compte mon âge en hexadécimal ! Ça fait plus jeune et ça donne un côté geek ! Et je me tâte même pour passer en vigésimal ! :~)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vois j'avais raison, j'ai 35 ans en hexagesimal ! L'image de Spirou était donc subliminale...
      Merci de m'avoir appris quelque chose, c'est génial. Je me sens jeune!

      Supprimer
  13. Ho! Bélier toi aussi? Pour moi, le jour fatidique est demain... donc au boulot et sans trop de trompettes. Les enfants viendront plus tard pour une partie de campagne. Aujourd'hui je te souhaite donc des années et des années de joie, d'émerveillement et de tendresse!!! Gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un bélier bien mâtiné de cancer et de gémeaux....
      Un thème astral passionnant me l'a appris.
      Je penserai a toi demain, et si tu as un petit coup de mou, dis toi que c'est normal.

      Supprimer
  14. Sourires ! Avant tout bon anniversaire et puis continues à aimer la vie, afin qu'elle te le rende le mieux possible.

    Je viens de signer un nouveau bail avec elle , 20 ans, elle m'a trouvé gourmand, mais je n'ai rien voulu savoir ! J'ai maintenu les 20 ans....

    Bienvenu parmi les "ancêtres....." bisous et bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les ancêtres...comme tu y vas! Mais je suis heureuse que tu aies signe ce nouveau bail!
      Je signe avec toi, et j'applaudis des deux mains!

      Supprimer
  15. Moi aussi, moi non plus.
    Les anniversaires me plombent. Ce même vague à l'âme avec cette impression de cracher dans la soupe.
    Je n'ai pas voulu fêté les 50 ans. Pas de fête, rien, juste un gros chagrin de voir le temps passer. Un caprice d'enfant trop gâtée, diront certains.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vois qu'on a des points communs! Même si j'enrobe souvent dans le miel, j'ai quand même une conscience aiguë de l'absurdité du monde qui me tenaille dans mes profondeurs abyssales.
      Une fois par an, ça remonte a la surface.
      Je t'embrasse moi aussi.

      Supprimer



  16. Que ce cri poignant est empli d’humilité ! Et comme il est dérangeant. Vous vous risquez en partage, le cœur grand ouvert, à tout ce qui n’est pas convenable en ce monde trop bien lissé, où il est fort mal vu qu’on enfreigne la doxa. Il y a dans ce texte lucide à l’extrême plus d’amour que d’usage alors bien sûr ça fait désordre.
    Pensez donc ! Occupez vous plutôt de vos élèves, souriez même si vous souffrez ailleurs, aïe heurts, riez et dansez, sautez de joie, amusez vos commensaux, chaussez votre nez rouge, un anniversaire c’est ça ! Alors malheur à celle ou celui qui dérogerait ne serait-ce que le temps d’une crise d’angoisse fut-elle contrôlée autant que possible, au bon épanouissement de la fête !


    Vous qui êtes du Pays des Manières limpides, accrochez comme bon vous semble un cristal de neige éternelle à votre corsage, choisissez sans en devoir rien à personne vos lacs, vos rives et vos terres éloignées. Commandez votre ciel ou votre saison, revêtez vos robes des lendemains. Sortez minuit de vos poches et pour l'amitié de vous, nous irons laver Saturne et la Grande Ourse



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre dernier paragraphe est un pur poème. Et moi, la poésie, ça me fait fondre!
      Merci beaucoup, monsieur le nuage qui,loin d'obscurcir le soleil, lui donne une brillance inhabituelle.

      Supprimer
  17. Il est des êtres sur lesquels le temps glisse, tu prends de l'âge certes... Mais tu ne vieillis pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On me le dit souvent. Mais si tu t'y mets aussi, je vais finir par le croire...

