dimanche 13 janvier 2013

Nature

Je suis toujours étonnée lorsque l'on se réfère à la "Nature" dans les débats sur des problèmes de société, par définition éminemment culturels.

La nature...cela laisse songeur. Si nature veut dire "notre environnement", alors oui, elle doit être notre référence commune et il est urgent de la protéger afin de ne pas scier notre propre branche.

 Mais l'homme est un "animal anti-naturel" au possible, et il n'a plus qu'un rapport très théorique avec la nature, si on la prend au sens "loi biologique."

Et pour moi, c'est heureux. L'homme n'a eu de cesse depuis son début de s'extraire, de se soustraire à cette loi. 

Il a domestiqué les animaux, cultivé les plantes, dompté  les fleuves, apprivoisé le feu, l'électricité, les marées, régulé les naissances. Il a inventé des matières, des objets, il a créé des techniques qui n'ont rien de naturel. L'homme ne vole pas "naturellement": il prend l'avion; il ne respire pas sous l'eau : il invente les bouteilles d'oxygène. On peut multiplier les exemples à l'infini. Même s'il fait aussi de grosses bêtises (et je pèse mes mots, mon propos n'étant pas de faire son procès mais plutôt de chercher ce qu'il a fait de bien) l'homme ne cherche qu'à se faciliter l'existence en se dégageant des contraintes "naturelles". D'accord, ce n'est pas toujours très réussi. C'est même carrément raté par endroit. Mais quand même, il y a de bonnes idées.
Regardez autour de vous, chers partisans de la nature: il n'y a rien de naturel autour de vous, et même si vous viviez en ermite au fin fond de l'Himalaya, vous porteriez des vêtements pour pallier à ce grave manquement de la Nature qui n'a pas prévu que vous vous cailliez autant par moins quinze degrés (celsius).

Quel est celui d'entre vous, chers naturalistes, qui vivrait nu dans une grotte en mangeant des baies et de la viande crue qu'il aurait arrachée à une bête tuée à main nue?
Ne mettez-vous pas vos enfants à l'école? N'allez-vous jamais au cinéma ? Ne vous soignez-vous pas quand vous êtes malades? 

Les progrès de  la médecine et de l'hygiène n'ont qu'un seul but, celui de remettre en cause constamment la fameuse et inquiétante "sélection naturelle". 
 A part quelques illuminés, qui refuse de se faire opérer d'une crise aiguë d'appendicite?

Il y a bien des psychologues, éthologues, et autres comportementalistes pour venir nous expliquer que tout de même, nous gardons bien cachés au fond de nous de vieux instincts primitifs et reptiliens, et que finalement, nous serions toujours un peu des animaux.
 Mais enfin, nos morales, nos religions, nos lois, ne sont-elles pas là pour réguler, voire contrecarrer les hasards et les nécessités de la nature, et non pour s'y soumettre?
Le rire est-il naturel? 
L'argent est-il naturel?
Le biberon est-il naturel? 
Les mathématiques et l'art sont-ils naturels?

Notre sexualité est-elle encore naturelle?
Parler, lire, écrire, penser,  peindre, danser, fumer, sont-ils naturels? 

 L'Amour lui-même n'est-il pas réinventé chaque fois que deux êtres se rencontrent?

Alors la nature...ce n'est au final qu'un concept pratique dans le débat d'idées. Un arbre qui cache la forêt de notre insondable incommunicabilité. 
Et moi qui ne suis qu'amour, que nous n'arrivions pas à nous entendre, alors que les baleines y parviennent,  cela m'attriste.




83 commentaires:

  1. Votre réflexion est profonde. Néanmoins je crois que tout ce que vous avez nommé est naturel,

    Les éléments sont transformés, employés d'une façon subtile et particulière que certains qualifieraient de "mauvaise" ou de "bonne" mais tout découle de l'évolution naturelle de l'être humain. Ça se passe probablement ainsi ailleurs dans le cosmos, sur d'autres planètes.

    C'est ce que je pense.

    Grand-Langue

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et vous avez tout à fait raison de dire ce que vous pensez. Après, tout dépend de la définition que l'on donne aux mots.
      Je pense que, comme tous les concepts philosophiques, le mot nature est sujet à interprétation.
      C'était là mon humble propos.

      Supprimer
  2. Pas vraiment d'accord avec le sens de ce billet. Le rapport à la nature n'a rien de théorique, au contraire, l'homme s'appuie sur elle (au risque de l'écraser, c'est vrai...).
    L'homme n'a rien maitrisé du tout (cf Fukushima).
    S'il doit se dém... tout seul c'est parce qu'il est né "à poil" et qu'il a bien fallu pallier cet handicap...
    Alors, plutôt que de "nature", je préfère parler "d'environnement", plus ou moins bien aménagé par nos soins pour répondre à nos besoins ...
    Dans ce contexte hostile, l'amour "réinventé" ne se mesure donc qu'au besoin, magnifié mais vital, de se reproduire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pallier les handicaps...c'est exactement cela.
      Réduire l'amour à une fonction reproductrice, n'est-ce pas un peu désespérant?
      Cela dit, je ne juge personne. Je me pose juste des questions.^^ Comme je te le disais chez toi sur le même sujet, la grandeur de l'homme n'est-elle pas d'essayer d'aider ceux qui sont "oubliés" par la "nature", les faibles, les malades, les handicapés, les petits, les différents?

      Supprimer
    2. Si, bien sûr!
      Nos chemins sont differents, le but, semblable.

