lundi 9 juillet 2018

Peindre ou faire l'amour















Dans la plaine, l’été brûle les moissons épicées de coquelicots, taches de sang éclaboussant épis et chaumes. Un été bleu de mirabelles.
 Mes pas me mènent jusqu’au pied de Sainte-Victoire éternelle, là où le feu du zénith fend les pierres en éclats de poudre. Le ciel blanc comme un regard d’aveugle coule sur les oliviers centenaires, détrempe les calcaires des dentelles de roche, ravive l'argile des coteaux quand tombe la foudre sèche de ses rayons.
Il flotte un parfum de cannelle et d’arbousier. J’emprunte la passerelle au-dessus du vallon des Ombrées, la ritournelle des cigales lancine l’air.
C’est un matin tiède de promesses. Les oiseaux lancent leurs voyelles stridentes et mystérieuses, corbeaux et guêpiers dansant au-dessus des champs de blé. J’ai croisé Vincent là-haut. Il me dit qu'il va venir. Je rentre au mas.
On l’attend pour le repas.
Sur la stèle de craie, à l’entrée, Elle a fait naître une aquarelle du bout de son pinceau. Dans sa salopette à bretelles elle ressemble à une adolescente. On a acheté, elle et moi, ce mas perdu, lové au creux de la colline. Un coup de cœur partagé. On y reçoit les amis, ils y viennent en ribambelles, de leur pas lent de randonneurs. La fontaine chante sans bruit son murmure d’eau glacée.
Je l’observe quand elle peint. Elle est belle. Sur la table, un pot à eau joue avec l’ombre des feuilles, jaunes et vertes comme le limbert qui avachit son ventre froid sur le muret de pierres grises. Le ciel claque de chaud.

Peindre ou faire l’amour ...la question se pose à chaque instant où les corps vibrent.
Alanguie dans la balancelle, le pied traînant dans un cresson ni frais ni bleu, je sens le souffle de Paul sur ma nuque fébrile. Il m’embrasse. Il a accroché son chapeau à une branche du pin courbé. Pour l'heure il est infidèle à ses huiles et ses pinceaux, il continuera plus tard son tableau : la Victoire dominée par le Mistral, cabrée comme un gros animal sous un azur beau à mourir.
L’âme des pierres suinte... 
Mais on ne ne boira pas l’absinthe. Et puis quoi encore ? On nage déjà dans en plein cliché pagnolesque et cézanien, vous ne voudriez pas qu'en plus on se déchire le ventre à coup de fée verte...
Nous irons écarteler le temps dans la moiteur lente des persiennes, Elle avec Vincent, Paul avec moi, ou peut-être l'inverse...Arrêter le temps, le sublimer, l'onduler dans nos draps de toile et de lavande. Le laminer comme une tresse de métal. Oublier que rien ne dure. Saisir l'instant comme on peint, tour à tour artistes et modèles.
La chatte, trop maternelle, a mangé un de ses petits. 
« Meurtre à Aix » titre bizarrement le journal, abandonné sur une chaise. 
Allez, on va déjeuner en paix.
A l’ombre du vieux figuier,  avec un bruit mat, tel celui de la chair entamée par une lame, quelques illusions ont chu sur l'herbe grillée. Tout est bien.


***





 Quelle bonne idée a donc eue l'ami Mind The Gap de faire revivre un instant les Plumes d'Asphodèle, qui ont eu tant de succès à une époque ! Il fallait donc inclure ces quatorze mots dans un texte. Des rimes en ailes comme Asphod'aile, bien sûr ! De quoi s'envoler haut et loin... Merci Mind.

Aquarelle, Voyelle, Mirabelle, Maternelle, Stèle, Eternel, Bretelles, Ribambelle, Infidèle, Dentelle, Cannelle, Passerelle, Balancelle, Ritournelle.

(Le titre est emprunté à ce film des frères Larrieu.)


Edit du 10 juillet

Mon ami Xoulec, qui n'a pas (encore) de blog, s'est essayé à l'exercice, et ma foi, c'est réussi. Mais je vous laisse juger.

