dimanche 25 septembre 2016

Le sel de l'avis


Hier, à Cagnes 




Ce soir, dans la voiture qui me ramenait chez moi,  l'orage déclinant dessinait encore quelques ruisseaux hésitants sur le pare-brise, déchirant la vitre en mille fragments à la lueur des phares. C'était beau. 
Je me suis sentie apaisée. Donner du beau, c'est ma mission, mon plaisir, mon bonheur. Toucher la beauté, la saisir, la partager dans ce monde trop insensible.
Oublier que la mort d'un proche est un arrachement de tripes, une incompréhensible et inacceptable interruption involontaire de tendresse, une bouillie infecte que l'on nous oblige à boire comme une ciguë, et qui nous laisse carreau sur le carreau, volcan éteint, braises noyées sous la giclée glacée d'un paquet d'eau sale, bêtes haletant sur le flanc, giflés, griffés, scarifiés. Il n'y a pas de mots assez forts, assez moches. 

 J'attendais un signe de toi, papa, et j'ai vu dans cette constellation de gouttes comme le signe que j'avais assez pleuré. Que tu m'« autorisais » à reprendre le fil de ma vie. A revenir doucement vers ma joie après ces quinze jours ébahissants de tristesse et d'épuisement.

Vrai ? 
Alors, à ton avis, je peux à nouveau parler d'oiseaux, de jardins sauvages, du sable qui coule entre les doigts, de l'odeur poivrée de la menthe et du fenouil, de la splendeur d'une sonate qui s'élève dans le matin, et des mille bonheurs qui étoilent mon existence et dont tu m'as donné le sel ? 
Je peux à nouveau faire des jeux de mots foireux et des calembours à la petite semaine ?
reprendre ma baguette de fée et repartir à l'assaut des ténèbres pour dispenser ma lumière ?
Si tu savais comme c'est important pour moi...

J'offre à mes chers lecteurs ces deux portraits de toi, que j'aime particulièrement. Entre autres, il faut qu'ils sachent que tu adorais le cinoche des années 50, tout comme Eddy Mitchell dans sa dernière séance. 
C'est sans doute pour cela que tu es passé au cours de ta vie de la Fureur de Vivre à L'Homme Tranquille.

¸¸.•*¨*• ☆


De la Fureur de Vivre...















...A l'Homme Tranquille

A mon père.





175 commentaires:

  1. Oui, la vie continue. Tu le dis si bien...
    Il est toujours là, sous une autre forme ; avec toi.
    Oui, tu continues à vivre et perpétrer sa mémoire.
    Oui, le rire, le sourire, l'empathie, le délire ; tout est en toi : tu es vivante !
    Alors honore la vie, cette vie, de lui, de toi, de tes enfants...
    Chante et danse la vie.
    (Sinon je viens t'en coller une ; non mais !)
    Bonne nuit.
    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher fidèle du creux de la nuit, que ferais-je pour que tu ne m'en "colles pas une"...
      Tout est en moi, yapluka, comme on dit...
      je la ressens cette force tranquille dont il m'a animée depuis le premier souffle.
      Merci Gilles
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Jdissa, en mode Jdissa25 septembre, 2016

      Y'apas à dire, kakushiken, y sait parler aux dames !
      ;oDD

      Supprimer
    3. Mdr, il a surtout de l'humour je crois ^^
      enfin, j'espère... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Deux films références, et voilà que ton papa me semble bien proche. Je le savais déjà, comme je sais que la pluie sur le pare-brise redonne vie aux arpèges et aux traits d'esprit, aux complicités, au babil des enfants et aux plumes qui volent, aux chemins, aux effluves, et aux amicales accolades qui se concluent par ATTB, Miss W.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi crois-tu que j'aie débarqué, un beau matin, éblouie, sur ton blog de cinéphile fou de cinoche ?Tout ce que j'ai lu alors m'a rappelé les séances avec mon père, parce qu'une connivence nous liait à ces géants, John Wayne, Bogart, Gary Cooper, Cary Grant, Anthony Quine et bien d'autres (la liste est longue mais tu la connais mieux que moi)
      Kiss you from your angel baby
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Qu'est ce qu'elle était belle, Maureen O'Hara dans "L'homme tranquille"...
    Aucun rapport mais c'est ce qui m'est venu à l'esprit.
    Parle nous d'oiseaux et de fleurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce ne sont pas mes origines irlandaises, même si ce n'est d'un petit quart, qui te diront le contraire.
      Je pense même que tu aurais aimé mes éphélides dans ma jeunesse...
      Pour les oiseaux et les fleurs, pas de souci.
      Bises cher Goût
      ¸¸.•*¨*• ☆
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Bonjour chère Céleste,

    Nous le connaissons maintenant ce sourire, le sourire de ce Père,
    celui qu'il conserva jusque sur son linceul.....

    Cette évocation, ce matin m'en évoque une autre, celle de BREL pour son père; je la partage avec toi

    Mon père disait
    C'est l'vent du nord
    Qui fait craquer les digues
    A Scheveningen
    À Scheveningen, petit
    Tellement fort
    Qu'on ne sait plus qui navigue
    La mer du nord
    Ou bien les digues
    C'est le vent du nord
    Qui transperce les yeux
    Des hommes du nord
    Jeunes ou vieux
    Pour faire chanter
    Des carillons de bleus
    Venus du nord
    Au fond de leurs yeux

    Mon père disait
    C'est le vent du nord
    Qui fait tourner la tête
    Autour de Bruges
    Autour de bruges, petit
    C'est le vent du nord
    Qu'a raboté la terre
    Autour des tours
    Des tours de Bruges
    Et qui fait qu'nos filles
    Ont l'regard tranquille
    Des vieilles villes
    Des vieilles villes
    Qui fait qu'nos belles
    Ont le cheveu fragile
    De nos dentelles
    De nos dentelles

    Mon père disait
    C'est le vent du nord
    Qu'a fait craquer la terre
    Entre Zeebruges
    Entre Zeebruges, petit
    C'est le vent du Nord
    Qu'a fait craquer la terre
    Entre Zeebruges et l'Angleterre
    Et Londres n'est plus
    Comme avant le déluge
    Le poing de Bruges
    Narguant la mer
    Londres n'est plus
    Que le faubourg de Bruges
    Perdu en mer
    Perdu en mer

    Mais mon père disait
    C'est le vent du nord
    Qui portera en terre
    Mon corps sans âme
    Et sans colère
    C'est le vent du nord
    Qui portera en terre
    Mon corps sans âme
    Face à la mer
    C'est le vent du nord
    Qui me fera capitaine
    D'un brise-lames
    Ou d'une baleine
    C'est le vent du nord
    Qui me fera capitaine
    D'un brise-larmes
    Pour ceux que j'aime


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Capitaine d'un brise-larmes...c'est tout à fait vrai. Et c'est tellement beau, merci pour ce poème, il n'y a que Brel pour écrire des choses aussi magnifiques.
      Je veux bien briser les larmes, oui, et respirer le vent du large et de la vie.
      A pleins poumons. En souvenir de mon père.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. C'est beau... C'est Brel et du meilleur...

