mardi 25 octobre 2016

Ce serait simple


Photo Céleste



J'aime la beauté tranquille des petites chapelles. 
Je les aime pour ce qu'elles sont : des lieux de paix intérieure.
Celle-ci est perchée sur un fantastique promontoire bercé de vent d'où l'on aperçoit -dit la légende- quatorze départements. Je n'ai pas compté, mais samedi dernier, le temps était si clair que j'ai vu le Mont Blanc. C'était féerique.

 J'ai laissé mon esprit vagabonder sur ces symboles d'humilité qu'elles représentent. D'intimité profonde comme devraient l'être toutes les religions.

Ce serait simple.
On arriverait sur terre comme toujours, dans nos langes d'incertitude, le front innocent et le regard clair. Pleins d'interrogations. 
La seule mission des adultes serait de dire aux enfants:  « Tu trouveras toi même, dans ton coeur, les réponses à tes questions, en cherchant au fond de toi. Tu sauras ce qui est bien, car cela te fera sourire, et ce qui est mal car cela fera naître des larmes. »
A demi-mots; sans tambours ni trompettes de Jericho.
Où qu'il soit, d'où qu'il vienne, chacun se ferait son idée, la choierait, la cultiverait, bien protégée au fond de son âme d'être respectueux. 
On pourrait dialoguer dans le silence feutré de la conscience, avec dieu, ou allah ou brahma ou un ami imaginaire qu'on appellerait comme on veut, à condition que le voisin n'en sache rien. 
On n'aurait pas besoin d'églises, ni de mosquées, ni d'aucun temple tonitruant et invasif. Le monde entier serait un temple. Le sable, la mer, les cailloux. La forêt ou la Voie Lactée.
On n'essaierait pas de convaincre, ou de convertir autrui. On ne se croirait pas investi d'une mission guerrière contre tout ceux qui croient autrement.
On n'aurait pas besoin de dogmes, ni de rites, ni de gourous.
Chacun croirait à ce qu'il voudrait du moment que cela lui rendrait l'Après moins inquiétant, moins effrayant, et apaiserait son angoisse existentielle d'égaré du cosmos. 

Et surtout, on aurait le droit de ne croire en rien. En rien d'autre qu'au souffle du vent, aux fontaines, aux volcans et à la précession des équinoxes.
Et tout le monde vivrait en paix, dans le bel équilibre fragile de la différence acceptée.
Oui ce serait tellement simple...



103 commentaires:

  1. Donc on peut aimer les chapelles et pas l'esprit du même nom....
    J'aime aller dans les églises anciennes pour décoder les manipulations d'énergie que leurs bâtisseurs ont générées pour servir le rituel qui lui est dédié. J'aime aussi voir à quel point l'Eglise ne sait plus, depuis l'Inquisition, utiliser ces manipulations énergétiques car elle a voulu en faire un objet de manipulation des fidèles.
    Ti bacio Cara
    Pour qui sait où se tenir dans ces lieux, ça peut être un bain de jouvence, mais aussi une porte vers l'enfer si on se trompe d'endroit...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et si on y allait, décoder les énergies ? je me suis dit que tu aimerais peut-être savoir, en off, où elle se trouve, comme une autre fois...
      Par contre si tu pouvais éviter de faire allusion à ce lieu maudit qui est en train de détruire le cerveau de ma mère, et la bouffer d'angoisse, peu à peu, détruite par son éducation rigoriste et frustrante qui agite l'épouvantail du malin pour tétaniser les désirs innocents...
      Baci.

      Supprimer
    2. Ah ça, je me réjouis de pouvoir le faire avec toi dans une église ancienne, une église d'avant l'inquisition qui a gardé toutes ses énergies et dont on peut jouer comme les prêtres de l'époque pour donner force, énergie et bien être aux gens présents...
      C'est passionnant de voir ces merveilles et désolant de les savoir bafouées, mais finalement c'est rassurant de voir que l'Eglise ne sait plus utiliser ses églises pour manipuler les populations. Elle a perdu les modes d'emploi depuis qu'elle s'est préoccupée du flicage des fidèles. Depuis l'inquisition, l'Eglise ne sait plus réveiller les énergies des églises et c'est tant mieux.
      Mais ces énergies sont toujours là et on peut les toucher du doigt, tu verras...
      Ti bacio

      Supprimer
    3. Je n'en doute pas et je me réjouis à l'avance, moi aussi.
      Buona notte caro.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Même ces édifices apparemment "gentils" ne le sont pas... Ils vous font sentir petit, vous font courber l'échine, suer et transpirer en étant construits sur des hauteurs... "rampez, ouailles, suez comme le Christ sur le chemin de croix"
    Que de mépris et d'asservissements par les religions...
    Si les religions étaient connectées aux dieux, cela se saurait...
    Nulle spiritualité dans les religions...
    Je les ignore, tout simplement.
    C'est pour cela que j'aime le pays du soleil levant, pour cette raison...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je partage les mêmes sentiments que toi sur la religion qui asservit l'homme.
      Mais je dissocie de la folie des hommes les constructions comme les petites chapelles que je trouve belles dans leur simplicité. Mais j'aime aussi les lamasseries tibétaines. je ressens de hautes fréquences de vibration dans ces endroits, sans que je sache expliquer pourquoi.
      En tous cas, loin de me sentir petite, je me sens l'âme élevée dans cette énergie-là. Et ça n'a rien à voir avec une quelconque croyance en un dieu.
      Quant au Japon, je crois savoir qu'il y a aussi des temples, des pagodes que je trouve beaux indépendamment des religions. Juste pour les mêmes raisons.
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je faisais référence au Japon qui a été le seul pays a repoussé avec succès le christianisme...
      C'est aussi le seul pays où l'on cumule les religions (certains japonais sont shinto et chrétien et musulman par exemple), le seul pays où l'on accepte les religions sans les prendre au sérieux...
      Bref, le Japon est plus spirituel que religieux selon moi...
      Oui au Japon tu trouves des églises catholiques, protestantes, orthodoxes, des temples, des mosquées, etc...