C'était dans une brocante qu'il la vit pour la première fois. Elle était debout près d'un scribanc, belle! fut le premier mot qui lui vint à l'esprit. Assurément , elle l'était.
Sur ce stand, tenu par un vieux monsieur, tout était en désordre. Objets hétéroclites disséminés çà et là. Sur une balancelle d'un autre âge, trônait un violoncelle avec son étui, un piano à bretelles côtoyait des aquarelles, de la vieille vaisselle, des livres, des napperons en dentelle.
D'un vieux magnétophone sortait un air qu'il reconnut instantanément : RENAUD, le chanteur s’éraillait la voix sur "marche à l'ombre"...
Sur ce,  vieille bourgeoise bêcheuse, maquillée comme un carré d'as, FAUDEL fit son apparition, enfin, son nom, écrit en grand avec des clous dorés plantés sur le cuir d'un blouson que cette fille était en train d'enfiler.
Cinq euros, dit-le marchand !
En partant, elle le frôla et il sentit un doux parfum de cannelle ou de mirabelle l'envahir. Il était troublé. Il l'a suivi jusqu’à la passerelle, où exposait un artiste peu connu : Henri Tournelle. Spécialisé dans les paysages languedociens aux tons pastel.
Homme affable qui s'exprimait dans sa langue maternelle, en avalant un peu les voyelles ; pour faire plus rustique, plus authentique, comme il aimait à le dire. Le visage empreint d'une éternelle jeunesse quand il s'exclama, en la voyant :
-Ah, te voilà, ma fille !
Elle s’appelait Anna, belle ! Elle l'était encore plus et il craignit pour le coup d'être infidèle...

102 commentaires:

  1. Cette idée de Mind the Gap est bien séduisante. Ta prose l'est tout autant. Pour le dilemme...je n'ai aucun talent pictural...Bises ma chère Celestine et ATTB. J'oubliais, grosse bise à a la toute nouvelle, tu sais, la jouvencelle, si belle et Sybille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La petite nouvelle va bien. Elle est magnifique, sympa, sage, tout le portrait de sa grand-mère en somme...
      Lot of Kisses and attb
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Quel bonheur en effet de faire l'amour toi avec les mots qui s'ordonnent dans le calme de ton bureau sur la feuille blanche; tu entends le stylo qui gratte le papier ou plutôt les touches du clavier qui réagissent à la pression de tes doigts. Moi, dans cette nature qui exarcèbe mes émotions et fait glisser la couleur , l'eau ou l'huile sur ma toile. Ce bonheur de peindre qui est devenu chez moi une obsession au point d'en oublier de boire ou de manger, cette flamme qui m'excite et attise mon impression d'être totalement vivante. Dans ces instants là, je suis pleinement moi même et tellement, tellement heureuse.
    Tu as raison : ce serait plutôt -elle avec Paul-.....c'est son maître, elle l'admire et aimerait tant savoir faire ses applats.
    Je pensais qu'en musique de fond tu aurais mis ce que Je suis en train de fredonner : "Cézanne peint" de Michel Berger si bien interprété par France Gall.Ton texte résonne en moi et me touche; merci,...je n'en dirai pas plus .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mes émotions à moi ont été bien exacerbées ces derniers temps.
      Parfois beaucoup trop, et de manière trop incompréhensible...jLes illusions perdues qui ont chu sur l'herbe grillée on entaillé ma peau d'hypersensible. C'est la vie, comme disait ma grand-mère...On croit saisir le soleil et ce n'était qu'une ombre...

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ha la dualité complémentaire de l'ombre et de la lumière ! Tout un programme pour un peintre.! "On" croit saisir le soleil mais il a tellement souffert d'avoir été dans l'ombre, qu'il est peut être lui même devenu ombre , l'ombre de lui même jusqu'à ce que la vie lui redonne confiance et lui permette de rayonner par lui, pour lui et pour son entourage.

      Supprimer
    3. Il arrive même qu'il joue avec nos nerfs, fuyant come une anguille à travers les feuillages...

      Supprimer
    4. Je ne pense pas que ce soit un jeu. Disons que parfois il a besoin de souffler pour mieux rayonner ensuite. Vincent s'est coupé l'oreille pour l'offrir à sa belle, Paul lui, moins excessif, par un matin gris (le soleil écrasant lui laisse quelques instants de répit) s'isole dans les carrières de Bibemus. ...

      Supprimer
    5. Une oreille de lapin, ça irait ?
      Non parce que ça fait trop mal de s’en couper une :)

      Supprimer
  3. Finalement "le devoir" est plus répandu sur les blogs qu'il y paraissait.
    Le tien est chouette.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci cher Goût
      Dommage que ça tombe en même temps que le tien...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Quelle belle aquarelle que tu nous offres ce matin.
    Cette ambiance a la Jules et Jim....Insouciante jeunesse qui s'harmonise si bien avec le decor magnifique ...

