samedi 23 mars 2013

Je suis une dame de coeur

Aujourd'hui, je me laisse envahir par une langueur que d'aucun aurait dit monotone. Je me trouve d'une pâleur on dirait Morticia Adams. Ou Amélie Nothomb ( quand elle revient de vacances). C'est fou ce que ces quelques grammes de chair vive et gorgée de sang , enfermés comme un oiseau dans  la cage de mon thorax, m'en font voir depuis ce matin! Tiens, oui, c'est vrai! Comment est-il possible que le mystère de la vie réside dans cette chose peu ragoûtante qui ressemble à s'y méprendre à un bon morceau de viande de chez le boucher? Un bon petit rôti de veau, y en a un peu plus, ma petite dame, je vous le laisse? Quand on me dira "jolie comme un coeur" je vais avoir des doutes... 

Quel sortilège fait battre ce bout de barbaque au rythme des mots lus, entendus, pensés, évoqués, fantasmés, écrits, dits ou non-dits...Le cerveau et le coeur sont vraiment reliés par le pont invisible du langage...y a pas à tortiller là-dessus.Sans langage, pas de pensée, sans pensée, pas d'émotion...Et chez moi, la pensée, ça galope,ça tricote, jamais en repos! Et tout aussi bizarre, le coeur lui-même est relié aux canaux lacrymaux avec une précision à faire pâlir d'envie les architectes du Viaduc de Millau...Et donc, je lâche la bonde.
Je subis un contrecoup  certainement. D'où une fatigue intrinsèque. Ajoutez-y un ciel pesant comme un étouffoir, et une pluie douce et silencieuse qui nappe le jardin de gris et de mauve. Le printemps travaille en sous-main, là. Il avance en masqué.

Hier, en classe, nous avons étudié le mot "coeur" sous toutes ses facettes. Ou ses oreillettes, comme vous voulez.Un monde!  Et l'après midi, tous mes moussaillons ont fait le cross annuel  de l'école. Pompiers et défibrillateur sur le pied de guerre. Au cas où.  On ne sait jamais. Donc, pas vraiment zen, le capitaine.  Il n'y a pas de hasard: aujourd'hui je tachycarde.  Bim! bam!boum! ça fait un vacarme là-dedans.. Ça accélère et ralentit sans cesse à la cadence de mes états d'âme.

Cet après-midi, le reportage sur l'utopie espagnole m'a submergée d'espoir. Oui, un autre monde est possible, malgré ce que nous pilonnent en tête tous ceux qui empêchent l'homme de réfléchir à son sort, en nous privant de toute énergie et en nous ramollissant la cervelle avec les certitudes qui les arrangent. Rien n'est écrit. Tout est à réinventer! Ce que ça fait du bien de palpiter à cette idée simple.

Ce matin (oui je sais, je ne respecte pas la chronologie, je vous livre les infos un peu comme elles m'arrivent) le zado se lève à une heure bien trop matinale: avec une tronche d'enterrement. Aïe mon coeur, qu'est-ce qu'il lui arrive? Gros pincement, en une fraction de seconde j'imagine le pire.Je comprends à ses borborygmes qu' hier soir, retour d'une soirée entre potes, il a perdu son portefeuille. Ah! c'est que ça! ouf l'autre là, dans la poitrine, a fait l'ascenseur, descendu quatre étages: j'encaisse trois G ! il va falloir faire opposition à la carte bancaire, refaire la carte d'identité, emmerdant mais pas grave...Et puis petit miracle, coup de téléphone, une dame (honnête) a trouvé l'objet du délit, et il y a tout à l'intérieur. Mon coeur chante d'allégresse (c’est bon pour les artères, ça, l'allégresse?) Et je ne vous raconte pas mes émois secrets, hein, juste ceux que je peux étaler en confiture sur cette page...
Je prends des omega 3, je fais du sport, je ne bois pas, je ne fume pas (bon par contre, je cause, je l'admets) je remplace parfois le café par du chocolat,  rien à faire: je vibre à une fréquence qui doit quand même user un peu la pile. Quelque part.  Mais je m'en fous. Si je ne le sens plus faire des bonds, ce polisson, je m'emmerde.

55 commentaires:

  1. Réponses
    1. Voila un commentaire qui vient du même endroit!

      Supprimer


  2. Oui ! Fort joli texte ! Quand le cœur pique et reste sur le carreau, trèfle de plaisanterie, on applaudit des deux ventricules !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Etes-vous l'as de trèfle qui pique mon coeur? Mais je ne m'appelle pas Carreauline...