      Supprimer
  18. Joyeux Anniversaire Célestine et profites toutefois de ce jour, car l'âge que tu as aujourd'hui, ça ne se fête qu'une fois, la prochaine sera un autre âge, avec pourquoi pas, une fête encore plus belle.
    Amitiés
    trainmusical

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, c'est vraiment touchant tous ces témoignages qui me font prendre conscience que mes dérapages ne durent jamais bien longtemps, grâce à la formidable énergie que j'ai à vivre.mais d'où me vient cette énergie? si ce n'est des mots positifs que j'engrange et que je cultive?
      Les mots négatifs ne me font pas avancer. Ils aspirent l'intérieur en commençant par la cervelle, et on se sent seul et desséché comme une coquille abandonnée sur la plage après le passage des mouettes carnivores.
      Sur les rails de ton train, la musique m'emporte ce soir, et je deviens lyrique...

      Supprimer
  19. C'est par FB que je l'ai su. J'ai donc bu un coup à ta santé. Eh oui! Il y a le revers de la médaille, la vie qui raccourcit, les années qui filent!!! Mais comme une enfant, chaque année j'aime mon anniversaire et me réjouis de tout ce que j'ai vécu, appris...Je crois que j'aime tant la vie que chaque instant me réjouis et je ne me projette ni en arrière ni en avant. Bizzzz d'anniversaire et mille joies à venir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Déjà, j'ai réussi à ne plus regretter le passé, et à apprécier le présent. Ilme reste à essayer de ne pas penser au futur, mais avec des professeurs de bonheur tels que toi, je suis tranquille...Et tu sais que j'apprends vite!
      Tu es comme une grande sœur que je n'ai jamais eue...
      Je t'embrasse fort.

      Supprimer
  20. J'aime bien les anniversaires, ne serait-ce que parce qu'ils me rappellent qu'il faut vivre pleinement les jours présents et vivre sans délai ce que nous espérons!
    Bon anniversaire Célestine, aujourd'hui et toujours!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Vivre sans délai ce que nous espérons"
      c'est une phrase magnifique!
      Elle pourrait être mise en exergue en haut d'un blog...
      merci beaucoup. J'espère que ton fils a passé un bon anniversaire, lui qui doit être encore dans l'insouciance...

      Supprimer
    2. De nos jours, les enfants même grands sont dans l'insouciance! Ce qui n'était pas le cas dans mon temps! Et puis il faut le reconnaître, on dorlote trop de nos jours!
      Pour la phrase: "Vivre sans délai ce que nous espérons", je dois reconnaître qu'elle n'est pas de moi, je l'ai retenue lors de la lecture d'un ouvrage qui parlait de "trouver la paix en soi"...je crois de Thierry Janssen, un ancien chirurgien qui a tout quitté pour se consacrer à la spiritualité et la psychologie!

      Supprimer
    3. C'est tout à ton honneur de le reconnaître.
      Il n'en reste pas moins que c'est toi qui l'a trouvée dans ta mémoire pour la placer là, à cet endroit précis où cela m'a fait du bien de la lire, et de cela, je te remercie.

      Supprimer
  21. Ton billet est très émouvant parce que ce que tu exprimes tout haut, je suis sûre que la plupart d'entre nous (en tout cas moi) le ressent au fond de lui sans oser parfois se l'avouer! Bien sûr j'ai peur de cet avenir qui se raccourcit chaque année, mais j'essaie de ne pas y penser et de profiter du moment présent au maximum sans trop réfléchir au reste!
    J'aime beaucoup ta dernière phrase et j'attendrai donc l'année prochaine pour te souhaiter un bon anniversaire:-)!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, je crois que même avec l'optimisme aigu dont je vais preuve, il me faut parfois crier mon angoisse existentielle...
      Pour mieux rebondir et me dire que tout est bien, finalement, et que chaque jour doit être pris pour lui même.
      Bisous ma belle

      Supprimer
  22. ♫♫ Joyeux anniversaire Célestine ♫♫
    Permets-moi de t'embrasser virtuellement :)
    Ton émotion me touche...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te permets chère Cathy!
      En attendant peut-être le jour où l'on se rencontrera...

