dimanche 6 janvier 2013

La Facture

"La pièce que nous venons d'interpréter devant vous ce soir est de Monsieur Marcel Aymé...Les décors sont de Roger Harth...Les costumes de Donald Caldwell..."

Ces paroles ont résonné dans ma tête de petite fille comme un grand plaisir familial pendant des années. C'était "Au théâtre ce soir" l'émission mythique de Pierre Sabbagh, enregistrée au Théâtre Marigny...Du boulevard, bien sûr, mais beaucoup de qualité, de grands acteurs, du rire, de l'émotion. C'est simple, j'en ai des souvenirs ébouriffants et colorés, et j'ai peine à imaginer que tout était en noir et blanc.
Souvenez vous, vous, les plus de quarante ans...
Dans le public, la présence de l'indéboulonnable Pauline Carton qui venait applaudir ses pairs... 
Rappelez-vous les monstres sacrés de l'époque : ils s'appelaient Michel Roux (la voix française de Tony Curtis, énorme!) Jacqueline Maillan, Jean Le Poulain, Elvire Popesco, Jacques Monod, Jacques Balutin, Daniele Lebrun, Robert Hirsch, Jean-Pierre Darras...Daniel Ceccaldi, Maria Pacôme, Line Renaud...Je ne peux pas les citer tous, bien sûr. 
Les jeunes doivent se demander qui sont ces célèbres inconnus...

Or, il faut que je vous dise que l'une de ces pièces m'a particulièrement bouleversée, je dirais même qu'elle a influencé toute ma vie: elle s'appelait La Facture.
C'était une pièce drôle, de Françoise Dorin, une aimable comédie. Avec Jacqueline Maillan dans le rôle phare. Mais sur mon esprit impressionnable d'adolescente fiévreuse, elle eut un effet parfaitement irrationnel et inattendu.
Dans l'histoire, l'héroïne était très chanceuse. Vernie. La baraka. Jusqu'à ce qu'elle se mette dans l'idée qu'elle devrait un jour payer la "facture"...
Cela m'a fait comme un choc.

J'ai vécu de très nombreuses années à être persuadée, comme cette femme, que l' "on" m'allongerait l'ardoise, sans trop savoir qui était ce "on", que je devrais un jour m'acquitter de tous les bienfaits dont la vie m'avait gratifiée. Payer une douloureuse salée.
Encore maintenant, après tant d'années de chance que j'estime insolente, et qui provoque parfois des jalousies (mais cela, j'ai mis longtemps à m'en apercevoir, naïve que je suis)  j'ai de temps en temps un petit doute qui m'étreint.  
Une de mes collègues qui ne savait pas que je grattouillais la guitare,  m'a dit, l'an passé, après le spectacle de juin que j'ai donné avec ma classe,
"Mais dis moi,  combien de fées se sont penchées sur ton berceau?"  
Et c'est vrai que j'ai l'impression d'avoir été très gâtée à la distribution. J'ai toujours un peu honte de ça, je ne sais pas dire pourquoi...
Au-delà de ce très beau compliment, l'ombre inquiétante de la facture est venue me chatouiller le lobe de l'oreille gauche...Comme ces créatures de l'ombre qui vous frôlent dans le train-fantôme. En poussant un petit houuuu effrayant...Comme si la méchante Carabosse ne s'était pas encore manifestée...



Il me faudra encore un peu de travail sur moi avant d'admettre que la chance, c'est aussi, et  pour une grosse part,  nous-même qui nous la fabriquons...Heureusement , je croise sur mon chemin des gens formidables qui m'aident à en prendre conscience. J'ai de la chance, hein!

88 commentaires:

  1. Réponses
    1. Merci Petit Belge! C'est la vie..on ne peut pas être toujours en vacances...
      Bon courage pour la reprise!

      Supprimer
  2. Ah ! bienvenue au club ma Célestine ! Moi j'appelle ça "le revers de la médaille" (voir ici http://tatinic.typepad.fr/myosottises/2009/09/le-revers-de-la-médaille.html ). C'est plus fort que moi, je pense aussi à la facture que je devrai payer pour la chance insolente qui me sourit. Comme tout le monde, j'ai eu mes petites emm... mais rien à voir à ce que la vie réserve à certains.
    A part ça, tu as en moi une grande grande fan de Au théâtre ce soir :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Folle Amanda...Le noir te va si bien...La locomotive... voilà des pièces dont j'ai gardé un souvenir émerveillé.
      Je te conseille
      ce site : un amateur a répertorié les 411 pièces...
      Gros bisous

      Supprimer
  3. Marrant, "la Facture" est une de celles qui m'ont le plus marqué; pas pour en faire une angoisse, mais a contrario pour ne pas chercher le moment de passer à la caisse.
    Juste un nom de plus dans ta liste: Robert Lamoureux (ne serais-ce que pour son patronyme:-) mais surtout pour son immense talent...).
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et Jean Piat, et Jacques Charon, Michel Duchaussoy, Jean Topart et Marthe Mercadier...impossible de ne pas en oublie...
      C'est drôle que cette pièce t'ait marqué aussi... 1976, toute une époque !