      Supprimer
  3. Tu sais quoi : après le fameux " cross " incontournable ( moi, niveau 4ème !: ah non m'dame, nul , grave la mort ! ), j'ai aussi vécu la " zado " avec perte de portefeuille ! ! !
    Eh bien j'ai trouvé : je pratique le Taï-chi ! ! ! Le lâcher prise, c'est sympa et ça permet de prendre le temps et le recul pour en rire ... et l'écrire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, au bout du troisième ado, les pannes de portefeuilles, on relativise...Mais aujourd'hui, ce n'est pas trop mon jour,et le taï-chi dans la colle...

      Supprimer
    2. ... ce qui permet une meilleure prise !
      Bonne journée quand même.

      Supprimer
    3. Hé hé ! Tu as raison! J'aime les gens qui ne renoncent pas facilement a leurs convictions!

      Supprimer
  4. Célestine se décline en pièces détachées depuis quelques jours.
    Après l'ange gardien en RTT, c'est le palpitant qui bat la chamade (mais elle ne nous dit pas ce qu'en pense la chamade...)
    Si j'osais, je te dirais bien que s'il devait-y avoir un scoop, ce serait que tu nous annonces que ta pompe à raisiné sert de métronome à l'orchestre philharmonique de Radio-France.....

    Ca faisait longtemps que tu ne nous avais pas mis une audiardiserie dans un texte :-)
    Baci Ragazza

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La chamade...elle aime bien ça, je crois!
      Et ce n'est pas demain, en effet, que je battrai la mesure parfaite pour le piano. Je fais plutôt du fractionné, les spécialistes apprécieront...
      Alors, elle est où, mon audiardiserie? Je sèche...

      Supprimer
    2. Maso la chamade?
      Les rythmes cassés, syncopés sont une spécialité des balades irlandaises...

      Audiard: j'hésite, je ne voudrais pas être humiliant tout de même. Mais bon, ce n'est pas le plus connu non plus. Il était le réalisateur de:
      Elle bois pas, elle fume pas, elle drague pas, mais elle cause.
      Baci cara mia

      Supprimer
    3. Mes lointaines origines celtiques rythment mon palpitant, alors...

      Supprimer
    4. J'espère pour toi que ta pompe ne calque pas son rythme sur les claquettes de River Dance car il n'aurait pas fini de te bousculer la cage thoracique.
      Comme dit Soène, il n'est pas si fragile que ça. Tant que les connexions sont bonnes, il assume...
      Baci

      Supprimer
    5. Ben si, justement, c'est un peu River Dance en ce moment, dans mon p'tit coeur...

      Supprimer
  5. C'est vrai qu'on aime tous que notre cœur fasse boum !... Quand il ne fera plus aucun bruit, il ne sera plus temps d'avoir des regrets !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Boum! ça me rappelle les Dupondt:

      ♫♪Boum, quand vot'moteur fait Boum♪
      la dépanneuse Simoun♫♪
      Viendra vers vous en vitesse...♪♫

      Supprimer
  6. chataigneraie5823 mars, 2013 21:29

    ah! le coeur dans tous ses etats!? le mien aussi! il a decide de se mettre en mode barometre meteo..soleil present, coeur chantant ! soleil cache, coeur epleure! et ce temps tristounet d'aujourd'hui ne fait que raviver ma douleur qu'il y a un an jour pour jour le frere, epoux , pere et pépé qu'il a ete s'installait dans sa derniere demeure...y a toujours des fleurs , vraies ou fausses, toujours quelques larmes du a ce coeur d'artichaud trop tendre...m...il avait beau avoir 85 printemps c'est mon papa!alors le coup de traflagarre de cet organe je connais mais y aussi le coup de coeur, celui de ma vie, mon amour ya presque 21 ans ...la vie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette jolie tranche de vie, ma Chataigne...Tu sais que je suis avec toi. De tout COEUR!♥♥♥

      Supprimer
  7. Si ce n'est qu'un problème de climat, fais un saut jusqu'ici : il gèle et il neige !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Euh...j'crois pas, non, que mes tressautements cardiaques soient dus uniquement à la météo...Enfin, je compatis quand même avec tous les gens du Nord. Il paraît que Londres est sous la neige, oh my God! Les londoniens n'ont jamais vu ça.
      Et Bruxelles alors? Pas mieux?

      Supprimer
  8. Souvenir de dissection de cœur avec la classe il y a deux ans. Meme si plus vraiment autorisé, un moment dont ils se rappelleront et moi itou !
    Tu as relu ton mot d'accueil des commentaires "le cœur y est" ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai! je n'y fais plus attention, mais c'est vrai, je suis une dame de coeur, à tous les sens du terme.
      Ah bon? on n'a plus le droit de disséquer un bon vieux coeur de boeuf? Tout fout le camp, ma brave dame? Bon ben je disséquerai une tomate (coeur de boeuf) ça fera l'affaire, avec un peu d'imagination...

