lundi 15 février 2016

Jane



Afficher l'image d'origineSous-titre : supercalifragilistique et kitsch ¸¸.•*¨*• ☆ 




« Jane ? Jane ! que faites-vous à cette fenêtre ? C’est dangereux, voyons !
-Oh, père, laissez-moi encore un peu rêver !
-Vous êtes une idiote, ma fille ! A-t-on idée de rêver en regardant les toits gris et sales de Londres ! »
Jane a posé son visage aux grands yeux bleus sur ses mains en corolle. Elle a trente-six ans désormais, mais la voix de M. Banks, son père bien-aimé,  résonne toujours à ses oreilles…Elle rêve à Bert et à Mary, elle rêve de retourner promener ses chaussures vernies et son chapeau à ruban parmi les ramoneurs enchifrenés de suie…Elle aimait tellement Mary et sa façon de faire de la vie une aventure permanente…
Hop, le saut dans les dessins éphémères des dessinateurs de trottoirs…la promenade  au pays des fées, le monde où tout est possible, les douceurs enchantées de l’enfance, le morceau de sucre qui aide la médecine à couler…
Et puis la mélodie des cheminées, quand Bert, éclairant, lumineux sourire, son visage noir de ramoneur,  les emmena, Mickaël et elle, à travers Lodge Lane et Harrington Park…
Chem cheminée
chem cheminée
chem chem cherry…♫♪
Il lui a semblé l’espace d’un instant apercevoir le parapluie magique de Mary et ses drôles de pieds indiquant tout le temps dix heures dix…
Jane a les yeux humides, devant Londres et ses milliers de cheminées comme des soldats au garde-à-vous qui veillent sur l’âme de la Cité.

Une goutte de pluie a dévalé sa joue. Le temps fraîchit. Il va pleuvoir.
Publié au Défi du samedi









36 commentaires:

  1. Réponses
    1. Oui, mais quatre-vingts quoi ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Super kitsch, kitch je veux dire (orthographe rectifiée en 1990 !)... un peu rococo, non ? mais c'était au pays de l'enfance... quand les choses étaient belles, pas encore noircies par la violence.. "une aventure permanente".... 36 ans déjà.. pauvre petite Jane... qui regrette ce temps mélodieusement magique !
    merci Célestine.
    Une douce journée.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah...Mary, c'est mon morceau de sucre qui aide la médecine amère à couler...
      Plus que rococo, mais tant pis, j'assume !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Célestine, quand je disais "rococo", je ne voulais pas lui donner une connotation péjorative... ce style a été effectivement pendant longtemps considéré ainsi... mais pour moi c'est un mouvement artistique à lui seul rempli de "contrastes"...
      levée très tôt ce matin, cette nuit devrais-je dire, je me suis promenée dans les allées de mes Âmi(e)s préféré(e)s... une belle journée Célestine avec cette passion qui te caractérise.
      Amitiés provençales.
      Den

      Supprimer
  3. Jane Austen ??
    Mais non, il ne pleut presque pas à Londres !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je savais que le prénom Jane allait te faire accourir...désolée pour le désappointement...
      J'adore ce prénom, qu'il soit orthographié comme ça, ou à la française comme not' Jeanne nationale et mayennaise...
      A Londres, c'est comme en Bretagne, il ne pleut que sur les cons...
      belle journée
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. merde alors, je suis con ! On m'aurait menti ?? :D

      Supprimer
  4. Réponses
    1. Ah oui, ton amie londonienne, que j'aimerais bien connaître...
      Tu m'emmèneras un jour ?
      (ben quoi on peut rêver)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Ne referme pas ton parapluie belles châsses... Surtout pas ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais essayer...
      Merci de me comprendre si bien. Je suis zémue...
      -Vive Zémue !
      (c'était une vanne de mon père, hihi !)
      baci caro
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Cette lointaine descendante de Peter Pan a le mérite de faire vivre un récit initiatique pour les enfants mais pas que: pour leurs parents aussi !! Zut voilà que je me prends pour Bettelheim ;)
    Un peu longue quand même la scène de danse sur les toits avec les ramoneurs ...
    L'actrice Karen Dotrice devenue adulte, a un petit air de ressemblance avec Christine Bravo. Nobody is perfect ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, c'est frappant cette ressemblance...Espérons qu'elle soit moins bêtasse...
      J'aime bien quand tu te prends pour Bettelheim. En tous cas, tu commences à me connaître, je le sens et tu sais que les contes sont ma thérapie quand je traverse des épreuves.
      Nobody is perfect, indeed. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. On revit notre enfance par des anecdotes, des images, des sons , des odeurs qui mettent notre coeur en allégresse et notre âme en enivrement et exaltation. Ah! vivre continuellement les soubresauts et les délires de notre enfance qui nous a tant fait rêver en renfort à nos désabusements et parfois les désenchantement de notre vie d'adulte. Merci pour ce billet grisant et joyeux comme le morceau de sucre qui aide la médecine à couler après les éreintants mais intéressants débats sur l'orthographe menés forts dans ses moindres arguties, si j'ose dire.
    Bisou la Céleste

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le débat était éreintant (et je me suis fait pas mal éreinter) mais je ne regrette rien, il est toujours intéressant de confronter des points de vue et de faire jaillir les idées, dans un monde qui manque cruellement de réflexion en misant tout sur l'activité, l'action et le brassage d'air permanent.
      Mais aujourd'hui j'ai eu envie de douceur et de paix...
      Et du sourire de l'enfance.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Si on m'invite à revisiter cet incontournable familial (vu plus de 26 fois déjà !), j'y retourne sans rechigner !