      Supprimer
    3. En France aussi, tu trouves des églises catholiques, protestantes, orthodoxes, des temples, des mosquées, etc...
      Je ne vois pas la différence donc...
      A part peut-être "sans les prendre au sérieux" ah oui, ça, c'est bien, c'est très très bien même... ;-)
      Tous les problèmes d'intolérance viennent d'un manque de distance entre les idées et les hommes...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Il est des lieux, même s'ils paraissent oubliés, trop simples, rudimentaires, retirés, qui dégagent cette aura, cette ambiance qui vous enveloppent et vous apaisent pour toute l'éternité. Et moi je ressens incommensurablement ce bonheur de m'y immerger pour toute l'éternité. Bisous et merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me souviens d'une petite chapelle que nous visitâmes avec nos amis, j'en ai gardé un souvenir ébloui.
      Tu te souviens ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. je me souviens comme d'une flamme enchanteresse qui avait traversé l'équipe visiteuse, par un printemps ensoleillé et dont le visage de la nymphe présente resplendissait de bonheur.
      Peut-on oublier le silence rompu seulement par des perles de pluie qui font des clapotements sur les cœurs.

      Supprimer
    3. Ah comme ta poésie m'a manqué Bizak, ces dernières semaines où les orages cévenols et les tempêtes de sable nous ont éloignés l'un de l'autre comme des oiseaux perdus. ;-)
      Raviver ce souvenir me réchauffe le coeur.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Oui cela me réchauffe le coeur autant qu'à toi. Il est temps que je mette les bouchées doubles pour faire palpiter les ailes du soleil très longtemps fourgué derrière de gris nuages.
      Bisous heureux

      Supprimer
    5. Il y avait aussi une chapelle faite de nature, d'arbres et de fleurs dans le jardin zen. Une harmonie de couleurs et de quiétude.
      Accolade et baci

      Supprimer
    6. @Bizak

      Oui, les ailes du soleil, et aussi celui d'un pauvre petit papillon tout fripé par la vie.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    7. @Blutchy

      Ah...le jardin zen, il mériterait un billet à lui tout seul.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. @Céleste et Blutch : Quel bonheur que de voir, un essaim de papillons se répandre dans nos jardins de cœurs qui trémulent de bien-être. Merci du rappel aux beaux souvenirs.
      Bizen de Céleste et accolade joyeuse.

      Supprimer
    9. On s'en fera d'autres, j'espère...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. c'est vrai qu'il y a de jolies chapelles, et surtout idéalement situées, mais souvent si on y pénètre le charme est rompu: dedans, il y a trop de tout ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça dépend: certaines sont très dépouillées, surtout les romanes.
      Mais je n'éprouve pas le besoin d'y entrer. Je me contente de les trouver belles de l'extérieur, dans leur humble mystère et la grâce qu'elles mettent à s'harmoniser avec la nature.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. La chapelle sur le Menez Bré est un peu du même genre (sauf que les Bretons ont vite fait une montagne d'une colline de trois cents mètres).
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Menez_Br%C3%A9
    Et toi, tu ne changes pas, tu es toujours une belle grande rêveuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'assume ce triple statut, mon Boss.
      E je t'embrasse sur le bout du nez
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Oui, j'aime ces lieux qui élèvent l'âme, qui permettent à la Beauté de s'ériger vers le plus haut, de respirer la "paix intérieure"...
    mais il est vrai que les interprétations de leurs dogmes, leurs rites, leurs initiations, ont empêché, malheureusement, dans le cadre des églises établies, et de façon normative, cette ouverture vers une universalité, cette idée illimitée dans l'espace et le temps, cette quête de sens, d'espoir... cette spiritualité hors des religions, sans religion, cette humanité, cet humanisme respectueux, cette tolérance....
    bise matinale, et merci pour ton billet "ce serait simple"....
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton paragraphe est magnifique, il exprime tellement bien cette idée force: religion n'est pas spiritualité.
      Et tu as raison de parler d'interprétation (souvent erronée d'ailleurs)
      La "norme" a tiré à boulets rouges sur les âmes en voulant les faire entrer de force dans des moules.
      Tout le contraire de l'élévation.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. J'aime bien les petites chapelles tout comme j'aime bien les phares ou ces murs de pierres sèche qui délimitent sur des kilomètres les champs dans la Hague ou en Irlande, j'aime beaucoup la force de certaines cathédrales, j'aime les puits humbles constructions formidablement utiles lorsqu'ils sont libre d'accés, j'aime les digues de certains ports orientés plein zef et luttant depuis des décennies contre la force de l'océan, j'ai adoré le quai de Caligny quand gamin j'allais acheter le poisson en face de la maison à la débarque du petit matin... j'ai un mal fou à admirer le travail d'orfèvre de ces tailleurs de pierre qui ont ciselé les calvaires Bretons.