      Supprimer
  9. Admiratif je suis de la vitalité de ton écriture. C'est très vivant tout ça. Ça palpite. Ça vient du coeur (de la dame) et ça va donc droit au coeur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Pierre. J'ai déjà entendu des gens (médisants) dire que j'étais "trop" vivante, trop exaltée...Alors quand je te lis, je suis tout simplement heureuse.

      Supprimer
  10. Un cœur qui sait donner merci !! et bon dimanche bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La pluie n'a pas cessé, mais on se dit que c'est très bon pour la nature et on reste au lit...a bloguer!
      Bonne journée dominicale, cher Walter.

      Supprimer
  11. Ce billet ressemble un peu à un des billets de Jeanne !
    Tu sais, Célestine, que le coeur est un muscle, il faut donc l'entretenir, le faire "marcher" pour le renforcer, des hauts et des bas, c'est bon pour qu'il trouve le rythme !
    Des coups de coeur et des coups au coeur, quand on naît passionnée, on en a forcément. Alors on n'est plus sereine... mais il suffit de se poser, de mettre en route sa force d'inertie (pose "contemplation" !) et les piles se rechargent automatiquement !
    C'est le manque d'exercice qui le rend malade, ce coeur qui en réalité n'est pas si fragile que ça, physiquement parlant !

    Pour le portefeuille de ton fils, c'est rassurant, y'a encore des gens honnêtes sur notre terre.
    Alors, tout va bien, la pression professionnelle va retomber, le printemps va bien finir par arriver, ton fils fera plus attention désormais... Tout va bien !
    Tu vois, j'apprends à devenir une incorrigible optimiste !!!

    Bon dimanche et gros bisous d'O.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel commentaire rafraîchissant de bon matin, chère Soene! Je constate effectivement que tu fais des progrès quotidiens en incorrigible optimisme. J'espère que toi aussi tu t'appliques ces bons principes pour conserver ce cœur jeune et plein d'allant qui déborde de tes écrits. J'ai hâte de te rencontrer. Bon dimanche.
      Bises de celestine.

      Supprimer
  12. Réjouissant ce billet ];-D
    Un de ces quatre il gazouillera ton cœur de midinette.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère bien! Le printemps arrive, il paraît...

      Supprimer
  13. Hé hé , tu pioches , tu captes , tu gardes , tu jettes !
    J'aime ce billet qui passe d'un moment de vie à un autre , avec toujours en fil rouge, ce truc qui nous quitte jamais , ce morceau de nous qui palpite , nous gave parfois ( ah ouais , si de temps en autre , on pouvait mettre notre coeur en Off , ce serait reposant )
    mais pas longtemps quand même !
    nos ados , ils ont des anges gardiens au dessus de leur tête , ma belge a fait le même coup il y a quelques semaines , ah la la ...
    Une chose est certaine , la vie n'est prête de nous " écœurer "
    bises ma Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ma Jeanne, on se ressemble beaucoup.Non, écoeurée, sûrement pas, j'aime trop sentir mon coeur battre.
      Alors comme ça ta fille s'est fait piquer son portefeuille aussi, et elle l'a retrouvé. Incroyable cette coincidence!

      Bon courage pour la nouvelle semaine
      Bises Jeanne

      Supprimer
  14. et moi je peux être ton trèfle à quatre feuilles ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh t'es trop mignon Petit Singe vert!
      Tu es bien plus que ça, tu es mon soleil quotidien, mon éclat de rire, mon petit grain de folie, ma poésie, ma bulle de pureté dans ce monde de brute.
      Et( chut! faut pas le dire) je t'aime!La vie serait bien triste sans toi.

      Supprimer
  15. Je ne tournerais pas autour du pot, Célestine, je dirais simplement: Quelle femme merveilleuse vous faites!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, voila qui est direct et bien amené.
      Et cela fait toujours plaisir, quoi qu'on dise.Je prends toujours un compliment comme si c'était le premier que j'entendais. Je ne parviendrai jamais à être blasée de la bienveillance et de la merveilleuse complicité qui s'établit entre les lecteurs d'un blog. Depuis plus de quatre ans que je hante la blogosphère,cela ne s'est jamais démenti.
      Merci, du fond de mon coeur un peu tachycardesque en ce moment.:-)

      Supprimer
  16. Tant qu'il bat, et j'ai bien l'impression qu'il bat fort et qu'il est grand comme ça; alors tout va bien... ménage-le juste ce qu'il faut pour ne pas le briser mais laisse-le battre la chamade. Belle semaine à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que je l'ai un peu bouscule mon petit palpitant ces temps ci.
      Gros comme ça, c'est vrai aussi, parfois des amis qui me veulent du bien me disent" ton bon cœur te perdra" mais je ne les crois pas, :-)
      Belle semaine a toi aussi.

