vendredi 26 août 2011

La lettre H





Chaque bonne chose ayant une fin, il me faut admettre que j'aurais bien continué jusqu'au Z le petit jeu d'Asphodèle...

Cette semaine, pour finir en "Hapothéose", il  fallait utiliser les mots suivants:






HÉSITER – HURLEMENT – HUMAIN – HÉLICOPTÈRE – HIRSUTE – HÉCATOMBE – HONNEUR – HONGROISE – HASCHISCH – HARMONIE – HUMBLE – HÉRISSON – HYPOTHÈSE – HUMILIATION – HANTER – HARIDELLE – HASARD – HYÉMAL (E) ou HIÉMAL(E) – HALO.

****

Ça y est , elle est mariée ! Regardez, c'est elle, là, sur la photo, nimbée du halo hiémal que font les respirations dans le froid de décembre, sous son étole d'hermine blanche. Elle n'y croit pas encore tout à fait : cet homme beau et fier, en habit, au bras duquel elle s'accroche, c'est son mari ...

Tout à l'heure, sans hésiter, de sa voix claire, elle lui a dit oui .

Et maintenant, sur le perron, il lui semble que ces grains de riz, comme une pluie d'étincelles, sont pour elle seule, comme pour lui dire quelque chose. Ils fusent comme autant de réminiscences de son autre vie, sa vie d' AVANT.


En un éclair, le train du souvenir défile devant ses yeux. Son enfance hongroise. Son père et sa mère, humbles commerçants...La guerre, l'hécatombe. Les hurlements des sirènes, ses propres hurlements.
Elle a cinq ans. Elle est seule : sa famille, anéantie. Et l'horreur de découvrir, sous ses cheveux hirsutes, son visage atrocement mutilé.

L'orphelinat, les humiliations de ses camarades, devant sa monstruosité. Les cauchemars qui la hantent.
Elle a quinze ans. Elle s'enferme. Le haschich est son refuge. Elle veut mourir. Qui se soucie d'un hérisson apeuré qui se terre, d'une haridelle tout juste bonne pour l'abattoir ?


Et puis par hasard, la rencontre de ce chirurgien brillant, si humain, si magnifique qui, par amour pour elle et ses grands yeux violets, émet l'hypothèse folle : lui rendre son visage, son honneur, sa dignité, sa féminité ... L'hélicoptère qui l'emporte vers la clinique sur la colline en fleurs.

Son émotion tremblante devant le miroir d'apercevoir les traits de cette inconnue qui sourit enfin à la vie...Elle!

Elle a trente ans. Les peurs, les souffrances , les larmes gisent par terre, à tout jamais, comme ces grains de riz piétinés dans l'allégresse générale.
Elle est belle. Ils s'aiment. Le bonheur et l'harmonie viennent d'entrer dans sa vie.


38 commentaires:

  1. C'est très beau, émouvant, un rire après la souffrance, une délivrance après l'emprisonnement, un espoir après les néants.. Avec la musique de Yann en plus.. Toujours la même fluidité de placements de mots.. Parce pour les miens, j'ai pas réussi à bien placer hongroise parce que je ne connais pas ce pays en fait..:-)) Bref, merci pour ce tourbillon de la vie..

    RépondreSupprimer
  2. Merci ma luciole. On est toujours en phase au niveau de l'heure de la publication! et Ton texte est admirable.

    RépondreSupprimer
  3. Joli coup, une histoire d'amour qui se tient et qui finit bien, en plus! Alors bravo!

    RépondreSupprimer
  4. J'ai lu avec délices la belle histoire des mots. Heureusement un peu tard. Je n'aurai pas oser écrire mes petits textes à leurs sujets.
    Parfois les mots me font peur tant ils sont puissants et je redoute pour cela les exercices d'écriture. Je dois dire cependant que j'ai lu avec délices celui-ci.
    Bon week-end et bonne rentrée. (quelle chance ont vos petits élèves !)

    RépondreSupprimer
  5. Enfin une histoire d'amour qui finit bien ! Merci, Célestine, pour ce rayon de soleil du samedi !

    Une belle revanche sur la vie. Mais dis-moi, est-ce "son" chirurgien qu'elle épouse ?

    Encore une semaine de répit ?
    J'essaierai de passer pour te souhaiter une bonne rentrée, le 5...
    Bises de Lyon

    RépondreSupprimer
  6. Ben, je n'entends pas la musique...
    J'y retourne voir... je n'ai pas dû activer le son !