      Supprimer
    3. Oui, c'est magnifique...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Tes mots me manquaient…

    Toi seule sais ceux que tu peux partager et dans quelle tonalité, mais je crois que "ce qui est important pour toi" passe avant tout. Parce que c'est ton équilibre et que personne ne peut le trouver mieux que toi.

    « Donner du beau, c'est ma mission, mon plaisir, mon bonheur » Alors fonce ! ;-)

    Je te sens forte, malgré l'épreuve. Et je suis heureux de te "revoir" ici.
    Bises scintillantes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La force, je ne pensais pas en avoir autant, je me suis rendu compte à quel point j'en ai dans les moments difficiles. Sans doute est-ce lui qui me l'a transmise depuis toujours.
      Merci pour tes mots si beaux et apaisants.
      Heureuse de "revenir"
      bises sereines
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Tu me fais un super cadeau en partageant ces deux photos. Dis donc ton père il était 'achement bel homme! :-)
    De la seconde émanent une telle bonté, une telle douceur.... Comme il doit te manquer, et comme tu dois être "remplie" d'avoir eu un tel père..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bel homme, ah oui, il l'a été toute sa vie.
      Et le meilleur des homes, et je ne dis pas ça parce que c'était mon père, mais juste parce que c'était vrai. Il était bon. Tu as raison.
      Merci de prendre ça comme un cadeau.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Merci Célestine pour tes mots revigorants en ce dimanche matin.... toute la de pluie qui est tombée de tes yeux a inondé, parsemé d'étoiles ton pare-brise de gouttes qui dynamisent...enfin, tu reviens à la vie, et c'est si bien... tu n'oublies rien, évidemment... la vie est là comme tu sais l'honorer, la rendre jolie, accueillante, et nous tes âmi(e)s sur la toile nous te remercions.... à nouveau d'être là.... tu chanteras, du danseras, comme tu sais... !... autant présente pour chacun, chacune d'entre nous, si VIVANTE.... j'aime les photos de ton papa... une belle personne azur-aimant.
    Je t'en brasse en une ribambelle fleurie, que pour toi.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. toute la pluie...
      excuses.

      Supprimer
    2. Chanter, danser la vie, n'être qu'amour et joie, je vais essayer, en l'honneur de lui, cela me remplit de courage et de bonheur.
      Un dimanche matin plein de gratitude et de paix.
      je te souhaite à toit aussi de retrouver ce chemin-là. Et les âmis sont là pour ça.
      Bises ensoleillées
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. homme tranquille mais fin jardinier tout de même :-)
    bises, Célestine, je comprends tout à fait ce que tu traverses, j'y suis passée il y a huit ans, c'est-à-dire hier ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien vu Adrienne, tu as remarqué les gants. ce petit escalier montait au jardin, il aimait s'y asseoir à l'ombre de la tonnelle.
      Son jardin était sa joie; il parlait à ses tomates et à ses haricots...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Bien qu'ils aient largement le temps, tous les papas du monde aimeraient lire un tel message de leur fille, je pense.
    Mais au fait, photo du haut, pourquoi y a t il inscrit " hi hi " sur le bout de profil en bas à droite? Hein?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mon Bof c'est gentil, ce que tu dis.
      pour le "hi hi!" c'est ma soeur qui m'a envoyé ma photo et elle met toujours ça sur ses photos. c'est comme sa signature...Mais dis donc tu as de bons yeux !
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Oui, c'est l'habitude d'observer les puys pour y repérer les Parisiens...

      Supprimer
    3. Andiamo n'a qu'à bien se tenir... :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. A moins qu'il ne me soudoyât?
      Putain, tu parles d'une conjugaison, ce truc, toi.
      Cependant, je suis confiant sur la correc: rien de surligné...
      La bise, Celle...
      Je vais à la soupe, maintenant, il est presque temps, hein?

      Supprimer
    5. Où j'apprends, en quelques lignes, que tu es un homme vénal que l'on peut soudoyer, que tu es soucieux de la syntaxe et de la conjugaison, et que tu manges la soupe à 14 heures du mat.
      Un rien excentrique, peut-être, mon Bof ? hihi !
      💜

      Supprimer
    6. Ah mais pas du tout!

      Supprimer
    7. Bouh ! c'était pour rigoler ! :-P
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Il y aura toujours un avant et un après. Tu ne redeviendras plus jamais celle que tu as été, mais seras une autre, aux sentiments enrichis, affinés et épurés par les choses de la vie: meilleure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es remarquablement dans le vrai. je me sens différente. C'est comme si j'avais grandi encore (mince, je ne vais plus passer sous les portes...) Meilleure ? Ce n'est pas à moi de le dire. Mais encore plus amoureuse de la vie, ça oui.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. oulah! cadeau précieux ma céleste! j'en ai des gouttes de rosée aux cils et puis ça me ramène 4 ans en arrière pour mon père....je m'étais terrée comme un animal car j'avais trop mal, ma mère puis mon père très vite
    il te dirait oui....et nous aussi, je t'embrasse très fort

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chacun réagit différemment.
      C'est vrai que je ne sais pas trop me terrer, mais je comprends très bien qu'on puisse le faire.
      Je suis émue que mon billet te rappelle ton père.
      je suis émue de ton amitié
      Merci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Sa gueule de planches je lui ai tant en commun que j'entend le bruit du prjecteur couvrir celui des vents non porteurs qu'une vie merde se croit bonne de diffuser en boucle. Seulement volà on n'est pas de ce transit là ma Môme. On a l'emotion du cheval entre les cuisses de tous les gars l'ô !
    Le cinoche de nos quartiers c'est la vie refaite avec une autre inspiration menant à peindre la vie. Plus fidele à toutes les odeurs des poeles à mazout. Aller Celeste t'es du maime sang. Avales la musique du présent remateurisé. Vas-y label Gosse comme un devoir d'amour que tu te dois a lui comme a nous. J't'embrasse jusqu'au fond de la gorge.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pfffiou toujours un ouragan de mots sous ta plume, un vent d'oyats qui échevèle les dunes et fait mousser les vagues en ourlets blancs d'écume.
      Oui, j'y vais, j'y cours à mon devoir d'amour. Même pas mal,juste un plaisir de propager comme des graines la bonne nouvelle de la beauté du monde. En souvenir de mon héros.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Comme loup ragant quand je néo logise c'est que j'pense à Fernande...alors imagines c'que tu perdrais à t'aller au Carmel t'faire une frangine du repli sur soi-même.
      Lui, y t'veut pas en exil. Y te veut comme il a vécu, droite dans les yeux de la soupe, sans cracher d'dents !
      Et merde tu m'frais pas ce coup tordu là Céleste !!!!!!!!!!!!!!!!!!

      Supprimer
    3. Ben non, aucun coup tordu. ;-)
      Le carmel très peu pour moi. J'espère que tu ne fais pas de contresens sur mes paroles.
      J'aime trop la vie pour m'en extraire.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Réponses
    1. la fin de mon billet , ou celle de mon père, parti comme un héros au sourire si doux ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Non je ne me permets pas de qualifier la fin de ton père, non. Ce petit commentaire n'était qu'un témoignage de ma lecture et j'en ai particulièrement apprécié les derniers mots.