    Merci pour ce beau tableau

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un peu de rêve fait du bien en ce début de vacances...
      jules et Jim, un de mes films fétiches...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. J'adore! On a langoureusement chaud en lisant ces lignes, on entend les murmures de la Provence, on trouve sous les doigts, dans le sol, les dents des poissons qui nageaient autrefois dans l'eau disparue, des ammonites se détachent ici et là, et puis ces frêles débris d'oeufs de dinosaures... Et si la journée est belle la brise joue avec les feuillagees et l'herbe jaunie... et moi je suis dans la grotte de Bibémus, pas encore interdite au public, et je ne pense à rien. C'est tout mon corps qui pense, avec tous mes sens! Et je passerai, en l'honneur de ton texte, devant Solitude, le petit mas isolé où, dit-on, Cézanne peignait....

    Baci sorellita!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as le don de rebondir sur mes écrits pour y ajouter du relief.
      Ainsi la grotte de Bibemus n'est plus ouverte au public ? Tu me l'apprends...
      J'aime la Provence de Pagnol et Giono, on ne se refait pas, je l'aimerai jusquà mon dernier souffle.
      Baci bella ragazza
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Calienté...on est à fond dans le Sud !
    J'ai pensé aussi à 37.2 le matin, à Béatrice Dalle, même si en effet, on est chez Pagnol !
    Jolie histoire,d'amour et de soleil !
    Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Mind
      Tout l'honneur te revient d'avoir réorganisé le jeu en l'honneur d'Asphodèle.
      j'y ai retrouvé le même plaisir, la même ambiance, le même frisson.
      Bravo à toi.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. tout est bien. En effet, c'est la perfection. Superbe. L'azur beau à mourir rendrait même la canicule supportable. J'adore jusqu'à la cruauté sous le velours incarnée par la chatte Médée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La cruauté sous le velours...c'est celle qui fait le plus mal, en effet...
      Merci emma pour ce beau commentaire littéraire.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. J'aime bien lire les devoirs, le matin à la fraiche, après, le soleil est trop chaud et Paris brûle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Paris brûle-t-il ? ça me rappelle quelque chose, ça... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Le souffle léger d'un mistralet venu de Malaucène, souleva sa robe légère, alors se mit en marche la machine à rêver...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Important d'activer la machine à rêver de temps en temps.
      A deux pas du Ventoux, l'air est extraordinaire...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Une histoire passionnée ! il y a du feu, du souffre, elle donne chaud.
    Tu sais bien entortiller les mots ! c'est beau...
    Syl.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah chère Syl, merci beaucoup.
      Le plaisir à écrire est le maître mot dans les défis d'écriture...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Hello Célestine
    Paul, Vincent et l'art de peindre. Et où les Plumes d'Asphod'L emmêlent plumes et sentiments. Tu as toujours la même aisance à fleur de peau et le même style parfait. Bises d'O.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, ça me touche tes mots, chère Soène.
      Je retrouve des sensations oubliées depuis que notre chère Aspho est partie...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Je sais que tu sais....
    https://youtu.be/es8pbFrngcE

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, la chanson colle à mon texte, et le chant des cigales me rappelle une autre pinède aux ombres brunes.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Les cigales qui chantent chez moi dans le bosquet de pins tout proche contribuent à accentuer l'ambiance si particulière de cet arrière pays provençal que tu as su dépeindre à merveille à grands coups de mots colorés et poétiques ... Quand on aime de cette façon, les mots les plus beaux viennent assez facilement et on en oublie le jeu de Mind. Respect !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie de cette passerelle par dessus les blogs grâce à l'idée géniale de ce cher Mind de faire revivre les Plumes.
      Merci de l'avoir empruntée pour revenir jusqu'ici.
      Et merci pour tes termes élogieux.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. J'aime beaucoup ce texte impressionniste. Le pays est magnifique, comme la poésie l'amour est là, et pourtant, comment échapper à une certaine mélancolie, celle qui pousse sur un sol d'illusions perdues.
      Très belle idée cet anniversaire des Plumes ...
      Bises.