    RépondreSupprimer
  7. Avec tous ces H, quoi de plus normal que d'aspirer au bonheur ? :~)

    Superbe texte sous contrainte, encore une fois !

    RépondreSupprimer
  8. Une belle histoire d'amour et de rédemption, un peu d'espoir sur cette lettre H.
    Moi aussi je continuerai bien jusqu'au Z. Mais pas le temps de reprendre le flambeau d'Asphodèle. Merci à elle.

    RépondreSupprimer
  9. Emouvant et très bien écrit, deux mots toutefois : BRA VO !

    RépondreSupprimer
  10. enfin une histoire qui finit bien...
    où tous les mots en H ont trouvé sans problème leur place avec harmonie
    à se retrouver aux prochaines vacances chez Asphodèle
    ou chez les défiants du Samedi
    bonne rentrée

    RépondreSupprimer
  11. très bien amené et se lit avec plaisir.... chapeau madame... Bises

    RépondreSupprimer
  12. J'espère que tu n'as point été harassée par ta grande hâte à composer cette fiction accélérée et superbement ficelée..
    j'adore la musique de "La liste .." en fond , magnifique et poignante mélodie qui me fait à chaque fois frémir d'émotion..
    Bon courage pour la reprise
    Je n'arrive pas à réaliser que tout recommence soudain dans quelques jours..

    RépondreSupprimer
  13. Ce texte passe par des choses belles et moins belles, dans le désordre et a une fin heureuse, on s'y sent bien.

    RépondreSupprimer
  14. Un très beau texte comme d'habitude, cette facilité à placer les mots et une plume flamboyante ! Sans aucun doute ! Tu es bien la "fille "spirituelle" de Coumarine ! Quel souffle ! Et nous irons jusqu'au Z, par étapes, si tu es disponible à ce moment là, pourquoi pas ? ;)

    RépondreSupprimer
  15. J'aime beaucoup cette histoire ! Même les "vilains petits canards" de l'histoire ont droit au bonheur. C'est joli, plein d'espoir et d'humanité (en H aussi !). Merci.

    RépondreSupprimer
  16. magnifique , j'aime beaucoup le commentaire d'Asphodèle te qualifiant de fille spirituelle de Coumarine

    Tu écris tellement bien , les mots imposés , on aurait même un peu de mal à les retrouver
    merci Célestine , tout simplement

    RépondreSupprimer
  17. Je suis émue, c'est magnifique...

    RépondreSupprimer
  18. Je te l'ai déjà dit une fois mais j'ai l'impression que chaque samedi j'attaque un nouveau et excellent roman, celui là aussi j'aurai bien continué quelques pages de plus !

    RépondreSupprimer
  19. Voilà une belle histoire de mariage et de mariée qui est belle sans rentrer dans les clichés bravo.

    RépondreSupprimer
  20. Oh comme elle la mérite cette fin ! Il est très émouvant ce texte, tout en douceur et en retenue. Superbe.

    RépondreSupprimer
  21. Oh il est chouette ton texte. Très inattendu! Vraiment intéressant et bien écrit! Un petit ovni!
    Que de de jolis textes nous avons découvert aujourd'hui!!!

    RépondreSupprimer
  22. Très joli texte, pour moi les mots en H m'importent peu. A lire ces phrases bien construites, j'aspire d'autant plus à avoir ton livre en mains. Amicalement. Henri

    RépondreSupprimer
  23. Un tantinet Harlequin (avec un H quand même) à mon goût, mais comme d'habitude les mots sont placés l'air de rien.
    Bonne rentrée Célestine :)
    Julia

    RépondreSupprimer
  24. JULIA Carrément harlequin tu veux dire! Mais c'était un peu voulu...La musique de fond, le thème du beau chirurgien, mon côté fleur bleue (avec des mots aussi durs, je n'avais pas envie de sombre,et c'était difficile pour moi)

    HENRI merci ce livre joue les arlésiennes mais il va bien finir par sortir!

    MAHIE je n'ai pas encore eu le temps d'aller lire les autres textes (à part un ou deux) mais je me réserve ce plaisir pour demain...mon dernier jour de vacances.

    EILUNED merci d'avoir aimé.

    BERTHOISE c'est ainsi que je préfère les fins.

