dimanche 16 mai 2010

Cette part de moi



Cette part de moi qui surgit souvent,
au détour d'un pleur, ou bien d'un fou-rire,
dois-je l'effacer?
Cette part de moi refusant toujours de se lamenter, de se résigner et de se résoudre, 
toujours et encore
dois-je y renoncer?
Ce morceau de moi qui ne grandit pas, qui plaque ses mains pour fermer ses yeux
sur le monde dur et sur ses blessures,
mais ouvre toujours de grands yeux surpris sur le monde doux ou étourdissant ,
ce petit tendron, cette jouvencelle tapie dans mon cœur,  
dois-je l'étrangler?
Ces gouttes de moi  qui tombent en pluie 
sur le tapis bleu de mes rêves fous, 
dois-je les sécher?
Ces rayons de moi éclairant  les gens comme un soleil franc après les orages,
faisant tout reluire d'un éclat nouveau, 
dois-je les voiler?
Dois-je les éteindre?
Cette part de moi qui porte des nattes et saute en poussant du bout de son pied
un galet tout rond, un galet tout blanc 
jouant à  la vie comme à la marelle,
et  à cloche pied, et  à cloche-coeur ,  entre terre et ciel, 
dois-je la brimer? 
lui dire de s'asseoir? 
Ou la ficeler?
Cette part de moi qui chante à tue-tête, en suivant le cours d'un petit ruisseau moussant de soleil, Fifi Brindacier,  Zazie dans l'métro, gamine effrontée, sale petite peste,
dois-je la faire taire?
Lui couper la langue? 
La mettre au placard?
Ce grand pan de moi,  ce grand pan naïf, qui croit au Bonheur, qui croit à l'Amour,  
et à la tendresse infinie du monde,
dois-je l'étouffer?
dois-
je 
le 
tuer?



"Finalement, finalement, il nous fallut bien du talent
pour être vieux sans être adultes."
Jacques Brel



18 commentaires:

  1. Très joli texte, et si vraiment la question n'est pas seulement une forme de rhétorique, la réponse est bien sûr non mais y parviendrais-tu seulement ?

    RépondreSupprimer
  2. Je ne pense pas qu'il faille changer sa nature, et en plus est ce possible ?

    Je ne me pose plus depuis longtemps la question et je suis sûr que si je devais refaire ma vie, elle serait la même, avec ses joies et ses peines !

    Alors, vivons la, la vie !!

    Bon dimanche Bises !

    RépondreSupprimer
  3. Ce pan de toi est le meilleurs de toi...
    Bisous Math

    RépondreSupprimer
  4. Ah mais c'est que ton texte est si beau qu'on est ravis que cette part de toi existe et te l'ait inspiré...

    Et puis, non, pourquoi supprimer le noyau de ton être? Même vieille et chenue (au coin du feu, à la lumière de la chandelle...) tu sentiras encore pétiller ce noyau de joie, d'émerveillement, de foi. C'est cette part de toi qui te sauve des autres parts, celles qui ont appris à suivre le temps qui passe avec politesse et maturité.

    Mais qu'il est beau, ton texte ...

    RépondreSupprimer
  5. En voilà une (bête) question ! Bien sûr que non, jolie Célestine. En plus, tu poses la question alors que tout ton être crie "Non". Tant que d'autres soi-disant "fleurs bleues" comme toi, comme nous, y croirons, l'espoir aura de belles années devant lui :-)

    RépondreSupprimer
  6. Tu as lu ce qu'ils t'écrivent? On t'aime avec toutes ces facettes irradiantes et contagieuses, merci pour ça et tout le reste. La poésie est le secret de la vie!

    RépondreSupprimer
  7. Ce texte est magnifique!
    Bien sûr que non tu ne dois pas supprimer ces parts, cette goutte, ce morceau, ce rayon, ce pan car il sont toi tout simplement!

    RépondreSupprimer
  8. Surtout, surtout pas ! C'est toi et sans ce ne serait plus toi et ce serait dommage :)

    RépondreSupprimer
  9. Que s'est-il donc passé pour que tu te poses cette question, chère Célestine?
    La réponse tu la connais bien sûr.
    Et nous nous avons eu droit à un beau texte...merci!

    RépondreSupprimer
  10. Merci pour vos réponses. Elles me font du bien. Il ne s'est rien passé de spécial, j'ai eu juste envie d'écrire un texte pour revendiquer mon côté petite fille que certains dans mon entourage me reprochent de manière récurrente. Les principaux reproches que j'entends (même dits gentiment, ils finissent par me faire mal parfois) c'est, en vrac, que je suis naïve, utopiste, idéaliste,trop optimiste, trop rêveuse, que je fais l'autruche, que je dois redescendre sur terre, que je suis sur mon petit nuage, que je regarde le monde à travers un voile rose, que le monde n'est que de la merde,etc etc...
    J'ai pourtant l'impression d'avoir les pieds bien sur terre quand je joue à la marelle...

    RépondreSupprimer
  11. POST SCRIPTUM

    Je ne sais pas si vous avez remarqué,mais je vous ai fait à tous un petit cadeau:
    j' ai arrêté de modérer les commentaires...

    Bises de


    *****Célestine****

    RépondreSupprimer
  12. Changer ??? Et puis quoi encore ? Quelle drôle d'idée !

    RépondreSupprimer
  13. Ne tue rien, ne brime ni ne ficèle ton coeur d'enfant même si parfois il te fait souffrir. C'est le même qui me fait pleurer en ce moment et qui tout au fond croit encore en la vie

    RépondreSupprimer
  14. Alors voilà, bien sûr que c'est un très beau texte !...
    Quelque chose qui tient d'une sorte de mouvement de libération...
    Les raisons d'écrire en interrogations, tu les donnes dans les commentaires.

    J'attends un jour « l'autre texte » !
    Celui où tout cela sera dit en pleine affirmation de toi.
    Mais ce n'est pas une demande bien entendu...
    Quelque chose qui doit simplement naître progressivement.

    Déjà, j'en vois un peu les prémices dans ce beau mouvement que tu as eu de ne plus modérer les commentaires...
    Je dis beau mouvement parce qu'il est dans le sens d'une existence qui se met à moins « craindre » les réactions des autres. Et on comprend très bien pourquoi il peut, (il pouvait), en être ainsi dans ce que tu dis des « reproches » que l'on te fait dans ta vie " en live".
    Alors, merci pour ce cadeau de confiance que tu nous fais.

    Il faut laisser aux gens le droit de dire des bêtises, et même des grosses conneries ! Et puis poursuivre sa route... En chantant... En faisant quelques pieds de nez... C'est ainsi que ton coeur de fillette se déploie dans la femme que tu es...

    Ah oui ! Il en faut bien du talent pour être adulte...

    RépondreSupprimer
  15. C'est toutt simplement magnifique.
    Non, il ne faut pas tuer l'enfance qui est en nous, jamais.
    Que tes questions sont belles...
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  16. Cette note là me fait réaliser que ta bannière est parfaite et j'en suis heureuse. :)

    RépondreSupprimer
  17. En lisant ta "plaidoirie" pour revendiquer ton "moi" inaltérable, je me dis d'où tu tires cette force tranquille. Je t'admire petite fille qui est devenue grande, et qui est restée toujours, Elle!

    RépondreSupprimer
  18. Ah Bizak, tu es un fidèle! Je revendique un petit syndrome de Peter Pan...mais juste ce qu'il faut pour ne pas me prendre au sérieux devant les vieilles badernes qui, elles, se croient sorties de la cuisse de Jupiter, ou de l'orteil d'Apollon... ;-)

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.