      Supprimer
    3. Je rougis à l'idée d'être qualifiée d'impressionniste.
      C'est mon plus grand bonheur, d'écrire un tout petit peu comme ils peignaient.
      Alors merci Patrick. je suis très touchée.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Entre peinture et poésie dans un cadre chaleureux... que demander de plus ? Très beau texte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mince, je m'étais connectée avec mon vieil identifiant blogger qui ne fonctionne plus puisque je suis sur wordpress maintenant.

      Supprimer
    2. Pas de souci, Lydia. J'irai quand même voir tous les textes, y compris le tien.
      Je me demande toujours si je ne vais pas passer le cap de WP.. j'hésite...j'ai tellement peur de perdre mes mille billets...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Pourquoi choisir ?

    Tu te nourris de mots, Céleste qui donnent chaud au lecteur, embrasent la page, le temps, l'espace où chantent les cigales, comme Paul se nourrit également de la nature, sans mesure, dans son illimité, et l'enflamme dans son infinitude profonde, pleine, dans le bleu de son air, de son esprit, dans la mouvance de la lumière provençale, qui danse en parfait équilibre... Paul qui en maître commande l'image.

    Enivrés tous deux par de mystérieux effluves parfumés, vous avez l'art de l'écrit, de la peinture, de la couleur, qui transcendent...

    Sous sa montagne si souvent coloriée, sous cet amas calcaire gris à l'oeil, Cezanne aura lutté toute sa vie durant pour découvrir enfin le sens caché du monde qu'il peint.

    "L'important n'étant pas ce qu'il sait avant de voir, mais ce qu'il apprend en regardant"...

    Puisque ton coeur balance, l'Âmie gracieuse et suave, entre Paul et Vincent, ce dernier qui disait des paysages en Arles, Van Gogh : "ils prennent des visions poétiques".... "quelles compensations quand vient un jour sans vent, quelle intensité de couleurs, quelle pureté de l'air, quelle vibrante sérénité"...

    Et moi je me promène, je vous croise, dans le creux des collines, émue, je vous reconnais, heureuse, comme une caresse qui glisse lentement le long d'une nuque aimée..

    Beau le jeu de Mind !

    bisou.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah Den ! C'est un splendide commentaire, plein de passion et de grâce, comme tu sais si bien les écrire.
      J'aime ces petites touches picturales que tu rajoutes à tes évocations de ces deux grands maîtres.
      Tu connais si bien ces lieux que tes mots coulent comme le soleil entre les pins...
      C'est beau.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. J'ai pensé à Pagnol, aussi, aux tableaux de Cézanne mais aussi à la chanson Cézanne peint, que nous avons chanté à la chorale du collège.
    Un très beau texte, entre rêverie et poésie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une chanson qui donne des frissons quand elle est interprétée en chorale...
      J'aime beaucoup.
      Merci d'avoir aimé mon rêve éveillé, Sharon.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. On sent une chaleur dans ton texte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et j'ai dû cliquer sur 3 bornes à incendie rouges pour publier mon commentaire, ah ah ah !!!

      Supprimer
    2. Il n' a donc pas de hasard, Pativore !
      Bienvenue chez moi.
      Ton pseudo est-il dû à une consommation friande de spaghetti et autres lasagnes ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Dans ta bannière, je crois reconnaître la (très belle) gare de Limoges, est-elle présente uniquement par souci esthétique, pour la symbolique ??

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Absolument.
      C'était un clin d'oeil à un de mes lecteurs qui dit toujours que c'est la plus belle gare du monde.
      (Je me demande s'il n'a pas un peu raison ? ...) ;-)
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Tu as raison, mais il faut aimer être réveiller aux aurores par le muezzin... :-D
      Ti bacio Cara et un clin d'oeil à Bof