      Supprimer
  4. Je me demande si "la chance" ce n'est pas le regard que l'on porte sur la vie. Il nous appartient de regarder ce qui éclaire notre vie plutôt que ce qui pourrait l'assombrir. C'est ce que j'aime lire chez toi et ailleurs ou tu passes : un regard qui sait mettre en lumière le moindre éclat.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très beau ce que tu dis, et sans doute vrai aussi. C'est ce fameux "voile rose" dont je pare toute chose, et que mon amie Myosotis a si bien décrit à une époque...
      http://tatinic.typepad.fr/myosottises/2012/11/le-bord-du-voile.html

      Merci Pierre.

      Supprimer
  5. Aaah, "au théâtre, ce soir", toute ma jeunesse ! :~)

    Tiens, tant qu'à faire, un extrait d'une dizaine de minutes de la pièce, histoire de donner envie aux jeunes de chercher à en voir plus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! Quel bonheur tu m'offres! Pour 4,99€ je vais m'offrir le plaisir de revoir cette pièce...Ah la magie d'internet...
      Aujourd'hui tu mérites plus que tes initiales: TB= Très Bien, alors que tu es excellent!

      Supprimer
  6. à qui le dis-tu ;-)
    profites-en bien!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je pouvais t'aider à vider ta cave, tu sais, je le ferais volontiers!

      Supprimer
  7. J'adorais cette émission.. Je me demande pourquoi l'avoir supprimée.... Bises et belle journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, je me le demande. C'était un vrai bon moment.
      Peut-être trop d'intérêts économiques en jeu, l'audimat, l'exclusivité et tutti quanti...

      Supprimer
  8. J'adorais "Au théâtre ce soir" et je connaissais par coeur la phrase : "les décors de Roger Hart et les costumes de Donald Cardwell"♥
    Que d'émotions à la lecture de ton post!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était une particularité géniale de ces pièces de théâtre: ce rendez-vous avec les acteurs qu'on avait adorés dans la pièce. Le petit plus, on dirait un "bonus" maintenant.
      J'étais tellement persuadée que cela faisait partie de la tradition du théâtre, que la première fois que je suis allée voir une pièce en vrai, et qu'il n'y a pas eu la présentation, j'ai été super déçue...

      Supprimer
  9. Moi aussi je me souviens d'Au théatre ce soir" que nous regardions souvent à la maison avec mes parents et de tous les acteurs dont tu cites les noms! Sans oublier bein sûr Roger Harth et Donald Caldwell !Je ne me souviens pas de cette pièce dont tu parles, mais comme toi je trouve que j'ai eu pour le moment beaucoup de chance dans ma vie et j'ai peur qu'un jour je doive aussi payer la "facture"!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un jour, j'ai vu Donald Caldwell, il avait un petit rôle dans la pièce. Je me souviens de ma surprise de voir apparaître ce petit bonhomme noir et barbichu. Avec ce nom j'imaginais une espèce de grand échalas roux style Prince de Galles...
      N'ayons plus peur, Mammilou, tout ça c'est des fadaises...

      Supprimer
  10. Un petit cadeau pour commencer ta semaine
    http://www.deezer.com/track/62605700
    :)
    Je reviendrai te lire !

    RépondreSupprimer
  11. http://ernestetcelestine-lefilm.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas encore vu ce film, mais je vais y aller, c'est sûr. Une histoire de Célestine, ça me concerne.
      La musique de Thomas Fersen a l'air géniale.
      Merci de ce joli moment de poésie.

      Supprimer
  12. Ouvre bien grand ta hotte ! N'aie pas peur, engrange... Il n'y a pas de grand comptable là haut ! La chance et le bonheur ne repassent jamais deux fois les plats, alors sers-toi et copieusement ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma grand mère disait: "un bon conseil, c'est celui que tu as envie d'écouter"
      Elle était de bon conseil, ma grand-mère. je vais l'écouter.
      :-)

      Supprimer
  13. J'ajoute : quand les fées se sont penchées sur mon berceau, elles se sont cassées la gueule ! Tu verrais ma tronche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être. Mais elles se sont pas loupées sur le cœur, et pour moi, c'est ça l'essentiel.

      Supprimer
    2. @ Andiamo
      Pas malin de leur avoir fait un croche-patte, elles étaient en arrêt de travail au moment de passer chez-moi

      Supprimer
    3. Oh les cousins, c'est la misère que vous me racontez là!
      Vous voulez vous faire consoler ou quoi?
      mais si, il y a des fées qui se sont penchées sur vos berceaux...Fée les courses, fée le ménage, fée à manger, fée la belle, fée les comptes..et j'en passe!...

