vendredi 4 avril 2014

La vertu des femmes de marins






























Daphnis



Dans la poussière crayeuse de Thèbes, sous un azur tremblant écrasé de lumière blanche, elle scrute l'horizon. Le vent de la mer fait claquer sa toge diaphane, et palpiter sa poitrine comme jamais.
Mais qu'est-ce qu'il fiche, ce pigeon? Pourquoi ne vient-il pas lui apporter des nouvelles de son tendre Pausianas ? Attendre, attendre toujours. Les affres du doute tourmentent son pauvre coeur et le mettent au supplice.


Brigitte



Dans sa robe à carreaux en tissu vichy, elle regarde le portail de son pavillon de banlieue. Les tuiles roses brillent de pluie sous le ciel mauve et le pick-up susurre un slow des Platters. Il est deux heures. Only you? Tu parles!
Mais qu'est-ce qu'il fiche, le facteur? Le facteur ne passera plus. Son bel Eddy l'a oublié. Il doit faire briller sa chevelure sombre en dansant le twist devant Patricia et Nicole sous les sunlights du Voum-Voum. Et elle pleure.



Maureen


Dans la rue piétonne où elle fait les boutiques avec Sarah, elle ne parvient pas à s'intéresser aux fringues qui la regardent à travers les vitrines, bien plus qu'elle ne les regarde. Les yeux rivés sur son smartphone, elle attend un SMS, un MMS, un snapchat, un tweet, un mail, n'importe quoi mais quelque chose, qui fasse vibrer son phone et son coeur 
Mais qu'est-ce qu'il fiche, ce Leo? Pourquoi il n'appelle pas? Elle est sûre en ce moment même qu'il la trompe avec Mélanie.  Et malgré Sarah qui lui sourit, elle tire une gueule de six pieds de long.


Rien de bien nouveau sous le soleil, finalement  ;-)
Ah... la vertu des femmes de marins, c'est beau non?







Dis, quand reviendras-tu ? by Barbara on GroovesharkMerci à Adrienne qui m'a sans le savoir inspiré ce billet...

76 commentaires:

  1. Et le marin parti pour des courses lointaines ? Il guette du haut de la dunette la main en visière, il guette la belle promise qui l'attendait d'ordinaire... Est-elle avec Loïc, Eric ou Ronan ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et le marin parti pour des courses lointaines...et qui parle en alexandrins, l'aventureux.
      Et elle, va là bas, au bout de la jetée, en regardant se quereller des mouettes idiotes...

      Supprimer
    2. Mouettes idiotes ? C'est un pléonasme ! Les mouettes sont toujours idiotes et bruyantes.. . Tiens non,, curieusement à Venise elles ne braillent pas ! Les Ritales seraient elles m(o)uettes ?

      Supprimer
    3. Oui voilà, elle rêve de Venise, là bas, toute seule sur sa jetée avec ses mouettes idiotes...
      Et à celui qui un jour, dans une autre vie, l'emmènera au Daniéli...

      Supprimer
    4. Parce que maintenant le Négresco de tes virées niçoises ne te suffit plus...:-D
      Pourtant, fréquenté par Lino Ventura, Michel Constantin de Jean Lefebvre, c'est quelque choooose....
      Baci

      Supprimer
    5. C'était pour changer un peu...
      Mais le Negreco c'est très bien. Je m'en contenterai... ^_^

      Supprimer
  2. Les femmes attendent les signes elles en ont besoin , elles rêvent , gambergent , ruminent
    Les hommes ne donnent pas toujours les signes , ils ont une vie trop remplie peut être

    je n'ai pas la vertu des femmes de marin , je n'attends pas ...
    Nous avions chanté cette merveilleuse chanson , elle faisait partie de mes chansons intenses , va savoir pourquoi ?
    C'est chouette ces portraits éloignés par le temps

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Éloignés par le temps, certes, et pourtant si proches dans la constante de l'humanité.
      les mêmes gestes, les mêmes émotions depuis l'aube des temps.
      Une chanson intense, je veux! majeure je dirais.
      Le temps perdu ne se rattrape plus...

      Supprimer
  3. Vertu ou naïveté ? ^^

    Coucou douce fée, je me suis absentée quelque temps et j'en suis désolée. je reviens à pas de loups même si les semaines à venir seront tout aussi chaotiques que celles qui viennent de s'écouler. J'ai beaucoup pensé à toi, cependant, sans pour autant t'embêter par sms :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bouleversant ce que tu me dis. Je suis d'accord avec toi: on a toujours peur d'embêter les autres quand on ne va pas bien, et pourtant, un mot, un seul mot peut souvent aider à remonter la pente...
      je t'embrasse fort.