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es un admireur comme moi, Bleck.
      Tout ce que tu cites, ce sont les manifestations de ce dont l'homme est capable de bien et de beau quand il respecte la terre, la nature et qu'il cherche à être ce lien entre le sol et le cosmos.
      Dès qu'il oublie ce lien, il sombre dans l'intolérance et la folie. Et crucifie son prochain.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Oui, on se demande pourquoi ce n'est pas aussi simple…
    Simplicité du message, tel que tu l'énonces : « Tu trouveras toi même, dans ton coeur, les réponses à tes questions, en cherchant au fond de toi. Tu sauras ce qui est bien, car cela te fera sourire, et ce qui est mal car cela fera naître des larmes. »
    Simplicité des lieux choisis pour méditer sur ce message : une chapelle, une colline, une montagne, un chemin, une plage, un désert, une forêt, un arbre… Autant de lieux nous mettant en position d'humilité pour nous agrandir l'âme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, on se demande pourquoi...
      Même si on a quelques éléments de réponse en regardant un journal télévisé... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Que beau rêve cela parait si simple et si évident... J'aime aussi ces chapelles dans des coins improbables....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certaines sont lovées tout au fond d'un vallon de verdure. On les découvre par hasard au détour d'un sentier.
      Comme une invitation à la pause.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Oui ce serait si simple, mais alors …pas de jolies chapelles à admirer, pour y ressentir, la plénitude, que l’on soit croyant ou non….
    Heureusement, Il nous reste la nature, la mer le vent , mais l’homme est un bâtisseur il inventerait d’autres chapelles….
    Jak A T

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai conscience de l'apparente contradiction entre mon message et ma photo.
      Apparente seulement. Ces chapelles existent, on ne va pas les détruire. Mais dans le monde un peu idéal dont je rêve, on ne construirait plus d'édifices religieux puisque celle-ci resterait intérieure.
      On ne construit plus de pyramides pour enterrer les rois, ni de temples grecs à Apollon, et pourtant on ne peut s'empêcher de les trouver belles, ces traces du passé, simplement par la magnificence de leurs pierres et il ne viendrait à personne (quoique) l'idée de les détruire, même si des esclaves ont laissé leur vie pour les construire...Elles ont devenues des oeuvres d'art, des témoignages du temps. Il s'en dégage certainement une énergie comparable à celle que l'on peut ressentir auprès des petites chapelles, même en étant agnostique ou athée, quand on est simplement sensible au langage des choses.
      Bises Jak
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. PS : Quand je dis "celle-ci" je parle de la croyance, ou de la spiritualité, bien sûr.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Les temples des Celtes étaient la nature, leurs cathédrales les forêts Et leur savoir se transmettait oralement. Inutile donc de prendre pour argent content ce que Julos avait écrit sur eux.....
      Je retiens de ces traditions que ta part irlandaise est très présente en toi :-)

      Autrement, je vois une énorme différence entre "croyance" et "spiritualité".
      La croyance étant très proche des religions alors que la spiritualité en est très loin...

      Baci Cara mia

      Supprimer
    4. Je suppose, quand tu parles de ma part irlandaise, que tu fais allusion à ce que j'ai dit à Chinou par rapport aux alignements de menhirs...
      Et Julos, il disait quoi, en fait, qu'il ne faille pas prendre pour argent comptant ?
      Je vois la même différence que toi entre croyance et spiritualité. je préfère nettement la seconde.
      Baci caro
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. Pour ta part irlandaise, non, c'est juste le souvenir de tes yeux, de toute ton âme en écoutant River Dance. Ta part irlandaise vibrait si fort...

      Julos avait décrit la civilisation celte comme un vainqueur peut décrire le vaincu avec toute inobjectivité qui sied à celui qui se donne le beau rôle dans l'histoire.
      Il faut fouiller le folklore irlandais pour approcher la civilisation celte, et encore, car Patrick est passé par là et ce n'était pas un rigolo...
      Bacione Cara

      Supprimer
    6. Pourtant, la Saint-Patrick n'est pas vraiment synonyme de tristesse, chaque année, la bière coule à flot au pub du coin....
      Oh la la River dance...quel souvenir ! on est en mode nostalgie, en ce moment ...
      Il pleut ou c'est les oignons ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. les petites chapelles forcent le respect, moi le mécréant accompli, je ne ressens rien de ce qui me met en désaccord avec le dogme des églises. Ici le sacré est laiquement présent. Vrai comme une eau que rien n'a capté pour une conduite. On y entre et voit la nudité des choses, La main du SIlence guide.
    Par l'evidemment du campanile le ciel apparaît par l'oeilleton d'une table d'orientation ouverte à cette vraie tolérance - étrangère aux dérives - La parole donnée à l'enfant telle le fil traversant le labyrinthe y pend mieux que la queue du Mickey du grand manège universel....
    Là où la Pureté se pose en gardien, la Paix règne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vrai comme une eau que rien n'a capté pour une conduite.
      Comme c'est bien dit.
      Tout est très bien dit dans ce commentaire. Et comme je suis d'accord avec toi.
      La pureté du poète coule en ces lignes au milieu d'un val de tendresse
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Le tout est de savoir si et ce que l'on va chercher en pénétrant dans une chapelle. Certains pénètrent dans un lieu saint, d'autres ont un œil curieux, d'autres encore ne regardent que l'architecture. Bref, tous y trouvent leur compte : mécréants et croyants se rejoignent dans la nef, lèvent les yeux vers les vitraux où les saintes statues et en ressortent enrichis chacun de ce qui les avait poussés à entrer. Te souviens tu de l'abbatiale de St Guilhem le désert ou de la chapelle de Frouzet. ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Absolument. je vais surtout y chercher une vibration particulière entre le régulier et le séculier, entre nature et culture, la vibration du grand tout quand il se fait home, abri, cocon.
      Point n'est besoin de croire à Toutatis ou à Odin pour apprécier les alignements de menhirs...
      Si je m'en souvient ? Je rêve d'y retourner avec toi, Chinou...💜
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Ton texte, au demeurant très intéressant, suscite en moi bien des réactions, en voici quelques-unes :