      Supprimer
    3. Ah c'est vrai qu'elle ressemble à une mosquée...lol
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Aaah... Céleste... quelle belle écriture, quelle puissance dans tes phrases... Tes mots m'ont littéralement transporté, plus même téléporté, là, au pied de l'imposante montagne Sainte-Victoire, dans le jardin ombragé de Cézanne, J'en ai respiré les senteurs enivrantes, senti la chaleur lourde, presque palpable, m'envelopper le corps, entendu les grillons à peine étouffés par le bruissement des feuilles. J'y étais, Céleste, entre Paul, Vincent et toi, le temps de te lire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup cher Dorian.
      Un jour peut-être, tu viendras découvrir ces merveilleux paysages... qui sait ?
      Et bim, on se croisera par hasard.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. on ressent la chaleur si particulière du sud, dans la touffeur de l'été
    Très beau texte!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup ce mot, que l'on n'emploie plus très souvent, et c'est dommage...
      Merci Coumarine. L'espace d'un instant, tu as quitté par la pensée la fraîcheur de ton beau pays.
      Je t'embrasse
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Quelle ambiance provençale!
    Et les mots imposés s'insèrent si naturellement dans le texte qu'ils en passent inaperçus...
    Bises,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah j'ai toujours aimé ça...me fondre dans les mots imposés comme si c'était de la crème...
      Merci ma jardinière
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Saisissant ! Un récit qui vibre fort d'intensité. Les mots coulent comme un murmure. c'est beau, vivant, généreux. Tout ce que j'aime !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Wouaou c'est gentil ca, Laurence...Faire plaisir à mes lecteurs voilà qui me comble.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. C'est exactement avec ce genre de texte que j'ai été séduit par ton écriture.
    Pétard ! Elle écrit rudement bien, cette fille-là ! C'est ce que je me suis dit la première fois. Chaque fois que tu écris un beau texte, cette exclamation revient.
    Alors, tenter de relever le défi ? Pas facile, mais j'y travaille...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment ne pas être séduite en retour par ce genre de commentaire qui me trouve rougissante comme une pêche de vigne...
      Tu sais maintenant, toi qui connais quelques uns de mes ressorts secrets, combien cela me fait du bien.
      Bisous réjouis
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. J'adore faire des compliments quand ils sont mérités et je ne connais personne qui n'aime pas cela.

      C'était dans une brocante qu'il la vit pour la première fois. Elle était debout près d'un scribanc, belle! fut le premier mot qu'il lui vint à l'esprit. Assurément , elle l'était.
      Sur ce stand, tenu par un vieux monsieur, tout était en désordre. Objets hétéroclites disséminés çà et là. Sur une balancelle d'un autre âge, trônait un violoncelle avec son étui, un piano à bretelles côtoyait des aquarelles, de la vieille vaisselle, des livres, des napperons en dentelle.
      D'un vieux magnétophone sortait un air qu'il reconnut instantanément : RENAUD, le chanteur s’éraillait la voix sur "marche à l'ombre"...
      Sur, une vielle bourgeoise bêcheuse, maquillée comme un carré d'as, FAUDEL fit son apparition, enfin, son nom, écrit en grand avec des clous dorés plantés sur le cuir d'un blouson que cette fille était en train d'enfiler.
      cinq euros, dit-le marchand !
      En partant, elle le frôla et il sentit un doux parfum de cannelle ou de mirabelle l'envahir. Il était troublé. Il l'a suivi jusqu’à la passerelle, où exposait un artiste peu connu : Henri Tournelle. Spécialisé dans les paysages languedociens aux tons pastel.
      Homme affable qui s'exprimait dans sa langue maternelle, en avalant un peu les voyelles ; pour faire plus rustique, plus authentique, comme il aimait à le dire. le visage empreint d'une éternelle jeunesse quand il s'exclama, en la voyant
      -Ah, te voilà, ma fille !
      Elle s’appelait Anna, belle ! Elle l'était encore plus et il craignit pour le coup d'être infidèle...

      Supprimer
    3. Un texte qui mérite largement une meilleure place que coincé entre deux commentaires...;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Habitant tout près de la Sainte Victoire, je vais souvent y randonner ! "Peindre ou faire l'amour" j'aime cette façon que tu as de décrire cette recherche des plaisirs d'un paradis perdu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un endroit merveilleux, pictural, minéral, magnifique.
      Merci pour ton appréciation, ma chère miss. Les paradis perdus, c'est vrai, ça en a un peu le goût...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Le décor est magistralement planté j'y plonge avec délice, quittant pour un temps la foire aux puces qui me mobilise ... pour les bouter hors de chez-moi. L'espace de cet instant je me met à aimer le bruit des cigales...

    Ah ! Vincent et Paul qui peignent... L'un dans la sérénité, l'autre pour tenter de l'atteindre.
    Et la muse qui chante leurs mérites, ça doit ressembler à un petit coin de paradis.