      Supprimer
  14. Je comprends très bien ce sentiment de légère angoisse que tu as peut-être à la lecture de certains témoignages, ou à l'approche peut-être d'examens de "routine" ?

    Moi j'ai eu l' impression à l"annonce" il y a tout juste un an de "payer" pour des "mauvaises" actions, des mauvaises pensées ou même des mots que j'aurais pu dire "avant".
    Et puis mon médecin généraliste qui a toujours le rire aux lèvres, m'a dit "Vous ne trouvez pas que d'autres mériteraient plus que vous, tout ce qui vous arrive ?!"
    ça m'a surprise car je ne souhaiterais même pas à ma boulangère (que je déteste) de vivre tout cela...

    Et pourtant, parfois, il m'arrive de penser que cette "épreuve" est aussi un cadeau du ciel ( car il y a beaucoup de notre culture religieuse ou de notre éducation là-dedans), car j'avais besoin de ce break pour une re-connaissance et une re-naissance de moi-même.
    Alors quoiqu'il t'arrive, je suis sûre que tu choisiras les bonnes chaussures de rando pour suivre ton chemin... car tout est question de regard et tu as déjà de bonnes lunettes de soleil pour éclairer ta vie !

    Bonne rentrée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Cathy. Heureusement que j'ai de bonnes lunettes de soleil, car tu m'éblouis quotidiennement par ton caractère.
      Tu es un soleil de force et de bonne humeur, modeste et sage.
      Et tu me confortes chaque jour dans l'idée que les mots positifs sont des remèdes très efficaces aux pires des maux.

      Supprimer
  15. autrefois, qd j'avais des bobos embêtants sans doute mais qui ne menaçaient pas ma vie, je pensais à ça souvent: je suis tROP heureuse pour que ça dure...je vais le payer tôt ou tard
    Aujourd'hui que j'ai plongé dans le monde de la maladie, je n'ai pas un instant songé à ce que j'avais fait pour mériter cela, ni que tout ce qui m’arrive n'était que ma juste part aux malheurs du monde...
    Parce que au fil des jours et des mois, quelque chose d'étonnant, d’inattendu m'est arrivé: la maladie et ses douleurs quotidiennes, ses angoisses parfois insupportables, et au beau milieu de tout ça, une conscience bcp plus aigue que la vie est un cadeau
    En ce sens je rejoins Cathy...
    Bonne rentrée à toi, chère Célestine...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi aussi tu es un soleil.
      Et comme tu le sais, ce n'est point chez moi vile flagornerie, mais le chant de mon cœur qui s'épanche.
      Comme Cathy tu as su faire de ta faiblesse une force, et de ton épreuve une re-naissance.Oyez brave gens, la nouvelle Coumarine est là, à portée d'âme.
      Quelle chance j'ai eue de te rencontrer "en vrai"!

      Supprimer
  16. Au théâtre de la vie... il y a des hauts et des bas... mais être conscient de notre chance au jour le jour est important !!
    Bizzz •☆.•*´¨`*•• Laure ••*´¨`*•.☆
    http://ptitesphotosdelolo.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en profite pour te faire un peu de publicité:
      Mes amis, allez applaudir cette jeune actrice ravissante qui a le cœur sur la main, et un regard de clairière d'été.
      8 femmes, centre culturel Auguste dobel, Paris (porte de Vincennes)
      du 11 janvier au 10 février
      http://2.bp.blogspot.com/-kJoXo63IdN8/UOh2GVNqWmI/AAAAAAAAOhY/HtqcSVqXoLc/s1600/556978_510384829001923_858616532_n.png

      Tu sais comment je t'ai connue Laure? parce que ton blog s'appelle "suivre mon étoile"
      La mienne me suit depuis si longtemps...
      Bises

      Supprimer
    2. Merci Célestine ;-)
      Bises

      Supprimer
  17. C'est curieux, mais cette histoire de facture à payer, ne fait pas vraiment partie de mes névroses… Peut-être parce qu'en ce qui me concerne j'ai déjà payé la facture durant les 11 premières années de ma vie.
    C'est aussi peut-être parce que je ne crois pas à « la chance », mais plutôt à l'aptitude à saisir les opportunités qui se présentent, pour mettre en oeuvre l'extraordinaire potentiel des possibles dont dispose chaque humain. Peut-être par ce que bien des gens ne mesurent pas, ou insuffisamment, la puissance de vie et de réalisation contenue en germe dans notre identité fondamentale. Peut-être encore parce que nombreux sont ceux qui gâchent ce trésor dans une vie éparpillée, sans colonne vertébrale.