      Supprimer
  23. Bon anniversaire Célestine. Certes les années passent et le temps raccourcit. Mais que de découvertes, de rencontres à vivre. Chaque années qui passent est une richesse qui éloigne la mélancolie. Et puis note d'optimisme, nous vivons de plus en plus longtemps !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui, c'est vrai! nous avons cette chance...
      Merci chère Zoé, toi aussi tu as du talent pour écrire de belles phrases:
      "Chaque année qui passe est une richesse qui éloigne la mélancolie" Que c'est beau!Merci encore.

      Supprimer
  24. Alors je peux encore te re-souhaiter un bel anniversaire
    Tu as le droit d'exprimer ici ton ressenti quand même
    " cracher dans la soupe " ah lala !! on le fait tous un peu non ?
    Je sais quand même que je ferai une fête pour mes 50 ans , parce que j'aime me sentir entourée
    mais oui , ce foutu temps qui passe , ne se rattrape plus chantait Barbara
    Comment faire ?
    Se dire que nous vieilliront ensemble ?
    Piètre consolation que je m'offre de temps en temps
    sinon , faire l'autruche
    tu as 40 ans , comme moi non ?
    bises tendres

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Piètre consolation? Je suis sûre que tu trouves dans la vie d'autres consolations beaucoup moins piètres...Je me trompe?
      Tu sais bien qu'on est jumelles!
      Bisous tout enamourés.

      Supprimer
  25. Hello Célestine ! j'avais commencé à lire les commentaires de tes amis-lecteurs mais le temps me manque alors je me concentre sur ton billet que je comprends ô combien. Il me semble si important d'avoir conscience du temps qui passe...cette angoisse que tu ressens c'est aussi, au-delà de la perte des ans, le sentiment conscient ou inconscient qu'on se rapproche de la mort, de la finitude...même si à 35 ans on est du bon côté de la montagne que l'on continue à gravir d'un bon pied...plus tard, à mon âge sans doute, on accède à la descente lente et gourmande de ce sentier de la vie que l'on continue de fleurir et de respirer dans ses fragrances les plus intenses. J'ai beaucoup aimé ton billet si authentique, ces coups de calcaire dans une jolie vie en font le sel et les épices et nous rendent infiniment vivants. Je t'embrasse fort. Merci pour cette belle leçon de vie et vive anniversaire pour cette année de moins que l'année prochaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Malou pour ton commentaire trop gentil! Ce qui est bien avec Spirou, c'est qu'on peut lui faire dire des bêtises, tout le monde le croit...J'ai juste légèrement plus de trente-cinq ans! mais finalement comme disait ma grand mère on a l'âge de ses artères.
      Moi j'ai l'âge de mes élèves bien souvent, ça fait une moyenne avec les jours où je me sens centenaire!
      Bises douces

      Supprimer
    2. ah bon ! un peu plus de 35 ? alors si d'aventure tu as franchi la quarantaine alors je comprends encore mieux cette angoisse du temps qui passe et puis aussi cette féminité qui se transforme et qui fait d'une femme en âge de procréer une femme qui avance vers la grand-maternité, foutue étape qui m'a fichue un coup de blues dévastateur....que j'ai surmonté à l'arrivée de ma première petite-fille...bises

      Supprimer
  26. J'y pense aussi beaucoup, tu sais... Je ne sais ce qui reste en haut du sablier, et je suis parfois déçue de ce que j'ai fait de ce qui est déjà à jamais en bas...

    Mais en même temps cette amertume ne rend les choses que plus immenses. Je sais à la fois apprécier le soleil, l'air, ma tartine au fromage de chèvre, un lendemain qui chantera, la pensée de celui que j'aime, la vision du chat qui n'a que son bonheur comme préoccupation...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais que je suis exactement comme toi, toujours à m'émerveiller des petites beautés quotidiennes...
      Mais parfois, très peu souvent, le voile se déchire et l'on se sent soudain fragile et périssable comme une tranche de jambon...

