dimanche 6 septembre 2009

C'est encore l'été!

Mon bureau donne sur le plus joli coin de notre petit jardin.Franchement, ça incite au travail un temps pareil? L'été me nargue.

Le temps d'une photo, et je referme les volets pour travailler, car l'appel du dehors est terrible, alors que j'ai une tonne de choses à faire pour mettre en route ma classe.

Des étiquettes à imprimer,
des listes à établir,
des papiers à remplir,
des livres à couvrir,
des programmations à faire,
des séquences de français ou de maths à peaufiner.

Faut s'y mettre, Célestine, adieu le farniente.La chaise longue me tend les bras:

"Viens! Viens!"

Je serai incorruptible. Pas question de céder à ses doucereuses incantations. Non, mais des fois.

Quoi que, peut-être...vers 17 heures, ne serait-ce pas l'heure du THÉ ?

5 commentaires:

  1. Profiiiiite! pas de mauvaise conscience, pas d'états d'âme. Si tu es en forme, tes cours seront excellents! Et un prof frustré, même de soleil et de chaleur et de bonne humeur est un moins bon prof que celui qui a tout préparé dans le froid et le silence de la solitude! J'espère que tu as bien apprécié ta tasse de thé... et la piscine... :-) Et vive l'impro (mais pas trop quand même!)
    Bises et à très bientôt (moi j'ai ressorti les bottes hier; il fait moyen gris pluvieux, le Nord quoi.. pas trop mon truc...)

    RépondreSupprimer
  2. Oh puréééééée, comme t'y es trooooop forte pour résister à tout ça, "vinzou" (comme on dit par ici ;-)

    RépondreSupprimer
  3. bof en fait , j'ai pas trop résisté. Voilà pourquoi je me retrouve à travailler à une heure indue...enfin, travailler...je m'accorde une pause bloguesque, comme vous le constaterez!
    Bises mes copinautes préférées!
    Célestine

    RépondreSupprimer
  4. Mais oui l'heure du thé!!!!
    ça n'est pas céder à la tentation que de se substenter...
    rire
    Math

    RépondreSupprimer
  5. Mais les arbres commencent déjà à s'étioler !!!!

    Bonne journée !

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.