    J'ai aussi entendu des phrases comparables à ce que tu rapportes, comme quoi j'avais de multiples dons diversifiés et beaucoup d'aptitudes que je mettais en oeuvre dans différents engagements. Il y a du vrai. Mais mon mouvement est toujours une démarche de gratitude envers la Richesse de la Vie, largement répandue, donnée à profusion à tous ceux qui en acceptent la réalité, plutôt que sans cesse se plaindre qu'ils n'ont rien, qu'ils n'ont pas de chance, que c'est toujours tout pour les autres, etc.

    Or, je crois que c'est cela que tu vis. Comme le souligne Pierre, c'est une question de regard, générateur d'une action qui apporte du bon, pour soi et autour de soi.
    Alors laisse tomber cette peur symbolique, il n'y a pas de facture à payer. Jamais. Il y a des épreuves de vie, il y a un passif de nos histoires, dans lequel il faut mettre de l'ordre ou l'emporter avec soi, sous son bras, et tout cela constituera notre aventure humaine. Et s'il y a une seule chance c'est uniquement celle d'exister ! Et si malchance il peut y avoir pour certains, alors c'est à nous de s'engager auprès d'eux et leur donner les moyens de découvrir leur propre trésor intérieur et le valoriser dans la société.
    C'est bien ce que tu fais dans ton métier ! Non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh, je n'ai pas dit que c'était une névrose, quand même, hein...juste un petit cheveu qui vient me chatouiller de temps en temps...
      Mais tu fais à jamais partie des gens que je cite en fin de billet, et pour cela, je ne te remercierai jamais assez.
      Tout est dit, et plus je relis ton billet, et plus je me dis que j'ai de la chance...
      <3

      Supprimer
    2. Je n'ai pas dit que tu avais dit névrose… :)
      Je parlais des miennes… :)
      Et d'ailleurs c'est au sens disons « moderne » du mot, devenu banal pour exprimer le moindre trouble du psychisme sans perte de la présence au réel (à la différence des psychoses…).
      Le mot d'ailleurs est sorti du vocabulaire psychiatrique « officiel »…

      cela dit, je me réjouis de faire parti des gens qui t'apportent un petit quelque chose…

      Supprimer
    3. D'ailleurs, aujourd'hui , j'ai reçu de toi un "petit quelque chose" qui m'a bien fait plaisir...Merci cher Alain.

      Supprimer
  18. Je n'ai pas vu cette pièce Célestine... pourtant, j'ai aussi cette impression qu'un jour il faudrait payer la facture, que je mange mon pain blanc, pour le moment et qu'un jour, il sera beaucoup plus sombre.
    C'est terrible d'en arriver à craindre le lendemain (lointain)... pourtant, je suis bien de ton avis aussi, pour partie, la chance, nous la provoquons par ce que nous faisons de ce que nous avons dans les mains !
    Je ne savais pas que tu étais musicienne, en tous cas...
    Sur ces belles paroles, il est l'heure que je file vers mon premier défi musical de 2013... j'espère que la reprise se fait bien pour toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui est drôle, c'est que je n'ai pas peur , en fait.
      C'est juste une pensée qui m'effleure de temps en temps. mais si peu de temps.
      j'ai lu quelque part qu'une pensée vénéneuse met 14 secondes pour empoisonner le coeur. Alors quand une mauvaise pensée me vient, j'essaie de la repousser dare-dare. Et ça marche très souvent.

      Dois-je déduire de ta dernière phrase que tu es musicienne, toi aussi? Tu me raconteras ton défi musical? (je suis curieuse)

      Supprimer
    2. 14 secondes ? Faut vite la repousser en effet... mon pauvre petit coeur, il doit pas être en bon état !

      Oui, je suis musicienne, à mes heures... clarinettiste pour le plaisir. Et depuis que j'ai changé de département pour rejoindre mon mari (il y a un peu plus de 2 ans), je vois des portes s'ouvrir de ce côté, je vis des projets, avec les élèves, que je n'aurais pas imaginé pouvoir monter, coordonner avant.
      Le tout nouveau, tout beau (je l'espère) va être de diriger un orchestre à l'école (l'instit qui en a la charge est en congé mater)...
      Bien sûr, je n'ai jamais fait et je vais découvrir.
      Voili voilà !

      Supprimer
    3. Mais c'est formidable tout ça!
      L'idée me plaît bien.
      Moi je monte une "comédie musicale" avec mes CM2 chaque année. (je préfère mettre des guillemets, ça fait moins prétentieux...)
      C'est à dire que nous inventons une petite histoire pour lier entre elles une dizaine de chansons...
      Et je me régale.

