jeudi 21 juillet 2011

Un si beau voyage...





Je voulais réussir un défi: partir toute seule, comme une grande fille, à la découverte d'un pays nouveau, dans lequel je ne connaîtrais personne.(Enfin, autrement que virtuellement, je veux dire) Bon , je n'ai pas choisi le Kamtchatka ou la Birmanie, n'exagérons rien!  Mais seulement la Belgique, ce tout petit pays si proche de nous et qui gagne tant à être connu.

Je rentre ébouriffée. Heureuse, épanouie. (euh.. pour ce qui est de ravie et ruisselante, je l'ai été là-bas, pour sûr! Imaginez une semaine en mode "novembre" en plein mois de juillet...) 


Côté nourritures terrestres, j'ai dégusté des bagels remplis de savoureuses surprises, brunché sur la Grand-Place à midi, léché mes doigts du sel iodé des moules-frites, salivé sur de fins chocolats et des pralines multicolores, et culpabilisé en me gavant de démoniaques gaufres bien dorées et ensevelies sous la chantilly ( les fraises n'étant là que pour se donner bonne conscience). Des monceaux de calories englouties et brûlées jusqu'à la dernière par des kilomètres de marche à pied! Bilan : pas un gramme de pris, un exploit!




Les pupilles dilatées par tant de beauté, je me suis laissé conter Bruxelles par les amoureux de cette ville. Pas d'omnibus ni de crinolines sur la place de Brouckère, mais l'ombre de Brel  plane toujours. Bruxelles, ma belle ... Un capharnaüm de styles architecturaux, un mélange étonnant de palais splendides, de façades empreintes d'Histoire, de buildings européens, de pièces d'eau paisibles entourées d'arbres centenaires, de rues commerçantes, de boulevards féconds. Des boutiques de dentelles, de gants, de sucreries et surtout, des librairies, ah! des librairies...Bruxelles est un coeur qui bat, palpable, au détour de chaque rue.

Et mon cœur à moi, ému jusqu'aux larmes,  embarqué dans l'univers de Folon, le poète, le clown, le dessinateur magicien. Mon âme en équilibre sur le rebord d'un fil tendu par Magritte, le surréaliste funambule. Le théâtre Toone, estaminet suspendu entre Moyen-Age et modernité, où rôdent les esprits de centaines de mythiques marionnettes.Et l'inconcevable, l'improbable atomium, d'énormes bulles de savon métalliques qui semblent accrochées à l'air  au-dessus du vide...
Au hasard des murs de la ville, l'humour et l'esprit frondeur des grands enfants que sont les dessinateurs de BD vous cueillent en trompe-l'oeil. Tintin, Milou, Spirou, le Marsupilami,  tant d'autres...
La pluie fine battant des cils sous un ciel incertain de fin d'automne, le parapluie est de rigueur: 17 juillet, je n'y crois pas! il fait 15 degrés, et un petit vent mouillé,  acide comme un vinaigre bat mes tempes. Juste le temps idéal pour nous réfugier dans un ciné où le dernier Woody Allen prolonge un peu plus encore la magie.

Mais le plus fort de ce voyage  reste ma rencontre avec deux Amies merveilleuses dont les écrits m'ont dès le début laissé pressentir des affinités qui se sont révélées de manière éblouissante. Ma tendre et sensible Coumarine, ma douce et fougueuse Delphine, comme je vous aime de m'avoir fait aimer votre pays, d'en parler si bien, et si tard dans la nuit bruxelloise! Parler de son histoire, de ses contrariétés, de sa générosité, et de ses déchirures, avec un son de voix qui se fêle parfois, ou se voile de résignation devant l'issue que l'on pense inéluctable...
Comme j'ai aimé, grâce à vous, transformer le virtuel en réel, donner chair à vos icônes de papier numériques...Le soir, du haut de ma chambre d'hôtel dominant les lumières de la ville, je pensais à nos rencontres, nos mots échangés, nos rires et ce courant d'air chaud, brûlant, entre nous: le doux frottement des atomes crochus, sans doute...
Voilà. Les voyages forment la tendresse. Immense tendresse pour l'humain, pour la vie belle et impromptue, et pour tous ces souvenirs qui s'amoncellent sur le rebord de mon cœur pour plus tard. Quand je serai bien vieille, à la chandelle, au soir.

29 commentaires:

  1. Tu donnes envie d'y aller. Notre voyage belge nous avait emmenés de Bruges à Gand et bien sûr à Knokk-le-zoute.

    RépondreSupprimer
  2. ah je suis heureuse que ça t'ait plu et que tu parles de Bruxelles avec les mots que j'aime employer moi-même :-)
    mais le top du top, c'est la ville montrée par ceux/celles qui la connaissent, c'est sûr!
    j'aurais aimé en être :-)

    RépondreSupprimer
  3. Joli voyage, un lieu tellement différent et pourtant si proche ];-D
    Et ce vieux Sidney (je me trompe ?) en fond sonore ?