      Supprimer
    3. Le "si, bien sûr" répond à quelle question? nan parce que j'en posais deux...
      Je te taquine... Mais j'avoue que tu m'interpelles avec l'amour reproductif.
      Et le bonheur? et le plaisir dans tout ça?
      Heureusement que je n'ai pas fait trois gosses avec tous les hommes que j'ai aimés...
      Bises célestiniennes

      Supprimer
  3. Une référence doxique est toujours la bienvenue pour couper court à un vrai débat et essayer de discréditer le contradicteur. Mais n'est-ce pas un comportement... naturel ? ;~)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Doxe et paradoxe sont les deux mamelles du débat d'idée.Mon coeur balance évidemment.

      Supprimer
    2. Après réflexion, il me semble que certaines références risquent d'être un peu toxiques en même temps (sourire). Tout est question d'équilibre.

      Supprimer
  4. En tous cas, chère maîtresse, je me souviens de ce cours de sciences naturelles où vous m'avez appris lorsque j'étais plus petit que pour faire un bébé, il fallait une cellule femelle et une cellule mâle. L'une venait d'un papa, l'autre d'une maman. " c'est la loi de la nature." Vous disiez. Je vous ai cru et personne ne pût le démentir au nom de quelque progrès que ce soit.
    Aujourd'hui, papa et maman ont décidé que, même si ça nous coutait cher, on irait a Paris pour leur dire qu'on aime pas qu'on essaie de nous désapprendre ce que la jolie maîtresse nous avait dit.
    Je penserai a vous en marchant.
    Le petit nouveau

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, cher petit nouveau...Tu as raison, tu as bien retenu la partie la plus importante de la leçon. Mais tu oublies que dans cette leçon, la maîtresse avait dit aussi que des gens très gentils pouvaient parfois faire cadeau d'une de leurs précieuses graines pour permettre à d'autres moins chanceux de pouvoir quand même serrer un enfant dans leurs bras. Un merveilleux enfant comme toi, petit nouveau.De la même façon que l'on voir déjà, dans la nature, de vilains petits canards abandonnés recueillis par des mamans cygnes, et vice-versa.
      Moi je penserai fort à toi aussi, aujourd'hui, et à ces quelques enfants (oh, il n'y en aura pas tant que ça!) qui découvriront peut-être un jour que la nature les a faits différents, et qui auront plus que jamais besoin d'être aimés et reconnus comme des êtres humains à part entière.
      Comme je le disais, je ne suis qu'amour, et il y a une place pour chacun de mes élèves dans mon coeur.
      Je t'embrasse.

      Supprimer
  5. un jour la nature reprendra ses droits.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr. Nous ne sommes que des crottes de mouche dans l'immensité de l'univers. Mais personnellement, je ne suis pas pressée...;-)

      Supprimer
    2. moi pas franchement non plus. Laissons faire ... la nature !!!

      Supprimer
  6. A vouloir faire de plus en plus, de plus en plus grand, de plus en plus sophistiqué, la nature est-elle encore capable, d'absorber les déchets naturels et atmosphériques que rejette ainsi l'Homme ? Ou même les produits qu'il utilise dans certains cas.. Comme les pesticides et autres produits.


    Bon dimanche avec bises de nous deux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, évidemment, je suis d'accord avec toi. C'est ce que j'appelle "scier la branche"...Et l'homme est très fort pour s'auto-détruire.
      Mais je crois que mon billet parlait plutôt d'amour,en fait.
      Belle journée à vous deux, sous la pluie pour moi.

      Supprimer
    2. Non faut pas scier la branche sinon je vais me casser la binette !!!

      Supprimer
  7. Je me suis approché d'un cachalot, je voulais lui parler...
    Il a ouvert la bouche...
    Putain la mauvaise baleine ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cétacé remarquable ce bottage en touche!

      Supprimer
  8. Ne pas oublier que l'homme descend du singe et le singe de l'arbre !!! bon dimanche jolie Célestine .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça me fait drôle de penser que tu es mon ancêtre, petit singe vert!

      Supprimer
  9. Il me semble que tout cela est difficile. Je n'envie pas ceux qui vont devoir trancher, tant il est des lectures différentes selon qui le vit. L'homme malheureusement est rarement sage,il se déchire de tout, pour tout et bien trop souvent l'enfant devient l'enjeu. Les tribunaux sont engorgés de parents qui veulent triompher sur l'autre,de parents qui veulent remplacer l'autre par le nouveau où la nouvelle... On parle de dizaines de milliers d'enfants qui ne revoient plus l'un de leur deux parents au bout d'un an de séparation sans aucune raison. La justice n'a pas les moyens d'y mettre un terme, non adaptée, débordée, un soupçon perdue dans ses idées reçues.
    Aimer nos enfants est avant respecter leur besoin d'altérité et ce droit fondamental à ses deux parents... et cela n'est à ce jour pas respecté dans tant de familles.
    Tout cela pour dire que notre monde n'est pas fait pour protéger la différence,parfois il fait mine de lui ouvrir la porte mais ne prévoit pas de quoi la recevoir dignement.
    Nous parlons de sentiments qui parfois se muent en haine, et là, on est soudain dépossédé de tout, mis dans une case pour attendre que la justice trouve une solution pour laquelle elle refuse la clairvoyance...