      Supprimer
    4. Et vous inventez aussi les musiques et tout et tout ? Un sacré boulot !
      Et tu peux enlever les guillemets !
      ça me rappelle des souvenirs, ton projet : c'était mon sujet de dossier pour le concours et j'ai eu la chance de participer à un projet similaire lors de ma première année (jouer et chanter une pièce déjà écrite avec une dizaine de classes de plusieurs écoles). C'était trop bien ! D'ailleurs, il y avait une instit sur scène et c'est tombé sur moi !
      Tu nous racontes un peu plus ton projet ?

      Supprimer
    5. Oh non, je remets les guillemets, je choisis des chansons existantes! Après, c'est vrai qu'il y a le gros travail de mise en scène, d'écriture du texte "fil rouge" de l'histoire , du choix des "visuels" (par exemple l'année dernière, sur "Les cornichons" de Nino Ferrer, chaque élève avait dans la main un des éléments de la chanson (et il y en a assez pour une classe de trente!))
      Ponctuellement j'écris aussi la deuxième voix (quand elle n'existe pas) et les arrangements à la guitare...Mais avec des partenaires aussi prestigieux que Cabrel, Charles Trenet, Brassens, Thomas Fersen, Alain souchon ou Barbara, c'est assez facile de récolter des lauriers de fin d'année...
      Et je ne parle pas des décors et des costumes...
      Cette année, nous sommes partis sur Jean Jacques Goldman, Jacques Dutronc et Jean Michel Caradec...la lettre j à l'honneur, tiens oui, je viens de le remarquer...La suite dans quelques mois...

      Supprimer
    6. Tu nous mets l'eau à la bouche.... ça serait bien de voir une vidéo.

      Supprimer
  19. J'aimais bien aussi. La télé essaie de reprendre quelques pièces mais je ne les regarde plus.

    Je ne crois pas hélas que c'est nous qui nous fabriquons notre chance, Célestine, c'est plus, à mon avis, lié au hasard ou même au destin, ou c'est un état d'esprit.
    Certains ont de la chance, d'autres non.
    Le fait d'être optimiste doit aider à accaparer les bonnes ondes !
    Bonne semaine & bisous de ma tour

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme j'aimerais te convaincre que si, nous sommes les acteurs, les créateurs de notre vie! Comme j'aimerais te donner un peu de mon regard sur les choses.
      Peut-être dans un autre billet, m'épancherai-je un jour sur les épreuves que j'ai subies, juste pour bien faire comprendre à mes lecteurs que je n'ai pas eu que du rose dans ma vie, et autour de moi...
      Mais peut-être que ma chance c'est d'être optimiste, alors...merci papa merci maman!
      Bisous binômette!

      Supprimer
    2. "fabriquer sa chance" l'expression est peut-être réductrice voir "insultante" pour certains malheureux qui cumulent les douleurs...
      peut-être dans une certaine mesure faut-il avoir le courage d'accepter effectivement que certains soient plus "chanceux" que d'autres...au regard de ce que l'on peut voir autour de nous...
      Oui sans doute que conserver son optimisme dans un monde tel que le notre est une chance :)

      Supprimer
    3. Bien sûr, Julie, malheureusement, certains ont plus de chance que d'autres qui cumulent les malchances et les horreurs... cependant, à mon avis, hasard et destin ne sont pas les seuls maitres du jeu. Si nous ne pouvons pas tout, je pense que nous pouvons un peu, rien qu'un petit peu. D'ailleurs, ce ne sont pas toujours ceux qui possèdent le plus qui sont les plus heureux.

      Supprimer
    4. Tout à fait d'accord pour dire cependant que hasard et "destin" ne sont pas les seuls maître du jeu! particulièrement ce foutu destin ;)
      Ceci dit, tout ça, ce n'est n'est peut-être tout simplement que le fameux "mystère de la vie"!
      je reste convaincu que l'optimisme et la foi (peu importe en quoi-elle est très personnelle) restent les meilleurs outils pour façonner notre vie!

      Supprimer
  20. Je ne crois pas à cette idée de facture. Quand on voit tous les salaud du monde qui vivent en toute impunité leurs crimes et leurs arnaques... ;) s'il y avait une facture ça se saurait! ;)

    Par contre je pense que ce qui peu permettre de "mieux vivre" cette "chance insolente" c'est tout simplement de "la redistribuer" :)

    C'est sans aucun doute ce que tu sembles faire de multiples façons il me semble.
    ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, les Klaus Barbie et consorts sont un bon exemple de l'imbécillité de cette théorie...
      Et, oui, je suis d'accord aussi quand tu dis qu'inconsciemment, je suis sans doute poussée à "redistribuer" ce dont j'estime avoir été trop largement dotée. D'où mon petit côté Amélie Poulain...qui énerve un peu parfois, mais jamais volontairement...

      Supprimer
  21. Célestine : pas d'accord j'aide ma douce pour le ménage, ainsi je lève les pieds quand elle passe l'aspirateur !