    https://www.youtube.com/watch?v=XHrRxQVUFN4&list=RDXHrRxQVUFN4

    Et je découvre par la même occasion ce "Saving Mr Banks" (en français Dans l'ombre de Mary) que j'ai raté et que je vais rechercher :

    https://www.youtube.com/watch?v=hNuTTSGrMtA&list=PLURQ_xwn_OwnOrWJnKVS4hOQ6greMfAno&index=34

    Tu ne vas pas encore une fois m'obliger à courir après mon enfance ? Si ? Et faire flotter le cerf-volant des souvenirs dans un ciel pour une fois bleu ? ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je comprends la filiation qui nous relie, mon oncle. Elle est faite de cette part irrésolue d'enfance qui nous cheville... Il est beau, le cerf-volant, j'aimerais qu'il flotte toujours...
      Merci pour cet extrait qui est d'une grande beauté, comme un fleuve majestueux qui passe sur ma vie.
      Bisous émus
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Ah...le parapluie magique !
    J'en aurais tant besoin, parfois...

    Merci pour cette balade au pays des souvenirs désuets mais ô combien réconfortants...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le parapluie magique, c'est la faculté de rebondir, et la recherche au fond de soi du bonheur profond et intime.
      Une métaphore, en quelque sorte...
      Merci d'avoir apprécié mon petit billet
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. "faire de la vie une aventure permanente", quel formidable programme, j'écris ces mots doux sur un post-it et sur un autre post-it j'écris : trouver un chapeau fleuri comme Mary Poppins (pour marquer le début de l'aventure !)... Lumineuse journée à toi. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup l'idée des post-it ... des petits pense-bêtes pour les jours gris...
      Très bonne idée.
      Bisous chère plume d'ange
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. On cherche toujours à revivre nos contes de fée... Lorsqu'on peut éviter de re-subir l'ogre et la sorcière :-)
    C'est drôle, mais je n'ai jamais croché avec Mary Poppins. Ca doit être à cause de la musique que je trouve insupportable.

    La vraie question est de savoir si un jour Jane perdra sa faculté de rêver...
    Ti bacio

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ni ogre ni sorcière dans Mary Poppins. Juste un brin de magie et de fantaisie, et le sourire de Julie Andrews.
      Et la musique...chargée de tous mes émois de petite fille. Ecoute cette version...et je rêve de te faire changer d'avis.
      Je n'ai jamais perdu ma faculté de rêver et ne la perdrai jamais, puisqu'elle me constitue en grande part.
      Ti bacio forte

      Supprimer
  12. J'aime autant votre nouveau billet que le précédent. Reste à espérer que Mary vous impose moins de travail que la pauvre Laure.
    Mme Chapeau

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous rassure, madame Chapeau, Mary Poppins ne déchaîne pas les passions.
      Vous touchez là à quelque chose de fondamental chez moi: ma pluralité. Ma multi-facettitude.
      Belle journée à vous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Texte beau et nostalgique, mais sans mièvrerie. C'est tout votre talent, quelque soit le sujet.
    Continuez très longtemps, ne vous arrêtez pas, de voler au-dessus des toits et des bassesses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le monde est un affreux cloaque, mais s'il est bon de le savoir, afin de mieux le comprendre, personne ne peut nous obliger à nous rouler dedans...
      Je sais que je partage cet amour de la rêverie et des belles choses avec beaucoup de mes lectrices et lecteurs. Dont vous cher ami.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Un doux plaisir que d'aucuns trouveront régressif. Et vive la régression. Ma Miss W. tu es vraiment supercali... Sérieusement ça fait du bien.Curieusement je n'ai jamais vu Mary Poppins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour une fois que je pourrais t'en remontrer question cinéma, ce n'est pas sur un chef d'oeuvre du cinéma chinois ou serbo-croate...mais juste sur cette bluette intemporelle portée par une Julie Andrews elfique et lumineuse.. Autant dire que j'ai peu de chance de te convaincre que ce soit un chef-d'oeuvre au sens où tu l'entends. A peine rêverais-je de te le faire découvrir dans la clarté obscure d'une salle de cinéma de quartier qui ferait une thématique sur les vieux labyrinthes mentaux de l'enfance. Ceux qui nous ont construits.
      Kiss supercalifragilistique. and attb
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Des rêves oui, mais pas avec Mary. Des rêves plein la tête, plein le cœur dont bon nombre ne passera pas la frontière de la réalité mais, peu importe, cela maintient jeune, maintient en vie. ET que dire du rêve qu'on l'on caresse à deux, certains de sa forte probabilité ...........

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends pourquoi je reste jeune... ;-)
      J'ai des rêves pleins la tête, tout le temps, et je ne vis que pour les réaliser...
      Ça n'arrive pas à chaque fois, mais suffisamment pour me donner de l'espoir. Et une énergie folle.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. J'aime le personnage de Mary Poppins même si je n'ai jamais vu le film entier. Et puis tu sais le cinéma serbo-croate, j'en suis surtout spécialiste pour la période muette noir et blanc, et encore, tendance Zagrzeb plutôt que Belgrade. Cela en toute modestie, tu me connais. Wharf! + smiley humour qui marche pas chez toi et je sais pas pourquoi. Bises ma Mary. Tu sais je t'offrirai des perles de parapluie venues de pays où il ne parapleut pas. ATTB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La dernière phrase, elle est de Parabrel, non ? Elle est très jolie en tous cas. Et elle m'enchante.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Mignon comme tout cet article et bien écrit! Je comprends la nostalgie de Jane! Moi aussi, j'aime Mary.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue chez moi, Lyne-Anke
      Je t'ajoute à mon totem. Merci à Daniel de t'avoir permis de venir jusqu'ici.
      Merci à toi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.