    Je n'envie pas ceux qui vont devoir trancher, mais une chose est certaine l'important restera toujours d'aimer et d'être aimé... et pour cela il n'y a pas de recette.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trancher est un mot bien coupant...il suppose qu'il faille faire mal à l'une ou l'autre des deux parties.Mais je ne sache pas que rendre Pierre heureux rende Paul plus malheureux...Surtout quand les "Paul" en question ne représentent qu'une minorité infime bien incapable de mettre à mal les fondements de la société, qui ne les a pas attendus pour aller très mal...Beaucoup de bruit pour rien, aurait dit Shakespeare.
      Merci pour ton témoignage qui sent -hélas- un douloureux vécu que certains font mine d'occulter ces temps-ci. Je ne jusge personne, encore une fois, et c'est vrai que c'est un sujet difficile...Mais pour un enfant, ne vaut-il pas mieux un mariage gai qu'un triste divorce?
      Bises

      Supprimer
    2. L'amour restera quoi qu'il arrive la plus grande nécessité...

      Supprimer
  10. Le simple fait de naître est déjà une forme de pollution et donc d'atteinte à l'intégrité de la nature. Maintenant de prendre conscience de nos dégâts et de continuer à mettre ne danger notre avenir et celui de nos enfants est une autre affaire. Nous devons agir sur ce que nous savons (de Marseille :-)) Mais comme disait I. Gandhi: "Le plus grand pollueur, c'est la pauvreté" ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait juste.
      Mais il faudrait ajouter ses corollaires que sont la haine, l'ignorance et la peur...
      Et si le plus grand dépolluant était l'Amour du prochain?

      Supprimer
  11. Naturel ou pas naturel, là n'est pas la question ( J'expire)
    L'évolution est naturelle, celle de la Terre a mis 4 milliards d'années pour produire une merveille: Un être pensant et (partiellement) conscient.
    Toutes fois, j'hésite encore: N'est-il pas encore mûr ou est-il déjà blet? Là est la question.

    Puisque la Terre est en perpétuelle évolution, il faut peut-être voir le "naturel" comme faisant partie de cette évolution, comme ne détruisant pas l'harmonie générale.
    Autrement dit, ce qui est bio, et recyclable sans endommager la nature.

    Tu as mis l'amour comme phare dans ton existence, sage décision (ou penchant naturel)Hélas pas aussi contagieux que le virus H1N1:-)

    @ Jeanmi
    Je ne suis pas d'accord avec Indira Gandhi. Un pauvre recycle tout et ne produit rien (par lui-même) qui ne soit biodégradable. Les plus grands pollueurs sont la course au profit et l'égoïsme (maladies de riches) qui poussent à la sur-consommation.
    Blutch.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que Gandhi parlait surtout de pollution morale...
      Mais au fait, l'amour est-il bio et 100% recyclable?
      Elle court, elle court, mais j'aimerais bien, effectivement, que ma maladie soit un peu plus contagieuse.Mais l'homme sécrète des anticorps (naturels) puissants, tels ceux que tu cites (égoïsme, appât du gain) et d'autres que ma réserve (naturelle) m'empêche de citer ici, ne voulant en aucun cas froisser quiconque, et garder à ce débat la haute tenue qu'il a jusqu'à présent.
      Baci

      Supprimer
    2. Post scriptum: pour répondre à ta première question, je suis optimiste, je dirai qu'il n'est pas encore mûr, c'est moins désespérant.

      Supprimer
  12. « Moi qui ne suis qu'amour » est intrigant, car il y a beaucoup de sortes d'amour.

    Déjà, les Grecs d'Antiquité parlaient d'(l'amour érotique) ; Ludus (l'amour comme sport, un jeu, bonjour Marivaud) ; Storge (l'amour de loyauté, sans doute l'amour maternel s'y classe) ; Pragma (l'amour intellectuel, sans doute le contraire d'érotisme ; Mania (l'amour obsessif) ; Agape (l'amour inconditionnel, sans égoïsme).

    Intéressant, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien de rappeler nos racines classiques, Joye. Les Grecs étaient de grands amoureux...
      C'est les soldes, je prends le lot complet.;-)
      J'y ajouterai l'amour filial, l'amour fraternel, l'amour des belles choses (esthétisme) l'amour du métier et l'amour du chocolat.
      Je t'embrasse.

      Supprimer
  13. ma chère Célestine. Ton billet m'interpelle énormément,il prend des chemins que j'ai suivi avec toi pour y réfléchir le nez dans le vent. Ce vent, cette pluie autant d'éléments naturels qui nous font toucher la nature-mère dont on a un besoin fondamental. Regarde comme la contemplation de la mer est apaisante, la montagne ressourçante etc.. Nous sommes un des éléments de la nature comme les fourmis, les abeilles ou tout animal. Que l'on croit en Dieu ou pas, la loi de l'évolution nous a fait prendre le chemin de l'intelligence, de la pensée, de l'abstraction et nous donne l'illusion que l'Homme était le maître du monde. Heureusement la nature sait nous rappeler qu'elle est notre maîtresse à tous (via notamment les cataclysmes naturels face auxquels nous sommes si humbles, si petits)?