      Bleck

      Supprimer
    3. Je te taquinais un peu, cher Bleck, par ma réponse, mais ce n'était pas complètement faux non plus, car je peux dire quand même qu'il a eu une belle fin de vie, et qu'il est parti apaisé et confiant. Merci pour tes mots. je t'embrasse
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Je suis convaincu que ce signe que tu attendais de lui, ton papa te l'avait fait bien avant sa mort. Tout père aimant rêve que son départ n'aille pas briser la sérénité de ses enfants, n'est-ce pas ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, il me l'a dit il y a un mois, à demi-mots, mais j'ai compris que tout ce qu'il voulait c'était que la vie continue.
      Et question "père aimant" je suis sûre que tu es une pointure. <3
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Non seulement tu peux reprendre tes conversations avec les oiseaux, les étoiles et les fleurs, reprendre tes calembours et ton humour, tes sorties avec les copains mais tu DOIS le faire pour toi et pour lui. l'Homme qui a fait couler tout cela dans tes veines serait trop déçu si tu devenais différente ; nous aussi. Bises enjouées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ma Chinou, tu me donnes des ailes avec ton message.
      Quel doux devoir de continuer à être moi-même et de ne pas sombrer.
      Quel doux devoir de perpétuer sa mémoire par l'humour et l'optimisme
      Merci du fond du coeur.
      Le blanc-seing de mes amis, c'est un permis de revivre.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Continuer d'être toi, c'est bien entendu ce qu'il a semé en toi... Les larmes coulent, lavent et sèchent. Le manque est accepté, continue de faire mal, mais ce qui rejaillit, c'est la pétulance et le plaisir des choses dont il t'a nantie. Et hop, en avant. Il y aura les jours gris qui feront saigner encore mais que vivent les jours en couleur! Baci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et hop ! c'est drôle, il disait souvent ça.
      Et hop ! ça va aller, on rebondit, ça ira mieux demain...et toutes ces choses qui forgent la positivité.
      Chantonner, ne pas s'écouter.
      j'aime bien l'image des jours en couleurs.
      Baci arcobaleno sorellita
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Tu vois : dimanche à 11h15 il y a déjà dix-sept commentaire !... A la sortie du tunnel, on t'attendait...
    Je suis content de savoir que ce bout de route pluvieux a pu t'apaiser...
    Si de plus chez toi comme chez moi il fait ce beau soleil frais de septembre, ce que je te souhaite, alors l'environnement t'accueille à renaître, te nourrir d'air ensoleillé, ouvrir tes bras, et ton cœur !...
    Reprendre ta place dans le monde de l'amour, de l'optimisme et du partage... Et je crois que pour ton optimiste papa, l'autorisation que tu en attendais coulait de source. Je me demande même si ça n'était pas tellement évident que l'attente de cette autorisation ne lui a pas semblé incongrue !... ;o))

    Faut-il attendre les signes, je ne sais ? Il me semble qu'ils viendront d'eux-même, s'imposant doucement comme d'aveuglantes évidences, et peut-être pas où et quand on les attends. Mais je ne suis pas inquiet : tes antennes sont immenses !...

    Tu fais ici un premier pas hors de la tempête. Sans doute rencontreras-tu sur le chemin du retour quelques cailloux et embûches, peut-être même quelques tempêtouillettes ? Mais debout, tu avances !
    Et comme on le voit ici, les copains sont là...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui les copains sont là, avec une fidélité et une ponctualité merveilleuse.
      Et ils me disent tous des choses formidables, originales et personnelles. j'avoue qu'aujourd'hui tu fais fort, c'est le soleil de septembre qui t'inspire ?
      En tous cas, je te remercie. Et je suis prête pour les tempêtouillettes. Et même les tempêtes. Mon père me donne la force, il est en moi à jamais.
      Bisous reconnaissants
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Jdissa a dit...

      L'inspiration ? Peut-être des jours à venir au soleil d'octobre au bord du Rhône, ou en montagne pour ma traditionnelle semaine d'automne entre mélèzes flamboyants et cimes saupoudrées de neige ?
      Va savoir !... :o))

      Supprimer
    3. Dois-je comprendre que ta mission aux Kerguelen est terminée ?
      Ou en pause ?
      En tous cas, ce sont de belles régions que tu te proposes d'arpenter...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Jdissa, en mode Jdissa25 septembre, 2016

      Améé, les Kerguelen c'est pas tout le temps ! J'y vais, je reviens, le temps d'une mission. Y aller c'est bien, mais faut pas oublier les z'alumettes pasque la première épicerie c'est pas la porte à côté !
      Mais j'y suis un peu frustré de mélèzes, alors parfois, souvent, tout le temps je reviens en Oisans, avec une certaine tendresse pour l'automne.... Demande à Pierre ce qu'il en pense. D'ailleurs, tien, ça c'est une idée pour l'automne prochain: on organise un safari photo avec lui et tous les gratouilloux et souffleux d'tuyaux qui viennent ici, et on fait une méga Teuf à décorner les bouquetins ! Tope-là, cochon qui s'en dédit !
      Mézaussi, shhht, il y a cette course à Lyon, que je ne raterais pour rien au monde ! Mais là tu peux pô comprendre, c'est un truc de mec !... :o))

      Supprimer
    5. Si ça se trouve les filles c'est tellement bête que ça c'est pas courir...
      nanmé keskifopa entendre !
      Eh ben tu serais bien surpris.
      je dis ça, je dis rien...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Jdissa, encore plus Jdissa25 septembre, 2016

      Aaââaah, bien imité, j'ai failli tomber dans le panneau ! T'es douée, tu devrais faire du théâtre ! :oDD
      Ouais, bin attend que j't'attrape !

      En attendant, c'était bien la peine que je te parle d'automne en Oisans et de projets fabuleux, t'as rien vu, tssss !
      ;o)))

      Supprimer
    7. Fais trop froid dans ces pays...faudrait que je sois sûre qu'il y ait une cheminée...
      Pour le reste, je ne préfère même pas relever tellement c'est bas. je risquerais de me faire un lumbago. :-P
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. Bouh...je suis entamée quand même ! deux fautes énormes en deux commentaires...
      « Ça sait pas courir »
      « Fait trop froid »
      tsss...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    9. Jdissa, encore lui25 septembre, 2016

      Mais ma chère, j'aime tellement les feux d'bois que je ne vais que dans des endroits où il i l y a des cheminées, tsss ! 8oPP

      Supprimer
    10. Et une peau d'ours en pur synthétique devant ?...