    Molto baci Bella Ragazza e bravissimo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tellement ravie que tu apprécies, mon blutchiamo.
      Je n'ai pas d'ami comme toi, tu es unique. Bon tous mes amis sont uniques à leur façon, évidemment, mais toi tu es unique à ta façon à toi et elle est merveilleuse.
      Ti bacio forte
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Un joli régal de couleurs, de senteurs et de mots bien choisis comme tu en as le secret.
    J'adore.
    Merci pour ce beau texte qui me fait vibrer
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Angela, je te vois bien vibrer telle que je te connais...
      Bisous belle journée
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. j'ai eu les yeux couleur myosotis tout le long de la lecture de ce billet. Ah la belle Provence que tu nous as chantée là ! J'en ai eu tout à coup la nostalgie. Et le souvenir de Saint-Rémi de Provence, de l'hôtel Van Gogh, de la piscine bousculée par les "bombes" de nos deux garçons est venu tout naturellement rafraîchir ma mémoire. C'était quand déjà ?
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est joli ça, les yeux Myosotis...
      Merci pour avoir évoqué ce souvenir, émouvant comme toujours quand tu parles de toi...
      C'était quand déjà ? Mais il y a quelques secondes cosmiques...
      Bisous mariejo
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Et Cézanne peint... j'adore cette chanson. Encore une fois tu m'enchantes avec tes phrases finement ciselées, tes demi-mots, qui laissent aussi la place à l'imaginaire... Je suis au soleil, alors qu'ici le ciel est lourd et gris... Le texte de ton ami est bien agréable à lire aussi... il devrait se lancer dans l'aventure...du blog
    Bisous jolie fée des mots

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il devrait, je le lui dis depuis longtemps...
      mais je ne désespère pas...
      Merci belle conteuse, mon histoire à moi n'est pas pour les enfants, mais elle t'a quand même élargi les yeux d'émerveillement, et ça, c'est génial.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. "Un été bleu de mirabelles"
    "L'âme des pierres suintent"
    Quelle poésie!!!
    Personnellement, je ne sais pas peindre, alors...:D :D :D
    Bisous, chère fée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh punaise!
      J'ai réussi à commenter!!! Et du premier coup, en plus!!! :D :D :D

      Supprimer
    2. J'ai compris que tu compensais un talent par un autre, ma luciole...
      Je suis heureuse que tu sois arrivée à commenter. Je n'ai jamais de problèmes personnellement...
      Mais blogger est une plate-forme caprichieuse !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. Douceur et poésie, d'ailleurs le titre l'annonçait à sa façon.
    C'est une bien belle idée d'accueillir ce 2ème texte. Merci ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je trouvais dommage qu'il ne figure que dans les commentaires. mon ami Xoulec a fait un vrai travail d'écriture.
      Quant à la poésie, les mots chosis par les amis des Plumes en étaient empreints...
      Et l'imagination a fait le reste...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Un beau texte comme toujours ! En le lisant j'entendais chanter les cigales et un parfum de serpolet venait chatouiller mes narines…..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hmmmm...le serpolet et la farigoulette...Ça y est, j'y suis.
      La Provence appelle fort ceux qui l'aime.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Ce soir, j'ouvre la page de ton blog,je fais défilé rapidement, je clique sur les commentaires.
    Cela me renvoie en bas de page et je commence la lecture par le bas.

    -Patch Cath : tiens, elle a mis un deuxième texte ! Je n'ai rien vu !
    -Maryline : re-tiens, mais de quel ami elle parle ? Une vague idée se dessine, mais je n'y crois pas.
    -Xoulec : mince, elle m'a oublié ! Pas grave, elle a surement autre chose à faire !
    -Petite voix : s'il y a un deuxième texte,je vais le trouver...

    Ben, ben... C'est pas vrai ! Je ne crois pas mes yeux !
    Je suis très ému, mes yeux brillent de reflets humides...
    C'est comme un cadeau que tu me fais ! Merci Célestine ! c'est malin, je ne sais plus quoi dire ! Sinon que l'émotion est plus forte que la fierté.

    Bises émues

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me fais sourire, cher Didier.
      Ton émerveillement fait plaisir à voir, tu es comme un gosse (et tu sais que dans ma bouche, c'est un grand compliment)
      J'ai eu beaucoup de plaisir à lire ton texte, et surtout tes jeux de mots géniaux...
      Alors merci d'avoir joué le jeu, et si es Plumes reviennent, promis je te préviens à l'avance.
      Bises joyeuses
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Oui, par certains côtés, je suis encore un gamin ! Hier soir je n'avais plus de mots, j'ai écrit simplement comment cette découverte s'est passée. J'en suis encore tout bradassé !
      Quand j'ai découvert ton très beau texte (mais je l'ai déjà dit), les mots imposés ne me "parlaient" pas. J'en ai retenu deux ou trois et au fil de la journée,une idée a germé, plus précisément, les jeux de mots. Je "tenais" quelque chose...
      Je tenais à placer absolument "...as Faudel" ou "...as fou d'elle". Les autres sont venus tout seuls. Après coup, j'aurais pu faire mieux avec " pas stèle ".