    Alors, face au débat de société actuel, nous avons bien sûr la liberté totale de nous éloigner de ce cycle naturel qui veut qu'un bébé ait un homme et une femme comme géniteurs. Cela ne me dérange pas totalement de voir deux femmes ou deux hommes élever un enfant dès lors qu'un des deux sexes ne soient pas confisqué à l'enfant comme référentiel de sa vie, qu'on lui donne une information claire sur son origine biologique et que l'on garde trace de ses parents biologiques. Mais attention de ne pas jouer trop aux apprentis sorciers avec le portage du bébé pour autrui, avec je ne sais quelle procédé biologique de procréation totalement artificielle. Je suis très mitigée. La question de fond est le droit à l'enfant. Est-ce un droit fondamental ? Où se situe le droit fondamental du bébé à connaître ses origines.? Sujet très complexe, mutifacette qu'on ne peut règler si vite. Je t'embrasse, ma chère Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Sujet très complexe, multifacette qu'on ne peut régler si vite."
      Je ne règle rien, hein, je pose juste un ressenti sur les choses.:-)
      Dans ta première partie, tu prends le mot nature dans le sens "environnement". Tu ne me connais pas assez, sans doute, pour savoir combien je suis attachée aux comportements responsables,que j'enseigne, combien je tente (ce n'est pas facile tous les jours) de mettre en pratique des notions écologiques simples de la vie quotidienne.En me lisant depuis longtemps, tu saurais aussi combien la mer, la montagne,la forêt, les fleurs, les merveilles de la terre m'émeuvent et me ressourcent.
      Je fais un distinguo avec le sens plus éthique de "loi de la nature". S'y soumettre, c'est autoriser des abus, et cela, je le déplore: c'est récupérer des constats naturels pour imposer des règles iniques, et créer ainsi des différences entre les gens: dans la nature, le mâle est plus fort et plus beau que la femelle, la femelle obéit au mâle, dans la nature, c'est la loi de la jungle et du plus fort, dans la nature il y a des "races", dans la nature on s'accouple pour se reproduire, une fois par an...etc De là à stigmatiser l'homosexualité il n'y a qu'un pas.
      S'appuyer sur cette conception de la nature pour développer l'intolérance et l'asservissement, je dis non.
      Le droit de l'enfant? Mais c'est quelque chose d'éminemment humain, donc culturel. Dans la nature, les femelles abandonnent et bouffent leurs petits, si besoin...alors, la nature...
      Je t'embrasse de même, chère Malou.
      Merci de ton éclairage dans ce débat passionnel (parce qu'humain)

      Supprimer
  14. Je suis tellement amarrée dans ma quête du naturel que je n'ai pas pensé à l'actualité au premier abord, ce n'est que ton dessin qui m'y a renvoyé, c'est pour te dire :) Moi, j'étais à fond sur comment faire pour retrouver "l'empathie" naturelle de notre être :) Et encore, on n'a pas à se plaindre, on y revient "doucement" après l'avoir perdue de nombreuses années.. Jusqu'à peu, la femme, l'enfant et encore moins l'animal étaient considérés :) Il faut retourner au "Contrat social" de Rousseau pour y comprendre les ratés de la civilisation humaine (lui même a été abandonnique envers ses enfants non ?)
    L'empathie est Naturelle, la Nature nous a tous constitués pareils,tout comme l'animal qui sauve et souffre pour l'autre :) Nous ne détenons aucun monopole de ce côté là :)
    Après, nos codifications sociétales nous ont stratifié l'empathie et la signification du mot "amour" :)
    Mais je suis plutôt optimiste, on tend vers cette empathie de l'autre à nouveau, faute de ne trouver aucun sens dans la consommation individualiste..le socital devient social.. Les recherches de développement personnel ne sont pas qu'un effet mode, mais aussi tout un art de vivre futur..
    Soyons optimistes, je ne crois pas que la société s'érigera sur "empêcher l'amour" désormais même si le chemin est long.. On va dire que cela permet aux réflexions d'aboutir :) Car même si nous "souffrons" de voir les ignominies actuelles comme l'imposition de la Charia, au moins, cela nous permet de rejeter l'inhumain vivement.

    Cela n'engage que moi tout çà :)

    bisous

    RépondreSupprimer
  15. "le socital devient social" entendre "sociétal" of course :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Ava de ta participation.
      Tous les témoignages posés là n'engagent bien évidemment que leurs auteurs. J'aime beaucoup ton idée d'empathie comme base du contrat social.
      Rejeter l'inhumain, voilà un programme ambitieux bien que difficile.
      J'ai appris à respecter les schémas de chacun, car rien n'est ni vrai ni faux en ce domaine. Chacun, à l'aune de ses convictions, agit en pleine conscience de ce qu'il croit être le bien.En toute bonne foi.(si j'ose dire)
      C'est pourquoi je trouve que le dessin de Sempé est extraordinaire. Parce que d'un côté comme de l'autre, ce n'est que de l'amour.
      Le difficile est d'essayer de comprendre le schéma de l'autre en face. Celui qui n'est pas comme nous.
      Ambitieux mais passionnant.
      Bisous bonne soirée.

      Supprimer
  16. "Mais enfin, nos morales, nos religions, nos lois, ne sont-elles pas là pour réguler, voire contrecarrer les hasards et les nécessités de la nature, et non pour s'y soumettre?"

    J'enlèverai le mot "religions" pour ma part, mais çà n'engage que moi :) A différencier de la notion universelle et divine du bien et du mal :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, je pense que la religion a, à la base, un projet régulateur, au moins dans sa tentative d'apaiser l'angoisse originelle en proposant une vie après la mort.
      Bien sûr, après, il y a la récupération que certains en ont fait.
      Mais si tu regardes bien, dans le débat actuel, il y a une bonne dose de récupération tous azimuts, politique, religieuse, socio-économique...C'est humain. L'humain est imparfait, le monde est imparfait. il faut juste rester vigilant comme des petites lampes tempête.