    — « ce serait simple ». (Et quelques autres expressions de même nature dans ton texte) Pourquoi parler au futur ? Voir au conditionnel ? Puisque c'est du déjà là pour un grand nombre de personnes, dont toi, je suppose. Moi en tout cas c’est fait (au moins partiellement…). De même que pour énormément de personnes que je côtoie. Qui ont conquis leur liberté intérieure. Pour eux, c’est là, maintenant. C’est ce qui me gêne un peu dans ton texte, comme si c'était toujours reporté à demain… alors que c'est là, maintenant. Parce que tu ne me feras pas croire que tout ce que tu énumères tiendrais uniquement pour toi d'un rêve d'avenir.


    — Tu évoques la mission des adultes. J’y ajouterai un versant complémentaire. La mission d'indiquer à l'enfant le chemin du fond de soi. Et de lui montrer comment y demeurer. Car toute sa vie sociale (une grande partie en tout cas) va consister à tout faire pour l'en éloigner. Vu qu'une personne intériorisée est une piètre consommatrice. Alors, si ce chemin de l'intériorité peut apparaître chez l'enfant comme une proximité naturelle, et c'est le cas, il n'en demeure pas moins qu'une fonction de vigilance est impérativement nécessaire pour l'aider à s'y enraciner.
    C’est modestement ce que j'ai tenté avec mes propres enfants. A priori, quand je vois ce qu'ils sont devenus à 40 ans, je me dis que je n'ai pas tout raté !…

    — Curieusement peut-être à tes yeux, ton billet actualise le message d'un type qui a vécu il y a plus de 2000 ans, et qu'on a allègrement massacré en créant une religion. Autant te dire que cela me plaît. Non pas qu'on ait massacré l'essence essentielle de son message, mais que tu parles comme il parlait lui-même avec ses mots et dans le contexte de son époque. Car il n'a fait que cela, proclamer, pas de temple, pas de religion, pas de rituels à-la-con, pas de sacrifices d’animaux, (ça pue !), puisque tout est dans ton cœur à toi, racontera-t-il un jour à une femme autour d'un puits. Pas de rites, pas de grand-messe, pas de bla-bla, juste vivre une relation intérieure avec soi-même et ce qui qui m'est si cher : ce « plus-que-soi-en-soi ». Alors l’ensemble rejaillit positivement sur autrui. C'est aussi si simple que ça.
    Or, en créant une religion chrétienne, on a fait totalement l'inverse de ce qu'il souhaitait… Décidément, pas de bol pour lui ! Aujourd'hui, hélas, on a jeté le bébé avec l'eau du bain…

    — Pas besoin de gourou ? Je suis bien d'accord… mais besoin de se choisir un maître en existence, sûrement. En tout cas selon mon expérience personnelle. Et ce maître n'a probablement pas besoin de le savoir, il serait tenté de devenir gourou…

    — Le droit de ne croire en rien ? Mais nous l'avons dans une société démocratique et laïque où aucune religion n'est obligatoire. Ne pas y adhérer n'entraîne pas 100 coups de fouet, ni de couper un bras, une main ou la tête, ce qui permet une obéissance définitive. Vive la laïcité ! et c'est loin d'être à l'identique dans de très nombreux pays de la planète.

    — Que tout le monde vive en paix ? C'est l'espérance du monde. Elle commence d'une manière excessivement simple : être en paix avec soi-même, son voisin, sa famille, son entourage, et aussi, cerise sur le gâteau, avec ses ennemis. C'est ce que répétait ce fameux type il y a 2000 ans.
    Le problème c’est qu’on l'a tué pour ça !
    Fait gaffe à toi !
    Tous les pacifiques et les « aimants » risquent de mal finir…

    Fin de mon sermon plein d'avenir…!
    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Wouaou.
      Et comment je fais, moi, pour répondre... ?
      Point par point:
      1. L'usage du conditionnel : je parle du monde entier, et je crois qu'on est loin d'avoir atteint ce rêve sur la terre entière...Ce que j'énumère, c'est mon présent, mais j'aimerais que ça devienne le présent de tous...

      2. La mission des adultes: indiquer le chemin du fond de soi...n'est-ce pas ce que je dis, dans la phrase Tu trouveras toi même, dans ton coeur, les réponses à tes questions, en cherchant au fond de toi. ?
      Je suis d'accord avec toi, cela n'en fait pas un bon consommateur...