      Je suis très touché par le fait que tu aies " décoincé " mon texte.
      Bises joyeuses, itou

      Supprimer
    3. ce fut un grand plaisir de te voir participer à ce jeu qui m'a toujours plu, je ne sais pas pourquoi...
      Peut-être parce que l'on participe à l'élaboration de la liste...
      Peut-être à cause de (ou grâce à) la tenancière des Plumes la divine prêtresse Asphodèle ?
      Peut-être à cause de la personnalité des divers participants ?
      Ou un peu à cause de tout ça à la fois...
      Bises très nocturnes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. Coucou Célestine !
    Ben moi je croyais que tu racontais une histoire vraie, tellement ça semble réel quand tu le dis avec ta prose poétique à la fois magnifique et sensible. Quelle ne fut donc ma déception en réalisant ensuite que tu répondais à un défi ! (rire) ... Non mais sans blague, j'ai adoré l'atmosphère que tu as créée, une vraie scène de film, mais si réaliste.
    Quant à peindre ou faire l'amour, eh bien... Ceux qui savent faire les deux n'ont pas à se poser la question, qu'ils fassent les deux, peindre d'abord, faire l'amour ensuite, ou l'inverse, ou, pourquoi pas, faire les deux en même temps (mais là, je laisse chacun à son imagination hahaha). Comme je n'ai aucun talent en peinture, je fais l'amour ! Même en été, même sans clim !!! ... Bon allez, je commence à dire n'importe quoi (quoique...), il est temps que j'aille faire l'amour à Morphée...
    Bises et merci pour ce plaisir de lecture !
    Fabrice

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Fabrice, ravie de te voir de retour. Ta poésie manquait, comme manque celle de Bizak, le poète des sables...
      Et puis tu sais, ce n'est pas parce que c'est écrit pour un défi d'écriture que c'est forcément de la fiction...En tout cas, il y a plein de choses de moi dans ce texte (mis à part Paul Cézanne et Vincent Van Gogh qui sont partis depuis longtemps de ce bas monde...)
      Merci pour ton humour et ton enthousiasme.
      Tu as de saines occupations les après -midis d'été, c'est bien... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. Comme un de vos commentateurs, c'est sur un de ces textes où vous maniez les mots comme des pinceaux que je vous ai découverte, et je n'ai jamais plus oublié cette force d'écriture.
    Vous avez un réel talent que bien des écrivaillons actuels pourraient vous envier.
    Je ne puis que vous dire et vous redire encore combien vous m'enchantez.
    Un billet chaque jour ne me déplairait pas.
    Je vous embrasse sur le front, délicieuse enfant.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je prends vos mots avec délice.
      C'est sans doute cela que vous voulez dire par délicieuse... ;-)
      Merci en tout cas, cher fidèle et constant lecteur.
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
  35. J'ai chaud. Pour résumer mon ressenti. En fait j'y étais, je sentais le parfum de la terre surchauffée, celui de l'ombre fraîche, lavande et anis, les volets bleus, les draps de lin blanc lourds sous les corps luisants, l'odeur de la térébenthine, celle de l'huile. Je marchais nue dans la maison, mes pieds clapotaient sur les carreaux de ciment, j'allais jusqu'à la table et saisissait le pot à eau, me versais un grand verre que j'avalais d'une traite le coude bien levé, le sein dégagé...

    Merci pour ce voyage ma belle Célestine, bise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton commentaire est une extension 2.0 du mien.
      Rien n’y manque, et surtout pas la sensualité qui nous caractérise toi comme moi.
      Bisous très chauds ce soir, là canicule guette notre beau département...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    2. Les filles vous me donnez chaud !!! ppfffff !!!!
      :)

      Supprimer
    3. Désirée est une grande poétesse...