    RépondreSupprimer
  4. Très joli compte-rendu de ton séjour en Belgique, c'est surtout le style qui emballe.... Merci.

    Belle journée tout de même. Bises

    RépondreSupprimer
  5. C'est sûr tu n'as pas choisi le pays du soleil météo mais bien le pays du soleil du coeur. Nous ici, 15dg en juillet est chose habituelle. Il fait chaud! Aujourd'hui, 17dg ne m'empêcheront pas d'aller tondre en tee shirt et jardiner. Eh oui la Lorraine Nord (on regarde toujours la TV belge pour avoir une météo juste!) et son climat, ce n'est pas une légende. Mais je m'y sens si bien.
    Tes mots sont beaux à lire sur ta rencontre avec cette ville. Moi j'y suis allée le jour "journée sans voiture". C'est magnifique. Tu peux marcher partout, tu rencontres plein de gens, aller et venir librement sans bruit de moteur, sans coup de frein. Assurément une autre Bruxelles.
    Pour seulement quelques jours, tu en as vu des choses. Eh ben dis donc tu as dû en faire des km!
    Et rencontres réelles avec des "stars" virutelles, super! Bravo à toi et merci pour cet échange.

    RépondreSupprimer
  6. Quel magnifique hommage et beau billet sur ce pays !! Et les rencontres qui lient à jamais.. Merveilleuse parenthèse de vie, je suis heureuse pour toi, bisous

    RépondreSupprimer
  7. Ho oui ça à l'air d'avoir été un beau voyage!! tout cela me réjouie! :))

    RépondreSupprimer
  8. Aaaaaah! J'aurais bien fait le voyage pour te voir, mais je sais que le planning de ce genre de choses est super rempli, non?

    Ravie que tu aies aimé notre pays qui sing in the rain et que tu aies rencontré Coum et Delphine!!!

    Mais oui, un voyage en Belgique, c'est une sorte d'aventure malgré tout (tu as échappé aux manneken pis en chocolat?)

    Edmée

    RépondreSupprimer
  9. Célestine, je suis émue de la manière dont tu parles de ma ville... les photos sont magnifiques, je les ai regardées avec énormément d'attention ce matin... vue de cette manière par qqun qui n'y habite pas... oh que j'aime...
    Alors tu vois, la photo de ma librairie préférée... elle apparait merveilleuse...
    C'est vrai que nos moments d'échanges ont été forts et confiants... on s'est rapidement retrouvées sur la même longueur d'onde, c'est le plus beau de cette aventure...
    A refaire très certainement, dans l'autre sens... ;-))

    RépondreSupprimer
  10. COUMARINE ravie que tu aies aimé mes photos,mais est-ce si étonannt? Tu m'a emmenée dans tellement de beaux endroits. Cette librairie notamment reste un souvenir magnifique. sais-tu que j'ai dévoré les livre de Tennessee Williams pendant mon voyage en train?

    RépondreSupprimer
  11. EDMEE oui j'aurais aimé te rencontrer aussi, mais je suis partie en me jurant que je reviendrais...Le manneken pis, oui j'ai vu le "vrai" mais je l'ai trouvé vraient...petit!

    RépondreSupprimer
  12. ELLA et JULIA merci mes deux petites perles! vous êtes sur la même longueur d'onde, vous possédez la qualité rare de vous réjouir du bonheur d'autrui.Un voyage plein de bonheur, je vous en souhaite à toutes deux!

    RépondreSupprimer
  13. PETITS BONHEURS tu sais, même chez moi dans le midi, il faisait un temps frais et nuageux...alors...
    Merci d'avoir aimé mes phrases.

    RépondreSupprimer
  14. PATRIARCH je suis flattées que tu sois emballé par mon "style"...Ça voudrait dire que j'en ai un!Du coup, ma journée a été embellie par ces commentaires.

    ANDIAMO ravie que le fond sonore de Sidney Bechet te plaise. Il y a aussi Cole Porter: ce sont deux titres phares du dernier Woody Allen , "Midnight in Paris", une pure merveille.

    ADRIENNE il s'en est fallu de peu que l'on se rencontre...la prochaine fois?

    RépondreSupprimer
  15. CATHERINE j'avais en tête d'aller voir Bruges une journée, mais le temps pourri m'en a dissuadée. Je n'avais décidément pas assez de vêtements chauds dans ma valise.

    RépondreSupprimer
  16. Moi... J'aurais eu l'envie d'un ptit pipi ;-)
    Dans la poésie.. oui ok, ça donne pas ;-) Sympa cette visite...