    Tu sis Blutch tu n' as p't'êt' pô perdu grand'chose !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Andiamo
      Tu fais comme Dutronc? Il avait expliqué qu'il est pour le partage des tâches ménagères: Il apporte la poussière et Françoise passe l'aspirateur...
      @ Célestine:
      Je les connais bien les fées que tu énumères plus haut, mais j'en ai eu aussi des sympas: Morgane, Viviane, Carabosse
      J'ai bien essayé, comme Cugino, de lever les pieds, mais l'aspiro n'arrive pas...

      Ce Sidi, j'ai des fois l'impression qu'au lieu d'une facture, je devrais recevoir une note de crédit pour le trop perçu en accomptes :-)
      J'avais beaucoup à apprendre de la Vie et comme je suis un peu sourdingue sur ce plan-là, les leçons ont été un peu "appuyées". Maintenant j'ai réglé le sonotone et les choses se passent en douceur...
      Bacio per tè
      Blutchiamo

      Supprimer
  22. Quelle fabuleux souvenirs !
    Sans doute qu'au "Théâtre ce soir" est à l'origine de quelques vocations ou encore de quelques amateurs éclairés qui fréquentent les salles. Et les talentueux comédiens que tu as cités resteront à jamais inoubliables.
    Et puis il y a ceux qui ont de la chance et ceux qui en ont moins, on dit de cela que c'est un état d'esprit. Et si d'une manière ou d'une autre tu la redistribues cette chance, qui semble t'étouffer, que demande le peuple ?
    C'est vrai que quand je passe sous une échelle et que je prends le pot de peinture sur la tête, je me dis t'avais qu'à faire le tour

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es très philosophe, cher JC, sais-tu que c'est une chance?

      Supprimer
  23. Philosophe je ne sais pas ! En tout cas je me suis emmêlé les crayons avec l'orthogaffe, ça m'énerrrrrrrrrve ! :-) :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rhôôô! c'est vrai qu'elle était grosse la faute...mais je laisse toujours une chance à mes élèves de s'auto-corriger...

      Supprimer
  24. Comme ce billet-là me parle ! Bien sur que l'on est artisan de sa vie, et même du regard que l'on porte sur sa vie, et là ça change tout ! Hauts les coeurs !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te réponds au-dessous, avec Hélène.

      Supprimer
  25. "On choisit pas ses parents , on choisit pas sa famille, on choisit pas non plus le trottoir de Manille de Paris ou d'Alger pour apprendre à marcher , être né quelque part", au debut tout de même la chance est bien inégalement distribuée je trouve... Je ne parlerai pas de oim' ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Charlotte et Hélène, vous avez raison toutes les deux. Et ceci n'est pas une pirouette. Je le crois vraiment.
      Il faut comparer ce qui est comparable. Au regard de la misère noire que vivent certains pays "en voie de développement", tous les occidentaux font figure de nantis. Bien sûr que la chance est mal partagée.
      On en revient à l'éternel débat: peut-on se réjouir des agapes de Noël si l'on sait que l'on meurt de faim à l'autre bout du monde?
      La chance suprême n'est-elle pas d'avoir le nécessaire? Un toit, de la nourriture, de l'eau et la santé.
      je me lève tous les matins en me disant que déjà, j'ai une chance miraculeuse d'avoir tout ça à profusion.
      Quand on a, de surcroît, un au moins de ces éléments-là: une famille, des amis, de l'amour, un métier, des loisirs, du confort, comment ne pas se lever le matin en se disant: c'est merveilleux.
      Et quand , par -dessus tout, on trouve encore mille et une autres raisons tout à fait subjectives d'aimer la vie, et que l'on entretient comme un trésor ce que l'on possède...Oui, parle de toi, Hélène, et essaie de lister ce qui est bien dans ta vie. je dis ça, je dis rien surtout, je ne me pose pas du tout en donneuse de leçons, quelle horreur, surtout pas. Chacun subit des épreuves, et je respecte trop les autres pour cela. Mais je connais des gens durement éprouvés par la vie, et qui se sont reconstruits à force de courage et d'enthousiasme, et peut-être en saisissant les mains qui se sont tendues à un moment. Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir. Phrase bateau mais ô combien rassérénante.
      je vous embrasse toutes les deux.