      Supprimer
  17. Ben moi je suis une dame d'estomac, car si j'ai eu des palpitations jadis et mal au coeur de façon physique, toutes mes émotions, toutes, passent par le système digestif, la bouche et la gorge sèche, la salive que je sens descendre le long de l’œsophage parfois, l'estomac qui se gonfle ou se rétracte, les tripes qui se trotillent, angoissés mon estomac se serre, heureuse j'ai des papillons qui y volent et je n'ai jamais compris pour quoi mes émotions étaient câblées autrement que chez les autres, mais elle ne pompent pas, elle ne font pas circuler le sang et l'oxygène, elles mangent, elles digèrent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en connais qui mettent leurs émotions beaucoup plus bas encore... ;-) chacun est différent...
      J'aime bien la façon dont tu les décris .
      Merci de ton témoignage qui sort des tripes.

      Supprimer
  18. Henri Desterbecq25 mars, 2013 19:56

    D'accord, tu causes, tu causes... mais tu causes bien. Et pour quelqu'un de fatigué, tu causes beaucoup. L'omega 3 j'en mets sur mon pain. Et, comme toi, je préfère le chocolat au café. Ne laisse quand même pas ton coeur sauter trop haut. Amitiés. HenriD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh Henri, comme c'est gentil de me donner vos conseils...et toujours flatteur avec ça!
      Euh...comment fait-on pour empêcher son coeur de sauter trop haut?
      J'ai beau lui parler, il n'en fait qu'à sa tête, ce qui est quand même un comble pour un coeur.

      Supprimer

    2. Peut-être cela à-t-il un lointain rapport avec ces cœurs qui ont déraison que l'araison

      Supprimer
  19. Et bien nos deux coeurs pourrraient faire un duo car aujourd'hui une bonne petite dispute avec monsieur Chéri-Malou a entraîné mon coeur dans une palpitation des plus incertaines. L'Homme revenu tout penaud a tenté d'apaiser l'importun mais je sais maintenant qu'il avait filé en bonne compagnie avec ton petit muscle palpitant....à l'occasion; n'oublie pas de le renvoyer dans ses foyers. Cardiaquement tienne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les conflits sont toujours source de mauvaises palpitations.(J'en sais quelque chose, si tu as lu les épisodes précédents, tu dois le savoir aussi)
      Et pour des coeurs passionnés, ces mauvaises palpitations s'ajoutent aux bonnes , celles de l'âme, et évidemment, cela fait beaucoup d'un coup!
      J'espère que ça s'est arrangé entre vous!

      Supprimer
  20. Que d'émotions Célestine !
    Pour le larfeuille, le grand en a trouvé un, on a un peu galéré pour trouvé à qui le rendre, il n'y avait dedans qu'un passe navigo, un carte de cantoche, une carte vitale, une carte de bibliothèque et de la menue monnaie. Rien de vital. Pourtant bien pénible quand on les perd. Mais on a trouvé, pris rendez-vous dans une gare et rendu l'objet.
    Soigne bien ton petit cœur, il parait que c'est le printemps. :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, des émotions en veux tu en voilà!
      Il y a donc deux personnes honnêtes sur cette terre! Merci de ta compatissante réponse. Je vais me soigner.
      Je t'envoie mon printemps du Sud, peut-être un peu moins timide que le tien.
      Merci ma Berthoise.

      Supprimer
  21. Je suis sûre que j'aurais senti mon coeur faire plein de bonds avant de te rencontrer toi et les autres blogueurs lyonnais.... si j'avais pu venir:-)!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh quel dommage! tu n'as même pas une petite heure dans ton emploi du temps? Genre venir boire un café sur une terrasse? (je t'envoie mon tel en off, on ne sait jamais)
      Bises mammilou!

      Supprimer
  22. Vous permettez ma dame de coeur, que le roi du coeur vous en l'as de coeur?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très joli et très poétique jeu de mots...;-)

      Supprimer
  23. et oui!! j'aime ta dernière phrase qui dit bien qu'on a besoin de vivre des émotions, des vibrations, des mouvements, des "strokes" comme dit Eric Berne, bref de sentir la vie!!

    RépondreSupprimer
  24. J'adore ton article...il vaut mieux avoir un article un peu décousu qu'un coeur cousu...vaut mieux être perché parfois qu' avoir trop les pieds sur terre...
    Bises et bon week-end.

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.