      3. Le type qui a vécu il y a 2000 ans.
      Mais bien sûr que je suis à fond pour son message : depuis que j'écris ce blog, je répète en boucle « Aimez-vous les uns les autres » et combien de fois on m'a dit que je rêvais, et que j'étais une bisounours (y compris les gens qui vont à la messe tous les dimanches) ? Ce message mme parle tous les jours, même si j'ai rejeté avec violence ses soi-disant serviteurs ...

      4. Mes maîtres en existence. Les humanistes éclairés, les Hubert Reeves, Diderot, Condorcet, Simone de Beauvoir, les écrivains, les peintres, les poètes, les musiciens, les chercheurs en humanité...Tous ceux qui ont voulu faire progresser l'homme (et la femme) pour davantage de bien sur la terre.
      Et certains aînés qui me montrent le chemin sans le savoir...Des voyageurs de l'aube.

      5. La laïcité: oui, trois fois oui, mais c'est une infime bulle de liberté et de respect dans un océan qui progresse comme une vague immense, un océan d'intolérance, de prosélytisme et de morale imposée...
      Tu le dis toi-même : c'est loin d'être à l'identique dans de très nombreux pays de la planète: tu comprends pourquoi c'est une utopie, un rêve forcément au conditionnel...En tous cas au futur, que j'aimerais proche.

      6. Je prends soin de moi. Je n'ai pas spécialement envie de finir les bras en croix sur deux poutres.Je gage que les pacifiques et les aimants réussiront à ce que leur rêve s'impose de lui-même comme une évidence de survie à toute l'humanité.

      Fin de mes réponses circonstanciées.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Aimer les autres tout simplement est on ne peut plus simple : il suffirait de ne pas prendre l'autre comme un ennemi à priori, mais bien plutôt comme une chance de partage de dons alternés.
    Si chacune et chacun nous faisions nôtre ce postulat, alors la Lumière serait là en tout être
    Plus besoin d'armes, plus besoin d'en produire , d'en vendre et de créer des conflits pour ce faire
    Mais cela est trop simple et évident ; il est toujours quelqu'un pour refuser de sortir de l'absurde dicton romain "Si tu veux la paix , prépare la guerre" .

    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que bâtir une civilisation sur cette phrase vindicative, c'est assez peu concluant, au final... Ça leur a pas forcément réussi, aux Romains.
      On pourrait peut-être essayer autre chose, et arrêter de vendre des machines de mort..
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je ne suis pas certain que la CGT "Marcel Dassault" ou "Lagardière" applaudisse....
      Tu les vois fabriquer des charrues ou des tracteurs sur les chaînes de montage des Rafales?
      Ti bacio

      Supprimer
    3. Ben oui, je les vois. Pourquoi pas ? Ce ne serait pas la première reconversion industrielle...
      Mon vidéo-club florissant dans les années 90 a été flingué par la VOD.
      Depuis, il vend des fleurs. Je trouve ça très bien.

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Réponses
    1. Trop bien, oui...Trop simple...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. La simplicité n'est toujours qu'apparente.
    La simplicité c'est de la complexité diffractée par le prisme de notre culture, nos connaissances, notre éducation, notre expérience, notre intelligence, notre sensibilité, nos pensées, nos douleurs, nos sens, etc.
    On aurait tort d'opposer le Tout au Rien, ils sont jumeaux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'oppose rien, et surtout pas le tout au rien. je dis juste que chacun doit garder pour lui sa croyance rassurante, et ne pas chercher à l'imposer à son voisin.
      Opposer celui qui croit au ciel et celui qui n'y croit pas, c'est encore tomber dans le manichéisme, et supposer que les hommes ne peuvent pas vivre ensemble sans se mettre sur la g...
      La simplicité, c'est juste accepter que l'autre n'est pas pareil que nous.
      Et ne rien imposer du tout.
      C'est mon avis...
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆.

      Supprimer
    2. Sourire, piégé par le laconisme (par manque de temps) de mon commentaire (qui était plus généraliste que ciblé)
      Je suis d'accord à 99% avec tes propos, le 1% représentant cette différence qui fait le charme de l'Humanité (Si ces chiffres étaient inversés, cela ne changerait pas grand-chose-trop long à expliquer-).
      Je suis, sincèrement, admiratif du travail (appliqué) de titan que représentent tes réponses à tes nombreux lecteurs (j'en serais bien incapable; en outre je redoute le nombre, la multitude, même pour "simplement" venir commenter).
      Je t'embrasse.