      Supprimer
    11. Jdissa, ounce mord25 septembre, 2016

      Moi pas aimer synthétique et moi aimer les nounours, alors je t'invite à t'étendre doucement sur un tapis en pure laine à longs poilpoils, ça t'Iraty ?
      Bien entendu, de retour de rando, je prépare un bon gros chocolat bien mousseux avec des biscuits à faire damner un saint, et je masse langoureusement les petons mignons de ma partenaire pour lui faire oublier la fatigue ! :o))

      Supprimer
    12. Iraty ? Tu es basque ?
      Pas mal le programme...tu vas sûrement avoir des candidates !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    13. Jdissa, encore lui25 septembre, 2016

      Ben non,ch'uis de Ménilmuche ! Enfin c'était il y a longtemps, au siècle dernier !
      Hey, t's vu comme y sais y faire avec les nanas le Jdissa !
      En même temps, faudrait pas non plus qu'elles me collent trop aux basques, hein ! ;o))

      Supprimer
    14. Mouahaha
      Tu sais que t'es drôle toi?
      Mais attention, si elles te prennent au mot, tu risques de rester tout seul... :-P
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    15. Jdissa, encore plus Jdissa25 septembre, 2016

      Ah bon ? Faut que je fasse attention alors, ce serait dommage ?!
      Meuhnon, c'était juste pour faire un bon mot, tu sais bien que je suis un indécrottable gentil, moi !
      Rhââââh, toujours cet éternel problème des infimes et subtils équilibres dans les relations, ni trop, ni tropeu !
      Pas simple ça, surtout quand on est né sous le signe de l'hippopotame ! 8oDD

      Supprimer
    16. Puisque mon avis est sollicité, l'Oisans c'est froid, certes, mais surtout au dessus de 3000 m et en hiver. Par contre, quand les mélèzes se couvrent d'or c'est en automne et beaucoup plus bas que 3000 m. Et pour peu qu'il fasse soleil (ce qui arrive souvent) la chaleur du paysage est tout à fait accueillante :)

      Et je suis sûr qu'on y trouve des cheminées tout à fait propices aux alléchantes propositions de Jdissa !

      Supprimer
    17. Aaah, qu'est-ce que je disais !
      Merci Pierre, pour ton aide !

      Supprimer
    18. Ce serait presque alléchant, présenté comme ça ... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. En lisant ton texte magnifique, la Céleste, j’imaginais que tu avais accompagné ton papa jusqu’aux portes du paradis, en lui disant : Papa ! tu sais maintenant qu’on doit se quitter ici, que maman est loin derrière et aussi mes enfants, et moi et mes amis, tous mes amis. En écrivant ces mots, je vois que tu as pu transformer ta douleur en apaisement, en sachant que c’est la vie qui est comme cela et rien de plus. Oui, ton papa voudrait que tu sortes tes ailes de papillon pour gambader encore et encore. C’est en cela que la mort n’avait pas gagné. C’est en cela que la vie t’attend. La mort est juste un croc-en-jambe dans un moment d’inattention de la vie ; Elle revient toujours au galop. Merci Célestine pour tes mots si humains, si pleins de tendresse, si pleins de vie. Bises émues

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la vie qui revient au galop, excuse-moi la Céleste

      Supprimer
    2. La mort est juste un croc-en-jambe dans un moment d’inattention de la vie

      Toi qui cites toujours les grands auteurs, permets moi de te citer aujourd'hui. Cette phrase est magnifique. Digne d'un poète ou d'un de ces écrivains que tu aimes tant.
      Ah ces mots, ces assemblages de lettres superbes qui évoquent tant de choses. Comme ils me sont précieux.
      Oui, la vie revient au galop comme un cheval sauvage sur une plage de Camargue. En pleine beauté et en toute liberté.
      La mort est juste un croc-en-jambe dans un moment d’inattention de la vie...

      Supprimer
  19. Il était beau ton père et il t'accompagnera tout au long de ta vie.
    Mes morts sont à côté de moi, ils n'ont pas disparu puisque je pense à eux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta voix est celle d'une sagesse apaisée, elle fait du bien, Heure Bleue.
      Merci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  21. Il est passé comme une comète, semant derrière lui, une jolie étoile.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La trace de son passage restera longtemps, scintillante dans mon ciel.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. mes sincères condoléances pour votre papa Daniel de Béjaia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Daniel, je suis très touchée.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Evidemment que vous pouvez à nouveau vivre comme avant...
    Quel père voudrait le contraire?
    Mme Chapeau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien que vous me le confirmiez, Madame Chapeau. ^^
      Votre avis m'est important, comme ceux de tous mes autres amis, virtuels ou in real life...
      Bien à vous

      Supprimer
  24. Va doucement Célestine.
    Savoure à petites gorgées.
    Ton papa jeune ressemble assez au mien au même âge, question d'époque, sans doute.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je savoure, oh oui, la vie m'est de plus en plus précieuse.
      j'ai beaucoup pensé à toi durant ces quinze jours.
      je sais que tu es restée éloignée de ton blog plus longtemps que moi. Question d'attachement à l'écriture sans doute.Mais il est vrai que chacun réagit à sa façon, comme je l'ai déjà dit. Moi j'ai besoin de vite revenir dans la vie.
      Ton père aussi avait la coiffure à la "Chaussettes noires" ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆
      Bisous ma belle, prends soin de toi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Voilà notre Célestine repartit pour la vie ! Tu le verras partout et peut-être plus qu'avant puisqu'il est maintenant complètement entré dans ton cœur pour y dormir pour son plus grand bonheur. Il se réveillera souvent au début pour te guider, te rassurer et puis l'apaisement venant tu lui montreras avec fierté ce qu'il a fait de toi car il n'est pas loin, il te voit et lui sera fier de voir qu'il continue de vivre auprès de toi. Jusqu'au bout il faut vivre ...... Je t'embrasse tendrement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta dernière phrase me rappelle le poème de Valéry.
      Le vent se lève, il faut tenter de vivre.
      Oui, je me souviendrai de tes sages conseils, Lauriza. Si joliment exprimés...Merci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Mon coeur a failli s'arrêter de battre dans le temps où vous n'étiez plus là. Comme s'il ne battait plus de vous savoir si affligée. Mais vous voilà et un grand vent de fraîcheur me parcourt, délicieuse.
    Restez telle que vous êtes.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non, ne me faites pas cela, cher ami! Assez d'émotions et de chagrin...
      Prenez soin de vous ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. La vie reprend toujours le dessus. Malgré la souffrance, il nous faut continuer à vivre. Le va et vient est éternel entre la terre et le ciel. Il y a ceux qui montent et ceux qui descendent. Entre les deux, il y a ceux qui vivent.
    Les deux portait que tu diffuses sont superbes. c'était un bel homme !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le plus beau papa du monde, bien sûr.
      Mais je ne peux pas encore regarder les photos longtemps. Sinon, l'émotion me submerge.
      Merci de ta fidélité, cher Daniel.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Pas assez intime pour te serrer dans mes bras , pourtant c'est ce que j'ai envie de faire pour te réconforter Céleste ... Va de l'avant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, serrer quelqu'un dans ses bras ne devrait pas dépendre du degré d'intimité.
      C'est sur ce principe que fonctionnent les "free hugs" venus d'outre atlantique...
      Un simple geste réconfortant qui signifie tu es humain, je suis humain, on s'est reconnus.
      Alors prends moi dans tes bras sans te poser de questions, Daddy.