      Supprimer
    2. Oui, l'humain est fait de bon et de mauvais, d'imperfections comme de petits miracles :)
      J'ai réfléchi pourquoi je n'y avais pas vu d'analogies avec l'actualité du "mariage pour tous" :) sans doute parce que je n'y pense pas. Pour deux raisons :
      1. Je ne suis pas homophobe, donc c'est réglé pour moi
      2. Le mariage ne m'intéresse pas du tout alors là, c'est réglé aussi :)

      Je n'arrive pas à m'intéresser à ce point d'actualités, cela me semble un peu.. je ne sais pas..vraiment je ne sais pas pourquoi je ne m'y intéresse pas, c'est comme çà :) Mais je resterai vigilante à combattre l'homophobie, c'est certain :))
      bisous

      Supprimer
    3. C'est en quoi je parlais d'arbre qui cache la forêt: pendant qu'on nous fait un gros pataquès sur le mariage de quelques homos (ils sont comme les hétéros, ils ne sont pas tous intéressés par le mariage) les médias occultent des problèmes beaucoup plus importants comme la "refondation de l'école" qui concerne cent fois plus les enfants que la filiation de quelques pauvres gosses qui seront élevés par deux femmes ou deux hommes. Moi, ma grand mère a été élevée par deux femmes: sa mère et sa tante, pour la bonne raison que son père était mort à la guerre. Ça ne l'a pas empêchée d'avoir une vie "normale" et une sexualité féconde, sinon je ne serais pas là pour en parler.
      ;-)

      Supprimer
    4. je suis tout à fait d'accord, c'est d'ailleurs ce pourquoi je revenais ici, car pour une fois, je me suis mise à réfléchir de mon "désintérêt" sur ce sujet : je crois que nos combats pour la liberté, à la reconnaissance au divorce, à la monoparentalité, à la protection de l'enfance, du vulnérable, sont tellement prégnants en moi que cela me semble un peu "extra terrestre" de se battre "pour se lier". Les lois diverses protègent les biens et les personnes ( les pacs, les mesures respectueuses liées au majeur protégé), Simone Veil s'est levée pour la liberté du corps, enfin, la loi protège des discriminations, la Halde veille. Bien entendu, la réalité est différente, mais la société a intégré le fait de "protéger" la liberté individuelle. Le mariage est un contrat assez aliénant, car pour dresser un contrat de mariage en dehors de la norme, il faut payer 400 euros. 5000 euros le divorce, 6000 euros le mariage, les pays qui se ferment à l'adoption pour que les enfants soient élevés près de leurs racines.. Bref, la tendance va vers cette liberté et intégrité.
      Prouver à la société qu'on s'aime ? Ben moi, c'est Ma liberté de ne pas avoir à lui dire, à cette société, comment et avec qui je vis chez moi ! :)) Sur le bout de papier locatif, carte d'identité, il s'agit de moi. Cela ne m'empêche pas d'aimer et de me dévouer ! :)
      tiens, c'est le premier titre de Chazal, personne pour parler de culture européenne ? :))

      Supprimer
    5. En bref, je dis : quels sont les moyens et actes pour faciliter la vie au couple homosexuel ? Est-ce vraiment le mariage ancestral la réponse ? N'y a t-il pas d'autres solutions modernes, innovantes, dynamiques, tournées vers l'avenir ? Des dispositions qui nous aideraient tous à gagner en respect et dignité INDIVIDUELS ? :)

      Supprimer
    6. Judicieuse remarque...une société avance quand elle invente au lieu de se figer.

      Supprimer
  17. Quel débat passionnant et surtout quelle diversité d'opinions ! Je m'étais égaré à en lancer un presque sur le même sujet ici :

    http://blogborygmes.free.fr/blog/index.php/2007/12/07/878-dame-nature

    En gros, nature et culture me semblaient aller main dans la main jusqu'au 19 ième siècle mais malheureusement, l'Homme, pour la simple raison sans doute de sa démographie trop importante, s'est mis à se détruire lui-même.

    Car s'il est capable d' "amours" (et aussi de plein d'ignominies), la nature et les animaux en possèdent un qui lui fait défaut : l'amour de l'Espèce.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tuas raison, c'est un débat très intéressant. Et mes visiteurs font preuve d'un calme remarquable pour exprimer leurs opinions. Si seulement les débats télévisés pouvaient avoir cette teneur!
      Ton commentaire me pose quelques questions:
      Tu crois que l'homme a attendu le 19 ème siècle pour s'auto détruire?
      La guerre, les invasions, les massacres existent depuis que l'homme est homme.
      De nos jours la guerre est économique mais c'est pareil.
      Tu crois que les animaux sont capables de sentiment?
      Je doute que l'on puisse appeler "amour" un simple instinct de conservation...
      L'amour est un sentiment bien trop beau.
      Bon sang, mais qui chantera un peu les bons côtés de notre espèce? Je me sens un peu seule à prôner l'amour et les bons côtés de l'humanité.
      Il y a aussi des ignominies dans la nature, un côté implacable, et dénué de pitié. Et il a aussi du sublime dans l'être humain.
      Merci de ton passage, j'irai lire ton billet.