      Supprimer
  4. et Josiane elle va Leclerc acheter des sardines en boite Saupiquet, s'il savait ça Roger lui qui se casse le cul à pécher du bon poisson !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Didon, Petit Singe vert, tu te prendrais pas un peu pour Jean-Marc?
      En tous cas, tu m'as tellement fait rire!

      Supprimer
    2. jean Marc mon idole c'est un honneur de me comparer à lui !

      Supprimer
    3. Je savais que ça te ferait plaisir!

      Supprimer
  5. Et une femme dans chaque port, c'est pas angoissant peut-être ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je compatis, tu parles d'expérience sans doute...Tombeur, va!

      Supprimer
    2. Pure solidarité masculomachiste, personnellement, à part les ferries, je ne prends guère le bateau. (Même si certaines pensent que je les y mène...) (mais non pas hymen, y a des limites enfin !)

      Supprimer
    3. Tu es comme Escartefigues, qui traverse le Vieux port dans le sens de la largeur, ave son Ferribohate......
      Moi, penser que tu nous mènes en bateau? Tu n'y penses pas!

      Supprimer
  6. Parce qu'elles n'ont rien d'autre à faire que se vautrer à la fenêtre....
    Et pendant ce temps, qui fait la bouffe, le ménage, la lessive.... qui s'occupe des marmots?

    La Brigitte ferait bien d'aller se trémousser avec Henri, Paul, Jacques ou Lulu sous les yeux d'Eddy, parce que ce type là, c'est l'Arnaque....

    Et là, tu vois, ce n'est pas étonnant que Léo s'intéresse à Mélanie si Maureen tire la gueule...

    Baci Cara

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, je ne m'attendais pas à une explication de texte aussi musclée!
      On sent la douce influence des grands maîtres dans ta façon de remettre les choses en perspective! Un zeste de mauvaise foi qui devrait plaire à ton ami et célèbre bretteur Candide...
      DSi je t'en crois, les femmes les plus heureuses sont les femmes de ménage polygames qui sourient tout le temps....
      molto baci

      Supprimer
    2. A quoi ça sert que Blutchiamo se décarcasse avec la Brigitte si tu ne vois pas l'allusion.
      D'accord, la musique est pluss culte que la chanson, mais ce fut une époque...

      http://www.youtube.com/watch?v=CR0aD2-gD2A&feature=kp

      Et pour la musique:

      http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18668678&cfilm=33353.html

      Je ne vais pas si loin que tes extrapolations. Disons simplement qu'il faut sourire pour avoir des chances d'être heureux et que faire la gueule est un remède contre l'amour.

      Ti bacio Céleste

      Supprimer
    3. Ben non, je suis nulle je n'ai pas vu l'allusion parce que je ne connaissais pas cette version par Marie laforêt.
      Dis moi que je dois être trop jeune... ;-)
      Tu sais, c'est pas àmoi qu'il faut apprendre à sourire...
      Mais là, je réapprends doucement.

      Supprimer
    4. Tu as toutes les circonstances exténuantes possibles, puisque la chanson de Marie Laforêt est arrivée en 1973, pile-poil au moment où ton paternel te faisait découvrir Brassens.
      Même les fées ne peuvent pas être partout en même temps...
      Baci Ragazza

      Supprimer
    5. Finalementt, et sauf ton respect, je préfère avoir découvert Brassens à ce moment là... ^^

      Supprimer
    6. Bon, faut pas le dire trop fort devant mio cugino qui partage le même millésime que Marie Laforêt , mais sa plastique d'alors ne pouvait concurrencer la verve et l'esprit de Georges...

      Supprimer
    7. Oui, d'autant que la belle Marie est son idole...^^

      Supprimer
  7. Ah Célestine, que tu as bien fait d'évoquer cette chanson !
    Elle m'habite depuis que j'ai entendu ma mère l'apprendre, passant en boucle le 45 tours pendant des jours, afin de la chanter à une fête. C'était dans les années 70 et à cette époque mon père voyageait souvent, loin et longtemps.