      Et compte sur moi pour aller de l'avant, je ne suis pas de ceux qui se laissent abattre.
      Big hug
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. les chansons sur la pluie et les larmes sont nombreuses,petit échantillonnage:
    "rain and tears" Demis Roussos(zut ! c'est pas "français")!

    il pleut sur mes lunettes je n'y vois plus très bien
    je dois avoir l'air bête je ne sens plus ta main
    il pleut sur mes lunettes tu parle d'un temps de chien
    il pleut sur mes lunettes ou bien j'ai du chagrin... Jacques Martin.

    il pleut sur le jardin sur le rivage
    et si j'ai de l'eau dans les yeux
    c'est qu'il me pleut sur le visage...Anne Vanderlove(ballade en novembre)
    https://www.youtube.com/watch?v=YJCrxJ0wpWo

    par delà les monts par delà les mers homme tranquille
    par delà l'amour au delà des guerres homme tranquille
    tu cherche ton nom ta terre ta maison
    tu cherche ta vie à travers la vie homme tranquille
    tu cherche la voie une image de toi homme tranquille
    poursuis ton destin trouve ton chemin
    va...ne t'arrêtes pas et tu trouveras...ou planter ton arbre Pierre bachelet (chanson du générique d'un feuilleton télévisé 1979 :pour tout l'or du transvaal)je n'étais qu'un enfant à cet époque épique j'ai toujours aimé ces paroles!
    https://www.youtube.com/watch?v=ktFcsscmEA8
    je comprend que ces photos te tiennent à cœur! elles me rappellent aussi...

    heureux de te voir revenir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quoi, une chanson en anglais, juste pour me faire mentir quand je dis que tu es le spécialiste de la chanson française de qualité ... :-P
      Ah...Anne Vanderlove...une vraie chanteuse ! (private joke)
      J'aime beaucoup la ballade en novembre.
      Quant au feuilleton, je ne l'ai pas regardé, pourtant j'aurais pu. Je me souviens quand même de la chanson.
      Chouette florilège, cher Xoulec
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. je "sentais" qu'il ne fallait pas !bon dieu pas d'anglais! c'est pour cela que je n'ai pas mis les paroles,je ne suis pas "spécialiste" de la chanson d'outre manche ou alors sur un autre blog! dans une autre vie.

      Supprimer
    3. Mais je rigolais...et j'aime beaucoup la chanson anglaise de qualité, aussi. Supertramp, Dire Straits, Stones, Deep Purple etc...
      Toute une époque hein...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. tu as raison,dire straits, joe cocker ...et d’autres (je ne suis pas spécialiste).je me suis autorisé a l'anglais après avoir vu ton commentaire qui parle de "free hug"(c'est pas moi qui ai commencé m'dam)

      Supprimer
    5. cat stevens,simon and garfunkel... je commence à me spécialisé!

      Supprimer
    6. oups "spécialiser"

      Supprimer
    7. Bob Dylan, Joan Baez, Lionel Ritchie, Pink Floyd...

      Supprimer
    8. ...je me laisse emporter... très beau billet,un bel hommage à ton père;les commentaires aussi lui rendent hommage (à leurs façon).

      Supprimer
    9. Merci. Mais cela m'a fait du bien de parler musique...
      Ne t'inquiète pas tu n'es pas le seul à faire des digressions sur ce blog ^^

      Supprimer
    10. la lumière revient déjà et le film est terminé...E Mitchell. pour reprendre la licorne,ce qui compte c'est la vie et rien d'autre... ce qui devrait être la vie d'un être humain.
      tout est résumé là.

      Supprimer
    11. La vie...et l'amour !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    12. l'amour fait partie de la vie ,l'amour est la vie.sans vie pas d'amour,sans amour pas de vie!

      Supprimer
    13. Certains semblent l'oublier, hélas...

      Supprimer
    14. ceux-là manquent de "sel de la vie" ou plus joliment,ceux-là manquent de celest "in"(encore du british)...bises vespérales

      Supprimer
  30. Deux magnifiques photos qui résument toute une vie...
    Et un magnifique visage...
    Il est beau ton papa.
    De l'extérieur et de l'intérieur aussi, ça se voit.

    Au final, ce qui compte, c'est la vie, la Vie...
    Rien d'autre...
    d'en avoir vécu une bien pleine,
    d'avoir tracé son chemin le mieux possible,
    d'avoir goûté aux joies, aux peines,
    à l'amour, à l'amitié, à la beauté...
    à la fureur et à la tranquillité...
    à tout.
    La mort ne gagne que si l'on n'a pas vécu.
    Il n'y a que la vie.
    Alors vivons !

    Et cultivons notre jardin ! ;-)
    (mon papa à moi -90 ans cette année- est un excellent jardinier)

    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien à rajouter, c'est tellement tout !
      je retiens la phrase
      La mort ne gagne que si l'on n'a pas vécu.
      Ce pourrait être une citation de grand auteur.
      Merci la Licorne.
      Profite de ton papa. Ces derniers moments de la vie sont uniques pour eux.
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Tu prêches une convaincue ^^

      Supprimer
  31. Kangourou Agile25 septembre, 2016

    J'ai toujours admiré ta façon de te projeter vers la vie.
    Comme un vaillant petit soldat.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un soldat très pacifique alors... ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Je ne sais pas si on te l'a déjà fait, mais je reste figé sur la chanson de Linda Lemay, avec plus d'un point commun...
    https://www.youtube.com/watch?v=zrXsHDO2DOE
    A part ça, excuse moi de ne pas être plus présent, je suis de nouveau dans la maison de mon fils, à remettre en état, réparer, nettoyer; et ce n'est pas très folichon... Une semaine difficile.
    Cette fin de semaine, nous avons eu du renfort avec le cycliste des 130 ans et sa douce Canadienne.
    Demain,retour au bercail pour se laver la tête d'émotions fortes.
    Ti bacio forte Céleste

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est malin...j'ai les yeux mouillés avec Lynda L...
      T'excuse pas. On choisit pas.
      je saurai attendre.
      mille baci per te
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Candide / Jdissa, et Lycée de Versailles26 septembre, 2016

      Mon Blutch,
      Parce qu'on est chez notre céleste amie, c'est vers elle que se dirige notre compassion, bien sûr.
      Mais sachant ce que tu traverses depuis quelques temps, je tiens à t'envoyer des tombereaux de pensées amicales et de compassion. Parce que j'imagine, enfin j'essaye, tout ce que peut avoir de pudique la notion de "...pas très folichon...".
      Bon, je me sens un peu gauche là, mais je t'embrasse de toute la force de mon humanité !

      Supprimer
    3. @ Jdissa quand dit des fois
      Merci l'ami, ça fait plus de bien qu'un pied au cul.... Et je suis sûr que papa Céleste, du haut de son nuage, ne renierait pas cet aphorisme.
      Je t'embrasse itou tant je sais que la force de ton humanité n'est pas une formule creuse.
      Baci à la patronne

      Supprimer
    4. Bon, ben on va rester dans l'ambiance et verser des tombereaux de larmes. J'aurais dû être pleureuse professionnelle, je ne sais faire que ça.