    AYMELINE j'ai bien reçu ton texte, je t'enverrai un mail dans quelque temps.

    HUTTE DES BOIS promis, dès la retraite, je me consacre exclusivement à l'écriture de mes romans.

    RÊVA quel joli pseudo!

    JEANNE et ASPHODELE C'est le plus beau compliment que vous pouviez me faire, à n'en point douter. Je suis confuse. J'espère que cela lui fera plaisir, à notre chère Coumarine!

    AMELIE un remake de "Miss Swann", je ne sais pas si tu en as entendu parler...

    JEAN-CHARLES c'était difficile pour moi, de glisser des mots empreints d'une telle négativité. Il me fallait finir sur une note optimiste.

    RépondreSupprimer
  25. CROUKOUGNOUCHE moi non plus je n'arrive pas à réaliser! Bon courage à toi aussi. Moi je reprends lundi et j'ai l'impression que les vacances passent de plus en plus vite....

    PATRIARCH Merci, comme toujours, tes mots (et ta fidélité àmon blog) me touchent. Tu as tellement de blogs amis, où trouves-tu le temps de lire et commenter chacun d'eux?

    32 OCTOBRE oui je vais reprendre chez les défiants, après un long été infidèle...

    ANDIAMO je ne dirai que deux mots: Mer Ci

    ZOE comme Asphodèle le propose, si c'est par petites touches, de temps en temps, pourquoi pas...Une lettre par mois?

    RépondreSupprimer
  26. TANT-BOURRIN Je suis hextrêmement honorée et heureuse de ton happréciation

    PLUME oui bien sûr que c'est son chirurgien qu'elle épouse, comme dans tout bon roman de la collection harlequin...Lyon? vraiment pas loin! si je monte, je te fais signe?

    JACQUES Voilà un commentaire délicieux si j'en crois le fait que le mot "délice" y revient deux fois...

    BETTINA Comme disaient les Rita Mitsuko: "les histoires d'amour finissent mal, en général" oui mais en général ne veut pas dire à tous les coups!

    M E R C I A T O U S !

    RépondreSupprimer
  27. J'ai beaucoup aimé ton texte et les mots en H coulent de source.. Bravo !!

    RépondreSupprimer
  28. Pierrot Bâton28 août, 2011 09:23

    Et on dit que les gens Heureux n' ont pas d' Histoire !!! Heureusement, tu es là...

    RépondreSupprimer
  29. Lorsque je lis tous vos récits, je trouve que ma petite prose est bien légère. Une question, cependant : Hauront-ils beaucoup d'Henfants ?
    Je ne remercierai jamais assez Asphodèle de m'avoir permis de découvrir d'autres blogs qui me passionnent et je file sur "être attentif à l'autre" car le peu que j'ai lu me rappelle quelqu'une :-)
    À bientôt

    RépondreSupprimer
  30. Beau texte (mais pas réussi à avoir le son...bouhhh) Belle écriture fluide, je ne savais pas que tu écrivais (mais j'ai tjs un train de retard) je me penche sur la question...je pars fureter sur ton blog. Merci de ta visite sur notre blog à 4 mains

    RépondreSupprimer
  31. ça me donne envie de reprendre des exercices d'écriture mais c'est bizarre, je ne les publie presque jamais sur mon blog!

    RépondreSupprimer
  32. C'est magnifique comme ton texte est souple malgré la contrainte de tous ces mots, et puis... c'est toute une histoire en si peu de lignes!

    Bravo!!!!

    RépondreSupprimer
  33. C'est magnifique comme ton texte est souple malgré la contrainte de tous ces mots, et puis... c'est toute une histoire en si peu de lignes!

    Bravo!!!!

    RépondreSupprimer
  34. Moi je n'aime pas les fleurs bleues, les mariages et les romans d'amours à l'eau de rose.
    J'aime la vraie vie, celle qui ne cache rien mais qui offre tout...

    L'unique mot en H sur lequel je trouve bon d'écrire est "humilité" !Pourquoi trop souvent les professeurs en manque tellement.

    XXY

    RépondreSupprimer
  35. Une belle Hapothéose avec ton texte! Moi aussi j'aurais bien continué jusqu'à Z avec Asphodèle! Du coup je suis allée du côté d'Olivia et je continue avec elle le vendredi.

    RépondreSupprimer
  36. Un texte plein d'espoir pour terminer cet été de plume que je viens lire avec du retard.

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.