dimanche 17 janvier 2010

Une femme d'exception

On reçoit parfois des messages si agréables, si gratifiant qu'on se retrouve à leur lecture tout secoué, tout ému. Oui j'ai été très touchée par ta lettre , toi que mon chemin a croisée il y  a ...bientôt 23 ans. Toi qui te reconnaîtras dans ces lignes, comme quelqu'un de profondément humain, doux et calme. Ta voix résonne encore en moi avec cette profondeur, cette justesse, cette tranquillité  incroyablement apaisante.
On n'oublie pas une sage-femme. On n'oublie pas ces moments d'intense émotion , où tous les sens exacerbés par l'imminence de l'accouchement, on boit les paroles rassurantes comme un cactus boit le nuage au-dessus du désert. En faisant provision pour longtemps de mots bienfaisants et positifs. Parce qu'on pète de trouille quand on va accoucher pour la première fois..
Je n'ai pas oublié tes cours de sophrologie, et cette technique est devenue une seconde nature, une stratégie inhérente à moi-même face à la douleur. Combien d'épreuves ai-je traversé victorieusement depuis, en fixant mon attention sur  une image mentale agréable, comme tu me l'as appris, et en contrôlant ma respiration. Pour moi, cette image a toujours été celle d'un lac de montagne,superbe et silencieux.
Deux autres accouchements, bien sûr, mais aussi des séances chez le dentiste, une opération, des réunions capitales, des entretiens stressants, des concours, des examens, des échéances...bref des moments cruciaux de la vie où l'on voudrait être plus vieux d'un jour, d'un mois, d'une année, et que la sophrologie transforme en promenade de santé.
Je n'ai pas oublié l'ambiance de ces après midis ensoleillées où tous ces ventres ronds s'épanouissaient en cercle comme une grappe de fruits trop mûrs, les visages, les voix, les odeurs, tout est là, dans un coin de ma mémoire ravie.
Je n'ai pas oublié ta visite dans ma chambre le lendemain, ni mon intervention auprès d'un autre groupe pour leur expliquer que la sophro, ça marche! Les regards rassurés des futures accouchées tournés vers moi dans ma petite chemise de nuit rose, les traits un peu chiffonnés par la nuit blanche mais la joie ruisselante d'avoir mis au monde un enfant, MON enfant.
Je n'oublierai jamais que tu as contribué à faire de moi une mère heureuse et fière, et zen, tellement zen...

A Mauricette

Photo Picasa/ Thierry

11 commentaires:

  1. Joli texte très émouvant, accompagné par une musique pleine d'espoir. Merci pour ce moment prédicteur d'une douce nuit.
    A bientôt

    RépondreSupprimer
  2. Je crois, d'après ce qu'on m'a dit, que mon accouchement a été fait par ma tante et aussi les matrones avoisinantes !! C'était encore comme ça dans les années 31 !!!

    Belle journée avec bises!!

    RépondreSupprimer
  3. Il y a des gens qui pèse lourd dans notre vie.
    Bisous
    Math

    RépondreSupprimer
  4. C'est vrai que la sophrologie nous aide beaucoup! J'ai eu moi aussi la chance d'en bénéficier il y a plus de 20 ans!

    RépondreSupprimer
  5. Qu'il est beau ce texte! J'aimerais me souvenir de la sage femme qui m'a aidée à accoucher la première fois comme toi tu t'en souviens, mais hélas je ne m'en souviens pas.

    La musique est très belle!

    RépondreSupprimer
  6. Petit sourire car mon fils le plus jeune vient d'avoir 20 ans... et la relaxation m'a permis aussi de connaitre enfin un accouchement zen et moins douloureux ! (je n'ai eu la péridurale pour aucun des trois)... Bonne continuation

    RépondreSupprimer
  7. Tu as accouché sans péri? Ca a marché chez toi? Je te passe les détails des miens: ce serait inconvenant sur ton blog, et puis ce sont des histoires de femmes qui se chuchotent à l'oreille et seulement pour celles qui ont déjà accouché. J'aurais aimé être l'une de ces jeunes femmes au ventre rebondi pour lesquelles tu as témoigné, vraiment... bises

    RépondreSupprimer
  8. Moi non plus je n'ai pas eu de péridurale pour des raisons x ou y que je ne développerai pas ici.
    Salut Kyra, bienvenue chez moi. Je suis allée voir ton blog, c'est sympa chez toi.

    RépondreSupprimer
  9. Pas d'accouchement pour moi, ni péridurale ni sophrologie... Mais que cette Mauricette rayonne dans ce texte!

    On n'imagine pas combien on donne, parfois, quand on trouve le chemin de l'autre, et qu'il ouvre la porte!

    Quel beau, beau, beau billet qui chante!

    RépondreSupprimer
  10. Je reste sans voix après ce superbe billet me concernant. Merci. Quels beaux souvenirs aussi, ces séances partagées, avec la VIE au bout. Je suis ravie d'avoir pu te transmettre ce que j'ai moi-même reçu et de voir ce que tu en as fait. Ravie aussi de connaître une si belle colombe. Tes écrits sur ce blog reflètent ta très riche personnalité et j'ai souvent des coups de coeur pour tes billets. Je t'embrasse. Mauri7

    RépondreSupprimer
  11. Merci Mauri7, la sincérité la plus absolue m'animait à l'écriture de ce billet.Comme ils disent chez L'oréal, "parce que tu le vaux bien"...
    Bises
    Célestine

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.