      Supprimer
    5. Oh la la ! mais non, faut arrêter là...déjà que la pluie d'automne crachote ce matin... ;-)
      Nos chers disparus n'auraient pas voulu être noyés sous des flots de larmes.
      Et pis d'abord je préfère rigoler à l'idée que les deux barbus s'embrassent. Paraît que ça fait velcro...
      Allez hop comme disait mon papa ! ;-)

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. @ Ambre
      Je sais que je dois te répondre, ça va venir.
      D'accord pour une larmichette, ça lave les yeux et ça leur donne de la profondeur, mais point trop n'en faut car ils pourraient s'y noyer :-)
      Gros bisous chère Amie.
      @ Céleste
      De par mon expérience avec SF, je peux te dire que le coup du velcro est une joke :-)
      De tous mes disparus, mon fils est le seul qui me pose des inquiétudes sur la façon dont il a traversé le miroir. J'ai demandé de l'aide aux moines tibétains pour qu'il soit accompagné vers la bonne sortie. Dès que je pourrai le savoir, tout sera beaucoup plus léger.
      Ti bacio forte cara Amica.

      Supprimer
    7. Je le souhaite de tout coeur.
      Et je tourne toute mon énergie vers cet espoir de légèreté.
      Tvb
      mille baci di cuore
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. Blutch et iamo, puisqu'ici c'est ton nom.
      Oh non, tu ne DOIS pas me répondre, que jamais il n'y ait ce genre de choses entre nous ;-)
      Je n'ai aucune idée de ce que tu traverses, comment pourrait-on avoir la moindre idée de ce qu'est une telle souffrance? C'est une ignominie, parce que ce n'est pas dans "l'ordre des choses". Comme Célestine j'espère que très vite tu pourras savoir. Je t'embrasse en français.

      Supprimer
    9. Célestine, je t'embrasse aussi. Je sais pour être passée par "ce genre de période", qu'il y a des moments plus supportables que d'autres, mais je sais aussi que tu es une belle personne, fille d'une belle personne, et que tu donnes la priorité à la Vie. Cela me rassure.
      Tmstvb

      Supprimer
    10. @ Ambre
      Oui, bon, "devoir" n'était pas le verbe le plus adéquat :-)

      @ Céleste, Ambre et tant d'autres
      J'apprécie à sa juste mesure tout votre soutien.

      Le plus difficile à encaisser, c'est toute la souffrance qu'il a eue avant et dont je ne pouvais le préserver. Alors maintenant, j'attends de savoir s'il a pu terminer cette incarnation et pouvoir espérer que sa prochaine vie lui soit plus douce.
      Je vous embrasse

      Supprimer
    11. @Ambre

      Oui, tu as raison, perdre un père est difficile, mais perdre un fils, cela n'a pas de nom.
      Et ce n'est pas dans l'ordre des choses.
      Notre ami traverse une phase difficile, et toute notre énergie s'unit pour l'aider d'âme à âme.
      Je t'embrasse, merci pour tes mots très positifs à mon égard, je suis touchée.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    12. @Blutchy

      Tu peux compter sur nous.
      Nous attendons avec toi mais je peux te dire que j'ai l'intuition que son âme est enfin apaisée.
      Ce n'est qu'un ressenti. Peut-être je me trompe. Mais en général, un ami m'a dit u'il fallait que je fasse confiance à mes intuitions...
      Ti bacio
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    13. Mais qui donc a pu te dire une pareille chose :-)
      Ti bacio anch'io

      Supprimer
    14. Je me le demande...un ami qui me veut du bien sans doute...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    15. un amico che ti voglio bene, non vedo ;-)
      ti abbraccio

      Supprimer
    16. @Blutch: Si j'étais italien je t'aurais répondu: e perché non si vede? Accolade cher ami et bise à la taulière

      Supprimer
    17. Chi lo sa ?
      Accolade en retour mon Ami et baci à la Fée Lestine

      Supprimer
    18. Mamma mia ! Sei molto divertente, ! :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. La vie continue, continue de répandre la lumière par tes écrits ! Ton père doit te sourire de là haut, comme sur la photo. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'oublierai jamais son sourire.
      Et il me manque beaucoup, déjà...
      merci Kea.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. On aperçoit beaucoup de douceur sur le visage de ton papa. Je pense qu'il avait beaucoup d'humour également :)
    Je ne trouve pas les mots, mais je suis heureuse que tu reprennes goût à la vie. Je te laisse ce petit texte dont je ne suis pas l'auteur car je n'ai pas ce talent, mais il exprime ce que j'avais envie de t'écrire. Ne doute jamais de sa présence à tes côtés, il continuera de veiller sur toi comme il l'a toujours fait... Je t'embrasse bien fort Célestine.

    Ne reste pas là à pleurer devant ma tombe je n’y suis pas, je n’y dors pas…
    Je suis le vent qui souffle dans les arbres
    Je suis le scintillement du diamant sur la neige
    Je suis la lumière du soleil sur le grain mûr
    Je suis la douce pluie d’automne quand tu t’éveilles dans le calme du matin
    Je suis l’envol de ces oiseaux silencieux Qui tournoient dans le ciel.
    Alors ne reste pas là à te lamenter devant ma tombe, je n’y suis pas, je ne suis pas mort !
    Pourquoi serais-je hors de ta vie simplement parce que je suis hors de ta vue ?
    La mort tu sais, ce n’est rien du tout.
    Je suis juste passé de l’autre côté.
    Je suis moi et tu es toi. Quelque soit ce que nous étions l’un pour l’autre avant, Nous le resterons toujours.
    Pour parler de moi, utilise le prénom avec lequel tu m’as toujours appelé. Parle de moi simplement comme tu l’as toujours fait.
    Ne change pas de ton, ne prends pas un air grave et triste.
    Ris comme avant aux blagues qu’ensemble nous apprécions tant.
    Joue, souris, pense à moi, vis pour moi et avec moi.
    Laisse mon prénom être le chant réconfortant qu’il a toujours été. Prononce-le avec simplicité et naturel, Sans aucune marque de regret.
    La vie signifie tout ce qu’elle a toujours signifié.
    Tout est toujours pareil, elle continue, le fil n’est pas rompu.
    Qu’est-ce que la mort sinon un passage ?
    Relativise et laisse couler toutes les agressions de la vie, pense et parle toujours de moi autour de toi et tu verras,
    Tout ira bien.
    Tu sais, je t’entends, je ne suis pas loin, Je suis là, juste de l’autre coté..

    Anonyme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce magnifique poème. En cherchant sur le net, j'ai trouvé qu'il avait été écrit par une certaine Mary Elisabeth Frye (1905-2004)
      C'est vrai qu'il dit bien le sursaut que nous devons avoir en hommage à nos êtres chers.
      Cela n'empêche pas d'éprouver le manque...
      je t'embrasse cher Ange, en gerbe d'étincelles
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  35. Je reviens de t'avoir lue sur les Impromptus littéraires et suis si contente de te lire et de mieux te connaitre... Dans toutes ces facettes de tes écrits ��... De l'émotion pure à ??? Je ne trouve pas les mots...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je suis multiple, chère Pivoine...
      Et l'écriture me permet d'explorer toutes ces facettes et de les exprimer.
      De l'émotion pure à l'humour débridé, peut-être ? (si tu as lu mon dernier texte)
      ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Oui, je l'ai lu, bien sûr, truculent peut-être ? En tout cas, il valait le détour car la consigne n'était pas facile...