      Supprimer
    2. Mais si, l'être humain est celui qui sait le mieux Aimer ! L'animal a des réactions empathiques, de l'inné, mais cela se tient à "l'acte" et non à la pensée qui perdure. Et nos animaux domestiqués seraient -ils aussi avenants pour l'homme à l'état sauvage ? Mes animaux sont merveilleux parce que je les nourris, les cajole, les câline. Sinon, ils développeraient l'instinct de survie et me grifferaient pour avoir leurs croquettes :)).
      Si l'être humain était si nul, cela ferait longtemps que l'humanité aurait basculé. Moi, je suis optimiste, mais pas naive. le mal existera toujours, même en moi. Mais tendre vers le bien est Notre Challenge, Notre Travail, nos défis, nos victoires. Nous devenons meilleurs dans beaucoup de domaines, il y a encore un siècle la notion de "travail social" n'existait pas ! Par contre, nous continuons à nous pervertir dans d'autres domaines. Les nouveaux moyens de communication créeront des émergences de conscience universelle avec des actions derrière l'ordi mais qui auront des conséquences positives.
      Moi, j'y crois, à l'être humain, on a une conscience "divine", on a une "âme" :) ceux qui la perdent est pour moi une forme de "dégénérescence neurologique, une pathologie". pour les autres, on peut tous réfléchir, se remettre en question, rien n'est jamais trop tard pour devenir une meilleure personne.
      :)

      Supprimer
    3. Merci Ava pour ce cri du coeur.

      Supprimer
    4. Je réponds à notre discussion précédente, Célestine, en rebondissant sur ce que dit Avalon. Bien sûr que je crois à l'humanité et à ses valeurs transmises de génération en génération. A aucun moment, je n'ai voulu dire que l'homme faisant partie de la nature n'avait pas son chemin propre. Je ne suis aucunement pessimiste sur son évolution. Je dis juste qu'il doit rester ancrer dans son histoire millénaire et se garder de perdre pied en se laissant enchaîner par la science dont au demeurant je loue les progrès. Je pense que l'homme, la femme doivent continuer un chemin d'amour et d'empathie vis-à-vis de leurs semblables, développer leur bienveillance et leur fraternité, se prémunir contre l'intolérance sous toute ses formes. Mais pas d'angélisme, l'homme a aussi, et c'est vrai pour chacun de nous, des travers, des zones d'ombre et grand serait le risque de se laisser guider par les seuls progrès scientifiques. Je pense notamment aux avancées sur la procréation car on touche là les fondements même de l'humanité. L'eugénisme n'est pas loin quand on commence à manipuler les embryons et cela me fait très peur. C'est juste cela que je voulais dire et non, ma chère Célestine, mettre en cause tes convictions éco-responsables, ni non plus soutenir qu'il fallait se soumettre aux lois de la nature. JE voulais te remercier d'avoir initié ce débat tout à fait passionnant. Je t'embrasse.

      Supprimer
    5. Merci pour ton témoignage Malou. Comme tous les sujets brûlants celui-là a fait et continuera de faire couler beaucoup d'encre. Et je peux dire qu'à travers vos mots à tous, j'ai fait des découvertes, sur moi-même, sur ma façon de m'exprimer, sur la difficulté d'être soi-même sans léser l'autre, sur l'énorme complexité de l'être humain, et sur ces fameux références doxiques dont parle si justement Tant-Bourrin, tant il est vrai que l'on aime s'appuyer sur des idées toutes faites parce que c'est confortable et rassurant.
      On ne peut nier nos millénaires d'histoire. Mais on peut rêver.
      D'ailleurs, je m'en vais rajouter aussi sec ce libellé au bas de mon billet, tant il est vrai que ce que je voulais surtout, c'était délivrer un massage d'espoir.
      Bises

      Supprimer
    6. un massage d'espoir ? joli lapsus...révélateur...sourire...

      Supprimer
  18. Que d'échanges ici , je suis scotchée par les questions posées et la qualité des commentaires et comme dirait Célestine , j'arrive après la bataille ;)
    Je crois en l'homme , refuse de croire que tout va s'arrêter à cause de lui , mais ..parfois j'ai peur quand même , peur du trop , que les miséreux deviennent et c'est déjà le cas , des humains à vendre ... ça me révolte ça , vendre un rein , louer son ventre , ces dérives là parmi d'autres ...
    Sur l'environnement , je n'aime pas trop qu'on me culpabilise à tord et à travers , on fait ce qu'on peut pour conserver notre héritage , nous ne sommes pas entièrement responsables
    Il y a des jours où je fais l'autruche , je refuse de penser que tout va mal , y'a quand même du mieux , des progrès médicaux , des greffes , et la technologie qui améliore et facilite tellement les liens humains , je l'aime , comme toi d'ailleurs
    bisous du dimanche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non, ma Jeanne, tu n'arrives pas après la bataille, parce qu'il n'y a pas eu de bataille. Juste un échange riche sur un sujet d'actualité épineux...
      Et je suis heureuse que tout le monde ait pu s'exprimer tranquillement dans sa différence. Comme je le disais plus haut, chacun voit le monde à travers un prisme différent, et il faut en tenir compte.
      Mais ce qui est passionnant, c'est d'essayer de chercher un terrain d'entente.
      Avec l'espoir, un jour, d'arriver à communiquer comme les baleines.
      En ayant en plus en ligne de mire, l'Amour qui nous différencie tellement des animaux.
      Utopique, rêveuse, mais compréhensive.
      Bisous bonne semaine!

      Supprimer
    2. "l'Amour qui nous différencie tellement des animaux."

      Exceptées les baleines, si j'ai bien compris d:) ? Je sais pas ce que t'ont fait ces pauvres animaux mais je sais, pour les fréquenter peut-être plus que toi, que certaines mères humaines auraient bien des leçons à prendre auprès de mères chattes, de mamans poules ou autres, question amour maternel. Chez les animaux, pas de suicides, pas de drogue, pas de caprices, pas de visites au psy, pas de longues heures devant les jeux vidéos en se gavant de sucreries...