      Supprimer
  26. C'est drôle ce texte sur la chance et les dons que dame nature nous donne ou pas. Je suis un peu comme toi Célestine à ne pas vouloir reconnaître certaines bonnes distributions de la nature comme si j'en avais un peu honte. Peu à peu avec les années et un entourage valorisant, je quitte ces mauvais oripeaux et m'accepte telle que je suis. Par contre, je n'ai jamais pensé à payer la note. Non, mais. Notre société est assez mercantile comme cela, donc pas question de m'acquitter d'une facture indue pour la nature que j'ai reçu de mes parents. Ces cadeaux de naissance me permettent de porter sur la vie un regard positif, heureux et d'ouvrir les bonnes portes pour moi et pour mon entourage. D'ailleurs, tiens, j'ai su trouver la porte de ton blog, c'est pas une preuve ça? Et puis tu sais, la fée Carabosse n'était pas la plus maligne des fées et je te parie que si elle avait placé sur ton front naissant sa baguette, d'un sourire lumineux tu l'aurais lasérisée (pardon pour le néologisme, madame l'instit!!). Bises ensoleillées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon blog n'est pas si difficile à trouver, quand même!...
      "Célestine" dans "gougle", et le tour est joué.
      Je te taquine! j'aime beaucoup ce que tu dis, sur les "oripeaux".
      C'est vrai qu'au fur et à mesure que j'avance dans la vie, j'ai cette impression de muer, de troquer des habits trop petits et qui coincent aux entournures, pour des vêtements plus confortables...
      Pour ce qui est des néologismes, je les adore. je suis moi-même une créatrice de mots nouveaux.

      Supprimer
  27. Incroyable mais je me souviens de cette émission de théâtre et pourtant j'étais gamin...je regardais souvent les comédies.
    J'aimerais bien savoir jouer de la guitare ou d'un autre instrument...cela n'a rien à voir mais j'ai vu Laurent Voulzy en concert il y a quelques semaines et j'ai été impressionné par la Harpe...ça a l'air désuet mais ça ce mélange parfaitement aux claviers et synthétiseurs mais bon c'est Voulzy!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, cette émission a marqué toute une génération...

      Eh, mais allez, qu'est-ce que tu attends? Tu peux apprendre à jouer de la guitare!
      Et ne me dis pas que tu es trop vieux ou autres fadaises...
      Tu veux que je te donne ton premier cours?
      ;-)

      Supprimer
  28. Oh là là! Jean Le Poulain, Madeleine Barbulée, Francis Lax, Raymond Jérôme, Dominique Paturel ...........J' en loupais pas une!
    La facture : c' est comme ceux qui disent quand il a fait beau plus de 15 jours : on va l' payer!
    Profite, petite Célestine, profite quand ça se passe bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'es trop chou, ma Pierrot!
      Très bon exemple la météo...
      Allez, je profite.

      Supprimer
  29. Dans les monstres sacrés de ce théâtre là, il y avait aussi Jean Le Poulain, extraordinaire !!
    Je ne crois pas non plus à cette histoire de facture. La vie est un sport individuel. Déterminisme. Rationalité. Et hasard de la vie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Wouaou ça fait rêver! Jamais d'équipe ou de partie en double ?
      Double mixte peut-être?
      Pour jean le poulain, je suis d'accord. Il était extraordinaire.

      Supprimer
    2. Si, si, quelques dualités et quelques groupes, mais ça ne change rien au fait ...

      Supprimer
    3. C'est ton opinion et je la respecte, cher Antiblues.
      -Imparfait, libre et heureux, n'est ce pas? mais en même temps, un peu désabusé, un peu cynique ,non?
      -Non, Célestine, juste pragmatique et cartésien...
      -ah, alors...je m'incline


      (et hop, j'ai économisé trois commentaires... ;-)

      Supprimer
  30. Je ne lis pas tous les coms mais moi aussi, j'ai beaucoup de chance. Et je sais saisir la main de la chance quand elle me la tend. Voilà, Célestine. Quand tu viens faire une virée à Paris, dis le moi un peu en avance qu'on organise un truc entre chanceuses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors la, sans problème. Toujours partante pour une virée parisienne entre potes.
      Je pense monter en février, mais fait-on partie de la même zone?...

      Supprimer
  31. Pareil , il arrive que des pensées me traversent l'esprit " ça va pas durer ! "
    chanceuse , je ne sais pas , comblée par le vie , oui
    mais , on provoque toujours un petit peu des choses , on charge nos valises et on tente de les garder intactes
    Ma mère piquait des fous rires en regardant les pièces de Théâtre dont tu nous parles
    Elle adorait ça , les amants dans le placard , les claquements de portes , Marthe Mercadier , Jacqueline Maillan , et Michel Roux ...
    je regardais parfois avec elle , je m'en souviens très bien

    souvenirs ...
    bises Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, moi aussi, c'est mes parents qui m'ont embarquée là-dedans.
      j'aimais vraiment ce rendez-vus hebdomadaire...
      Ils devraient le refaire...

      J'aime bien l'image des valises.