      Supprimer
    3. j'aurais du mal à me passer de cet 1% juste parce qu'il y a trop de commentaires...
      La diversité, c'est ce que j'aime.
      Alors merci beaucoup d'être revenu, et au plaisir de te revoir. :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. ben ça alors, je pense exactement pareil, j'adhère il s'appelle comment ton parti "LS" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. LS ? Je lance un concours ? Pour demander ce que ça peut bien vouloir dire ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Juste une petite question, chère Célestine : " Si, à un moment de l'histoire, les hommes n'avaient pas cru, à quelqu'un qui justement ne fut pas un grand Rien, ou un grand Tout, ce qui finalement revient un peu au même, qui donc aurait pu bâtir cette chapelle où même les fées peuvent venir se recueillir ? "
    Vous savez probablement la réponse. Vous l'écrirez comme d'habitude, divinement bien. Même si vous le permettez j'écrirai ce "divinement" sans majuscule.
    En voyant cette photo, j'ai repassé en ma mémoire, nombre de prtites chapelles isolées, comme posées sur le sol, pour marquer l'espace et le temps, accueillir en douceur de charmants souvenirs, bref jalonner notre vie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr. Mais l'enfant qui construit un château de sable croit lui aussi très fort à quelque chose.
      Voyez ma réponse à Jak, votre charmante homonyme.
      Et veuillez considérer que dans le monde apaisé dont je rêve, on garde les matériaux pour que tout le monde ait un toit, et on n'élève plus des bâtiments à la gloire d'une idée qui n'est pas forcément universelle.
      Les petites chapelles, comme les temples incas et les lamasseries tibétaines, deviendraient alors des monuments historiques témoignant d'un passé révolu, mais émouvant.
      Quand je suis entrée dans la grotte Chauvet, j'ai éprouvé en regardant ces peintures vieilles de 36000 ans, une émotion qui ressemblait beaucoup à celle que j'ai eue devant la petite chapelle. Une émotion cosmique.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Ah qu'il est joli ce monde où les heures couleraient dans la tendresse! A l'image de ces petites chapelles multiples, solitaires et sereines, un monde de bonheur, de plaisir doux et fort, de rire qui jamais ne se moque, d'échappée libre, de tendresse et d'art de vivre, une par une, un par une, l'art de vivre en individus tous différents mais qui partagent la même vision affective de l'univers.
    J'aime aussi comme tu ne laisses personne penser à ta place...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup ta dernière phrase. Elle est très vraie.
      C'est le résultat d'un long chemin intérieur : celui qui m'a fait acquérir au fil du temps quelques convictions solides sur lesquelles je puisse épancher mes doutes existentiels.
      Pas de certitudes que j'enverrai à la face des gens avec cette arrogance des prosélytes qui veulent faire passer tout le monde à la toise de leurs dogmes. Mais des convictions intimes et profondément humanistes.
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Tu recouds le monde au point de croix, près de toi un petit croissant, et ta bonne étoile pour toute lumière. ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un petit croissant à 15 centimes, bien sûr...
      C'est très beau, cette phrase au cul me nique.
      -Rhôô ! mademoiselle célestine ?
      - Ben quoi, à Blogbo, pas de langue de bois !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Voilà belles châsses lâche toi ! Le miel c'est bien, le piment l'aïl et l'oignon ne sont pas mal non plus. ];-D

      Supprimer
    3. J'ai toujours aimé le sucré-salé...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Le Mont Blanc??❤️❤️❤️

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parfaitement, ma luciole.
      Le Mont Blanc himself, dans toute sa splendeur neigeuse...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Je fais souvent ce rêve moi aussi, Célestine. Mais alors, si nous sommes plusieurs à le faire, peut-être bien qu'un jour, si nous continuons et si nous incitons d'autres à le faire, tout ce que tu dis se réalisera et sera vrai. Il faut y croire ma belle ! :-)
    Gros bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un rêve étrange et pénétrant...
      Oui je suis sûre que les gouttes d'eau font les grandes rivières.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Le coeur est compliqué, l'âme est compliquée, les sentiments sont compliqués, la vie est compliquée, alors soyons heureux de pouvoir retrouver quelques instants de simplicité et de silence intérieur que ce soit dans une chapelle de hasard ou, plus modestement encore, quelque part au fond de nous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On se complique aussi beaucoup la vie...par plaisir, ou par devoir.
      Ou peut-être par peur de s'ennuyer si des fois c'était trop simple... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Message bien reçu... ahahah... excellent !

      Supprimer
  24. Trop simple peut être. L'humain aime bien compliquer les choses !Pourtant la simplicité est une belle vertu que , personnellement, j'essaie de cultiver chaque jour. Elle m'allège, me rend plus libre et me conduit à l'essentiel. Tiens...Rien qu'un petit silence sans rien faire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Daniel, ta sagesse m'apporte quotidiennement un petit rayon de soleil
      qui entre en oblique par la fenêtre de la cuisine.
      Respect !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Ton texte m'enchante, tant je le partage,
    Ta photo m'émeut par sa merveilleuse simplicité magnifiée par ce ciel si pur.
    Merci Célestine.
    Nicmo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis enchantée et émue moi aussi, Nicmo.
      Cette photo est importante pour moi.
      Bises étoilées
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Pourquoi faire simple,quand on peut faire compliqué? les religions,c'est un peu comme le"choc de simplification" du gouvernement! on est complétement perdu!
    A la lecture de ton billet et des commentaires fort intéressants,je m’interroge?
    je ne sais pas à quel moment de ma vie,je n'ai plus "cru",et si même un jour j'ai cru à un dieu tel qu'on nous l'enseignait au catéchisme?
    Après une grande réflexion,je peux dire que c'est le catéchisme lui même qui m'a ôté l'envie de croire en un dieu "tout puissant...notre sauveur" ,amen!
    L'instruction religieuse était enseigné par une femme qu'on pourrait qualifier maintenant "d’intégriste catholique"je n'ai jamais pu m'y "faire" après ce fut un curé,et ce n'était guère mieux.Je ne me suis pas rendu pas compte qu'ils m'ont rendus service,en quelque sorte! Je préférais de loin l'école communal et laïque^^^.
    Je rejoins cet écrivain qui considérait comme une "ignominie" le fait que l'on demande à "l'homme pensant de croire sans penser". Et pour illustrer ce commentaire,j'écoute ce plaidoyer de Nicolas Bedos contre les religions: "Mon dieu silencieux"
    https://www.youtube.com/watch?v=_km_geOeQ1M