      Que les Hommes soient capables d'amour, certes, et tu as l'air de te raccrocher avec l'énergie du désespoir à cette évidence, mais en pratique et mondialement, ce qui me saute aux yeux, c'est surtout les guerres, les tortures, la faim, l'accès réduit à l'eau, l'exploitation des pauvres, des enfants et des matières premières ? Si les bêtes avaient la télé, leur journal de 20 h serait plus cool d:)

      Supprimer

    3. @Saoul-Fifre

      Bonjour,
      Etes-vous un fidèle de "La vie des bêtes", émission donnée par Elisabeth de Fontenay sur France inter le dimanche de 15h à 16h ? Son intervention philosophique d'hier corrobore parfaitement à ce que vous exposez.

      Supprimer
    4. Cher SAOUL-FIFRE que tu puisses croire que j'ai quelque chose contre les animaux me fait beaucoup de peine.
      Je crois simplement que je me suis très mal exprimée.
      J'ai deux chats, ils m'apportent beaucoup de bonheur, si tu me lis un peu depuis longtemps, tu devrais le savoir.
      Pour ce qui est de l'amour maternel chez les animaux, je disais simplement que ça me semblait tenir davantage de l'instinct que du sentiment. Mais ça n'engage que moi.J'ai vu une fois quand j'étais petite une chatte dévorer un de ses petits, et ça m'avait pas mal traumatisée .
      Je disais aussi juste que je ne suis pas un être humain qui passe son temps à dénigrer sa propre espèce.Et que je crois avec l’énergie de l'ESPOIR et non du désespoir, que l'amour n'est pas qu'un vague concept de midinette, mais la seule force capable de faire changer ce monde si pourri et si noir que l'on décrit à longueur de JT.
      Pour te paraphraser, je dirai que si le JT de 20 heures parlait de ce qui va bien dans le monde, il faudrait bien plus d'une demi-heure.

      Cher Nuage Neuf il m'arrive parfois de regarder la Vie des Bêtes, pour me consoler de la vie des gens...

      Bien à vous tous deux
      Célestine

      Supprimer
    5. @ nuage neuf : non je ne connais pas cette émission, je vais essayer de l'écouter sur le net mais oui, j'aime les bêtes pour ce qu'elles sont, et non au travers de mon prisme d'humain culturé, c'est à dire que j'ai peu de points communs avec les "défenseurs de la nature" actuels. Pour prendre un exemple précis, j'admire les loups car ils ne se laisseraient pas bouffer leurs moutons sans réagir, comme nous le faisons, nous, faibles hommes d:^)

      @ célestine : j'ai aussi assisté à la même scène de chatte dévoreuse

      http://blogborygmes.free.fr/blog/index.php/2009/08/24/1226-je-t-aime

      enfin, peut-être pas la même, car les chattes mangent aussi leurs petits surnuméraires qu'elles pensent ne pas pouvoir nourrir, ou parce que mal formés ou pour des raisons de chattes qu'elles seules connaissent. Loin de me traumatiser, cela me fascine et, loin de rabaisser ces actes au rang de l'instinct, je les classe dans les actes d'amour et je pleure sur notre époque dénaturée. Rassure-moi, Célestine, tu n'es quand même pas révisionniste et tu continues d'apprendre à tes élèves que l'espèce humaine fait toujours partie des mammifères ;-) ?

      Pour la force de l'amour, je m'y emploie quotidiennement, comme toi, mais ne nous emballons pas trop : les indicateurs mondiaux de la violence sont tous au rouge et tout va de mal en pis me semble-t-il.

      Supprimer
    6. Pfff...je baisse de plus en plus dans ton estime, on dirait! "Révisionniste"!!!??? même dit sur le ton de l'humour, ça ne me fait pas trop rire. (enfin si un peu quand même, lol, en me disant très fort que tu ne peux pas le penser sérieusement...)
      Tu ne veux pas continuer cet échange en privé?
      tu as mon mail en haut à droite. Si le cœur t'en dit.
      Amicalement
      Cél

      Supprimer
    7. Merci pour ton long mail. Les mots, encore une fois, ont su remettre les choses à leur juste place.
      bises

      Supprimer
  19. "... notre insondable incommunicabilité" voilà, tu as mis le doigt dessus !
    Le jour où nous respecterons l'autre, l'humanité et la nature se porteront beaucoup mieux.

    RépondreSupprimer
  20. Quand je désespère,
    Je me souviens que dans l'Histoire,
    La voix de la Vérité et de l'Amour finit toujours par triompher,
    Que même si pendant un temps, les tyrans et assassins semblent invincibles,
    A la fin ils tombent. Pense toujours à cela...
    -Gandhi

    RépondreSupprimer
  21. Je n'arrive pas à "trancher " sur le sujet d'actualité .
    A partir du moment où l'enfant garde sa place de sujet, qu'il ne devient pas objet de désir, objet de manipulation, de tractation, d'un désir déplacé finalement pourquoi pas. iL s'agit à présent de mettre un cadre sur une réalité.
    Je ne suis pas qu'amour, parce que je n'ai pas reçu le bon personnellement, ayant sans doute reçu le pire. Et j'aurais peut être préféré être élevée par deux hommes;) je me sentirais sans doute bien plus femme et adulte aujourd'hui.
    Très jolie bande son en tout cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le pire amour,ce n'est pas de l'amour. L'amour est toujours le bon.
      Mais la vie est une recherche de sa propre vérité, c'est un long chemin que je vous souhaite de parcourir car il est plein de joies.