      Supprimer
  32. C'est étonnant comme une pièce peut avoir influencé notre vie! pour ma part, c'est Phèdre que j'ai vu très jeune avec Marie Bell! Quand à la facture à payer, j'y retrouve là les notions très cathos imprégnés dans mon esprit par ma mère "ne montre pas trop ce que tu sais faire, ce serait vantardise!"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je reconnais bien là les phrases dans lesquelles j'ai baigné enfant. La culture judéo-chrétienne a quand même salement amoché les egos.
      Heureusement qu'on s'est soignées, hein , Marie-Madeleine?

      Supprimer
  33. Chère chanceuse, douée, surdouée même ! :) dotée à la naissance de nombreuses qualités, entretenues plus tard par le goût, la volonté ...
    Je suis venue te lire, bien comme j'aime toujours le faire, hier matin mais je n'ai pu me répandre. Or, je t'ai parlée depuis dans ma tête :) et je t'en ai dit des choses, as-tu entendu ? car l'air de rien, ce mot a priori me laisse plutôt indifférente, n'étant pas de nature superstitieuse, j'ai toujours aimé les trèfles à trois feuilles, tout simples que l'on trouve dans nos jardins :) j'ai voulu comprendre le chemin de ta pensée, bien sûr que tu as dû susciter des jalousies ! cette "peur de le payer" que je n'ai pas puisque ne me sentant pas concernée ni par la chance ni par la malchance non plus d'ailleurs ... qui m'a emmenée sur la route de ma vie ! Par pudeur, par discrétion, par ce que ce serait long, je ne vais pas me répandre ... :) L'air de rien, grâce à tes talents, fées penchées sur le berce haut, tu nous laisses réfléchir longue mens et je gratte je gratte ma guitare intérieure et je remonte de puits ... Je n'aime décidément pas tellement parler de chance, je n'aime pas les jeux d'argent, il y en a même qui parlent de seconde chance, et après qu'est-ce qui nous reste ? !!! non, ou alors je banalise le mot.
    Je peux juste dire que, lisant les témoignages de Cathy, de Coumarine, qui me touchent profondément, aujourd'hui, je me sens la chance d'être en vie ! je dis bien ce matin -même où je me suis levée de bonne heure ... Quand on a été touché dans sa chair, ou dans ses chers, on sait le prix de l'essentiel ! la chance c'est alors le luxe de vivre, tout simplement ! de l'eau, du pain, des fruits, pouvoir en corps se lever ou remuer sa carcasse, sentir par le toucher ou profiter de ses oreilles ... parce qu'on aime le soleil ou la pluie, le sourire de l'enfant, de l'amie, la main ou la pensée bienveillante qui vous accompagne ... La chance comme une belle rencontre, même virtuelle, au quotidien ! ou comme une chanson oui je préfère les chansons !!!

    Bisous ès-pie-aigle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Veronica, quel commentaire! j'en suis ébouriffée!
      j'ai entendu tout ce que tu m'as dit dans ta tête: c'était ça ce bourdonnement léger...
      Que tu me dises que c'est un peu grâce à moi que tu découvres le prix de la vie, je vais encore mettre ça sur le compte de l'énorme chance que j'ai...même si je crois que tu exagères un peu!
      Mais je prends tout ce que tu me dis comme une véritable cuillère de miel. Et d'aucuns savent que j'adore le miel par-dessus tout...
      Décidément, j'aime beaucoup quand tu grattes ta guitare intérieure...

      Supprimer
  34. Sourire, je voulais surtout dire que par ton texte et tes interrogations tu m'avais emportée de nouveau sur le chemin de ma propre vie, là où l'on s'est rencontrées, par la grâce des mots échangés :)

    RépondreSupprimer

  35. Cynisme de mauvais aloi dont je prie vos ami(e)s de bien vouloir excuser l'intrusion parmi leurs messages.

    Votre billet, chère Célestine, précise en dernière ligne : "Retrouvez ce billet dans les onglets petite philosophie du matin, souvenirs souvenirs, états d'âme".

    Etats d'âme...

    Pour ne pas avoir d'états d'âme, ayez des tas d'hommes.

    ... Sur ce, désolé et tout rouge de honte, je sors !...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne soyez pas désole cher Nuage ! Je trouve votre jeu de mots de bon aloi et très spirituel...

      Supprimer
  36. Passe une douce fin de semaine...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Julia. Je vais tranquillement regarder mon feu de cheminée.
      Bisous

      Supprimer
  37. Ah, Robert Hirsch ! Je me rappelle de son inénarrable interprétation du Corbeau et du Renard...
    Pour le reste : pareil pour moi. Je crains qu'à l'heure des bilans "on" s'enquière de ce que j'ai fait de bien de tous ces dons qui m'ont été donnés. Et l'heure approche à grands pas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le tout est de savoir quelle entité se cache derrière ce "on"...
      L'essentiel étant d'avoir l'impression d'avoir fait de son mieux, non?

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.