    C'est probablement la première fois que j'entendais Barbara et j'ai immédiatement perçu son immense talent. Cette chanson sonnait tellement juste ! Je n'avais pas encore connu le sentiment amoureux mais j'ai été conquis par ces paroles, jamais oubliées depuis. D'ailleurs je les fredonne souvent…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que c'est une chanson d'une simplicité et d'une évidence merveilleuse...
      je comprends qu'elle touche le coeur des personnes sensibles.
      En tous cas, pour moi, un hymne à la Vie qui doit se défaire de ses chaînes.

      Supprimer
  8. Barbara a eu "la vertu des femmes de marins", elle a été amoureuse à la folie d'une espèce de diplomate toujours entre deux avions et qui, pour tout gâcher, était basé en Afrique et Barbara déteste le soleil ! Ça aurait peut-être pu marcher mais ce branque jaloux de son succès, pour aggraver son cas, exigeait qu'elle abandonne sa carrière de chanteuse ! Là mon p'tit père, tu envoies le bouchon de champagne un peu loin, je trouve, qu'elle lui a dit... T'es jamais là quand on a besoin de toi et en plus tu veux m'empêcher de vivre le seul truc qui me retient de m'envoyer une balle dans l'caisson ? Tu la connais pas, la Monique ! Elle est pas du genre à rester trente ans le cul sur une bitte d'amarrage !

    Voilà la vraie histoire de "Dis quand reviendras-tu ?", si tu ne la connaissais pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Racontée comme ça, dans ton style inimitable et truculent, elle est magnifique. J'adore. Non je ne la connaissais pas, je l'avoue.
      Comme je ne savais pas qu'elle s'appelait Monique.
      C'est sûr que "rappelle toi Barbara " ça sonne quand même mieux que "Souviens toi Monique, c'était la panique..."

      Supprimer
  9. - Quand reviendras-tu ?
    - Écoute, cocotte, pour l'instant on a débarqué à Amsterdam, et comme je pleure sur les femmes infidèles, autant que j'aille boire et reboire à la santé des Putains d'Amsterdam, d'Hambourg ou d'ailleurs...
    crois-moi, cocotte, faut jamais attendre les hommes… Euh, n'attendent jamais les femmes, ils ont toujours de quoi s'occuper les mains ou autres chose…

    ------------

    Dans un autre genre :
    comme il était doux le temps où
    on s'écrivait poste restante
    Au rendez-vous des apprentis
    Au rendez-vous des sans-logis
    Que sont les amours débutantes
    sur papier bleu d'azur, parfumé, et on passait la langue à droite et à gauche, sur la gomme qui avait goût de menthe…

    Maintenant c'est :
    Téou - kestufé - raplik géenvi ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brel et Béart, mazette, tu as invité du beau monde...
      Mais la dernière partie ressemble à une réplique de Jean -Luc Bideau dans un film cul(te)...

      Supprimer
  10. Et puis, si vraiment il met trop de temps à revenir et bien... pfut!! tant pis pour lui si Pénélope range son ouvrage et s'en va faire du shoping!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui tiens excellent pour se changer les idées, et puis la tapisserie, ras la patate!

      Supprimer
  11. La chanson est super bien choisie...

    Aaaah l'attente. Autrefois on y encourageait les femmes. Maintenant on leur dit "qu'il n'a qu'à pas" être ailleurs, parce que son horloge biologique s'écoule dans le sablier flouf flouf flouf et que les meilleures années de sa vie s'envolent comme des bulles de savon...

    On attend moins maintenant mais il n'est pas bon de nous faire attendre avec toute la concurrence qui grouille maintenant pour les femmes aussi. Avant, à moins d'être "de petite vertu" et de "jeter son bonnet par dessus les moulins", les femmes avaient un boulet invisible au pied, attaché à la table de la cuisine familiale :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme aurait dit le capitaine Haddock, en essayant de s'enlever des doigts un morceau de sparadrap récalcitrant, l'amour, c'est a la fois très simple et très compliqué...
      Peut être parce qu'il n'y en a pas deux qui se ressemblent, malgré les apparences...

      Supprimer
  12. Et pourquoi ce ne serait pas les hommes qui attendraient les femmes.... bien sagement, en attendant qu'elles se libèrent de leur carcan et qu'elles voguent sur un bateau à la recherche d'autres rives... ce n'est qu'un rêve ? pas sur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, pas sûr.Mais il reste beaucoup à faire quand même...