      Supprimer
    3. égrillard, canaille, épicé, coquin, osé, croustillant, fripon, gaillard, leste, libertin, grivois, salé ?
      Les synonymes ne manquent pas...
      Un côté de moi que je ne renie pas, mon côté "Célestoche"
      Mais tu as raison, la consigne n'est jamais facile quand il s'agit de placer des mots hétéroclites dans un texte.
      Si tu aimes mes délires, tu peux cliquer sur l'onglet "plumes de l'été" Tu y trouveras des grappes de consignes avec des mots improbables à placer...
      Bises rougissantes de confusion
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  36. Quel bel homme ! Pas de plus bel hommage que de continuer à vivre ! Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un homme admirable ! (mais je ne suis pas objective)
      Moi aussi, je t'embrasse

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  37. "Ne cherche plus longtemps de fontaine,
    Toi qui as besoin d'eau,
    Ne cherche plus: aux larmes d'Hélène
    Va-t'en remplir ton seau."
    Voilà sans doute ce que l'on pourrait chanter à Ambre...Toi, chère Céleste, tu exprimes clairement par ton billet ta personnalité, toute fidèle à ton Père.
    La vie ne s'arrête pas là , avec lui tu le proclames ; oui il est très beau ce poème de Mary Elisabeth Frye
    Proclamons ensemble notre optimisme, notre espérance face à l'avenir.
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas une pleureuse en continu, mais une hyper-émotive. Un parfum, un bruit, un paysage peuvent déclencher un souvenir et je sens monter les larmes comme une vague.
      L'instant d'après, la vague est descendue.
      En ce moment, je ne sors jamais sans un paquet de mouchoirs...
      merci Petrus
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  38. Quel beau sourire ! Tu te dois céleste Célestine de continuer à être qui tu es pour le faire sourire encore et toujours de l'autre côté du miroir... Bises. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon père était une bonne nature. Il souriait souvent et je crois qu'il m'a légué cette faculté !
      Aussi je n'aurai pas de mal à célébrer sa mémoire de cette façon, chère Plume.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  39. MAG
    deux photos intimistes avec deux belles références cinématographiques. L'ancienne s'inscrit bien dans l'époque de la fureur de vivre. Il avait un côté très combatif, qui s'est adouci avec la vie.
    Tu retrouves le sel de la vie, mais la colère contre cette perte n'est pas éteinte. La paix se profile...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas une colère. Plutôt une sidération un peu amère en forme de pourquoi...quand on y pense vraiment fort...
      Merci pour le sel de ton avis, mag. :-)
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  40. Petite Marie26 septembre, 2016

    La mort fait partie de la vie Celestine ... Voilà le pourquoi je pense ...
    Quel bel homme et bien sûr cette page de ta vie qui se tourne est une "blessure" qui ne se pansera qu'avec le temps ... On oublie jamais on vit avec je pense ... Mais la vie continue et tu verras que bientôt tu t'étonneras de sourire de certains souvenirs ;)
    Gros bisous pleins de réconfort sincère <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je prends tes bisous avec plaisir, Petite Marie.
      Je sais que le temps adoucit toutes les peines, surtout celles qui sont "dans l'ordre des choses" comme on dit...
      Je t'embrasse de mille beijinhos
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  41. Ton commentaire , sur mon blog aujourd'hui, m'a troublée. Mon petit bonhomme est reparti avec sa maman, j'ai pris enfin le temps de venir voir de quoi il retournait.
    Pardon, pardon. Quel chagrin quand j'ai lu tes trois derniers billets. Des mots si tendres, si pudiques que j'an ai eu les yeux pleins de larmes.
    J'ai eu le coeur serré en découvrant le sourire de ton père, si rempli de tendresse pour celui ou celle qui le photographiait. Une petite pause entre deux tailles de haies, de rosiers ? Un bon souvenir qui ne manquera pas d'entretenir une plaie qui aura du mal à se refermer. Le temps passe, certains souvenirs font sourire, rire. D'autres et quelquefois les mêmes font pleurer.Il y a très très longtemps que j'ai perdu mes parents, ils m'ont manqué terriblement. Puis le temps s'est écoulé, les distractions ne manquent pas dans un jeune couple quand on est jeunes parents...Il a bien fallu tendre le regard vers l'horizon ! Le décès de ma soeur (mon aînée de 8 ans, la seconde d'une fratrie de 9) m'a écrabouillée, m'a déstabilisée. Ma deuxième maman s'en est allée. Je ne peux l'évoquer que les yeux mouillés, c'est fou ! Comme je regrette de ne pas lui avoir dit combien elle était importante pour moi ! Mais elle le savait, je le crois bien. Tu as entouré ton papa de toute ton affection, il en a été conscient, j'en suis sûre. Tes mots m'ont bouleversée, ton père aimerait te savoir heureuse malgré tout, même sans lui. Retrouve ton sourire, continue à écrire pour nous les jolis mots qui nous enchantent. Je t'embrasse très très fort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, Marijo, comme ton texte est émouvant, et comme il fait perler à mes yeux ces larmes si souvent faciles en ce moment.
      Nous avons tous nos blessures, nos failles laissées béantes par la disparition d'un être cher.
      Nous sommes appelées (surtout nous les femmes) à nous retrouver un jour seules face à notre grand âge. La grande faucheuse ne cesse de nous arracher les gens que l'on aime.
      Et nous devons quand même sourire, et "tendre vers l'horizon" comme tu dis si joliment.
      Parce que c'est la vie et qu'il n'y a qu'à l'accepter.
      Je t'embrasse de tout mon coeur.
      merci pour tes mots
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  42. Merci pour ces deux magnifiques portraits de ton Papa, Célestine. Je suis sûre qu'il n'aimerait pas te voir pleurer, et que son seul bonheur serait de te voir sourire et rire à nouveau. Fais lui ce plaisir. D'ailleurs ce signe est bien là pour te le dire. Alors souris ma belle ! Et continue à croquer la vie à pleines dents ! Je t'embrasse très fort, ma douce.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Françoise.
      Je vais m'employer à sourire autant que je pourrai, chaque fois que l'occasion se présentera à ma nature joyeuse.
      je t'embrasse fort
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  43. L'ITT (interruption involontaire de tendresse)!!! Qui vient combattre avec moi ce fléau qui assombrit nos vies? A l'instar des militants-extrémistes anti-IVG, nous pourrions déambuler, vitupérer au nez de... de qui déjà?
    De gros baisers tout chamboulés par ces portraits qui disent le chemin d'une vie singulière et précieuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au nez de ...celle qui se moque que l'on sème des fleurs dans les trous de son nez..
      celle qui est toujours la plus forte, la grande égalisatrice...
      Un combat perdu d'avance...Autant l'accepter.
      Chaque fois que je regarde ces photos, mon coeur se soulève de gratitude pour cet homme qui restera à jamais le premier homme de ma vie...
      Tendresses, MissA
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  44. Entre la fougue et l'action puis la détente, la contemplation, il y a une vie. Je le sens satisfait de sa vie, fier de sa fille aussi. Ne semble-t-il pas comblé? Rassuré? Paisible? Heureux? Il aura eu la chance connaître la plénitude.

    C'est ce que me dit votre père sur sa photo et le fait de vous connaitre confirme ce que même un aveugle resentirait.