      Supprimer
  22. ps: brokeback mountain est un film tellement touchant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un des plus beaux films que j'aie vus ces dix dernières années...

      Supprimer
  23. Célestine, je suis bien contente de n'être pas passée là hier, pour ce débat !! Je n'étais pas à Paris non plus...

    Ces mots à plusieurs sens (la langue française est pauvre et manque de nuances) prêtent à confusion, comme le mot "amour", et une simple minuscule ou majuscule peut tout changer.

    Depuis toujours l'Homme veut dompter la Nature, c'est dans sa nature, et la Nature, qui ne se soumet qu'en théorie, finit toujours pas se venger.

    Il y a toujours eu des forts et des faibles, des contraires qui s'attirent ou se font la guerre, et en démocratie, le débat est roi, Dieu merci ! Seulement, de plus en plus, on râle, on polémique, on fait des procès pour tout et rien, on met en exergue des minorités, des faits divers plus ou moins anodins, ce qui conduit forcément à des démesures...

    Et là, je m'aperçois, avec un grand plaisir, que tu te poses encore plus de questions que moi, chère Swapounette !
    Bisous de ma tour ♥♥♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne comprends pas pourquoi tu es contente de ne pas être passée hier...Mais ça te regarde.
      Je trouve que le débat a eu une tenue remarquable, et ça me conforte dans l'idée qu'être "civilisé" c'est pouvoir penser autrement sans blesser, sans agresser, sans faire mal, sans imposer.
      Et mes lecteurs sont des gens très civilisés. Ce n'est pas forcément toujours un gros mot.

      Bien sûr que je me pose plein de questions. Et il y a bien longtemps que je n'assène plus des vérités à coup de poing sur la table (sourire!)en supposant que ça me soit arrivé une fois ou deux dans ma jeunesse (bélier oblige)

      Moi aussi, je t'embrasse.
      Gare à la neige demain dans ta tour! Allez je retourne travailler...

      Supprimer
    2. Je t'explique : je n'avais pas envie de débattre de ce sujet un dimanche !
      "Bélier/Taureau"... c'est parfois/souvent explosif !
      Je connais bien, ma fille cadette est "Bélier" !!
      Je ne voulais pas parler des échanges ici, le "on" évoquait la Société dans sa globalité. Car hélas, on devient comme les Américains, tout se règle à coup de procès... à cause de l'argent ?...
      Bon mercredi
      Bisous d'O.

      Supprimer
    3. Tu l'aurais intenté un procès? Non je plaisante...tu sais tu aurais pu t'exprimer comme tu l'as fait chez antiblues, et tu aurais compris que je ne réduis pas les êtres humains que j'ai en face de moi a leurs opinions.
      Rien n'est simple. Rien n'est évident. Mais exprimer ses idées est toujours enrichissant lorsque cela est fait dans l'écoute et le respect. Ce que j'aurais fait, sois en persuadée.
      Je t'embrasse

      Supprimer
  24. Mon dernier com ne t'a pas inspirée, ce n'est pas grave, Célestine (sourire) je t'embrasse. A bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne l'ai juste pas vu... :-(
      Je suis au travail je te répondrai ce soir

      Supprimer
  25. J'ai eu plaisir et j'ai pris le temps de tout lire ... sourire, très intéressant, les uns et les autres ... et de te lire dans tes réponses ... :)
    Je viens juste ce soir avec un brin d'Amour en bandoulière, comme toi, j'y crois fort, pas celui des midis nets non, plus profond, plus large, plus grand que ça ( j'aime écouter la musique des eaux, céans )j'ai l'audace d'y croire ...et je suis ma petite route, en essayant de marcher droit ( il y a des creux parfois ) ...
    A ma minuscule échelle, ce que j'espère faire passer dans mon échange à l'autre ...

    Pensées bienveillantes et tendres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah la bienveillance...
      Merveilleuse, Veronica. Ça fait du bien que tu sois passée par là ce soir.

      Supprimer
  26. Cadeau !

    http://www.youtube.com/watch?v=WHQTryvOCA8

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah merci beaucoup c'est trop!
      Bright eyes ça d'accord...;-)
      ♥♥♥

      Supprimer
  27. Oh ma chère Célestine,
    Je m'en veux d'avoir négligé ton jardin, parce que la tribuine y était bien en place et que j'aurais certainement fait mon mot si je n'avais été accaparée par ma visite précieuse du lendemain : l'inspectrice. Et ce fut beau, et ce fut haut, et mes élèves furent remarquables, et j'en fus félicitée ... Et je ne reviens que ce soir te visiter.
    Ton billet est fin, parfumé et bienveillant. Merci Célestine !
    je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'était pas un reproche, hein, belle dame Zenondelle, juste un légitime étonnement. mais quelque chose me disait aussi, au fond de moi, que tu avais certainement une bonne raison de ne pas venir. Et je m'en veux un peu d'avoir oublié cet évènement pas anodin dans une vie de professeur...toujours un peu stressant. C'est merveilleux que cela se soit bien passé. Et en même temps, pour le coup, ça ne m'étonne pas du tout! Bravo.
      Et merci.

      Supprimer
  28. Tiens , là non plus je n'avais pas laissé de com!!! Pourtant je me disais en te lisant que souvent en effet la nature à bon dos et je pensais d'avoir écrit à ce sujet mon envie de relire Rousseau, oui , ce cher Jean-Jacques dont je suis bien imprégnée !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me réjouis.Même si, à lui aussi, certains ont reproché sa vie privée...

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.