      Supprimer
  13. Complètement Candidevendredi, 04 avril, 2014

    a) Aaaaah, l'attente !
    Depuis peu, je sais ce que c'est !
    Sous de fallacieux prétextes et avec une mauvaise foi inouïe, une personne de mon entourage joue de l'attente et ronge mes nerfs, aïe !...

    Tu te rends pas compte, toi !

    ;o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh la la mon pauvre, oui ça doit être affreux.
      Pourtant il paraît que l'attente d'un plaisir est déjà du plaisir...
      Enfin je dis ça, c'est un collègue à moi qui disait tout le temps ça...

      :-)))

      Supprimer
    2. Aaaah, alors c'est prometteur !

      :o)

      Supprimer
    3. Mais se lever le matin, n'est-ce pas déjà prometteur? :-)))

      Supprimer
    4. Candide, sur le grillsamedi, 05 avril, 2014

      Promesse de promesse ?
      Tu m'attises, là !...

      ;oD

      Supprimer
    5. Je voulais simplement dire que l'on devrait être content, chaque matin, de se réveiller, vivant, pas handicapé, en bonne santé et avec un toit au dessus de sa tête...
      De la méthode Coue de bas étage, mais c'est tout ce que j'ai trouve pour remonter la pente tout doucement et sourire. Parce que si j'en crois Blutchiamo, faire la gueule, c'est pas bien...
      J'attise ou j'attige ?

      :-)))))

      Supprimer
    6. Ch'uis pas sûr de comprendre, mais si je comprends, t'as de a la chance d'être si loin de mon île , pasqu'y a longtemps que je t'aurais fait mourir de chatouilles !

      Non mais !

      Supprimer
    7. C'est une tradition de ton île? :-)

      Supprimer
  14. Hommage d'humeur (bonne, l'humeur) et d'humour.
    Quatrième épisode, Celestine
    A la récré dans sa classe de primaire d'une cité du Sud, elle se jette sur son portable tout en surveillant Louan et Ethan qui en viennent aux mains une fois de plus. Dans le brouhaha de 10h30 elle n'est pas sûre et elle n'a plus le temps mais il lui semble bien que son fatal Picard à laissé un mot. Il faut déjà y retourner mais elle craint fort que le bluesman sur le retour soit déjà parti gloser chez la Lyonnaise ou rimailler chez la Vendéenne. Ah, l'inconstance de l'homme mûr, faudra qu'elle fasse là-dessus un billet vengeur. Pourtant, s'il avait déjà répondu...
    ... par un hommage d'humeur (bonne,l'humeur) et d'humour.------Là smiley rigolard qui m'échappe mais le coeur y est

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fatal picard! Alors là t'es trop fort...Mais vengeance, jalousie envers mes copines, je laisse ça à mes élèves de CM2. Comme dit Edouard Baer dans sa fameuse tirade, je nesuis qu'amour! Bon je ne te dirai pas que je n'ai pas été un peu étonnée de ta lenteur de réaction.Mais franchement, là, ça valait le coup d'attendre!Le portrait est aux petits oignons, un peu auto-dérisoire de ta part, mais c'est pour que je te le dise, avoue!
      Tien je t'offre un smiley rigolard.
      :-D

      Supprimer
  15. Bon, en même temps, les femmes sont pas toujours des p'tites saintes non plus :

    "J'ai embarqué voici six mois
    Rive de la rive ma donzelle
    J'ai embarqué voici six mois
    Sur le bout du quai tu pleurais je crois

    Refrain:
    J'arrive de la rive déjà
    Rive de la rive ma donzelle
    J'arrive de la rive déjà
    Rive de la rive embrasse-moi

    Mal portant le premier mois
    Rive de la rive ma donzelle
    Mal portant le premier mois
    Dans les haubans j'entendais ta voix

    Refrain

    Le deuxième mois un coup d'tabac
    Rive de la rive ma donzelle
    Le deuxième mois un coup d'tabac
    J'ai cru ne plus revenir vers toi

    Refrain

    Le troisième mois à Malaga
    Rive de la rive ma donzelle
    Le troisième mois à Malaga
    Les filles du tripot dansaient sans moi

    Refrain

    Le dernier mois bordé à plat
    Rive de la rive ma donzelle
    Le dernier mois bordé à plat
    Face à la vague je chantais pour toi

    A peine amarré sur le quai trois
    Rive de la rive ma donzelle
    A peine amarré sur le quai trois
    Je t'ai vu danser dans d'autres bras

    Je pars à la dérive déjà
    Rive de la rive ma donzelle
    Je pars à la dérive déjà
    Je largue les amarres de toi


    Voilà une chanson que je chante merveilleusement bien depuis qu'une qui compte pas pour des prunes me met sur les charbonz'ardents !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Mais monsieur Brun tout le monde sait bien que c'est dans la marine qu'il y a le plus de cocus...quarante!"