    Vivez Célestine, souriez s'il vouis plaît, votre père ne demande rien d'autre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand j'ai revu la photo de mon père jeune, je suis (re) tombée amoureuse de lui, comme une petite fille peut l'être. j'ai réalisé que mon père avait été un bouillant et fringant jeune homme.
      mais c'est sa photo de vieux jardinier paisible qui me bouleverse le plus.
      Oui, il était tout cela à la fois, et il s'est endormi avec ma lettre dans les mains, rassuré. Heureux.
      Je crois, oui, qu'il était fier de moi.
      Merci mon ami
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  45. C'est très optimiste et beau ce que tu dis là, vraiment.
    Les 2 photos sont belles aussi, le temps qui passe...
    Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci je sais que tu es sincère, Mindounet.
      L'optimisme est le plus beau cadeau que j'aie reçu à la naissance.
      J'ai envie de le choyer comme un bijou précieux.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  46. Comme ton Papa est beau et tes mots juste bouleversants... merci de recommencer à nous enchanter avec eux qui décrivent la beauté qui nous entoure. Ton Papa continuera d'y jeter un œil par-dessus ton épaule. Bisous tout plein

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je le sens déjà, sans tous mes gestes quotidiens.
      les paroles de mes amis me font comme un manteau, un mantra qui m'aide à passer ce cap difficile.
      Chaque mot résonne dans mon âme comme une goutte d'eau dans une grotte : avec la pureté du diamant.
      merci Brizou
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  47. Ta dernière phrase sur ton père est un raccourci saisissant et parlant de l'évolution humaine.
    Il faut une vie entière pour passer d'une fureur à la pacification.
    Le monde risque de perdre la furieuse puissance des pacifiés…
    Ton père donne à voir l'exemple des chemins possibles.
    c'est pour cela qu'il ne cessera plus de te murmurer à l'oreille…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tes paroles AlainX sont comme du pain béni, on ne voudrait en perdre aucune miette.

      Supprimer
    2. Oui Bizak me l'ôte de la bouche, tes paroles sont de l'or, cher Alain.
      Mon père n'a cessé de se pacifier tout au long de sa vie. Je l'avais sous les yeux, l'exemple, et il m'apparaît maintenant dans toute sa transparente beauté.
      Je suivrai son chemin, et cette paix, je la ressens désormais comme une évidence.
      Merci Alain.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  48. En relisant ton texte si sublime, si pénétrant, j'ai l'impression de n'avoir fait que l'effleurer à la première lecture. Je suis saisi en le relisant de la magnificence de tes mots, tu sais parler (j’allais dire à Dieu!) aux âmes, aux anges. Je ne sais comment tu déniches ces mots, toi qui parle « d'indicibles », les émotions. Ils viennent du fin fond de toi, je les ai bus, je les ai admirés, je les ai aimés. Comme si tu renaissais d'un terrible et long silence des mots, imposé par ta douleur, de la douleur de la perte d'un père, de ton cher papa, l'unique, on n'en a qu'un ! Je ne te jette pas des fleurs, c'est toi la fleur et, l'exquise! Je dis ce que je ressens en mon for intérieur, tu pourrais dire que je dithyrambe, mais moi, je me suis désaltéré de tes mots. Sinon comment tu as pu faire jaillir ces mots: "Ce soir, dans la voiture qui me ramenait chez moi, l'orage déclinant dessinait encore quelques ruisseaux hésitants sur le pare-brise, déchirant la vitre en mille fragments.." Oui les gouttelettes de pluie deviennent Ruisseau, pour une âme broyée et un cœur blessé; Oui une gouttelette peut être comme un versement infini d'eaux qui déborde une plaine inondée.
    Je te salue la taulière, ce soir tu m’as appris comment il faut dire les mots quand ils sont hésitants, refusant de sortir ; il faut faire parler la pluie ; Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je crois que je vais quand même dire que tu dithyrambes...
      Parce que là, je ne sais réellement plus que dire tellement c'est beau ce que tu écris.
      Je ferai encore parler la pluie, le vent et les mille petites choses qui font fourmiller la vie.
      Les larmes sont des gouttes d'eau qu'il faut savoir recueillir du bout de la langue pour mieux goûter le sel de la vie.
      Merci à toi, cher poète
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Quand je laisse mon coeur parler, il peut se tromper, mais il ne ment jamais.

      Supprimer
    3. J'en suis persuadée, cher ami !

      Supprimer
  49. je te dépose ce joli poème que j'ai découvert il y a peu...

    Il restera de toi
    ce que tu as donné.
    Au lieu de le garder dans des coffres rouillés.

    Il restera de toi de ton jardin secret,
    Une fleur oubliée qui ne s'est pas fanée.
    Ce que tu as donné
    En d'autres fleurira.
    Celui qui perd sa vie
    Un jour la trouvera.

    Il restera de toi ce que tu as offert
    Entre les bras ouverts un matin au soleil.
    Il restera de toi ce que tu as perdu
    Que tu as attendu plus loin que les réveils,
    Ce que tu as souffert
    En d'autres revivra.
    Celui qui perd sa vie
    Un jour la trouvera.

    Il restera de toi une larme tombée,
    Un sourire germé sur les yeux de ton coeur.
    Il restera de toi ce que tu as semé
    Que tu as partagé aux mendiants du bonheur.
    Ce que tu as semé
    En d'autres germera.
    Celui qui perd sa vie
    Un jour la trouvera.

    ta lettre est belle.
    J'aime le tendre sourire qu'affiche ton père sur la seconde photo.

    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un merveilleux cadeau, et un sublime poème, ElLinda.
      Il est plein de soleil et me réchauffe le coeur en ces jours en demi-teintes où les larmes ne sont jamais loin de la paupière.
      Je t'en remercie chaleureusement
      Et je t'embrasse en bouquet de pervenches

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  50. Après le départ de mon père je trouvais un peu de consolation, avant de fermer les volets de ma chambre, contemplant l'étoile qui y brillait. Je "savais" qu'il veillait ainsi sur moi. Mon père apprenait à l'enfant que j'étais à observer les étoiles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci LOU pour ce témoignage étoilé.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  51. Les deux portraits sont superbes. Deux photos comme un raccourci saisissant d'une vie. Qui racontent tant de choses... Très émouvant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Venant de toi, Pastelle, quel bonheur, cet avis !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  52. Célestine, je suis heureuse pour toi de constater que la perte de ton si cher père n'a pas entrainé celle de la magie de tes mots, ce qu'il n'aurait, j'en suis bien persuadée d'après ce que tu nous montres et dit de lui, jamais souhaité. Le chagrin ne connait pas la linéarité, rires et larmes vivent mêlés, la beauté reste émouvante quand on y est si sensible, au-delà de toute peine. Un cœur ouvert reste fertile, si malmené qu'il soit. Tu en es la preuve, Semeuse.
    De la fureur de vivre à l'homme tranquille, une belle trajectoire, et deux films que j'aime. Que la nuit te soit douce !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue sur mon totem, Florence. Et grand merci pour ce commentaire tardif mais magnifique.
      Un cœur ouvert reste fertile, si malmené qu'il soit
      Très belle phrase.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.