    RépondreSupprimer
  17. Quelle belle description de cette région de notre planète si souvent mal aimée!
    Et oui, il y a tant d'endroits à découvrir, il suffit de se mettre en route et d'ouvrir son coeur à toutes les nouvelles découvertes et les belles rencontres qui nous attendent au coin de la prochaine rue. Et ça!... Je crois que tu sais le faire très très bien. A bientôt Madame...Célestine... biz...

    RépondreSupprimer
  18. CATHERINE bienvenue chez moi. Tu as l'air de me connaître mais je ne suis pas parvenue à aller sur ton blog.

    ANONYME un peu d'humour ne nuit pas! Et puis tu as raison, quand on marche beaucoup, on boit, et après il faut s'arrêter souvent pour faire pipi...

    RépondreSupprimer
  19. Quelle belle parenthèse de vacances et quelles belles rencontres tu partages avec nous. Emue pour toi. Je te souhaite d'aussi belles émotions pour la suite de tes vacances.

    RépondreSupprimer
  20. FD quel plaisir! j'espère que les vacances se passent au mieux pour toi. Mer? montagne? trekking ou cocooning? je t'embrasse

    ^_^ celestine

    RépondreSupprimer
  21. Je me sens à la maison à Bruxelles, j'y ai vécu, travaillé, mangé les pralines et contemplé les vitrines des magasins qui donnent envie de tout acheter. Et les estaminets de la place des Sablons où ruisselle la bière même si après verre je suis paf! Merci pour la promenade qui t'a rendu si heureuse.

    RépondreSupprimer
  22. J'ai contemplé tes photos: tu as réellement fait beaucoup de choses en quelques petits jours et puis, tu as l'oeil. Mais la prochaine fois, je te fais découvrir ma ville du Nord et sa mer dont je suis certaine que tu apprécieras le violent baiser. Moi, je m'y perds. Et je ne pense pas t'avoir entendu évoquer les frites de la place Jourdan. Un must! Donne-nous simplement un peu plus de temps.
    mais surtout, tu as les mots justes pour évoquer ce voyage insolite du virtuel vers le réel: c'était un prolongement de ce qu'on savait et pressentait déjà: que des bonnes surprises. Merci pour ta confiance et tous ces beaux moments.

    RépondreSupprimer
  23. Oui DELPHINE j'irai me perdre dans la Venise du Nord, promis.Là, ça faisait vraiment court, et puis invoquer le mauvais temps était une façon de ne pas dire que les "Phynances" commençaient à baisser dangereusement...

    DAMIEN merci de ton passage, mon globe trotter préféré.Ainsi donc tu as vécu en Belgique.Dire que j'ai raté ce grand moment! En tous cas, la rédaction de mon billet m'a donné beaucoup de plaisir, et je crois que chacun l'a ressenti à travers mes lignes...

    RépondreSupprimer
  24. quel ravissement !
    Comme tu le dis , il est bon parfois de partir seul , libre de ses mouvements , de ses rencontres , gérant aussi la solitude
    Tu me donnes envie là , Bruxelles , j'aimerais y retourner , et moi aussi , j'irais papoter avec Coumarine

    merci pour ce très beau partage
    y'avait pas de femmes en crinoline ? ;)

    RépondreSupprimer
  25. quel beau défi! et bravo de l'avoir relevé, cela a dû être une super expérience... et cela a eu l'air d'être aussi un séjour chaleureux, et ça ça fait un bien fou!

    RépondreSupprimer
  26. JEANNE eh non, j'ai bien regardé, aucun omnibus, aucune femme en crinoline ni messieurs en gibus...mais c'était génial, surtout de bavarder!

    SARAH bienvenue chez moi. Oui c'était merveilleux; rien ne vaut les contacts humains, et transformer le virtuel en réel!

    RépondreSupprimer
  27. Quelle jolie façon de décrire la capitale de notre petit pays situé sous un ciel si gris qu'il faut lui pardonner, qui a des chemins de pluie pour unique bonsoir et des cathédrales pour uniques montagnes. Eh oui! cette année, les fils de novembre nous sont revenus en juillet.
    Mauvais moment pour visiter cette si jolie ville.
    J'y vais, moi, pour les librairies surtout...
    Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
  28. PHILPPE merci de ton passage.Oui les librairies sont très attirantes, et puis les galeries permettent d'oublier le mauvais temps...ils ont tout prévu ces Bruxellois!
    Bonne journée à toi aussi.

    RépondreSupprimer
  29. Ah j'enrage encore ! Que tu aies été si près de chez moi, dans "ma" galerie, "ma" librairie, "mon" arrière-cour (la Grand Place ;-) ), et que j'aie raté tout ça.... Tu reviendras, promis ?
    Je suis rentrée aujourd'hui et c'est un vrai plaisir de te retrouver, même virtuellement. Gros bisous.

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.