      Supprimer
    2. Bindidon, t'es pas diserte, là-dessus !

      8o0 ?

      Supprimer
    3. Oui, la j'avoue que sur ce coup là, c'est le disert de Gobi...

      Supprimer
    4. :oDDD

      Tu progresse !
      Rien de tel qu'un p'tit vikind pour te requinquer une fée fatiguée !

      Supprimer
    5. Hé hé! Oui tu as raison, ça fait du bien de lâcher prise!

      Supprimer
  16. Petit essai avec ma tablette Samsung.
    Android plus fort que Microsoft pour vaincre Blogspot?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah quel plaisir! Et pour faire bonne mesure tu m'offres trois coms d'un coup!
      Trop fort, androïd!

      Supprimer
  17. Et en changeant les filtres Adobe et Mozilla?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon la c'est du chinois pour moi...j'ai besoin de cours particuliers!

      Supprimer
  18. Je n'ai pas la vertu des femmes de marins, dis quand reviendras-tu? :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'arrive!!!!
      Mais le samedi matin, je suis de l'autre côté...
      (voir ici)

      Supprimer
  19. Puisque personne ne veut y aller, je serai celui qui cite Michel Sardou :

    Les cheveux noués dans un foulard
    Elle attendait au pied du phare ...

    https://www.youtube.com/watch?v=Ky6ONYkJHfc&feature=kp

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un bruit de moteur ou de voile
      Du matin jusqu'aux étoiles

      Sublime chanson... Merci.

      Supprimer
  20. Et dis-moi pourquoi Marie douceur, Marie Colère, je pense à Ivan, Boris et moi ? Viens, viens, mon amour, mon amie chantons les vendanges de l'amour à cause de tes yeux bleus je pense à ses yeux verts et rappelle-toi "Le dimanche pour aller danser
    On mettait tous nos souliers
    Dans le même panier
    Et pour pas les abîmer
    On allait au bal à pieds"
    C'est y pas beau tout ça... Des bises ma cousine, ah flûte tu n'aimes pas !
    Et bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mon cousin mutin et badin, mais si j'aime bien, que vas tu chercher ?
      C'était juste l'association avec Bécassine que je n'aimais pas...
      Cela dit, quel beau compliment que de me comparer à la fille aux yeux d'or! Même si tu n'es pas le premier, ça me fait toujours plaisir. Marie Laforet vs Chantal Goya, il n'y a pas photo!

      Supprimer
  21. Attendre mais pas trop...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, le ciel peut attendre, mais pas la vie...^^

      Supprimer
  22. Billet original et étrange...j'aime bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si j'étais superstitieuse, je te bénirais d'être venu poser le commentaire 67...
      Mais le nombre de la bête c'est que des c....bêtises!
      Bonne journée Mindounet, je note que tu aimes l'original et l'étrange...

      Supprimer
  23. Tout est déjà dit et si bien dit...
    Je reprendrai juste une citation d'un de mes auteurs préférés: "Je voulais simplement dire que l'on devrait être content, chaque matin, de se réveiller, vivant, pas handicapé, en bonne santé et avec un toit au dessus de sa tête..."
    J'aime beaucoup cette maxime...
    Sourire d'Ep'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon c'est pas d'une qualité littéraire fabuleuse,mais ça aide!
      Merci beaucoup Ep, je suis zémue une fois de plus. Je ne sais plus où me mettre!
      Bisous et bon courage pour demain

      Supprimer
  24. Et ça, juste pour donner le 70ème grain de sel à ta journée...
    Bises d'Ep'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te nomme ma fournisseuse officielle de piquouses...et c'est de la bonne!
      ♥♥♥

      Supprimer
  25. Je vois que dans l'art de faire chier le monde, il y a des spécialistes de première bourre.
    J'ai fais missionner Tant Bourrin pour tenter de régler ce même problème sur Blogbo.
    Ca devrait pouvoir se faire en mettant l'adresse IP en liste noire. A suivre.
    Baci non spamés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J’ai essayé mais ça ne marche pas.
      Je vais modérer les commentaires pendant un moment, il va se calmer ce paltoquet.
      Baci caro mio

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.