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La video de Bedos dépote ! il s'exprime avec ses mots à lui. Je suis plus mesurée mais je pense la même chose que lui. Je fais une overdose de religion en ce moment. Chaque fois qu'on ouvre la tv, ou la radio, ou les journaux, 90% de ce que l'on entend a un rapport avec une croyance.
      Faire entrer la religion de force dans le cerveau des enfants a souvent été complètement contre-productif. Pas la peine d'être Einstein pour comprendre qu'une chose imposée peut susciter un rejet.
      Merci pour ton intéressante participation au débat.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. j'ai bien aimé cette vidéo de N Bedos,mais celle-ci me fait beaucoup rire:La chanson catho.Didier bénureau
      https://www.youtube.com/watch?v=JjOSdjzzGYY
      "quand on sait pas,c'est qu'on sait, c'est comme ça la foi"!

      Supprimer
    3. Il est impayable ce Benureau.
      merci c'était fort drôle.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Ca pourrait être si simple mais c'est bien trop compliqué de faire simple pourtant cela serait le but d'être simple la religion. Mais bon et ça serait même trop beau peut être, comme ton dessin de blog, que je trouve merveilleux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh comme ça me touche, ma bulle !
      toi qui dessines si bien...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Je n'aime pas les choses compliqués, mais nous n'avons pas le choix!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Penses-tu réellement que nous n'ayons pas le choix ?
      Crois-tu que nous soyons obligés de supporter ad vitam aeternam ces guerres de dogmes et de livres sacrés, ces attentats meurtriers, ces signes extérieurs et ostensibles, ces interdits iniques, ces manifestations pour priver de droits certains citoyens, ces querelles de vêtements et de coiffures, ces légiférations et vociférations interminables sur la façon d'achever un pauvre animal destiné à être mangé, ces interdits alimentaires, ces prosélytismes, ces simagrées, ces hypocrisies, ces ostracismes, ces mariages forcés, ces exterminations, ces excisions, ces sacrifices, ces asservissements, ces avilissements, ces destructions, ces talibans, ces génocides, tout cela depuis des siècles au nom de dieux qui seraient soi-disant d'amour ?
      Crois-tu vraiment, Mari, que nous n'ayons pas le choix de refuser tout ça ?

      merci, en tous cas, de m'avoir permis d'exprimer un peu de la colère qui me saisit parfois, quand je pense à la façon dont les humains se pourrissent et se compliquent la vie, alors qu'elle pourrait être si simple...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. Pas grand chose à rajouter simplement peut-être que personnellement, croire en Dieu et croire en l'église et à la religion sont deux choses que je trouve totalement incompatibles. Je ne crois en rien...
    Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais si, tu crois en plein de choses...Le mot croire ne doit pas être l'apanage des religieux. Moi je crois en l'homme, en sa capacité de faire fleurir son coeur, je crois à l'amitié, aux étoiles, à la beauté du monde, au sourire d'un enfant.
      Et je suis certaine que tu crois en la magie d'une chanson pour éclairer le visage de ta douce.
      Bisous Mind.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Mis bien sur, je ne crois en rien coté Dieu, religion etc , je suis athée en somme. Je crois en ma carte bleue...mais non pas que, c'est pour te faire rager:D

      Supprimer
    3. Ah oui, ça, c'est vraiment tendance...
      Et la déconsommation alors ?
      Pfffff !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. Mais on a le droit de ne croire à rien, d'entrer dans les églises, d'entrer dans les synagogues et les mosquées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, en France, peut-être...Et encore, en ce moment on se demande...j'ai eu des élèves qui refusent d'entrer dans une église (on était en visite historique, rien de religieux) sous prétexte qu'ils n'en avaient pas le droit...
      Mais j'avais dans ma note une vision un peu plus mondiale de mon rêve...Celui que ce soit possible partout.
      Et ça, c'est pas gagné...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Lorenzaccio26 octobre, 2016

    La rose et le réséda peuvent faire bon ménage, j'en suis certain.
    Mais je partirai sans avoir vu cette belle entente, hélas.
    Avec entre les dents un de vos textes. Et le sourire aux lèvres, plein d'espoir
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le fameux jour couleur d'orange, les lendemains qui chantent et qui ont été salis par ceux qui ont utilisés les idéaux pour servir leurs ambitions personnelles...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Ben il est parti où, mon comm' d'hier ? Je disais :