      Supprimer
  27. Mon ami JM de Mouans a la sagesse de dire qu'il a toujours 25 ans "et quelques mois"...
    Je trouve la formule très adaptée à ceux qui aiment la vie et veulent en profiter...
    Des bises ensoleillées pour ce jour particulier!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Perso j'ai plutôt 18 ans et quelques lunes...
      Merci pour tes bises.

      Supprimer
  28. Célébrer la vie, tant qu'y en a :-)

    C'est ça fêter un anniversaire.

    Moi aussi j'y pense à ce temps qui se perd à chaque instant. Et puis je me dis: oui mais quel joli temps! L'amour, la joie, les rires, les larmes, les disputes, les réconciliations, les coups de mou, les hyperactivités, tout est précieux. Chaque instant est vécu comme il doit l'être. Chaque instant c'est de la vie.

    Alors très bel anniversaire et très belles années à venir, Celestine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce que c'est beau ce que tu dis Stella!
      Tu es comme une étoile qui brille dans ma nuit sauvage et désespérée...

      Supprimer
    2. Oh merci Célestine, cela me touche beaucoup!

      Supprimer
    3. Ça sortait du cœur! Et puis moi, quelqu'un qui s'appelle Étoile, je kiffe grave.

      Supprimer
  29. Et moi qui te le fête en avance....! j'espère que tu ne m'en a pas voulu d'avancer l'échéance ! il est aussi bon de se laisser envahir par ce genre d'émotion qui nous met en face de notre bonheur d'être aimée et entourée le jour où l'on prend une année de plus ! Et puis doit on toujours être au top et sourire constamment ? Je t'embrasse ma Célestine et laisse chaque jour vibrer ton cœur! Prudence

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh non pourquoi t'en aurais-je voulu?
      Oui, pour ce qui est de laisser vibrer mon coeur, tu peux me faire confiance.

      Supprimer
  30. Fille d'Avril, fille pas facile (tu as vu je positive !), Célestine qui rit et Célestine qui pleure... je connais cette petite chanson avec ma Delphine...
    Fais comme moi, ma Cocotine, si tu n'aimes pas le jour J, fête-le à un autre moment, tu as 365 jours jusqu'au prochain !
    Je n'ai pas fêté mes 60 ans, ni les dizaines d'avant d'ailleurs, comme ça pas de blues, pas de pression !

    "Rien ne vaut le jour d'aujourd'hui" Johann Wolfgang von Goethe
    Bon mardi
    Je mets une croix sur mon calendrier pour le 14/4/14 ! Tu y crois aux signes ?...

    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je crois aux signes, bien sûr.
      Connais-tu le film Serendipity?
      Ben voilà. C'est tout moi...
      merci pour ton comm hyper positif.
      Je t'embrasse fort belle blonde!

      Supprimer
  31. Ma chère copine de récré et de salon livresque, j'arrive après la bataille mais ça t'apprendra à ne pas installer de newsletter sur ton blog !!! Je peux encore te faire la bise, rassure moi ??? Je compatis, je comprends aussi ce que tu as ressenti, ça m'est arrivé plus d'une fois et puis, hop, on secoue la tête et c'est envolé, un nuage qui passait... Et il en passera d'autres, comme le dit si bien Flora Groult "un seul ennui, les jours raccourcissent", haaaa ! Il est des dizaines qui descendent plus vite que d'autres et qui recouvrent à jamais l'idée qu'il nous restait de la jeunesse, c'est ainsi, on n'y peut rien, ce qui compte est de trouver un compromis acceptable avec le temps, il y a peu de marche de manoeuvre, alors je fonce, droit devant, je n'ai plus de temps à perdre, je sens les choses différemment mais c'est bien aussi, je te rassure ! Accepter oui mais ne pas se résigner, la nuance est là !!! Je t'embrasse ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Miss Aspho, je vis à l'envers! j'ai encore loupé la collecte des mots. Je n'ai pas touché terre de la journée, hier, un boulot de fou à l'école! je ne sais même pas si je vais réussir ma quatrième de couverture d'ici vendredi...
      Vivement les vacances (enfin, les miennes!)
      Merci pour tes mots adorables comme toujours.
      ♥♥♥