      Supprimer
    4. Tout à fait... je confirme !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  36. On a chaud en te lisant, on a envie de flâner dans tes collines, de prendre un pinceau puis de s'enfermer à l'ombre des persiennes dans un parfum de lavande pour y galipetter mille extravagances...bizouxxxxx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Galipetter, voilà un joli mot, ma Brizou...
      Et prendre un pinceau, tu connais ça, n'est-ce pas, cette envie qui te titille...
      C'est bon, les extravagances !
      Bizou
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  37. Haaaaaaaaaaaaa oufffffffffff mon ordi capri-chieux ou capri-chiant me permet enfin de commenter, je ne peux plus de mon smartphone, le comm' saute, inutile de te dire que ça me contrarie... Surtout pour ton texte sur Sybille où j'avais des areu areu plein la gorge et des gouzi-gouzi au bout des doigts! ;)
    Mais ce texte là est une merveille ! Mieux que du Pagnol. Sensuel, gai, mélancolique, la palette d'aquarelliste de ma céleste est au complet. Et cette phrase " Arrêter le temps, l'onduler dans nos draps de toile et de lavande"...j'en soupire et me languis ! ;)
    On croirait voir apparaître Cézanne, Van Gogh et Monet pour se disputer sur la meilleure façon de peindre l'Eternelle et sublime colline (ou montagne) ! Je rêve de cet endroit, de l'ambiance d'été à nul autre pareil malgré la touffeur et le cagnard (une clim' pour moi et ça ira, arf)... Ton texte est un Monet pour les petites touches poétiques mais un Cézanne sur le fond...
    Bises ma belle amie aux doigts de fée♥
    @Xoulec : BRAVO pour cet essai drôle avec jeux de mots et tout et tout, j'espère que tu n'hésiteras pas à recommencer (que je refasse ou pas les Plumes) car tu es doué !
    Baci à tous et félicitations pour la qualité de vos textes les amis♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ma belle brume...je me demandais quand tu allais venir poser ta petite trace...Et quelle trace !
      Quel feu dans tes paroles enthousiastes...
      Je suis confuse.Oui j'ai aimé écrire ce texte comme on peint, même s'il fait référence à quelque chose d'un peu douloureux pour moi...Monet, Cézanne, van Gogh...tu me fais côtoyer les meilleurs et j'en suis toute émoustillée. merci de tout coeur pour tes appréciations, grande prêtresse.
      Tu n'as rien perdu de ta superbe.
      je t'embrasse fort.
      ¸¸.•*¨*•♥

      Supprimer
    2. @ Asphodèle
      J'aurais presque envie d'utiliser le vouvoiement, tant j'ai été très impressionné par vos/tes textes d'une incroyable beauté (pétard,elle écrit bien, elle aussi !)
      Je n'ai jamais osé poser un commentaire tant je me sens "petit".
      Merci pour le BRAVO... C'est malin, j'ai encore des reflets humides dans les yeux ! ;)

      Supprimer
    3. Petit ?qu'est-ce que cette fausse modestie, cher Didier ? Tu sais bien que tu relèves le niveau, je ne cesse de te le dire...
      Oui elle écrit très bien miss Aspho, pourquoi crois-tu que je la fréquente ?
      mais toi aussi tu écris très bien, et crois-moi, ce n'est pas une vague flatterie.
      Alors fonce.
      Bisous du matin.

      Supprimer
    4. Après avoir lu la réponse "numide" et émouvante de Xoulec, je tenais à lui dire moi aussi qu'il n'avait pas à rougir de ses écrits et que si nous sommes sous le charme dès le premier essai c'est qu'il y a une raison ! Non ? Et s'te plaît tutoies-moi sinon je vais me vexer !!! :D Plus on écrit, plus on aime et meilleur nous sommes, alors je t'encourage vivement ! Comme la taulière un peu bélière qui te dit de foncer, normal ! On t'attendra, ne te mets surtout pas la pression et bisous pour la peine ... :)
      A toi aussi ma Céleste de gros gros bisous♥

      Supprimer
  38. Peindre ou faire l'amour? N'est-ce pas la même chose, après tout ?

    That's the question !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tu as raison. Ce sont deux façons de transcender le monde...

      Supprimer
  39. On s'alanguit avec tes personnages dans la chaleur de ce coin de Provence

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En gardant juste assez de vivacité pour venir poser un commentaire...
      Merci Martine
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  40. Pas d'hésitation : les deux, mon capitaine !
    Comme le dit le refrain : "aujourd'hui peut-être ou alors demain", lalalaaaa.
    ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gourmande !
      Bisous 😘
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.