    Allez, chante-la nous ! Vous pensez la même chose à laquelle moi aussi je souscris :

    https://www.youtube.com/watch?v=R15uLXHqMyo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. magine hole ze pipooooleeuuuu!
      Ah bah vouiiii!
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. Eh bien... (Ouh là, c'est difficile de commenter après tout ce qui s'est dit),
    - j'aime les petites chapelles d'un peu partout...
    - j'aime les "potales" comme on dit chez nous (même si je sais qu'elles ont souvent été édifiées en lieu et place de lieux de cultes (paraît-il) d'anciennes divinités celtiques, mais bon, je vis avec mon temps...
    - je n'aime pas les trop grandes églises du 19ème siècle en Belgique (style brique rouge qui est devenue noir, mais quand même, ça fait partie du paysage... belge)
    - j'aime les basiliques romanes (Saint-Rémi de Reims est un lieu merveilleux)...
    - et certaines cathédrales.
    Moi qui ai trouvé les messes de mon enfance d'une longueur désespérante ("ne regarde pas ta montre"), j'aime bien m'asseoir dans les églises parce que c'est vraiment l'endroit où je peux (presque) tout faire sans qu'on s'étonne (méditer, rêver, -photographier, c'est plus difficile, encore que j'ai un ami parfaitement athée qui le fait et aime le faire), pleurer...
    - Et même, j'aime les Abbayes (trappistes), le silence... Il y a un office de fin de journée, (et je suis plutôt athée) - Complies je crois, où, un moment donné, le silence total se fait, on éteint toutes les lumières et un gong résonne. C'est une sensation extraordinaire, j'entends d'abord tous les bruits, tout le vacarme à l'intérieur (de moi) et puis, petit à petit, je me fais à ce moment. Je donnerais n'importe quoi pour y être en cette saison, parce qu'il fait noir tôt... Curieux, non ?

    Hum, chez nous, on a un truc qui s'appelle la laïcité organisée. J'y ai travaillé pendant pas mal d'années, j'y ai d'ailleurs fait des choses très intéressantes (pour lesquelles j'aurais vendu mon âme, lol, faire des bouquins, sortir la revue trimestrielle), mais là comme souvent, dans les groupes de personnes, le message humaniste est une chose, son application en est une autre...

    En attendant, j'aime quand même bien les petites chapelles !

    Tiens, comme l'église de Varengeville-sur-Mer, avec les vitraux de Braque. Je m'en tiens là, sinon, je suis déjà allée à la chapelle protestante de Bruxelles, dans une synagogue, non, dans deux, mais pas encore dans une mosquée ni dans un temple bouddhiste. (Ca m'attire moins qu'il y a quelques années, quand j'avais vu le film de Bertolucci, Little Buddah).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es adorable, Pivoine.
      je n'aurais jamais imaginé que mon petit billet susciterait de ta part un tel engouement.
      Merci pour cette liste exhaustive et tendre des lieux que tu aimes.
      Gros bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. Ceci dit, un de tes commentaires, Célestine, me fait me rappeler que du temps où je travaillais "dans la laïcité organisée", nous avions reçu des élèves de différentes écoles qui, justement, visitaient différents lieux de culte (en Belgique, cinq cultes sont "reconnus" et rétribués par le ministère de la Justice, ce qui est un peu bizarre, mais on est en Belgique : les religions catholique, protestante, le judaïsme, l'Islam et la laïcité (j'ai un doute pour la religion orthodoxe). On m'avait demandé, en tant qu'ancien prof de morale, de présenter le mouvement laïque... J'aimais bien l'idée que c'était un espace neutre (normalement) où pouvaient se côtoyer un public issu de différentes religions. On avait un public largement musulman - parce que beaucoup d'ateliers d'alphabétisation ou à vocation sociale). Et puis, curieusement, c'est dans la laïcité que j'ai littéralement "découvert" le judaïsme - en rencontrant des personnes qui n'étaient pourtant absolument pas religieuses - mais toujours attachées à ces racines. Mais je vais m'arrêter là parce que cela me mènerait trop loin o;))) (mais merci d'aborder ce sujet passionnant).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La laïcité est une petite merveille fragile, un bijou, mal compris et galvaudé à l'heure actuelle.
      La laïicté ne veut pas dire l'athéisme, elle veut dire la neutralité pour que chacun se sente protégé et libre de penser ce qu'il veut.
      Lire le dictionnaire amoureux de la laïcité d'Henri Pena Ruiz, si ce sujet te passionne.
      C'est une mine qui aide à comprendre que c'est le meilleur des systèmes sociologiques, parce qu'il est fondé sur le respect et les valeurs communes.
      Le vivre ensemble commence par là.
      Et l'expérience que tu relates est exactement dans cet esprit. Merci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  35. Ce serait simple, si nous nous respections, et respections les autres, acceptant que leur ressort intime, leur noyau profond non seulement ne soit pas le nôtre mais puisse même paraitre antagoniste, ne pas craindre la différence ou la divergence, se laisser approcher, parler, se taire, dans une chapelle ou n'importe où, partager, se laisser toucher. Ce qui me touche, me construit. Personne n'a tort ou raison, celui qui ne suit pas mon idée ou mon désir n'est pas moins bien que moi, il est tout simplement, comme je suis.
    Qu'il me laisse être moi, que je le laisse être lui ou elle, alors ce serait simple, de vivre d'aimer, d'être au monde avec ou sans religion. Peut-être...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est, dans un excellent résumé, exactement ce que je dis dans mon billet.
      merci chère Florence.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  36. Si au moins tout le monde pouvait penser comme Célestine et laisser ses convictions dans son coeur au lieu de les étaler en place publique...
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'aime que tu rêves avec moi, Angela...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  37. Réponses
    1. C'est le plus beau credo qui soit, et je le plussoie.
      Bises

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.