      Supprimer
  32. Un joyeux anniversaire alors !:)

    Moi aussi, les anniversaires me font peur.. Car qui dit célébration de joie, dit aussi souvenir de ce qui n'est plus, forcément.
    J'ai reçu la semaine dernière une lettre de ma tante, la femme de Georges décédé en janvier. Elle m'a écrit le 9 avril et m'expliquait qu'il pleuvait en Bretagne comme dans son coeur, elle m'expliquait qu'un 9 avril il y a 38 ans elle se mariait simplement avec Georges.. Sa lettre m'a faite pleurer..

    Différemment, je suis en train de lire " Votre corps a une mémoire" de Myriam Brousse et c'est passionnant, je suis en train de faire le travail cité par la psychothérapeute, et je commence à avoir des réponses à mes douleurs corporelles !:)

    Bref, je digresse, alors je te souhaite un bon week end, bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien tes digressions, kristel...
      Merci un peu en retard, mais je finis toujours par répondre aux commentaires...

      Supprimer
  33. bin nous ce jour là on revenait de nos vacances et on avait tellement les boules qu'on en a oublié l'anniversaire de célestine ! boooooouh Nul le PSV et la Hutte des Bois pas bien 0/ 20 peut mieux faire ! hi hi on t'aime ma Célestine et même si on t'a oublié et bien tu es toujours dans notre cœur de patate douce ! bonnes vacances ! biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiz !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est po grave tu sais petit singe vert, po grave du tout...
      Toi tu avais pensé a ma fête et moi je l'avais zappee, on est quitte

      Supprimer
  34. Bah voilà, tu n'as pas un an de plus que l'année passée, mais un an de moins que la prochaine.
    Et puis, c'est aussi tout le cheminement, chaque pas effectué qui fait que tu es celle que tu es. Très certainement plus entière qu'il y a 20 ans, non ?
    En tous cas, je comprends tout à fait ce que tu ressens. Sans soucis ! Car c'est aussi ce que je me dis... enfin, je suis tellement bien là, maintenant, dans ma vie que je n'ai pas envie d'aller vers un après avec forcément des moins qui s'ajoutent.
    Mais, bon, nous sommes des jeunettes, hein il nous reste tout plein de belles années devant nous alors savourons les.
    J'en profite pour te souhaiter une très très heureuse année. Qu'elle soit malicieuse, joyeuse et harmonieuse.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour tes mots d'espoir et de réconfort...merci tout plein.
      Le coup de blues est passé...

      Supprimer
  35. Le temps ne passe pas. C'est nous qui ne faisons que passer. Oui je partage cette tristesse/angoisse de ce temps qui reste à vivre et qui s'écoule dans le sablier. il ne remontera jamais. La Carpe Diem philosophie peut aider à (moins mal) vivre cette fuite en avant, mais elle n'efface en rien l'issue.

    C'est toujours un vrai plaisir de te (re)lire.

    Coincoins pas dépressifs...juste réalistes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah!le sacro-saint principe de réalité...Va donc lire ce que j'en dis ICI
      Merci de ton passage, j'espère que tu vas mieux.

      Supprimer
    2. :) ... j'avais déjà lu ton article que j'ai trouvé "rafraîchissant" (oui comment puis je le acarctériser ainsi, n'est ce pas ?). Pas de consessions, pas forcément un rejet, puisqu'on est "contraint de"... mais juste pouvoir dire que cela va mal, que cela "fait ch..." et qu'il est bien compliqué de s'ouvrir des fenêtres dans ce monde qui nous emmure vivants.

      Coincoins surréalistes

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.